Buffalo Runner : Tiburce Oger

Titre : Buffalo Runner

Scénariste : Tiburce Oger
Dessinateur : Tiburce Oger

Édition : Rue de Sèvres (2015)

Résumé :
En 1896, Henri Ducharme et ses deux enfants cheminent vers l’Eldorado californien quand ils sont attaqués par des Indiens. Un vieux cow-boy, Ed Fisher, tente de les secourir mais seul un enfant survit.

Pendant une nuit de veille, Ed raconte sa vie en tant que Buffalo Runner ainsi que le massacre des bisons.

Critique :
Une fois de plus le one-shot de Tiburce Oger fait mouche ! Ghost Kid était excellent et celui-ci est de la même veine, ou du même barillet, puisque nous sommes dans un western où les armes à feu parlent.

Une fois de plus, je me suis laissée séduire par les graphismes de l’auteur, par ses belles cases détaillées, par ses décors grandioses, pas la palette de couleurs chaudes.

Le scénario semble classique au départ et pourtant, l’auteur a réussi à nous le cuisiner d’une autre manière et ça a marché.

Comme dans Ghost Kid, notre personnage principal, Edmund Fisher, est un vieil homme qui a vécu, qui reste adroit de la gâchette mais qui n’a plus rien de fringuant. Sa vie ne fut pas un long fleuve tranquille et j’ai pris plaisir à l’entendre la raconter à la jeune Mary, tout en fabriquant ses balles pour l’embuscade à venir.

Nous sommes en 1896, la messe est quasi dite pour les États-Unis de la conquête de l’Ouest, les Indiens sont décimés ou parqués dans des réserves et il ne reste plus que des bandits mexicains et des Indiens associés avec eux pour attaquer le pauvre type qui s’en va vers la Californie.

On commence avec une histoire classique de siège qui se prépare et pendant que notre Buffalo Runner (Edmund Fishe) fabrique ses cartouches, il va raconter sa vie mouvementée à la seule survivante du massacre.

C’est tout un pan de l’histoire des États-Unis qui va se jouer devant nous, passant des massacres de bisons, la guerre de Sécessions et la vie de cow-boy auprès d’un riche propriétaire terrien, avant de passer à l’exclusion des Juifs, au racisme ordinaire et à la colère noire.

Le récit est riche, coloré, sans temps mort. On se prend d’amitié pour le vieux cow-boy, qui n’a rien d’un héros, qui a participé à la disparition des bisons, à cette gabegie où l’on ne prenait que les langues et les peaux…

Rien ne l’obligeait à rester dans cette masure pour défendre la jeune fille, il aurait pu passer sa route, mais non, parce que dans le fond, il a un cœur tendre.

Une fois de plus, sans en faire trop, l’auteur arrive à donner de la profondeur à ses personnages, à les ancrer dans la réalité, à insuffler le souffle de la grande aventure à la vie de Edmund Fisher et à surprendre le lecteur dans les dernières cases.

Encore une fois, c’est un super bon western que je viens de découvrir et il entre direct dans mes coups de cœur.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°54], Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°84] et Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 78 pages).