Bilan Livresque Mensuel : Août 2019

Août et son temps bizarre : chaud, plus frais, puis de nouveau les canicules… Bilan ? 10 romans lus (dont un pavé de 700 pages), 1 encyclopédie et 14 bédés (3 nouvelles lectures et 11 relectures).

(Durant tout le mois d’août, lorsque je restais au soir près du Minou, j’ai commencé à lire Le Polar pour les Nuls, grand format pendant que môssieur se léchait ou pieutait sur son coussin, dans mon dos. Moi assise par terre sur mon bête coussin et ce chat sur un lit et sur son coussin perso ! Pauvre bête malheureuse, va !).

Non, mon Bilan Livresque Mensuel de ce Mois d’Août n’est pas super super… La faute aux travaux à la maison qui m’ont empêchés de lire et la fatigue était telle qu’au soir, je n’avais même plus envie d’ouvrir mon roman !

Oui, ça peut arriver aux meilleurs d’entre nous (Modeste est mon second prénom). Bosser le matin (pendant que l’autre collègue faisait l’après-midi), rentrer à la maison, se changer, manger vite un morceau et monter sur l’échafaudage pour peindre (3 couches), ben je vous jure qu’au soir, vous ne savez plus comment vous vous appelez !

Ensuite, faut tout ranger, tout nettoyer et réfléchir aux menus pour que le jour où ma famille et la famille de Chouchou se retrouvait pour venir manger chez nous, tout soit au point, parfait, exceptionnel, magnifique, bon…

Anybref, le lendemain du repas, j’étais sur les rotules mais foutrement heureuse que tout le monde ait bien mangé et bien ri.

Le Bilan s’en est ressenti… J’affiche pourtant 25 lectures en tout, ce qui n’est pas si mal quand on est occupée sur tous les fronts.

À ce jour, mon objectif de 200 lectures pour 2019 est dépassé (223/200). Je l’ai revu à la hausse (250).

Pour ceux ou celles qui cherche dans une lecture de l’action à gogo November Road de Lou Berney (ICI) ne sera pas pour eux car malgré un road-trip, on va à un rythme de sénateur, juste après l’assassinat d’un président. On a des tueurs sans pitié, on a de l’amour, de l’amitié, de l’ironie, de l’humour noir, de la noirceur, de la douceur, des trahisons, du mystère, du suspense, j’ai bien aimé ce roman mais il n’avait rien de transcendantal. Il est bon, oui, mais rien d’exceptionnel comme vanté sur le bandeau-titre.

Il y a des jours où l’on va à l’encontre de toute la blogo et que l’on ressort déçue d’un thriller que tout le monde a encensé. L’Empathie d’Antoine Renand (ICI) possède une histoire qui fout la trouille et est un page-turner assez addictif. Par contre, je n’ai ressenti aucun atomes crochus avec les personnages que j’ai trouvé trop caricaturaux. Ceci n’est que mon avis et cela n’empêchera pas l’auteur d’enchanter des tas de lecteurs/trices après mon avis.

Ne vous demandez pas si c’est du Nature Writing ou du Roman Noir, car Denali de Patrice Gain (ICI) c’est le deux en même temps ! C’est un récit bouleversant que Matt va nous faire. Ce jeune garçon a vu sa vie basculer lorsque son père est décédé. Un récit magnifique, empreint d’émotions brutes et je l’ai terminée sur les genoux, tellement il m’avait pris aux tripes. Un coup de coeur !

Si vous êtes à la recherche d’un roman noir retors, cynique, horrible, où les personnages sont à fond dans leur rôle, alors, jetez-vous sur la nouvelle traduction conforme qu’est Hot Spot de Charles Williams (ICI). Ce roman noir est un petit bijou de noirceur, de cynisme, de sadisme, de perversité, d’êtres retors, de scélératesse et les personnages sont extrêmement bien campés.

Une relecture, c’est toujours périlleux car on pourrait ne pas retrouver les excellentes sensations de l’époque et en ressortir déçu(e). Mais pas avec la valeur sûre qu’est Harry Potter – T04 – Harry Potter et la coupe de feu de‬ J.K. Rowling [LC avec Bianca] (ICI). Encore mieux : non seulement j’ai adoré cette relecture mais en plus, j’ai éprouvé encore plus de plaisir qu’à l’époque. What’else ?

Le monde des gangsters et plus particulièrement la bande de Dillinger avec un de ses illustre membre, Harry Pierpont que l’histoire connait moins que Dillinger. Handsome Harry – Confessions d’un gangster de James Carlos Blake (ICI) est un roman noir qui arrive à vous faire éprouver de l’empathie pour des gangsters ! Ce roman aurait terminé en coup de coeur s’il n’avait pas eu les dialogues insérés dans le texte qui, à la fin, a donné de la lourdeur à l’ensemble.

Les injustices font partie de notre monde, mais elles me révoltent toujours autant. Taqawan d’Éric Plamondon (ICI) parle des grosses injustices faites aux Améridiens Mi’gmaq. Les chapitres sont courts, le rythme assez rapide et les chapitres sont des mélanges de récit contemporain, de ceux du passe, des légendes, d’extraits de journaux, de pub et ce qui semblait bordélique devient un grand tout formant un ensemble cohérent et génialissime. Un coup de coeur.

Il faut savoir composer la mélodie d’un thriller psychologique en huis-clos pour éviter les fausses notes et dans Le silence et la fureur de Natalie Carter & Nicolas d’ Estienne d’Orves [LC avec Bianca] (ICI), on peut dire que le concert est réussi. Malgré le silence assourdissant qui règne, on entend la musique, elle bat dans nos oreilles et c’est avec les tripes nouées que l’on voit arriver le final, qui, entre nous, est ignoble, mais j’adore !

Un tueur à gage de 1,50m, qui donne l’impression d’avoir 17 ans alors qu’il en a 30… Dans Nuit de fureur, ce diable de Jim Thompson (ICI) se moque des clichés du polar noir, les détourne, nous balance des personnages hors-norme, avec un tueur sympathique et effrayant, sans oublier les autres qui sont sournois, fourbes, menteurs, manipulateurs. Peu d’action mais beaucoup de psychologie. C’est surréaliste, cauchemardesque et on assiste, impuissant, à un final ignoble, lui aussi. Thompson, l’auteur qui m’aura remué quelques fois les tripes !

La pêche, je n’y connais rien et entre nous, je n’aime pas ça… Un roman policier qui aurait pour trame de fond des pêcheurs nous parlant de leurs mouches, ça aurait dû me faire fuir, telle une truite apeurée. Meurtres sur la Madison de Keith McCafferty (ICI) n’était pas fait pour moi. Et pourtant… L’auteur a su choisir son leurre, la bonne mouche sèche, le bon hameçon parce qu’il m’a attrapé à la lèvre et je n’ai plus décroché durant ma lecture, tirant sur le fil pour en avoir plus.

Bilan Livresque Mensuel : 10 romans lus + 1 encyclopédie (11 lectures)

  1. November Road : Lou Berney
  2. L’Empathie : Antoine Renand
  3. Denali : Patrice Gain
  4. Hot Spot : Charles Williams
  5. Harry Potter – T04 – Harry Potter et la coupe de feu ‭:‬ J.K. Rowling [LC avec Bianca] 
  6. Handsome Harry – Confessions d’un gangster : James Carlos Blake
  7. Taqawan : Éric Plamondon
  8. Le silence et la fureur : Natalie Carter & Nicolas d’ Estienne d’Orves [LC avec Bianca]
  9. Nuit de fureur : Jim Thompson
  10. Meurtres sur la Madison : Keith McCafferty
  11. Le Polar pour les Nuls, grand format : Marie-Caroline Aubert

Bilan Livresque Mensuel : 14 bédés lues

  1. Les Tuniques Bleues – Tome 37 – Duel dans la Manche : Cauvin et Lambil
  2. Le Scrameustache – Tome 04 – Le Totem de l’espace : Gos
  3. Le Scrameustache – Tome 09 – Le Dilemme : Gos
  4. Le Scrameustache – Tome 10 – Le Prince des Galaxiens : Gos
  5. Le Scrameustache – Tome 11 – Le Renégat : Gos
  6. Le Scrameustache – Tome 12 – La Saga de Thorgull : Gos
  7. Le Scrameustache – Tome 13 – Le Secret des Trolls : Gos
  8. Le Scrameustache – Tome 16 – Le Grand Retour : Gos
  9. Gaston – Tome 11 – Gaffes, bévues et boulettes : Franquin
  10. Gaston – Tome 12 – Le Gang des gaffeurs : Franquin
  11. Tif et Tondu – Tome 22 – Un plan démoniaque : Tillieux & Will
  12. Lucky Luke – Tome 30 : Calamity Jane – Morris & Goscinny
  13. Nains – Tome 13 – Fey du temple : Nicolas Jarry, Paolo Deplano & Benoît Dellac
  14. Elfes – Tome 22 – Le Gardien des Racines : Nicolas Jarry & Gianluca Maconi