Les Enquêtes d’Agatha Raisin – Tome 20 – Voici venir la mariée : M.C Beaton [Par Dame Ida, Agatheuse Notoire et Bénévole]

Titre : Les Enquêtes d’Agatha Raisin – Tome 20 – Voici venir la mariée

Auteur : M.C Beaton
Édition : Albin Michel (26/02/2020)
Édition Originale : Agatha Raisin, book 20: There Goes the Bride (2009)
Traduction :

Introduction Babelio :
C’est en traînant des pieds qu’Agatha Raisin se rend au mariage de son ex, James Lacey.

Elle en pince encore pour celui qui l’éclabousse avec son nouveau bonheur. Le jour des noces, coiffée de son plus beau chapeau, Agatha jubile de voir que l’autel est vide : la mariée n’est pas là !

Et pour cause, elle a été retrouvée avec une balle dans le corps avant même de pouvoir dire « oui ». Il n’en faut pas plus pour redonner à Agatha de l’espoir…avant que celui-ci ne retombe comme un pudding pas assez cuit lorsque la police décrète que la suspecte numéro un, c’est… elle !

Résumé :
Mais si ! Souvenez-vous ! Lors de sa dernière enquête, James avait osé annoncer à Agatha son prochain remariage avec Felicity Bross-Tilkington, une fabuleuse créature deux fois moins âgée qu’elle et dont il aurait lui-même pu être le père, voire le grand-père…

Souvenez-vous de cette pénible soirée de fiançailles à laquelle elle avait dû faire bonne figure malgré ses extensions capillaires qui se barraient les unes après les autres…

Et bien ça y est ! Le jour de la noce approche ! Avec Toni, sa jeune ancienne employée qui est allée monter sa propre agence de détectives pour voler de ses propres ailes, mais avec qui elle est restée amie, voici Agatha partie pour le petit bled où auront lieux la cérémonie, et les festivités.

Comme vous l’avez certainement déjà vu dans certains films made in US, l’usage est de faire une sorte de soirée avant la noce… Une soirée dont la vulgarité tranche quelque peu avec les airs de distinction que la nouvelle belle-famille de James Lacey se donne d’ailleurs…

Quelle idée ces strip-teaseurs nus sous leurs tabliers que les dames pourraient acheter aux enchères… Une soirée où Agatha s’ennuie ferme et où avec Toni elles ont la bonne idée de libérer les chiens de garde de la propriété histoire de bien mettre la pagaille, de gâcher la soirée et de pouvoir s’éclipser plus rapidement…

James n’avait pas l’air si enchanté de ce mariage, ayant soudainement des doutes de dernière seconde… Et Agatha a eu a bonne idée de lui conseiller de mettre une balle dans la tête de la future mariée, plaisanterie un peu stupide que les oreilles indiscrètes d’un strip-teaseur ont eu le malheur de capter…

Le malheur ? Et bien oui… Le lendemain matin, tandis qu’Agatha courre le centre-ville pour se trouver un chapeau bien comme il faut à arborer à un mariage chichiteux, accessoire qu’elle avait négligé d’emporter avec elle, la mariée se prend effectivement une balle dans la tête. Forcément Agatha se trouve une fois dans le collimateur de la police…

Et de plus en plus quand à mesure que cette enquête progresse, Agatha découvre d’autres cadavres les uns après les autres…

Mon avis :
Une intrigue plutôt sympathique à lire, quoi que parfois légèrement prévisible, qui nous baladera en Turquie, en Espagne, en France et bien évidemment dans les Cotswolds…

Agatha reste fidèle à elle-même : grincheuse, bourrue, incertaine dans sa féminité, déterminée, inconstante mais aussi pas toujours aussi avisée qu’elle le croit, et entourée d’une bonne équipe d’amis prêts à lui sauver la mise, et qu’on a bien évidemment plaisir à retrouver.

Ces derniers volumes, les fureurs libidinales d’Agatha étaient en pause relative, et c’était tant mieux parce que l’obsession agathesque pour la quête d’un mari étaient devenue quelque peu lassante. Dans ce volume, ces fureurs semblent s’être réveillées.

Ce n’est pas si grave dans l’absolu car ce qui est lassant, c’est la répétition au fil des volumes.

Toutefois, dans le cas présent j’ai trouvé assez maladroit la façon dont la regrettée auteure a prolongé le livre, au-delà de la résolution de l’énigme, dans un interminable épilogue centré sur la vie sentimentale d’Agatha, ou sur ses tergiversations sur l’avenir de son agence…

Comme je l’ai déjà dit par ailleurs, si je voulais des histoires d’amour, j’irai lire des livres de la collection Margoulin, ou des Barbara Tartland…

Autant je trouve que de parler des sentiments d’Agatha puissent se justifier dans une aventure où l’homme qu’elle a poursuivi de ses assiduités au long de je ne sais combien de volumes, épousé et qui l’a quittée, est censé se remarier…

Autant je peux comprendre que ça puisse la démanger… autant j’ai du mal avec l’idée que cette thématique finisse par être traitée au-delà de l’intrigue qui construit le livre.

Mais bon… ça n’est que mon humble avis… J’ai du mal avec les livres qui n’en finissent pas de finir… surtout quand je me doute que ça ne mènera pas à grand-chose de plus…

Quoi qu’il en soit… malgré tout, ce volume n’était pas si mal et en ces temps de confinement, il a su me divertir davantage que la télé !

22 réflexions au sujet de « Les Enquêtes d’Agatha Raisin – Tome 20 – Voici venir la mariée : M.C Beaton [Par Dame Ida, Agatheuse Notoire et Bénévole] »

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.