Bonne Année pour 2019 et mes vieux les plus sincères !

Tradition oblige et plaisir de le faire aussi, je sacrifie donc aux bons voeux en tout genre pour cette nouvelle année 2019 qui arrive à grands pas.

Pour les filles, je vous la souhaiterais bien longue et dure (et aux mecs aussi, tiens), mais ça ne serait pas politiquement correct et vous savez que je suis attentive aux règles de bienséance… Arrêtez de tousser !

Je pourrais vous la souhaiter encore meilleure que 2018 mais on ne va pas rêver, il est impossible que les 365 jours de 2019 soient tous super géniaux et que personne ne nous quitte durant l’année qui vient.

Arrêtons donc de rêver, même si j’aimerais que ça arrive vraiment. Et vous aussi, bien que je suppute que vous ayez envie (comme moi) que certains politiciens boivent le bouillon de onze heures… Suivez mon regard !

Je pourrais vous souhaiter des PAL qui n’augmentent pas et qui arrivent à diminuer fortement, mais nous savons que cela aussi c’est une utopie. Pourtant, dieu sait qu’on lit comme des dingues (enfin, la dingue, c’est surtout moi)

Dans la catégorie de souhaits réalisables, je peux vous souhaiter des coups de coeur livresque, des beaux romans à lire, ceux qui n’attendaient que vous, des achats compulsifs, de malade, des bibliothèques surchargées, à agrandir, des découvertes étonnantes, des folies, des mojitos, du sexe (ou pas, c’est vous qui voyez), une excellente santé, pour vous et vos proches (aie, on tire vers la SF) et de chouettes articles livresques qui vont, une fois de plus, me tenter !

Prenez pas trop de bonnes résolutions, nous savons tous que nous n’arrivons jamais à les tenir !

Allez, bonne année et bonne santé !

Ou Bonne à nez et Bonne sans thé…. 

Le soir du réveillon du 31 décembre, une grand-mère est mourante dans son lit.
Le docteur du village lui rend une dernière visite pour accompagner ses derniers moments.

Le grand-père, son mari anxieux attend dans la cuisine.

 

Le médecin sort de la chambre de la mémé et vient voir le pépé :

– Monsieur, votre épouse va mourir ce soir, elle est dans un état comateux.

Le Papi qui n’entend plus très bien va voir sa femme dans la chambre.

La mémé lui demande :
– Qu’est qu’il a dit le toubib mon chéri ?
– Ma chérie, j’ai pas trop compris… il a dit que t’étais dans un état comme ma queue.
– Nom de Dieu Marie Joseph ?!? s’écrit la mamie… Et bien je ne suis pas prête de me lever alors !!!

Pour la Messe de Noël , le Curé à invité deux amis : Un Imam et un Rabbin

Le Prêtre qui compte l’argent de la quête de la messe de Noël explique comment il gère l’argent de son lieu de Culte

– Moi pour l’Église dit le Curé , pour calculer la part d’argent qui me revient et celle que je donne à Jésus-Christ, je dessine un cercle sur le sol et je jette les pièces de monnaie en l’air. L’argent qui tombe dans le cercle me revient, celui qui tombe en dehors du cercle est pour mon Seigneur.

– Moi pour la Mosquée dit l’Imam , je dessine un carré sur le sol, l’argent qui tombe dans le carré est pour moi, les sous qui tombent en dehors sont pour Allah.

– Moi pour le Temple, dit le Rabbin, je lance les pièces au ciel, si Dieu en veut il les prend et moi je me contente de l’argent qui retombe !