Les Enquêtes d’Agatha Raisin – Tome 21 – Trouble fête : M.C Beaton [Par Dame Ida, Agatheuse Confinée]

Titre : Les Enquêtes d’Agatha Raisin – Tome 21 – Trouble fête

Auteur : M.C Beaton
Édition : Albin Michel (26/02/2020)
Édition Originale : Agatha Raisin, book 21: And the Busy Body (2010)
Traduction :

Intro Babelio :
Le Noël qui s’annonce dans le village de Carsely sent le sapin… John Sunday, membre de la Commission de santé et de sécurité, menace de mettre fin aux traditions si chères aux habitants.

L’arbre de Noël sur le toit de l’église ? Un danger public. Les décorations accrochées aux réverbères? Inutiles. Les jouets réalisés par une villageoise ? Nocifs pour les enfants.

Foutaises ! protestent les membres de la Société des dames du village : il faut mettre ce trouble-fête hors d’état de nuire !

Qu’à cela ne tienne : son corps est retrouvé, lardé, tel un gigot, à coups de couteau de cuisine. Agatha n’a pas une minute à perdre pour trouver le coupable… et sauver la fête.

Mon avis :
Il semble de Mrs BEATON aimait particulièrement les fêtes de Noël… Au moins autant qu’Agatha les déteste. Certes, cela revient tous les ans, mais tout de même…

Anybref, Agatha s’exile en Corse pour éviter ces fêtes qui lui rappellent à quel point elle seule…

Mais la saison touristique étant creuse, les restaurants étant fermés, et sa hanche arthritique étant trop mise à l’épreuve par les petits sentiers abrupts de l’île de Beauté, Agatha revient à Carsely, surprise de voir son village privé des décorations et illuminations de saison.

Évidemment, quand Agatha ne comprend pas ce qui se passe dans le village, elle va très vite voir son amie, Mrs Blowsby, l’épouse du pasteur local.

Elle apprend donc qu’un certain John Sunday, agent zélé de la commission de santé de sécurité a décidé de contrarier autant de gens que possible, en jouissant de son petit pouvoir.

Le pouvoir de nuisance de ce monsieur est tel, qu’une réunion est organisée dans un village voisin, réunissant les victimes mécontentes de Sunday afin de voir comment mettre un terme à ses persécutions administratives.

Or, le voilà qui frappe au carreau, couvert de sang avant de s’effondrer.

La première suspecte, la nouvelle châtelaine du crû, nouvelle riche en diable et très imbue d’elle même, embauche Agatha pour essayer de lui faire prouver son innocence avant de finir elle-même pas mourir dans de curieuses circonstances après avoir prétendu savoir qui était le coupable…

Le fils de celle-ci vient embaucher Agatha qui se remet de l’opération de sa hanche trop longtemps reportée, en lui demandant de retrouver l’assassin de sa mère…

Agatha mène donc ses deux enquêtes de fronts, faisant face au décès d’une de ses employées, à la tentative de meurtre de son ami Roy Silver, puis d’un de ses détective, ainsi qu’à une campagne de diffamation qui ne restera pas impunie…

Ce qui est bien avec Agatha, c’est qu’on ne s’ennuie pas. Et je l’aime toujours autant notre Agatha, même si la voilà encore repartie dans ses cogitations amoureuses que j’avais trouvées un peu lassantes à la longue.

Mais, je ne dis trop rien pour ce volume car cela ne nuit en rien à l’intrigue à tiroirs et rebondissements multiples, qui conduiront notre héroïne jusqu’en Amérique !

Une intrigue qui s’étalera sur plus d’une année nous faisant passer d’un Noël au suivant.

Cela étant, en 21 volumes plus un hors série… il y en a eu quelques uns de Noëls… Solitaires souvent, festifs parfois… Et pourtant, Agatha est supposée avoir toujours le même âge, comme si Carsely était lové au creux d’une boucle temporelle…

Pas très crédible, certes, mais Agatha n’est-elle pas l’éternel féminin ?

Un cœur d’artichaut adolescent dans la poitrine d’une femme mûre et accomplie qui malgré son grain de folie peut parfois faire preuve de la gravité et de la clairvoyance du grand âge qui la menace comme nous l’indique sa hanche ?

Une fois de plus les Cotswolds sont une région du monde qui rivalise avec les pires favelas sud américaines en terme de mortalité par mort violente…

SPOILER : Nous n’aurons rien que… 10 morts dans cette enquête… 4 assassinés, 2 accidentés, 4 suicidés… et 3 assassins et deux complices ! Et je ne compte pas les deux tentatives de meurtre loupées de peu…

Quand on fait les comptes à tête reposée, j’avoue que ça fait un peu too much, mais ma fois… prise dans la lecture ça ne m’a pas gênée sur le moment… Je dois être aussi sanguinaire que l’auteure en fait…

Anybref, vous m’aurez comprise (depuis le temps que je le radote, si ça n’est pas le cas, consultez au plus vite un neurologue!), les enquêtes d’Agatha brillent plus par leur caractère divertissant et la brochette de personnages sympathiques ou au caractère bien campé qu’ils permettent de retrouver, que par leur crédibilité.

PS : puisque nous sommes le 25 avril, cela signifie que dans 8 mois, c’est Noël ! Je suis presque raccord… Et je vous ai pourri votre journée…