Maudit sois-tu – Tome 1 – Zaroff : Philippe Pelaez et Carlos Puerta

Titre : Maudit sois-tu – Tome 1 – Zaroff

Scénariste : Philippe Pelaez
Dessinateur : Carlos Puerta

Édition : Ankama Éditions (13/09/2019)

Résumé :
2017, un homme est retrouvé mort dans les égouts de Londres. L’enquête se dirige rapidement vers la petite amie du défunt, car leur liaison a été arrangée par leur employeur commun, Nicholas Zaroff.

Ce mystérieux oligarque russe n’a en fait qu’un seul but : se venger de ceux qui, 170 ans auparavant, ont causé la perte de son aïeul.

Pour y parvenir, il va réunir leurs quatre descendants et les traquer dans une vaste chasse à l’homme…

Critique :
Encore une découverte que je viens de faire grâce au Mois Anglais (à force de chercher dans les bédés que je n’ai pas lues et dont l’action se déroule en Angleterre) et une fois de plus, il y a du bon et du moins bon.

Comme par hasard, ce sont les dessins qui m’ont déroutées, ainsi que les couleurs fort sombres, lorsqu’ils sont dans les égouts, que ce soit pour la chasse à l’homme que lorsque les enquêteurs sont sur place.

Les visages se mélangeaient et j’ai dû faire quelques retours en arrière afin de bien enregistrer qui avait la tronche de qui.

Nous sommes clairement dans une bédé fantastique, à mi chemin entre du Shelley pour le mélange de parties humaine et le côte « science sans conscience », de l’île du Docteur Moreau pour les mélanges animaliers et le film tiré du roman « Les Chasses du comte Zaroff » (The Most Dangerous Game) puisque le gibier est humain.

Nous sommes dans les égouts de Londres, un cadavre est retrouvé, il était le gibier…

Nous, lecteurs, nous avons assisté à tout mais pour les enquêteurs, c’est un peu le fouillis, surtout qu’une journaliste vient d’arriver sur la scène du crime et que l’on comprend peu à peu que autant l’enquêteur que le médecin ont des casseroles à leur cul.

Moi aussi j’ai pataugé dans ce bourbier de récit aux couleurs sombres et aux dessins styles « images vraies mises en bédé » et il m’a fallu quelques pages avant de trouver mon rythme dans cette bédé.

D’ailleurs, c’est vraiment une fois arrivée à la fin que l’oeuvre totale s’est inscrite dans mon petit cerveau. Quand on manque de caféine, ça prend plus de temps. Une relecture d’ici quelques temps ne me fera pas de mal.

C’est une bédé amorale, les flics sont aussi délicats que des éléphants dans un magasin de porcelaine, font des réflexions sexistes à l’ex-copine du défunt, sont alcoolos, violents, ripoux.

La journaliste est droguée et l’ex-copine suicidaire. Le conte Zaroff est un chasseur exécuteur d’être humains et son éminence grise, un certain docteur Moreau, joue à Dieu. Anybref, aucun personnage n’est à sauver et j’ai eu zéro sympathie pour eux, hormis pour le médecin alcoolo (qui est violent avec sa femme, pardon).

Si j’ai eu du mal au début, j’ai adoré le final qui a du rythme, qui pulse, où toutes les révélations sont faites, les filiations établies et le mobile dévoilé aux victimes.

Grâce à ce final surprenant, inattendu, je compte être au rendez-vous pour le tome 2 afin d’avoir des réponses aux quelques questions restées en suspens dans ce premier album.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°282, Le Mois Anglais chez Lou, Titine et Lamousmé (Juin 2020 – Saison 9) et Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°19].

17 réflexions au sujet de « Maudit sois-tu – Tome 1 – Zaroff : Philippe Pelaez et Carlos Puerta »

  1. Tout de même… Se venger d’un truc vieux de 170 ans… sachant qu’on n’a pas de lien autre que symbolique avec la personne qu’on prétend venger… c’est surtout un prétexte pour laisser libre cours à ses pulsions sadiques de psychopathe! 😉

    Bon… évidemment si le décor c’est Londres et que c’est bien dessiné ça peut avoir un intérêt… 🙂

    Aimé par 1 personne

    • La vengeance est un plat qui se mange froid et quand on veut noyer son chien, on l’accuse d’avoir la rage puisque les excuses sont faites pour s’en servir. 😉

      Oui, c’est un sadique psychopathe qui aime la chasse !

      J'aime

  2. Ping : Billet récapitulatif – Le mois anglais 2020 | Plaisirs à cultiver

  3. Ping : The English Month is finish… I’ll be back ! [Bilan Mois Anglais – Juin 2020] | The Cannibal Lecteur

  4. Ping : Bilan Mensuel Livresque – Juin 2020 [Mois Anglais – Saison 9] | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.