L’hiver dans le sang : James Welch

Titre : L’hiver dans le sang

Auteur : James Welsh
Éditions : Albin Michel Terre indienne (1992) / 10/18 (1994) / Albin Michel Terres d’Amérique (2008)
Édition Originale : Winter in the Blood (1974)
Traduction : Michel Lederer

Résumé :
L’hiver dans le sang a marqué l’entrée en littérature de James Welch, aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands écrivains américains contemporains. L’auteur de Comme des ombres sur la terre et de « À la grâce de Marseille » révélait la singularité et la force de son univers.

Ce roman de l’irrémédiable, fresque impressionniste d’un terrible déracinement, retrace la dérive d’un jeune Indien Blackfeet du Montana hanté par le souvenir de son père et de son frère.

De bar en bar, de femme en femme, il erre dans un monde de désillusions.

Au cœur de la détresse, il trouvera cependant dans le vide fascinant des grands espaces et le lien puissant avec le monde animal les derniers repères de l’héritage de son peuple.

Critique :
Ceci était mon premier James Welch, ce ne sera pas mon dernier et pourtant, la rencontre espérée n’a pas eu lieu comme je le pensais.

Du narrateur, le personnage principal, nous ne connaîtrons jamais son nom.

Tout ce que nous saurons c’est qu’il a 32 ans, qu’il vit toujours dans le ranch de sa mère, aux côtés de sa grand-mère, qu’il est Blackfeet, qu’il a perdu un frère, un père et que nous sommes au Montana dans les années 60.

Le récit est lent, fait d’errances du personnage de bar en bar et ce sont ces passages qui ont tué le récit et ont fait que je n’ai pas été happée par le roman.

Tant que notre Blackfeet se remémorait ses jeunes années aux côtés de son frère ou qu’il nous parlait de la vie dans les champs à rentrer les foins ou les bêtes, j’étais preneuse, mais une fois arrivée au bar, je m’éclipsais.

Notre personnage souffre, terriblement, même s’il ne le dit qu’à demi-mot. Il est Indien, on lui a volé sa culture, ses territoires, les Blancs ne le respectent pas…

Comment arriver à concilier ses racines culturelles, ancestrales, ce qui fait de lui un Amérindien tout en évoluant dans ce monde de Blancs qui vous demande de vous intégrer alors qu’il ne pense qu’à vous éradiquer ? Ou du moins, à vous parquer dans un coin et que vous fassiez silence…

C’est pessimiste, sombre et ne donne pas envie de chanter joyeusement.

Mais ce n’est pas cette sombritude© qui m’a plombé la lecture, ni les descriptions de la vie dans un ranch mais les errances alcoolisée de notre personnage principal. J’y ai perdu pied, je m’y suis emmerdée ferme et pour finir, j’ai sauté ces passages.

Pas grave, il me reste d’autres romans de l’auteur à lire et c’est bien le diable si je n’y trouve pas mon bonheur.

Le Mois Américain – Septembre 2020 – Chez Titine et sur Fesse Bouc.

Shelton & Felter – Tome 3 – Billy Bowman a disparu : Jacques Lamontagne

Titre : Shelton & Felter – Tome 3 – Billy Bowman a disparu

Scénariste : Jacques Lamontagne
Dessinateur : Jacques Lamontagne

Édition : Kennes (octobre 2019)

Résumé :
Shelton, ancien boxeur devenu journaliste, et Felter, petit libraire hypocondriaque, s’associent afin de faire la lumière sur une série de mystères.

Critique :
Shelton et Felter, le duo d’enquêteurs les plus improbables et qui pourtant, marche à fond !

Shelton, montagne de muscle, ancien boxeur, pas toujours une lumière et Felter, le libraire hypocondriaque haut comme trois pommes avec un cerveau digne de Holmes et Poirot.

Les voici devant une disparition en chambre close, ou plutôt, en toilettes closes…

Désolée, on ne choisit pas le lieu de sa disparition… C’est dans les chiottes du Bell’s Tavern, que Billy Bowman, le nouveau batteur prodige des Red Sox de Boston, a disparu.

Pour les incultes du fond, les Red Sox ne sont pas un groupe de rock mais une prestigieuse équipe de baseball et le Billy a réussi douze home runs en six semaines.

Et il a disparu, enlevé… Mais comment ? Par où puisque personne ne l’a vu sortir des chiottes ?? Et surtout, par qui ?

Shelton et Felter, c’est une enquête, c’est l’Amérique des années 20 mais c’est aussi de l’humour avant tout ! Sans oublier d’incorporer, dans le scénario, le racisme américain, la ségrégation raciale, les mafias qui tirent les ficelles et magouilles les matchs.

Le tout dans des décors qui collent bien à l’époque.

Lire un album de Shelton et Felter, c’est l’assurance de passer un bon moment et de se torturer les méninges car l’auteur ne cherche pas la facilité dans ses enquêtes, nous embrouille un peu et comme Holmes, Felter ne nous dit rien avant la résolution finale.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°38] et le Mois Américain – Septembre 2020 chez Titine et sur Fesse Bouc.