La vie ô combien ordinaire d’Hannah Green : Michael Marshall Smith

Titre : La vie ô combien ordinaire d’Hannah Green

Auteur : Michael Marshall Smith
Édition : Bragelonne (13/01/2021)
Édition Originale : Hannah Green and her unfeasibly mundane existence (2017)
Traduction : Laurence Boischot

Résumé :
La jeune Hannah Green est persuadée que son existence est plus banale que la moyenne, mais elle ne va pas tarder à découvrir que les ombres de sa vie cachent depuis toujours un monde où rien n’est ce qu’il paraît ; qu’il existe une machine secrète qui convertit les mauvais tours en énergie diabolique ; qu’il y a des champignons qui parlent ; que son grand-père est copain avec le diable depuis plus de cent cinquante ans, et qu’ils ont besoin de son aide.

Critique :
Comment pourrais-je qualifier ce roman ? Amusant ? Dépaysant ? Distrayant ? Divertissant ? Fantastiquement et diaboliquement jouissif ? Ah zut, j’aurais aimé une rime en « ant »…

Maintenant, comment arriver à vous en parler sans déflorer l’affaire tout en vous donnant l’envie de vous y plonger ?

Premièrement, je n’ai pas été relire le résumé avant de commencer, ce qui fait que j’ai été surprise par le départ qui semble commencer comme dans un conte avant que le narrateur ne nous explique qu’il vaut mieux comment l’histoire autrement…

Sachez juste que vous allez mettre les pieds dans l’univers du fantastique et qu’il sera excitant, emballant, entraînant (oh, les rimes reviennent) et j’en passe.

Sachez juste que vous aller accompagner Hannah, une petite fille de 11 ans qui se plaint que sa vie est banale, que ses parents se séparent et qui, sur décision de son père qui n’en peut plus, va être envoyée quelques jours chez son papi…

Banal, me direz-vous, oui mais non parce que son papi n’est pas un homme banal et que son métier d’ingénieur n’est pas le même que celui d’un autre ingénieur, quand bien même serait-il le meilleur du monde.

Le récit est barré, couillu, sorte de fable fantasmagorique, de récit de vie initiatique où aucun personnage ne jouera le rôle qu’on aurait pu lui croire dévolu si un autre auteur avait été à l’écriture.

Rassurez-vous, chacun des personnages est bien à sa place, mais l’auteur est allé plus loin que d’autres auraient été et cela donne un truc pétillant à souhait car les conventions sont envoyées à la gare et ça fait un bien fou dans ce genre de récit d’envoyer tout balader, sauf le respect dû au lecteur, d’écrire un récit qui, au premier abord, semblerait être celui d’un enfant (je le dis avec tendresse) mais qui, lorsqu’on y regarde d’un peu plus près, possède une profondeur énorme.

Un roman fantastique barré, extrêmement jouissif à lire, dépaysant, très bien construit, qui ose amener son récit d’une autre manière et qui, sous ses airs enfantins possède une profondeur dans son écriture et son scénario.

Un roman fantastique qui sent bon le conte initiatique et qui vous emmènera là où peu de gens sont allés pour un voyage de folie qui ne vous laissera pas un seul moment de répit. Apprêtez-vous à courir, à transpirer et à en redemander.

Le Challenge A Year in England pour les 10 ans du Mois anglais [Lecture N°10] et Le challenge « British Mysteries 2021 » chez MyLouBook.