Minou à 1 an !

(Oui, il fait super sérieux sur la photo… Je vous jure qu’il peut être déluré, mais je n’arrive jamais à prendre une photo quand il faut le con autour de son arbre à chat ! Mais j’ai une photo plus bas où il a un regard halluciné…)

Ben oui, avec l’actualité, j’avais oublié de vous parler des 1 an de Minou.

Non, il n’a pas vraiment 1 an, il est plus âgé que ça, juste que ça a fait 1 an qu’il a été extradé d’une manière plus violente que celle de Carlos Ghosn puisque lui, on l’avait trappé avant de lui faire couper les couilles (je sens que certains auraient aimé qu’on le fasse de même au Carlos).

Si on m’avait dit que 1 an après, en criant « P’tit Minou » monsieur viendrait me retrouver pour recevoir ses câlins, même moi je n’aurais pas osé y croire.

Et pourtant, même s’il me reste encore du boulot car monsieur détale toujours lorsque nous marchons (même s’il détale moins vite qu’avant), on peut dire que le plus dur a été fait.

Monsieur Couillon ne manque pas toujours de courage car pour une croquette, il saute sur moi (je la pose sur mon sweat) et il y a une quinzaine de jours, après avoir mangé la croquette, il est descendu en passant par… les cuisses de mon mari qui s’était endormi à côté de moi. Pas le chemin le plus court…

La seconde fois, après avoir mangé la croquette sur moi, il s’est installé sur mes genoux et ne les a quitté que lorsque le téléphone a sonné.

De plus en plus souvent, au matin, il s’immisce entre mon chéri et moi-même en mettant ses pattes de devant sur le canapé. Je peux le grattouiller et il s’est déjà hissé quelque fois entre nous. Là, on arrête tous les deux de respirer !

Maintenant, lorsque je vais le soigner, il doit se laisser caresser alors que je suis debout, une fois sa gueule dans la gamelle, je le touche à nouveau et une fois de plus après m’être éloignée pour déposer la mesurette à croquette. Il bouge un peu, il recule, mais l’appel de la gamelle est plus fort.

Je ne m’assieds plus à côté de lui, mais je reste debout, je range la biblio (qui est déjà rangée) ou je lis un bouquin en 36 épisodes.

Dernièrement, il nous faisait des grosses bêtises, comme faire ses griffes sur les murs intérieurs, dans les couloirs. Heureusement que la tapisserie n’était pas neuve.

Donc, je suis allée acheter un faux arbre à chat et j’en ai pris un avec une souris qui pendouille… Ce fut l’amour fou entre le chat et l’arbre qui a reçu des assauts assez violents pendant que les tapisseries pouvaient enfin respirer.

Minou a même réussi, au cours d’un assaut particulièrement violent, à arracher la souris de son élastique.

Rien n’est perdu, il aime cette souris grise aussi. La pauvre souris, serait-on tenté de dire, parce que quand monsieur Minou joue, les souris dansent !

La souris verte a déjà du recevoir des points de suture sur son dos, l’opération ayant eu lieu sous l’oeil attentif du chat… Des fois que je louperais l’opération, sans doute.

D’ailleurs, il adore toutes ses souris et de temps en temps, il remonte avec sa souris orange, celle qui est dans ses pièces, pour jouer avec près de nous. Mais non, ensuite, il ne les range pas.

Le soir, il est particulièrement en forme et il court partout comme un dératé, faisant des démarrages au triple galop, pour un oui ou pour un non, juste pour le plaisir de courir et de se dépenser. Il vous regarde et puis hop, on ne le voit plus car il vient de partir au galop, tel Zorro.

Pendant mes congés en février et ma pharyngite, il avait pris l’habitude de débarquer après-midi, vers 14h et ensuite, l’horaire diminuait de plus en plus, jusqu’à ce qu’on le voit revenir de sa sieste, de sous l’armoire, vers 11h…

Il apprécie de plus en plus de passer du temps près de nous, surtout avec moi, la préposée au câlins et depuis fin novembre, il a pris l’habitude de venir, dès mon réveil, pour boire le petit café du matin et lire avec moi.

Bon, dans la réalité, je bois le café et je lis, monsieur Minou saute sur le canapé, se colle contre moi et lèche la poche de ma veste, dans laquelle je planque des croquettes.

La tentation est forte de monter sur mes genoux, mais il n’ose pas, alors il pose ses pattes avant sur ma cuisse et me regarde avec amour. Si ça peut lui faire avoir une croquette…

Une fois mon mari levé, le chat reste encore un peu et puis disparaît… C’est un petit jeu qu’il maîtrise parfaitement. Autant où il peut être aussi discret qu’un régiment ivre quand il débarque chez nous, autant il peut être silencieux et me faire frôler la crise cardiaque en surgissant à mes côtés (sur le plancher).

Vous discutez ou vous regardez la télé et tout à coup, votre vision panoramique voit une tache grise dans le coin. Boum, c’est le chat.

Ou alors, vous vous levez et aaah, frayeur, le chat est là et vous ne l’aviez pas vu… Il va me tuer, moi je vous le dis !

Au fait, si des chercheurs n’ont rien à faire (on peut rêver) ou si quelqu’un a une réponse, faudrait se pencher sur des grosses questions, notamment :

  • Pourquoi les chats vous donnent-ils l’impression qu’ils sont en train de creuser un tunnel d’évasion lorsqu’ils sont dans leur litière ?
  • Pourquoi foutent-ils autant de litière à côté ?
  • Pourquoi la souris verte et la grise finissent-elles TOUJOURS sous tous les meubles et pas la rouge (celle qui possède une longue queue) ?

Enfin bref, tout ça pour vous dire qu’en ces temps de confinement (mais pas trop chez nous), voir le chat faire le pitre nous procure de l’amusement, on pense à autre chose, on rigole.

Si caresser un chat déstresse, vu le temps que je passe à lui frotter le dos ou la base de sa queue (Chouchou va être jaloux, à la fin), c’est sûr que le stress ne sera pas pour moi car cet animal a l’art et la manière de me faire comprendre qu’il veut des câlins !

Il se positionne non loin de moi, assis ou couché, me tournant le dos et le message est aussi clair que celui de mon chien lorsqu’il était vivant : gratte-moi entre les omoplates !

Mon kiné se demande sans doute comment cela se fait que j’ai mal au dos… Ben j’ai un chat et je suis souvent dans des positions peu catholiques pour le dos lorsque je le caresse, depuis le divan.

Ce chat a une vie de pacha, moi je vous le dis !