Jack l’Éventreur, le secret de Clifford Harrington : Patrice Dumas

Titre : Jack l’Éventreur, le secret de Clifford Harrington

Auteur : Patrice Dumas
Édition : Autoédité (07/08/2019)

Résumé :
En 1888, Clifford Harrington, sergent de la police londonienne, enquêta secrètement sur les meurtres de Whitechapel. La révélation de son journal, caché pendant plus d’un siècle, balaye toutes les théories.

Jack l’Éventreur, le secret de Clifford Harrington, n’est pas un énième livre consacré à l’affaire sordide qui enflamma Londres à la fin du XIXe siècle…

Il est le seul à avoir été écrit au moment des faits.

Suivez l’enquête de Clifford Harrington, jeune sergent dont les conclusions, en 1888, firent vaciller Scotland Yard.

Critique :
Encore un Xème roman fiction sur Jack The Ripper, pourrait-on dire.

Effectivement, il en existe une pléthore, de toutes les qualités littéraires que l’on peut imaginer.

Sans être dans le haut du panier, ce polar fiction sort pourtant du lot et au regard de tout ce que j’ai lu comme romans fictions sur Jack, celui-ci est dans le peloton de tête.

Une écriture qui n’essaie pas de faire de l’humour, pas d’utilisations de phrases neuneu, mais un texte fluide, simple, sans chichis, juste comme il faut.

Une intrigue qui commence en 1934, à une vente aux enchères et le jeune journaliste Ewan McNamara y acquiert une bibliothèque fin XIXème et dans la partie basse se trouvent des livres, dont un manuscrit datant de 1888, écrit par le sergent Sergent Clifford Harrington de la fameuse Division H de Whitechapel…

Une bibliothèque fin XIXe, en bon état. En haut, un rayonnage avec quatre tablettes ; en dessous, un rangement fermé par deux portes ornées de motifs floraux en bois de rose, citronnier, et ébène. Les livres figurant dans la partie basse sont cédés avec le lot. Estimation : de 20 à 30 guinées.

Le récit du sergent est tellement intéressant que j’en ai oublié totalement que c’était le jeune Ewan qui lisait ce manuscrit au coin du feu. Lorsqu’on est revenue en 1934, mon jet lag fut violent.

L’auteur réussi la gageure de « transplaner » son lecteur en 1888, dans les bas-fonds de Whitechapel, au cœur des crimes sordides. Une flopée de personnages historiques se pressent dans ces pages mais c’est le sergent Harrington qui sera le plus important.

Le récit de son enquête sur les crimes est prenant. À un moment donné, j’ai pensé que l’auteur voulait faire de l’augmentation de pages en consacrant une partie du récit à l’enquête du sergent Harrington sur le meurtre du prêteur sur gages, Samuel Boyd.

Aucun rapport dans l’affaire de Jack mais l’enquête était intéressante, bien faite. Puis, en avançant dans ma lecture, je me suis rendue compte que (shame on me) cette enquête n’était pas là « juste » pour augmenter les pages du roman. Au temps pour moi.

Par contre, désolée monsieur l’auteur, mais mon esprit est pervers et c’était trop facile, trop visible de deviner l’identité de Jack…

Si je n’ai pas deviné l’identité du coupable pour le meurtre de Samuel Boyd, en ce qui concerne l’identité de Jack, j’avais hésité entre deux personnes, puis une phrase m’a mise sur la voie et j’ai de suite trouvé qui c’était. Mince, ça gâche le plaisir.

Un bémol, j’ai trouvé le mobile que le coupable sert au sergent un peu léger (je préfère l’hypothèse de crimes « juste pour tuer » pour Jack), la théorie avancée par l’auteur n’est pas sans fondement, est logique et ma foi, pourquoi pas ?

Avant, j’aurais sans doute refusé cette théorie (Scotland Yard en rit, lui) mais au fur et à mesure de ce que je lis sur les meurtres de Whitechapel, elle devient une hypothèse sensée (mais pas qu’elle). En revanche, carton rouge sur le brouillard ajouté car j’ai toujours lu qu’il n’y en avait jamais eu, les nuits des crimes de Jack.

— J’étais passé une demi-heure avant, à l’endroit où j’ai découvert le cadavre, sans croiser personne. Il n’y avait pas âme qui vive dans le secteur. Il faut dire qu’avec le brouillard, on n’y voyait goutte.

On ne révolutionnera pas la fiction sur Jack The Ripper (la réalité la dépassera toujours) mais au moins, l’auteur a respecté les faits, les lieux, les personnages réels tout en créant d’autres qui étaient attachants.

Son hypothèse sur l’assassin n’est pas dénuée de sens et elle permet d’expliquer le pourquoi du comment on ne l’a jamais attrapé malgré que tout Whitechapel était à sa recherche.

Pour ma part, j’en ai une autre que j’apprécie beaucoup et qui pourrait expliquer aussi certaines choses.

Un roman qui se lit d’une seule traite, avec une tasse de thé ou un whisky…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°268 et Le Mois Anglais chez Lou, Titine et Lamousmé (Juin 2020 – Saison 9).

 

25 réflexions au sujet de « Jack l’Éventreur, le secret de Clifford Harrington : Patrice Dumas »

  1. Ping : Billet récapitulatif British Mysteries 2020-2021 – Le Livroblog

  2. Bonjour, Belette,
    Je serais curieux de connaître la phrase qui vous a guidée vers la solution de l’énigme.
    J’ai laissé quelques indices pour aider les lecteurs, mais je ne pensais pas que vous trouveriez si facilement la réponse !
    Bien cordialement,
    Patrice Dumas
    P.S. Puisque vous aimez (comme moi, évidemment) Sherlock Holmes, je me permets de vous conseiller la lecture de « La malédiction de Lady Macbeth », mon modeste hommage au génial Conan Doyle. J’espère vous plaire et vous étonner !

    J'aime

    • Bonsoir, comme cela fait un certain temps que j’ai lu le roman, de mémoire, je ne saurais même plus dire ce qui m’avait titillé l’esprit, mais c’était sans doute une réflexion faite par un personnage (ou par le personnage coupable – no spolier), sans oublier que je suis au courant de certaines théories lancées et que j’ai une base polardeuse énorme et qu’il faut se lever tôt pour me surprendre et me la faire à l’envers (certains y arrivent tout de même).

      Je devrais noter dans un carnet le pourquoi du comment, cela me permettrait de rafraîchir ma mémoire passoire quand on me demande quelle est la phrase qui m’a fait tilter et deviner l’identité du coupable.

      Cordialement

      PS : le note la suggestion !

      J'aime

      • Merci pour votre gentille réponse.
        Oui, je sème « des petits cailloux » pour aider les lecteurs les plus perspicaces.
        je suis désolé de n’avoir appris que récemment votre chronique, dont je vous remercie vivement.
        Bien cordialement,
        patrice Dumas

        J'aime

        • Pas de soucis, les auteurs ne peuvent pas toujours suivre les chroniques de leurs livres, le Net est vaste. Trop vaste.

          Je ne suis pas toujours la plus perspicaces, on arrive encore à m’avoir dans les romans (et dans les séries policières), mais certains petits cailloux font mouche. Chez vous, je l’avais pris dans la tronche 😆 Héhéhé

          Cordialement

          J'aime

  3. Ping : Bilan Mensuel Livresque – Juin 2020 [Mois Anglais – Saison 9] | The Cannibal Lecteur

  4. Ping : The English Month is finish… I’ll be back ! [Bilan Mois Anglais – Juin 2020] | The Cannibal Lecteur

  5. J’adore lire vos commentaires ! C’est passionnant : pour une fois, je ne note pas le titre présenté (ça suffit, tu as déjà bien fait augmenter ma liste d’envies, vilaine tentatrice !), pas que je ne le trouve pas intéressant mais j’avoue que si le personnage de Jack l’éventreur m’intrigue, il ne me passionne pas des masses non plus mais j’adore te lire sur le sujet : j’apprends toujours plein de choses, pas besoin de lire les livres lol ^^

    Aimé par 1 personne

    • Ne divulgue pas toutes les bêtises que l’on dit, hein ! C’est du top secret 😆

      En juin, je suis tentatrice en diable et encore, je ne saurai pas lire tout ce que je voulais lire, sauf si on prolonge sur le mois de juillet…

      Jack me « passionne », si tant est-ce qu’on peut dire qu’un assassin passionne… :/ Le mystère autour me passionne, voilà. La société victorienne aussi.

      Ben voilà, tu sauras tout sans même t’en rendre compte 😀

      J'aime

  6. Ping : Billet récapitulatif – Le mois anglais 2020 | Plaisirs à cultiver

    • Nan c’est mooOÔoaAa!!!! JE connais LA SEULE vraie solution!!!! 🤓 Jack n’existe pas épicétout! C’est une CRÉA-TION journalistique qui fut une façon pour des journaux de se faire du fric sur le dos des victimes… et pour certains groupes politiques de faire connaître la misère de l’east end… et pour le Yard et la Metropolitan police de se faire la guéguerre… alors qu’en vrai c’est pas 5 ou 6 (déjà pour l’époque) vieilles femmes réduites au trottoir qui ont mourru mais certainement des dizaines en 1888!!! On retrouvait des morceaux de corps de femmes à la pelle dans la Tamise… Et d’autres bien amochées au couteau par les proxos… Bref c’est plus trippant de penser qu’un seul tueur psychobarge a tué d’une façon effrayante plutôt que de regarder en face que Whitechapel était le melting-pot de toutes les perversités! 🧐

      Aimé par 2 personnes

  7. Qu’on le lise en buvant du whisky, du thé pour se réchauffer… ou un mijito pour se rafraîchir… le résultat est le même… c’est l’histoire de la petite bébête… heu… je veux dire de la petite PAL qui monte, qui monte… mais qui ne descend pas… 🙄

    J’adooooore le mois anglais car tu nous donnes plein d’envies de lectures… mais malheureusement je n’ai plus les moyens de mes envies! Pas parce que je ne peux pas tout acheter (en mettant les reins et les cornées de mes enfants à vendre sur le darkweb j’arriverai à m’en sortir) mais parce que j’ai plus de temps ou ou pire… plus de cerveaux disponibles!!! 😱

    Purée ! Vivement les vacances! 🤩

    Aimé par 1 personne

    • Anybref je suis curieuse de connaitre cette hypothèse de solution… 🤔 mais je reste attachée à la mienne en raison des différences existantes entre les 5 meurtres officiels qui ouvrent la possibilité qu’il y ait plus d’un tueur… d’autant que c’est surtout la presse qui a créé l’idée d’un seul tueur en en rajoutant dans le glauque et en inventant même des trucs… En fait… c’est MOÔA-M’AIME qui connait la vraie solution🧐 ! Bourgoin n’a qu’à bien se tenir! C’est moi la plus grande profailleuse française (je te laisse la Belgique si tu veux… je peux pas être partout)! Lui il dit qu’il sait qui a tué de Daliah Noir! Et ben moi je me suis fait Jack! Na! 😁

      Aimé par 1 personne

      • Souviens-toi de la comptine avec Jack & J… Et bien, c’est l’hypothèse de J… qui est retenue… Si tu ne comprends pas, je te dirai via MP.

        Oui, plusieurs tueurs et en tout cas, un différent des autres pour MJK… On ne saura jamais le fin mot, sauf si tu nous donne la solution…

        Celles de plusieurs tueurs étaient l’hypothèse retenue dans « Jacks », le roman que je n’ai pas aimé.

        On n’entend plus rien sur Bourgoin, le covid lui a donné une transparence.

        J'aime

    • Pour tes finances, je pouvais t’aider en t’envoyant de quoi rendre les jeunes euphoriques dans ton quartier, mais pour le temps, ça, je ne sais rien faire… Pour la PAL qui monte, je connais aussi… je m’approche dangereusement du chiffre qui a failli faire buguer le monde… (2000)

      Allez, si durant tes vacances tu n’as plus rien à lire, envoie-moi une carte postale 🙂

      J'aime

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.