Le portrait de la Traviata : Jinki Do

Titre : Le portrait de la Traviata

Auteur : Jinki Do
Édition : Matin Calme (04/06/2020)
Édition Originale : The Portrait of La Traviata (2017)
Traduction : Kyung-ran Choi & Delphine Bourgoin

Résumé :
Les enquêtes de Gojin, avocat de l’ombre
Deux morts dans un appartement au premier étage d’un immeuble paisible de Séoul.

La femme qui y habitait – un coup de couteau pour elle – et un voisin – un coup de poinçon pour lui –, un type détestable qui lui tournait autour ces derniers temps.

Mais puisque le principal suspect gît à côté de la victime, il faut chercher ailleurs. Le concierge pourrait faire un coupable correct, le commissaire Lee Yuhyeon boucle son enquête et l’envoie en procès. Mais rien ne se passe comme prévu. L’innocence du vieux bougre s’impose, le procès est un fiasco.

C’est alors que dans son téléphone, Lee Yuhyeon entend un rire familier et moqueur, celui de l’avocat Gojin, l’avocat de l’ombre. Oui, il faudra tout recommencer, tout reprendre depuis le début. Car chacun dans cet immeuble pourrait avoir quelque raison d’avoir commis ce double meurtre.

Critique :
QUI ? Oui, qui a tué Jeong Yumi, hôtesse dans un bar, d’un coup de couteau ?

Le colonel Moutarde ? Madame Pervenche ? Non, c’est sans aucun doute son voisin qui la harcelait !

Petit problème : celui git à côté d’elle, poignardé aussi… C’est emmerdant, non ? Pas grave, le concierge fait un parfait coupable aussi, allez hop, on l’embarque, on l’inculpe et on le juge.

L’inspecteur Lee Yuhyeon est satisfait, sauf que… Gojin, l’avocat de l’ombre, lui fait comprendre qu’il s’est fourré le doigt dans l’oeil jusqu’au coude !

Véritable whodunit, ce polar coréen qui s’attaque à un problème de presque chambre close, entraînera ses lecteurs sur de nombreuses pistes avant que tout s’éclaire. Moi, je n’ai rien vu venir !

Gojin, le redoutable avocat de l’ombre va passer en revue tous les scénarios possibles, tous les alibis seront vérifiés, toutes les hypothèses de tricherie ou de magouille de son alibi seront disséquées.

Une partie de Cluedo Coréen où l’arme du crime est déjà connue, le lieu aussi, ne manque que le nom du coupable et le mobile…

Oui, ce Cluedo aurait pu avoir lieu ailleurs qu’en Corée du Sud, mais le fait que l’auteur soit Coréen ajoute une plue-value à ce roman policier à énigme car il explore un contexte socio- culturel que nous ne connaissons pas (ou peu) et en profite pour nous en apprendre un peu plus sur les bars à hôtesses et sur ceux où ce sont des jeunes mecs qui accueillent les dames et jouent à faire des extras…

Par contre, je cherche toujours le rapport entre l’enquête et la Traviata…

Un polar à énigme qui remet le whodunit au goût du jour, qui change la manière dont il est présenté habituellement, qui supprime le rassemblement de tous les suspects dans un lieu précis et qui nous permettre de voir toutes les hypothèses possibles et imaginables pour ce crime des plus bizarres.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°211] et Le Mois du Polar – Février 2021chez Sharon [Fiche N°37].