Dracula : Bram Stoker

Titre : Dracula

Auteur : Bram Stoker
Édition : Pocket (1993 – 2011 – 2017) / J’ai Lu (2012)
Édition Originale : Dracula (1897)
Traductrice : Lucienne Molitor

Résumé :
Répondant à l’invitation du conte Dracula qui prépare son prochain voyage en Angleterre, Jonathan Harker découvre à son arrivée dans les Carpates un pays mystérieux.

Un pays aux forêts ténébreuses et aux montagnes menaçantes. Un pays peuplé de loups dont les habitants se signent au nom de Dracula.

Malgré la bienveillance de son hôte, le jeune clerc ne peut qu’éprouver une angoisse grandissante.

Ce comte, qui contrôle son courrier et verrouille les portes de son château, ne se reflète pas dans les miroirs et se déplace sur les murs en défiant les lois de l’apesanteur…

Jonathan Harker doit se rendre à la terrifiante évidence : il est prisonnier d’un homme qui n’est pas un homme. Et qui partira bientôt hanter les nuits de Londres…

Critique :
Dracula, ça, c’est un vrai vampire !

Fourbe, cruel, buveur de sang humain et s’il le faut, de sang animal, mais le sang de biche innocente n’est pas vraiment à son menu.

Anybref, Dracula n’a rien avoir avec les vampires vegan de Twoilet !

Dracula, je l’avais lu il y a… plus de 25 ans (1993) ! C’était il y a un siècle, une éternité (allez-y, chantez).

À cette époque lointaine, j’avais commencé à le dévorer lorsqu’une commotion cérébrale avait appuyé sur la touche « pause » de la lecture car il m’était impossible de lire plus de quelques lignes tant la douleur me vrillait le crâne.

C’est donc après 3 semaines d’arrêt lecture que j’avais pu et su le reprendre, mais j’avais cette frustration de ne pas avoir pu l’avaler d’un seul coup.

Ma vengeance est accomplie puisque j’ai pu, maintenant, le bouffer tout cru, le sucer jusqu’à la moelle et me pourlécher les canines.

L’avantage de le relire après avoir vu 36 fois le film, c’est que les personnages du livre ont pris les visages des acteurs du film.

Autant où j’avais détesté le style épistolaire des « Liaisons dangereuses » autant où dans Dracula il ne m’avait pas dérangé du tout, que le récit se déroule aux travers d’un journal intime, des lettres de Jonathan Harker ou d’articles de journaux.

Cela lui donne un réalisme bien plus grand qu’avec un narrateur omniscient ou à la première personne du singulier. Bref, ça vous fout la trouille et augmente votre tension, ainsi que votre respiration.

Et bien oui, croyez-moi ou pas, malgré toutes ces années passées, j’ai ressenti toujours des picotements dans l’estomac, des emballements du cœur et le suspense était toujours présent alors que ma mémoire se souvient encore de la plupart des événements.

Je me demande si ce n’est pas ça qui me fait flipper encore plus : le fait de savoir !

Les personnages sont toujours aussi intéressants, intrigants, attachants, surtout Mina qui à l’époque déjà m’avait marquée au fer rouge avec cet amour qui était bien plus beau que le dégoulinant d’une saga de vampires végétariens.

Attention, dans le film de Coppola (et pas Coppula), ils avaient fait du personnage de Mina un ancien amour de Dracula et la belle en était sa réincarnation, son voyage à Londres pour la retrouver était la raison !

Dans le livre, c’est le fait que Harker se soit enfui qui fait rappliquer notre suceur dare-dare pour le faire taire et puisque de toute façon il voulait y venir pour se faire de nouveaux disciples, autant profiter de l’occasion ! Et puis, Lucy passait par là, une proie facile et hop, le moustique Dracula l’a prise dans ses rets.

Le charme s’est accompli une nouvelle foi, Dracula m’a emporté, parce que oui, je l’adore, malgré le fait que c’est un vampire (ou alors, c’est pour ça, psychanalysez-moi), j’ai vibré durant tout le récit, marmonnant des inutiles « fuyez, pauvres fous » puisque le récit ne pouvait pas changer en mûrissant 26 ans de plus dans mes étagères.

Quel bonheur de relire ce grand roman de vampires, ce récit bit-litt bien plus mordant que certains à qui on a dû mettre une muselière ou limer les dents.

Ma relecture m’a tellement plu qu’elle gagne un demi Sherlock en plus !

Lucie, Lucie c’est moi je sais
Il y a des soirs comme ça où tout
S’écroule autour de vous
Sans trop savoir pourquoi toujours
Regarder devant soi
Sans jamais baisser les bras, je sais
C’est pas le remède à tout
Mais ‘faut se forcer parfois
Lucie, Lucie dépêche toi, on vit
On ne meurt qu’une fois
Et on n’a le temps de rien
Que c’est déjà la fin mais
C’est pas marqué dans les livres
Que le plus important à vivre
Est de vivre au jour le jour
Le temps c’est de l’Amour

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et Le mois anglais (Juin 2018 – Saison 8) chez Lou & Titine.

33 réflexions au sujet de « Dracula : Bram Stoker »

  1. Ping : Billet récapitulatif du mois anglais 2019 | Plaisirs à cultiver

  2. 😯 Nan mais allô quôa! T’as un blog qui aime bien l’Angleterre victorienne et tu fais des mois anglais et des challenges Halloween depuis des lustres et c’est seulement maintenant que tu fais ta fiche sur Dracula ! LE Dracula de Bramounet!!! 😂🤣😂

    Voilà un manque cruel enfin comblé !👍

    Keskissépassé??? Chuis certaine que c’est une relecture (je l’ai relu 3 fois) c’est pas possible autrement !!! 😉 Tiens… tu me donnes juste envie de recommencer à le lire!

    En effet c’est LE VRAI vampire ! Celui qui veut juste boire du sang et faire le mal! Pas une de ces créatures débiles qui regrettent de n’être pas humains et qui jouent les d’amoureux de pauvres mortelles hysterodébiles comme on aime bien les vendre aux zados en ce moment ! Pfff! C’est ça qu’ils faut qu’ils lisent Dracula de Stoker ! Pas Touaillelailgt! 😠

    D’autant que nos zados ils peuvent rien y comprendre : le roman est présenté sous forme de lettres et extraits de journaux intimes… Pour qu’ils pigent il faudrait tout réécrire en sms, mails, tweets, et pages fessedebouc!😁

    Tiens? tu mets pas de note? En même temps ce bouquin est un mythe donc… même 6 Sherlocks ça ne serait pas assez!🙄

    Aimé par 1 personne

      • Hem, non, au départ, j’ai mis la note dans les « catégories » mais pas de Sherlock sous l’article, je m’en suis rendue compte ensuite, et j’ai corrigé au plus vite cet oubli. Ce n’est pas toi qui est miro, c’est moi qui perd la mémoire ou qui ait trop de chose à faire 😆

        J'aime

    • Z’en effet, c’est une relecture, comme le fut aussi « le portrait de dorian » qui va passer d’ici peu.

      Il me semble que j’avais posté ma chronique faite pour babelio sur le blog, mais ça date un peu… ma mémoire de jeune est incertaine mais mon cœur lui n’oublie pas ♫ I have never forgotten ♪ Mort Shuman, arrête !

      Anybref, vu qu’à l’époque une putain de commotion cérébrale (preuve que j’ai un cerveau) m’avait empêché de dévorer le roman d’un coup, j’ai pris ma vengeance et relu 25 ans après et j’ai encore pris mon pied, pourtant, les romans épistolaires, ça passe pas toujours (les liaisons…).

      La note, je l’avais oubliée !! J’avais même oublié de mettre la suite des liens avec celui pour le mois anglais, c’est te dire comment j’ai oublié de me relire !! J’ai corrigé et les 5 Sherlock sont là et bien là. Au moins une qui contrôle mon bordel ! 😆

      Oui, vont te refaire un dracula, comme pour le club des cinq, remis au goût du jour, avec le droit de vote pour les donzelles du livre, la liberté sexuelle, les smartphones et tout le tralala !

      Je vais vomir !

      J'aime

  3. Nooooon Noooooon Nooooo alleluia…alleluia….j’ai tout simple adore…d’ailleurs j’aime beaucoup Bram Stoker. J’ai adore son joyau aux sept etoiles……il sait nous tenir en haleine, alors qu’il ne se passe rien….bon mon petit bemol, j’avais du mal au debut….c’etait le film a la poussiere pres….mais que je prefere la version du livre quand tout se passe a Londres et que tout devient different….ouiii…je me suis regalee quoi…
    notre number 2…officiellement c’est notre number 2….euh c’est bien ta critique ?

    Aimé par 1 personne

  4. Ah le p’tit Vlad, on l’aime bien 🙂 La première fois que je l’ai lu, j’étais en 1ère au lycée, je crois. Of course, je l’ai lu by night dans mon lit. Grosse frousse assurée. Tellement la trouille que j’ai ressorti mon vieux crucifix de communion pour l’accrocher au dessus de mon lit, hahahahaha ! Et après ça, je suis devenu dingue de vampires. J’ai tout un rayon chez moi de romans sur le thème. Dans la même veine (haha) que le père Bram, on pourra se délecter de « Salem » de King et « Âmes perdues » de Poppy Z. Brite (là, on est trèèèèèès loin de Twilight !), plus of course la saga d’Anne Rice. Au cinéma, j’ai une préférence pour « Le cauchemar de Dracula » avec mon très cher Lee, « Entretien avec un vampire », « Morse » et « Only lovers left alive ». Entre autres (Y’a aussi « Addiction » avec Christopher Walken qui est top). Mais j’ai pas aimé celui de Coppola (sauf une fois, je sais pas, ça avait marché parce que je mangeais des spaghetti en même temps dans ma petite piaule d’étudiante). Trop grandguignolesque à mon goût, sans réel subtilité. Mais, rassurez-vous, je le préfère largement aux films avec les vampires qui brillent au soleil hahahahahahaha ! WTF !

    Aimé par 1 personne

    • Ben de mon côté, j’ai adoré le film, au ciné mais lorsque je l’ai revu quelques temps après, sur K7 vidéo qu’une copine m’avait enregistré parce qu’elle avait Canal+, j’ai eu peur de sortir pour aller chercher du bois pour remettre dans le feu. J’étais seule à la maison avec le chien…. oh putain, j’ai couru, je voyais des ombres menaçantes partout.

      Le meilleur vampire reste Dracula et Lestat, bien entendu, mais à partir du voleur de corps, ça part un peu en couilles, mais le pire reste « armand » pourtant, j’adorais ce vampire !!

      Les dracula avec Lee, c’est kitch mais culte. Tiens, la Poppy Z, elle écrit des romans avec des vrais vampires ?? Pas à la sauce de Twoilet ou de l’autre série là, avec le beau Ian Somerhalder, vampires diarrhée… non, diaries !

      J’ai eu difficile de trouver des vampires à mon goût après dracula… et ceux qui sentent bons, sucent le sang des biches et vont à l’école, je ne sais pas les voir ! 😆

      J'aime

  5. Ah j’ai adoré lire ta chronique! Je suis fan de la version de Coppola, un de mes films cultes préférés. J’ai le roman en anglais dans une belle édition, il faudrait que je le lise un jour… J’adore les histoires de vampires… J’avais beaucoup aimé Lestat le vampire d’Anne Rice.

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour moi !

      J’ai adoré et j’adore toujours la version de Coppola ! Purée, si un jour je tombe sur la version V.O du roman en chouette édition, je sauterai dessus !!

      Lestat, il était bon et la reine des damnés aussi !

      Aimé par 1 personne

  6. Un des rares bouquins que j’ai pris plaisir à relire. Avec le recul et un peu plus de maturité (je devais avoir 16/17 ans la première fois que je l’ai lu) c’est encore meilleur !
    Longtemps j’ai associé le personnage de Dracula à l’acteur emblématique Christopher Lee, puis il y a eu le Dracula de Coppola et là alleluia ! Dracula a désormais un nouveau visage dans ma petite tête.
    Oublie la suite « officielle » pondue par Dacre Stoker (un vague descendant du grand Bram), c’est juste à chier.

    Aimé par 1 personne

  7. Ping : Bilan Mensuel Livresque : Juin 2019 [MOIS ANGLAIS] | The Cannibal Lecteur

Répondre à belette2911 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.