Je suis le fleuve : T. E. Grau

Titre : Je suis le fleuve

Auteur : T. E. Grau
Édition : Sonatine (09/01/2020)
Édition Originale : I Am the river (2018)
Traducteur : Nicolas Richard

Résumé :
Subir. Survivre.

Depuis la fin de la guerre du Vietnam, Israël Broussard survit tant bien que mal à Bangkok. Cinq ans plus tôt, il a participé à la mystérieuse opération Algernon, au cœur de la jungle laotienne.

Ce qui s’est passé là-bas ? Il ne s’en souvient plus, il ne veut plus s’en souvenir.

Et pourtant, l’heure est venue de s’expliquer…

L’intensité et la crudité dérangeante de sa prose font de Je suis le fleuve une expérience de lecture à nulle autre pareille.

Ce voyage halluciné et sans retour à travers les méandres d’une psyché dévastée évoque irrésistiblement Apocalypse Now.

Critique :
♫ One night in Bangkok makes a hard man humble ♪ Not much between despair and ecstasy ♪

One night in Bangkok and the tough guys tumble ♫ Can’t be too careful with your company ♪ I can feel the devil walking next to me ♫

I can feel the devil walking next to me… Je peux sentir le démon marcher près de moi…

Voilà une phrase qui sied bien au personnage halluciné, traumatisé et azimuté qu’est l’ex-soldat Israël Broussard.

Mon problème avec ce roman a commencé dès l’entrée en scène de cet étrange personnage et j’ai eu un peu de mal à me concentrer sur ma lecture tant son comportement était bizarre, oscillant entre rêves éveillés (ou pas), cauchemars, visions, folie, démence… Ne biffez aucune mention, elles sont toutes utiles.

Vu sa psyché dévastée, il aurait eu sa place dans le film Apocalypse Now, sans aucun doute, mais il n’arrive tout de même pas à la cheville du colonel Kurtz… Ou alors, je dois revoir mes classiques de toute urgence (faut une prescription ?) !

Ce que Israël Broussard a vu de la guerre du Vietnamn ce n’était pas La croisière s’amuse (Love Boat), loin de là.

Pourtant, l’auteur nous donnera peu de détails sur l’horreur que fut cette guerre. Il en brosse les grandes lignes, les grandes monstruosités et Monsanto nous fait même un petit coucou avec ses produits défoliants toute concurrence.

En fait, on dirait que toutes les monstruosités, tous les actes barbares sont concentrés dans le personnage de Broussard. Non pas parce qu’il les a commis (même si on se doute que son traumatisme vient d’un acte violent) mais parce qu’il les a subies en participant à ce conflit.

À lui tout seul, il regroupe une bonne partie des syndromes post-traumatiques dont souffrent les soldats après une guerre.

On ne lit pas se livre tranquillement, il n’est pas un long fleuve tranquille, dedans on y côtoiera même un chien noir qui semble tout droit sorti des Enfers et qui poursuit Broussard sans relâche, malgré ses shoot à diverses substances.

Bizarrement, Molosse Noir poursuit Broussard depuis une mystérieuse opération au Laos qui n’est renseignée nulle part. La Grande Muette n’aurait-elle pas validé cette opération ?

Comment passe-t-on d’un homme traduit en cour martiale pour avoir refusé de tirer sur l’ennemi à un homme traumatisé par une opération clandestine dans un pays neutre ? Demandez à la taupe Chapel…

Une fois de plus, l’Amérique ne sort pas grandie de ces pages… Une fois de plus, le Super Gendarme du Monde en prend plein sa gueule pour pas un rond, l’auteur frappe sous la ceinture et je n’irai pas lui demander d’arrêter. Qu’il frappe seulement, tant que c’est avec des mots… Et ses mots poignardent.

Dommage que j’ai un peu galéré au départ parce que cela m’a fait perdre une partie du plaisir de lecture. Malgré tout, je n’ai pas tout perdu puisque le pays qui se fout de tout le monde s’est fait tacler sévèrement.

Heureusement qu’après mon patinage de départ j’ai persévéré car il s’est révélé au final un très bon livre dont le personnage le plus ressemblant au colonel Kurtz niveau folie n’était pas Broussard mais Chapel, la taupe, et son plan plus qu’halluciné !

Avec des personnages profonds, illustrant la diversité de l’Amérique à eux tous seuls (avec leur haine raciale, leurs préjugés et leurs différences culturelles), ce roman de guerre est spécial car il vous plonge directement dans la tête d’un ancien soldat qui se terre dans un trou pour échapper à ses cauchemars réincarnés en chien énorme.

En s’accrochant un petit peu et en dépassant ce côté bordélique du départ, on entre peu à peu dans un roman sur la guerre du Vietnam différent des autres, où la jungle et la ville de Bangkok prennent vie…

Un roman où les pires cauchemars vous poursuivent, sans qu’il y ait intervention de l’élément fantastique, simplement parce que la guerre a fait de vous un traumatisé, un pauvre hère hanté par ce qu’il a commis, parce qu’un ou plusieurs gouvernements, un jour, on décidé de se faire la guerre et de vous y envoyer la faire à leur place.

La guerre n’est rien d’autre que la continuation de la politique par d’autres moyens (Carl von Clausewitz).

Lorsqu’un gouvernement se prépare à la guerre, il décrit ses adversaires comme des monstres (Carl Sagan).

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°151.

39 réflexions au sujet de « Je suis le fleuve : T. E. Grau »

  1. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Janvier 2020 | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.