La Traversée des temps – 01 – Paradis perdus : Eric-Emmanuel Schmitt

Titre : La Traversée des temps – 01 – Paradis perdus

Auteur : Eric-Emmanuel Schmitt
Édition : Albin Michel (03/02/2021) – 576 pages 

Résumé :
Cette Traversée des temps affronte un prodigieux défi : raconter l’histoire de l’humanité sous la forme d’un roman. Faire défiler les siècles, en embrasser les âges, en sentir les bouleversements, comme si Yuval Noah Harari avait croisé Alexandre Dumas.

Depuis plus de trente ans, ce projet titanesque occupe Eric-Emmanuel Schmitt. Accumulant connaissances scientifiques, médicales, religieuses, philosophiques, créant des personnages forts, touchants, vivants, il lui donne aujourd’hui naissance et nous propulse d’un monde à l’autre, de la préhistoire à nos jours, d’évolutions en révolutions, tandis que le passé éclaire le présent.

Paradis perdus lance cette aventure unique. Noam en est le héros. Né il y a 8000 ans dans un village lacustre, au cœur d’une nature paradisiaque, il a affronté les drames de son clan le jour où il a rencontré Noura, une femme imprévisible et fascinante, qui le révèle à lui-même. Il s’est mesuré à une calamité célèbre : le Déluge.

Non seulement le Déluge fit entrer Noam-Noé dans l’Histoire mais il détermina son destin. Serait-il le seul à parcourir les époques ?

Critique :
Pour une fois, l’accroche n’est pas mensongère : Yuval Noah Harari a vraiment croisé la route d’Alexandre Dumas et de cette rencontre, est né ce premier tome d’une saga qui semble des plus prometteuses et intéressantes.

En tout cas, si la suite est du même acabit que ce premier tome, les bons moments de lectures sont assurés.

Commençant à notre époque, ce premier tome nous emportera ensuite dans le temps, celui des Premiers Hommes, il y a 8.000 ans (ok, c’était pas les tous premiers !). Pas avec les chasseurs-cueilleurs, mais avec les sédentaires, les premiers agriculteurs (le néolithique).

Quelle fresque ! Quel travail en amont afin de rassembler des données scientifiques et de monter le squelette de cette aventure, avant de l’habiller ensuite de ses plus belles peaux : personnages réalistes, sympathiques (ou pas), ambivalents, qui changent au fil des évènements, dont certains nous laisserons longtemps dans le flou avant qu’une action ne les classe définitivement dans le rayon des salopards.

Un récit qui sans être haletant reste cohérent et emporte avec lui ses lecteurs dans une aventure hors du commun, malgré qu’elle soit composée des ingrédients classiques : un fils qui se cherche, un père qui aime le pouvoir, des manipulations, de la haine, de la colère, de la jalousie, des amours contrariés, de l’amitié, des plantages de couteau dans le dos. Personne n’est tout blanc, personne n’est tout noir, dans cette histoire.

Eric-Emmanuel Schmitt est un fabuleux conteur, à tel point que même dans les moments plus calmes, je ne me suis pas ennuyée, je n’ai sauté aucune page et j’ai dévoré ce pavé en deux malheureux jours.

Le déluge revu à la sauce de E-ES, je suis pour ! Il est bien plus plausible que celui proposé en version « augmentée » et fantasmagorique dans une autre saga bien connue et nommée Bible. Maintenant je sais ce qu’il s’est passé et la fiction doit toujours être plus enjolivée que la simple réalité. L’Homme aime les histoires et les raconter, il amplifie donc celle d’une montée des eaux.

Mon seul bémol sera que de temps en temps, je n’avais plus l’impression d’être au néolithique, au temps de premiers semeurs-éleveurs, mais plus dans un village africain, un peu reclus et dont les habitants vivraient encore à l’ancienne, de nos jours.

Certaines idées des personnages avaient des relents contemporains, mais puisque je n’ai pas connu ces temps-là, il se pourrait très bien que les Femmes aient revendiqués des droits ou que d’autres personnages aient des pensées qui s’apparentent à celles de nos jours. Elles ne sont sans doute pas novatrices, nos idées, nos pensées.

Anybref, l’auteur a été chiche sur le côté « accessoires dans le décor néolithique » et il aurait pu y ajouter une grosse pincée de détails sur l’époque où nos ancêtres sont devenus sédentaires, afin de nous y plonger à cent pour cent. Je pinaille, je sais.

Malgré ces petits bémols, mon voyage fut des plus intéressants, des plus agréables, des plus instructifs et je serai au rendez-vous pour la suite des aventures de Noam, lui qui va traverser les Temps. Un projet pharaonique, qui, je l’espère, ira jusqu’au bout.

Une magnifique fresque au temps du néolithique, une relecture du déluge, plus scientifique, plus plausible, moins fabuleux que celui de la Bible, mais bien plus réaliste.

Le petit côté fantastique qui colle au roman ne m’a absolument pas gêné et il nous permettra de suivre certains personnages sur toute la ligne du temps.

Vivement la suite !

Lu dans son édition Albin Michel de 576 pages.

Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°75] et Le pavé de l’été – 2021 (Saison 10) chez Sur Mes Brizées.

37 réflexions au sujet de « La Traversée des temps – 01 – Paradis perdus : Eric-Emmanuel Schmitt »

  1. Ping : Bilan annuel 2021 et coups de cœur ! [Épisode 2/2] | The Cannibal Lecteur

  2. Ping : Bilan Livresque Annuel 2021 et Coups de Cœur ! [Épisode 1/2] | The Cannibal Lecteur

  3. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Août 2021 | The Cannibal Lecteur

  4. Rhoooo! Vu la couverture et la mention « tome1 » j’ai cru que c’était une BD! Alors j’ai zappé! Cela étant j’aime bien l’écriture d’EESchmitt mais l’histoire de l’humanité… Waouh! Voilà un projet ambitieux qui risque d’occuper longuement le bonhomme et ses lecteurs!!! J’ai trop de mal à persévérer dans des séries de livres trop longues… donc quand je sais que je n’arriverai pas à la fin je ne commence même pas! Les bras m’en tombent d’avance. 😔

    Je sais… je suis une feignasse… j’ai honte… 😞

    Aimé par 1 personne

    • J’essaie, quand j’y pense, de ne pas noter « tome » pour les romans mais uniquement pour les bédés ou comics…. avant pas et je sais que cela peut prêter à confusion…

      Si tu veux t’instruire, il y a la bédé « Sapiens » de l’auteur que je cite dans ma chronique (Yuval Noah Harari) qui sera en plusieurs tomes mais qui est foutrement bien faite, même si je n’ai jamais eu le temps de la chroniquer….

      J’aime

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.