L’étrange incident : Walter Van Tilburg Clark

Titre : L’étrange incident

Auteur : Walter Van Tilburg Clark
Édition : Actes Sud L’Ouest, le vrai (02/06/2016)
Édition Originale : The Ox-Bow Incident (1940)
Traducteur : Camille Guéneux

Résumé :
Lorsque, un jour de printemps, la nouvelle d’un vol de bétail et de l’assassinat du jeune et populaire cow-boy Kinkaid se répand, les hommes de Bridger’s Wells forment une milice pour venger ce crime.

Mais est-ce vraiment dans l’intention de rendre justice à l’un des leurs et de reprendre le bétail volé ? En moins de 24 heures, cette affaire en apparence simple dévoilera la psychologie complexe d’une communauté isolée et livrée à elle-même.

Huis-clos au grand air, ce western, déjà traduit par Gallimard en 1947, que nous publions dans une version révisée, rend palpable la vie des cow-boys au milieu du XIXe siècle dans une vaste région d’élevage au sud-ouest des États-Unis.

À travers le récit d’un témoin direct des agissements de ce groupe violent, Walter Van Tilburg Clark dresse le portrait d’hommes égarés et dénonce justice expéditive et tyrannie de la majorité.

Critique :
L’effet de la meute… Tout le monde en a au moins fait une fois les frais dans sa vie ou pire, a hurlé avec la meute et ne se souvient plus trop bien du pourquoi du comment.

Maintenant, avec les réseaux sociaux, il est facile et rapide de rameuter la meute et de la faire hurler sur n’importe qui à propos de n’importe quoi, généralement une chose que cette personne à dite ou à faite et qui nous met en rage, alors qu’on devrait laisser couler.

Ici, un jeune garçon arrive tout affolé parce qu’on a tué un cow-boy du rancher Dew : Kinkaid. De plus, ces derniers temps, bon nombre de vaches ont été volées.

La goutte d’eau qui fait déborder le vase et monter la pression est le fait qu’on ait tué ce cow-boy et volé une soixantaine de bêtes. 28 cavaliers vont se mettre sur la piste des voleurs et assassins, le tout sans aucune accréditation aucune du shérif, au mépris de toutes les règles et avec l’intention de les pendre haut et court.

Les suiveurs, tel un troupeau de vaches mené par celle qui est dominante, suivront les meneurs. La raison du plus fort est toujours la meilleure et la majorité l’emportera toujours sur la minorité…

— […] Nous ne sommes pas des Indiens qui se contentent d’une misérable et lâche vengeance. Nous voulons la justice, et la justice ne s’obtient ni par la hâte ni par la colère.

Sherlock Holmes se méfiait des émotions et il avait raison : les émotions telles que la haine, la rage, la colère, vont aveugler ses hommes et les mener à une expédition que bon nombre n’auraient jamais accompli si ont leur avait donné le temps de réfléchir et s’ils n’avaient pas eu peur de passer pour des lâches, pour des mauviettes, devant les autres.

La plupart des hommes ont peur par-dessus tout d’être pris pour des lâches, et la lâcheté physique est pire à leurs yeux que la lâcheté morale. On peut cacher la lâcheté morale sous un tas d’arguments bruyants, mais même un animal sent quand un homme a peur. Si la rareté fait le prix d’une chose, le courage moral est alors d’une qualité cent fois supérieure à celle du courage physique.

Ne pas y aller aurait été perçu comme un acte de lâcheté, alors, tout le monde y est allé sans écouter une seule fois la voix de la raison. Un meurtre avait été commis, du bétail volé, il fallait des coupables, des boucs-émissaires pour passer sa rage dessus…

Ce western sombre met du temps à se mettre en place, la première moitié du roman servant à mettre en place les deux protagonistes principaux, Art Croft et son ami Gil  Carter, ainsi qu’une partie de ceux qui composeront cette bande de joyeux lyncheurs, occupés à attendre au carrefour que le posse comitatus (*) soit au complet.

[…] il suffisait de se mettre assez en colère pour ne pas avoir peur d’être dans son tort. Et c’était bien ce qu’ils étaient tous en train de faire. Chaque fois qu’un nouveau cavalier arrivait, ils le dévisageaient, comme s’ils le haïssaient, comme s’ils trouvaient qu’il commençait à y avoir trop de monde. Et il continuait d’en arriver ! Chaque minute qui passait rendait l’intervention de Davies plus ardue.

La seconde partie fait monter la pression, on sait qui sont les meneurs, on sait qui sont les hommes pas très chaud pour cette justice expéditive et une fois les hommes trouvés, là, on atteint des sommets niveau battements du cœur.

L’effet de meute joue en plein et l’auteur fustige cela en poussant loin la psychologie des personnages, leurs idées, leurs pensées, leurs dialogues, leurs actions. Muet, on assistera à l’horreur de l’acte au petit matin blême, dans un froid piquant, ne sachant pas trop quelle position adopter tant l’ambiance est malsaine et oppressante.

— Vous vous moquez pas mal de la justice, lui lança Martin. Ça vous est bien égal de pendre des innocents ou des coupables ! Vous n’en faites qu’à votre tête. Quelqu’un s’est fait voler quelque chose et il faut qu’un autre en subisse les conséquences. Vous ne voyez pas plus loin que ça.

Un lecture que j’ai terminée sur les genoux, dégoutée de l’Humain, le souffle court une fois la pression retombée, avant que l’auteur ne me repique avec une discussion entre Croft et Davies, le plus modéré de l’histoire expliquant que tout le monde avait déjà trouvé qui rendre responsable de tout ceci, oubliant déjà que personne ne les avait obligé à aller rendre justice eux-même et qu’ils y étaient parti avec cette volonté de pendre des hommes…

On peut se sentir terriblement coupable sans avoir rien fait, quand les gens qui se trouvent avec vous ne vous font pas confiance.

Il démontra que c’était tout aussi vrai quand ce mépris de la loi vient d’un chef ou d’un peuple. Il se propage alors comme une maladie, dit-il, et devient infiniment plus meurtrier, quand la loi est dédaignée par des hommes qui prétendent agir au nom de la justice, que quand elle est simplement inefficace, ou même quand ceux qui sont élus pour l’administrer sont des hommes malhonnêtes.

Un western noir rempli d’émotions à l’état brut, une piqûre envers la société américaine qui n’interdit le lynchage qu’en 1946 et un livre qui malgré son âge (édité en 1940), a toujours des relents de réalisme tant cet effet de meute est toujours présent, les lynchages se faisant médiatiquement, maintenant, avec toutes les conséquences graves qui peuvent en découler.

— Pas si directement que ça, me répondit-il, pas si ouvertement. Nous le faisons, parce que nous sommes dans la meute, parce que nous avons peur de ne pas être acceptés dans la meute. Nous n’osons pas montrer notre faiblesse à la meute. Nous n’osons pas résister à la meute.

L’Homme sera toujours un prédateur pour l’Homme, ne s’attaquant pas au plus faible, mais à celui qu’il jalouse, qui lui fait de l’ombre… Tout en se donnant moult justifications pour expliquer son geste.

— Il y a une différence : nous avons des raisons.
— C’est la même chose, dit-il durement. Cela nous rend-il meilleurs ? Pires, dirais-je. Les coyotes, du moins, ne se donnent pas d’excuses. Nous nous imaginons vivre d’une façon supérieure, mais comme eux nous continuons à chasser en bandes comme les loups, à nous terrer tels des lapins. Tous leurs plus vilains traits.
— Il y a une différence, dis-je. C’est nous qui soumettons les loups et les lapins.
— Vous parlez de pouvoir, dit-il amèrement.
— Sur vos loups, et sur les ours aussi.
— Oh ! Nous sommes intelligents, fit-il du même ton. Nous ne les soumettons que pour exercer notre pouvoir. Oui, nous avons su leur inspirer la crainte à tous, excepté à ces pauvres choses domestiquées que l’on a privées d’âme. Nous sommes les coqs des tas de fumier, les brutes de ce monde.
— Nous n’allons pas chasser le lapin ce soir, lui rappelai-je.
— Non, mais notre propre espèce. Un loup ne le ferait pas, pas même un coyote galeux. C’est ça que nous faisons maintenant, chasser notre propre espèce. Le gibier a cessé de nous exciter.

[…] Ce que chacun de nous désire le plus passionnément est la puissance. Si on osait, on laisserait tomber la meute. Mais on n’ose pas, alors on s’en sert, on la manipule pour qu’elle nous aide à perpétrer nos petits massacres. Nous nous sommes rendus maîtres des chevaux et du bétail. Maintenant il nous faut dominer notre prochain, faire de l’homme un animal domestique. Le tuer pour nous en nourrir. Et plus la meute est petite, plus la part de chacun est grande.

[…] Je vous dis qu’elles sont pires que des loups. Elles ne se débarrassent pas des impotentes, elles se débarrassent des meilleures. Elles s’associent pour faire tomber celles qui ne veulent pas se mêler à leurs sales ragots, celles qui ont plus de beauté, de charme, d’indépendance, de tout ce qu’elles n’ont pas. 

(*) Le posse comitatus est le droit donné à un shérif ou à un autre officier de police d’enrôler des hommes pour l’assister dans le maintien de la paix ou dans la poursuite et l’arrestation de hors-la-loi.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019), Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et le Mois Américain chez Titine (Septembre 2018).

Publicités

[SÉRIES] The Good Doctor : La série feel good… doctor ! (2017)

Good Doctor (The Good Doctor) est une série télévisée dramatique américaine développée par David Shore et Daniel Dae Kim, basée sur la série sud-coréenne du même nom, et diffusée depuis le 25 septembre 20171 sur le réseau ABC et en simultané sur le réseau CTV2 au Canada.

En août 2014, le producteur Daniel Dae Kim (acteur dans Hawaii 5-0) souhaite créer un remake américain de la série coréenne à succès The Good Doctor (굿 닥터) pour le réseau CBS. Toutefois, il abandonne ce projet.

L’idée refait surface en octobre 2016, cette fois-ci avec la participation de David Shore pour le réseau ABC, qui commande le pilote à la mi-janvier 2017. Le 3 octobre 2017, après seulement deux diffusions, ABC commande cinq épisodes supplémentaires, étalant la saison sur 18 épisodes. Le 7 mars 2018, la série est renouvelée pour une deuxième saison.

Synopsis : 
Shaun Murphy est un jeune docteur autiste savant. Il est doté d’une très grande intelligence, mais a également beaucoup de difficultés à communiquer et à gérer les interactions sociales.

Rêvant de devenir chirurgien, il intègre un service dans un grand hôpital. Il doit apprendre à surmonter les préjugés de ses pairs concernant son TSA et prouver ses compétences, et ce, même face aux plus sceptiques.

Acteurs principaux :

  • Freddie Highmore : Dr Shaun Murphy
  • Graham Verchere : Shaun Murphy, jeune
  • Dylan Kingwell : Steve Murphy, le frère de Shaun
  • Antonia Thomas : Dr Claire Brown
  • Nicholas Gonzalez : Dr Neil Melendez
  • Beau Garrett : Jessica Preston
  • Hill Harper : Dr Marcus Andrews
  • Richard Schiff : Dr Aaron Glassman
  • Tamlyn Tomita : Allegra Aoki
  • Chuku Modu : Dr Jared Kalu

Ce que j’en ai pensé :
L’avantage d’être belge est d’avoir pu découvrir cette nouvelle série avant les français et d’avoir, en plus, l’option des deux versions : la VF ou la VOSTFR.

Oh non (soupirez-vous), encore une série médicale ! On en a plein le cul des séries médicales, on a eu Urgences, le sexy caustique Dr House et le Dr Mamour dans Grey’s Anatomy !

STOP, on arrête de nous mettre des suppos et de nous ouvrir le ventre.

Ben vous auriez tort de vous priver de cette série dont le personnage principal, Shaun Murphy, est un interne en chirurgie atteint du syndrome d’Asperger ainsi que de celui du savant.

Fraîchement diplômé, notre jeune homme( qui a perdu son petit frère qui veillait sur lui après le départ des parents), vient de rejoindre le prestigieux hôpital de San José.

Livré à lui-même, il éprouve des difficultés à s’intégrer à l’équipe, même s’il est sous la « protection » du Dr Aaron Glassman, le Dr Neil Melendez  ne lui fait pas confiance et lui donne à accomplir des tâches ingrates, quand au Dr Marcus Andrews, le beau légiste des Experts Manhattan, il n’attend qu’une faute de Shaun pour prendre la place du Dr Glassman.

Mais en mettant son incroyable don au service de ses patients, ce jeune prodige va vite susciter de l’admiration chez certains de ses pairs.

Bon, les esprits chagrins diront que c’est trop feel good car la série s’efforce d’équilibrer le ton pour faire en sorte que Shaun ne soit pas le dindon de la farce et que donc, cette série va trop loin dans les bons sentiments.

M’en fiche ! Le plaisir est aussi dans le travail de l’acteur qui joue Shaun, Freddie Highmore, qui avant, jouait le psychopathe Bates dans Bates Motel, la genèse du film « Psychose ». L’acteur a eu trois jours entre la fin du tournage de Bates Motel et celle où on a commencé The Good Doctor.

Niveau jeu, l’acteur est au top, toutes ses mimiques sont étudiées, contrôlées, la position de ses mains aussi, ses regards, sa manière de se tenir, de parler… Ok, je n’ai jamais rencontré de personnes atteintes d’Asperger, mais je trouve qu’il entre bien dans son personnage et on s’attache de suite à lui.

Comme dans la série Sherlock, le réalisateur illustre à l’écran ce que Shaun voit dans sa tête, que ce soit au niveau du corps humain ou de la plomberie, si il trouve la solution de la maladie dans un tuyau sous l’évier (un peu à la manière de House qui trouvait les réponses dans les phrases dites par ses collègues).

Le ton est moins caustique que dans Dr House, mais je l’ai trouvé néanmoins mordant dans certaines répliques car Shaun prend tout au premier degré et certains vont avoir le retour du boomerang dans la figure.

Les opérations sont réalistes, je ferme souvent les yeux (je déteste ça !) et les médecins chirurgiens ont des belles gueules qui donnent envie d’aller se faire ausculter de très près par eux.

Dr Neil Melendez dont on a oublié de faire le tatouage dans le cou

Évidemment, le Dr Menledez est assez sceptique sur l’arrivée de Shaun et il ne lui fera pas de cadeau ! Mais, petit à petit, notre jeune médecin va arriver à démontrer ses preuves et Melendez lui donnera de plus en plus de responsabilités.

Là on voit bien son tatoo, à droite, qui va jusqu’au cou (tête de cerf)

On se sent fiévreuse, cocotte ? Un p’tit coup de thermomètre, ça te dit ? (Dr Jared Kalu)

Ce qui est drôle, c’est que Shaun ne prend aucun gant pour annoncer aux patients leur pathologie, l’empathie ne fonctionnant pas avec lui et vu qu’il ne sait pas mentir, qu’il ne comprend pas le second degré, le sarcasme, l’ironie et ne détecte pas si sa voisine a besoin de réconfort et donc, qu’il aille dans son sens, ou si elle a besoin qu’il lui donne un conseil, quitte à la froisser.

J’apprécie aussi les petites capsules qui nous montre l’enfance de Shaun et de son petit frère, Steve, celui qui prenait soin de lui, qui le protégeait, qui le guidait, qui s’en occupait, lorsqu’ils vivaient dans un bus, après l’abandon par leurs parents.

À chaque situation bien spéciale, Shaun revoit un morceau de cette enfance et en tire ensuite ses conclusions afin d’agir au mieux, quitte à aller à contre-courant des autres.

Anybref, une série médicale qui, comme House, sort des sentiers battus, avec des personnages intéressants, surtout Shaun, des personnages qui évoluent, et un Shaun qui prend ses marques dans ce grand hôpital, sous le regard bienveillant de son protecteur, qui parfois aimerait bien qu’il arrête de lui téléphoner en pleine nuit pour un tournevis manquant.

Le Mois Américain chez Titine (Septembre 2018).

Épisodes visionnés : 

  1. Éclat de verre (Burnt Food)
  2. Sale boulot (Mount Rushmore)
  3. Contre la montre (Oliver)
  4. Court-circuit (Pipes)
  5. Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur (Point Three Percent)
  6. Initiatives (Not Fake)
  7. Pas à pas (22 Steps)
  8. Pomme de discorde (Apple)
  9. Au millimètre près (Intangibles)
  10. Prise de décision (Sacrifice) – RTBF Jeudi 20/09/2018