Cheval de guerre : Michael Morpurgo

Titre : Cheval de guerre

Auteur : Michael Morpurgo
Édition : Gallimard Jeunesse (2012)
Édition Originale : War Horse
Traducteur : André Dupuis

Résumé :
Une très belle histoire d’amitié, de sagesse et d’humanité. Joey le cheval de ferme, devenu cheval de guerre, en 1914, nous raconte son histoire, avec simplicité.

Témoin de la Grande Guerre, il va vivre l’horreur des combats auprès des Britanniques, des Allemands, ou du côté des Français.

Pour lui, les soldats, les paysans, les officiers, les vétérinaires ne sont pas des ennemis, mais des hommes, chez qui il rencontre la bonté comme la méchanceté.

Joey partage leurs souffrances et leurs peurs, et sait leur redonner de l’espoir.

Critique :
Cheval de guerre prenait les poussières depuis un certain temps : je voulais le lire, mais je n’osais pas.

Un cheval qui se retrouve dans la Grande Guerre, un jeune garçon qui aimait son cheval et qui le perd, trop dur pour mon petit coeur.

En ce qui concerne le film, c’est encore pire, je n’osais pas non plus le regarder pour ces mêmes raisons.

Maintenant que j’ai franchi le pas avec le roman, je vais me tourner vers le film, mais pas tout de suite.

Dans cette boucherie qui fut cette Grande Guerre, des hommes n’avaient pas demandé de la faire, et même ceux qui l’avaient souhaité, ont vite déchanté. Mais les animaux, eux, qu’est-ce qu’ils y comprennent aux conneries de quelques humains qui voulaient absolument en découdre ? Rien…

Le narrateur est Joey, le cheval et nous verrons sont arrivée dans la ferme du père d’Albert, son débourrage, l’amitié qui le lie au jeune garçon et son arrivée dans cette guerre atroce où les morts tombent comme des mouches sous les balles et les obus. Une cavalerie, face à des mitrailleuses, c’est du suicide !

Changeant une fois de plus de cavalier, passant des mains anglaises aux allemandes, ce cheval a bien mérité à un moment donné la croix de guerre donnée par un soldat allemand pour services rendus. Joey et Topthorn, son ami le cheval noir ont parfois eu plus de dignité et de courage que certains officiers.

Vous allez me dire qu’un récit narré par un cheval n’a aucune valeur, ce à quoi je vous répondrai que si, il a de la valeur, car le cheval, lui, il ne juge pas, il ne veut pas à tout pris prendre cette colline ou dézinguer les types dans la tranchée d’en face. Il est innocent lui, et on le transforme en bête de guerre.

Ce roman jeunesse est émouvant au possible et mes yeux se sont humidifiés car je me suis demandé ce qui se passerait si j’avais été à la place d’Albert et vu mes Louloutes à moi partir à la guerre.

Auraient-elles survécu ? Dans quel état seraient-elles revenues ? M’auraient-elles reconnues ? Senti le pantalon avec leurs naseaux soyeux comme habituellement ? Reniflé mes poches arrière dans l’espoir d’une carotte planquée là ? La plus jeune aurait-elle encore eu envie de me sortir le smartphone de la poche ?

J’ai mis du temps à sortir ce roman et je me dis que j’ai bien fait de profiter du Mois Anglais pour enfin prendre mon courage à deux mains afin de le lire. Il est sobre, profonde, bourré d’humanité, de courage, de gentillesse, mais aussi de dureté et de morts, tombés des deux côtés pour rien…

Dans ce roman, pas de manichéisme non plus : les Allemands ne sont pas présentés comme des barbares sans coeur et les Alliés des gentils soldats.

Non, ici, tout le monde patauge dans la même boue, dans la même merde, tout le monde crève sous le joug, hommes comme chevaux. Des enculés de pute de fils, il y en a des deux côté du No man’s land et des êtres humains sachant faire preuve de compassion aussi. Tous les Hommes sont les mêmes, pas de Bons d’un côté et de Méchants de l’autre.

Un très beau roman qui m’a pris à la gorge. Une vision de 14-18 différente, vue par les yeux d’un animal qui n’avait rien demandé.

PS : je me console en me disant que les chevaux ne sont plus utilisés à la guerre et qu’en cas où ça reviendrait, les soldats auraient beau faire entre une Louloute qui ne pense qu’à son ventre (et donc à manger en tout lieu) et une autre Louloute qui confond la moindre étendue d’herbe plane avec la ligne droite d’un champ de course… Sûr qu’on perdrait la guerre avec deux cas pareils !

Le Mois anglais saison 7 chez Lou et Cryssilda (juin 2018).

Publicités

[SÉRIES] Broadchurch – Saison 3 – La série qui te scotche à l’écran

La troisième et ultime saison de Broadchurch, la série policière britannique, revient au très haut niveau de la toute première.

Synopsis

Trois ans ont passé depuis la mort de Danny Latimer et le procès de XXXXXX, qui l’a vu ressortir libre. Alec Hardy et Ellie Miller ont une nouvelle affaire : Patricia Winterman a été violée lors d’une soirée et les premiers éléments indiquent qu’un prédateur sexuel est dans les environs de Broadchurch.

Distribution :

  • David Tennant : le capitaine Alec Hardy
  • Olivia Colman : le lieutenant Ellie Miller
  • Jodie Whittaker : Beth Latimer
  • Andrew Buchan : Mark Latimer
  • Adam Wilson : Tom Miller
  • Charlotte Beaumont : Chloe Latimer
  • Arthur Darvill : le révérend Paul Coates
  • Joe Sims : Nigel Carter
  • Carolyn Pickles : Maggie Radcliffe
  • Julie Hesmondhalgh : Patricia « Trish » Winterman
  • Georgina Campbel : inspecteur Katie Harford

Ce que j’en ai pensé :
Exit le meurtre d’un enfant, exit le procès du coupable (no spolier)…

Mais qu’allaient-ils donc pouvoir nous proposer, les scénaristes de l’excellente série pour cette troisième saison ??

Pas un crime banal… Pas de crime du tout, même. Je ne sais si c’est pire ou mieux, mais ce sera le viol d’une cinquantenaire, Patricia « Trish » Winterman.

Enfin, la dame affirme avoir été frappée, ligotée et violée. Mais il y a des zones d’ombre dans ce qu’elle leur raconte, d’ailleurs, il y a des tas de zones d’ombres dans beaucoup des récits des participants à la fête des 50 ans de son amie et collègue, Cath Atwood, là où Trish dit avoir été agressée.

D’entrée de jeu, on est scotché devant l’actrice qui joue le rôle (Julie Hesmondhalgh) tant elle semble le vivre. Sa détresse est palpable, ses hésitations aussi, l’actrice est criante de vérité et notre seul souhait serait de la voir surmonter cette épreuve tant on est dedans à fond.

Si en plus d’avoir le poids des dialogues et le choc des images s’explique par le fait que le créateur de la série, Chris Chibnall, a travaillé avec des associations d’aide aux victimes de violences sexuelles pour nourrir son intrigue. Il a sans doute dû bien diriger l’actrice, mais rien n’aurait été possible si Julie Hesmondhalgh/Patricia « Trish » Winterman avait été une actrice de piètre qualité.

L’actrice n’a pas un sex-appeal prégnant, ce n’est pas une bombasse, mais elle dégage quelque chose de fort, de profond et on aimerait être sa copine, l’avoir parmi nos connaissances.

Non, jamais on ne pourra reprocher à la série d’avoir engagé des acteurs de seconde zone car tous sont tout à fait à leur place dans leur rôle, que ce soit la victime, son entourage, notre duo de policiers ou les parents Latimer, ceux qui ont perdu leur gamin dans la saison et qui tentent de se reconstruire.

Le duo des détectives DS Ellie Miller/DI Alec Hardy (Olivia Colman et David Tennant) gagne en épaisseur, ils se complètent, les piques du début sont moins présentes, ils se connaissent, se font confiance.

Pour le capitaine (DI) Alec Hardy, on a même un grand changement puisqu’il a sa fille chez lui, ce qui nous donnera aussi des petites scènes d’un père qui ne comprend pas ce qui arrive à sa fille, mais qui aura un face-à-face des plus virulents en paroles avec certains.

D’un autre côté, en marge de leur enquête sur l’existence d’un violeur en série dans leur petite ville balnéaire, nous retrouvons le couple formé de Beth Latimer et de Mark Latimer, les parents du petit Danny.

Les scénaristes ont bien fait de les inclure dans la saison 3 car avoir de leur nouvelles était nécessaire, afin de voir comment ils survivaient à la perte de leur gamin. Si Beth a trouvé une manière d’oublier en aidant les victimes, son mari, Mark, est hanté par des désirs de vengeance.

Dans ces petits apartés, on a aussi gagné en intensité et niveau émotions, on s’en prendra plein la gueule.

Là, je dis bravo aux scénaristes d’avoir su développer des petites histoires dans l’enquête, orchestrant cela avec brio (avec qui ?), car tous ces destins que l’on retrouve en filigranes forment un grand récit de la vie de cette station balnéaire dont on aimerait fouler le sable.

Anybref, une putain de super série, avec des scénarios bétons, des acteurs qui savent devenir leur personnage, avec de la profondeur, des émotions, de la logique, du suspense et une étude du comportement humain tel qu’il est réellement.

Je vous le dis, on ne se croirait pas dans une série, mais dans une émission de télé-réalité qui se pencherait sur les victimes du viol et filmerait, à leur insu, leur entourage, une fois qu’ils sont au courant.

Si au départ on plaint la victime, on ne tarde jamais à murmurer que tout compte fait, elle l’avait bien cherché à force de flirter ou de boire… (je précise pour une certaine personne et les autres à venir que ce paragraphe fait référence à ce que les personnages de la série pensent, pas à ce que moi je pense ! Obligée de noter cette petite parenthèse parce qu’une bouchée du cerveau n’a pas compris !).

Le comportement humain sans fards…

Le Mois anglais saison 7 chez Lou et Cryssilda (juin 2018).