Ils étaient dix (BD) : Pascal Davoz, Damien Callixte et Agatha Christie

Titre : Ils étaient dix (BD)

Scénaristes : Pascal Davoz (d’après l’œuvre d’Agatha Christie)
Dessinateur : Damien Callixte

Édition : Paquet (16/09/2020

Résumé :
« Ils étaient dix », publié à l’origine en français sous le titre « Dix petits nègres », est le roman le plus connu et le plus adapté d’Agatha Christie. Une intrigue en milieu clos qui tient en haleine jusqu’à la dernière page.

Huit invités sur une île, qui rejoignent un couple de domestiques. Personne ne connaît personne. Une drôle de comptine, égrenant la mort de dix soldats … L’orage gronde, la tension est à son comble.

Que peut cacher cet étrange rendez-vous ? Et quand arriveront donc leurs hôtes, monsieur et madame O’Nyme ?

Critique :
Eh oui, c’est la seconde adaptation bédé du célèbre roman d’Agatha Christie que je lis ce mois-ci.

La première avait été réalisée par les éditions E.P (Emmanuel Proust) et la seconde l’a été par les éditions Paquet. Laquelle allait être la meilleure adaptation ?

J’avais qualifiée celle des éditions E.P de « correcte ». Par contre, les dessins étaient fadasses, sans vie et n’ont jamais reflété l’oppressant climat qui a régné sur l’île, au fur et à mesure des assassinats.

Le terrible et pervers huis-clos ne transparaissait pas dans cette adaptation bédé. De plus, les couleurs étaient assez criardes.

Verdict de la nouvelle adaptation chez Paquet ? J’ai apprécié les dessins, ainsi que les couleurs. Rien de criard, pas de tons moches, dessins dynamiques et non fades. Premier bon point.

Tiens, dans le train, assis dans un coin, j’y ai vu le professeur Mortimer ainsi que Shelton et Felter… Sur le port, il y avait un espèce de Théodore Poussin portant le pull et la casquette de marin du capitaine Haddock et derrière, un Tintin en kilt (version île Noire) avec Milou… Amusant.

Nos 8 personnes se retrouvent tous et toutes sur le petit port, prêt à embarquer pour l’île du Soldat. Personne ne se connaît.

J’avoue avoir préféré ces personnages-ci à ceux de l’ancienne adaptation. Les caractéristiques de chacun sont plus marquées et ils m’ont fait penser à ceux de la version télé « And then there were none ».

Le cynisme est bien présent dans les personnages : personne n’est responsable, personne n’est coupable. Les gosses se sont jetés devant les roues de la voiture, le gamin n’a pas écouté et est allé nagé là où il ne fallait pas, ma femme était une sainte, l’accusé était coupable… Blablabla. Nos 10 accusés sont des saints, en quelque sorte.

Le premier avantage de cette nouvelle adaptation, c’est qu’elle fait 80 pages, contrairement à l’ancienne qui en faisait 46.

Je le dis toujours, avec plus de pages, on peut se permettre de donner plus de détails, de peaufiner les atmosphères, les personnages, de prendre un peu plus le temps de poser les fondations de l’intrigue.

Là où l’ancienne adaptation était déjà terminée, ici, nous n’en étions encore qu’au deuxième meurtre. Comme quoi, il en faut peu pour être heureux : 34 pages de plus et ça vous change une bédé.

Le suspense est bel et bien présent, l’angoisse aussi. Un cocktail qui se déguste sans sagesse, tant il est bon de ressentir les palpitations cardiaques.

Bon, je n’ai jamais oublié la solution de ce roman, c’est impossible d’oublier. Alors oui, je savais qui, comment, pourquoi, et malgré tout, j’ai ressenti le suspense, l’angoisse s’est pointée et mon cœur a battu plus vite.

Merci les gars pour cette belle adaptation qui va droit au but.

Les meilleurs ingrédients étaient déjà présent pour donner une bonne intrigue policière, la reine du crime les avait cuisiné avec amour et perfidie, afin de nous surprendre et de nous faire tomber sur notre cul.

Le tout était de les recuisiner différemment pour les faire tenir dans 80 planches, ce qui fut fait brillamment, sans défigurer le plat originel (oui, on sent bien que Top Chef a recommencé, ça va se sentir dans mes chroniques).

Génial !

PS : ceci était ma dernière fiche pour le Mois du Polar ! 40, c’est pas si mal que ça, je trouve. Merci à Sharon de l’avoir programmé. 

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°158], Le Mois du polar chez Sharon – Février 2022 [Lecture N°40] et Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 80 pages).

 

Agatha Christie – Tome 02 – Mort sur le Nil (BD) : François Rivière, Solidor et Agatha Christie

Titre : Agatha Christie – Tome 02 – Mort sur le Nil (BD)

Scénariste : François Rivière (d’après l’œuvre d’Agatha Christie)
Dessinateur : Solidor

Édition : Emmanuel Proust (05/11/2002)

Résumé :
Linnet Ridgeway n’aurait jamais dû épouser le fiancé de sa meilleure amie… Car sa lune de miel va virer au cauchemar… Elle est retrouvée assassiné dans la cabine du luxueux paquebot qui descend le Nil.

Les petites cellules grises d’Hercule Poirot se mettent alors en branle : tous les passagers ont en effet de bonnes raisons d’en vouloir à la richissime héritière.

Critique :
La première chose qui fait mal aux yeux, dans cette bédé, ce sont les couleurs !

Les tons jaunes criards de la première planche m’ont déjà donnée envie de faire demi-tour. Je pensais que cela s’estomperait ensuite, mais peine perdue, le jaune sera la teinte dominante.

D’accord, nous sommes en Égypte, les tons se devaient d’être chauds, mais là, c’est loupé.

Par contre, j’ai bien aimé le Poirot : pas trop rond comme j’ai déjà vu dans certains adaptations, pas une tête de crétin non plus. Un bon point pour cette adaptation dont je me souviens encore parfaitement du modus operandi et du nom de la personne coupable. No spolier !

Bizarrement, les visages de quelques personnages masculins sont allongés (Simon Doyle et le colonel Race). Pour le reste, nous sommes dans de la ligne claire, à la manière de « Blake & Mortimer », pour les citer en exemple.

Les paysages de l’Égypte sont bien représentés, ainsi que l’ambiance délétère qui règne sur cette croisière qui ne semble pas s’amuser.

Le couple Ridgeway/Doyle se fait persécuter par l’ancienne fiancé de Doyle, Jacqueline de Bellefort. La jeune Cornélia est persécutée par sa cousine Marie qui l’a prise sous son aile et la jeune Rosalie Otterbourne est persécutée par sa mère, vieillissante et acariâtre.

Non, ce n’est pas la croisière s’amuse ! Plutôt la croisière se fait occire… Pas moins de trois personnes perdront la vie sur ce joli bateau.

Ce qui m’avait fasciné, dans le roman, c’est qu’en plus de tomber de haut lors de la résolution de cette affaire, c’est que la reine du crime avait bien caché ses indices et fait en sorte que tous les personnages aient une chose à se reprocher, ait commis un acte dont ils/elles n’ont pas envie de parler, ne sont pas des agneaux mais des voleurs…

Cela a bien été retranscrit dans la bédé, même si, en 48 pages, il faille faire des sacrifices. Au moins, le plus important était présent.

Les explications finales sont présentes, sans être brouillonnes, bien que, dans le roman, elles soient plus longues. Ici, elles sont données à la dernière page et il semble que Poirot se dépêche de nous les donner avant que la dernière case n’arrive. Suivez bien les explications.

Finalement, cette adaptation bédé n’était pas si mal que ça. J’ai connu bien pire, dans cette série éditée par E.P. Dommage pour les couleurs horriblement criardes, elles aussi.

PS : exceptionnellement, à 14h, j’aurai de nouveau une fiche sur une adaptation bédé de l’œuvre d’Agatha Christie, sans couleurs criardes, cette fois-ci !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°157], Le Mois du polar chez Sharon – Février 2022 [Lecture N°39] Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 48 pages).

Dressé pour tuer ‭–‬ 02 ‭–‬ Une enquête de Drongo, ex-agent du KGB : Tchinguiz Abdoullaïev

Titre : Dressé pour tuer ‭–‬ 02 ‭–‬ Une enquête de Drongo, ex-agent du KGB

Auteur : Tchinguiz Abdoullaïev
Édition : De l’Aube – Noire (2015)
Édition Originale : День гнева (1999)
Traduction : Robert Giraud

Résumé :
Une mystérieuse série d’attentats vise un ­ministre du gouvernement russe. Le contre-espionnage hésite à faire appel au fameux privé Drongo, ex-agent du KGB, car ce serait reconnaître qu’il ne maîtrise pas la situation.

Le laissera-t-on ­remonter la filière du complot jusqu’au sommet ? Et où se situe ce sommet, dans un État miné par les intrigues et la corruption et où, par conséquent, tout le monde a tendance à soupçonner tout le monde ?

Critique :
Russie, dans les années 90… Un attentat est perpétré contre le ministre des finances. Ce sont des pros et celui qui est à la tête de ses assassins est un ancien liquidateur que l’on a fait évader de prison.

Dans ce polar, les liquidateurs sont les hommes dressés à tuer les cibles qu’on leur désignait. Pas le genre qui laisse des traces, pas le genre de type à se laisser prendre facilement.

L’intrigue de ce polar noir est concentrée sur trois journées, mais quelles journées ! Elles seront longues, pour les personnages. Hautement stressante et super dangereuses. Certains ont intérêt à ce que le ministre des finances ne présente pas le budget au vote. Il est l’homme à abattre.

Il a fallu attendre le tiers du roman avant de voir débouler ce bon vieux Drongo. Dans la ligne du temps, on fait appel à lui le soir du premier jour, mais il y avait tellement de choses à dire pour ce premier jour, que ça a mis plus de 130 pages.

Si, comme moi, cela ne vous dérange pas d’apprendre des choses sur la politique Russe des années 90, alors le temps passera agréablement.

Par contre, si vous y être réfractaire, vaut mieux aller voir ailleurs car de la politique, il va en être question à tous les étages et vous en boufferez à tous les râteliers !

Amoureuse de la Russie comme de l’Angleterre (pas de leurs travers, je vous rassure), appréciant la politique lorsqu’elle est bien décrite dans les livres, je n’ai pas trouvé le temps long, même si Drongo me manquait. Son esprit, son intelligence, son amour des livres, ses déductions… Bref, tout ce qui fait son charme, m’a manqué durant le premier tiers.

Une fois qu’il entre dans la dance, le rythme augmente un peu, sans jamais devenir 24h chrono, bien que, vu les détails des journées, on s’en approchait un peu. Avec le côté Die Hard pour les bombes et autres attentats.

Sans jamais aller trop loin, l’auteur est resté du côté du réalisme. J’ai apprécié ce voyage dans le temps, dans la Russie des années 90, sans Internet et avec peu de téléphones portables. Les personnages ne sombrent jamais dans le manichéisme et sont tous très réalistes.

Une enquête qui ne va pas à cent à l’heure, qui prend le temps de poser les bases, de parler de la politique, de la situation de la Russie dans les années 90, de son passé trouble et pas brillant, de ses cadavres dans les placards, de corruption…

Un polar à réserver aux lecteurs/lectrices qui aiment qu’une enquête prenne son temps, même si elle ne dure que 3 jours et qui ne sont pas réfractaires à la politique.

Drongo est un ex-agent du KGB qui mériterait d’être mieux connu car c’est un personnage très intéressant.

PS : je viens de me rendre compte que ce billet était le 3.000ème de posté sur le blog depuis septembre 2012. Waw, ça en fait des conneries d’écrites par moi, tout ça ! PTDR

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°153], Le Mois du polar chez Sharon – Février 2022 [Lecture N°35] et Le Challenge « Le tour du monde en 80 livres chez Bidb » (Azerbaïdjan).

[SÉRIES] Les petits meurtres d’Agatha Christie – Saison 1 – Épisode 9 – Un cadavre sur l’oreiller (2011)

Résumé : Après une nuit très arrosée, le commissaire Larosière se réveille avec le cadavre d’une femme dans son lit. Il n’a aucun souvenir de ce qui a pu se passer et réalise avec horreur qu’il est désormais le suspect numéro un d’une affaire de meurtre.

D’autant plus que la jeune fille est une prostituée, qui travaillait dans une maison close où le commissaire avait ses habitudes.

Tandis que Larosière est emprisonné, Lampion se démène pour prouver l’innocence de son patron. Le commissaire réussit à s’évader et trouve refuge à l’Oiseau bleu.

C’est de là qu’il va diriger l’enquête de Lampion pour confondre le véritable meurtrier. Il n’hésite pas non plus à profiter des attentions des femmes de la maison…

Distribution :

  • Antoine Duléry : le commissaire Jean Larosière
  • Marius Colucci : l’inspecteur Émile Lampion
  • Valérie Sibilia (Pandora)
  • Juliet Lemonnier (Valentine)
  • Stéphan Wojtowicz (Deville)
  • Vernon Dobtcheff (Anatole Deschanel)
  • Bruno Slagmulder (Théodore Deschanel)
  • Mata Gabin (Esméralda)
  • Mathilde Bisson (Ninon)

Ce que j’en ai pensé :  Une fois de plus, il n’y avait rien à la téloche, pas même un bon vieux Columbo de derrière les fagots et donc, j’ai parcouru ma box pour voir ce qu’elle avait enregistré (selon mes demandes)…

Bingo, il y avait un épisode de cette série dont, mon mari et moi, n’avions plus aucun souvenir. Chouette, on allait regarder ça avec plaisir et tenter de trouver le/la coupable.

Lancement du générique et bardaf, on voit le titre du roman dont cet épisode a été adapté. Zut alors, c’est celui qui nous avons vu il n’y a même pas 15 jours… Oui, ceci est l’adaptation de « Un cadavre dans la bibliothèque » que j’avais vu, deux semaines auparavant, avec Miss Marple

Puisque nous aimons tous les deux ce duo (et les autres trios d’après), nous avons décidé de revoir cette adaptation, puisqu’elle serait différente de celle avec Miss Marple.

Les bases sont les mêmes : un cadavre dans un endroit pas vraiment adapté. Ce n’est plus la bibliothèque d’un vieux manoir, c’est dans le lit du commissaire Larosière que l’on retrouve cette jeune fille morte.

L’alcool n’est pas bon pour la santé, ni pour la mémoire et notre commissaire, qui était rentré, pété mort soul, ne sait même pas s’il n’aurait pas pu tuer cette jeune fille.

Si dans la version Miss Marple, le rythme était lent, dans celui-ci, ça bouge plus et la version est un plus coquine puisque la jeune fille assassinée bossait dans un bordel et que l’inspecteur Lampion va devoir aller y enquêter et qu’il en profitera pour quêter avec…

Si vous connaissez ses préférences, vous comprendrez que cela ajoute du croquant à l’histoire.

Le commissaire Larosière, quant à lui, emprisonné, aura bien du mal à s’habituer à la pitance pitoyable des gardés à vue et en profitera pour s’évader et se réfugier dans le bordel, puisqu’il est ami avec la mère maquerelle.

Dans les trois versions des Petits Meurtres, tout le monde est passé une fois par la case prison. Dans la première saison, ce sera juste pour le commissaire, remplacé par un autre qui passe sa vie sur les terrains de golf, à tapoter dans la baballe.

J’ai un faible pour le commissaire : il est élégant, avec sa barbe bien taillée et on aurait envie d’aller faire un tour dans les bois en sa compagnie.

L’inspecteur Lampion, lui, moins sûr de lui, est toujours son souffre-douleur (même si le commissaire l’aime bien, dans le fond), celui qui s’en prend plein la gueule, mais qui ne lâche rien. De plus, il est de la nouvelle école et apprécie les sciences, les nouvelles méthodes pour coincer des criminels…

Beaucoup de personnages, mais un seul ressort comme un coupable potentiel, celui qui avait un mobile. Pas de bol, il a un alibi en béton armé. Va donc falloir le faire sauter (impossible) ou comprendre comment cette personne aurait pu tuer la prostituée sans être sur place.

C’est retors, comme toujours et j’ai dû faire appel à mes souvenirs poussiéreux (oui, après 15 jours, avec ma pauvre cervelle, j’avais oublié des détails) de la version Miss Marple pour trouver le/la coupable.

Le fait de changer tous les détails donne une tout autre version de cet épisode, même si le mobile reste le même et que le modus operandi ne change pas. Je vous jure que j’ai mouliné du cerveau pour qu’il me repasse les détails de l’autre version.

Bref, deux versions différentes à voir selon les goûts de chacun : le côté lent de Miss Marple ou le côté années 30 plus percutant avec Larosière et Lampion. Je vous avoue que c’est cette version que je préfère, mais ma cotation sera la même.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°151] et Le Mois du polar chez Sharon – Février 2022 [Lecture N°33].

Retour de flammes – Tome 2 – Dernière séance : Laurent Galandon et Alicia Grande

Titre : Retour de flammes – Tome 2 – Dernière séance

Scénariste : Laurent Galandon
Dessinateur : Alicia Grande

Édition : Glénat (24/02/2021)

Résumé :
Paris, 1941. Le pyromane détruisant les pellicules de films allemands et l’assassin de Victoire courent toujours.

À travers son exploration des milieux interlopes du spectacle sous l’Occupation, le commissaire Engelbert Lange voit resurgir de vieux démons.

Hanté par le fantôme de sa mère qui l’avait abandonné pour tenter une carrière de comédienne et espionné de près par la Gestapo, pas facile de garder la tête froide pour résoudre cette double-enquête digne d’un film de Clouzot…

À travers ce polar historique bien ficelé et dessiné par la prometteuse Alicia Grande, Laurent Galandon nous fait arpenter les rues d’un Paris occupé où le cinéma peut aussi bien servir à contester le pouvoir qu’à le maintenir.

Critique :
C’était la dernièr’ séquence ♪ C’était la dernièr’ séance ♫ Et le rideau sur l’écran est tombé ♫ (*)

Et oui, avec ce second album, les réponses seront données, mais ce sera aussi la dernière séance, celle où la projection s’arrête.

Le passé du commissaire Lange est révélé et je comprends mieux pourquoi il avait tant de haine envers le monde du cinéma. À sa place, nous aurions fait de même.

Le scénariste évite aussi le manichéisme des acteurs/actrices tournant pour la Continental, firme allemande, juste pour les cachets juteux qu’ils reçoivent : lorsque le producteur Greven (un allemand) veut quelqu’un ou quelque chose pour ses films, il ne recule devant rien et bien des acteurs/actrices n’ont pas eu le choix de refuser.

Pourtant, il n’est pas tout à fait noir, plutôt en nuances de gris, comme bien des personnages de ce diptyque, ce qui les rend terriblement réalistes.

Les choses s’accélèrent dans ce tome, l’enquête fait de grands pas et j’ai été scotchée par la résolution, tant je n’avais rien vu venir !

Le scénariste est aussi allé un peu plus loin qu’une résolution à la « Colonel Moutarde avec le briquet dans la cabine de projection ». C’est plus profond que ça, plus réfléchi dans l’esprit du Commissaire Lange, qui, contrairement à son nom, laissera passer ce que d’autres auraient retenu.

Cela le rend plus humain aussi. Et sa partie de bras de fer avec Greven était très bien menée aussi, bravo l’ami !

♫ La lumière s’éteint déjà et le film est terminé… ♪

Ces deux bédés, qui se déroulaient dans le milieu du cinéma et à Paris sous l’Occupation de 1941, étaient véritablement bien menées. Comme quoi, ceux qui disent du mal des bédés (que ce sont pour les enfants), se trompent lourdement.

(*) Eddy Mitchell – La dernière séance

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°150], Le Mois du polar chez Sharon – Février 2022 [Lecture N°32] et Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 62 pages).

Batman vs Deathstroke : Christopher Priest, Carlo Pagulayan, Ed Benes et Roberto Viacava

Titre : Batman vs Deathstroke

Scénariste : Christopher Priest
Dessinateurs : Carlo Pagulayan, Ed Benes et Roberto Viacava

Édition : Urban Comics DC Rebirth (2019) / Urban Comics Editions (2021)

Résumé :
Au cours d’une enquête sur le vol de documents illégaux, Batman apprend une terrible nouvelle : Damian ne serait pas son véritable fils. Les tests ADN semblent indiquer qu’un autre redoutable combattant serait son géniteur : Deathstroke, l’exterminateur !

Décontenancé par cette révélation, le Chevalier Noir va devoir retrouver Slade Wilson et le forcer à avouer la vérité sur ce retournement de situation.

Critique :
Damian, je ne suis pas ton père ! Damian, ton père est un autre que moi…

Ah, les tests ADN ! Quel bordel ils peuvent foutre dans les vies des gens. Ici, un test ADN indique que Damian, le fils de Batman, ne serait pas son fils, mais celui de Deathstroke. La bombe !

Je connais une femme qui est heureuse qu’on ait prouvé que l’amant de sa mère était bien son père biologique… Il est un ancien roi qui ne fut sans doute pas content que ses dénégations soient mises à mal, la preuve affichée noir sur blanc : il était son père.

Bref, ça doit la foutre mal aux réunions de famille, ce genre de test. Pour moi, c’était l’occasion de découvrir un album de Batman pour pas cher (4,90€) et de faire la connaissance avec Slade Wilson, dit Deathstroke, celui qui a inspiré Deadpool (Wade Wilson).

De Deathstroke, je ne connaissais rien, de Batman, un peu plus. Tous les deux sont des combattants hors pair et cet antagonisme sur leur paternité supposée ou non, va les faire s’affronter dans quelques combats très esthétiques.

J’aurais dû prévoir des aspirines car la vie familiale et privée de Deathstroke est des plus complexe, digne d’une série américaine des années 80. Entre son ex-femme, ses divers enfants, les vivants et le décédé, ses anciennes conquêtes, j’ai parfois perdu pied.

Pas facile non plus de replacer dans le fil de l’histoire les interventions de Robin sur son passé, sur ses griefs contre Batman… J’avoue avoir dû faire quelques allers-retours afin de tout bien intégrer. Les ellipses ne m’ont pas facilitées la tâche non plus.

Cet album ne se déroule pas de manière linéaire et il faut rester concentré, comme le lait du même nom.

N’ayant pas non plus de grandes connaissances de l’univers de Batman (je connais le principal), je me suis parfois perdue dans les différents Robin qui l’ont épaulé.

Toutes ces choses m’ont un peu empêché de profiter pleinement de cette lecture, obligée que j’étais de faire des pauses, de revenir en arrière, de réfléchir.

Non, ce n’était pas une lecture facile, mais au moins, j’en ai eu pour mon argent ! Les dialogues n’étaient pas de pacotille, il y avait de l’action, du suspense, des mystères, le tout porté par des dessins superbes, dont ceux des combats entre Batman et Deathstroke.

Néanmoins, c’est un album à réserver aux fans de comics, de Batman ou de Deathstroke. Vu la complexité des personnages et des multiples intrigues, il faudra que je le relise plus tard, pour le plaisir et pour tenter de comprendre plus.

Avant, je réviserai mon « Petit Deathstroke sans peine ».

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°149] et Le Mois du polar chez Sharon – Février 2022 [Lecture N°31].

[SÉRIES] Miss Marple – Saison 1 – Épisode 1 – Un cadavre dans la bibliothèque (2004)

Une jeune femme blonde est découverte étranglée dans la bibliothèque de la demeure du Colonel Arthur Bantry et de sa femme Dolly. Celle-ci fait alors appel à son amie de longue date, Miss Marple, pour tirer les choses au clair.

Distribution : 

  • Geraldine McEwan (VF : Lily Baron) : Miss Marple
  • Ian Richardson (Conway Jefferson)
  • Tara Fitzgerald (Adelaide Jefferson)
  • Jamie Theakston (Mark Gaskell)
  • Giles Oldershaw (Edwards)
  • Florence Hoath (Pamela Reeves)

Ce que j’en ai pensé :  Ma préférence à moi, c’est Hercule Poirot, mais lorsqu’il n’y a rien à la télé, Miss Marple fait parfaitement l’affaire.

J’avais enregistré cet épisode sur la box et il est venu à point nommé pour remplir une soirée télé. Mon mari a même regardé avec moi…

Un manoir, une immense bibliothèque, des livres jusqu’au plafond (et des toiles d’araignées) et, au milieu, le cadavre d’une femme.

Sérieusement, on ne range pas les cadavres dans une bibliothèque, s’il vous plait ! Ça fait désordre. Seul le colonel Moutarde peut y commettre des crimes, avec le chandelier ou toute autre arme qui lui conviendra.

Comme les propriétaires du manoir, comme les flics, Miss Marple ne comprend pas pourquoi cette femme a été tuée là. Le téléspectateur non plus. Surtout que l’épisode avait commencé durant la seconde guerre mondiale, avec une famille réunie autour d’une table, avant qu’une bombe ne leur tombe dessus…

Le rapport, on le comprendra plus tard, lorsque nous retrouverons les membres de cette famille (pas de mauvais jeux de mots), dans une station balnéaire où Miss Marple va aller continuer son enquête.

Comme toujours, avec Agatha Christie, rien n’est simple et j’avais eu beau me tordre les petites cellules grises, je n’avais absolument rien trouvé, rien vu venir et je me suis amusée à accuser tout le monde du crime.

Pourtant, il y avait des tas de petits détails qui auraient pu me mettre sur la piste, hélas, je n’ai jamais réussi à les relier entre eux. Je me doutais qu’il y avait anguille sous roche, une couille dans le pâté… Rhââ, pas moyen de trouver avant la solution finale.

Hercule Poirot restera mon chouchou chez la mère Christie, pourtant, j’ai pris du plaisir avec cette Miss Marple, ses petits sourires, ses vêtements de bobonne, ses petits airs de ne pas en avoir l’air, son sourire mutin, son air innocent et sa manière, bien à elle, d’enquêter.

Ce n’est pas une enquête trépidante, elle ne court pas partout, la Miss Marple, elle va à son aise. Ni mon mari, ni moi, n’avons baillé devant cet épisode.

Oui, j’avais lu ce roman dans ma jeunesse, vu qu’il y avait mes deux vices dans le titre (cadavre, donc meurtre et bibliothèque), mais je n’en avais gardé aucun souvenir, alors que j’ai toujours dans ma mémoire les résolutions de certains romans de la reine du crime.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°148] et Le Mois du polar chez Sharon – Février 2022 [Lecture N°30].

Les enquêtes de Frère Athelstan – 04 – La Colère de Dieu : Paul Doherty

Titre : Les enquêtes de Frère Athelstan – 04 – La Colère de Dieu

Auteur : Paul Doherty
Édition : 10/18 Grands détectives (2017)
Édition Originale : The Anger Of God (1993)
Traduction : Nelly Markovic et Christiane Poussier

Résumé :
Automne 1379 : alors que le pouvoir de la Couronne est représenté par Jean de Gand, duc de Lancastre, le royaume est en effervescence.

Les Français investissent les ports du sud du pays et le mécontentement monte dans les campagnes où les paysans fomentent une révolte sous l’égide d’un mystérieux chef qui s’est autoproclamé « Ira Dei », la Colère de Dieu.

Gand s’est engagé à gagner à son parti les grands marchands princes de la capitale, mais ses plans sont mis en échec par une série de meurtres mystérieux et sanglants.

C’est alors que Sir John Cranston, mandaté par Gand pour retrouver une rançon mystérieusement disparue, se tourne vers frère Athelstan.

Critique :
Puisque j’avais enchaîné quelques déceptions littéraires, je me suis tournée vers une valeur sûre : ce bon vieux Frère Athelstan, lui demandant de me guider sur les voies littéraires, qui, comme chacun le sait, sont impénétrables.

Attablée à la taverne avec le coroner du roi, Sir John Cranston, nous avons vidé quelques pichets de clairet et de godale. C’est donc fortement éméchée que je les ai suivi dans leurs différentes enquêtes.

Comme toujours, ouvrir une enquête de Frère Athelstan, c’est faire une plongée violente dans une autre époque, dans un monde d’hommes, de crasse, de puanteur, de misère. Et j’en passe, heureusement qu’en littérature, les odeurs ne passent pas.

Mais c’est aussi entrer dans un polar historique qui fait du bien, revoir des compagnons d’enquêtes qui ne manquent pas de piquant, réviser son Histoire d’Angleterre sans peine et arpenter des ruelles sombres sans prendre grand risque.

L’intérêt de ces romans policiers historiques, c’est qu’ils sont toujours bien écrit, bien mis en page, que les personnages, récurrents ou de passage, ont de l’épaisseur et que, sans en faire trop, l’auteur arrive à nous restituer leurs caractères et leurs motivations.

Une fois de plus, plusieurs mystères se retrouvent dans ces pages : un exorcisme, des membres de suppliciés qui disparaissent dans la nuit, un ami de Sir John Cranston décédé et dont il suspecte l’épouse de l’avoir tué, ainsi que des meurtres qui semblent avoir été commis par un assassin plus qu’habile puisqu’ils ne trouvent pas son modus operandi.

Petit à petit, les mystères satellitaires se résolvent et l’auteur garde le plus important pour la fin. Ce n’est jamais tiré par les cheveux, toujours bien expliqué, pas trop simpliste, sans pour autant vous faire choir de votre séant. En un mot, c’est plus que correct.

Jamais trop long, jamais trop court, les romans ont la bonne taille et ne deviennent jamais ennuyant, ne m’ont jamais fait dormir ou soupirer d’ennui. L’Histoire est incorporée avec intelligence dans le récit et même les plus réfractaires (ou les allergiques), ne risquent pas l’indigestion (ou les boutons).

Sans jamais diluer l’enquête dans des circonlocutions, l’auteur va droit au but, se permettant juste d’ajouter des petits détails de la vie de la paroisse à charge du Frère Athelstan ou de celles dans Londres. Cela ajoute du piment à l’enquête et du cachet historique au roman.

Toujours un plaisir !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°144], Le Mois du polar chez Sharon – Février 2022 [Lecture N°28] et Le Challenge « Le tour du monde en 80 livres chez Bidb » (Angleterre).

 

Trilogie d’une Nuit d’Hiver – 02 – La Fille dans la tour : Katherine Arden [LC Bianca]

Titre : Trilogie d’une Nuit d’Hiver – 02 – La Fille dans la tour

Auteur : Katherine Arden
Éditions : Denoël Lunes d’encre (2019) / Folio SF (2021)
Édition Originale : Winternight, book 2: The Girl in the Tower (2017)
Traduction : Jacques Collin

Résumé :
La cour du grand-prince, à Moscou, est gangrenée par les luttes de pouvoir. Pendant ce temps, dans les campagnes, d’invisibles bandits incendient les villages, tuent les paysans et kidnappent les fillettes.

Le prince Dimitri Ivanovitch n’a donc d’autre choix que de partir à leur recherche s’il ne veut pas que son peuple finisse par se rebeller. En chemin, sa troupe croise un mystérieux jeune homme chevauchant un cheval digne d’un noble seigneur. Le seul à reconnaître le garçon est un prêtre, Sacha.

Et il ne peut révéler ce qu’il sait : le cavalier n’est autre que sa plus jeune sœur, qu’il a quittée il y a des années alors qu’elle n’était encore qu’une fillette, Vassia.

Critique :
C’est avec délectation que j’ai de nouveau foulé les terres froides et enneigées de la Rus’, chevauchant aux côtés de la jeune Vassia, devenue le jeune Vassili parce qu’en ce temps-là, les filles (femmes) n’avaient aucun droit.

Juste l’obligation de rester à sa place dans la cuisine (ou dans une tour, pour les nobles), de se marier, de faire des gosses, d’aller au couvent (si les autres options ne plaisaient pas) : bref, interdiction de se soustraire à l’autorité des mâles.

Le premier tome nous faisait découvrir la vie dans un petit village de la Rus’ des années 1300, les folklore, les légendes, les contes, l’intrusion de plus en plus grande de la religion, reléguant aux orties les esprits des maisons, alors que celui-ci nous fera voyager jusqu’à Moscou et ses complots politiques pour devenir calife à la place du calife.

Si la première partie de ce récit est plus calme (sans jamais me sembler ennuyeuse), dans la seconde partie, l’autrice change de vitesse et appuiera sur le champignon, nous faisant  entrer dans un rythme plus trépidant, aux multiples rebondissements.

Les personnages ne sont pas figés, ils peuvent cacher leur jeu et j’ai eu quelques surprises, comme dans le premier tome. Morozko, le démon de gel évolue, c’est un personnage complexe qui ne se dévoile pas, ou peu. Je l’ai trouvé très touchant. Il sent que la religion nouvelle est en train de le faire disparaître et son déclin fait peine à voir.

Vassia, elle, sera plus téméraire, n’écoutant pas la voix de la sagesse de son grand frère, foutant le bordel monstre dans sa famille, tant elle voudrait être un garçon afin de s’affranchir des règles qui pourrissent les vies des femmes.

Elle aurait pu faire preuve d’un peu de discernement et ne pas foncer tête baissée… Ses combats sont justes, mais parfois, il faut savoir faire profil bas et laisser pisser le mérinos.

Son caractère vif lui joue souvent des tours, sa soif de liberté aussi. Bah, nous avons été jeunes aussi et nous n’avons pas écouté les voix des anciens qui nous disaient de faire attention… Cela le rend plus réaliste, plus crédible, toutes ces contradictions.

La vie sociale dans cette époque lointaine est très importante dans le récit, elle prend une place non négligeable. Heureusement, l’Histoire, la religion et la vie sociale sont toujours incorporées de manière subtile dans le récit, sans jamais le rendre lourd ou redondant.

Il en sera de même pour l’aspect politique, avec les rivalités, les tributs à payer au Khan, les jeux de trônes… Tout cela est incorporé par petites touches, sans que cela pèse sur le rythme du récit. D’ailleurs, les combats sont toujours les mêmes, que l’on soit en 1300 ou en 2022, même si nous avons plus de droits et plus l’obligation d’aller à la messe. Ouf !

Le petit bémol sera pour la perte du folklore Rus’ : les esprits des maisons (Tchiorti) et tous les autres sont moins présent dans ce deuxième tome, sans doute dû au fait que la religion catholique prend plus d’ampleur et que les gens oublient de laisser des offrandes à tous ces diables des contes et légendes qui existent bel et bien.

Le côté fantastique et la magie sont plus présents que dans le premier tome, ce qui n’est pas un soucis, que du contraire. L’univers créé par l’autrice est riche d’Histoire, de contes, légendes et cette lecture fut enjouée, ne manquant pas de rythme et de surprises.

Ce sera donc sans hésitation que j’ouvrirai le troisième et dernier tome de cette trilogie qui plaira aux plus jeunes comme aux plus anciens, qu’ils aiment ou pas la fantasy car les romans lorgnent plus du côté du fantastique.

Une LC réussie, même si Bianca a trouvé la première partie un peu trop lente.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°143], Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°108] et Le Mois du polar chez Sharon – Février 2022 [Lecture N°25].

Sherlock, qui est le coupable ? : Vincent Raffaitin et Collectif

Titre : Sherlock, qui est le coupable ?

Auteur : Vincent Raffaitin et Collectif
Dessinateur : Ced
Édition : Larousse (15/09/2021)

Résumé :
Voici 35 enquêtes, aussi déconcertantes que corsées, à élucider en exerçant son sens de la déduction et son esprit logique.

Saurez-vous trouver les indices qui se cachent au cœur d’un texte romancé ou dans les lignes d’un dessin que seul un véritable œil de lynx saurait percer à jour ?

Critique :
J’ai toujours apprécié les petits livres d’énigmes à résoudre et si certains n’étaient pas évidents vu le peu d’indices donnés, celui-ci est plus facile d’accès. La preuve, j’ai résolu quelques énigmes !

Le scénariste nous propose des énigmes différentes : cambriolage, disparitions, meurtres… Les illustrations égayent les pages, quelles soient dessinées ou sous forme de photos.

Je ne dirai pas que le Holmes est parfaitement canonique : je le vois mal enfermer Watson dans leur appart, avec une énigme à résoudre, pendant que lui irait au rendez-vous galant de Watson…

Pourtant, c’est drôle et je me suis bien faite avoir avec cette énigme ! Comme quoi, on ne lit jamais bien…

L’histoire qui met en scène les indices pour l’enquête n’est ni trop longue, ni trop courte et tous les indices se trouvent soit dans le texte, soit dans l’image. Je me suis souvent plainte de certains livres d’énigmes où des détails manquaient, mais ce n’est pas absolument pas le cas ici.

On résous les enquêtes en réfléchissant, en observant les images, en faisant des déductions sur ce que l’on sait, sur ce que les témoins ont dit, fait… Je n’ai pas tout découvert, je vous l’avoue.

C’était plaisant de lire ces petites histoires et de tenter de résoudre ces différentes énigmes. Mon cerveau a fumé.

Une chouette découverte.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°142] et Le Mois du polar chez Sharon – Février 2022 [Lecture N°24].