Waluk – Tome 1 – La grande traversée : Emilio Ruiz et Ana Miralles

Titre : Waluk – Tome 1 – La grande traversée

Scénariste : Emilio Ruiz
Dessinateur : Ana Miralles

Édition : Dargaud (07/02/2020)

Résumé :
Abandonné par sa mère puisqu’il est suffisamment grand, le petit ourson polaire Waluk doit apprendre du jour au lendemain à vivre seul.

Malheureusement pour lui, ses premières expériences ne se passent pas très bien.

N’ayant aucune notion de chasse, le voilà contraint de se nourrir exclusivement d’algues et d’oeufs…

Et c’est sans compter les autres ours qui ne se montrent pas des plus aimables avec lui.

Seul Esquimo, un vieil ours en piteux état, accepte de prendre Waluk sous son aile pour lui enseigner les rudiments de la survie. L’ourson apprend…

Critique :
Voilà une bédé intelligente, bourrée d’amitié, de belles choses tout en nous en montrant des moins belles, comme ce putain de réchauffement climatique qui prive, entre autre, les ours blancs de banquise et de nourriture.

Waluk, ce sont les aventures d’un jeune ours blanc que sa mère a abandonné puisqu’il était assez grand pour se débrouillez seul.

Oui, mais non, Waluk est perdu face à l’immensité de ce qui se trouve sous ses yeux et incapable de se nourrir correctement, sauf à faire des conneries et à s’en prendre une dans la gueule par un autre ours.

La rencontre avec Esquimo, un vieil ours, va lui changer sa vie (oui ♪ il changeait la vie ♫ vas-y, chante avec moi) en lui enseignant les rudiments de la chasse et en lui expliquant les changements majeurs qui se produise dans le coin, à cause d’un espèce de bipède nu qui ne possède ni griffes, ni ailes, ni rien : l’Homme.

Il est vrai que les humains, face à ce possèdent les animaux, est plus nu qu’un ver de terre, mais l’Homme est capable de foutre plus de bordel que toute la création animale réunie.

Les dessins m’ont enthousiasmé, je les ai trouvé très bien réalisés et les différentes moues prises par les ours m’ont souvent fait rire, ainsi que leurs réflexions. Les couleurs sont belles, dans des tons gris bleus qui illustrent bien le froid de la banquise.

Cette bédé, conte initiatique, a plusieurs leçons à nous apprendre, dont celle qu’il faudrait plus souvent écouter les anciens, de ceux qui nous ont précédés, ceux qui connaissent la musique mieux que nous.

Hélas, nous sommes dans des sociétés où l’on n’écoute plus les anciens et pire, lorsqu’un travailleur prend sa pension, bien souvent, il ne forme aucun jeune pour le remplacer (soit qu’il ne le veut pas, soit que le patron n’est pas intéressé par le savoir de son travailleur qui part). Stupide, car celui qui est dans la société depuis des lustres en sait bien plus que les p’tits d’jeuns qui commencent.

L’autre leçon à apprendre, c’est qu’il serait temps d’arrêter de foutre la merde partout où l’on passe, stopper avec le tourisme à la con, avec ces crétins qui veulent à tout pris aller voir la banquise qui fond et qui tirent sur les ours si d’aventures ils en croisent (scandale qui a eu lieu réellement, lors d’une croisière et d’un arrêt dur la banquise, je l’avais lu dans « Le Canard Enchaîné).

Ce premier tome de Waluk est vraiment une réussite, tant au niveau des personnages animaux, du scénario, du message se trouvant dans ces pages et des couleurs utilisées. Bref, une réussite à tout points de vue.

PS : je remercie Noctembule d’avoir parlé de cette bédé sur son blog parce que c’est ce qui m’a donné envie de l’acheter et de la lire.

Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°56], le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B) – 48 pages, le Challenge bd « Des histoires et des bulles » chez Noctembule (Avril 2021 – Avril 2022 – animal dans le titre) et le Mois Espagnol chez Sharon – Mai 2021.

24 réflexions au sujet de « Waluk – Tome 1 – La grande traversée : Emilio Ruiz et Ana Miralles »

  1. Ping : Bilan du mois espagnol 2021 | deslivresetsharon

  2. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Mai 2021 | The Cannibal Lecteur

  3. Ping : Le Mois Español chez Sharon esta terminado ¡Olé! – Bilan [Mai 2021] | The Cannibal Lecteur

  4. Ping : Challenge bd « Des histoires et des bulles  | «22h05 rue des Dames

  5. Ping : Waluk – Tome 1 – La grande traversée – Emilio Ruiz et Ana Miralles | 22h05 rue des Dames

  6. Ouais ok… 🙄 le côté métaphorique et philosophique est sympa… ce qu’on voit des dessins est pas mal… mais…

    Mais…

    😱 Mais les ours polaires c’est fééérooooce! Et si t’en croises un il te transforme en steak tartare et te dévore ! Épicétou ! 😩

    C’est dingue ça quand on y pense! Quand les enfants sont petits on les entretient dans la peur du loup sachant que le loup a peur de l’homme et l’évite… et on leur offre des ours en peluches à câliner alors qu’il faudrait au contraire les inviter à prendre leurs jambes à leur cou et à se sauver !!! 😨

    Je comprends pas… 🤔

    Aimé par 1 personne

    • Non, avec un ours, tu ne cours pas, il va plus vite que toi, tu fais juste la morte… et tu resteras en vie en principe. Sinon, tu déposeras une plainte sur mon blog après que l’ours t’ait rechié… 😆

      Oui, c’est drôle ça… on a peur du loup mais pas de l’ours qui a vu le facteur. L’Homme n’est pas à une contradiction près, tu sais. Il y avait des monteurs d’ours, preuve que la bête peut être utilisée pour faire des tours mais je n’ai jamais vu des loups sur une piste de cirque…

      J'aime

  7. Ping : Le mois espagnol et sud-américain 2021, c’est parti ! | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.