Le carnaval des ombres : R. J. Ellory

Titre : Le carnaval des ombres

Auteur : R. J. Ellory
Édition : Sonatine (06/06/21) – 605 pages
Édition Originale : Carnival of Shadows (2014)
Traduction : Fabrice Pointeau

Résumé :
1959. Alors qu’un cirque ambulant vient de planter son chapiteau dans la petite ville de Seneca Falls, Kansas, un corps couvert d’étranges tatouages est découvert sous le carrousel.

Dépêché sur les lieux, l’agent spécial Michael Travis n’est pas aidé par les membres du cirque, peu enclins à livrer leurs secrets. Mais l’affaire prend vite une tournure inattendue…

Critique :
En juin, il n’y avait pas que le Mois Anglais, il y avait aussi la sortie du dernier roman de R.J Ellory et rien ne me fait plus plaisir que de lire ses romans !

Double plaisir puisque l’auteur, anglais, a toujours pour décor l’Amérique.

Celle des années 50 est encore plus intéressante car les nouvelles technologies sont absentes, c’est la Guerre Froide et il y a toujours moyen d’écrire un super roman sur ces périodes.

Au départ, c’est une enquête de routine qui échoue dans les mains de l’agent spécial senior, Michael Travis. Son enquête dans une fête foraine où se produisent quelques phénomènes est, somme toute, assez classique.

Ce qui l’est moins, c’est la personnalité de Michael Travis : il est fracassé, torturé (mais ne fume pas, ne bois pas, ne se drogue pas), son enfance n’a guère était agréable et il est aussi raide qu’une planche à repasser ! Limite un manche de balai enfoncé dans le cul tant il est respectueux des règles. « Fuck the rules » ne sera jamais tatoué sur son bras (aucun tatouage, d’ailleurs).

Travis est pétri de certitudes, il a ses propres convictions et lui faire ouvrir les yeux ne sera pas une mince affaire, lui qui a les pieds bien trop ancrés dans la réalité et totalement imperméable à la magie où à l’inexplicable.

Son passé, nous l’apprendrons pas bribes, les épisodes malheureux de sa vie de retrouvant insérés entre deux chapitres de son enquête. Plus intelligent pour un auteur de nous apprendre par petits morceaux que de commencer son récit par la vie de son personnage principal. En tout cas, moi, ça me plait ainsi.

Les ambiances « Amérique des années 50 » étaient bien présentes, Ellory étant doué pour les descriptions, sans devoir en faire des tonnes, comme il est doué pour créer des personnages réalistes, bien ancrés dans le récit et ayant une véritable présence physique.

Si les freaks de son récit ne sont pas comme ceux du roman de Katherine Dunn « Amour monstre » ou comme ceux chez Harry Crews, « La malédiction du gitan », les siens auraient plus des airs de famille avec les phénomènes qu’un Stephen King aurait pu mettre en scène dans l’un de ses romans.

Ici, pas de sœurs siamoises, d’enfant poisson ou de nain culturiste, mais des gens possédant certains pouvoirs… Parfois même plus de doigts que la normale…

Lors de la première partie du récit, bien que je m’y sois trouvée aussi bien qu’un poisson dans l’eau, je ne pouvait m’empêcher de le trouver normal : un homme assassiné, une enquête d’un agent du FBI (et pas un Fox Mulder) en solo, une fête foraine sortant de l’ordinaire, bref, pas de quoi  défriser la moustache à Hercule Poirot…

Puis tout à coup, j’ai compris que sous le tapis, il y avait des saloperies, des cafards puants, ainsi que des squelettes dans les placards et une fois que ça a commencé à sortir, j’ai compris pourquoi me camarade blogueurs/euses avaient trouvé le dernier roman d’Ellory génial ! Ah oui, putain, je confirme !

Ellory a beau être un auteur anglais, il a une capacité d’analyse de l’Amérique, qu’elle soit profonde, politicienne ou institutionnelle (FBI, CIA,…), extraordinaire. Sa plume devient scalpel et il la dissèque, sortant ses viscères (pas toutes à la fois) à la manière d’un prestidigitateur pour nous les exposer sous nos yeux ébahis.

Son truc est qu’il utilise sûrement une plume magique qui sait si bien mettre les mots sur les idées, sur les actions qu’on a l’impression de ne pas être dans un roman mais de le vivre vraiment, aux côtés des personnages.

Une fois de plus, Ellory nous livre un roman sombre, où l’Amérique et ses institutions ne sortiront pas grandies (mais nous le savions déjà).

Prenez place dans le chapiteau du Carnaval Diablo, laissez-vous emporter par la magie du spectacle, ouvrez votre cœur, laissez vos certitudes, vos convictions, vos préjugés sur le bas-côté et embarquez dans ce voyage fait d’illusions, de vérités, de révélations où vous pourriez en sortir grandi, comme notre agent spécial Travis.

Lu l’édition Sonatine de 605 pages et c’est avec lui que je termine ce Mois Anglais qui fut aussi magique que ma lecture.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°312], Le Challenge A Year in England pour les 10 ans du Mois anglais [Lecture N°65], et Le Mois anglais (Juin 2021 – Season 10) chez Lou, CryssildaTitine et Le pavé de l’été – 2021 (Saison 10) chez Sur Mes Brizées.

31 réflexions au sujet de « Le carnaval des ombres : R. J. Ellory »

  1. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Juin 2021 [Mois Anglais – Saison 10] | The Cannibal Lecteur

    • Non, non, reste, je ris toujours quand une vieille connaissance me la souhaite « longue et dure » et qu’il ajoute, en souriant, l’air innocent « la semaine, bien entendu ». 😆

      J'aime

  2. Ping : Billet récapitulatif – Le mois anglais 2021 | Plaisirs à cultiver

  3. Ping : The English Month is finish… I’ll be back !! : Bilan Mois Anglais Juin 2021 | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.