Bilan Mensuel Livresque : Juillet 2019

Le Mois de Juillet a été chaud, très chaud… J’ai transpiré, j’ai sué, j’ai mouillé (honni soit qui mal y pense), je me suis liquéfiée, mais j’ai survécu.

Cela n’a pas fait fondre ma PAL pour autant, il en faut plus pour transformer cet Himalaya À Lire (non pollué, lui) en petit glaçon pour mojito. Non, impossible de venir à bout de cette PAL, donc, je n’essaie même plus.

Pourtant, chaque mois j’en sors quelques uns de ce gros tas, mais c’est jamais assez et ce n’est pas mes 12 romans lus qui y changeront quelque chose.

Ajoutons à cela 2 mangas et 6 bédés (6 relectures) lues et vous comprendrez que la canicule n’a pas aidé pour lire plus.

Bilan total : 20 lectures.

À ce jour, mon objectif de 200 lectures pour 2019 est presque atteint (198/200). Je vais devoir le revoir à la hausse.

Au rayon des empêcheurs de faire descendre sa PAL un peu plus, on a les quelques travaux commencés à la maison, ce qui me fait travailler plus mais lire moins et monter moins à cheval… Oui, je vais me plaindre à mon syndicat !

Le chat, lui, est revenu à son niveau normal, ouf. Ça ronronne toujours et on a encore du travail devant nous.

Le nouveau chien de mon père est obéissante et je suis toujours en joie d’entendre le bruit de ses griffes dans mon sillage ou devant moi.

Trois vies fracassées pour un fusil non cassé après la chasse. Histoire de vengeance mais aussi de rédemption, Canyons de Samuel Western (ICI) va plus loin, il explore la pshyché des gens, leurs pensées, leurs douleurs, leurs non-dits. Un roman noir sombre, beau, violent et doux aussi.

Le beau dieu grec Olivier Norek a l’art de surprendre ses lecteurs et son dernier opus, Surface (ICI) m’a plongé dans la perplexité car je me trouvais face à un whodunit dans sa plus simple expression. Oui, mais c’est Norek à la barre, ce qui veut dire que si je pensais la traversée pliée, j’en ai été pour mes frais car il m’a surprise, différemment des autres romans, mais il a réussi à me bluffer.

Kermit la grenouille est de retour ! Pardon, je voulais dire que le capitaine Daniel Mehrlicht, flic imbuvable, était de retour en grande forme pour une enquête aux relents de souffre et de fantastique. Dans la brume écarlate de Nicolas Lebel (ICI) reste dans la lignée des précédents, c’est-à-dire que l’auteur envoie du lourd, une fois de plus.

Les nouvelles, un genre peu apprécié dans nos contrées, plus mises en valeur chez les Américains ou les Anglais. Pourtant, lorsque les nouvelles sont percutantes, c’est un vrai plaisir d’en lire. Il est rare de tomber sur un recueil où toutes les histoires sont excellentes, mais avec Écouter le noir de Yvan Fauth & Collectif (ICI), on frôle la totale car il n’y en a qu’une seule que j’ai moins aimé. Purée de sa mère, il a fait fort, le barbu Yvan, en réunissant toutes ces belles plumes pour nous donner un régal à lire, à défaut de l’écouter.

Il est des jours ainsi où on a beau avoir inscrit le tome 2 au programme de la LC, on se retrouve à lire erronément le tome précédent. Donc, pendant que Biance s’emmerdait ferme dans le tome 2, moi je m’emmerdais à mourir dans  Les mystères de Honeychurch – Tome 1 – Petits meurtres en héritage d’Hannah Dennison [LC avec Bianca] (ICI). J’ai été dispensée de lire en vitesse le tome 2.

Puisque je l’avais sélectionné pour le Mois Anglais de Juin 2019 mais pas lu et qu’il me fallait un pavé, c’est avec délectation que j’ai ouvert L’esprit des morts d’Andrew Taylor (ICI) dont le pitch était intriguant et prometteur de belles heures de lecture. Il était très bien fait dans le portrait de ses personnages, dans l’analyse et la mise en scène des différentes classes sociales anglaises, mais purée, vu qu’il ne se passe pas grand-chose durant 450 pages, les 600 furent longues à avaler !

Paraît qu’en Angleterre, on a commencé à faire l’amour en 1963, entre la fin de la « censure Chatterley » et le premier disque des Beatles. Ils savent s’amuser, les anglais ! Sulfureux et limite pornographique lorsqu’il est paru, L’Amant de lady Chatterley de D.H. Lawrence (ICI) ne sent plus le souffre, ni le foutre car personne de nos jours ne trouverait le texte osé et excitant. Par contre, la diatribe contre l’Angleterre fait toujours mal sous la ceinture et l’analyse de l’auteur est perspicace. C’était sans doute plus cela que les scènes de sexe que certains eurent du mal à avaler…

Pas besoin d’être américain pour parler aussi bien de l’Amérique, la preuve avec Hunter – Tome 2 – Crow de Roy Braverman (ICI), auteur frenchie. Ce thriller, c’est l’univers impitoyable de la Nature (l’Alaska), des Hommes, des animaux, c’est une histoire de vengeance jusqu’au boutisme, jusqu’à la connerie, jusqu’à plonger dans l’abîme, celui qui regarde aussi en nous. Addictif, bourré d’adrénaline, de testostérone et de phéromones.

J’ai dû prendre un abonnement ce mois-ci car me revoici avec des nouvelles. L’art de la nouvelle est d’aller à l’essentiel sans s’embarrasser des détails, de plonger le lecteur dans l’action directement, si possible de manière brutale afin de le secouer et de capter son attention directement. L’amour et autres blessures de Jordan Harper (ICI) le fait bien, c’est court, c’est intense, pas le temps de respirer. Un joli recueil qui prouve que les nouvelles savent aussi être aussi bonnes que des romans.

En ces moments où tout le monde parle d’écologie sans vraiment trop savoir de quoi ils parlent et sans vouloir se défaire de certaines manies polluantes, un auteur avait déjà tiré la sonnette d’alarme afin que l’on préserve la vallée du Yaak, dans le Montana. Rick Bass, dans Le livre de Yaak – Chronique du Montana (ICI) nous parle de son amour pour cet endroit perdu aux hivers rudes et longs ainsi que des coupes d’arbres faites à la porte nawak, sans rien préserver, comme si tout allait repousser tout seul et directement. Un livre pour un plaidoyer ou du moins, un coup de pied au cul pour réveiller certains.

Le thriller psychologique n’est pas facile à écrire, on nous promet souvent monts et merveilles et bizarrement, j’en baille toujours d’ennui. Ce ne fut pas le cas avec Juste avant de mourir de S. K. Tremayne [LC avec Bianca] (ICI) qui a su parfaitement doser tous les ingrédients afin de nous ménager du mystère, du suspense, une intrigue inquiétante, des fausses-pistes et une enquête pas évidente lorsqu’on souffre de pertes de mémoire. J’ai bien aimé.

Portraits de femmes différentes, saga familiale sur trois générations, Les femmes de Heart Spring Mountain de Robin MacArthur (ICI) se déroule lentement sur fond de désastre climatique, alternant les passages entre le passé et le présent. Ici, on a envie de chanter ♫ Où sont les hommes ? ♪ car ils sont absents. Quelques longueurs tout de même… À tel point que j’ai eu du mal à revenir vers le roman…

Bilan Mensuel Livresque : 12 romans lus

  1. Canyons : Samuel Western
  2. Surface : Olivier Norek
  3. Dans la brume écarlate : Nicolas Lebel
  4. Écouter le noir : Yvan Fauth & Collectif
  5. L’esprit des morts : Andrew Taylor
  6. Les mystères de Honeychurch – Tome 1 – Petits meurtres en héritage : Hannah Dennison [LC avec Bianca – Fait erreur sur le tome]
  7. L’Amant de lady Chatterley : D.H. Lawrence
  8. Hunter – Tome 2 – Crow : Roy Braverman
  9. L’amour et autres blessures : Jordan Harper
  10. Le livre de Yaak – Chronique du Montana : Rick Bass
  11. Juste avant de mourir : S. K. Tremayne [LC avec Bianca]
  12. Les femmes de Heart Spring Mountain : Robin MacArthur

Bilan Mensuel Livresque : 2 mangas et 6 bédés (6 relectures)

  1. Moriarty – Tome 5 : Ryôsuke Takeuchi & Hikaru Miyoshi
  2. Vinland Saga – Tome 21 : Makoto Yukimura
  3. Basil, détective privé : Emmanuel Baudry & Alain Royer
  4. Tif et Tondu – Tome 19 – Sorti des Abîmes : Maurice Tillieux & Will
  5. Gaston – Tome 10 – Le géant de la gaffe : Franquin
  6. Gaston – Tome 9 – Le cas Lagaffe : Franquin
  7. Gaston – Tome 8 – Lagaffe nous gâte : Franquin
  8. Valhardi – Tome 6 – Valhardi contre le Soleil Noir : Jijé

Publicités

47 réflexions au sujet de « Bilan Mensuel Livresque : Juillet 2019 »

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.