Le Carnet d’enquêtes de Sherlock Holmes : Tim Dedopulos

Titre : Le Carnet d’enquêtes de Sherlock Holmes

Auteur : Tim Dedopulos
Édition : Hachette Loisirs (2018)
Édition Originale : Solve-it-Yourself Mysteries : Sherlock Holmes Case Book
Traduction : Laurent Laget

Résumé :
Le crime est fréquent. La logique est rare. En conséquence, il faut s’attaquer à la logique plutôt qu’au crime lui-même. »

Dans ce Carnet d’enquêtes de Sherlock Holmes, le Dr Watson vous propose 10 énigmes inextricables à résoudre en usant de votre sens de la déduction comme Sherlock Holmes pourrait le faire.

Chaque histoire présente 3 questions auxquelles vous devrez répondre avec exactitude pour découvrir l’auteur du crime. Menez l’enquête !

Critique :
La première chose qui vient à l’esprit lorsque l’on prend possessions de cet ouvrage, c’est « Que la couverture est moelleuse » et ensuite, lorsqu’on le feuillette, on aurait tendance à dire « Putain, que c’est beau les illustrations ».

Franchement, l’ouvrage est de belle facture et je n’ai pu m’empêcher de le feuilleter de nombreuses fois avant de le lire.

Durant ma lecture, j’ai continué de scruter les illustrations proposées qui lui donnent un look victorien de plus réussi.

Les récits d’enquêtes sont assez courts et divisés en trois parties, avec, après chaque épisode, une question posée à laquelle il vous faudra répondre. Pas de panique si vous ne trouvez pas, le carnet des solutions est à la fin et il est bien détaillé.

Il faut être attentif à tous les petits détails donnés dans le récit car bien souvent, la solution à la question se trouve dedans. Les indices ne sont pas cachés, mais l’auteur a pris soin tout de même de ne pas nous les surligner en jaune fluo. À nous d’être perspicace.

Par contre, un gros bémol : des fautes d’orthographe ! Je ne les ai sans doute pas toutes trouvées, j’en laisse moi-même des tas dans mes chroniques, mais elles ne sont pas éditées et puis vendues en librairie.

Dans la première enquête (pour ne citer qu’elle), on a même quelques phrases dans un paragraphe qui se répètent. Pas mortel mais c’est tout de même quelque chose qui ne devrait pas se retrouver là-dedans.

Anybref, je me suis torturée les méninges à tenter de résoudre les énigmes de Sherlock Holmes, j’en ai solutionnée certaines, grâce aux indices récoltés et à mon petit cerveau, parfois par chance… Pour d’autres, j’ai séché sur place et c’est toute penaude que je suis allée voir les solutions à la fin de l’ouvrage. Bon sang, mais c’est bien sûr !

Un excellent ouvrage à posséder dans sa biblio holmésienne (il claque avec sa couverture orange), bien mis en valeur par les illustrations, la couleur du papier, les bords plus sombres et dont les enquêtes ne sont pas si simples que ça, sauf quand on a lu la résolution…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°298], Le Challenge A Year in England pour les 10 ans du Mois anglais [Lecture N°51] et Le Mois anglais (Juin 2021 – Season 10) chez Lou, Cryssilda et Titine.

Golden dogs – Tome 4 – Quatre : Stephen Desberg et Griffo

Titre : Golden dogs – Tome 4 – Quatre

Scénariste : Stephen Desberg
Dessinateur : Griffo

Édition : Le Lombard (2014)

Résumé :
Ils étaient quatre, deux filles et deux garçons. Voleurs, escrocs, faussaires, ils unirent leurs talents pour devenir ensemble les plus célèbres voleurs de Londres.

Critique :
Aaaaah, j’allais enfin savoir, tout savoir sur la personne des Golden Dogs qui avait trahi les siens et piqué le pognon. Toutes les pistes étant ouvertes, cela pouvait être deux personnages différents qui avaient fait chacun une saloperie.

Alors que d’autres n’auraient plus eu confiance dans les membres du groupe, nos Dogs avaient remonté leur bande dans le tome 3 et ici, nous devions avoir la conclusion de ce fameux casse dont on nous avait parlé.

Le début est tonitruant, on revient à la flamboyance de nos Golden Dogs du début, c’est brillant, très brillant, même. Magnifique ! On apprend aussi le nom du personnage qui les a donné au juge, ce n’est pas vraiment un aveu, c’est dit du bout des lèvres.

Mais attend un peu, là ? Que ce personnage trahisse à ce moment-là, c’est compréhensible, cela sert le plan pour le casse et aide à faire tomber un ennemi dans le panneau, pour moi, ce n’est pas une trahison comme celle des premiers tomes. Était-ce la même personne aussi ?

Si oui, pourquoi ? Cela n’avait pas de sens que ce personnage trahisse les autres au début. Et puis, le vol du pognon, c’était cette même personne là aussi ? Là, je reste avec un goût de trop eu en bouche, sans compter que l’on ne sait pas vraiment pourquoi Lucrèce était logée chez cet autre personnage, sans être prisonnière. Quel était leur lien ? L’assassinat de l’épouse de celui-ci ? Vraiment ? Mystère.

Anybref, ça partait en fanfare, en feu d’artifice d’apothéose et à un moment donné, le soufflé est retombé, le récit a débandé et c’est parti en capilotade (pour rester polie et ne pas dire « parti en couilles »).

Il n’est pas facile de clore correctement une série, d’offrir un final digne de ce nom à ses lecteurs, mais là, ça sent le bâclé !

Orwood  recherchait éperdument l’esprit de sa bien-aimée morte, je n’ai rien contre, c’est son droit, mais quand il s’obstine à vouloir qu’elle fasse, tel Lazare, ressuscitant de sa tombe, je trouve que ça devient risible et cela gâche vraiment toute une partie de l’album alors qu’on aurait pu le consacrer à autre chose de plus pertinent.

C’est frustrée que je termine cette saga qui avait tout pour me plaire, qui avait bien commencé avant de perdre du poil de la bête dans le tome 2 et de remonter vaillamment dans le 3 avant de s’écraser au sol après un départ formidable de ce tome 4. Anybref, c’est bancal.

Il restera des questions sans réponses, des doutes et une fin d’album qui laisse la porte ouvert à d’autres aventures, même si cette série est terminée.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°297], Le Challenge A Year in England pour les 10 ans du Mois anglais [Lecture N°50], Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 46 pages) et Le Mois anglais (Juin 2021 – Season 10) chez Lou, Cryssilda et Titine.