Agatha Raisin enquête – Tome 13 – Chantage au presbytère : M.C. Beaton [Par Dame Ida]

Titre : Agatha Raisin enquête – Tome 13 – Chantage au presbytère

Auteur : M.C. Beaton
Édition : Albin Michel (31/10/2018)
Édition Originale : Agatha Raisin, book 13 : And the Case of the Curious Curate (2003)
Traducteur : Françoise du Sorbier

Résumé :
Larguée (une fois de plus) par James Lacey, délaissée par son voisin en qui elle mettait ses derniers espoirs, Agatha Raisin déclare la guerre aux hommes en faisant voeux de chasteté…

Jusqu’à sa rencontre avec le tout nouveau et très sexy vicaire de Carsely, qui fait l’effet d’une bombe au village : les femmes se bousculent à l’église. Quant à notre Agatha, elle retrouve aussitôt la foi…

Mais, damned !, voilà que le corps sans vie du vicaire est découvert dans le bureau de l’église. Qui a pu commettre ce geste sacrilège ?

Le clergyman était-il trop beau pour être honnête ? C’est ce que découvrira peut-être Agatha qui, sans le savoir, vient d’ouvrir une véritable boîte de Pandore…

Avec plus de 800 000 exemplaires vendus, Agatha Raisin, l’héritière très spirituelle de Miss Marple version rock, a imposé sa personnalité loufoque et irrésistible. Vous reprendrez bien un peu de Worcestershire sauce dans votre thé ?

Critique :
Or donc, cela fait déjà un moment que James a filé à l’anglaise pour se faire moine(*), que le divorce a été bouclé et qu’un autre propriétaire a repris son cottage voisin de celui d’Agatha…

Un romancier, spécialiste d’intrigues policières très bien mis de sa personne et qui a fait renaître chez notre détective préférée l’idée qu’elle n’avait peut-être pas encore totalement fermé la boutique…

Toutefois, elle reste méfiante… et reste circonspecte face à l’enthousiasme des paroissiennes et de la Société des Dames de Carsely concernant le bellâtre de vicaire qui est venu prêter main forte au pasteur Bloxby.

Vous savez ? Le pasteur Bloxby, celui qui a toujours une urgence extrêmement urgente à traiter quand Agatha déboule et qui file dare-dare parce qu’il ne la supporte pas et n’a pas le courage de l’avouer…

Alors que sa femme, Mrs Bloxby, d’une bienveillance à toute épreuve est ce qui se rapproche le plus d’une amie pour Agatha à Carsely…

Anybref… Croyez-moi si vous voulez mais l’auteure l’a carrément appelé « Trisan Delon ». Le vicaire ! Pas le Pasteur (ben oui, on vous a déjà dit qu’il s’appelait Bloxby ! Alf Bloxby ! Faut suivre!)…

Delon ! Rien que ça ! C’est dire si l’auteure voulait en faire une bombe… Sauf qu’il ne ressemble pas à notre Alain national (qui ne m’a jamais beaucoup séduite d’ailleurs… surtout après trente ans !).

Hé, Dame Ida, il est pas sexy, là ?? Moi, je craque !

C’est un blondinet délicat tout bouclé ! Et toutes les femmes en sont folles ! C’est que le Tristan attire les foules à ses sermons… Et que le Pasteur Bloxby commence même à être un tantinet jaloux de son adjoint.

Agatha va donc jeter un œil au culte et effectivement… Le bellâtre est pas mal du tout.

Et voilà qu’à la grande surprise d’Agatha, le jeune homme commence à se montrer très entreprenant avec elle en l’invitant notamment à dîner dans la partie de la maison qu’il loue à une vieille dame du coin… Un fan de cougar sans doute ?

La paroissienne qui l’héberge met donc les petits plats dans les grands et les monte chez le vicaire qui lui fait du plat entre les plats.

Agatha est flattée mais… elle n’y croit pas… Surtout quand il commence à lui faire des propositions d’investissements… Faut pas la prendre pour une pauvre vieille désespérée au point de se payer des gigolos, Agatha ! Pas touche au grisbi sinon, Agatha aux yeux d’ourse se transforme en grizzli !

De toute façon même si elle avait voulu, elle n’aurait pas pu lui donner des sous ! On retrouve en effet le vicaire zigouillé le lendemain au presbytère, le tronc des offrandes a été forcé… et la police commence à soupçonner le pasteur de l’avoir tué par jalousie.

Certes il n’a pas toujours été sympa avec Agatha, mais par égard pour sa femme qui a toujours été un indéfectible soutien pour elle, notre Agatha repart sur le chemin des enquêtes !

Et vous savez qu’elle a toujours besoin d’un complice pour ça ! Il lui faut un zhôme ! James n’est plus là… Son lord bidule non plus (vous savez, le nobliau local, pingre comme c’est pas permis et à qui elle a bien claqué la porte au nez quand il est venu l’implorer quand avec plus de kilos et moins de cheveux, il se retrouvait abandonné par l’aventurière qui lui avait fiché le grappin dessus)…

Ben elle fera avec John Armitage, son nouveau voisin romancier… On ne sait jamais… sur la base d’un malentendu on pourrait peut-être conclure autre chose qu’une enquête ? Sauf qu’une jeune greluche lui tourne autour… voilà qui n’arrange pas l’humeur d’Agatha !

Et voilà qu’on se rend compte que le vicaire au visage d’ange raphaélique était loin d’être si angélique que ça et qu’il avait séduit bien des dames fortunées et fait main basse sur leurs économies sous prétexte de leur faire faire des investissements juteux… Qu’on ne sait plus très bien s’il était à voiles ou à vapeur… Qu’il avait fait chanter un homme d’affaire très puissant lorsqu’il officiait encore à Londres… Et que… Et que… deux habitantes de Carsely passent l’arme à gauche à leur tour dans des circonstances violentes que l’on peut aisément qualifier d’assassinat.

Je l’ai déjà dit par le passé, et je le redirai encore et encore… Jamais je n’irai vivre à Carsely. Parce que je n’imagine pas que ce soit si peuplé que ça et vu le nombre de personnes qui s’y sont fait refroidir de façon définitive depuis 13 volumes… il est évident que ce bled présente le plus fort taux de risque de mort violente… Passant loin devant Miami, le Bronx, ou les coins les plus glauques de Johannesbourg.

Mais… Si l’on passe au-dessus de cette petite faille dans le processus de « suspension d’incrédulité » nécessaire à capter le lecteur dans un roman,  et si l’on oublie que la vie d’Agatha n’est qu’un éternel recommencement (j’enquête, je lutte contre les effets de l’âge, des calories, de la gravité et je t’aime moi non plus), on prend toujours autant de plaisir à la retrouver et à la suivre dans une intrigue à tiroirs et à rebondissements particulièrement bien ficelée, en se détendant (ou en se tendant… je ne sais plus trop) les zygomatiques.

(*) Petite incohérence bien anglaise… On ne connaît pas très bien les mœurs catholiques en perfide Albion depuis Henri VIII et Elisabeth Ière ! Heureusement que Toquéfada, Inquisiteur à Seize Heures me l’a rappelé : Il n’y a pas de monastère anglican… James s’est présenté dans un monastère catho…

Or les catholiques ne reconnaissant pas le divorce, il n’est PAS POSSIBLE d’entrer dans les ordres après avoir contracté une union car l’Église tient à ce que les hommes et les femmes ayant pris un engagement matrimonial et/ou familial le respectent.

L’entrée en religion ne saurait entrer en concurrence avec le mariage ! Il est possible de se retirer dans un couvent ou monastère en étant marié mais seulement sous certaines conditions : il faut que les enfants du couple soient tous indépendants (bon OK Agatha et James ne s’étaient pas reproduits), et que les DEUX conjoints se soient mis d’accord est soient TOUS LES DEUX entrés en religion.

Et même dans ce cas, les hommes ne peuvent pas devenir prêtres. Juste moines.

James étant veuf et Agatha aussi au moment de leur mariage, leur mariage est considéré comme valide aux yeux des cathos (même s’il n’est pas célébré dans une église catholique) et ne peut être rompu sauf reconnaissance de la nullité du mariage… mais dans leur cas c’était impossible à prouver (la nullité peut être prononcée pour les motifs suivants : non consommation, immaturité des époux, défaut de consentement de l’un des conjoint qui aurait « menti » en disant « oui » ou y aurait été contraint, homosexualité ou stérilité cachée d’un des époux, ou infidélité AU MOMENT MÊME de l’union).

Bref… Y a une couille dans le potage !!!

Soit l’auteure prend ses lecteurs pour des quiches… Soit c’est une quiche en matière religieuse et elle ferait mieux d’éviter d’en parler… Soit James a monté à bobard à Agatha pour justifier leur divorce, ce qui ne m’étonnerait qu’à moitié tout compte fait ! Quel salaud ce James Lacey !!!

Toqué suggère une condamnation au bûcher pour avoir instrumentalisé la religion pour divorcer… ça serait bien mérité! Oser faire souffrir notre Agatha comme ça !!!