Don Vega : Pierre Alary

Titre : Don Vega

Scénariste : Pierre Alary
Dessinateur : Pierre Alary

Édition : Dargaud (02/10/2020)

Résumé :
Madrid, 1848. Don Vega, héritier d’une riche famille californienne, reçoit une lettre lui annonçant le décès de ses parents. L’auteur du courrier, le père Delgado, l’incite à rentrer « dans les plus brefs délais ».

À son retour, Don Vega découvre que le domaine familial est désormais géré par un ancien général, Gomez.

Celui-ci s’appuie sur Borrow, une brute sadique et sans scrupules, pour mettre la Californie en coupe réglée en rachetant des terrains à bas prix afin de les revendre plus cher.

Des peons ont le courage de se révolter. Le visage couvert d’une cagoule, ils se réclament d’el Zorro, un mythe populaire local. Le peuple les voit comme des héros.

Don Vega décide de suivre leur exemple : il revêt un costume noir et est bien décidé à faire payer les spoliations commises envers sa famille. La légende de Zorro est en marche…

Critique :
♫ Un cavalier qui surgit hors de la nuit et court vers l’aventure au galop… ♪

Tout le monde a encore en tête le générique de cette série datant de 1957 et qui a fait les beaux jours des gosses que nous étions dans les années 80 et dont les multiples rediffusions sur Fr3 continuent (et si vous l’aviez oublié, vous voici avec ça dans la tête toute la sainte journée).

Dans ce one shot, qui aurait mérité de faire plusieurs albums afin d’étoffer la légende, l’Histoire et d’épaissir les différents personnages, cette légende de Zorro n’a rien à voir avec la série de Disney tout public.

Le récit est sombre parce que l’Histoire n’est pas tirée d’un épisode des Bisounours mais de la réalité de 1849 où un flou juridique règne sur la Californie qui n’appartient plus au Mexique et qui ne fait pas encore partie des États-Unis, nation encore jeune.

Pas besoin de vous faire un dessin, les flous juridiques, les absences de législation, c’est du pain béni pour les profiteurs de tous poils qui cherchent à se remplir les poches en grugeant les propriétaires des terres et les futurs acheteurs.

Il y a de quoi se faire des couilles en or et le triste sire Gomez, aidé de ses sbires, a pris possession des propriétés de Don Vega et fait trimer des péons dans ses mines tout en réprimant dans le sang (ou par la corde) la moindre contestation, la moindre rébellion.

Nous sommes très loin des conneries du sergent Garcia ou des mimiques de Bernardo, qui ne se trouvent pas dans cet album, comme Tornado, pour cause de copyright de la marque.

Contrairement à la série Disney qui est tout public, cette bédé n’est pas faite pour les plus jeunes car il y a du sang, des morts, des assassinats, de l’exploitation de l’Homme par l’Homme. Ici, lorsqu’un homme veut se lever et sortir de sa condition d’esclave en se déguisant en Zorro, ça se termine toujours mal pour lui et pour sa famille.

Le graphisme est agréable, dynamique, les visages expressifs, les décors détaillés et aux couleurs adaptées, oscillant dans des tons gris, bleus ou ocres selon les moments de la journée ou les décors entourant les personnages.

Mon seul bémol sera pour le fait que le plupart des personnages ne soient pas assez développés. Malgré les 87 planches, cela reste trop court pour en apprendre un peu plus sur le Méchant et encore moins sur Don Vega, par contre, on a une idée assez précise sur les saloperies qui se déroulaient en Californie en 1848, lorsqu’elle fut perdue par le Mexique.

Une belle relecture d’un classique qui ne surfe pas sur le burlesque ou le grandguignolesque mais qui dénonce la main mise du capitalisme sur le prolétariat et qui donne envie, à la fin, d’entonner l’internationale et de crier aux armes citoyens péons !

J’ai adoré le clin d’oeil final…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°248], le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B) – 87 pages, Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°53] et le Mois Espagnol chez Sharon – Mai 2021.