La vraie vie des détectives de fiction : Mathilde de Jamblinne

Titre : La vraie vie des détectives de fiction

Auteur : Mathilde de Jamblinne
Édition : Jourdan (28/02/2019)

Résumé :
Un livre sur 4 vendu en librairies est un roman policier. Ce livre dévoile la vraie vie des détectives qui nourissent les imaginaires des lecteurs depuis des générations. Un livre-découverte passionnant.

Le roman policier se classe chaque année parmi les meilleures ventes en librairies et est devenu, aujourd’hui, un genre incontournable.

Mais qui sont ces héros, ces anti-héros, ces détectives professionnels ou non, qui dénouent les enquêtes fictives qui transcendent des millions de lecteurs ?

Découvrez, entre autres portraits,…

… le juge Ti, qui a vécu en Chine au V e siècle et est devenu, deux cent ans plus tard, le héros d’un roman policier chinois traduit en anglais… en 1949.

… la manière dont Corentin, héros de la Comédie humaine de Balzac, préfigure le policier détective de fiction qui lui ne succédera pourtant qu’un siècle plus tard.

… les amours secrètes, tumultueuses ou platoniques de Hercule Poirot, John Watson et Joseph Rouletabille.

… le destin de cet orphelin qui se nourrissait de biographies de l’Empereur et qui deviendra donc l’inspecteur… Napoléon Bonaparte.

… les détectives de fictions contemporaines, tous rongés par l’alcool et le désespoir ?

… la manière dont Tommy et Tuppence Beresford ont fait passer Agatha Christie pour une espionne et ont poussé le MI5 à mener une enquête contre elle.

Critique :
On ne peut nier la place importante que la littérature policière tient dans le monde de l’édition.

Un livre sur 4 vendu en librairies est un roman policier et tous ne sont pas des whodunit purs et simples avec le colonel Moutarde et le chandelier pour meurtrier et objet du crime.

Ce petit ouvrage (270 pages) reprend les détectives les plus illustres de la littérature, qu’ils appartiennent au passé ou qu’ils soient nos contemporains.

J’en connaissais un sacré paquet ! Normal, j’ai usé mes fonds de culottes dans tous les divans des détectives, sur leurs chaises ou carrément dans les commissariats !

Malgré tout, j’ai appris des petites choses, des détails sur les détectives de fiction les plus connus que je ne savais pas… On ne peut pas tout savoir non plus.

De ce point de vue là, je dirais que le livre est bien fait, qu’il est complet sans être trop indigeste car il ne donne que les points les plus utiles au lecteur, sans lui donner l’indigestion.

Celui qui ne savait rien en saura un peu plus, celui qui en savait assez en apprendra un peu plus. L’auteure donne aussi un bref résumé des romans les plus importants de nos détectives et pourrait donner envie de les découvrir aux lecteurs qui ne les ont pas lu.

Mais… Vous l’aviez senti venir, ce « mais »… Là où je suis plus critique, c’est que le résumé ressemble par certains points à un programme politique : on vous promet et une fois dedans, vous ne voyez pas…

J’ai eu beau secouer le livre, je n’ai pas trouvé de traces sur les amours secrètes, tumultueuses ou platoniques de Hercule Poirot, John Watson et Joseph Rouletabille.

Certes, l’auteure parle de la comtesse russe Vera Rossakoff que Poirot a failli demander en mariage, il nomme Ivana Vilitchkov, l’épouse de Rouletabille et de Mary Morstan qui épousa Watson, mais jamais des amours tels que décrit dans le 4ème de couverture.

Lorsqu’elle nous parle de Nero Wolfe, elle ajoute que beaucoup pensent qu’il serait le fils que Sherlock Holmes aurait eu avec Irene Adler, mais c’est tout…

Ou mon cerveau a extrapolé des trucs pas nets (qui aurait pu être tirés d’apocryphes) ou le 4ème est racoleur sur certains sujets et je suis tombée dedans.

Bon, je ne demandais pas de scènes de sexe torrides, mais il aurait pu exister des petites anecdotes amusantes ayant trait aux amours tumultueuses des uns et des autres. Tant pis pour moi.

Maintenant que vous savez, vous serez moins critique et moins frustrée que moi, donc, vous risquez de prendre plaisir à lire les portraits des détectives ou policiers les plus célèbres de la littérature, bien qu’il manque le commissaire Montalbano…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°171 et le Mois du Polar chez Sharon (Février 2020) [Lecture N°16].

9 réflexions au sujet de « La vraie vie des détectives de fiction : Mathilde de Jamblinne »

  1. Ping : Bilan Livresque – Mois du Polar – Février 2020 Chez Sharon | The Cannibal Lecteur

  2. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Février 2020 | The Cannibal Lecteur

  3. Ping : Mois du polar 2020 | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.