Agatha Raisin – Tome 10 – Panique au manoir : M.C. Beaton [Par Dame Ida]

Titre : Agatha Raisin – Tome 10 – Panique au manoir – Quand le conte de fées vire au cauchemar

Auteur : M.C. Beaton
Édition : Albin Michel (07/03/2018)
Édition Originale : Agatha Raisin, book 10 – And the Fairies of Fryfam (2000)
Traducteur : Françoise Du Sorbier

Résumé :
Meurtrie d’avoir été abandonnée par James, l’amour de sa vie, Agatha Raisin s’en remet aux présages d’une diseuse de bonne aventure : elle trouvera l’amour, le vrai, dans le Norfolk.

Qu’à cela ne tienne, Agatha quitte Carsely et s’installe dans un charmant cottage de Fryfam où  elle attend le prince charmant en écrivant son premier roman policier : Panique au manoir.

Un titre prédestiné car, après une série d’étranges phénomènes, le châtelain du village est assassiné et les soupçons se portent tout naturellement sur Agatha, dont le conte de fées vire au cauchemar…

Avec plus de 350 000 exemplaires vendus, Agatha Raisin, l’héritière très spirituelle de Miss Marple version rock, a imposé sa personnalité loufoque et irrésistible. Vous reprendrez bien un peu de Worcestershire sauce dans votre thé ?

Critique :
Et oui ! Souvenez-vous si vous avez lu le volume précédent (les autres, circulez il n’y a rien à voir, pas même l’ombre d’un spoiler) : Agatha avait croisé une « sorcière » pour soigner ses cheveux et en avait profité pour se faire lire les lignes de la main…

La sorcière lui avait prédit qu’elle ne trouvera jamais l’amour à Carsely, mais une autre région britannique !

Aussi, de retour à Carsely où le beau James lui fait toujours la tronche depuis leur mariage raté et aussi parce qu’Agatha multiplie les maladresses les empêchant de se rapprocher depuis, Agatha choisi au hasard un petit point sur la carte dans la région où son prince charmant doit la trouver…

Et y loue aussi sec un cottage en attendant de vendre ou pas (elle hésite la bougresse) celui de Carsely.

Bien accueillie par la charmante tenancière du pub du village de Frifam qui d’après son look semble surtout très accueillante aux hommes, c’est avec armes, bagages et ses chats, qu’Agatha prends possession des lieux, regrettant l’absence de chauffage autre que les feux de cheminée.

La société locale des femmes du village lui tombe rapidement sur le paletot pour la recruter… Et la voici initiée aux potins de Fryfam et aux histoires concernant leur châtelain local.

Tiens ? Et si elle faisait venir celui qu’elle connaît histoire de faire son intéressante ?

Et voilà qu’elle invite Sir Charles le Pingre à la rejoindre pour quelques temps… Qu’elle se lance dans l’écriture d’un roman policier pour se donner une contenance… et qu’elle se cherche une femme de ménage tout en semant un peu la zizanie à Fryfam.

Mais quelles sont ces petites lumières qui virevoltent dans le jardin et qui ne peuvent pas être des lucioles vu la saison !

Pourquoi un vase a-t-il disparu de chez elle ? Et qui a donc assassiné le châtelain ? Et volé un précieux tableau dans le Manoir ? Et pourquoi Agatha a-t-elle écrit un roman policier s’inspirant des personnages locaux et… racontant la façon dont le châtelain allait mourir ?

Et pourquoi les policiers du cru ont-ils réussi à mettre la main sur son manuscrit ?

Voilà une fois de plus notre Agatha dans de beaux draps !

On retrouve nos personnages préférés de Carsely avec qui Agatha reste en contact par téléphone ou en pensée… Et en découvre d’autres au hasard des pérégrinations d’Agatha à travers l’Angleterre, fuyant son obsession pour James en espérant lui trouver le remplaçant qui n’arrive jamais à le lui faire oublier…

Quelle femme n’a jamais connu ça ?  C’est bien ce qui la rend si humaine et si proche de nous, non ?

Une enquête sympathique et enlevée où les pistes s’entremêlent et s’entrecroisent et où Agatha stagne dans ses cogitations métaphysiques sur son avenir amoureux…

Et comprenant un rebondissement presque inattendu dont je ne vous parlerai pas dans les dernières pages. Vous m’en voudriez terriblement !

PS : Je jure solenellement n’avoir reçu aucune contrepartie financière ou en nature en contrepartie de ce texte dont je cède bien volontiers les droits au blog « Cannibal Lecteur ».

 

Publicités

45 réflexions au sujet de « Agatha Raisin – Tome 10 – Panique au manoir : M.C. Beaton [Par Dame Ida] »

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.