Bilan Livresque Mensuel : Octobre 2021

Octobre fut un bon Mois Livresque. Pas moins de 19 romans, 21 bédés et 1 comics (= 41 lectures) ont été sortis de ma PAL. Non, ça ne la fera pas diminuer pour autant, mais au moins, je garde un peu un certain équilibre. L’impression d’avoir le dessus sur le monstre qu’est la PAL.

Au niveau du Bilan Annuel, j’en suis à 341 lectures. Oui, c’est énorme et pourtant, je peux vous assurer que ça n’en touche même pas une à la PAL (tant bédés que romans). C’est comme avec le trou de la sécu, on y arrivera jamais.

Ma nièce continue d’apprendre des nouveaux mots, elle dit très bien « Tâtâ » (elle va le chercher loin) et a même assimilé mon prénom réel avec ce petit nom de tata puisque l’autre jour, en citant mon prénom, la petite a relevé la tête de ses jouets (qui sont mes vieux jouets retrouvant une seconde jeunesse) et, avec un grand sourire, a dit « tâtâ ».

Par contre, ses espoirs que la chienne vienne à elle lorsqu’elle tient sa laisse, présentant le mousqueton (pas conne, elle a compris la puce !), sont voués à l’échec.

N’arrivant à prononcer que les deux dernières lettres du nom de la bête à poils, il y a peu d’espoir que l’animal revienne de ses explorations dans les prés ou les bois. Faut crier son nom en entier, y mettre de la voix, de l’autorité et l’assortir parfois d’un petit juron… Là, elle a encore du chemin à faire, la petite.

Le chat, lui, est toujours un peu bizarre : autant il peu encore détaler devant nous, autant il y a encore des endroits dans la maison où je ne sais pas le caresser, autant à d’autres endroits, tout est permis. Notamment chez lui, dans sa pièce où il mange et bizarrement, dans les escaliers !

Avant, il me crachait encore dessus dans les escaliers et maintenant, lorsqu’il vient me chercher pour ses câlins de l’après-midi, au lieu de cavaler devant moi, il marche lentement, tel César présentant ses esclaves au peuple. Aldo Maccione qui vient de pécho et qui se pavane devant elle !

Là, non seulement il avance lentement devant moi, mais en plus, dans les escaliers, il s’arrête minimum trois fois pour recevoir des caresses ! Pas très logique, ce chat. J’en ai parlé à sa mère, qui a passé les 17 ans maintenant, mais elle s’en fiche, tant qu’elle peut dormir dans le divan chez mes parents, se réchauffer les poils derrière le poêle à bois et venir sur mes genoux lorsque je suis là, c’est tout ce qui lui importe.

Quelques fois, le chat adore rester avec nous le matin. Il joue avec sa souris, la vieille chaussette trouée que je lui ai donné (et roulée en boule), il s’excite sur son arbre, il court partout, puis il se couche et nous regarde. Deux jours de suite, nous y avons eu droit. Jusqu’au repas de midi en plus. Mais après, il a beaucoup dormi (pauvre bête fatiguée).

Il n’aime toujours pas que je parte durant quelques jours… Lorsque je reviens, c’est la fête, il ne me lâche plus ! Par contre, il se fiche toujours autant de mon homme… Il ne va pas se faire caresser chez lui, il l’ignore superbement.

En fait, il ne l’aime que lorsqu’il va se coucher (pour récupérer le divan) ou quand il ouvre le frigo ou une boîte de thon. J’ai vu le chat partir en courant lorsque mon mari a ouvert le frigo vers 11h, pour regarder ce qu’on allait manger à midi. Un cas, ce cat !

M’attendant sagement dans ma PAL, j’ai décidé de commencer le mois avec Le cherokee de Richard Morgiève. J’ai eu toutes les difficultés du monde à entrer dans ce récit, à m’y retrouver, à ne pas y perdre pied. La plume de l’auteur ne m’a pas emballée et je n’ai jamais réussi à m’accrocher au récit, aux personnages…

Pour me remettre de cette première déception, j’ai sorti une valeur sûre : À vol d’oiseau – Walt Longmire 08 de Craig Johnson. C’est frais, agréable, les dialogues ne manquent jamais d’humour et le récit ne manque jamais d’un soupçon de roman noir. Et puis, on sait prendre son temps, avec Walt.

La lecture du premier tome avait déjà été en dents de scie, celle du deuxième, Sherlock vs Cthulhu – 02 – Les psychoses neurales de Lois H. Gresh, fut une catastrophe sans nom, faite de soupirs et de sauts de pages. J’arrêterai les frais ici.

Une déception ne venant jamais seule, c’est avec Seule en sa demeure de Cécile Coulon que j’ai continué la série noire (et pas la collection). Ce fut aussi zéro émotion durant ma lecture, comme si le récit et moi évoluions dans des galaxies différentes.

Un western pour repartir du bon pied ! Avec Les femmes d’Heresy Ranch de Melissa Lenhardt, j’ai eu droit à un western féministe où ce sont les femmes qui ont monté un gang. Un récit des plus intéressants, dommage qu’il ait manqué de la nuances dans certains portraits, notamment ceux des hommes. Cela ne m’a pas empêché de vibrer !

Devenir quelqu’un de Willy Vlautin met en scène le parcours initiatique d’un jeune homme dont toute sa vie ne fut qu’une vie de merde. L’histoire a un goût de déjà-vu, mais jamais le récit ne s’encombre du superflu, allant droit au but pour finir par mettre K.O les lecteurs avec une dernière phrase qui fait mal au bide. Un roman sombre auquel il n’aura manqué que de l’empathie pour le personnage principal.

Octobre fut un mois de Bérézina avec certaines lecteurs dont j’attendais beaucoup, notamment avec Kérozène d’Adeline Dieudonné. Ce qui a manqué, c’est un lien entre toutes ces petites nouvelles, autre que la réunion improbable de tout ce petit monde dans une pompe d’essence. Au moins, l’autrice n’a pas perdu la férocité de sa plume, mais cela ne fait pas tout…

Pour se remettre en selle, rien de tel qu’un thriller addictif où l’auteur va jouer avec ses lecteurs. Les sœurs de Montmorts de Jérôme Loubry était parfait pour le rôle et j’ai été bluffée jusqu’au bout. J’adore quand on joue ainsi avec moi. Il m’aura juste manqué un peu d’empathie avec tous les personnages, mais ici, c’était secondaire.

J’attendais beaucoup de la lecture de L’hôtel de verre de Emily St. John Mandel, placé par Barak Obama dans sa liste de livres conseillés et bardaf, ce fut l’embardée, je me suis perdue dans le récit, je ne me suis accrochée à rien

Je savais à l’avance que Manhattan Sunset de Roy Braverman ne serait pas un polar comme les autres, puisqu’il avait une touche de fantastique avec la présence d’un fantôme dans ses pages. Par contre, j’aurais préféré qu’il reste une sorte de conscience pour son ancien équipier plutôt qu’un vrai ectoplasme. C’est juste mon avis. Par contre, c’est un vrai polar noir, un hard-boiled et les dialogues étaient savoureux !

Un petit cosy-mystery pour se détendre ? Bretzel & beurre salé – 01 – Une enquête à Locmaria de Margot Le Moal et Jean Le Moal ne révolutionnera pas le polar, mais il offrira tout de même à ses lecteurs un bon moment de détente. N’attendez rien de plus et vous serez satisfait(e)s. Gardez en mémoire qu’il y a un certain parti pris pour les personnages…

Souvent, les romans de Nicolas Beuglet m’envoient au lit moins bête et Le passager sans visage – Grace Campbell 02 n’a pas dérogé à la règle, même si j’aurais mieux aimé ne jamais savoir ! Ce thriller est addictif, une fois commencé, il est difficile de le fermer. Je pointerai juste du doigt le fait que Grace Campbell se sorte de toutes les situations difficiles, mais bon… En tout cas, ce récit est glaçant, horrible. Vivement la suite.

Si au départ  Outlander – Intégrale 01 – Le chardon et le tartan de Diana Gabaldon [LC avec Bianca] m’a emporté, poussé par le souffle de la grande aventure, force est de constater que le soufflé, à un moment, est retombé et que le récit était long et laborieux à la lecture. Trop généreuse avec les détails historique, l’autrice noie ses lecteurs dans des passages inutiles qui rende le récit laborieux. Sans compter qu’il y a trop de pathos. Je ne lirai pas les suites.

Moi qui aime ressentir des émotions lors de mes lectures, avec Le dernier chant de Sonja Delzongle, j’en ai eu pour mes sous. J’ai eu aussi la sensation d’aller me coucher moins bête. Ce polar écologique d’anticipation, dont la première partie est intense, bourrée de suspense et de mystères, se casse un peu la pipe dans le final avec des méchants d’opérette, juste bons pour un Austin Powers, et dans Zorro qui arrive à pic… N’allez pas croire que ces bémols ont gâchés ma lecture, le positif l’emportera sur les points négatifs

Grizzly de Nan Aurousseau est un polar déjanté, fou, burlesque, sombre, sanglant. Bref, en un mot, il est jouissif ! Dans ce roman, tout va s’enchaîner de manière inattendue, tout en restant logique, mais avec une dose de folie, celle de Dan qui se fait des films. Un roman court, intense, jouissif, avec un suspense maîtrisé !

Pour se coucher encore moins bête au soir, je vous propose Sorcières– La puissance invaincue des femmes de Mona Chollet [LC avec Bianca] qui va nous parler de la place des femmes dans le patriarcat, ainsi que de ces pauvres femmes accusées de sorcellerie alors qu’elles n’en étaient pas. Une étude intéressante, copieuse et éclairante.

Dans ses westerns, Ernest Haycox ne fait rien comme les autres et il le démontre une fois de plus avec Les pionniers, récit parlant de l’exode et l’installation des colons dans l’Oregon. Un western réaliste qui, tout en respectant les codes, les utilise à sa manière, sans sombrer dans les stéréotypes pour les personnages, montrant même du respect pour les femmes et les Indiens qui ne sont pas décrit comme des sauvages emplumés, même si c’est ce que pensent la majorité des colons Blancs. Un western crépusculaire qui prend tout son temps.

Petit pays de Gaël Faye est le récit d’un jeune garçon, peu avant les événements qui se passèrent au Rwanda en 1994… Il voit son monde changer, ses amis prendre d’autres directions (côté obscur de la Force) et sa mère revenir sans son âme après avoir cherché sa famille, des Tutsis. Un récit tout en finesse, sans pathos.

Alienés de Fabrice Papillon est un roman brillant, intelligent, qui mêle habillement la science et la fiction, les scènes dignes d’un blockbuster et celles plus terre à terre d’une enquête pour meurtre. L’auteur nous balade sur Terre et dans l’espace, nous sort des théories qui ne sont pas si folles que ça (le covid est passé par là) et tout cela passe admirablement bien. Mon point d’achoppement sur avec l’aspirante commissaire Louise Vernay qui était un peu trop caricaturale.

Bilan Livresque : 19 Romans

  1. Le cherokee : Richard Morgiève
  2. À vol d’oiseau – Walt Longmire 08 : Craig Johnson
  3. Sherlock vs Cthulhu – 02 – Les psychoses neurales : Lois H. Gresh
  4. Seule en sa demeure : Cécile Coulon
  5. Les femmes d’Heresy Ranch : Melissa Lenhardt
  6. Devenir quelqu’un : Willy Vlautin
  7. Kérozène : Adeline Dieudonné
  8. Les soeurs de Montmorts : Jérôme Loubry
  9. L’hôtel de verre : Emily St. John Mandel
  10. Manhattan Sunset : Roy Braverman
  11. Bretzel & beurre salé – 01 – Une enquête à Locmaria : Margot et Jean Le Moal
  12. Le passager sans visage – Grace Campbell 02 : Nicolas Beuglet
  13. Outlander – Intégrale 01 – Le chardon et le tartan : Diana Gabaldon [LC avec Bianca]
  14. Le dernier chant : Sonja Delzongle
  15. Grizzly : Nan Aurousseau
  16. Sorcières – La puissance invaincue des femmes : Mona Chollet [LC avec Bianca]
  17. Les pionniers : Ernest Haycox
  18. Petit pays : Gaël Faye
  19. Alienés : Fabrice Papillon

Bilan Livresque : 21 bédés & 1 Comics = 22

  1. Orcs et Gobelins – T14 – Shaaka : Sylvain Cordurié et Jean-Charles Poupard
  2. Catamount – T02 – Le train des maudits : Blasco-Martinez et Bonneau
  3. Catamount‭ ‬-‭ ‬T03‭ ‬-‭ ‬La justice des corbeaux‭ ‬:‭ ‬B. Blasco-Martinez et Bonneau
  4. Catamount – T04 – La rédemption de Catamount : B. Blasco-Martinez et Gaët’s
  5. La Ribambelle – T02 – En Écosse : Jean Roba
  6. Heroic Pizza – Tome 2 – Hasta la pizza, Baby ! : Augustin
  7. Nevada – T01 – L’étoile solitaire : Fred Duval, Jean-Pierre Pécau et Colin Wilson
  8. Blacksad – T05 – Amarillo : Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido
  9. Blacksad – T06 – Alors, tout tombe (1ère partie) : Canales et J. Guarnido
  10. Trolls de Troy – T24 – Un caillou sur la tête : Arleston et Jean-Louis Mourier
  11. Trolls de Troy – T25 – On ne badine pas avec les mouches : Arleston et Mourier
  12. Trolls de Troy – Tome 15 – Boules de poils (partie 1/2) : Arleston et J-L Mourier
  13. Trolls de Troy – Tome 16 – Poils de Trolls (partie 2/2) : Arleston et J-L Mourier
  14. Sykes : Pierre Dubois et Dimitri Armand
  15. Je suis Black Panther : Collectif [COMICS]
  16. Mages‭ ‬-‭ ‬T05‭ ‬-‭ ‬Shannon :‭ ‬Jean-Luc Istin,‭ ‬Ornella Savarese et Kyko Duarte
  17. Dracula : Roy Thomas et Mike Mignola
  18. Frankenstein – Le monstre est vivant (Intégrale) : Steve Niles, Kelley Jones et Bernie Wrightson
  19. Enquêtes de Lord Harold, douzième du nom – T02 – Trois petites souris : Philippe Charlot et Xavier Fourquemin
  20. Edgar Allan Poe – Hantise : Louis et Bastien Orenge
  21. Sacrées sorcières (BD) : Pénélope Bagieu et Roald Dahl
  22. La fuite du cerveau : Pierre-Henry Gomont

Les pionniers : Ernest Haycox

Titre : Les pionniers

Auteur : Ernest Haycox
Édition : Actes Sud – L’Ouest, le vrai (06/01/2021)
Édition Originale : The Earthbreakers (1952)
Traduction : Fabienne Duvigneau

Résumé :
Ils viennent du Missouri et ont tout abandonné dans l’espoir de trouver une terre à des milliers de kilomètres de leurs foyers. Ils ont entassé leurs maigres possessions dans des chariots et traversent les grandes plaines, puis les montagnes Rocheuses où ils affrontent les rapides du fleuve Columbia.

Leur trajet ouvre la célèbre Piste de l’Oregon, qui sera plus tard empruntée par de nombreux migrants en route vers l’Ouest et la terre promise.

C’est un voyage qui a tout d’une grandiose épopée, peuplé d’hommes et de femmes qui souffrent de la faim et du froid, qui connaissent la solidarité autant que les rivalités, qui cherchent l’amour aussi.

Lorsqu’ils parviennent enfin à destination, ils construisent des cabanes, labourent un sol jusque-là inexploré, et installent peu à peu les bases de ce qui deviendra plus tard une société civilisée, avec ses lois, ses règles et ses usages.

Critique :
Dans ce western, qui parle du voyage et de l’installation de pionniers dans l’Oregon, nous sommes loin du côté humoristique utilisé par Morris (et Goscinny) dans Lucky Luke.

Ici, lorsque l’on tombe à l’eau, on risque de mourir, si on prend froid aussi, si on se prend un mauvais coup… Bref, que du concret et du réaliste, dans ce western qui tient plus d’un récit « témoignages » que des duels devant le saloon.

N’ouvrez pas ce roman si vous cherchez du trépidant. Ici, les pionniers ont avancé au rythme du pas des bœufs, des chevaux, des radeaux et lors de leur installation, ils ont suivi le rythme des saisons.

Pas de précipitation dans le récit de Haycox ! Il prend le temps de poser ses personnages, de leur donner de la profondeur, de décrire les éléments météorologiques, les saisons, l’installation des pionniers.

Roman choral, il donnera la parole à plusieurs personnages, tous disparates, mais reprenant un beau panel de ce qu’est l’humanité, sans que l’on ait l’impression qu’il ait fait en sorte de placer tout sorte de gens, comme c’est souvent le cas dans des films ou des séries. Non, ici, on sent que les portraits sont réalistes et pas forcés.

On a beau être dans un western avec tous les codes du genre, ce qui frappe, c’est qu’ensuite on fait en sorte de s’en affranchir. Oubliez les films vus à la télé, dans ce récit, on est aux antipodes de ce que l’on connaît.

C’est une écriture contemplative qu’Haycox nous offre, quasi crépusculaire, résultant de ses lectures de lettres de pionniers, afin que son récit soit le plus juste possible. Dans les films, aucun réalisateur ne montrera jamais les difficultés rencontrées par les colons, ou alors, se sera dans une plaine, jamais dans des sentiers sinueux des montagnes ou à traverser des torrents démontés.

Dans cet affranchissement des codes, en plus de la Nature hostile, on a le respect des personnages : jamais l’auteur ne dénigre les Indiens ou les femmes. On sent le respect qu’il leur porte. L’ouvrage ayant été publié en 1952, c’était tout de même culotté d’oser défendre les oppressé(e)s.

Certains de ses personnages dénigreront femmes et Indiens (on a un salaud et des têtes-brûlées), mais les femmes dans ses pages ne sont pas toutes muettes, elles peuvent avoir du répondant, de la hargne, être parfaitement au courant de leur situation merdique qui les oblige à se marier pour survivre et de subir durant toute leur vie cette inégalité de traitement entre elles et les hommes.

Par contre, la religion est moquée au travers du pasteur qui voit le diable chez tout le monde, Rice Burnett ne se privant pas de demander au pasteur s’il a une religion différente le dimanche du lundi… Malgré tout, le discours du pasteur évoluera au fil des pages et lui-même se mettra à douter de temps en temps.

L’hypocrisie, qu’elle soit religieuse ou du fait des Hommes sera souvent pointée du doigt dans ce récit, notamment lorsque les esprits s’échaufferont afin d’aller punir les Indiens du coin d’une agression. Les pionniers n’en sortiront pas grandis car voler plus pauvre que soi n’est guère reluisant.

La brochette de personnages est copieuse, il faudra rester attentif car l’auteur les nommera par leurs noms de famille, mais aussi par leurs prénoms, ce qui est déstabilisant car ils sont nombreux. Il m’a fallu un peu de temps avant de tous les distinguer et les reconnaître.

Le récit est âpre, les colons feront face aux éléments, à la Nature, hostile, et il leur sera difficile de gagner leur vie, parfois même, il leur sera difficile d’assurer leurs moyens de subsistance. Certains regretteront même d’avoir lâché la proie pour l’ombre.

Voilà donc un western qui tranche avec le genre que l’on connaît, qui ressemblerait plus à des témoignages, réunis dans un roman, qu’à une fiction, tant le réalisme est présent dans la vie de ces colons.

Les portraits des personnages sont bien exécutés, leur psychologie est creusée et rien n’est figé, même si pour certains (et certaines), on pourra chasser leur naturel tant que l’on voudra, il reviendra au galop.

Un magnifique western qui prend son temps. À lire sans se presser, afin de déguster les multiples récits qui l’émaillent et qui donnent de l’épaisseur à l’ensemble.

Un western où les duels sont la plupart du temps contre la Nature ou les éléments météorologiques, qui ne vous font aucun cadeau. La Nature est piégeuse et en aucun cas ressourçante.

et Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur.

Sacrées sorcières (BD) : Pénélope Bagieu et Roald Dahl

Titre : Sacrées sorcières (BD)

Scénariste : Pénélope Bagieu (d’après l’oeuvre de Roald Dahl)
Dessinateur : Pénélope Bagieu

Édition : Gallimard Jeunesse (29/01/2020)

Résumé :
Les enfants sont répugnants!
Ils puent! Ils empestent!
Ils sentent le caca de chien!
Rien que d’y penser, j’ai envie de vomir!
Il faut les écrabouiller!
Les pulvériser!
Écoutez le plan que j’ai élaboré pour nettoyer l’Angleterre de toute cette vermine…

Attention ! Les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire et ressemblent à n’importe qui. Mais elles ne sont pas ordinaires. Elles passent leur temps à dresser les plans les plus démoniaques et elles détestent les enfants.

La Grandissime Sorcière compte bien les faire tous disparaître. Seuls un jeune garçon et son extravagante grand-mère semblent capables de l’en empêcher…

Critique :
La version roman m’avait bien plu et j’ai voulu tester la version graphique. Il m’a fallu du temps avant de pouvoir le faire, mais c’est chose faite.

Si les graphismes, au départ, m’ont un peu déstabilisées, surtout celui de la grand-mère, toute petite, après, je m’y suis habituée et j’ai particulièrement apprécié les dessins des souris.

Le côté dramatique est particulièrement bien rendu : un petit garçon a perdu ses parents, el voici orphelin, avec pour seule famille sa grand-mère, déjà âgée, aux manières peu orthodoxes (elle fume le cigare et joue au casino). La vie est injuste, dès les premières pages, on nous le rappelle.

Sa mamy va alors lui raconter une drôle d’histoire avec des sorcières, mais des vraies, pas comme celles accusées injustement d’en être. Là, j’ai retrouvé les explications que je venais de lire dans le livre de Mona Chollet « Sorcières » et en fin d’ouvrage, Pénélope Bagieu remercie justement Mona Cholet…

Bien vu d’avoir ajouté ces explications afin de bien discerner les pauvres femmes accusées de sorcelleries parce qu’elles vivaient de manière indépendante et les vraies sorcières qui ne sont que des espèces de femmes déguisées en femmes : perruques pour cacher leurs crânes chauves, gants pour cacher les doigts crochus, souliers à talons pour masquer leurs pieds sans orteils.

L’adaptation en bédé est réussie ! Les personnages sont touchants, plein de justesse, sans jamais sombrer dans le pathos et l’autrice a juste remplacé le gamin grassouillet qu’était Bruno Jenkins par une jeune fille intrépide et pleine de verve. Bien vu, le duo marche bien, il se complète et la jeune fille est plus dynamique que le gosse du roman (qui était raillé à cause de son poids et de sa gourmandise).

En 300 pages, l’autrice arrive à replacer tout ce qui était important dans le roman, à commencer son histoire doucement, à poser les décors, avant d’envoyer le gamin et sa mamy dans un hôtel anglais, au bord de la plage de Brighton, où notre jeune garçon va rencontrer son destin et faire basculer celui d’autres personnes.

C’est enlevé, dynamique, les dessins sont parfaits pour cet album, on s’attache à cette petite grand-mère au lunettes énormes, à l’épaisse chevelure mauve, qui n’arrête pas de palabrer et d’appeler son petit-fils par toute sorte de petits noms d’animaux.

Attention, le récit est noir ! Déjà que nous avons un orphelin, une grand-mère qu’il a peur de perdre (elle est âgée, mais ne le dites pas devant elle), qu’il a peur des sorcières et que ces dernières ne veulent pas moins éradiquer tous les enfants de la surface de la planète !

et le Haunted reading bingo du Challenge Halloween 2021 chez Lou & Hilde (Sorcières).

Edgar Allan Poe – Hantise : Louis et Thomas Verguet

Titre : Edgar Allan Poe – Hantise

Scénariste : Louis
Dessinateurs : Thomas Verguet et Bastien Orenge

Édition : Soleil – 1800 (15/01/2014)

Résumé :
Boston 1827. Edgar Allan Poe n’est pas encore l’écrivain célèbre que l’histoire retiendra… Pour l’heure, c’est un critique acerbe au Boston Chronicles, un être détestable et aigri qui écrit des nouvelles tard le soir.

Sa sordide vie sans intérêt bascule dans l’horreur quand un matin un meurtre, en une des journeaux, présente d’étranges similitudes avec l’une de ses nouvelles encore en cours d’écriture. Il est donc le seul à en avoir connaissance.

Que cela signifie-t-il ? Peut-il être l’auteur de ces massacres ?

Quand l’expérience va se renouveler le lendemain, puis le surlendemain, et encore et encore, c’est une véritable descente aux enfers que va vivre Edgar.

Critique :
On peut dire que tout est fait pour épouvanter le lecteur, que ce soi dans les dessins et dans les atmosphères assez glauques de cet album.

Ça sent le gothique, on a rajouté un peu de fantastique, de mystère, de crimes sordides, un écrivain qui devient fou, une bonne dose d’alcool et d’hallucinations et on a emballé le tout dans un bel album.

Alors oui, j’ai apprécié les dessins, les couleurs sombres qui rajoutent une atmosphère à faire dresser les cheveux sur la tête, mais finalement, je n’ai pas vraiment frémi, si ce n’est d’horreur avec un Edgar Allan Poe à la limite de la pédophilie durant de nombreuses pages…

Poe est un ogre, dans cet album, et les dessinateurs l’ont souvent représenté de la sorte avec des jeux d’ombre ou de perspectives différentes, à tel point qu’on se demande si ce n’est pas vraiment un ogre qui se trouve devant nos yeux.

En tout cas, les scènes avec sa jeune cousine sont à faire frémir de dégoût tant il surfe sur la ligne rouge avant de la franchir à un moment donné. C’est malsain, son comportement.

D’ailleurs, son caractère, flirte avec tout ce qui est détestable : imbu de lui-même, égo démesuré, alcoolique, méchant, se croyant sorti de la cuisse de Jupiter, critique littéraire qui dézingue tout le monde, pédophile.

Ajoutons à ce portrait guère flatteur qu’il avait une relation d’amour/haine avec sa mère castratrice (décédée) et l’après décès, chez la voyante, est encore plus glauque !

Les auteurs joueront souvent avec nos perceptions, nous montrant ce que Poe voit, dans ses délires alcoolisés ou tel que d’autres le voient, sans fard… Restez attentifs, sinon, vous pourriez ne pas comprendre tout de suite.

La touche fantastique viendra du fait que les crimes qui ont lieu dans la ville sont inspirés des nouvelles qu’il est en train d’écrire et qu’il n’a pas encore publié, même pas montrées à quiconque ! Quelqu’un aurait-il par-dessus son épaule ou est-ce lui, qui, dans sa soulographie démente, assassine à tour de bras ?

Poe va se muer en enquêteur… Il a un caractère de merde, il est antipathique au possible, mais au moins, il sait remonter une piste.

Voilà une bédé à ne pas présenter à des enfants, ce n’est point de la littérature pour eux.

Malgré le scénario qui ne manquait pas de mystères et d’originalité, je n’ai pas été convaincue par ma lecture. Cela manquait de profondeur, comme si les auteurs avaient tenté de tout caser dans une bédé de 56 pages, se dépêchant dans le final pour tout expliquer aux lecteurs.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°81], Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 56 pages) et le Haunted reading bingo du Challenge Halloween 2021 chez Lou & Hilde (USA).

Les enquêtes de Lord Harold, douzième du nom – Tome 2 – Trois petites souris : Philippe Charlot et Xavier Fourquemin

Titre : Les enquêtes de Lord Harold, douzième du nom – T02 – Trois petites souris

Scénariste : Philippe Charlot
Dessinateur : Xavier Fourquemin

Édition : Vents d’Ouest (10/02/2021)

Résumé :
A Blackchurch, Lord Harold enquête sur une affaire de bétail noyé. Il se rend vite compte qu’il dérange dans ce quartier de Londres où personne, des hautes sphères de la société londonienne jusqu’à la pègre des bas-fonds, ne souhaite le voir fouiner.

Critique :
Ma premoère rencontre avec Lord Harold n’avait pas été concluante, mais comme j’avais décidé de lui laisser une seconde chance, j’ai tenu parole.

Le premier tome s’adressait avant tout à une public jeune, adepte d’humour potache et j’avais trouvé que le scénario manquait un peu de profondeur.

Ce deuxième tome relève le niveau : il y a toujours une dose d’humour, mais je l’ai trouvé moins potache, justement.

Le jeune Lord Harold, toujours au commissariat de Blackchurh (dans les bas-fonds), va s’employer à lever les mystères du premier album et à tenter de mettre fin à la conspiration menée par le méchant de l’album.

Bon, Lord Harold est un malin jeune homme, il a de la suite dans les idées et tel L’Agence Tout Risque version aristo, il va faire en sorte que le Méchant tombe dans ses filets.

Ça reste bon enfant, on a tout de même du mystère du suspense, des péripéties, des retournements de situations, des traitres, des pièges et l’ensemble tient la route, même si nous ne saurons pas comment Lord Harold construit certains de ses pièges…

Les auteurs ont tout de même poussé un peu plus loin la réflexion et sont allé plus loin qu’une simple affaire de rivalités entre deux bandes de malfrats dans le quartier malfamé. On a du complot, du beau complot. Peut-être pas crédible à 100%, mais pour les enfants, ça passera.

Les personnages sont un peu caricaturaux, sans trop de finesse, hormis pour les trois femmes du pub et les dessins de Xavier Fourquemin m’ont rappelés ceux de la saga du « Train des orphelins ».

Une bédé jeunesse qui remonte la pente par rapport au premier album, qui offre un charmant petit moment de lecture, qui offre aussi sa part de mystère et d’enquête. Lord Harold est un jeune homme sympathique, qui veut bien faire, tout en sachant qu’il devrai de temps en temps passer outre de la loi dans ce quartier.

Nous avons beau être dans les bas-fonds de Londres, dans un quartier pire que celui de Whitechapel, comme nous sommes dans de la bédé jeunesse, cela reste correct, pour ne pas froisser les plus jeunes.

Tout compte fait, c’est rafraichissant, ce deuxième volet ! On ne révolutionnera rien, mais cela offre quelques moments de détente, sans se prendre la tête, tout en ayant du plaisir, même si ça ne restera pas dans les annales.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°XX], Le Challenge A Year in England pour les 10 ans du Mois anglais [Lecture N°XX], Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 56 pages), Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°00], et le Haunted reading bingo du Challenge Halloween 2021 chez Lou & Hilde (Dark London / Jeunesse).

Grizzly : Nan Aurousseau

Titre : Grizzly

Auteur : Nan Aurousseau
Édition : Buchet/Chastel (06/05/2021)

Résumé :
Après des années de totale galère, Dan et Jon, deux vieux potes, ont décidé de s’associer. Depuis trois ans, leur camp installé en haute altitude dans les Rocheuses propose aux touristes un lieu exceptionnel et sauvage. Là, trek, randonnée, pêche, safari photos sont au programme.

Un client riche et inconscient a décidé, malgré une tempête de neige qui se prépare, de prendre des photos d’un énorme grizzly qui rôde dans le coin. À reculons, Dan part avec lui à la recherche de l’ours. Le client, malgré les injonctions de Dan, s’approche trop près de l’animal et se fait tuer.

La tempête se déchaîne et Dan se retrouve avec un cadavre sur les bras. Un mécanisme étrange s’enclenche dans son cerveau : il faut absolument se débarrasser du corps pour avoir la paix. Alors que le scénario qu’il échafaude est parfait, Dan, à la dernière minute, ne résiste pas à voler la montre du mort. Un objet de luxe qui le fascine.

À partir de là, les emmerdes vont s’accumuler…

Critique :
Dan, 57 ans, a loupé le coche : il a passé les 50 ans et il n’a pas encore sa montre de prestige !

Qu’à cela ne tienne, le possesseur d’une superbe montre vient justement d’avoir une confrontation violente avec une ourse et Dan en profite pour lui chiper sa superbe montre…

Et de cacher le corps, par la même occasion, pour éviter les ennuis et la mauvaise publicité.

Non, pour une fois, le 4ème de couverture n’était pas trop bavard, dès la première ligne, on se retrouve avec le client mortellement blessé par l’ourse. Comme dans Columbo, on sait ce qu’il s’est passé, mais on ne sait pas comment toute cette histoire va se terminer !

Ce roman est tout simplement déjanté, fou, burlesque, sombre, sanglant. Bref, en un mot, il est jouissif !

Impossible de savoir quelle direction va prendre l’histoire ! Le suspense est entier et tout se déroulera en huis-clos, durant une tempête de neige et on ira de surprises en surprises.

Partant d’un simple accident, d’une imbécilité commise par un citadin qui voulait LA photo avec une ourse, tout va s’enchaîner de manière inattendue, tout en restant logique, comme lorsqu’un domino tombe et entraîne les suivants dans une cascade.

Dan a retiré la pièce maîtresse d’un mikado, avec application (qu’il pense), mais cela a fragilisé toute la construction. Avec les délires Dan, qui possède une imagination folle, on va assister à cette pièce macabre, mais drôle (ou le contraire), jusqu’à la conclusion, impuissant devant les faits qui se déroulent sous nos yeux. Le tout pour notre plus grand plaisir.

Comment les personnages en sont arrivés là ? À cause d’une photo, d’une ourse pas contente, d’une tempête de neige, de la jalousie, d’une imagination débridée, d’une bite, de partie de jambes en l’air, de deux flics et d’un voisin vieux et puant…

Un roman court, intense, jouissif, avec un suspense maîtrisé, des personnages dont on saura peu de choses (pas besoin d’en savoir plus, ils se suffisent à eux-mêmes). Un excellent moment de lecture avec ce pauvre Dan et toutes les merdes qui vont lui arriver suite à ce vol d’une montre valant le prix d’un rein.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°79] et Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°90].

Frankenstein – Le monstre est vivant (Intégrale) : Steve Niles, Kelley Jones et Bernie Wrightson

Titre : Frankenstein – Le monstre est vivant (Intégrale)

Scénaristes : Steve Niles et Bernie Wrightson
Dessinateurs : Bernie Wrightson et Kelley Jones
Adapté de l’oeuvre de : Mary Shelley
Traduction : Alain Moyano

Édition : Soleil – US Comics (02/11/2018)

Résumé :
25 ans après la parution du roman illustré qui révolutionna l’art fantastique et influença une génération entière de dessinateurs, Bernie Wrightson retrouva la créature de Mary Shelley !

Ce récit dramatique, tout en noir, blanc et sépia, débute immédiatement après la fin de l’histoire originale…

Le monstre de Frankenstein va enfin faire face à son destin !

Décédé en 2017, Bernie Wrightson, le Maître de l’horreur graphique, n’a pas pu achever cette suite au roman de Mary Shelley.

C’est un dessinateur au style proche, Kelley Jones, qui a eu l’insigne honneur de l’achever, en encrant les crayonnés de Wrightson. Cette édition constitue donc l’intégrale de ce récit exceptionnel.

Critique :
Dès l’ouverture de ce comics, ce fut le coup de foudre pour les dessins. La pleine page qui présente le cirque Stenger’s Funland et ses représentations de Freak’s était magnifique.

Le noir et blanc va comme un gant à ce récit et augmente le côté dramatique au récit, chose que la couleur n’aurait pas si bien rendu.

Il y a une somme de détails dans chaque case, l’apogée arrivant lorsque nous visiterons l’atelier un peu spécial du docteur Ingels. Véritable bonheur pour les yeux !

Bon, assez parlé de la magnificence des dessins, passons au personnage principal et ensuite au scénario.

La créature du docteur Viktor Frankenstein n’a rien à voir avec celle vues dans les films. Ne cherchez pas des boulons ou des cicatrices vulgaires, il n’y en a pas. La créature est longue, filiforme, mais non dépourvue de muscles. Et elle est résistante.

C’est son visage qui fait dire qu’elle n’est pas vraiment humaine. Si je voulais faire une comparaison, je dirais qu’elle ressemble à Michael Jackson dans ses dernières années, surtout son nez…

Non, la créature ne fait pas si peur que ça. On peut comprendre que les spectateurs soient déçus, s’attendant sans doute à une horreur sans nom et se retrouvant devant une créature longiforme, aux longs cheveux et avec un visage d’Amérindien (le nez de Michael Jackson après opération ratée en plus). Les monstres ne sont pas toujours ceux que l’on pense…

Ce récit n’est pas l’adaptation du roman de Mary Shelley, mais plutôt une suite inventée de ce qu’aurait pu être la vie de la créature de Frankenstein. Ses souvenirs dans le Grand Nord, elle va nous les conter, poursuivie par le fantôme de son créateur qui lui crie sans cesse que sa mort sera trop douce.

Il y a peu de dialogues dans ce récit, on se retrouve face aux questionnements de la créature, à son apprentissage dans les livres du docteur Ingles, à sa solitude, à ses errements, à ses prises de conscience, à son dilemme.

Rassurez-vous, ce ne serons jamais des lamentations ou des jérémiades, mais de belles prises de conscience. Il y a une évolution dans l’état d’esprit de la créature et même si tout semble simple dans le récit, il n’en est rien, finalement, car il a de la finesse et de l’intelligence.

C’est un magnifique album que j’ai tenu entre mes mains, autant par les dessins que par le scénario, classique tout en possédant de la finesse dans le personnage de la créature.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°78] et le Haunted reading bingo du Challenge Halloween 2021 chez Lou & Hilde (Bulles).

Le dernier chant : Sonja Delzongle

Titre : Le dernier chant

Auteur : Sonja Delzongle
Édition : Denoël Sueurs froides (31/03/2021)

Résumé :
Et si les animaux n’étaient que de malheureuses sentinelles…

C’est le bruit, qui tue. Le dernier chant. Il apporte la mort. Telle est la prédiction de la vieille Innu devant l’immense cimetière qu’est devenu le fleuve Saint-Laurent en ce matin d’août 2021. À perte de vue, des marsouins, des bélugas, quelques orques, flottent le ventre en l’air. Une hécatombe sans précédent.

Deux mois après, dans une réserve du Congo, les gorilles succombent eux aussi à un mal inexpliqué. Et, chose stupéfiante, les survivants, prostrés semblent pleurer…

Quel lien entre ces phénomènes qui se multiplient dans le monde ? A qui profite la disparition de ces êtres vivants ? C’est ce que se demande Shan, chercheuse à l’Institut de virologie de Grenoble, en découvrant le dossier déposé sur son bureau par un stagiaire.

La voilà décidée à mener l’enquête, seule. Mais déjà, des yeux la surveillent, quoi qu’elle fasse, où qu’elle s’envole… Et à l’approche de la vérité, Shan mettra en jeu non seulement ses convictions, mais aussi sa propre vie.

Critique :
Voilà un roman dont il ne me sera pas facile de faire la chronique car j’ai vécu des émotions intenses durant ma lecture et va falloir faire passer dans ma chronique.

A contrario, certaines petites choses ont eu tendance à moins bien passer durant ma lecture…

Commençons par le positif : les émotions ressenties durant la lecture ! Elles furent intenses, surtout au départ, avec les décès inexpliqués de plusieurs mammifères, dont des baleines et des gorilles. Ça vous prend aux tripes car l’autrice arrive à vous décrire cette hécatombe sans pour autant en faire des tonnes.

C’est un polar écologique d’anticipation, mais on se doute qu’il ne faudra pas attendre des centaines d’années pour arriver à ce genre d’extinctions de masse… La date butoir est plus proche qu’on ne le pense. Je dirais même plus, ça a commencé depuis longtemps !

Anybref, cette première partie est intense et bourrée de suspense, de mystères, à tel point que je me demandais comment l’autrice allait se dépatouiller de tout cela dans le final du roman : de manière folle ou en restant les pieds sur terre ? Ouf, elle n’a pas suivi le chant des mauvaises sirènes…

L’avantage de ce polar écologique, c’est qu’en plus d’être addictif, bien écrit, il vous envoie vous coucher moins bête qu’avant, vous pousse à des réflexions et donne matière à réfléchir sur notre mode de vie toujours plus fou, exagéré, bourré de gaspillage, de douleurs animales, de foutage des ressources de la planète en l’air…

Les personnages croisés sont bien campés, bien typés, j’ai apprécié celui de Shan, la scientifique, qui est un personnage fort complexe et rempli de fêlures : débarquée de son pays en France, ce ne fut pas rose tout les jours, les Blancs ayant tendance au dénigrement des autres.

Pourtant, Shan, qui est intelligente, aura parfois un comportement un peu imbécile : se ruer sur des évidences un peu trop grosses, faire confiance à des gens qu’elle ne connait pas, discute avec un Deadbot sans y voir malice et fait du quad deux jours après sa sortie de l’hôpital (non, je ne crois qu’après ÇA, il soit indiqué de faire du quad, mais je ne suis pas médecin). Les HPI ne sont pas toujours les plus intelligents…

Dans le récit, qui à un moment donné vire vers quelques théories complotistes (les personnages pensent ce qu’ils veulent, pas obligé de les croire sur parole), l’autrice nous parle du « covirus », nous rappelant ce que nous avons vécu, mais sans aller plus loin. Il semble d’ailleurs terminé puisque personne ne porte de masque et que tout le monde vit l’un sur l’autre (la vie d’avant !). Alors, pourquoi en parler ? On aurait pu le bazarder de l’équation.

Détail sans importance, je vous l’accorde. Là où le bât a blessé grave sa mère (je parle d’jeun’s), c’est dans le final, version Zorro qui arrive pile au bon moment, sorte de deus ex machina qui n’arrive que dans les romans ou les films (dans la vie réelle, cours toujours) et dans le fait que les Grands Méchants ont tout des stéréotypes des méchants croisés dans des films drôles et débiles : zéro crédibilité ! Dommage.

Si le départ avait été correctement amorcé, bourré d’émotions en tout genre, de mystères, de suspense, de questionnements, ça se détériore un peu dans la seconde partie.

Les théories complotistes viennent se mélanger avec d’autres théories abordées dans le  récit, le rendant chaotique. Cela donne l’impression que l’autrice veut trop en faire, trop mettre de sujets différents dans son récit, on s’éparpille un peu au lieu de ce concentrer sur ce qui nous avait fait mener l’enquête du début.

N’allez pas croire que ces bémols ont gâchés ma lecture, le positif l’emportera sur les points négatifs. Le récit est entraînant et diaboliquement efficace.

Que faisons-nous subir à la Terre et aux animaux ? La Terre nous survivra, elle a connu pire que les virus que sont les Humains.

Mais nous ? Survivrons-nous alors qu’on se tire des balles dans les pieds, qu’on (nous) scie les branches sur lesquelles nous sommes assis ? Il me restera des questions sans réponse… Un jour, on le saura et il sera trop tard…

Un thriller écologique qui apporte des émotions, des questionnements et qui est terriblement addictif. À découvrir, malgré ses petits défauts…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°77], Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°89]. et le Haunted reading bingo du Challenge Halloween 2021 chez Lou & Hilde (Écologie).

[FILMS] Le Retour de la momie (2001) – Stephen Sommers

Le Retour de la momie (The Mummy Returns) est un film américain écrit et réalisé par Stephen Sommers, sorti en 2001.

Il s’agit de la suite du film La Momie, du même réalisateur, sorti en 1999. Il est suivi par La Momie : La Tombe de l’empereur Dragon sorti en 2008.

Malgré un accueil critique mitigé, le film est un succès au box-office et rapporte plus de 433 millions de dollars.

  • Titre original : The Mummy Returns
  • Titre français et québécois : Le Retour de la momie
  • Réalisation et scénario : Stephen Sommers
  • Musique : Alan Silvestri

Distribution :

  • Brendan Fraser (VF : Guillaume Orsat) : Richard « Rick » O’Connell
  • Rachel Weisz (VF : Laura Préjean) : Evelyn « Evy » Carnahan O’Connell / la Princesse Nefertiri
  • John Hannah (VF : Georges Caudron) : Jonathan Carnahan
  • Oded Fehr (VF : Asil Rais) : Ardeth Bay, chef des Medjaÿ
  • Arnold Vosloo (VF : Saïd Amadis) : Imhotep, la momie
  • Patricia Velásquez (VF : Marjorie Frantz) : Meela Nais / Anck-Su-Namun
  • Freddie Boath (VF : Gwenaël Sommier) : Alexander « Alex »O’Connell
  • Alun Armstrong (VF : Mostéfa Stiti) : Baltus Hafez
  • Dwayne Johnson : Mathayus, le Roi Scorpion
  • Adewale Akinnuoye-Agbaje (VF : Thierry Desroses) : Lock-Nah
  • Shaun Parkes (VF : Lucien Jean-Baptiste) : Izzy Buttons

Synopsis :
En 1925, le légionnaire américain Rick O’Connell et l’égyptologue Evelyn avaient ressuscité par inadvertance la momie du prêtre égyptien Imhotep, mais ils étaient parvenus à la neutraliser. Huit ans plus tard, Rick et Evelyn sont mariés et habitent Londres avec leur petit garçon Alex.

Or, c’est justement dans cette ville, au British Museum, que la momie inerte d’Imhotep a été transférée. Et à la suite d’un incident, le prêtre maléfique revient de nouveau à la vie.

Au même moment, en Égypte, la redoutable armée du Roi Scorpion est réanimée et s’apprête à provoquer un cataclysme planétaire.

Pour sauver Alex pris en otage par ces forces diaboliques, ses parents doivent retourner en Égypte et gravir une pyramide en or qui envoûte tous ceux qui la regardent.

Critique :
Oui, je sais, ce n’est pas un film intelligent, les dialogues ne sont pas ceux d’Audiard, on a déjà connu mieux…

Oui mais voilà, j’adore les deux premiers films de la Momie et quand ils repassent à la télé, je les regarde à nouveau.

En plus, ça m’a fait une soirée télé avec le chat qui est resté couché à mes côtés durant tout le film, même s’il s’est vite endormi…

Ce film est parfait pour passer une soirée tranquille, sans se prendre la tête, sans avoir la trouille puisqu’il ne fait pas vraiment peur (hormis la scène des chiottes dégueu dans le train) et qu’il offre de l’action à gogo. Et puis, j’adore l’acteur John Hannah.

Bref, difficile de s’ennuyer devant son écran avec pareil film. Les personnages courent partout, sans jamais être fatigués, se prennent des coups sans jamais mourir et les vilains méchants sont punis, meurent ou retourner à la niche ! Enfin, au tombeau…

Classiquement, une fois de plus, on est face à des méchants morts mais pas vraiment, qui veulent dominer le monde, aidés par des vilains hommes qui veulent eux aussi être les maîtres du monde (oubliant que le poste de Maître du Monde ne se partage pas).

Les effets spéciaux sont assez bien fait, sauf celui du Roi Scorpion, loupé, lui ! Les personnages des gentils (la famille O’Connell) sont sympathiques et j’ai un faible pour le gamin blond qui me fait toujours rire avec son impertinence et ses répliques.

Afin d’ajouter des trucs en plus, le producteur (ou le scénariste) a joué sur le fait que Evelyn O’Connell et la vilaine Meela Nais soient en fait les réincarnations de la princesse Nefertiri et de Anck-Su-Namun et que dans leur vie antérieure, elles soient déjà ennemies !

Oui, ça fait un peu too much, un peu « trop » tout court, mais bon, des femmes qui se battent, ça doit titiller certains mecs… Au moins, dans les deux films de La Momie, les femmes ne sont pas cantonnées à la cuisine ou au reprisage des chaussettes ! Nom de Zeus, elles participent activement !

Alors oui, je manque de partialité pour ce film que j’ai toujours apprécié (pas le volet 3 !) et qui a des airs de Indiana Jones, le fouet, les nazis et la belle gueule de Harrison Ford en moins. Bon, les nazis ne nous manqueront pas, Ford, oui !

Un film parfait pour le challenge Halloween, un film à regarder sous un plaid, bien installée, un chat à vos côtés et sans prise de tête !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°76] et le Haunted reading bingo du Challenge Halloween 2021 chez Lou & Hilde (Écrans).

Outlander – Intégrale 01 – Le chardon et le tartan : Diana Gabaldon [LC avec Bianca]

Titre : Outlander – Intégrale 01 – Le chardon et le tartan

Auteur : Diana Gabaldon
Éditions : J’ai Lu (2017/2018) – 853 pages
Édition Originale : Outlander (1991)
Traduction : Philippe Safavi

Résumé :
Au cours d’une promenade sur la lande, elle est attirée par des cérémonies étranges qui se déroulent près d’un menhir. Elle s’en approche et c’est alors que l’incroyable survient : la jeune femme est précipitée deux cents ans en arrière, dans un monde en plein bouleversement ! 1743. L’Ecosse traverse une période troublée.

Les Highlanders fomentent un nouveau soulèvement contre l’occupant anglais et préparent la venue de Bonnie Prince Charlie, le prétendant au trône.

Plongée dans un monde de violences et d’intrigues politiques qui la dépassent, Claire ne devra compter que sur elle-même pour surmonter les multiples épreuves qui jalonnent ce formidable voyage dans le temps.

Elle connaîtra l’aventure et les périls, l’amour et la passion. Jusqu’au moment crucial où il lui faudra choisir entre ce monde palpitant qu’elle aura découvert et le bonheur qu’elle a connu et qui, désormais, lui paraît si lointain…

Critique :
Le pitch est un vieux truc qui marche toujours : une personne se retrouve projetée dans une époque qui n’est pas la sienne.

Soit cela donne lieu à des comédies du genre Les Visiteurs ou de Retour Vers Le Futur, soit cela reste dans le réalisme et donc, c’est le drame total.

Imaginez-vous projetés dans le passé, en 1743, en Écosse, pays des Higlanders qui se baladent sans rien sous leur kilt…

C’est l’horreur car, venant du futur (1947), vous ne connaissez pas les codes de cette société patriarcale, ni leur culture. Bref, vous êtes pire qu’une bleue et en plus, vous êtes une femme… Plutôt galère comme plan !

C’est dans ce genre de situation que l’on se dit qu’on aurait dû mieux écouter aux cours d’histoire (si tant est que le prof a causé des fiers Highlanders) ou avoir son Manuel des Castors Juniors dans sa poche…

Si au départ le récit m’a emporté, poussé par le souffle de la grande aventure, force est de constater que le soufflé, à un moment, est retombé et que le récit a pris des allure de torture croisée avec un escargot rachitique, tellement c’était long et laborieux à la lecture.

Souvent, je me suis plainte que des auteurs de romans historique avaient été avares dans les détails concernant l’époque, radins avec les atmosphères propres à nous immerger totalement dans la période concernée…

Ici, c’est le contraire ! L’auteure a été trop généreuse avec les détails historiques, avec les atmosphères propres à un manoir d’un laird et elle nous noie totalement dans ses textes, ses dialogues, ses explications… À croire que l’auteure était payée à la ligne tellement il y a des passages inutiles dans ce récit.

C’est bien simple, je pense que je pourrais aller soutenir une thèse sur les Highlanders après cette lecture. Le but est louable, ça rend le récit plus réaliste, mais cela produit le même effet que l’excès de sucre : indigestion au bout d’un moment.

Les personnages maintenant… Claire Beauchamp-Randall, propulsée dans ce monde inconnu, s’adapte assez bien (mieux que je je le ferais) mais ne peut s’empêcher d’ouvrir un peu trop souvent sa bouche, oubliant que dans cette société, la femme n’a pas de droit.

Claire sort de la Seconde Guerre Mondiale où les femmes se sont émancipées et se sont débrouillées sans les hommes… En tout cas, au pays des kilts et des plaids, notre Claire oubliera vite son époux Franck et y pensera très très peu. Loin des yeux…

Et puis, à certain moments, Claire semble adulte et à d’autres, elle se comporte comme une midinette jalouse, comme une ado pas encore sûre des sentiments de l’autre… Elle a été infirmière durant la guerre, elle a connu le Blitz, a été mariée, séparée de son mari durant le conflit et elle se comporte parfois comme une gamine.

Le plus difficile à cerner sera le personnage de Jamie MacTavish : d’un côté, on le découvre en gentleman civilisé avec le sexe faible, il deviendra rouge de confusion lorsque Claire lui proposera de dormir sur le sol de sa chambre parce qu’il est moins froid que le sol du couloir (il restera dans le couloir), il s’avoue puceau (toutes les putes qu’il a croisées étaient en fin de carrière)…

Puis, d’un autre côté, plus tard, il lui avoue que lorsqu’il l’a rencontrée, il a eu envie de la violer pour enfin perdre son pucelage (alors qu’il n’est que haine envers celui qui a déshonoré sa sœur), il la frappe pour la punir de sa désobéissance et un soir, il la bourre (il laboure ?) comme un malade, se moquant qu’elle n’en ait pas vraiment envie…

Et elle lui pardonnera ! Oui, parce qu’elle avait sans doute mérité… Désolée, ça coince.

D’accord, Jamie n’est que le reflet de cette société patriarcale, faite de guerriers virils qui aiment de  prendre des coup, montrer qu’ils sont les maîtres, violenter femmes et enfants, clouer par l’oreille des petits voleurs et hurler à la sorcellerie pour un oui ou pour un non.

Nom de Zeus, au début du récit, Jamie semblait être différent des autres, gentleman au point de se prendre une correction à la place d’une jeune fille qui avait trop fricoté avec un homme, homme d’honneur au point de ne pas en vouloir à Claire de l’avoir mis dans une situation délicate envers ses oncles… Capable de prendre des risques pour sauver Claire, mais aussi de la violenter. Souvent Jamie varie, bien folle est qui s’y fie.

Une autre chose qui m’a dérangée, c’est le luxe de détail de toutes les tortures subies par Jamie dans ce roman ! Certes, ce n’est pas une époque Bisounours, la violence est inhérente, mais il y avait moyen de rester vague et de ne pas raconter ces horreurs durant des pages et des pages.

À mon avis, chez Jamie, il n’y a que son petit orteil droit qui a été épargné de tout coups de poings, de couteau, de balle à mousquet, de baffes, de flagellations, de tortures… Même ses bourses ont été empoignées, la peau de ses fesses flagellé et le petit couloir puant a été investi lui aussi… Aucun détail ne nous est épargné. Trop c’est trop.

Si le départ avait bien commencé, je me suis vite retrouvée à m’ennuyer un peu dans ce récit et je ne me suis pas gênée pour sauter des passages longs et mortellement ennuyeux. Il y a peu d’action et cette dernière est noyée dans tellement de texte, tellement de détails de tortures, qu’à la fin, elle ne me disait plus rien.

Avec 200 pages de moins, cela aurait donné un peu plus de piment au récit. Trop de pathos nuit au pathos.

Pour fêter les 4 ans de nos LC, Bianca et moi avions coché une sacrée brique, hélas, le pavé a tourné à l’indigestion… Les défauts l’emportent sur les qualités et pour ma part, j’arrêterai la saga ici.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°75].