Détectives – Tome 7 – Nathan Else – Else et la mort : Herik Hanna & Sylvain Guinebaud

Titre : Détectives – Tome 7 – Nathan Else – Else et la mort

Scénariste : Herik Hanna
Dessinateur : Sylvain Guinebaud

Édition : Delcourt (2017)

Résumé :
Trois ans après les sombres événements orchestrés par le tueur 7, Nathan Else profite d’une retraite londonienne méritée.

John Eaton, son célèbre partenaire, voit néanmoins d’un mauvais oeil la sortie d’un nouveau roman consacré à leurs aventures, un récit macabre prédisant la chute du détective.

Alors que Else s’amuse de cette parution, Eaton s’inquiète de nouvelles menaces qui, loin de la fiction, pourraient bien être réelles…

Critique :
Heureusement que j’ai acheté cet album pour clore ma série de Détectives (que j’ai lue sur le tard) car il est bel et bien la prolongation du tome 6.

Les questions que je me posais à propos du tueur de femmes sont résolues, je sais QUI (je m’en doutais mais bon, on peut se tromper) et surtout, POURQUOI.

Dès les premières cases, je me suis demandée si ce n’avait pas été une erreur de l’acheter car la réunion de 6 de nos détectives ne les mettait pas en valeur.

Et puis, j’ai compris : le livre dans le livre. Nathan Else, tout comme Sherlock Holmes, a ses enquêtes publiées et ses fans sont nombreux. Pourtant, ce dernier tome est un ramassis d’horreurs sans noms, comme si l’auteur de cette dernière aventure avait voulu mettre dedans tout ce que la littérature compte de créatures fantastiques.

Si pour Sherlock Holmes, Watson était son biographe, dans le couple Else – Eaton, ce n’est pas ce dernier qui écrits les enquêtes de Nathan Else. Et le dernier livre est une daube sans nom.

On pourrait croire, en commençant ce dernier album, qu’on est dans la simplicité, dans le déjà-vu mais ce serait une grossière erreur que de penser cela car l’auteur avait plus d’un tour dans son sac pour clore magistralement la série.

Mon seul bémol serra pour le fait que les 5 autres détectives (Miss Crumble, Martin Bec, Fréderick Abstraight, Richard Monroe et Ernest Patisson) sont sous-exploités et plongés parfois dans le ridicule, le burlesque.

Vous me direz que l’album est consacré à Nathan Else et pas aux autres, d’accord, mais justement, puisque Nathan Else brille par son absence durant la majeure partie du récit, on aurait pu donner un peu plus de présence aux autres.

De plus, je préférais le physique de John Eaton dans l’album 6, avec les dessins de Mara plutôt que ceux de Sylvain Guinebaud dans ce tome 7.

Malgré ces petits bémols, j’ai passé un bon moment avec ce dernier album, j’ai apprécié les révélations faites car elles lient le tout, la tournure prise par les événements, les coups de pieds au cul et maintenant que je sais tout, il faudrait que je relise « Sept Détectives » pour me remettre tout en tête.

Une bien belle saga, des scénarios bien ficelés, des décors so bristish et des personnages bien détaillés. Il ne me reste plus qu’à découvrir Martin Bec et Richard Monroe.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et Le mois anglais (Juin 2018 – Saison 8) chez Lou & Titine.

Publicités

London nocturne : Cathi Unsworth

Titre : London nocturne

Auteur : Cathi Unsworth
Édition : Rivages Noir (01/05/2019)
Édition Originale : Without the Moon (2015)
Traducteur : Isabelle Maillet

Résumé :
Londres, en février 1942. La ville est sous le régime du couvre-feu. Au milieu des ruines et des bombardements, une vie nocturne continue dans les pubs, clubs et autres music-halls.

Des lieux où se presse une population avide d’échapper à la guerre mais où rôdent toutes sortes d’individus louches, escrocs, journalistes à l’affût du scandale, cartomanciennes, joueurs professionnels et trafiquants du marché noir.

L’inspecteur Greenaway, ancien de la brigade des jeux, connaît cette faune par coeur. Mais il y a autre chose: dans la nuit, un tueur sème la panique en tuant et mutilant ses victimes…

Critique :
Londres, le black-out, les bombes du père Hitler qui pleuvent sur la capitale British et un Éventreur qui coure les rues.

Yes, j’adore !

En littérature, je précise, en vrai, je n’aime ni les bombes sur la gueule, ni les éventreurs.

Mais il faut dire que L’Éventreur du couvre feu, c’est un nom qui en jette !

La première partie est prenante, on suit un étrangleur de blondes (il ne devait pas les aimer) qui exercent le plus vieux métier du monde, le tout durant le couvre-feu et planqué derrières les rideaux occultant.

On enquête avec un inspecteur Greenaway qui doit avoir la carrure d’un Lino Ventura, on a de multiples intervenants, on se glisse dans l’intimité des belles de nuit ou des diseuses de bonnes aventures.

Le Londres de la pègre est bien retranscrit, on a des décors grandeurs natures, des descriptions des ruelles un peu glauques bien retranscrites et l’atmosphère a une vraie gueule d’atmosphère. Le pied.

Les personnages multiples nous offrent un panel d’émotions et de pensées en tout genre, c’est diversifié, même si nous resterons dans l’Angleterre d’en bas, celle qui se lève tôt ou va se coucher tard.

Là, je vous connais et vous me connaissez, vous vous dites que c’est trop de fleurs pour être honnête et que le pot va suivre.

Le pot arrive à toute volée !

Le problème des personnages, c’est qu’ils auraient tous mérité un traitement plus en profondeur car ils avaient du potentiel, étaient haut en couleur, en verbe, en richesse (pas celle du fric) et que chacun aurait mérité d’être un peu plus explicité, afin de donner un peu de mâche au récit. Du croquant.

L’enquête ne restera pas inscrite dans les annales de la police, elle n’est pas exceptionnelle, elle est aussi banale que celles de nos flics réels où le hasard fait bien les choses, même si la ténacité aide aussi.

Malheureusement, c’est plus que réaliste, cette manière d’enquêter, tandis que celle des Poirot, Holmes, Columbo et Marleau sont bien plus rares. Ceci était pour le petit pot lancé à la première partie…

Dans la seconde moitié, l’auteur a changé de ton et là, c’est un gros pot qui arrive à toute volée : Greenaway a attrapé l’étrangleur (trop vite ?), sans que l’on ait eu le temps de faire vraiment monter la mayonnaise, on l’inculpe et puis directement, boum, on met la main sur l’éventreur sans que le lecteur ait vraiment eu le temps de se retourner.

Pour ceux et celles qui aiment les ambiances de prétoire et de tribunaux, la seconde partie va leur en donner pour leurs sous car on va assister aux procès de ces deux tueurs.

Ce sont des moments de lecture qui m’ont plus, parce que j’aime ça, mais bon, niveau action, hormis le pétage de plomb de Grenaway, on est à un train de sénateur !

Manquait tout de même de liant, dans cette histoire et d’épaisseur dans les personnages. L’auteur donne l’impression de jongler avec le coq et l’âne (je change les expressions, oui !) sans trop savoir comment finir son tour.

Le Londres sous le couvre-feu est détaillé, les crimes aussi, l’auteur a potassé le sujet, ça se sent à la lecture et si on avait des doutes, les Notes de l’auteur nous en donneront un grand aperçu.

Les événements décrits dans ce roman s’inspirent de deux vraies affaires qui se sont déroulées sur cette même période de quinze jours en février 1942 – les crimes de Gordon Frederick Cummins, surnommé l’ »Éventreur du couvre-feu », et le meurtre non élucidé de Margaret McArthur sur le pont de Waterloo – et ont été jugées cette année-là au mois d’avril, à quelques jours d’intervalle.

Anybref, je suis le cul entre deux chaises avec ce roman. Il lui manquait quelques petits détails ou une autre mise en scène pour le rendre super attractif et addictif. Là, je l’ai lu sans avoir la tension qui jouait du yo-yo et mon rythme cardiaque est resté sur la bonne fréquence, celle qui ne donnera pas lieu à une tachycardie.

Pas évident de trouver la bonne cotation pour ce roman policier noir. D’un côté, j’ai aimé les descriptions du Londres de 1942, le rendu était parfait, les personnages étaient nombreux, intéressants, mais auraient pu bénéficier d’un traitement plus profond et niveau suspense, j’en déjà ressenti plus avec d’autres romans.

Malgré tout, il y a du bon dans ce roman, mais il aurait fallu les travailler un peu plus, ou différemment afin de scotcher le lecteur – qui en a lu d’autres – au fond de son divan.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et Le mois anglais (Juin 2018 – Saison 8) chez Lou & Titine.