Les aristochats : Walt Disney

Titre : Les aristochats

Auteur : Walt Disney
Édition : Idéal-Bibliothèque(1971)
Édition Originale : The Aristocats
Traduction : Jean Muray

Résumé :
Duchesse et ses trois chatons sont très heureux chez leur maîtresse… Mais l’horrible Edgar, le majordome, se débarrasse d’eux en les abandonnant en rase campagne.

Heureusement, ils rencontrent Thomas O’Malley, un chat de gouttière drôlement débrouillard qui les aide à retrouver leur maison… Cette fois Edgar n’est pas au bout de ses surprises…

Critique :
Je l’ai dit, bordel, je l’ai dit ! (pour paraphraser  Philippe Albert lorsque le ballon fut dans le but adverse). Et je l’ai fait : j’ai lu les Aristochats après Le Fléau de Stephen King.

Mais quelle bouffée d’air frais de lire un de ses dessins animés préférés, un de ceux qui ne traumatisait pas (pas de mort de Mufasa, ni de la mère de Bambi, pas de Roucky chassant Rox, pas de Dumbo triste).

L’avantage c’est qu’en le lisant, des images du dessin animé me revenait à l’esprit et j’ai rajeuni d’un coup.

Évidemment, dans cette histoire, le méchant est très méchant, mais il ne fini pas gagnant, les chats mâles ne doivent pas être castré car ils ne pissent pas partout, les chats jouent de la musique, peignent, chantent et des chatons ont besoin d’un père, alors que dans la Nature, hein…

D’ailleurs, les chatons restent longtemps chatons puiqu’il est dit, à un moment, que ceux-ci avaient déjà pris le train car leur maîtresse les emmenait chaque année dans sa villa en Normandie… Heu, ça reste des années en mode « chatons », les chatons ?

Les aristochats avaient une certaine connaissance des chemins de fer. Ils avaient fait plusieurs voyages. Mme de Bonnefamille les emmenait tous les ans passer quelques semaines dans sa propriété de Normandie.

Bon, on ne va pas se leurrer, c’est bourré de bons sentiments, tout est bien qui fini bien, le Méchant perd, ça lui apprendra à vouloir priver les Aristochats de la fortune de leur maîtresse et d’être aussi envieux.

Mais me replonger dans cette aventure m’a fait du bien et j’en avais besoin.

Je l’ai dit, bordel, je l’ai dit.

Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°02].

 

Le Fléau – Tome 1/2 : Stephen King

Titre : Le Fléau – Tome 1

Auteur : Stephen King
Édition : Le Livre de Poche (2010) – Édition en 2 tomes
Édition Originale : The stand (1978)
Traduction : Jean-Pierre Quijano

Résumé :
Il a suffi que l’ordinateur d’un laboratoire ultra-secret de l’armée américaine fasse une erreur d’une nanoseconde pour que la chaîne de la mort se mette en marche.

Le Fléau, inexorablement, se répand sur l’Amérique et, de New York à Los Angeles, transforme un bel été en cauchemar. Avec un taux de contamination de 99,4 %.

Dans ce monde d’apocalypse émerge alors une poignée de survivants hallucinés. Ils ne se connaissent pas, pourtant chacun veut rejoindre celle que, dans leurs rêves, ils appellent Mère Abigaël : une vieille Noire de cent huit ans dont dépend leur salut commun.

Mais ils savent aussi que sur cette terre dévastée rôde l’Homme sans visage, l’Homme Noir aux étranges pouvoirs, Randall Flagg. L’incarnation des fantasmes les plus diaboliques, destinée à régner sur ce monde nouveau.

C’est la fin des Temps, et le dernier combat entre le Bien et le Mal peut commencer.

Critique :
Quand on pense que tout ça est arrivé à cause d’une défaillance du système de fermeture des portes lorsque les chiffres de l’horloge sont passé au rouge…

Ce qui a permis à une personne de s’enfuir, d’embarquer sa famille pour fuir et d’aller mourir dans un petit bled, contaminant les personnes présentes à la pompe d’essence qui eux-mêmes ont contaminés leur famille, amis, la ville, les villes, le pays, le monde…

Le King a toujours eu l’art et la manière de mettre en place ses histoires, passant de moments hautement angoissant à d’autres plus calmes, lorsqu’il met en place ses autres personnages, allant en profondeur dans leur portraits, ce qui nous donne l’impression de les connaître depuis longtemps.

Vous êtes calmement en train de lire un passage où un homme renseigne une famille sur le chemin à suivre ? Banal à mourir… Pas chez le King, parce qu’à l’aide de ce simple geste banal, cette amabilité faite à une autre personne, vous infectez la petite famille, qui elle même infectera d’autres personnes, qui elles-mêmes… Moins banal à lire, subitement, non ?

On se doute que les personnages dont le King prend le temps de nous dresser les portraits seront ceux qui seront les protagonistes les plus importants de son histoire, même si, dans le lot, certains trouveront la mort avec le virus de la super grippe. Zut, faut pas trop vite s’y attacher…

Provenant de tous les horizons, ses personnages seront attachants, sympathiques ou des salopards, car avec le King, rien n’est jamais tout noir ou tout blanc. D’ailleurs, on remarque que les êtres humains retournent vite à un état primaire et que devant l’ampleur des morts, on passe vite à des horreurs sans nom comme de tirer sur des gens…

Le roman du King, lu en version intégrale sur deux tomes, est addictif, anxiogène, nous fait par des montagnes russes d’émotions allant des angoissantes au plus calmes, nous laissant reprendre notre souffle pour mieux nous donner quelques sueurs froides ensuite.

Prenant son temps, le King nous délivre son récit sans sauter des étapes, sans zapper des étapes sur ses différents personnages et cela donne une première partie addictive, mettant aussi en place un élément fantastique avec deux personnages étranges, un homme en noir et une vieille dame, mère Abigaël…

Dans sa version intégrale, il y a plus de pages que dans la version « light », mais au moins, on a le récit complet, sans coupes, et si parfois, on sent un peu les longueurs, cette sensation passe très vite car la plume du King fait mouche car il sait toujours aller dans la psyché des personnages, des Hommes et nous en donner sa part d’ombre, de ténèbres, mais aussi la plus belle.

Le Fléau est sans doute un roman anxiogène dès le départ, mais le lire en période de Covid-19, même s’il ce virus est moins meurtrier que celui du roman (heureusement, nom de dieu !), c’est encore plus angoissant.

Je vais m’accorder un peu de temps avant d’entamer le tome 2 et aller me lire un Oui-Oui ou Tchoupi…

Ah zut, je n’ai que ceux où ils vont faire leurs courses tranquillement, font du sport d’équipe, vont visiter leur famille, se font des bisous… Bon, alors je vais lire Les Aristochats…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°215 et le Challenge Pavévasion – Saison 1 (17 mars – 15 avril ?) chez Mez Brizées [Lecture N°03 – 746 pages].

Mages – Tome 1 – Aldoran : Jean-Luc Istin, Kyko Duarte et Nanjan

Titre : Mages – Tome 1 – Aldoran

Scénariste : Jean-Luc Istin
Dessinateur : Kyko Duarte
Coloriages : Nanjan

Édition : Soleil (19/06/2019)

Résumé :
Tyrom, un vieil ermite, s’attache bien malgré lui à Shannon, une gamine espiègle de Castlelek. Cette cité indépendante est convoitée par le roi Gerald qui entend l’annexer à son royaume.

Alors, quand Tyrom voit un mercenaire menacer Shannon, il s’interpose.

L’instant d’après, la dépouille fumante du mercenaire git à ses pieds. Il ne comprend pas ce qu’il vient de se passer. Est-il un mage ? Et si oui ? Pourquoi a-t-il perdu la mémoire ?

Critique :
Une fois de plus, Jean-Luc Istin n’a rien inventé mais c’est la manière qu’il a de nous raconter les histoires qui nous plait, ainsi que les différents personnages qui gravitent dans ses sagas.

En voici une nouvelle que je n’avais pas eu l’occasion, le temps, de lire à sa sortie et je profite de ces congés forcés pour enfin pendre le temps (j’ai encore de quoi lire pour un confinement de 6 mois au moins).

Castlelek, une ville prospère, tranquille, indépendante où il ne se passe jamais rien.

Une gamine, Shannon, intrépide, curieuse, aventureuse, qui se lie d’amitié avec un géant (Tyrom) vivant en ermite dans les hauteurs de la ville, sorte d’ours mal léché ronchon et amnésique, qui va, comme nous, s’attacher à la petite Shannon.

Effectivement, une amitié entre un vieux ronchon et une gamine bourrée d’espièglerie, on a tous connu ça. Un roi voisin qui veut mettre la main sur la ville indépendante, leur taxer du fric pour sa protection et qui envoie, pour les faire plier, des mercenaires, c’est du connu, ça se fait encore sûrement.

Un autre roi assassiné par un mage et le coupable qui a disparu sans que l’on arrive à mettre la main dessus, c’est du tout cuit aussi. Ne manquait que la fôte à « Aldoran m’a tué » inscrit au mur, par le doigt ensanglanté du roi mourant…

Mais comme je le disais, si le scénario est basique, la manière de le conter ne l’est pas et cet album se laisse lire du début à la fin avec avidité car si l’auteur nous emmène une fois encore dans les terres d’Arran que nous connaissons bien, il nous présente un nouvel ordre, celui des Mages, que nous avions entrevu dans un album de la saga Elfes.

Une fois de plus, tout se tient, tout s’enchaîne, même si je voudrais avoir un jour le plan de lecture de tous les albums des différents monde afin de relire tout dans le bon ordre.

Nous avons beau être dans de la fantasy, tout ce qui s’y passe, hormis la magie, n’est jamais que la copie de nos sociétés, à une époque donnée. Rien de neuf sous le soleil sauf l’art et la manière de raconter les histoires pour captiver les lecteurs.

Je compte bien découvrir la suite de la saga Mages pour voir comment elle évolue et si elle arrive au niveau des sagas Elfes et Nains… Sans oublier les sales bêtes d’Orcs et de Gobelins qui, pour le moment, ont tout pour me plaire.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°214.

Le couple d’à côté : Shari Lapeña [LC avec Bianca]

Titre : Le couple d’à côté

Auteur : Shari Lapeña
Édition : Presses de la cité Thriller (2017) / Pocket (2018)
Édition Originale : The Couple Next Door (2016)
Traduction : Valérie Le Plouhinec

Résumé :
La baby-sitter leur a fait faux bond, et alors ? Invités à un dîner chez leurs voisins, Anne et Marco décident de ne pas renoncer à leur soirée.

Cora, leur bébé de six mois, dort à poings fermés et ils ne sont qu’à quelques mètres. Que peut-il arriver ? Toutes les demi-heures, l’un ou l’autre va vérifier que tout va bien.

Pourtant, quand à une heure déjà avancée, le couple regagne son domicile, c’est un berceau vide qui les attend.

Désespérés mais aussi dépassés, les jeunes parents attirent les soupçons de la police : Anne en dépression depuis son accouchement, Marco au bord de la ruine… les victimes ont soudain des allures de coupables.

Dans cette sombre histoire, chacun semble dissimuler, derrière une image lisse et parfaite de terribles secrets. L’heure de la révélation a sonnée.

Critique :
À quoi reconnait-on un bon thriller psychologique addictif ? Quand on l’emmène avec soi en cuisine et que, durant la surveillance de la cuisson des cuisses de poulets, on continue de le lire !

Pourtant, c’était pas gagné : je n’aime pas les histoires d’enlèvement d’enfants. Lorsque je l’ai commencé pour ma Lecture Commune, je ne savais plus de quoi il était question…

Le départ du roman ressemble un peu à l’affaire de la disparition de la petite Maddie (Madeleine McCann)…

À savoir, un bébé de 6 mois est laissée seule dans sa chambre pendant que ses parents passent la soirée chez leurs voisins d’à côté, les parents se relayant pour aller voir si la petite va bien et écoutant avec un babyphone. Mais au retour, la petite Cora a disparu.

Une histoire banale, presque… L’art de l’auteure se trouve dans la dimension psychologique qu’elle donne à la trame de son histoire, à ses personnages, à l’entourage, ainsi qu’à la place qu’elle donne au qu’en-dira-t-on lorsque les médias et les gens biens-pensants apprennent que les parents ont laissé leur petite fille toute seule.

Difficile de s’attacher aux personnages des parents puisqu’on les a rencontré directement à la soirée de la disparition du bébé, avec un mari qui drague la voisine, une épouse jalouse…

Puis, après la disparition de la petite, on les cotoye entre deux crises de larmes, d’engueulades, de crises de jalousie à nouveau, de lourds secrets,…. La matière pour éprouver de la sympathie était faible et pourtant, j’ai eu de l’empathie pour les parents, malgré le peu de traitement de fond que leur mère littéraire leur consacre.

Le rythme est rapide, les phrases s’enchaînent, pas le temps de respirer, les secrets se dévoilent, les couilles dans le pâté ressortent, certaines étant attendues et déduites depuis un certain temps, d’autres pas…

Le point positif de ce thriller psychologique est qu’il est addictif, rythmé et que les tensions sont présentes à tous les étages. Il fut un moment où je ne savais plus à quel saint me vouer tant je ne savais plus qui disait la vérité, qui mentait, qui jouait avec mes pieds, qui me manipulait… J’adore ce genre de petits jeux !

Le petit bémol sera pour un final qui se résout un peu trop vite, des personnages qui tournent vite casaques, qui se doutaient déjà, sans qu’on le sache, un inspecteur plus intelligent que la normale et qui a sans doute bénéficié d’un coup de pouce scénaristique de l’auteure qui lui a donné les bonnes pensées au bon moment.

Effectivement, c’est plus gai d’avoir des policiers qui enquêtent intelligemment ! On en rêverait, même si ce n’est pas super réaliste.

Anybref, j’aurais aimé un peu plus de profondeur dans certains personnages, plus de traitement, de fouille dans une partie des secrets que l’auteure nous dévoile, car si vite que la boîte est ouverte, si vite elle est refermée. Dommage, avec un peu plus de pages, on aurait pu aller plus au fond des choses.

Une LC réussie, une fois de plus, avec ma copinaute Bianca.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°213.

Vers la sobriété heureuse : Pierre Rabhi

Titre : Vers la sobriété heureuse

Auteur : Pierre Rabhi
Édition : Babel (2013)

Résumé :
Pierre Rabbi a en effet vingt ans à la fin des années cinquante, lorsqu’il décide de se soustraire, par un retour à la terre, à la civilisation hors sol qu’ont largement commencé à dessiner sous ses yeux ce que l’on nommera plus tard les Trente Glorieuses.

Après avoir dans son enfance assisté en accéléré, dans le Sud algérien, au vertigineux basculement d’une pauvreté séculaire, mais laissant sa part à la vie, à une misère désespérante, il voit en France, aux champs comme à l’usine, l’homme s’aliéner au travail, à l’argent, invité à accepter une forme d’anéantissement personnel à seule fin que tourne la machine économique, point de dogme intangible.

L’économie ? Ce n’est plus depuis longtemps qu’une pseudo-économie qui, au lieu de gérer et répartir les ressources communes à l’humanité en déployant une vision à long terme, s’est contentée, dans sa recherche de croissance illimitée, d’élever la prédation au rang de science.

Le lien filial et viscéral avec la nature est rompu ; elle n’est plus qu’un gisement de ressources à exploiter – et à épuiser.

Au fil des expériences de vie qui émaillent ce récit s’est imposée à Pierre Rabhi une évidence : seul le choix de la modération de nos besoins et désirs, le choix d’une sobriété libératrice et volontairement consentie, permettra de rompre avec cet ordre anthropophage appelé « mondialisation ».

Ainsi pourrons-nous remettre l’humain et la nature au coeur de nos préoccupations, et redonner, enfin, au monde légèreté et saveur.

Critique :
J’avais déjà entendu parler de Pierre Rabhi, mais sans plus et, une fois de plus, c’est à cause (grâce ?) de La Grande Librairie que j’ai découvert ce monsieur qui prône une sobriété dans nos sociétés de consommation.

Sa manière de penser m’avait interpellée et je voulais découvrir au moins un de ses ouvrages.

Heureusement que j’ai eu le temps de faire du stock de livres avant le confinement… No sobriété dans mes livres.

Je consomme donc je suis… Voilà en quoi on a réussi à nous transformer, en bétail consommant tout et rien et pensant que si nous n’avons pas, nous n’existons pas.

Si l’esclavage a été aboli, il est toujours présent dans nos pays, sous une autre forme, mais le travail à la chaîne en est un bel exemple, ainsi que nos « colons » allant prôner le travail en usine dans des petits villages qui s’en sortaient très bien avant notre arrivée.

Pourrait-on être heureux avec moins ? C’est ce qu’affirme Pierre Rabhi et je suis tentée de le croire, l’abus nuisant en tout et la profusion de biens n’étant pas synonyme de vie heureuse.

Nos placards sont remplis, les congélateurs aussi et la même question se pose tous les jours : qu’est-ce qu’on mange ? suivie d’un soupir parce que nous ne savons pas.

Je me souviens de ce que Philippe Lambillon des « Carnets du bourlingueur » (RTBF, télé Belge) disait un jour en parlant des petites épiceries dans un pays dont j’ai oublié le nom. Il nous disait qu’il n’y avait que deux produits : du thon et un autre aliment. La question du que mange-t-on ne se posait même pas, là-bas. Bizarrement, lorsqu’il revenait chez lui, devant ses armoires remplie de victuailles, il ne savait que choisir.

Au travers des souvenirs de son enfance, prenant l’exemple de son père, forgeron heureux qui dû devenir ouvrier d’usine sans avoir d’autre choix, l’auteur nous parle des sociétés de consommation, de ces gens qui pensent tout savoir mieux que tout le monde et qui pousse les sociétés à consommer comme si la Terre était sans-fond, sans limite…

Basculant de l’agriculture raisonnée à l’éducation des enfants et au respect de la femme, j’ai eu l’impression que ce petit livre aurait pu avoir des pages de plus afin d’entrer dans les détails, d’étoffer certains passages et de ne pas laisser l’impression que l’auteur devait tout dire en 150 pages de récit.

Son essai est copieux, dense et malgré le peu de page, il ne se lit pas d’une traite car il faut laisse le temps au cerveau d’assimiler le tout, tout en poussant notre propre réflexion au sujet de ses messages.

Même si je l’ai trouvé un peu court, j’ai eu matière à nourrir mon cerveau, à me questionner, à regarder autour de moi, à penser au mur dans lequel nous avons déjà foncé tête baissée, me demandant s’il n’est déjà pas trop tard pour enrayer l’iceberg que nous avons déjà tamponné allègrement.

Pour l’auteur, cela semble encore possible mais on sent dans ses propos que cela ne peut se faire sans y aller franco et il ne souhaite pas que cela se fasse dans la violence.

Non, ce petit roman qui parle d’écologie, de vie durable, de respect de la nature, des animaux, des Hommes, des enfants, n’est pas un ouvrage de greenwashing qui veut tout peindre en vert pour se donner bonne conscience. Ses paroles sont sensées, ses idées ne sont pas révolutionnaires mais pleines de bon sens.

C’est un petit ouvrage où j’ai souligné bien des passages et qui doit être relu un peu plus tard, à tête plus reposée, sans se presser, afin d’en digérer toute la philosophie. Sans compter qu’il faut des couilles et que ce n’est pas facile de vivre dans la sobriété heureuse alors que nous sommes au milieu de société de consommation…

L’émission de François Busnel m’a déjà fait découvrir quelques pépites qui m’ont sorties de mes sentiers battus littéraires. Elle a enrichi mon esprit mais mon bankster ne lui dit pas merci ! mdr

PS : en cherchant des illustrations pour ma chronique, je suis tombée sur les trucs polémiques autour de l’homme et de ses fondations. Mais cela, j’en ai pris connaissance après ma lecture et après rédaction de ma critique. Les polémiques n’entreront donc pas en ligne de compte. Même Mère Theresa avait des casseroles au cul…

Les Enquêtes d’Agatha Raisin – Tome 21 – Trouble fête : M.C Beaton [Par Dame Ida, Agatheuse Confinée]

Titre : Les Enquêtes d’Agatha Raisin – Tome 21 – Trouble fête

Auteur : M.C Beaton
Édition : Albin Michel (26/02/2020)
Édition Originale : Agatha Raisin, book 21: And the Busy Body (2010)
Traduction :

Intro Babelio :
Le Noël qui s’annonce dans le village de Carsely sent le sapin… John Sunday, membre de la Commission de santé et de sécurité, menace de mettre fin aux traditions si chères aux habitants.

L’arbre de Noël sur le toit de l’église ? Un danger public. Les décorations accrochées aux réverbères? Inutiles. Les jouets réalisés par une villageoise ? Nocifs pour les enfants.

Foutaises ! protestent les membres de la Société des dames du village : il faut mettre ce trouble-fête hors d’état de nuire !

Qu’à cela ne tienne : son corps est retrouvé, lardé, tel un gigot, à coups de couteau de cuisine. Agatha n’a pas une minute à perdre pour trouver le coupable… et sauver la fête.

Mon avis :
Il semble de Mrs BEATON aimait particulièrement les fêtes de Noël… Au moins autant qu’Agatha les déteste. Certes, cela revient tous les ans, mais tout de même…

Anybref, Agatha s’exile en Corse pour éviter ces fêtes qui lui rappellent à quel point elle seule…

Mais la saison touristique étant creuse, les restaurants étant fermés, et sa hanche arthritique étant trop mise à l’épreuve par les petits sentiers abrupts de l’île de Beauté, Agatha revient à Carsely, surprise de voir son village privé des décorations et illuminations de saison.

Évidemment, quand Agatha ne comprend pas ce qui se passe dans le village, elle va très vite voir son amie, Mrs Blowsby, l’épouse du pasteur local.

Elle apprend donc qu’un certain John Sunday, agent zélé de la commission de santé de sécurité a décidé de contrarier autant de gens que possible, en jouissant de son petit pouvoir.

Le pouvoir de nuisance de ce monsieur est tel, qu’une réunion est organisée dans un village voisin, réunissant les victimes mécontentes de Sunday afin de voir comment mettre un terme à ses persécutions administratives.

Or, le voilà qui frappe au carreau, couvert de sang avant de s’effondrer.

La première suspecte, la nouvelle châtelaine du crû, nouvelle riche en diable et très imbue d’elle même, embauche Agatha pour essayer de lui faire prouver son innocence avant de finir elle-même pas mourir dans de curieuses circonstances après avoir prétendu savoir qui était le coupable…

Le fils de celle-ci vient embaucher Agatha qui se remet de l’opération de sa hanche trop longtemps reportée, en lui demandant de retrouver l’assassin de sa mère…

Agatha mène donc ses deux enquêtes de fronts, faisant face au décès d’une de ses employées, à la tentative de meurtre de son ami Roy Silver, puis d’un de ses détective, ainsi qu’à une campagne de diffamation qui ne restera pas impunie…

Ce qui est bien avec Agatha, c’est qu’on ne s’ennuie pas. Et je l’aime toujours autant notre Agatha, même si la voilà encore repartie dans ses cogitations amoureuses que j’avais trouvées un peu lassantes à la longue.

Mais, je ne dis trop rien pour ce volume car cela ne nuit en rien à l’intrigue à tiroirs et rebondissements multiples, qui conduiront notre héroïne jusqu’en Amérique !

Une intrigue qui s’étalera sur plus d’une année nous faisant passer d’un Noël au suivant.

Cela étant, en 21 volumes plus un hors série… il y en a eu quelques uns de Noëls… Solitaires souvent, festifs parfois… Et pourtant, Agatha est supposée avoir toujours le même âge, comme si Carsely était lové au creux d’une boucle temporelle…

Pas très crédible, certes, mais Agatha n’est-elle pas l’éternel féminin ?

Un cœur d’artichaut adolescent dans la poitrine d’une femme mûre et accomplie qui malgré son grain de folie peut parfois faire preuve de la gravité et de la clairvoyance du grand âge qui la menace comme nous l’indique sa hanche ?

Une fois de plus les Cotswolds sont une région du monde qui rivalise avec les pires favelas sud américaines en terme de mortalité par mort violente…

SPOILER : Nous n’aurons rien que… 10 morts dans cette enquête… 4 assassinés, 2 accidentés, 4 suicidés… et 3 assassins et deux complices ! Et je ne compte pas les deux tentatives de meurtre loupées de peu…

Quand on fait les comptes à tête reposée, j’avoue que ça fait un peu too much, mais ma fois… prise dans la lecture ça ne m’a pas gênée sur le moment… Je dois être aussi sanguinaire que l’auteure en fait…

Anybref, vous m’aurez comprise (depuis le temps que je le radote, si ça n’est pas le cas, consultez au plus vite un neurologue!), les enquêtes d’Agatha brillent plus par leur caractère divertissant et la brochette de personnages sympathiques ou au caractère bien campé qu’ils permettent de retrouver, que par leur crédibilité.

PS : puisque nous sommes le 25 avril, cela signifie que dans 8 mois, c’est Noël ! Je suis presque raccord… Et je vous ai pourri votre journée…

Ce lien entre nous : David Joy

Titre : Ce lien entre nous

Auteur : David Joy
Édition : Sonatine (26/03/2020)
Édition Originale : The Line That Held Us (2018)
Traduction : Fabrice Pointeau

Résumé :
Caroline du Nord. Darl Moody vit dans un mobile home sur l’ancienne propriété de sa famille. Un soir, alors qu’il braconne, il tue un homme par accident.

Le frère du défunt, connu pour sa violence et sa cruauté, a vite fait de remonter la piste jusqu’à lui. Un face à face impitoyable s’engage alors.

Critique :
Caroline du Nord, les Appalaches, une de mes destinations régulières en littérature.

La Nature est grande et belle, encore un peu, on verrait les petits papillons gambader gaiement dans ces paysages bucoliques…

On aurait même envie de chantonner ♫ promenons-nous dans les bois ♪ avant que le chasseur ne nous tire dessus…

Oublions le bucolique, nous sommes dans un roman de Davis Joy et jusqu’à présent, ce n’est pas son fond de commerce, les petits papillons.

Ses personnages traînent toujours derrière aux une vie de merde absolue, des pères alcoolos, des torgnoles reçues ou des coups de ceintures, le tout dans des cabanes qui ferait passer le moindre poulailler du fond de votre jardin pour une demeure de patron de Cac40.

Nous partons sur une histoire vieille comme le Monde : une vengeance… Darl Moody a confondu Carol Brewer avec un sanglier… Entraînant son pote Calvin avec lui dans cette merde, il lui demande un coup de main pour l’enterrer ni vu, ni connu…

Dwayne, le frangin de Carol l’a mauvaise et il va chercher les coupables de la disparition de son frère. Je vous le dis de suite, ça va chier ! Non, ça va saigner !

Des liens, il y en a partout dans ce roman : un lien fraternel entre Dwayne et son frère handicapé, Carol, qu’il a toujours protégé; un lien fraternel aussi entre Darl et Calvin, qui, sans être frère, sont potes depuis toujours. Un lien amoureux aussi, entre Calvin et Ange, sa copine. Le tout tissant une trame épaisse qui donne au roman une atmosphère sordide, noire, lourde.

Vous qui lisez ce roman, gardez-vous de porter tout jugement sur l’un ou l’autre, car, malgré les apparences, je n’ai jamais réussi à en détester l’un plus que l’autre, à en cautionner un ou à en condamner un autre. Impossible. Chacun a ses motifs pour agir ainsi et même la scène la plus horrible a ses circonstances atténuantes.

Ailleurs, ça ne marcherait pas, mais dans les Appalaches, dans ces petits trous du cul paumés de l’Amérique, chez ces pauvres gens qui se sont battus toute leur vie pour quelques dollars, c’est presque normal. Ici, la loi ne s’applique pas !

L’action est présente, mais c’est le côté psychologique qui est le plus important et c’est pour lui que ce roman vaut la peine d’être découvert.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°212.

Le Soleil des Scorta : Laurent Gaudé

Titre : Le Soleil des Scorta

Auteur : Laurent Gaudé
Édition : Babel (2006)

Résumé :
La lignée des Scorta est née d’un viol et du péché. Maudite et méprisée, cette famille est guettée par la folie et la pauvreté.

À Montepuccio, dans le sud de l’Italie, seul l’éclat de l’argent peut éclipser l’indignité d’une telle naissance. C’est en accédant à l’aisance matérielle que les Scorta pensent éloigner d’eux l’opprobre.

Mais si le jugement des hommes finit par ne plus les atteindre, le destin, lui, peut les rattraper. Le temps, cette course interminable du soleil brûlant les terres de Montepuccio, balayera ces existences de labeur et de folie.

À l’histoire de cette famille hors du commun se mêle la confession de sa doyenne, Carmela, qui résonne comme un testament spirituel à destination de la descendance. Pour que ne s’éteigne jamais la fierté, cette force des Scorta.

Critique :
Une fois de plus, j’avais un excellent roman qui prenait la poussières depuis des années dans mes étagères.

Je me souviens que je l’avais acheté un jeudi, jour de l’ascension, dans une bouquinerie ouverte les jours fériés. Il y avait du soleil et nous étions en 2008…

Shame on me d’avoir attendu 12 ans avant de lire ce roman que je voulais absolument découvrir (les auteurs qui me font des demandes de lecture comprendront que s’ils comptent sur ma vitesse de déstockage, ils auront des cheveux blancs).

La honte d’avoir mis si longtemps à la découvrir pèsera sur mes épaule autant que soleil des Pouilles qui, dès les premières lignes, a brûlé mes yeux.

Quelle histoire, mes amis ! Quel texte, quelle plume ! Pourtant, l’histoire est banale, habituelle, déjà vue, rien de neuf sous le soleil avec une histoire de bâtards, de bandits, de repris de justice qui vient retrouver la femme qu’il aurait voulu prendre avant d’entrer en prison.

L’ambiance est donnée dès les premières phrases, le style est concis mais puissant. Avec peu, Gaudé raconte beaucoup et fait passer des émotions en vrac, des plus belles aux plus sales. Des plus fortes aux plus douces.

L’auteur, d’un coup de plume magique, nous transporte à Montepuccio, petit village des Pouilles, paumé près de la mer, écrasé sous le soleil.

Les personnages principaux, les petits-enfants de Luciano Mascalzone sont attachants, n’ayant hérité que d’un nom maudit, les Scorta vont s’en sortir à la force du poignet, sans jamais relâcher la pression, sans jamais baisser les bras.

Un récit plein d’amour, de sueur, de sang, de fumée de cigarette, de secrets, de travail et de malédiction laissée en héritage par un père voleur à ses enfants. Un récit confession puisque c’est Carmela qui raconte leur histoire au curé du village.

Ne cherchez pas de l’action, ici, on ne court pas, il fait trop chaud et puis, non n’a rien sans rien, autrement dit, sans trimer dur. Les personnages ont leurs défauts, ne sont pas des anges, mais ils sont d’autant plus humains et attachants.

Un roman qui décrit la vie dans un petit village d’Italie au début du 20ème siècle, un roman puissant, beau, lyrique, bourré de soleil.

Un roman qui de filiation,  d’héritage, qu’il soit d’argent ou du sang, d’amour de la terre, de l’amour porté à son village, à sa famille, l’histoire d’une fratrie qui a survécu alors qu’on ne donnait pas cher de leur peau.

♫ C’est un beau roman, c’est une belle histoire ♪

C’est la famille qui compte. Sans elle tu serais mort et le monde aurait continué de tourner sans même s’apercevoir de ta disparition. Nous naissons. Nous mourons. Et dans l’intervalle, il n’y a qu’une chose qui compte. Toi et moi, pris seuls, nous ne sommes rien. Mais les Scorta, les Scorta, ça, c’est quelque chose.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°211.

Mois Espagnol chez Sharon – Mai 2020

Olé, Sharon, malgré son emploi du temps plus que super chargé, organisera tout de même son célèbre et attendu Mois Espagnol ! ¡Qué guay!

Une fois de plus, on fouille sa PAL, on répertorie tout ce qui a un accent espagnol ou sud-américain.

Pour plus de facilité, en mars, j’avais créé une liste « Mois Espagnol » sur Livraddict et au fur et à mesure, j’y introduisais les romans se déroulant en Espagne ou avec des auteurs hispanophone.

Quoi de neuf au programme lecture ? Du vieux recyclé de 2019 et du nouveau… Si l’auteur n’était pas hispanophone, j’ai ajouté à côté de sa nationalité le lieu où se déroulait l’action principale.

  1. Amigorena Santiago : Le ghetto intérieur (Argentine)
  2. Arból Víctor del : La veille de presque tout (Espagne)
  3. Arból Víctor del : Le poids des morts (Espagne)
  4. Arból Víctor del : Par-delà la pluie (Espagne)
  5. Arból Víctor del : La maison des chagrins (Espagne)
  6. Argemí Raúl : À tombeau ouvert (Argentine)
  7. Arriaga Guillermo : Un doux parfum de mort (Mexique)
  8. Backhouse Hugo : Chez les Gauchos (Angleterre/Argentine)
  9. Bolaño Roberto : 2666 (Chili)
  10. Bonnefoy Miguel : Jungle (Venezuela)
  11. Bryan Helen : Femmes de l’ombre (États-Unis/Andalousie)
  12. Cabré Jaume : Les voix du Pamano (Espagne)
  13. Caparrós Martín : Tout pour la patrie (Argentine)
  14. Carter Chris : Le prix de la peur – Détective Robert Hunter 02  (Brésil)
  15. Castellanos Moya Horacio : L’Homme en armes (Salvador)
  16. Catelin Georges : Crack, chien patagon (?/Patagonie)
  17. Del Castillo Michel : La nuit du décret (France/Catalogne)
  18. Del Valle Ignacio : Empereurs des ténèbres (Espagne)
  19. Del Valle Ignacio : Les Démons de Berlin (Espagne)
  20. Diaz-Eterovic Ramon : L’Obscure Mémoire des armes (Chili)
  21. Diaz-Eterovic Ramon : Negra soledad (Chili)
  22. Fernandez Diaz J : Le gardien de la Joconde (Argentine)
  23. Fernandez Marc : Guerilla social club (France/Espagne)
  24. Fernandez Marc : Mala vida (France/Espagne)
  25. Ferrari Kike : De loin on dirait des mouches (Argentine)
  26. Franco Jorge : Le Ciel à bout portant (Colombie)
  27. Gamboa Santiago : Des hommes en noir (Colombie)
  28. Garduno Juan de Dios : Welcome to Harmony (Espagne)
  29. Giménez-Bartlett : Le silence des cloîtres (Espagne)
  30. González Ledesma : La dame de cachemire – Mendez 04 (Espagne)
  31. González Ledesma : Des morts bien pires – Mendez 11 (Espagne)
  32. González Ledesma : Cinq femmes et demie – Mendez 07 (Espagne)
  33. González Tomás : L’Histoire d’Horacio (Colombie)
  34. Leconte Marianne : Le Manuscrit de Grenade (France/Andalousie)
  35. Mallo Ernesto : Les hommes t’ont fait du mal – Perro Lascano 03 (Argentine)
  36. Mallo Ernesto : La Conspiration des médiocres – Perro Lascano 04 (Argentine)
  37. Martinez Agustin : Monteperdido (Espagne)
  38. Martínez Juan & Óscar : El Niño de Hollywood (Salvador)
  39. Miranda Miguel : Quand les vautours approchent (Portugal)
  40. Montero Manglano : Table du roi Salomon (Espagne)
  41. Montero Rosa : Le Poids du coeur (Espagne)
  42. Montero Rosa : Le temps de la haine (Espagne)
  43. Munoz Gabriel Trujillo : Loverboy (Mexique)
  44. Muñoz José Luis : La frontière sud (Espagne)
  45. Padura Leonardo : La transparence du temps – Mario Conde 08 (Cuba)
  46. Peeters Hagar : Malva (Pays-Bas/Chili – Pablo Neruda)
  47. Perez-Reverte Arturo : Le tableau du maître flamand (Espagne)
  48. Plante Alicia : Les eaux troubles du tigre (Argentine)
  49. Quiros Daniel : Pluie des ombres – Don Chepe 2 (Costa Rica)
  50. Ramirez Sergio : Il pleut sur Managua (Nicaragua)
  51. Ravelo Alexis : La stratégie du pékinois (Espagne)
  52. Redondo Dolores : Trilogie du Baztán, T1 : Le gardien invisible (Espagne)
  53. Rocha Luis Miguel : Le dernier pape (Portugal)
  54. Roncagliolo Santiago : Avril rouge – Félix Chacaltana 01 (Pérou)
  55. Roncagliolo Santiago : La peine capitale – Félix Chacaltana 02 (Pérou)
  56. Ruiz Zafon Carlos : Le jeu de l’ange (Espagne)
  57. Salem Carlos : Je reste roi d’Espagne (Argentine)
  58. Sepúlveda Luis : La fin de l’histoire (Chili)
  59. Sepúlveda Luis : Un nom de torero (Chili)
  60. Sepúlveda Luis : Histoire d’une baleine blanche (Chili)
  61. Sepúlveda Luis : Le vieux qui lisait des romans d’amour (Chili)
  62. Somoza José Carlos : La caverne des Idées (Espagne)
  63. Sánchez Pardos : Daniel Barcelona (Espagne)
  64. Santiago Mikel : Le Mauvais Chemin (Espagne)
  65. Taibo II Paco Ignacio : Nous revenons comme des ombres (Mexique)
  66. Taibo II Paco Ignacio : Jours de combat (Mexique)
  67. Taibo II Paco Ignacio : Ombre de l’ombre (Mexique)
  68. Trelles Paz Diego : Bioy (Pérou)
  69. Zanon Carlos : Taxi (Espagne)
  70. Zukerman David : San Perdido (France/Panama)

Spain flag

Le soleil des rebelles : Luca Di Fulvio

Titre : Le soleil des rebelles

Auteur : Luca Di Fulvio
Édition : Slatkine (2018) / Pocket (2019)
Édition Originale : Il bambino che trovo il sole di notte
Traduction : Françoise Brun

Résumé :
Le jeune prince Marcus est encore un enfant lorsqu’il assiste impuissant au massacre de toute sa famille.

Marcus ne doit son salut qu’à la jeune Eloisa, fille d’Agnete, la lavandière du village qui l’accueillera sous son toit pour l’élever comme s’il était son fils.

Luca di Fulvio retrace l’ascension paradoxale d’un petit prince qui va devoir apprendre dans la douleur comment devenir un homme.

Critique :
Marcus est un jeune prince, appelé à régner (araignée, quel drôle de nom) un jour sur le petit royaume de son père.

La convoitise étant mère de bien des vices et des crimes, le voisin, attiré par l’odeur alléchée des richesses qu’il convoite, fit massacrer tout le monde afin d’annexer ce territoire au sien.

Tout le monde est tué ? Non, le jeune héritier, Marcus, a échappé au massacre et il résiste encore et toujours à la mort, caché dans le sol, sous une trappe, chez une sage-femme et on l’a renommé Mikael.

Cela ne vous fait pas penser à une histoire universelle et bien connue, même si l’oncle assassin est remplacé par un seigneur voisin ? L’histoire d’un héritier qui, à un moment donné, va comprendre qu’il doit récupérer son royaume et ne pas oublier qui il est ?

Bingo ! Le roi lion ! Quoi, vous pensiez à autre chose ? Qu’il y avait quelque chose de pourri au royaume de Saxe ?

Si l’histoire racontée est universelle, c’est le talent de conteur de l’auteur qu’il faut mettre en avant car, grâce à sa plume, il va nous transporter en l’an de grâce 1407 mieux que si vous étiez réellement. Le froid mordra votre peau, les manches des outils déchireront vos mains délicates, la pluie ruissellera sur vos épaules frêles et votre estomac connaîtra la faim.

Les injustices vous tomberont dessus pire qu’une invasion de sauterelles et puisque vous appartenez à votre seigneur et maître et que ce dernier est un sale type capricieux, sadique, méchant, assoiffé d’argent, têtu, tyrannique, il se repaîtra de votre souffrance.

Si le réalisme ne manque pas du côté des décors et de la dure vie des serfs, je mettrai un petit carton rouge pour les personnages un peu trop manichéen à mon goût. Que les gentils soient bons, ça passe encore car Di Fulvio nous a créé des personnages attachants, bourrus, mais auxquels il est difficile de ne pas adhérer.

Le bât blesse au niveau des méchants… Autant où Scar était méchant mais emblématique, autant il a manqué d’épaisseur au seigneur d’Ojsternik.

Qu’il soit sadique et tyrannique, je n’en doute pas un seul instant, à cette époque, la vie n’a aucune valeur. Mais l’auteur aurait dû mettre un peu plus de profondeur à ce personnage central pour en faire un Méchant qui marque les esprits, tels un Scar ou un Geoffrey dans Game Of Thrones.

Le grand méchant de cette histoire m’a simplement agacée (au départ, il m’avait m’horrifiée).

Un autre petit bémol sera pour la longueur… Non pas celle des pages, mais des brimades subies par les petites gens de la Raühnvahl, où Marcus/Mikael a trouvé refuge.

Certes, je ne nierai pas que ces gens étaient à la merci de leur seigneur et que si ce dernier était cruel, ils allaient en baver, mais à force qu’il leur arrive trop d’horreurs, ça perd de sa puissance, le cerveau se déconnecte et on n’attend qu’une chose, que Marcus/Mikael arrive enfin à sa vengeance pour éliminer cet enculé de méchant qui n’a même pas entièrement l’étoffe d’un grand, même si, lui au moins n’est pas un cruel trouillard, comme Geoffrey Barathéon (GOT).

Le final est prévisible, de ce côté là, pas de surprise à attendre de la part de l’auteur. Je ne dirai rien là-dessus, un peu de douceur après toutes ces brutalités, ces horreurs, ces privations, ces brimades, ces assassinats, ça fait du bien.

Ce ne sera pas un coup de coeur total, mais n’allez pas non plus croire que je me sois embêtée durant ma lecture, loin de là ! Je l’ai appréciée, vraiment, mais quelques détails m’ont fait tiquer et si chez les autres, c’est passé comme une lettre à la poste, ça passera peut-être muscade chez vous aussi.

Il me reste encore deux pavés de cet auteur et je les lirai aussi car les aventures sont belles et les personnages « gentils » sont attachants, du genre de ceux qu’on aimerait croiser dans sa vie.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°210 et le Challenge Pavévasion – Saison 1 (17 mars – 15 avril ?) chez Mez Brizées [Lecture N°02 – 640 pages].