Meurtres sur la Madison : Keith McCafferty

Titre : Meurtres sur la Madison – Les Mystères de Sean Stranahan 1

Auteur : Keith McCafferty
Édition : Gallmeister Americana (07/06/2018) / Gallmeister Totem (06/06/2019)
Édition Originale : The Royal Wulff Murders (2012)
Traducteur : Janique Jouin-de Laurens

Résumé :
La Madison River a beau être le Graal des rivières à truites du Montana, lorsqu’on y pêche un cadavre, c’est à l’intrépide shérif Martha Ettinger que la prise revient.

L’homicide semble évident, et la Royal Wulff plantée dans la lèvre boursouflée de la victime a tout d’une macabre signature.

Alors qu’elle mène son enquête, Martha croise la route de Sean Stranahan, lui-même pêcheur, peintre et ex-enquêteur privé venu s’installer dans les Rocheuses à la suite d’une douloureuse séparation.

Lui aussi est impliqué dans une affaire : la jeune et mystérieuse sirène du Sud, Velvet Lafayette, est venue troubler le paysage et l’a persuadé de partir à la recherche de son jeune frère disparu dans le coin.

Ensemble, Martha et Sean vont remonter une piste glissante qui débouchera sur les zones d’ombre du “big business” du Montana : la pêche à la mouche.

Meurtres sur la Madison est le premier volet d’une nouvelle série dépaysante située en plein cœur des décors sublimes de l’Ouest américain.

Critique :
Sur la route elle m’a dit « Sonne »…

Ok, après ce mauvais jeu de mot (un vieux, en plus) sur la Madison River, je sors et je m’en vais pêcher des meilleurs.

La pêche et moi, nous ne sommes pas copines, non pas que j’aie quelque chose contre ce sport, juste que je n’y connais strictement rien et que rester à attendre qu’un poisson daigne mordre, ça m’énerverait.

Il fallait donc que l’auteur monte la bonne mouche pour titiller ma curiosité, me faire remonter à la surface alors que je frayais tranquillement dans mon monde littéraire et surtout, il fallait qu’il monte le bon hameçon pour me ferrer de la sorte sans que je me débatte.

D’autres ont réussi à m’intéresser avec un roman parlant de foot ou de jazz (Michaël Mention) et Keith McCafferty a réussi à me plonger dans un roman où les morts ne manquent pas, mais où les choses consacrées à la pêche non plus.

Vous risquez d’en connaître un bout sur les mouches, les lignes, la soie, les truites fario ou arc-en-ciel.

Pas de panique, même si vous n’aimez pas cette activité la lecture de ce polar est tout de même faite pour vous, du moins, si vous aimez les enquêtes, les cadavres, les mystères, le suspense, les femmes fatales, les pisteurs indiens et les gros lourds qui font des chouettes copains (l’indien avait des airs de Holmes et il doit aimer les belettes puisqu’il a tatoué les empreintes de la bête sur son biceps).

— Vous avez entendu parler de Sherlock Holmes, Harold ? Vous commencez à me faire penser à lui.
— C’est qui ?
— Un détective britannique, au XIXe siècle.
— Il était bon ?
— C’est un personnage de fiction.
— Oh, fit Harold dont la voix trahissait le manque d’intérêt.

Des empreintes de cerf tatouées encerclaient le haut du biceps de son bras droit ; des empreintes de belette se pourchassaient sur le gauche.

L’auteur nous propose un savant mélange entre une enquête réalisée par la shérif Martha Ettinger et le peintre, ancien détective privé, Sean Stranahan, le tout entrecoupé de scènes bucoliques de lancer de mouche ou de souvenirs de pêcheurs, qu’ils aient trempé leurs mouches dans les rivières du Montana ou ailleurs.

Les descriptions du Montana sauvage et de ses habitants, indépendants sont réussies, elles donnent le ton au roman, comme si on feuilletait un album avec des belles photos de paysages et de portraits haut en couleur.

Évitant de nous faire boire la tasse avec des considérations techniques de choix de mouche et de lancer, l’auteur a su diluer tout cela dans le récit, l’incorporant à l’enquête, aux personnages, à leurs activités, que ce soit la pêche, la drague, la quête d’indices ou la description de la faune et la flore de la région.

On a beau être ignare sur le sujet, ça passe tout seul et on avale le ver, l’hameçon, la mouche et tout le reste, et de bon cœur.

— Un porc-épic est davantage en sécurité dans un arbre. Il peut grimper sur une branche où la martre pêcheuse – c’est l’espèce la plus rare de la famille des belettes, si vous ne le saviez pas – doit l’attaquer par-derrière et ne peut pas passer sa cuirasse de piquants. Mais quand le porc-épic descend pour manger la pagaie de canoë, la martre pêcheuse l’attaque à la tête.

Le charme prend aussi grâce aux personnages différents qui parsèment ses rivières poissonneuses et ces étendues sauvages. Bien campés, détaillés, sans sombrer dans le superfétatoire, machos mais pas trop, amusants, sympathiques, attachants, dragueurs, amoureux…

— Vingt dieux, Martha. Ce type sent comme un dingo. Ça doit être aussi dur à suivre qu’un étron en train de glisser sur le glaçage d’un gâteau de mariage.

Alors même si je ne capte rien au fait de prendre une une soie de 4 avec la mouche sèche parachute, celle avec l’aile en veau et le corps violet, je m’en balance, moi je vais à la pêche aux mystères, aux criminels, aux cadavres et le suspense est la chose qui me fait lever la tête de mon cours d’eau.

Ce roman était une bonne pêche ! Je compte bien aller tirer à nouveau sur l’hameçon de l’auteur et les morts de Bear Creek seront pour moi !

— Votre peuple n’a pas simplifié les choses pour mon peuple depuis que Meriwether Lewis a tiré sur ce gamin blackfeet sur la Marias River. Ça fait combien, deux cents ans ?

— J’ai vu trop de scènes de crime compromises à Chicago. (Il secoua la tête.) La plupart des types en uniforme seraient infoutus de vider la pisse d’une botte avec les instructions sur la semelle.

— Une fois, c’est un concours de circonstances. Deux, une coïncidence. La troisième, une déclaration de guerre. Comme dit Goldfinger à James Bond.
— Tu es un mordu de cinéma, maintenant, Walt ? dit Ettinger. Je ne l’aurais jamais cru.

— Alors, c’est “L’Affaire du chien pendant la nuit”, c’est ça ? demanda Ettinger. Pourquoi vous ne m’en avez pas parlé ?

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°25 et Le Mois Américain – Septembre 2019 – chez Titine.

Royal Wulff

Umělá muška

Durham Ranger

31 réflexions au sujet de « Meurtres sur la Madison : Keith McCafferty »

  1. Ping : Billet récapitulatif du mois américain 2019 | Plaisirs à cultiver

  2. En fait chuis une urbaine patentée et pas tentée par la campagne… ni la pêche, la chasse, etc… les cowboys… les troupeaux … les zindiens… les sudistes… les nordistes… les rednecks… les whitetrash… les puritains du Mayflower…. moi j’aime que les serials killers qu’on attrape et hop! En prison!

    Aimé par 1 personne

  3. Je ne suis pas pêche non plus mais je me souviens de La rivière de sang où il etait question de pêche aussi et qui était génial !
    Et finalement enquête et grands espaces nature à la Longmire ça me plaît bien

    Aimé par 1 personne

  4. Ping : Bilan n° 2 du challenge polar et thriller 2019-2002 | deslivresetsharon

  5. Ping : Bilan du Mois Américain – Septembre 2019 [Chez Titine] | The Cannibal Lecteur

  6. Ping : Bilan n°3 du challenge Polar et thriller 2019-2020 | deslivresetsharon

  7. Ping : Bilan n°4 de décembre 2019 du challenge Polar et Thriller | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.