Quand on n’a que l’humour… / Les silences : Amélie Antoine [LC avec Bianca]

Titre : Quand on n’a que l’humour… / Les silences

Auteur : Amélie Antoine
Édition : Michel Lafon (04/05/2017) / Le Livre de Poche (07/03/2018)

Résumé :
C’est l’histoire d’un humoriste en pleine gloire, adulé de tous, mais qui pense ne pas le mériter.

Un homme que tout le monde envie et admire, mais que personne ne connaît vraiment.
Un homme blessé qui s’est accroché au rire comme on se cramponne à une bouée de sauvetage.

C’est aussi l’histoire d’un garçon qui aurait voulu un père plus présent. Un garçon qui a grandi dans l’attente et l’incompréhension. Un garçon qui a laissé la colère et le ressentiment le dévorer.

C’est une histoire de paillettes et de célébrité, mais, surtout, l’histoire d’un père et d’un fils à qui il aura fallu plus d’une vie pour se trouver.

Critique :
Voilà un livre qui se lit à la vitesse d’un train, un jour où il n’y a pas de grèves, pas de travaux sur la ligne…

Bien assis, vous contemplez le paysage qui défile devant vos yeux.

D’un côté, le présent avec Edouard Bresson, un humoriste qui fait rire toute la France. Toute ? Non, pas son fils…

Si vous tournez la tête sur le côté, vous aurez aussi une vue sur le passé avec des émotions en pagaille.

L’enfance d’Edouard Bresson est loin d’être agréable avec un père qui refuse le moindre bruit, qui regarde son fils en le pensant handicapé, puisqu’il bégaie et une mère qui n’a d’yeux que pour le cadet.

Le roulement du train vous berce, la phrase terminant un chapitre étant celle qui commence le suivant, comme un parallèle entre sa vie au présent et son enfance. On s’attache à Edouard, on a mal avec lui, on se souvient de nos jours d’école qui n’étaient pas toujours tendres.

Des émotions, oui, mais pas au point de faire chialer artificiellement dans les chaumières non plus. On a le cœur qui se crispe, mais on dirait que l’auteure n’a pas cherché à nous faire du larmoyant au point de sortir les kleenex.

Puis bardaf, l’embardée… Pas le roman, mais un personnage. Là, ma mâchoire s’est décrochée et ensuite, le récit a basculé dans un autre chose, tout en restant dans la continuité, mais en faisant entrer en scène Arthur, le fils d’Édouard, celui qui ne rit pas des pitreries de son paternel.

Ce roman se lit tout seul, en effet. Il a un air de feel-good sans en être un. Il passe des messages, fait réfléchir aux relations parents-enfants et sur le fait que jamais aucune partie n’est satisfaite de l’un.

Les parents veulent toujours plus pour leurs enfants, les enfants sont comme des politiciens dans l’opposition : ils critiquent tout !

De plus, ils sont rancuniers envers leurs géniteurs puisque ces enfants auraient voulu qu’ils fassent autrement, sans se rendre compte que la plupart du temps, leurs parents faisaient de leur mieux, tellement persuadés de faire mieux que leurs parents à eux et voulant éviter à tout prix de refaire les erreurs de leurs vieux.

— Tu sais, les souvenirs qu’on se forge sont toujours partiaux et partiels.

Raté, on reproduit tout ! L’Homme a le mimétisme dans ses gênes.

Certes, je ne viens pas de lire le roman de l’année, ni celui du mois, mais il a quelque chose dans ses pages qui m’a donné des frissons, du plaisir, des émotions, de la réflexion.

Cela devait être lié aux personnages, attachants, à leur enfance brisée, loupée, ratée, à tout ces non-dits, ces silences qui tuent et qui peuvent meurtrir encore plus en cas de décès de la personne avec laquelle on avait un contentieux. Une connaissance le vit, ça la détruit à petit feu.

Parfois, à force de ne vouloir déplaire à personne et de faire plaisir à tout le monde, on rate l’essentiel… Edouard a-t-il raté l’essentiel ? Vous le saurez en lisant ce roman où la plume est légère comme un ballon gonflé d’hélium et qui vous emporte dans le ciel.

Bianca et moi n’avons pas raté cette LC qui nous a donné du plaisir. Une sorte de doux plaisir, un petit sourire au coin des lèvres, un petit pincement au cœur de l’avoir terminé…

 

20 réflexions au sujet de « Quand on n’a que l’humour… / Les silences : Amélie Antoine [LC avec Bianca] »

  1. Ping : Les silences – Amélie Antoine | des livres, des livres !

  2. Et oui… c’est comme ces fils de boulangers allergiques au gluten, à ses policiers qui doivent aller chercher leurs enfants au poste, à ces peripristiputes dont les filles deviennent bonne soeur ou ces enfants de sexologues impuissants et les mioches de psys totalement dépressifs ! Les enfants sont si décevants! Et… leurs parents sont pires! 😭

    Toqué? Une vasectomie? Ça te dit?

    Aimé par 1 personne

    • C’est trop tard pour se faire couper les canaux du kiki ! Faut revendre tes gosses en pièces détachées et gagner du fric pour aller vivre à miami ! yes.

      On va se faire incendier par les associations de parents ! 😀

      J'aime

      • Miami, c’est surfait! Le climat tropical c’est pénible, la bouffe locale te donne encore plus chaud, c’est surpeuplé et en plus la délinquance est terrrrrible! Nan… Un p’tit village dans la Creuse entre prairie et forêt me suffirait. Loin de tout et évidemment sans laisser d’adresse! Et puis l’immobilier est encore vaguement décent…

        Aimé par 1 personne

        • Ah, je vais aller y faire un tour ! Si tu tombes sur une cavalière distinguée, ce ne sera pas moi, mais si tu tombes sur une nonchalante suivie par un chien, cela voudra dire que je suis dans la Creuse aussi ! 😆

          J'aime

  3. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Janvier 2020 | The Cannibal Lecteur

Répondre à belette2911 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.