Bilan Livresque Mensuel : Novembre 2021

Franchement, pour ce Mois de Novembre, je ne pensais avoir lu autant que ça ! Lorsque j’ai établi le brouillon de mon Bilan, je suis tombée des nues : Ah oui, quand même ! 13 romans + 15 bédés + 6 comics = 34 lectures tout de même.

Octobre avait été un gros mois puisque j’avais clôturé plus tôt en septembre et reporté sur Octobre des lectures de Septembre, donnant un score énorme, là-dessus.

D’un autre côté, je ne saurais pas mettre en ordre ma biblio de bédés, comics, mangas ET lire en même temps… J’ai tout de même sauvé les meubles.

Voilà où est disparu mon temps de lecture, en partie, puis dans l’entrainement de ma grosse poule de jument qui devait faire ses dernières randos de l’année avant de pouvoir glandouiller tout l’hiver. J’ai eu mal mon cul, mes jambes, mes muscles et elle, même pas mal !

De plus, je n’ai pas trop à rougir : en 2019, le 31 décembre, j’avais atteint ma 365ème lecture et cette année, c’est le 24 novembre que j’ai atteint ma 365ème lecture…

Je suis donc en avance de plus d’un mois, ce qui me laisse augurer que je pourrais dépasser les 385 lectures du compteur de 2020… On prend les paris pour un 390 ?

À l’heure où je clôture le bilan de Novembre, Babelio me signale que j’en suis à 375 lectures !

La petite puce de nièce continue d’évoluer au fil des jours, ça change assez vite et des nouveaux mots apparaissent. Je dois bannir les gros mots de mon vocabulaire et me contenter d’un « ALLEZ » assez sonore pour faire revenir la chienne.

Maintenant, ce gros animal a droit à deux syllabes de son nom (les dernières) lorsque la petite tente de l’appeler et malgré qu’elle ajoute un « Allez » moins fort que le mien, ça ne fait toujours pas accourir la bête. Là, elle va devoir bosser pour que la chienne lui obéisse !

Son but ultime est toujours de me pourrir la vie lorsque je mange, de chipoter avec mes patates, de voler ma fourchette, de piquer mes tartines de fromage (après avoir enlevé le morceau de la tartine sans fromage), mes biscuits et à dire « Non, non, non non, non, non » lorsqu’on veut lui faire terminer le contenu de son assiette. Elle est à un âge ou le « non » est plus souvent dit que « oui ».

L’autre jour, j’avais notre vieux chat (Puce) dans les bras et j’ai dû la déposer sur la chaise, afin d’aider ma nièce à ne pas se casser la figure dans son essai pour grimper sur une chaise. Puis, désignant le chat de son doigt, je l’entends dire un truc qui ressemblait à « Ent le shat ».

Heureusement que ma mère connaissait et à su traduire « Descend le chat », comme le dit tout le temps ma sœur à leur propre chat qui grimpe partout… La pauvre Puce n’avait donc pas le droit d’être sur une chaise de la cuisine…

Mon propre chat commence lui aussi à grimper sur les meubles de la cuisine et il a eu droit aussi au fameux « Descend le chat ». Non mais ! Déjà que l’autre jour il tentait de grimper sur ma table où se trouvent tous mes aloés et qu’il a réussi à renverser un pot lorsque j’ai crié un peu trop fort…

Toujours fan absolu des câlins, même dans les escaliers, même si j’ai une manne de linge en main !

S’il ne vient plus sur mes genoux au soir (il n’aime sans doute pas la couleur du plaid), il a osé revenir se coucher dessus lorsque je lui fais ses câlins dans sa pièce, parce que, comme il fait plus froid, je pose le plaid bleu (qu’il aime sans doute mieux) sur mes jambes et alors, là, de temps en temps, il vient se coucher dessus, après avoir fait quelques allers-retours sur mes jambes, l’air de ne pas y toucher…

Au soir, lorsque nous sommes seules, il se roule en boule à mes côtés et il scie des bûches. Il doit y être bien, car il ne s’en va pas au bout d’un moment, comme il faisait d’habitude, partant au bout du canapé. Non, il reste à mes côtés et tant que je n’ai pas fermé mon livre ou éteint la télé, il reste !

Ce chat n’arrêtera jamais de m’étonner, de me surprendre et de me faire perdre toute logique ! En même temps, vu d’où je suis partie avec lui… Et vu où nous sommes arrivés, je peux dire que ce chat s’est parfaitement adapté, même s’il reste parfois un gros couillon ;-))

EDIT : il a décidé, ce samedi matin (27/11) de passer outre sa peur et il s’est installé sur mes genoux, alors que j’avais le plaid rouge ! Il a roupillé sur moi durant 30 minutes au moins… Comme quoi, il suffisait de le dire pour qu’il le fasse. Bon, j’aimerais un café, maintenant (on ne sait jamais, il pourrait apprendre à m’en faire).

Le bureau des affaires occultes d’Eric Fouassier [LC avec Bianca] est un bon polar historique, si on met de côté les personnages un peu trop manichéens ou too much (du côté des gentils) et les grosses ficelles utilisées dans certains cas. Hormis ces petits défauts, l’intrigue est bien menée, c’est addictif et le côté historique est bien rendu !

Heureusement que cette saga jeunesse ne prend pas ses jeunes lecteurs pour des cruches. Sherlock, Lupin & Moi – T11 – Le Port des ténèbres de Irene Adler continue sur sa belle lancée : des personnages attachants, des enquêtes intrigantes, menées tambour battant et des petits secrets qui se dévoilent au fil des tomes. Un roman parfait pour lire sous un plaid, avec une tasse de thé et quelques biscuits, car il est réconfortant.

Avec le Goncourt cuvée 2021, je me suis perdue en cours de route et La plus secrète mémoire des hommes de Mohamed Mbougar Sarr a juste réussi à me faire dormir tant la quête est interminable. La qualité de l’écriture n’est pas en cause, la plus de l’auteur est belle, mais trop verbeuse.

La rivière de Peter Heller n’est pas un long fleuve tranquille… On commence avec un mélange harmonieux entre le « nature writing » et le thriller, entre l’apocalypse et le voyage initiatique, commençant à naviguer gentiment avant de passer en mode « descente de rapides ». Une lecture forte dont on ne ressort pas tout à fait indemne.

Ce polar historique avec une touche de steampunk, je l’ai dévoré, il est addictif, l’écriture est simple, mais Cendres de Johanna Marines [LC avec Bianca] fait passer un bon moment. Bémol du côté du Méchant que l’on voit venir de loin et dont nous n’aurons aucune explications sur le pourquoi du comment il est devenu aussi méchant… Le final est glauque, sans happy end. J’ai apprécié ma lecture, malgré mes bémols.

Avec Manger Bambi de Caroline de Mulder, vous ferez une plongée dans le monde des sugar dating et croyez-moi, c’est glauque, trash, brut de décoffrage, bref, âmes sensibles, passez votre chemin ! C’est un roman noir qui te met mal à l’aise. Je me suis faite bousculer et ça m’a fait du bien.

Après de Stephen King ne fait pas autant de pages que d’habitude, mais dans ce concentré de 320 pages, se trouve un petit bijou d’écriture, de personnages, de fantastique et d’épouvante, sans être aussi épouvante que ce qu’on a déjà connu. Bref, la cuvée 2021 du King est excellente !

Une dystopie écologique, je ne dis pas non. Puisqu’on me disait du bien de Lorsque le dernier arbre de Michael Christie, j’ai sauté dessus. Ce roman tient plus de la fresque familiale que de la fresque écologique, même si les arbres seront au centre du récit, devenant la métaphore de la famille Greenwood. Si j’ai adoré le départ, il arriva un moment où le récit est devenu trop long. Ce fut une lecture mitigée.

Rien de tel, pour se donner du pep’s que Les Détectives du Yorkshire – 06 – Rendez-vous avec la ruse de Julia Chapman [LC avec Bianca] ! Du suspense, des mystères, plusieurs affaires qui semblent être simples, mais qui ne le seront pas et se révèleront plus dangereuse que prévues. Addictif et un final qui vous laissera pantois. Vivement la suite !!

Non, la misère n’est pas moins pénible au soleil. La preuve avec Et d’un seul bras, la sœur balaie sa maison de Cherie Jones qui se déroule à la Barbade. C’est un roman noir, fort sombre. Trois portraits de femmes s’imbriqueront dans d’autres portraits, ceux des protagonistes et le moins que l’on puisse dire, c’est que personne n’a eu une vie idyllique. J’ai eu un peu de mal à entrer dans le roman, ensuite, ça allait mieux. Un roman noir, dramatique, sans lumière.

Un peu de joyeuseté dans ce paysage de détresse avec Sherlock Holmes et le démon de Noël de James Lovegrove. Si l’enquête semble porter sur des éléments fantastique avec la présence du Thurrick Noir (sorte de Zwart Piet ou de Père Fouettard), on comprend très vite que c’est comme le toutou des Baskerville. Une enquête de Holmes/Watson qui tient la route, des personnages assez conformes au Canon, bref, un polar historique qui fait du bien, en plus d’être bien foutu.

Un tueur mystérieux qui laisse les corps comme s’ils étaient de reproduction d’œuvres d’art… Original, au moins ! Pietà de Daniel Cole est addictif. Ce que j’ai apprécié, c’est qu’il parte dans une direction inattendue : pas d’enquêteurs soudés comme dans la série des Experts, pas de super-héros, mais des flics paumés, lâchés par la hiérarchie et une traque menée sur deux plans puisqu’il y aura une pause de 7 ans.

Arriver à parler, sans pathos, du cancer chez les enfants, c’est qu’a réussi à faire Delphine Pessin avec Mon cheval de bataille où elle raconte toutes les phases de la maladie et du traitement d’Arthur, jeune garçon de 10 ans. Un récit tout en finesse, tout en émotions. Magnifique !

Bilan Livresque : 13 Romans

  1. Le bureau des affaires occultes : Eric Fouassier [LC avec Bianca]
  2. Sherlock, Lupin & Moi – 11 – Le Port des ténèbres : Irene Adler
  3. La plus secrète mémoire des hommes : Mohamed Mbougar Sarr [BABELIO]
  4. La rivière : Peter Heller
  5. Cendres : Johanna Marines [LC avec Bianca]
  6. Manger Bambi : Caroline de Mulder
  7. Après : Stephen King
  8. Lorsque le dernier arbre : Michael Christie
  9. Les Détectives du Yorkshire – 06 – Rdv avec la ruse : Julia Chapman [LC avec Bianca]
  10. Et d’un seul bras, la soeur balaie sa maison : Cherie Jones
  11. Sherlock Holmes et le démon de Noël : James Lovegrove
  12. Pietà : Daniel Cole
  13. Mon cheval de bataille : Delphine Pessin

Bilan Livresque : 15 bédés / 6 comics = 21

  1. Astérix – T39 – Astérix et le Griffon : Jean-Yves Ferri et Didier Conrad
  2. Goldorak (BD) : Xavier Dorison, Denis Bajram, Brice Cossu et Alexis Sentenac
  3. Lonesome – T03 – Les liens du sang : Yves Swolfs
  4. La renaissance des héros Marvel – T02 – Black Panther : Collectif
  5. Deadpool – 01 – La nuit des morts-vivants : Cullen Bunn et Ramon Rosanas
  6. Deadpool – 02 –  Le retour du Deadpool-Vivant : Cullen Bunn et Nik Virella [BABELIO]
  7. Deadpool Killogy – 01 – Deadpool massacre Marvel : Cullen Bunn et Dalibor Talajic [BABELIO]
  8. Thanos – Le Gant de l’Infini : Jim Starlin, George Pérez et Ron Lim [BABELIO]
  9. Calvin et Hobbes – T07 – Que fait la police ? : Bill Watterson [BABELIO]
  10. Le Loup en slip – T03 : Slip hip hip ! : Lupano, Itoïz et Cauuet [BABELIO]
  11. Le Loup en slip – T04 – N’en fiche pas une : Lupano, Itoïz et Cauuet [BABELIO]
  12. Orcs et Gobelins – Tome 15 – Lardeur : Olivier Peru & Ma Yi
  13. Chaque jour Dracula : Loïc Clément et Clément Lefèvre
  14. Jours de sable : Aimée de Jongh
  15. Mages – Tome 06 – Yoni : Nicolas Jarry et Giovanni Lorusso
  16. Féroce – Tome 1 – Taïga de sang : Gregorio Harriet et Alex Macho
  17. #LesMémés – Chroniques des âges farouches : Sylvain Frécon
  18. Tango – Tome 2 – Sable rouge : Philippe Xavier et Matz [BABELIO]
  19. Tango – Tome 3 – À l’ombre du Panama : Philippe Xavier et Matz
  20. Nains – Tome 21 – Ulrog de la forge : Nicolas Jarry et Pierre-Denis Goux
  21. Ira dei – Tome 4 – Mon nom est Tancrède : Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat