Détectives – Tome 6 – John Eaton, Eaton in love : Herik Hanna & Mara

Titre : Détectives – Tome 6 – John Eaton, Eaton in love

Scénariste : Herik Hanna
Dessinateur : Mara

Édition : Delcourt (24/08/2016)

Résumé :
En qualité de spécialiste du crime, le réputé docteur Eaton, bras droit de Nathan Else, témoigne lors du procès d’Elizabeth Pumcake, alias « le Monstre botté ».

Quelques mois plus tard, on l’informe que la meurtrière, enfermée avec les pires criminels dans l’hôpital expérimental Beltran, demande à s’entretenir avec lui.

Et pourtant… rien ne relie Lisbeth Pumcake au docteur. Intrigué, Eaton fait un premier pas… au cœur de la folie.

Critique :
Si le docteur Eaton n’est pas une copie du docteur Watson, je veux bien avaler son stéthoscope !

Nous sommes face à un homme qui a exercé une carrière militaire en tant que chirurgien de campagne, qui a travaillé au côté du plus grand détective du monde et qui écrit des livres…

Toute ressemblance n’est absolument pas fortuite !

Même si notre docteur a un petit côté Dr Jekyll et mister Hyde qui fait peur et qui l’éloigne définitivement de ce bon Dr Watson.

Nous retrouvons ici un personnage important du premier tome, notre monstre botté et c’est dans un asile que nous allons pénétrer après avoir assisté à son procès et aux différents témoignages.

Mon premier bémol viendra des dessins que je n’ai pas aimé du tout. Pour moi, ce sont les plus « mauvais » des albums lus dans cette série. Mais bon, ceci est une histoire de goût et si le scénario est à la pointe du crayon, je passerai sur ces traits disgracieux des visages et sur ces dessinateurs qui ne savent pas dessiner des attelages correctement.

Le départ est excellent, les paroles in ou off du docteur sont des plus intéressantes à lire, il y a du texte, du bon texte et cela prend du temps de tout lire, de tout observer.

Ceci n’est pas une bédé que l’on expédie en quelques vingt minutes, assurément.

Par contre, les crimes commis dans ses pages resteront toujours un peu énigmatiques, bien que en réfléchissant deux secondes, on se doute de qui les commet, mais on ne sait pas vraiment pourquoi, si ce n’est l’envie de tuer.

Le duel entre le Monstre Botté du premier tome et John Eaton est un haut moment de lecture, une rencontre entre deux monstres, chacun étant différent, mais sans vraiment savoir pourquoi le coupable du premier tome voulait vraiment rencontrer le docteur Eaton.

À moins que le Monstre Botté n’ait compris qui était le tueur…

Ce tome n’est pas vraiment une enquête à proprement parler, c’est autre chose. Une plongée dans l’âme humaine ? Une plongée dans la psyché des criminels ? Une plongée dans la folie ? Un peu de tout ça…

Le final est totalement horrifique, fou, dingue, on ne le voit pas venir du tout et on reste les yeux écarquillés en se demandant si on ne rêve pas. Oh putain, le tacle.

Je suppose que l’on aura la réponse à toutes nos questions dans le septième et dernier tome, celui avec Nathan Else. Ne possédant que les 6 premiers tomes, je me suis mise en quête du septième afin de clore la saga, mais je ne l’ai pas encore lu au moment où je rédige cette chronique.

Nathan Else, ne bouge pas, me voici !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et Le mois anglais (Juin 2018 – Saison 8) chez Lou & Titine.

Publicités

21 réflexions au sujet de « Détectives – Tome 6 – John Eaton, Eaton in love : Herik Hanna & Mara »

  1. Moi aussi, je n’avais pas trop aimé les dessins et ce n’est pas mon tome préféré parce qu’assez psychologiquement sombre. Mon préféré est bien le dernier (dédicacé à Sir A. C. Doyle d’ailleurs, forcément !!!!!) ^^ . Alors oui, faut absolument que tu le lises !

    Aimé par 1 personne

    • Ben maintenant que je l’ai lu, j’ai compris tout ! Nathan Else est excellent. Mais ne l’ayant pas lu au moment où je lisais et rédigeais ma chronique du tome 6, il me restait des interrogations et je n’ai rien changé après lors de ma relecture de ma fiche. C’était à chaud.

      Il est sombre, en effet ! Trèèèès sombre.

      J'aime

      • Ah, je suis contente que le 7 t’ait plu 🙂 Surtout que le challenge de ce dernier tome n’était pas évident ! C’est comme atteindre le boss final d’un jeu ardu et craindre le pire : être déçu. Mais, là, « Le Boss » fait son taff. ^^

        Aimé par 1 personne

    • Il est un fait que si au départ on a une aversion pour la bédé, ça risque de moins bien passer vu que le support est une bédé ! Bigre, je parle aussi clairement qu’un joueur de foot 😆

      T’inquiètes, la routourne va tourner !

      J'aime

      • La rouquitourne elle va tourner… ouais… je vois que tu es culturée en matière de citations de footeux ! 😂 Sérieux… le foot… ça m’en gavait déjà quand ces décérébrés courraient après la baballe comme des toutous… mais le lavage de cerveaux qu’on nous impose aujourd’hui genre si t’es une vraie féministe tu dois soutenir et regarder les footeuses de l’équipe de France… ça m’énerve au plus haut point! Purée faire d’une conquête du féminisme le fait que des filles se montrent aussi bêtes que les mecs en jouant au foot ou en fumant comme des chaudières… ou en étant aussi ordures que les mecs quand elles ont des postes de dirigeants… ça me fait vomir ! Beurk!

        Ouais! Tu as mis dix balles dans le jukebox là! Je suis très fâchée avec le lavage de cerveau sur le foot féminin là !🙄

        J'aime

  2. Ping : Billet récapitulatif du mois anglais 2019 | Plaisirs à cultiver

Répondre à belette2911 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.