Happy New Year – Bonne Année 2020

Comme chaque année, on va sacrifier à la tradition des souhaits, même si on sait que ce que l’on souhaite aux gens ne se réalisera pas à 100%.

Moi aussi j’ai souhaité une bonne santé à des gens qui se sont chopés ensuite le cancer et des bonne année à des gens qui sont morts au cours de cette année… À croire que je porte la poisse…

Un homme se trouvait dans le coma depuis un certain temps. Son épouse était à son chevet jour et nuit. Un jour, l’homme se réveilla. Il fit signe à son épouse de s’approcher et lui chuchota :
— Durant tous les malheurs que j’ai subi, tu as toujours été à mes côtés.
— Oui mon amour.
— Lorsque j’ai été licencié, tu étais là pour moi.
— Oui mon amour.
— Lorsque mon entreprise a fait faillite, tu m’as soutenu.
— Oui mon amour.
— Lorsque nous avons perdu la maison, tu es restée près de moi.
— Oui mon amour.
— Et lorsque j’ai eu des problèmes de santé, tu étais encore à mes côtés.
— Oui mon amour.
— Tu sais quoi ?
Les yeux de la femme s’emplirent de larmes d’émotion.
— Quoi donc, mon chéri ? chuchota-t-elle.
— Je crois que tu me portes la poisse…

Après cette petite blague destinée à vous faire supporter le réveillon ou le Nouvel An si vous avez la malchance de le passer avec des gens chiants, il me reste à vous souhaiter le meilleur, sans passer par le pire.

  • La santé et pas la maladie (bon, on n’évitera pas une grippe ou une bonne chiasse, faut que les médecins fassent leur beurre et les pharmaceutiques aussi)
  • Le fric et pas les impôts (bossez aux impôts, vous pourrez frauder ! Je vous jure, ils le font ! Merci au Canard Enchaîné !)
  • Justement… Qu’une personne intelligente vous abonne au Canard Enchaîné ! Autant avoir des lectures saines
  • Les vacances deux fois par an et pendant 6 mois chaque fois (ben quoi, je vous ai souhaité le fric)
  • Du café toujours chaud pour ceux et celles qui aiment ça ou du Lapsang Souchon ou du Jack’s pour les autres (ou ce que vous voulez pour boire)
  • Un patron sympa et pas un chieur
  • Des collègues géniaux et pas des casse-couilles de première
  • Une PAL qui augmente autant qu’elle diminue ! Parce qu’il faut toujours un certains équilibre et qu’une PAL zéro est une horreur
  • Des lectures émotionnantes, pleines de découvertes, de coups de coeur, qui font rire… Bref, que vous preniez votre pied
  • Pour les filles : des mecs qui ne vous la joue pas « 3 minutes, douche et préliminaires comprises » – Ouf, j’ai pas épousé un clone de Chirac !
  • Pour les mecs : des femmes qui avalent ! (moi je dis non à la fumée de la pipe)
  • Pour ceux et celles qui possèdent des animaux : une bonne santé à eux aussi !
  • Pour ceux qui possèdent des gosses : condoléances s’ils sont dans la période de l’adolescence… Je vous la souhaite douce et courte, cette affreuse période (même si ailleurs vous la préférez longue et dure)
  • Anybref, je vous souhaite tout le bonheur du monde et afin de ne pas gâcher mes voeux, je vais éviter de le faire en chantant… Même si je vous ai collé la chanson dans la tête pour toute la soirée ! Mhouhahahaha

La servante écarlate – Tome 2 – Les testaments : Margaret Atwood [LC avec Bianca]

Titre : La servante écarlate – Tome 2 – Les testaments

Auteur : Margaret Atwood
Édition : Robert Laffont – Pavillons (10/10/2019)
Édition Originale : The Testaments (2019)
Traducteur : Michèle Albaret-Maastsch

Résumé :
Quinze ans après les événements de La Servante écarlate, le régime théocratique de la République de Galaad a toujours la mainmise sur le pouvoir, mais des signes ne trompent pas : il est en train de pourrir de l’intérieur.

A cet instant crucial, les vies de trois femmes radicalement différentes convergent, avec des conséquences potentiellement explosives.

Deux d’entre elles ont grandi de part et d’autre de la frontière : l’une à Galaad, comme la fille privilégiée d’un Commandant de haut rang, et l’autre au Canada, où elle participe à des manifestations contre Galaad tout en suivant sur le petit écran les horreurs dont le régime se rend coupable.

Aux voix de ces deux jeunes femmes appartenant à la première génération à avoir grandi sous cet ordre nouveau se mêle une troisième, celle d’un des bourreaux du régime, dont le pouvoir repose sur les secrets qu’elle a recueillis sans scrupules pour un usage impitoyable.

Et ce sont ces secrets depuis longtemps enfouis qui vont réunir ces trois femmes, forçant chacune à s’accepter et à accepter de défendre ses convictions profondes.

Critique :
Le monde décrit dans La Servante Écarlate n’était pas de la petite bière, nous étions loin du pays des Bisounours…

Pourtant, malgré le fait que nous étions dans une dystopie, il y avait des relents de déjà-vécu quelque part dans le Monde ou quelque part dans le passé.

Il fait froid dans le dos, ce roman, car nos sociétés pourraient basculer dans ce cauchemar très vite, sans que l’on s’en rende compte et sans que l’on sache y faire quelque chose.

Sans oublier que certaines sociétés sont dans ce puritanisme religieux…

Puritains quand ça les arrange, bien entendu ! On oblige les autres au puritanisme, mais si on gratte sous la croûte de pudibonderies, on trouvera de la saloperie.

Quand à la religion, elle a bon dos et ne sert qu’à justifier certaines règles, certains comportements, qu’ils soient machistes, phallocratiques, misogynes ou qu’ils transforment la femme en vache reproductrice. Une tyrannie doit reposer sur quelque chose et la religion est souvent la bonne excuse.

Bien souvent, les suites sont moins bonnes que le premier tome, mais ici, ce n’est pas le cas, j’ai même trouvé la suite meilleure que le premier opus !

En tout cas, niveau froid dans le dos, j’ai eu ma dose pour quelques temps. J’ai comme une envie de me jeter sur des Petzi ou des Martine, c’est vous dire combien j’ai flippé ma race.

Dans le monde décrit brillamment par l »auteure, les femmes n’ont aucun droit, si ce n’est celui de fermer sa gueule et de jouer aux juments reproductrices, ou aux vaches gestantes. Au choix… Mais elles n’ont pas toujours le choix de l’étalon (ou du taureau).

Le taux de fécondité ayant fortement baissé, il faut bien perpétuer la race Humaine avec celles qui savent encore tomber enceinte et donc… Les Servantes Écarlates sont comme des vaches qu’on engrosse pour prendre le veau. L’enfant, pardon.

Trois personnages marquants vont nous raconter leur vie dans cette suite : une Tante, une jeune fille habitant le Canada (donc libre) et une fille d’un Commandeur, habitant Galaad (Gilead dans la traduction précédente, mais ça ne m’a pas dérangé).

Nous sommes 15 ans après la premier tome, donc, le récit n’est pas linéaire et ne vous attendez pas à retrouver Defred aux commandes de la narration.

J’ai trouvé que donner la parole à une Tante qui avait connu la démocratie, qui avait assisté à le chute de la société, qui avait été dans un camp et qui en était sortie en abandonnant une partie de son âme, était une riche idée. Nous avons vu la naissance de Galaad d’une autre manière et compris que si ça arrivait chez nous, cela se passerait de la même manière : sans quasi de résistance.

Le récit est fort, puissant, intense, horrible… Il m’a donné froid dans le dos. Entrer ainsi dans le fonctionnement de Galaad et voir le lavage de cerveau m’a donné envie de vomir. Voir le système de l’intérieur, voir sa corruption, sa corrosion, son hypocrisie, son manichéisme, m’a collé la nausée tant tout était réaliste et possible.

Mon seul bémol sera pour la fin qui est un peu trop précipitée à mon goût. Bianca l’a trouvée elle aussi un peu trop rapide, mais malgré ce léger point critique, tout le reste est dans le haut du panier littéraire.

Une dystopie à l’écriture fine, caustique, réaliste. Une tyrannie basée sur des mensonges, sur religion dont les écrits sont détournés pour servir les intérêts de quelques-uns et pas du bien commun.

Des personnages forts, énigmatiques, profonds et qui évolueront au fil des pages. Un monde décrit qui fait froid dans le dos et où la lecture et l’écriture sont devenus dangereux, interdits et réservés à quelques personnes triées sur le volet.

Anybref, une fois de plus, une LC réussie avec Bianca et nous sommes sur la même longueur d’ondes. Et si vous suivez le lien, vous en aurez la preuve !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°134.

De bonnes raisons de mourir : Morgan Audic

Titre : De bonnes raisons de mourir

Auteur : Morgan Audic
Édition : Albin Michel (02/05/2019)

Résumé :
Un cadavre atrocement mutilé suspendu à la façade d’un bâtiment. Une ancienne ville soviétique envoûtante et terrifiante. Deux enquêteurs, aux motivations divergentes, face à un tueur fou qui signe ses crimes d’une hirondelle empaillée.

Et l’ombre d’un double meurtre perpétré en 1986, la nuit où la centrale de Tchernobyl a explosé…

Morgan Audic signe un thriller époustouflant dans une Ukraine disloquée où se mêlent conflits armés, effondrement économique et revendications écologiques.

Critique :
J’aurais peut-être dû relire le résumé avant de commencer le roman, moi… Nous sommes à Pripiat…

Pripiat ? Ce nom éveille un écho en moi…

Tout à coup, les sirènes d’alerte retentissent dans mon crâne : je suis dans la ville fantôme, à quelques kilomètres de la centrale nucléaire de Tchernobyl et je n’ai pas de compteur Geiger avec moi, ni aucune protection.

Irradiée j’ai été.

Ce thriller m’a irradié, en effet. Un thriller qui mélange allègrement le roman policier, le roman d’action, d’espionnage, de roman noir, d’écologie, de guerre civile, de conflits entre peuple frères et de folie Humaine.

La recette est excellente, imparable, on dévore le roman même si, parfois, devant certains comportements, on a envie de vomir.

M’emmener en Russie dans un roman, c’est déjà me conquérir une fois, mais me faire passer la frontière Ukrainienne pour me déposer en zone d’exclusion, me parler un peu de politique, de conditions sociales, de l’ex-URSS et de l’accident d’avril 1986, c’est m’offrir des pralines délicates sur un plateau en or massif. Je me suis régalée.

Ne me demandez pas ce que je faisais le 26 avril, nuit de la catastrophe, je n’en ai plus aucun souvenir ! Trop jeune pour m’en souvenir et sans doute plus intéressée par les dessins animés que l’actualité, même brûlante.

L’auteur a mis les petits plats dans les grands, a soigné ses personnages, a soigné sa mise en scène, a soigné les décors à tel point que j’avais l’impression d’être à Pripiat, ce qui m’a fait flipper grave quand même.

D’ailleurs, j’ose le dire, durant toute ma lecture, j’ai flippé, mes tripes se sont serrées, j’ai eu mal au coeur, même si j’ai pris mon pied littéraire. Hélas, tout n’est pas que fiction et penser à quoi nous avons échappé alors que d’autres n’avaient pas d’échappatoires ou n’ont même pas survécu, ça fait froid dans le dos.

La plume est caustique, amère, le constat est sans fard, non maquillé et tout en suivant les enquêtes d’Alexandre Rybalko et de Melnyk, l’auteur nous dresse un portrait au vitriol de la Russie et de l’ex-URSS. Pas en mettant en cause le pays ou ses habitants (bien que certains…), mais ses différents dirigeants qui se sont succédé et qui ont foutu la vérole à tous les niveaux.

Anybref, la plume de l’auteur sait très bien vous expliquer les petits travers de l’Homme, les corruptions, les magouilles, les secrets bien gardés, les bassesses et tout ça tourne toujours autour du pouvoir et surtout de l’argent.

Glaçant… Oui, le roman est glaçant, tout en étant magnifique. Rien ne nous est épargné et l’auteur à l’art et la manière de nous faire comprendre la noirceur humaine, même si on la connait déjà.

Un thriller roman noir dur, froid, âpre, intelligent et des plus instructifs. Le dosage entre la politique, la psychologie, l’écologie, l’enquête, la corruption, le passé et le présent est savamment dosé et aucun ingrédients ne prend le dessus sur les autres.

En fait, c’est plus qu’un simple thriller, plus qu’un simple polar, plus qu’un simple roman noir, plus qu’un roman historique. C’est tout ça à la fois et c’est bien plus encore.

Sortez vos compteurs Geiger et aventurez-vous dans la zone d’exclusion en retenant votre souffle afin de ne pas soulever trop de poussières radioactives…

Avec amertume, il se dit que le monde se souvenait de dictateurs, de joueurs de foot brésiliens et d’artistes peignant des carrés blancs sur fond blanc, mais que personne ne pouvait donner le nom d’un seul de ces hommes qui avaient sauvé l’Europe d’un cataclysme nucléaire sans précédent. Qui connaissait Alexeï Ananenko, Valeri Bespalov et Boris Baranov ? Qui savaient qu’ils s’étaient portés volontaires pour plonger dans le bassin inondé sous le réacteur 4, pour activer ses pompes et le vider de son eau avant que le cœur en fusion ne l’atteigne ? Qui savait que si le magna d’uranium et de graphite s’était déversé dans le bassin, il se serait produit une explosion de plusieurs mégatonnes qui auraient rendu inhabitable une bonne partie de l’Europe ? Qui le savait ?

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°133.

Une bête au paradis : Cécile Coulon

Titre : Une bête au paradis

Auteur : Cécile Coulon
Édition : L’Iconoclaste (27/08/2019)

Résumé :
La vie d’Émilienne, c’est le Paradis. Cette ferme isolée au bout d’un chemin de terre. C’est là qu’elle élève seule, avec pour uniques ressources son courage et sa terre, ses deux petits-enfants, Blanche et Gabriel.

Les saisons défilent, les petits grandissent. Jusqu’à ce que l’adolescence arrive, et, avec elle, le premier amour de Blanche, celui qui ravage tout sur son passage.

Il s’appelle Alexandre.

Leur couple se forge. Mais devenus adultes, la passion que Blanche voue au travail de la ferme, à la terre, à la nature, la contraint, la corsète, la domine.

Quand Alexandre, dévoré par l’ambition, veut partir, attiré par la ville, alors, leurs deux mondes se fracassent.

Critique :
La terre, c’est fort, c’est puissant, c’est dur, âpre, doux, c’est vivant…

Tout comme ce roman qui nous parle de la terre,d’une telle manière qu’il m’a touché une corde sensible avant faire bouger les autres.

La terre, je la connais. La ruralité aussi. La dure vie d’agriculteurs, je l’ai vue avec mes grands-parents, même si pour moi, étant gamine, ça ne me semblait pas si dur que ça.

On est naïf quand on est jeune, on ne voit que le bon côté des choses : un terrain de jeu immense.

Mais on a pas vu la somme de travail en amont, de privations, de sueur, qu’il a fallu pour obtenir ce patrimoine, grappillant l’argent petit à petit, s’endettant et ne sachant pas si oui ou non, il y aura une issue favorable.

Anybref, la terre, j’en ai entendu parler toute ma vie par les Anciens et je sais combien on peut s’y attacher, combien elle est remplie d’histoire, d’anecdotes, de sueur.

On la connait par cœur, cette terre, on sait où se trouvent les pièges, les trous, les meilleurs morceaux, les plus ensoleillés, les plus froids, où l’herbe est la plus verte…

Et je sais aussi qu’elle peut déclencher des rages infernales quand d’autres veulent se l’approprier. Sa terre, on y attaché, c’est viscéral.

Les personnages de ce roman, c’étaient comme retrouver des gens de ma famille, surtout la patriarche, Émilienne, qui m’a fait penser à une grande-tante.

Toujours sur le pont avant tout le monde, bossant sans jamais s’arrêter, s’occupant de sa famille, de son ménage, ne ménageant jamais sa peine. Dure au mal, dur à la peine, un roc inébranlable, dure avec ses enfants mais tendre avec ceux des autres.

Moi, ce roman m’a parlé directement au cœur. J’ai fait un bon dans le temps et je me suis retrouvée attablée en terrain connu. Le récit, il m’a collé au basques comme de la terre argileuse après une averse et j’en ai encore sur mes godasses tant il m’a pénétré.

L’histoire est conventionnelle au possible, mais c’est dans la manière de la conter que se trouve tout le sel.

Commençant par la fin qui nous laisse entrevoir une tragédie, le roman revient ensuite sur la jeunesse des protagonistes, Blanche et Gabriel, alternant les points-de-vue de plusieurs personnages, afin de nous offrir une large palette d’émotions brutes, telle une terre en friche que l’on va passer inlassablement afin de la travailler, de l’assouplir, de la réveiller.

Ce roman rural, c’est un mélange de tragédie grecque, de drame contemporain, un huis clos, la rencontre entre deux monde que tout oppose, la rencontre entre deux jeunes que tout va réunir avant de les opposer, deux personnes qui s’aimes mais dont l’une va exploser, d’une vie de privations, d’une ferme nommée Paradis qui est aussi un enfer…

C’est l’histoire d’une passion qui va tout brûler sur son passage, tout dévaster, oui, comme un ouragan (si vous chantez, c’est voulu).  L’histoire de trahisons, de vengeance, de rage, d’amour, de crime, de renoncement de soi, de peines à l’âme, de peines de cœur.

D’ailleurs, on ne s’y trompe pas, chaque chapitre porte le nom d’un verbe tels que grandir, venger, surgir, mordre, vivre, faire mal, protéger, construire… Tout un programme.

Entre une histoire (un roman) et son lecteur, il y a une rencontre ou pas. Avec certains, la rencontre n’a pas eu lieu car nous n’étions pas au même moment au même endroit, mais ici, le rendez-vous fut marquant, m’atteignant en plein cœur.

Ces émotions ressenties, elles ne seront pas les mêmes chez tout le monde. Chez moi, ce furent des émotions puissantes, de celles qui vous laissent dévasté et vous font vous endormir avec un sourire, triste mais heureux aussi.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°132.

Le grand silence : Jennifer Haigh

Titre : Le grand silence

Auteur : Jennifer Haigh
Édition : Gallmeister Americana (02/05/2019)
Édition Originale : Faith (2011)
Traducteur : Janique Jouin-de Laurens

Résumé :
En 2002, une vague de scandales déferle sur l’Église catholique de Boston. Un à un, des prêtres respectés du diocèse sont accusés du pire des crimes, celui d’avoir abusé d’enfants qui leur étaient confiés.

Éloignée depuis longtemps de sa famille par trop étouffante, Sheila McGann est restée néanmoins proche de son frère aîné, Art, curé dévoué et populaire d’une grande paroisse de banlieue.

Lorsque Art se retrouve soupçonné à son tour de proximité coupable avec un jeune garçon, Sheila rentre à Boston afin de le soutenir. Leur autre frère Mike, ancien policier, est lui aussi bien déterminé à découvrir la vérité.

Leurs enquêtes croisées révéleront les doutes et faiblesses de chacun, venus de leur passé, ancrés dans leur présent.

Critique :
Il est rare qu’un roman de la maison d’éditions Gallmeister me déçoive, mais de temps en temps, ça arrive…

C’est toujours un crève-coeur, surtout quand on l’avait fluoré parce que pitch était plus qu’intéressant.

La pédophilie n’est pas un sujet joyeux et là, c’était l’église de Boston qui était éclaboussée par des accusations de pédophilie.

Je ne suis pas ici pour juger les hommes d’église mais je vous dirai juste que j’évite toujours d’accuser ou de mettre en cause la religion ou dieu lui-même car il sera impossible de leur envoyer une citation à comparaître…

Non, dans ces affaires horribles, c’est le coupable qu’il faut juger et rien d’autre et ne pas crier haro sur le baudet. Ni clouer au pilori le présumé innocent car des faux témoignages, ça existe et certains ont vu leur vie brisée après cela.

Anybref, dans ce roman qui traite d’un sujet brûlant, nous allions enquêter avec Sheila McGann sur la culpabilité ou non de son frère, Art, prêtre. Directement l’homme a été déchu, quasi viré et pour lui, c’est l’incompréhension totale, le choc brutal. Pour sa famille aussi (mettons-nous à leur place, si nous étions livré à la vindicte populaire).

Toute les familles ont leurs secrets et Sheila va en faire la découverte elle aussi.

Le problème de ce roman est dans ses longueurs sans fins, dans les personnages pour lesquels on développe peu d’empathie, qui me semblaient être là sans y être, ou alors, c’était moi qui regardais la pièce sans y être.

C’était mécanique et elle s’est grippée, me faisant perdre le fil et l’intérêt pour l’histoire.

Dommage mais c’est ainsi, certains livres qui auraient dû vous toucher sont écrits d’une telle manière que vous passez loin d’eux.

Il me reste une chose : les accusations, qu’elles soient de pédophilies, d’attouchements, de viols, de harcèlement ne sont jamais à porter à la légère.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°131.

Astérix – Tome 10 – Astérix légionnaire : René Goscinny & Albert Uderzo

Titre : Astérix – Tome 10 – Astérix légionnaire

Scénariste : René Goscinny
Dessinateur : Albert Uderzo

Édition : Dargaud (1967)

Résumé :
Obélix tombe amoureux d’une jeune villageoise, Falbala, dont le fiancé Tragicomix vient d’être enrôlé de force par les Romains et expédié en Afrique.

Ravalant héroïquement sa déception amoureuse, le livreur de menhirs lui promet de sauver le jeune homme. Les deux inséparables compères, Astérix et Obélix, s’engagent donc à leur tour dans la légion afin de le retrouver.

Critique :
♫ Falbala-la-la, Falbala-la-la ♪  Mon cœur y voit Fal-ba-la-la-la ♪ Comme une chance comme un espoir ♪ (1)

Voilà ce qu’aurait pu fredonner Obélix s’il n’était pas resté muet comme une carpe devant la belle Falbala, sortant juste un « wghstrfg… » en lui offrant des fleurs.

Pas de chance pour notre livreur de menhir, la belle Falblala a plutôt envie de chanter ♫ Il était beau, Il sentait bon le sable chaud, Mon légionnaire ! ♪

Obélix amoureux mais n’hésitant pas à se mettre à la recherche de Tragicomix, la fiancé de celle qu’il aime, Idefix hurlant hurlant pour les arbres qui tombent et des pauvres instructeurs romains pleurant sur l’épaule de leurs collègues tant leurs nouvelles recrues leur en font voir de toutes les couleurs.

— Eh bien, Obélix ?! Tu t’amuses a abattre les arbres pendant que je suis en train de cueillir le gui ?!
— Ben…euh…aussi, elle est mal tenue cette forêt…il y a des arbres partout !

Cet album est génialisime ! Ne fut-ce que pour leur recherche du numéro d’affectation de Tragicomix et le fameux bureau des renseignements… Ah, si on pouvait faire comme Astérix, aller voir l’administration serait un plaisir.

— Le bureau des renseignements ?
— Sais pas. Adressez-vous aux renseignements ; ils vous renseigneront.

Par contre, avoir Astérix et Obélix dans la bleusaille à former, ce n’est pas un plaisir et nos instructeurs légionnaires auront souvent des chagrins d’amour (running gag).

Toujours avec humour, notre auteurs brossent les nationalités en usant et abusant des clichés les plus gros, mais cela reste toujours bon enfant et il est aisé pour un lecteur de reconnaître les différentes nationalités présentes dans la légion en formation.

De l’humour à toutes les cases, des jeux de mots savoureux, des situations drôles, cocasses, hilarantes, le séjour de nos gaulois chez les légionnaires laissera des traces… Des larmes chez les romans, des larmes de rire chez les autres.

ASTÉRIX : — Plus les armées sont puissantes, plus la nourriture est mauvaise. Ça maintient les guerriers de mauvaise humeur. (Il goûte sa ration.) Je ne pensais pas que l’armée romaine était aussi puissante !

(1) Nicole Croisille – Un homme et une femme

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°130.

La Bûche de Noël de Dame Ida

Et oui, cette année-là comme pour celles qui avaient précédé, Noël tombait encore avec une régularité déconcertante un 25 décembre.

Et si Dame Ida avait été stupide, amnésique ou précocement draguée par Al Zheimer (un fieffé salaud celui-là à son humble avis), les programmes télé qui diffusaient des niaiseries sentimentales en boucle sur l’esprit de Noël depuis la Toussaint, les illuminations aggravant le réchauffement climatique depuis le 15 Novembre, et l’incitation à consommer et à acheter tout un tas de trucs dont personne n’a besoin via à un matraquage publicitaire qui n’émeut aucune association de lutte contre le harcèlement, étaient là pour le lui rappeler.

Dame Ida avait dû quasiment se prostituer auprès du directeur de son supermarché pour dégoter des foies gras de canard frais à transformer en terrine, qu’elle stockait au congélateur en attendant la date fatidique, et braver les manifestations anti-Black-Friday pour se faire offrir un nouvel ordinateur en vue de remplacer celui qui après six ans de bons et loyaux services commençait à émettre des signes de grosse fatigue.

Dame Ida craignais d’ailleurs le pire… Si les associations d’activistes écolo-décroissant-anticapitalistes hurlaient à la sur consommation avec le Black Friday, qu’allait-il se passer dans les centres commerciaux pendant les weekends de décembre ?

Si on ajoutait à cela les grèves et manifestations que le président avait déclenchées en voulant réformer les retraites et rogner sur celles des fonctionnaires qui avaient soudainement très mal à l’anus puisque depuis des décennies on leur faisait avaler leurs salaires nettement inférieurs à ceux du privés et jamais revalorisés depuis les années 1980 en leur disant qu’ils seraient compensés par les meilleures retraites qu’on ne voulait plus leur laisser…

Heureusement Dame Ida était trop vieille (pour une fois que ça sert !) et trop proche de sa retraite pour être concernée par cette réforme léonine… Oui… Mais les zôtres ?

Bref… Décembre promettait de se transformer en guerre civile et l’esprit de Noël avec lequel les films américains nous gavent dès qu’on allume le poste semblait bien lointain.

D’autant que comme tous les ans Dame Ida devait secouer ses parents et sa belle-famille par les pieds pour savoir quand ils seraient disponibles pour fêter soit le réveillon, soit le 25 décembre avec les uns ou les autres, ce qui supposait un peu d’organisation car les indisponibilités respectives avaient toujours des effets domino se transformant en casse-têtes insolubles, même à l’acide sulfurique ou avec l’acidité gastrique que le stress de cette période ne manquait jamais d’occasionner dans les tripes de votre critique Agathesque préférée.

Au moins la question du qui veut quoi sous le sapin était-elle en train de se résoudre…

Toqué avait déjà eu sa nouvelle voiture de gros crâneur, l’exposant au risque de se faire poignarder dans le dos par Greta Thunberg… et qui de toute façon ne pouvait pas entrer dans le salon pour être mise sous le sapin du 25 décembre…

Choupinou allait avoir pour sa console la version 2020 de Mégamutilations, « Le jeu dont vous êtes le Bourreau », un nouvel écran pour son téléphone (qui avait mal résisté à un choc frontal avec le nez de sa sœur)…

La Pioupioute allait avoir elle aussi un nouvel écran pour son téléphone (qui avait mal supporté de se heurter avec le crâne de Choupinou), et une selle pour la licorne qu’elle envisageait de se faire offrir l’année suivante (si elle arrivait à faire expulser la voiture de son père du garage pour y caser sa licorne)…

Dame Ida avait trouvé un restau pour inviter Papy et Mamie à aller manger en amoureux en janvier en se partageant leur unique dentier (ben oui, on attend toujours que le président tienne ses promesses pour des prothèses dentaires accessibles à ceux qui sont trop vieux pour revendre leurs reins)…

Et trouvé sur le net des gélules amincissantes aux œufs de vers solitaires ainsi qu’un cactus bien piquant parfaits pour sa belle-mère… le cyanure n’étant hélas toujours pas en vente libre.

Alors c’est quoi Noël pour vous ? Des films cul-culs à la télé ? Une communion dans la foule qui se presse dans les Grands Temples de la Surconsommation, avec ses mythes illusoires (comme celui des bonnes affaires sachant que quoi qu’il arrive on se fait toujours enfler), ses rites (le boniment du vendeur, le produit qu’on emballe pendant que vous faites le code de la carte-bleue), sa musique assourdissante… etc ?

Une grosse bouffe avec des produits qu’on mange rarement et des gens qu’on n’est pas toujours si heureux de voir ? Ou le souvenir de la naissance d’un petit garçon dans une étable parce que personne ne voulait d’une femme enceinte dans son auberge, et promis à un avenir divin et terrible ?

Chacun voit minuit à sa porte comme il l’entend le 25 décembre ! N’étant pas adepte du culte de la consommation, ni du prosélytisme religieux sur le net, et préférant vous préserver de ses histoires de famille alambiquées, Dame Ida se bornera à ce qu’elle préfère dans la vie : la bouffe.

Si Molière faisait dire à son Avare qu’il faut manger pour vivre et non vivre pour manger… Soyez assurés que Dame Ida a appris à voler à son exemplaire de cette pièce, qui a dû atterrir dans une poubelle et dont plus personne n’a jamais entendu parler depuis.

Les foies gras étaient au frais… Prêts à cuire au bain-marie après un éveinage en règle et 24h de marinade au porto… Il ne restait donc plus qu’à faire le dessert !

La dinde ? Non… Dame Ida était trop grosse pour rentrer dans le four, et elle laissait à une autre convive le soin de se charger de trouver une autre grosse pièce à rôtir. Non mais ! Elle ne s’occuperait que du foie et du dessert !

Evidemment, Dame Ida avait longuement regardé la recette du Christmas Pudding maison mis à l’honneur par Agatha Raisin lors d’une de ses fêtes de Noël…

Mais eu égard au résultat et aux catastrophes répétitives de ses tentatives d’obtenir des scones dignes de ce nom, Dame Ida avait renoncé aux pâtisseries exotiques d’outre-manche… Surtout depuis qu’elle avait lu la composition de la fameuse Jelly qui lui donnait l’écœurante impression de bouger de la même façon que ses petits bourrelets quand elle enlevait ses sous-vêtements.

Or donc, elle referait son dessert fétiche des fêtes de Noël : sa bûche au chocolat hypercalorique qui après le foie gras, le saumon fumé et la dinde aux marrons vous colle au fond de votre lit pour une longue sieste digestive jusqu’au réveillon de la Saint Sylvestre.

Cette recette est tellement simple que si la Pioupioute et le Choupinou n’étaient pas des grosses feignasses, ils auraient pu la faire eux-mêmes !

Une recette tellement simple que la Mère Cocotte la méprise, vu qu’elle ne pourra humilier aucun concurrent du meilleur pâtisser avec, même si Sir Illignak serait tout à fait en droit de la trouver fondante et gourmande.

On est prête à pâtisser ? On s’est lavé les mains et on a enfilé le tablier ? C’est parfait ! Au boulot !

Pulvérisez 250g de boudoirs ou biscuits à la cuillère, et incorporez 250g de beurre fondu, ainsi que 5cl de rhum dans lequel vous avez délayé une dosette de café soluble. Jusque-là, ça va ? Vous suivez ? Oui… Vous suivez. Oui je sais… Le mélange à un aspect un peu chiasseux… Peu ragoutant… Mais ça va s’arranger…

Séparer les blancs et les jaunes de six œufs. Là… C’est plus technique, n’est-ce pas… Mais pas insurmontable n’est-ce pas ?

Au bain-marie, fondre 250g de chocolat à pâtisser et hors du feu, incorporer très vite les jaunes d’œufs petit à petit en faisant en sorte qu’ils ne cuisent pas… Et ajouter ça à la préparation précédente avec les boudoirs. C’est l’étape la plus risquée… mais… promis… on s’en sort. Là encore, c’est pas joli-joli… et avec le beurre qui a du mal à se mélanger au reste on se dit qu’on a tout foiré… Mais non… Ne vous laissez pas dégoûter par l’aspect du mélange… c’est normal… ça sera plus joli avec les étapes qui suivent.

Ensuite, montez les blancs en neige (même dans le meilleur pâtissier ils ne le font pas à la main, hein… alors pas de complexe, utilisez votre batteur et ça marchera tout seul). 

Incorporez délicatement les blancs au reste et verser la préparation dans un moule à cake. Mettez le moule une nuit au réfrigérateur pour que la bûche fige. Vous voyez ? C’est déjà plus joli, non ?

Pour faciliter le démoulage tapissez le fond du moule avec une bande de papier aluminium. Sinon… c’est galère.

Une fois démoulée vous constaterez qu’elle est irrégulière… donc faites des stries toutes aussi irrégulières  à la fourchette pour lui donner l’aspect du bois et saupoudrez là de cacao noir en poudre.

Vous pouvez la décorer avec les petits champignons au sucre du commerce, de la feuille d’or si vous êtes riches, voire avec un peu (pas trop) de sucre glace (avec une petite passette) pour faire croire qu’il a neigé… Laissez libre cours à votre imagination.

En fait… Cette bûche… Et bien c’est une grosse truffe géante au chocolat… Une version de Noël du 4 quarts (un quart boudoir, un quart beurre, un quart chocolat, un quart œuf), bien grasse et bien sucrée…

Et si vous n’avez pas bu tout le Sauterne avec le foie-gras… et bien il accompagnera parfaitement ce dessert.

Toquéfada aime bien noyer sa part de bûche de crème anglaise maison (c’est l’un des rare trucs qu’il fait avec son moelleux au chocolat appris de sa grand-mère)… Moi je trouve que ça rajoute trop de sucre… et que ça gâche la force du cacao… Chacun son goût.

En général personne n’en veut beaucoup après le repas de Noël… Et il en reste toujours pour le lendemain… Youpeeeee ! Pour le petit déjeuner ou le goûter ça marche très bien aussi… Avec une tasse de Lapsang-Souchong évidemment (Héhéhé… J’ai refait le plein…)!

Joyeux Noël et bonnes fêtes de fin d’année à toutes et à tous !

Mon Wild Cat est de droite…. [Des nouvelles de mon challenge « J’apprivoise un chat »]

Noël, c’est aussi les petites contes, les belles histoires, celles qui font sourire, les bonnes actions… Et Minou le chat (oui, je ne me suis pas foulée sur ce coup là pour son nom, je vous jure que j’ai déjà fait bien mieux) est le candidat parfait puisque son histoire est jolie et qu’il est en progrès constant (autre chose que moi à l’école, tiens).

Non, pas de panique, je ne parlerai pas de politique ! Juste de mon chat dont ça fait longtemps que je n’ai plus donné de nouvelles et qui a bien progressé ces derniers temps.

On avait stagné durant un long moment, rien n’avançait, rien ne reculait (comment veux-tu que je t’en…?), mais on était à zéro progressions.

Nous restions sur nos acquis, c’est-à-dire un chat qui court derrière ses croquettes que je lançais dans la pièce (les canicules sont finies depuis longtemps, ses boiteries aussi, donc, on fait du sport !) et qui reste près de moi pour se faire câliner après avoir mangé.

Et puis, tout à coup, boum, on avance un coussinet.

Ces dernières semaines, je suis arrivée à le caresser alors que j’étais debout. Il sortait du dessous du lit lorsque je préparais sa mesurette avec les croquettes (ah, le bruit des croquettes deux fois par jour) et soit il se tenait derrière moi ou alors, sur le côté.

Délicatement, j’avançais doucement et après avoir reniflé mes doigts (il se shoote à l’odeur de croquettes), je pouvais le caresser et il se trémoussait, avant de me faire comprendre que bon, là, il voudrait bouffer, alors, hein, si tu pouvais lancer la croquette…

Le coup du chat qui est de droite vient du fait que depuis que j’arrive à caresser mon wild cat (et à le faire ronronner, surtout), il se tient toujours à ma droite !!!

De là à penser qu’il voterait à droite si tous les cons ne se trouvaient plus à gauche… Oups, pardon !

Allez, de temps en temps, il passe au-dessus de mes jambes étendues (je suis assise par terre, comme le chantait Zaz) et va s’asseoir à ma gauche, mais il n’y reste jamais longtemps et se remet à ma droite où là, il se fout par terre pour mieux se faire tripoter les poils du dos.

De plus en plus souvent, il a aussi commencé à se placer au centre, entre mes jambes étendues, il s’y est même couché quelques minutes. Quand je vous dit qu’on avance lentement mais sûrement !

Sa folie ? Mes pieds !! Qu’ils soient nus ou en chaussettes (il fait froid, maintenant), ce chat adore frotter sa tête contre mes pieds (droit, souvent, gauche, parfois). Pire, il les renifle et à même tenté, à quelques reprises, à me les lécher ! Non, pitié, pas ça !

On a consulté chez des vétos pour moins que ça…

La dernière avancée est qu’il est moins couillon qu’on le pensait et qu’après plusieurs essais infructueux et des essais réussis grâce à sa gourmandise, je suis enfin arrivée à le faire sortir de ses pièces de vie !

Une patte et puis les autres dans le couloir du premier étage… Un petit pas pour le chat, mais un grand pas vers un plus grand espace territorial puisque le but est qu’il circule dans toute la maison (hors cave et véranda) en tout liberté.

Jouant au Petit Poucet qui sème les friandises, tel un Saint-Nicolas, dans les escaliers, je suis arrivée à le faire monter jusqu’à notre étage et lui faire passer la porte, juste quelques centimètres, mais purée, quelle avancée !

Pour lui, la trouille… Le regard halluciné, les yeux qui vont dans tous les sens, la tête qui bouge comme celle d’un Sarko sur la plage arrière d’une voiture…

Puis de nouveau on est resté en stagnation, il ne sortait plus de ses pièces, alors que sa porte était ouverte toute la journée. Donc, je suis passée à porte ouverte la nuit aussi et il a circulé ! Les lumières s’allument dans le couloir dès qu’il y a un mouvement, on peut donc suivre la progression du chat, la nuit !

De nouveau on est resté les jours suivants sur ses acquis, il ne bougeait plus… Et puis, boum, après les câlins du soir (et les croquettes), la porte étant restée ouverte, le chat est parti en exploration, me laissant dans sa pièce et est revenu au bout de 20 minutes, me regardant comme s’il ne m’avait jamais vu…

Rebelote le lendemain matin ! Il se casse, se promène et puis revient tranquille chez lui.

La nuit, ça se promène aussi, jusque devant la porte de notre chambre où il a fait jour/nuit/jour/nuit plusieurs fois, vers 5h du mat’ (merci le chat !).

Prenant du courage, l’animal me suit maintenant après la bouffe du soir (mais loin derrière, hein, pas de miracle) et monte chez nous pour explorer toutes les pièces, les derrières de porte, les dessous de meuble, les derrières de TV, mon bureau, la cuisine, les chiottes…

Il en est toujours ressorti sans toiles d’araignées sur la tronche, donc… mdr

Si au départ il était tendu et en alerte, le second soir, il était plus détendu et n’a pas laissé un recoin inexploré, mais il n’a sauté sur aucun meuble.

Par contre, je ne sais pas ce qu’il a voulu faire dans notre chambre, mais deux livre de poche étaient par terre (Paul Cleave), comme s’il avait voulu sauter sur la biblio et avait loupé son coup avant de se prendre deux romans sur la tronche…

Depuis, il évite de chipoter à mes biblios (dans celle d’en bas, il s’était pris un Fred Vargas sur la tête).

Il y a quelques temps déjà, il est venu me retrouver au lever, à 6h du matin, et je l’ai caressé durant 30 minutes, alors que ce sacripant ne m’avait même pas laissé le temps de me faire mon café (et surtout de le boire).

Il m’a fait le coup quelques fois, puis a arrêté. Mais il me laissait faire mon café, m’asseoir dans le divan avant de venir me retrouver pour une séance de câlinages.

Depuis, il a pris le pli, après sa bouffe du matin et du soir, il monte nous retrouver à l’étage, ce qui est plus embêtant pour lui au matin car je dois partir bosser… Les grands mouvements lui font toujours peur et il détale maintenant sous la table de la salle à manger, sous la chaise contre le mur, celle qui ne bougera jamais car coincée. Avant, il sortait par la porte…

Malgré tout, il est plus du soir… La journée, il pieute sur son coussin, dans l’ancienne chambre d’ami et la soirée, il l’a passe à nos côtés, montant sur le gros coussin du canapé pour y dormir pendant que je lis, ses fesses appuyées sur le haut de mon bras, ou se couchant dans le divan, à ma place (quand je n’y suis pas), gardant ses distances avec mon homme tout de même.

La télé lui faisait peur, ça va mieux, il a même regardé deux films (les hommes, ça zappe) assis sur le divan… Il vient aussi me retrouver dans mon bureau, où se trouve mon PC, admire ma grande biblio, mes bibelots et il se laisse caresser dans mon antre, tout en restant sur ses gardes car il n’y a qu’une porte de sortie !

Par contre, il adore fouiner partout dans mon bureau et à trouvé une place bien cachée sous l’ancien fauteuil de bureau, dans un coin sombre. Voir sans être vu, il adore.

On lui a installé une chatière à sa porte à lui, pour ne plus laisser la porte entrouverte mais ce diablotin n’a pas compris le truc de pousser la porte de la chatière, donc, on maintient le système ouvert avec un fil… Pas moyen de lui faire comprendre, dès qu’il sent la résistance (même faible) de l’aimant, il recule.

Il y a encore du boulot, mais je suis aux anges car depuis qu’il vient nous retrouver, on progresse à grands pas (tout est relatif, mais pour un chat non apprivoisé au départ, les pas sont grands) et toujours dans le bon sens.

Il est zen, calme (sauf quand il joue avec sa souris, maintenant j’ai compris pourquoi j’ai dû la recoudre), me regarde avec ses grands yeux aimants (j’espère) et est toujours en demande de caresses. Il devient même parfois foufou et j’ai eu quelques coups de griffes.

Ces derniers jours, il s’incruste tellement qu’on va arriver t-plus vite que je ne le pensais à devoir le mettre dehors (dans le couloir) quand on montera se coucher. Le vendredi 13, il était toujours là lorsque j’enfilais ma robe de nuit et c’est mon mari qui, sans le faire exprès, lui a fait peur en sortant de la salle de bain. Il a quitté son poste d’observation et a filé chez lui…

Par contre, autant où le soir il va et il vient, franchissant notre porte d’entrée (entrouverte) moult fois, me foutant la trouille souvent, car je ne l’entends pas arriver et je le retrouve assis, l’observant, et bien, il ne vient jamais en journée.

Maintenant, je vous souhaite un Joyeux Noël, qu’il soit commercial ou religieux (c’est votre choix à vous), familial ou entre potes, avec ou sans sapin.

N’oubliez pas de mettre le petit Jésus dans la crèche… ;-))

Réflexions sur la question antisémite : Delphine Horvilleur

Titre : Réflexions sur la question antisémite

Auteur : Delphine Horvilleur
Édition : Grasset (09/01/2019)

Résumé :
Sartre avait montré dans Réflexions sur la question juive comment le juif est défini en creux par le regard de l’antisémite. Delphine Horvilleur choisit ici de retourner la focale en explorant l’antisémitisme tel qu’il est perçu par les textes sacrés, la tradition rabbinique et les légendes juives.

Dans tout ce corpus dont elle fait l’exégèse, elle analyse la conscience particulière qu’ont les juifs de ce qui habite la psyché antisémite à travers le temps, et de ce dont elle « charge » le juif, l’accusant tour à tour d’empêcher le monde de faire « tout » ; de confisquer quelque chose au groupe, à la nation ou à l’individu (procès de l’ »élection ») ; d’incarner la faille identitaire ; de manquer de virilité et d’incarner le féminin, le manque, le « trou », la béance qui menace l’intégrité de la communauté.

Cette littérature rabbinique que l’auteur décortique ici est d’autant plus pertinente dans notre période de repli identitaire que les motifs récurrents de l’antisémitisme sont revitalisés dans les discours de l’extrême droite et de l’extrême gauche (notamment l’argument de l' »exception juive » et l’obsession du complot juif).

Mais elle offre aussi et surtout des outils de résilience pour échapper à la tentation victimaire : la tradition rabbinique ne se soucie pas tant de venir à bout de la haine des juifs (peine perdue…) que de donner des armes pour s’en prémunir.

Elle apporte ainsi, à qui sait la lire, une voie de sortie à la compétition victimaire qui caractérise nos temps de haine et de rejet.

Critique :
Une fois de plus, c’est grâce à « La Grande Librairie » que j’ai décidé de lire ce roman qui est aux antipodes de mes lectures habituelles.

La manière dont l’auteure avait parlé de son livre m’avait interpellé, dans le bon sens du terme car elle faisait un parallèle intéressant entre l’antisémitisme et la place de la femme dans l’Histoire.

Nous étions accusées des mêmes maux, des mêmes tares que les Juifs : hystériques, manipulatrices, opportuniste, faible…

La féminisation du Juif dans le discours politique sert généralement à faire de l’homme enjuivé un faible, ou de l’homme juif un manipulateur, un hystérique ou un opportuniste. Autant d’importations d’une rhétorique misogyne traditionnelle qui vont disqualifier un individu dans l’exercice du pouvoir.

Comme je m’en voudrais de mourir bête et que j’aime aller me coucher un peu plus « culturée », j’avais coché ce roman, bien décidée à me plonger dedans dès que je pourrais le faire.

Véritable enquêtrice, l’auteure s’est plongée dans les textes anciens, les textes bibliques, pour aller chercher une trace non seulement de la première fois où l’on utilisa le mot « Juif » (avant, on disait « Hébreu ») et d’où viendrait cette haine, le patient zéro, en quelque sorte.

Pour les commentateurs, l’histoire n’a pas commencé là, mais trouve sa source ailleurs dans un autre récit ; et ils vont donc se livrer à une exploration, presque à une enquête policière sur la piste généalogique du Juif et de son ennemi légendaire. Remontons ensemble les générations bibliques de la haine antisémite…

Au départ, l’exploration des textes de l’Ancien Testament ne m’a pas dérangé, c’était agréable à lire, j’avançais bien au pays des légendes et des histoires, même si, au fil des différents textes, l’histoire n’était pas tout à fait la même.

Je la prends pour un texte servant à m’expliquer des choses, à m’élever, à réfléchir, rien de plus. Donc, tout allait bien dans le meilleur des mondes.

En un verset, Haman offre au lecteur un parfait condensé, une illustration intemporelle de ce que sont les accusations portées contre les Juifs à travers l’Histoire : un peuple perçu comme à la fois dispersé et à part, mêlé à tous mais refusant de se mélanger, indiscernable mais non assimilable. Son particularisme est vécu comme une menace pour l’intégrité de la nation ou la puissance politique, mettant en danger la stricte égalité entre des éléments d’une nation indifférenciée. Pèse sur lui, dès lors, un soupçon de non-allégeance, qui justifie à terme son départ ou son élimination physique. À l’instant même où le Juif paraît dans le texte, surgit avec lui comme dans un même souffle, son ennemi, fruit d’une gémellité littéraire troublante. Le duo Mardochée/Haman est comme scellé dès l’origine : cherchez le Juif, l’antisémite n’est jamais très loin.

Oui, mais, à un moment donné, trop is te veel et c’était trop pour mon petit cerveau qui a décroché quelques fois car trop théologique pour la lectrice lambda telle que je suis.

Le rythme de lecture en pâtit, on surprend ses yeux à sauter des lignes et à tenter d’aller voir plus loin si le texte n’est pas plus intéressant que cette étude trop poussée pour ceux et celles qui n’y sont pas habituées.

Pourtant, tout le reste est intéressant au possible, j’ai vraiment aimé tout le reste, mais ce blocage me restera en travers de la gorge et malheureusement, mon plaisir lecture s’en est ressenti car j’aurais préféré qu’elle nous parle plus de l’antisémitisme à travers les âges du monde réel.

Au final, c’était plus facile d’écouter l’auteure parler de son livre à La Grande Librairie que de la lire. Sans pour autant remettre son travail en question car il y a des heures de boulot là derrière, ce qui est bien dommage d’avoir mis autant de peine dans la recherche et peut-être moins dans la présentation de toutes ces études des textes bibliques.

Dommage… Malgré tout, je retiendrai des choses de cette lecture et j’irai me coucher moins bête que la veille, ce qui n’est déjà pas si mal. Tout compte fait, je ne suis pas vraiment perdante sur le coup.

Il existe par exemple une distinction fondamentale entre l’antisémitisme et les autres racismes. Ces derniers expriment généralement une haine de l’autre pour ce qu’il n’a pas : la même couleur de peau, les mêmes coutumes, les mêmes repères culturels ou la même langue. Son « pas-comme-moi » apparaît au raciste comme un « moins-que-moi » ; il a tôt fait de le juger inabouti ou inférieur. Il est un barbare au sens où les Grecs l’entendaient : un homme dont le langage semble bégayer, de façon primitive et ridicule, bar… bar… Changez sa couleur de peau, gommez son accent et la haine pourrait bien disparaître ou s’apaiser. Le Juif au contraire est souvent haï, non pour ce qu’il N’A PAS mais pour ce qu’il A. On ne l’accuse pas d’avoir moins que soi mais au contraire de posséder ce qui devrait nous revenir et qu’il a sans doute usurpé. On lui reproche de détenir et d’accaparer le pouvoir, l’argent, les privilèges ou les honneurs qu’on nous refuse. On l’imagine, dès lors, propriétaire d’un « en plus » dont il nous prive.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°129.

Le Noir qui infiltra le Ku Klux Klan : Ron Stallworth

Titre : Le Noir qui infiltra le Ku Klux Klan

Auteur : Ron Stallworth
Édition : Autrement (22/08/2018)
Édition Originale : Blackkklansman (2014)
Traducteur : Nathalie Bru

Résumé :
« Tout a commencé un jour d’octobre 1978. Inspecteur à la brigade de renseignement de la police de Colorado Springs, j’avais notamment pour mission de parcourir les deux quotidiens de la ville à la recherche d’indices sur des activités subversives.

Les petites annonces ne manquaient jamais de m’étonner.

Parfois, entre stupéfiants et prostitution, on tombait sur un message qui sortait de l’ordinaire. Ce fut le cas ce jour-là.

Ku Klux Klan
Pour tout information :
BP 4771
Security, Colorado 80230

Moi qui voulais de l’inhabituel, j’étais servi. J’ai décidé de répondre à l’annonce.
Deux semaines plus tard, le téléphone a sonné.

« Bonjour, je suis chargé de monter la section locale du Ku Klux Klan. J’ai reçu votre courrier. »

Merde. et maintenant je fais quoi ? »

Critique :
JUBILATOIRE !

Une grande envie d’éclater de rire si le sujet traité n’était pas aussi grave : la ségrégation raciale, le KKK et le suprémacisme Blanc.

Oui, à certains moments, le récit donne envie de pouffer de rire devant ce Grand Dragon qui explique, bien sérieusement comment il fait pour détecter la différence entre un Noir ou un Blanc (tendance « bon aryen » – à lire d’un seul tenant pour le jeu de mot) au téléphone alors qu’au bout du fil, il a un policier Noir…

Risible parce que ces KKK sont des hypocrites qui, rejetant la religion catho, lui en emprunte tout de même une partie de son décorum et de ses « au nom du père, du fils et du saint-esprit ».

Lors de ses cérémonies les plus sacrées, le Klan empruntait à la liturgie catholique pour laquelle il affichait un profond mépris. Une des preuves les plus flagrantes de leur hypocrisie.

Risible ces klansman parce que, comme leur dirait bien Scar (Le Roi Lion) « vos pouvoirs de réflexion volent plus bas que le derrière d’un cochon ».

Leur niveau intellectuel n’est guère brillant mais leurs orateurs ont une belle rhétorique et les gens ne retiennent jamais que ça : celui qui a eu le dernier mot, celui qui ne s’est pas laissé démonter à un débat. On retient les mauvais chiffres, les fausses infos, jamais celles qui étaient véridiques.

Oui, ce livre ressemble à une grosse farce et pourtant… En 1978, Ron Stallworth, policier à Colorado Springs a pourtant réussi à infiltrer la section locale du KKK, même si, aux réunions, il y envoyait une doublure, un policier Blanc.

Malgré tout, derrière la farce et le bon tour que ce flic Noir jouait aux White Powers, on sent aussi dans le texte qu’il ne fallait pas aller chez les gars du KKK pour trouver du racisme, du ségrégationnisme et de la haine de l’autre.

Notre policier en a bavé, il rappelle d’ailleurs souvent que nous étions dans les années 70 et que ce qui se disait à l’époque ne pourrait plus se dire de nos jours sans un blâme mais que malgré toutes les avancées que l’Amérique a faite, le racisme est toujours présent, qu’il n’a pas baissé depuis les années 70, même si les Noirs ont acquis des droits.

Véritable enquête dans le milieu des racistes en cagoules blanches, notre policier a monté un dossier sur eux, avec l’accord de ses chefs, a levé quelques lièvres qui seront déplacés ailleurs.

Se jouant de ces suprémacistes aryens qui se pensent assis plus haut que les autres, notre policier a fait preuve d’une audace et d’un culot monstre à une époque où il était le seul policier Noir dans le coin et où on lui demandait de ne jamais répondre aux provocations, faisant, une fois de plus, taire les victimes alors que les coupables s’en sortaient blanc comme neige.

Je suis Blanche, de par ma couleur de peau, j’ai plus de droits que certains, de par mon sexe, j’en ai moins que d’autres. En fait, quand j’y pense, je me dis que j’ai énormément de chance, j’aurais pu naître à une autre époque et dans une autre couleur de peau, ce qui aurait changé toute ma vie car comme eux, j’aurais dû me battre ou subir.

Restons vigilants car ces derniers temps, des démagogues sont arrivés au pouvoir, les grosses ficelles des populistes sont de sorties et elles font mouches car leur rhétorique est bonne et elle plait à une partie de l’électorat, malgré leurs casseroles au cul, malgré leurs conneries, ils/elles séduisent. Ce sont de bons vendeurs et je vais gaffe de ne pas tomber dans leur jeu, malheureusement…

Duke était un bon débatteur, il connaissait son sujet et savait parfaitement justifier ses thèses. Il était décontracté et en apparence plein de savoir-vivre – davantage encore, semblait-il, lorsqu’il était attaqué de front par des gens qui maîtrisaient mieux que lui la question. Et quand on démontait ses arguments fallacieux, étayés par des faits mensongers, Duke gardait son calme. Il opposait une rhétorique spécieuse qui laissait souvent ses adversaires K.-O. et donnait le sentiment qu’on avait affaire à un type brillant.

Un excellent roman qui m’a fait sourire tout en me serrant les tripes car ces suprémacistes, ils sont toujours parmi nous. Y’en a même qui veulent construire des murs.

Trop souvent, par l’ardeur qu’ils déploient pour trouver un « scoop », les médias génèrent eux-mêmes les événements dont ils parlent ensuite. Ce qui ne sert que l’individu et le sujet couvert, en offrant une tribune ou un pouvoir que ni l’un ni l’autre ne mérite.

Une journée hautement comique, à y repenser : les hommes du Klan avaient trois flics infiltrés parmi eux et on leur avait assigné comme garde du corps celui qui pilotait l’enquête.

Le succès se mesure parfois non pas à ce qui se passe, mais à ce qu’on a évité.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°128.