Les Lieux sombres : Gillian Flynn [LC avec Bianca]

Titre : Les Lieux sombres

Auteur : Gillian Flynn
Édition : Livre de Poche Thriller (2011/2018)
Édition Originale : Dark places (2008)
Traducteur : Héloïse Esquié

Résumé :
Libby Day a sept ans lorsque sa mère et ses deux sœurs sont assassinées dans leur ferme familiale. Rescapée par miracle, la petite fille désigne le meurtrier à la police, son frère Ben, âgé de 15 ans.

Ce fait divers émeut tout le pays, et la jeune Libby devient un symbole de l’innocence bafouée.

Vingt-cinq ans plus tard, alors que son frère est toujours derrière les barreaux, Libby, qui ne s’est jamais remise du drame, souffre de dépression chronique. Encouragée par une association d’un type très particulier, elle accepte pour la première fois de revisiter les lieux sombres de son passé.

C’est là, dans un Middle West désolé, dévasté par la crise économique et sociale, qu’une vérité inimaginable commence à émerger.

Et Libby n’aura pas d’autre choix pour se reconstruire, et peut-être enfin recommencer à vivre, que de faire toute la lumière sur l’affaire, quelles qu’en soient les conséquences.

Critique :
En 35 lectures communes avec ma copinaute Bianca, nous avons une majorité d’avis communs avec de belles découvertes ou de romans qui nous ont plu à toutes les deux.

Malgré tout, vu le nombre de LC, nous avons parfois eu des avis divergents, l’une adorant le roman et l’autre s’y enlisant…

Puis, de temps en temps, nous avons été raccord dans le fait que nous n’avons pris aucun plaisir à la lecture car trop de longueurs (Oliver Twist) ou alors, nous avons abandonné en route, sans même aller lire la fin (Le coma des mortels et Une autre vie).

Le thriller de Gillian Flynn va aller rejoindre ces lectures abandonnées pour cause d’enlisement profond dans le récit, de non copinage avec le personnage principal, de sentiment d’ennui profond durant la lecture et si ça continue ainsi, on va surélever nos meubles à force de les caler avec des romans non aimés.

Alors que je le lisais dans le train, j’ai préféré regarder le paysage, que je connais, pourtant, mon esprit s’est égaré ailleurs et c’est sans plaisir aucun que je retournais à la lecture du chapitre tant Libby Day, la victime et seule survivante du massacre, me pompait l’air.

Renseignements pris, ma copinaute en était au même point que moi : zéro plaisir dans la lecture et Bianca commençait même à donner des signes inquiétants de lecture en diagonale, ce que j’ai fait aussi, et malgré tout, je me faisais toujours chier dans ma lecture, n’arrivant pas à ressentir les émotions qu’aurait dû me donner ce thriller encensé par Stephen King himself.

Allant directement au final, afin de savoir le fin mot de l’histoire et de ce mystère, j’ai trouvé sa résolution plus que capillotractée et limite bidon. Oui, j’ai bien dit que c’était bidon !

Autant « Les apparences » était un thriller addictif et bien tourné, autant celui-ci est juste bon à finir dans une boite à livre. Qui sait, il plaira peut-être à un(e) autre lecteur(trice) plus indulgente que moi.

Dommage, parce que les critiques de ce thriller étaient bonnes et j’avais grand hâte de le découvrir, même si ça faisait des années qu’il prenait les poussière dans une de mes biblios. Ma foi, il aurait mieux fait d’y rester.

Ma copinaute de cette LC loupée, Bianca, ne prendra même pas la peine d’en faire une chronique puisqu’elle n’a rien de plus à dire sur cette lecture plus qu’en demi-teinte et abandonnée.

Au suivant !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et Le mois du Polar Chez Sharon (Février 2019).