Bilan Mensuel Livresque : Avril 2022

Le soleil d’Avril, malgré le vent froid, était plaisant. Hélas, même si je ne me suis pas découverte d’un fil, je me suis tout de même farcie un gros mal de gorge du tonnerre de Dieu, ce qui m’a empêché de profiter à fond de ce beau soleil.

Mon Bilan Mensuel est normal, ni trop, ni trop peu, j’ai gardé le rythme puisque j’affiche les lectures de 13 romans, 11 bédés et 1 comics (25 lectures). Mon Bilan Annuel est de 133 lectures pour le moment. Il va sans doute grossir en mai et juin, avec les Mois Espagnol & Anglais.

Au rayon des mauvaises nouvelles, la vieille Pupuce nous a quitté. Minou, mon chat est devenu orphelin (même s’il se fichait de sa mère comme d’une guigne et vice-versa).

Elle allait avoir 18 ans, ce qui, pour un chat, est une belle longévité, surtout qu’au départ, personne n’aurait parié un kopeck sur les chances de survie de la Puce.

Je les revois encore, les 6 petits chatons, à la queue-leu-leu, suivant le plus hardi des leur (l’oncle de mon chat, qui lui ressemble physiquement, sauf qu’il n’est pas hardi) et venant à ma rencontre. Leur mère étant disparue, ils étaient toujours en âge de téter et mon chien, voyant défiler des zakouskis, en avait les yeux qui sortait de la tête, version Tex Avery. Non, il ne les a pas mangé.

Nous avons gardé le plus vaillant (un beau gris comme Minou) et la plus discrète, la plus timide, celle qui restait dans son coin et qui n’osait pas venir prendre du lait à la seringue, une petite chatte toute noire, qui a eu bien des soucis de santé, mais qui a survécu le plus longtemps et a enterré tous les autres ! Elle est la seule, avec notre tout premier chat (Poussy), à être morte de vieillesse.

Comme les oiseaux, elle est partie se cacher pour mourir. Ma mère l’a vue partir dans la prairie des chevaux, alors que cela faisait des années qu’elle ne quittait plus son pré carré près de la maison. Poussy était morte là où elle dormait, dans le box de la ponette (qui ne lui a jamais marché ou chié dessus !).

D’habitude, la Puce venait toujours sur mes genoux, lorsque je prenais mon petit-déjeuner, elle a déjà eu du kiwi sur le dos, du lait, des miettes de pain, de baguette, elle aurait aimé me chiper mes tartines à la coppa… Ce matin-là, sans elle, il y avait un vide terrible, je n’ai pas beaucoup mangé… Il me restera plein de bons souvenirs.

Pupuce à l’ombre

Je ne sais pas si ma nièce a demandé où était le chat… Que répondre à un enfant d’un peu plus de 2 ans ? (28 mois) Sinon, elle, elle était en forme et à profité de sa tata pour la faire courir partout derrière elle.

On a fêté Pâques chez ma soeur, avec une semaine d’avance et la petite m’a fait la fête, me réquisitionnant pour jouer à la plasticine avec elle. Son vocabulaire s’intensifie, elle sait comment se faire comprendre et adore dire « Non ». Elle était restée un petit temps sans me voir, elle avait le temps long après sa tata.

Minou, lui continue sa vie peinarde de chat, propriétaire de toute la baraque, surtout de la partie qui lui est réservée. Là, il est chez lui et regarde tout intrus (mon mari, en fait) de son regard noir, tel un seigneur sur son trône. Lui n’est heureux que lorsque je suis seule avec lui et que je ne fais ni rangement, ni ménage, bref, que je reste sans bouger ou si peu.

L’animal a été un peu délaissé, en avril, parce que nous avons un membre de la famille de mon mari qui s’est retrouvé à l’hôpital depuis fin mars (il y est toujours). Rien de trop grave (tout est relatif, mais ouf, pas de cancer), mais je suis allée le voir, avec mon homme, tous les après-midi, quasi. Retour du boulot (ou télé-travail) et hop, direct à l’hosto, privant le poilu de ses câlins de l’après-midi qu’il adore et réclame. Le soir, il était couché sur moi, mari ou pas à mes côtés !

Une semaine de congé aurait pu le réconforter, hélas, je suis tombée malade (oui, c’est tout moi, malade pendant mes congés !) : plus d’hosto, j’étais là pour lui. Hélas, ce chat déteste que l’on éternue ou que l’on tousse trop fort et moi, j’en étais à cracher mes poumons, ce qui l’a privé, une fois de plus, de ses câlins et de la sieste sur moi. Il se couchait alors sur le divan, à l’opposé de moi, en me tournant le dos (un message caché ?).

Heureusement, les médocs ont fait effet, j’ai moins toussé et le chat a pu dormir sur moi, après des gros câlins. Et j’ai fait comme lui, j’ai récupéré mes heures de sommeil manquées. Le chat était heureux !

Comme les jours rallongent et que le soleil est présent, il passe plus de temps dans la véranda, sur les torchons (les trucs avec lequel on lave les sols), ou couché sur le sol, tout simplement. Son endroit préféré, pour regarder les oiseaux, c’est derrière mes gros pot de cannas (trop froid pour les mettre dehors) et on ne le voit pas.

Enfin, l’autre jour, j’ai remarqué qu’un pot avait des oreilles… C’est ainsi que j’ai compris que le chat était dans son coin, à la véranda, et que nous ne l’avions pas entendu venir. Il sait être discret, comme il peut pousser une porte avec violence.

Malgré tout, il cavale encore dans les escaliers lorsqu’il nous croise, mais lorsqu’il me précède, là, je peux lui faire des caresses dans ces mêmes escaliers. Cherchez pas, docteur. C’est ce qui l’a maintenu en vie, dans sa jeunesse, la peur de tout. On ne le changera plus maintenant, d’ailleurs, je le préfère ainsi, ça me fait rire.

Quoi ?

Le Loup des Ardents de Noémie Adenis est un polar historique qui se démarque des autres par sa conception : pas d’enquêteurs et des morts qui meurent de maladie. Et pourtant, une ombre rôde.. Un polar qui va à l’essentiel, sans oublier le principal.

Chouette, déjà le nouveau Sherlock, Lupin & moi – 13 – Le souterrain mortel de Irene Adler ! Le tome 12 se terminait de manière abrupte et je pensais avoir la suite dans celui-ci. Non, Irene se remémore une enquête avec ses deux amis, à Londres. Ceci est un polar jeunesse qui ne prend pas ses jeunes lecteurs pour des débiles et qui satisfera les adultes.

Avec Rachel, nous avions programmé une LC. Hélas pour moi, je n’ai jamais réussi à entrer dans le roman Les Jango d’Abdelaziz Baraka Sakin. Je me suis perdue dans le récit, je ne l’ai pas apprécié (juste la partie où un gamin raconte ses années en prison, aux côtés de sa mère). J’avais tellement peu à dire que je n’ai pas rédigé de chronique. Rachel, elle, a apprécié sa lecture. Elle a eu plus de chance que moi.

Voyage au bout de l’enfance de Rachid Benzine est un court roman hyper intense, bourré d’émotions. En 96 pages, il est tout à fait possible de nous montrer une partie de l’horreur du régime islamique de Daesh, ainsi que l’inhumanité des camps de réfugiés. C’est une lecture poignante qui m’a brouillé la vue plusieurs fois.

Un peu de douceur et d’amusement avec Les folles enquêtes de Magritte et Georgette – 03 – Les fantômes de Bruges de Nadine Monfils [LC avec Bianca]. Ce roman, c’est une grosse part de belgitude que l’on dévore. On ne court pas et le scénario tient la route. J’adore cette saga !

Ceci est un western qui n’est pas tout à fait un western… Hangman – Les fantômes du bourreau de Sébastien Bouchery tord les codes du western et nous offre un un polar historique au coeur d’une petite ville en 1853. Un assassin y est arrêté, il revient 30 ans plus tard et nous livrera ses confessions. Un western sombre, qui ne manque pas de profondeur, de psychologie, avec des personnages bien travaillés, ambigus. Et un final magnifique !

Je suis sortie de mes sentiers battus avec Vivre avec nos morts de Delphine Horvilleur. Leïla Slimani avait raison : dans ce livre, on rit et l’on est parfois submergé par l’émotion. Constitué de 11 histoires où l’autrice, rabbin, a accompagné les familles endeuillées. Elles sont toutes différentes, bien qu’elles tournent autour de ce grand mystère qu’est la mort. Cette lecture m’a envoyé moins bête au lit. Le tout sans faire de prosélytisme.

Une fois de plus, je ressors mitigée de ma lecture du roman de cette autrice : Abîmes de Sonja Delzongle. Pourtant, elle sait pourtant y faire pour décrire les lieux, les atmosphères, son thriller est addictif, bourré de mystères et de twist en veux-tu en voilà. Hélas, trop c’est trop. Dommage, il y avait d’excellentes choses, mais en profusion et c’est l’indigestion.

Et si les mots d’origine étrangère se mettaient en grève, privant les candidats des extrêmes au silence ? C’est avec ce postulat qu’Erik Orsenna et Bernard Cerquiglini commencent dans Les Mots immigrés. La fable est gentille, ça pique un peu, mais pas trop. Ils auraient pu être plus cyniques, mais ils sont restés dans le registre du conte amusant et c’était une bonne idée. Après cette lecture, je me suis couchée moins bête. Je vais pouvoir briller aux repas familiaux !

Les deux tomes nous avaient enchanté, j’attendais donc énormément du dernier opus de la Trilogie d’une Nuit d’Hiver – 03 – L’hiver de la sorcière de Katherine Arden [LC avec Bianca]. Nous n’avons pas été déçue ! Les personnages évoluent, surtout Vassia, ils ne sont pas figés, le folklore fait son grand retour, le peuple de l’invisible aussi et le final est grandiose, à la hauteur de la trilogie.

Comme je toussais, j’avais envie d’une lecture détente, agréable et c’est toujours une valeur sûre, Les enquêtes de Frère Athelstan – 06 – Le Repaire des corbeaux de Paul Doherty. Une fois de plus, l’auteur m’a immergé dans l’Angleterre de 1380, dans sa puanteur, dans les moeurs de l’époque… Trois enquêtes subalternes (mais non dénuées d’intelligence et de mystères) et une principale, dont l’identité du coupable m’a laissé sur le cul. Un bon choix, comme toujours !

Commissaire Montalbano – 06 – La démission de Montalbano d’Andrea Camilleri est un recueil de plusieurs nouvelles. Certaines sont des véritables enquêtes, d’autres plus des affaires curieuses que l’on a soumis à la sagacité de Montalbano.

Bilan Livresque Avril : 13 Romans

  1. Le Loup des Ardents : Noémie Adenis
  2. Sherlock, Lupin & moi – 13 – Le souterrain mortel : Irene Adler
  3. Les Jango : Abdelaziz Baraka Sakin [LC Rachel] (non chroniqué)
  4. Voyage au bout de l’enfance : Rachid Benzine
  5. Les folles enquêtes de Magritte et Georgette – 03 – Les fantômes de Bruges : Nadine Monfils [LC avec Bianca]
  6. Hangman – Les fantômes du bourreau : Sébastien Bouchery
  7. Vivre avec nos morts : Delphine Horvilleur
  8. Le ciel par-dessus le toit : Nathacha Appanah (non chroniqué)
  9. Abîmes : Sonja Delzongle
  10. Les Mots immigrés : Erik Orsenna et Bernard Cerquiglini
  11. Trilogie d’une Nuit d’Hiver – 03 – L’hiver de la sorcière : Katherine Arden [LC avec Bianca]
  12. Les enquêtes de Frère Athelstan – 06 – Le Repaire des corbeaux : Paul Doherty
  13. Commissaire Montalbano – 06 – La démission de Montalbano : Andrea Camilleri

Bilan Livresque : 11 Bédés / 1 Comics = 12 lectures

  1. Elfes – Tome 26 – Raïken-Kahlaal : Nicolas Jarry, Giovanni Lorusso et Kyko Duart
  2. Airborne 44 – Tome 1 – Là où tombent les hommes : Philippe Jarbinet
  3. Airborne 44 – Tome 2 – Demain sera sans nous : Philippe Jarbinet
  4. La renaissance des heros Marvel – T09 – Wolverine : Mark Millar
  5. Jess Long – T17 – Le fantôme d’Alcatraz : Arthur Piroton [BABELIO]
  6. Jess Long‭ ‬-‭ ‬T‬18‭ ‬-‭ ‬L’inconnue de Montréal : Piroton et Letellier [BABELIO]
  7. Jess Long‭ ‬-‭ ‬T19‭ ‬-‭ ‬Sous les tropiques de l’Antarctique : Piroton [BABELIO]
  8. Jess Long‭ ‬-‭ ‬T20‭ ‬-‭ ‬L’appel du loup : Piroton, Zidrou, Raes et Letellier [BABELIO]
  9. Jess Long‭ ‬-‭ ‬T21‭ ‬-‭ ‬Le Témoin : Arthur Piroton et Dominique Letellier [BABELIO]
  10. Les paparazzi – T06 – Massacre à la Une : Raoul Cauvin et Mazel [BABELIO]
  11. Les paparazzi – T07 – Mise au poing : Raoul Cauvin et Mazel [BABELIO]
  12. Les paparazzi – T08 – Scoops en avalanche : Raoul Cauvin et Mazel [BABELIO]

Commissaire Montalbano – 06 – La démission de Montalbano : Andrea Camilleri

Titre : Commissaire Montalbano – 06 – La démission de Montalbano

Auteur : Andrea Camilleri
Édition : Pocket (2013)
Édition Originale : Gli arancini di Montalbano (1999)
Traduction : Serge Quadruppani

Résumé :
N’écoutant que son devoir, un berger, de son téléphone portable, alerte la police : il vient de découvrir dans un bunker abandonné le cadavre d’une femme.

Comme toujours dans les récits de Camilleri, il ne faut pas se fier aux apparences, ce berger a sans doute quelque mobile caché, et c’est tant mieux.

Ainsi commence l’une des histoires auxquelles le commissaire Montalbano nous convie ici, entre dégustation d’arancini et de rougets, méditation sur la plage et accès de mauvaise humeur météorologique.

Une fois de plus, Montalbano se régale à mener l’enquête au sein des pittoresques habitants de Vigàta, ce bourg imaginaire de Sicile orientale rendu bien réel pour des millions de lecteurs sous la plume d’Andrea Camilleri.

Critique :
Comme promis, après le mauvais temps de la ville de Londres en 1380, je me suis envolée pour le soleil de Vigàta, en Sicile. Pas de chance, lors de la première nouvelle, il pleuvait !

Le format des nouvelles va comme un gant au commissaire Montalbano, ne donnant jamais l’impression qu’on n’en a pas eu assez.

La première nouvelle n’est pas une enquête à proprement parler, c’est un mystère mystérieux qu’on a soumis à la sagacité du commissaire. Plus un épisode de la vie qu’autre chose.

Par contre, ensuite, nous avons des vrais petites enquêtes, dont pour certaines, j’avais trouvé la solution avant le commissaire. Ok, je ne chanterai pas trop fort, il me dépasse pour tout puisque lui, il trouve toujours la solution.

Ce qui est plaisant, dans les Montalbano, ce sont les personnages, hauts en couleurs (ah, Catarella !), les descriptions de la vie de tous les jours, les petits mystères que le commissaire veut toujours résoudre et qui, bien souvent, commencent de manière très bizarre, comme avec cet homme qui conserve tout… Oui, tout !

La traduction du titre en français est différente de l’originale puisque en V.I (version italienne), on parle d’arancini (boules de riz panées, farcies de mozzarella et de sauce bolognaise et cuitent dans la friteuse) et c’est un met que j’adore (je m’en suis faite péter lors de mon voyage en Sicile).

En fait, la démission de Montalbano n’en est pas vraiment une… Dans une des nouvelles, on a un meurtre violent, beaucoup de sang, éviscération et cannibalisme… Heu, on est dans un Montalbano, là ? Notre commissaire va briser le 4ème mur et sonner les cloches à son auteur. Oui, moyen. La seule qui m’a moins plu.

Lire un Montalbano, c’est une lecture reposante, agréable, une sorte de doudou pour les moments où l’on n’a pas le moral, pas envie de lire autre chose.

Montalbano, il a un caractère entier, c’est un personnage hors norme, mais l’auteur a fait en sorte qu’il partage la vedette avec ses adjoints, dont certains sont pirsonnellement en pirsonne plus grave que d’autres. Catarella bien entendu. Mimi est le dragueur de ces dames et Fazio a le complexe de l’état civil.

L’autre avantage de Montalbano, c’est qu’il ne court pas, qu’il prend le temps de réfléchir en mangeant à toutes les bonnes tables du coin, faisant honneur à la cuisine sicilienne et notamment aux poissons.

Le plus gros bémol de cette série, c’est que le village de Vigàta n’existe pas, donc, la tratoria San Calogero non plus et santa madonna, jamais je ne pourrai aller y déguster les mets exquis que le commissaire s’enfile !!!

Là-dessus, pour noyer mon chagrin, il ne me reste plus qu’à me suicider en dégustant une pizza Buitoni à la bactérie E.coli, le tout recouverte de lazagnes hennissante de chez Findus (viande en provenance de Veviba, à Libramont ?) et en dessert, je me ferai une overdose de Kinder Surprise et autres Choco-Beurk de l’usine Ferrero d’Arlon, parfumés à la salmonelle.

Si avec tous ces scandales alimentaires, je ne trépasse pas, alors c’est que je suis costaude !

Un conseil, mangez du Montalbano, c’est bien plus sain ! Encore un roman qui chante la Sicile, avec des petites enquêtes intelligentes, surprenantes, agréables à lire, amusantes et remplie de poésie.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°201].

Les enquêtes de Frère Athelstan – 06 – Le Repaire des corbeaux : Paul Doherty

Titre : Les enquêtes de Frère Athelstan – 06 – Le Repaire des corbeaux

Auteur : Paul Doherty
Édition : 10/18 Grands détectives (2003)
Édition Originale : The House Of Crows (1995)
Traduction : Christiane Poussier et Nelly Markovic

Résumé :
En ce printemps 1380, l’heure n’est pas à la facilité pour le coroner de Londres, Sir John Cranston et son fidèle clerc, frère Athelstan.

Tandis que des paroissiens terrifiés prétendent qu’un démon rôde autour de St Erconwald en quête de victimes innocentes, le régent, Jean de Gand, fait appel à eux. Il a besoin d’argent pour poursuivre la guerre en France.

Mais les membres du parlement se montrent particulièrement rétifs – et l’assassinat de quelques représentants du comté de Shrewsbury n’arrange pas sa cause.

Il demande à Cranston de découvrir le criminel sinon il perdra toutes ses chances d’obtenir les taxes requises…

Critique :
Lorsque je suis malade, que je n’ai pas la forme, j’apprécie les lectures réconfort comme un Commissaire Montalbano ou un Frère Athelstan. Ce n’est pas la même chose, certes, mais je suis sûre de passer un bon moment.

J’avais le choix entre le soleil de la Sicile, sa bonne cuisine, la mer où l’on peut nager et le climat maussade de l’Angleterre, sa ville de Londres, en 1380, sa puanteur, le manque d’hygiène total, où l’on ne mange pas bien… Am Stam Gram et c’est Londres qui a été tirée au sort.

Pas grave, il y fait moche, on y pend les voleurs, on y éviscère les complotistes, les procès ne sont pas équitable, les rats sont de sortie, mais j’étais en excellente compagnie avec le frère Athelstan et le coroner Sir John Cranston.

Au programme, nous avons des disparitions de chats, un diable qui se promène dans la paroisse de St Erconwald et qui effraie tout le monde, un soldat de la Tour qui a disparu et des assassinats énigmatiques des représentants du comté de Shrewsbury.

Au parlement, qui n’est pas celui que nous connaissons de nos jours, le régent a rassemblé les communes : il a besoin de fric pour aller faire la guerre et s’enrichir un peu plus.

L’argent, sous le biais de taxes ou d’impôts, sont demandés aux riches (ah, tiens, pas con, ça !), qui, ensuite, les salopards, les récupère sur leurs serfs, leur demandant de travailler plus et de gagner moins (le contraire de la phrase à Sarko). Ben voyons ! Faut pas s’gêner !

Comme toujours, « C’est todi li p’tit qu’on spotche » (c’est toujours le plus petit que l’on écrase). Hélas, le plus pauvre, lui, il ne sait se retourner sur personne. Il bosse fort, il ferme sa gueule et surtout, il ne l’ouvre pas. Bizarrement, il y a un air de déjà vu…

Aux armes, les damnés de la terre. Ah, pardon, on me signale que le syndicalisme et le socialisme ne sont pas encore né. Anybref, le climat est plus tendu que la tcholle à Sifredi quand il tourne dans un film X. Les paysans voudraient vendre le fruit de leurs terres et ça grogne sur le régent qui pompe l’argent à tout va.

Ce que j’apprécie, dans les enquêtes de notre duo, c’est justement leur duo ! Entre Athelstan, effacé, homme de Dieu, sobre comme un moineau, intelligent et le coroner Cranston, grande gueule, assoiffé perpétuel, grand buveur, affamé non stop, gros, gras et aussi délicat qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine, ça marche à fond !

Une sorte de Sherlock Holmes, version robe de bure et un Watson version Depardieu hurlant qu’on lui apporte à boire. Détonnant, oui, mais un duo équilibré, qui s’apprécie, qui se respecte et qui se fait confiance.

L’époque troublé de 1380 est bien représentée aussi, sans pour autant que cela pèse sur le récit. La ville de Londres, sa crasse, ses miasmes, sa puanteur, ses déchets à l’air libre, tout ça est bien présent aussi et fait de la ville un personnage à part entière.

Les mœurs de l’époque sont présentes aussi, ce qui vous fait une immersion totale, les odeurs en moins (merci !). Le tout est parfaitement intégré au récit, ce qui en fait un ensemble homogène, équilibré.

Dans les romans, il y a toujours une enquête plus importante, plus longue, celle qui ne trouve sa résolution qu’à la fin, et des enquêtes, plus petites, qui semblent moins importantes, et que notre duo résout sur le côté, durant leurs pérégrinations.

Avant Athelstan, j’avais compris qui était le diable, j’avais résolu la disparition du soldat de la Tour, mais j’étais bien incapable de comprendre la disparition soudaine des chats, pourtant, les indices étaient bien là et je n’avais pas su les lire, comme je l’avais fait pour le diable et le disparu.

Pour les meurtres des représentants de Shrewsbury (un p’tit coucou à mon autre moine préféré, frère Cadfaël, pas à la même époque), je fus aveugle totalement et lorsque le coupable est révélé, j’en suis tombée de ma chaise. Excellent !

Une fois de plus, ce sixième opus des enquêtes de frère Athelstan est une réussite à tous les points de vue et il m’a remonté le moral.

Maintenant que j’ai passé un agréable moment en compagnie de mon duo de choc, à respirer l’horrible puanteur de la ville de Londres, à grogner devant les conditions de travail des pauvres gens, tandis que les nantis pètent dans la soie, je m’en vais aller soigner mon mal de gorge au soleil de Sicile et aller me faire exploser le ventre en mangeant avec le commissaire Montalbano !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°200].

Les Enquêtes Secrètes de Sherlock Holmes – Jack l’Egorgeur : Olivier Trouilhet [Par Dame Ida, Cobaye Officielle de Dame Belette]

Titre : Les Enquêtes Secrètes de Sherlock Holmes – Jack l’Egorgeur

Auteur : Olivier Trouilhet
Édition : Planches des Saluts (30/03/2022)

Résumé :
Voilà trois ans que Sherlock Holmes a disparu dans les chutes de Reichenbach en affrontant le professeur Moriarty.

Nostalgique, le docteur Watson se replonge dans ses publications des aventures de Holmes. Réalisant qu’il a beaucoup romancé la réalité, il décide de rendre hommage à son regretté ami en reprenant la plume pour dépeindre Holmes tel qu’il était vraiment.

En parcourant ses carnets remplis d’enquêtes inédites, son choix se porte sur les évènements survenus au cours de l’année 1888 lorsque le tristement célèbre Jack l’Égorgeur terrorisa Londres.

Watson nous fait ainsi découvrir Sherlock Holmes comme on ne l’a jamais vu, prétentieux, colérique, de mauvaise foi, radin, mauvais violoniste et piètre combattant, dans un affrontement sans merci avec l’ennemi public n°1.

L’Avis de Dame Ida :
Yes indeed ! C’est officiel maintenant. Quand Dame Belette, notre bien aimée hôtesse de ces lieux est débordée, il lui arrive parfois de me confier implicitement des missions périlleuses comme par exemple lui donner mon propre avis sur un livre qu’elle n’a pas encore eu le temps de lire… Pour l’aider à le positionner dans sa PAL.

Tout commence comme un pastiche de base : Holmes est supposé mort après sa chute dans les chutes du Reichenbach (alors que tout le monde sait qu’il a passé trois ans en cure dans un asile d’aliénés pour troubles délirants chroniques, ressassant en boucle l’histoire d’un complot planétaire imaginaire de brigands dirigé par un mort nommé Riarty que personne n’a jamais retrouvé ni vu – ça c’est mon hypothèse personnelle évidemment)…

Il y aurait d’autres thèses sur le grand hiatus, toutes plus honorables les unes que les autres pour cacher que Holmes est un peu zinzin… les solutions bonnes seulement à 7% n’aident jamais vraiment…), et Watson s’ennuie mortellement alors il ressort un vieux dossier sur lequel broder à la plume pour s’occuper.

Et bingo ! Ce vieux dossier concerne les meurtres commis à Whitechapel en 1888 par un certain Jack. Tout le monde se demandait depuis longtemps en effet pourquoi (Oui ! Franchement ! Pourquoiiiii !) Holmes n’était pas venu au secours de l’inspecteur Abberline pour coffrer ce grand criminel…

Et bien c’est parce qu’Abberline, frappé par la syphilis pour s’être investi trop profondément dans l’affaire des meurtres des périprostiputes de l’East End, a dû laisser la place à un Lestrade débordé et pas franchement futé qui ne pouvait rien faire sans Holmes.

Et peu à peu de fil en aiguille cachée dans une botte de foin, nous voilà embarqués dans la traque d’un Jack, rétrogradé au rang de simple égorgeur, alors qu’on se serait attendu à le voir promu par la postérité à celui d’éventreur, vu l’année énoncée. Mais peu importe ! Peu importe le gibier ! Ce qui prime c’est la chasse !

Une chasse étonnante… Ecrite dans un style que Watson nous annoncera plus dépouillé, plus recentré sur les faits et avec moins de fioritures stylistiques pour expliquer que nous n’y retrouverons pas la prose à laquelle le canon nous a habitués.

Evidemment, on comprendra vite que ce Jack, aux trousses duquel Holmes et consort se précipitent, n’est pas le fameux Éventreur. Les ripperologues distinguées que nous sommes savent bien qu’Elizabeth Stride (Long Liz ou Lucky Liz pour les cyniques) est la troisième victime de l’Éventreur, et qu’elle ne saurait être confondue avec l’Elizabeth Strike, trucidée en cinquième position, par l’Egorgeur pisté tout au long de ce texte…

Un texte concentré au format un peu bâtard de même pas une petite centaine de pages, qu’on ne saura s’il faut le qualifier de grosse nouvelle ou de petit roman… pétillant d’humour et de quiproquos, et où le personnage de Holmes nous semblera un peu différent de l’image policée qu’en donne habituellement le canon… Il paraîtra même quelque peu perché à certains moments.

Watson et Lestrade ne seront pas en reste… L’un est un satané gaffeur… L’autre est un idiot profond égratignant les expressions idiomatiques à qui mieux mieux, ravi d’avoir réussi en tout et pour tout au cours de l’année écoulée à réunir un chat perdu et sa maîtresse… Et passons sur Mrs Hudson, qui ne sera pas épargnée et qu’on nous présentera sourde comme un pot.

Généralement, je n’aime pas tellement voire pas du tout, que les pastiches ne respectent pas la psychologie des personnages canoniques. J’irais même jusqu’à dire que je déteste cela et mes précédentes critiques de pastiches vous ont déjà montré que je peux même être assez sévère et vindicative à ce sujet.

Et pourtant… Là… ça passe crème. Pourquoi ? Et bien parce que c’est clairement annoncé dès le départ avec une gaffe inaugurale (certes un peu grossière – l’impression de « déjà vu » en frappera plus d’un.e !) de Watson.

Dès le premier chapitre nous partons avec lui dans un pastiche comique, rigolo, marrant et iconoclaste (nan… ça n’est pas une insulte du Capitaine Haddock… Enfin si… Mais pas que… à la base ce n’est pas un gros mot !).

C’est quand le pastiche se prend au sérieux et ne remplit pas le cahier des charges qu’il mérite qu’on le charge. Quand on vous annonce du pastiche léger, sans honte et sans artifice on se laisse aller, on se laisse porter, et on s’amuse deux bonnes heures en sirotant un lapsang souchong entre deux shortbreads.

Enfin quand je dis léger… Je vais un peu vite… Certains gags pourront paraitre même un peu lourd, gras, gros ou grotesques. Certaines expressions, certains exemples, certaines métaphores n’auront pas grand-chose de victorien, fleurant bon l’anachronisme…

Et l’auteur n’a pas peur de jouer avec la vulgarité la plus trash si ça peut paraître drôle (Et oui… comment s’appelle la périprostipute de la page 30 ? Lily Lapipe ! Si… Si… il a osé ! Quant au médecin légiste il portera bien son nom pour ceux qui savent assez d’anglais pour le traduire… et je vous en passe quelques autres bien rigolotes pour ne pas spoiler). Bref, on ne fait pas dans la dentelle!

Puristes et mijaurées sont priés de passer leur chemin. Et quand on a compris que ces quelques pages sont sans autres prétentions que de divertir le lecteur, on passe l’éponge bien volontiers sur les libertés qu’a pris l’auteur avec le canon pour nous faire pouffer, pour nous faire nous gausser, pour nous faire ricaner, sourire, marrer, rigoler et se tordre les cotes.

Ce livre n’est pas sans me rappeler « Elémentaire mon cher Lock Holmes », un fameux film comique truffé de gags potaches mais bon enfant où Holmes n’est que le prête nom gaffeur et idiot d’un Watson qui résout les énigmes en voulant rester dans l’anonymat…

Evidemment les intrigues sont différentes, mais l’esprit est le même. Si vous avez aimé ce film, vous aimerez ce livre.

Anybref, j’ai passé un très bon moment de distraction en lisant ce pastiche qui n’est certes pas le chef d’œuvre du genre pour les sherlockiens diplômés et autres amateurs du canon, mais qui a le mérite de ne pas prétendre avoir des qualités qu’il n’a pas et qui assume résolument et avec une réussite certaine, sa dimension franchement comique.

PS : Evidemment on ne pourra pas pardonner (mais si! je déconne!) à l’auteur la bourde honteuse et invraisemblable, que dis-je, l’hérésie dramatique de la page 50, où Holmes ose tremper sa tartine (déjà la tartine, c’est belge ! Pas anglais !) dans son thé !

Un bon anglais ne saurait commettre de pareil sacrilège ! Même si le toast est à la marmelade et chante « God Save The Queen » et Rules Britania en même temps ! En Grande Bretagne, voire dans tout le Commonwealth, on ne fait pas trempette ! C’est mal ! C’est tabou ! C’est un coup à se voir déchoir de sa nationalité ! Epicétou ! 😀

 

Le Mois Espagnol (et Sud Américain) chez Sharon – Mai 2022

Revoici déjà le mois de Mai et son merveilleux Mois Espagnol ! ¡Olé! Ou plutôt le Mois Lusophone, puisque l’Amérique du Sud entre dans la danse aussi, ainsi que le Portugal.

C’est toujours l’occasion pour moi de sortir de ma PAL des auteurs moins connus, moins lus, de découvrir d’autres univers littéraires, des romans noirs plus sombres, d’aller parfois titiller les cartels, les dictatures, de remuer les horreurs du passé (parfois toujours présentes).

Au début, je devais fouiller pour trouver des auteurs lusophones, plus maintenant. Au fil de l’année, dès que je repère un auteur qui peut entrer dans le challenge de Sharon, je l’épingle dans une liste sur Livraddict et il ne me reste plus qu’à la sortir en format Excel.

De même, si avant je n’avais aucune idée pour des bandes dessinées lusophones, depuis l’année dernière, j’en ai trouvé assez bien aussi, surtout dans les comics.

Puisque pour valider une chronique, il suffit que le dessinateur soit lusophone, ne vous étonnez pas de voir passer des comics Marvel ou DC…

La seule chose qui m’énervait, c’est que je n’avais pas trouvé LA lecture qui ferait le pont entre le Mois Espagnol et le Mois Anglais !

Il me fallait trouver un auteur lusophone dont l’action du roman se déroulerait en Angleterre, ou bien un auteur Anglais dont l’action se passerait en Espagne, Amérique du Sud, Portugal, ou, la bédé/le comics qui aurait eu son auteur et son dessinateur avec des nationalités concernées par les deux challenges. Et nom de Zeus, je ne trouvais pas !

Jusqu’à ce que, en repassant ma liste en revue, je tombe sur « Le choix du Roi – 01 – Première trahison » ! Un auteur espagnol et une histoire qui se déroule en Angleterre, en 1936, avec Édouard, prince de Galles et la fameuse Wallis Simpson ! Bingo, voilà ce qui commencera mon Mois Anglais et clôturera mon Mois Espagnol !

Rassurez-vous (surtout toi, Sharon), je ne lirai jamais tout ça ! Juste que j’ai maintenant une super très haute PAL et que j’ai fait des razzias dans les bouquineries, après avoir braqué la banque, bien entendu.

Dans cette liste, j’ai copié/collé les romans lusophones que je n’avais pas lus les autres années, puis j’ai ajouté les nouveaux entrés dans ma biblio, ainsi que ceux que je pouvais emprunter.

J’ai inscrit les nationalités des auteurs (en rouge) et si l’auteur n’était pas lusophone, j’ai inscrit (en turquoise), l’endroit où se déroulait l’action.

Que la fiesta commence !

Romans dans lesquels je vais piocher :

  1. 1977 : Guillermo Saccomanno (Argentine)
  2. Le silence de la ville blanche – Trilogie ville blanche 01 : Eva García Sáenz de Urturi (Espagne)
  3. Aurel le consul – 05 – Notre otage à Acapulco : J-C Rufin (Mexique)
  4. Haine : Fajardo José Manuel (Espagne)
  5. Les Tourments : Hasbún Rodrigo (Bolivie)
  6. La Villa des mystères : Andahazi Federico (Argentine)
  7. Quatorze crocs : Solares Martin (Mexique)
  8. Pleines de grâce : Cabezón Cámara Gabriela (Argentine)
  9. Les Vilaines : Sosa Villada Camila (Argentine)
  10. Le cycliste de Tchernobyl : Sebastian Javier (Espagne)
  11. Je suis l’hiver : Romero Ricardo (Argentine)
  12. Argent brûlé : Piglia Ricardo (Argentine)
  13. Indomptable : Hernández Pacín Vladimir (Cuba)
  14. La vague arrêtée : Méndez Guédez Juan Carlos (Venezuela)
  15. Les terres dévastées : Monge Emiliano (Mexique)
  16. L’ultime secret de Frida K. : Leon Gregorio (Espagne)
  17. La Vierge du Mal : Paz Soldan Edmundo (Bolivie)
  18. Condor : Férey Caryl (Chili)
  19. Le dernier paradis : Garrido Antonio (Espagne)
  20. Caton – 02 – Le retour du Caton : Asensi Matilde (Espagne)
  21. Retour à Managua – Dolores Morales 02 : Ramirez Sergio (Nicaragua)
  22. La nuit du décret : Michel del Castillo (Catalogne)
  23. Avril rouge – Félix Chacaltana 01 : Roncagliolo Santiago (Pérou)
  24. La peine capitale – Félix Chacaltana 02 : Santiago Roncagliolo (Pérou)
  25. La mauvaise herbe : Martinez Agustin (Espagne)
  26. Confiteor : Cabré Jaume (Espagne)
  27. Monstres à l’état pur : Molfino Miguel Angel (Argentine)
  28. La Tour de guet : Matute Ana Maria (Espagne)
  29. Reine Rouge : Gomez-Jurado Juan (Espagne)
  30. Casino amazonie : Augusto Edyr (Brésil)
  31. Berta Isla : Marias Javier (Espagne)
  32. Les rêves qui nous restent : Boris Quercia (Chili)
  33. Ombres portées : Neumann Ariana (Venezuela)
  34. La Révolte du Sonora : Pelot Pierre (Mexique)
  35. Cochrane vs l’Ordre des Catacombes – Cochrane 02 : Villarroel (Chili)
  36. Cochrane vs. Cthulhu – Cochrane 01 : Villarroel Gilberto (Chili)
  37. Cent ans de solitude : Gabriel Garcia Marquez (Colombie)
  38. Les soldats de Salamine : Cercas Javier (Espagne)
  39. Le monarque des ombres : Cercas Javier (Espagne)
  40. Terra Alta – 01 : Cercas Javier (Espagne)
  41. Pandore au Congo : Sànchez Piñol Albert (Espagne)
  42. Les révoltés de Cordoue : Falcones Ildefonso (Espagne)
  43. Je ne suis pas un monstre : Chaparro Carme (Espagne)
  44. Mort sur le Tage : Garcia Rosado Pedro (Portugal)
  45. La valse des tulipes : Martin Ibon (Espagne)
  46. Les loups-garous d’Argentine : Wulc Jérémy (Argentine)
  47. La caverne des Idées : Somoza José Carlos (Espagne)
  48. L’Histoire d’Horacio : González Tomás (Colombie)
  49. Les voix du Pamano : Cabré Jaume (Espagne)
  50. Barcelona : Sánchez Pardos Daniel (Espagne)
  51. Femmes de l’ombre : Bryan Helen (Andalousie)
  52. Table du roi Salomon – Corps royal des quêteurs 01 : Manglano (Espagne)
  53. Le temps de la haine – Bruna Husky 03 : Montero Rosa (Espagne)
  54. Le Poids du coeur – Bruna Husky 02 : Montero Rosa (Espagne)
  55. Welcome to Harmony : Garduno Juan de dios (Espagne)
  56. Bioy : Diego Trelles Paz (Pérou)
  57. Taxi : Zanon Carlos (Espagne)
  58. La transparence du temps – Mario Conde 09 : Padura Leonardo (Cuba)
  59. À tombeau ouvert : Argemi Raúl (Argentine)
  60. La stratégie du pékinois : Ravelo Alexis (Espagne)
  61. Ombre de l’ombre : Taibo II Paco Ignacio (Mexique)
  62. Jours de combat : Taibo II Paco Ignacio (Mexique)
  63. Les hommes t’ont fait du mal – Perro Lascano 03 : Mallo Ernesto (Argentine)
  64. Le silence des cloîtres : Giménez-Bartlett Alicia (Espagne)
  65. Un doux parfum de mort : Arriaga Guillermo (Mexique)
  66. Le jeu de l’ange – Cimetière livres oubliés 02 : Ruiz Zafón Carlos (Espagne)
  67. Prisonnier du ciel – Cimetière livres oubliés 03 : Ruiz Zafón Carlos (Espagne)
  68. La dame de cachemire – Méndez 04 : González Ledesma (Espagne)
  69. Le gardien invisible – Amaia Salazar 02 : Redondo Dolores (Espagne)
  70. La face nord du cœur – Amaia Salazar 01 : Redondo Dolores (Espagne)
  71. Le dernier pape – Complots au Vatican 01 : Rocha Luis Miguel (Portugal)
  72. Tapas nocturnes – Diego Martín 00 : Fernandez Marc (Espagne)
  73. Bandidos – Diego Martín 03 : Fernandez Marc (Espagne)
  74. Des morts bien pires : González Ledesma (Espagne)
  75. Un nom de torero : Sepúlveda Luis (Chili)
  76. Des hommes en noir : Gamboa Santiago (Colombie)
  77. Je reste roi d’Espagne : Salem Carlos (Argentine)
  78. Par-delà la pluie : Víctor del Arból (Espagne)
  79. Le poids des morts : Víctor del Arból (Espagne)
  80. La veille de presque tout : Víctor del Arból (Espagne)
  81. La maison des chagrins : Víctor del Arból (Espagne)
  82. Monteperdido : Martinez Agustin (Espagne)
  83. Le gardien de la Joconde : Fernandez Diaz Jorge (Argentine)
  84. Le Mauvais Chemin : Santiago Mikel (Espagne)
  85. Pluie des ombres – Don Chepe 02 : Quiros Daniel (Costa Rica)
  86. Le manuscrit de Birkenau – Auschwitz 02 : J.R. dos Santos (Portugal)
  87. Le ghetto intérieur : Amigorena Santiago H. (Argentine)
  88. Nostromo : Conrad Joseph (Amérique latine)
  89. Les voix du Pamano : Cabré Jaume (Espagne)

Bédés ou comics à lire :

  1. Les méchants de l’Histoire – 03 – Torquemada : Bernard Swysen et Marco Paulo (Espagne)
  2. À l’ombre du convoi 01 – Le poids du passé : Toussaint  et Beroy (Espagne)
  3. À l’ombre du convoi 02 – L’espoir d’un lendemain : Toussaint/ Beroy (Espagne)
  4. Bouncer – 03 – La justice des serpents : Jodorowsky Alejandro (Chili) et Boucq
  5. Héraclès – T2 – Les Douze Travaux : Ferry, Bruneau et Duarte (Espagne)
  6. Héraclès – T3 – L’apothéose du Demi-Dieu : Ferry et Duarte (Espagne)
  7. Justice League – New Justice 01 – La Totalité : Snyder, Tynion IV, Janín Mikel (Espagne) et Jiménez (Espagne)
  8. Justice League – New Justice, 03 – Retour au mur source : Snyder, Tynion VI, Sampere (Espagne), Ferry Pasqual (Espagne)
  9. La guerre des mondes – T01 : Cifuentes Vicente (Espagne) et Dobbs
  10. La guerre des mondes – T02 : Cifuentes Vicente (Espagne) et Dobbs
  11. Lazarus – 01 – Pour la famille : Rucka Greg, Lark et Arcas Santiago (Espagne)
  12. Aventuriers du Transvaal – 01 – L’or de Kruger : Bartoll (Espagne) et Köllé
  13. Mac Coy – Intégrale 01 : Hernandez Palacios Antonio
  14. Mafalda – 04 – La bande à Mafalda  : Quino (Argentine)
  15. Mafalda – 05 – Le monde de Mafalda : Quino (Argentine)
  16. Manos Kelly – 02 – La montagne d’or : Hernandez Palacios Antonio (Espagne)
  17. Solo – 01 – Les survivants du chaos : Martin Oscar (Espagne)
  18. Superman Rebirth – 02 – Au nom du père : Tomasi et Jiménez (Espagne)
  19. Superman Rebirth – 03 – Mes doubles et moi : Tomasi et Jiménez (Espagne)
  20. Superman/Batman (Urban) 02 : Loeb, McGuiness et Pacheco Carlos (Espagne)
  21. Waluk – 02 – La route du Grand Chien : Ruiz Emilio (Espagne) et Miralles (Espagne)
  22. Héraclès – 02 – Les Douze Travaux : Bruneau et Carlos Rafael Duarte (Brésil)
  23. Héraclès – 03 – L’apothéose du Demi-Dieu : Ferry, Bruneau et Carlos Rafael Duarte (Brésil)
  24. Tex – 01 – Flammes sur l’Arizona : Nizzi et Victor De La Fuente (Espagne)
  25. Amazonie – 01 (Kenya, saison 3) : Leo, Rodolphe et Bertrand Marchal (Brésil)
  26. Amazonie – 02 (Kenya, saison 3) : Leo, Rodolphe et Bertrand Marchal (Brésil)
  27. Fawcett – Les cités perdues d’Amazonie : Dorison, Bocci et Clot (Am. du Sud)
  28. Écoute, jolie Márcia : Quintanilha Marcello (Brésil)
  29. Le serpent et la lance – 01 – Ombre-Montagne : Hub (Empire aztèque)
  30. Le serpent et la lance – 02 – Maison-vide : Hub (Empire aztèque)
  31. Justin Hiriart – Intégrale : Harriet Gregorio et Fructuoso Francisco (Espagne)
  32. Dragons de la frontière – 01 – La piste de Santa Fé : Gregorio et Ivan (Esp)
  33. Juarez : Sergeef Nathalie et Rouge Corentin (Ciudad Juarez)
  34. Le convoi – T01 & 02 : Lapière Denis et Torrents Eduard (Espagne)
  35. [REC] Histoires inédites : Balaguero, Plaza Paco et Migoya Hernàn (Espagne)
  36. Wolverine – Season One : Acker Ben, Blacker Ben et Espin Salva (Espagne)
  37. Zachary Holmes – 01 – L’affaire du monstre : Trillo et Bobillo Juan (Argentine)
  38. Wolverine – Saudade  : Morvan Jean-David et Buchet Philippe (Brésil)
  39. Hombre : Wiechmann Peter et Méndez Rafael (Espagne)
  40. Wolverine – La Longue Nuit : Percy Benjamin et Takara Marcio (Brésil)
  41. Les guerres de Zeus : Ferry, Bruneau et Carlos Rafael Duarte (Espagne)
  42. Fatty – Le premier roi d’Hollywood : Frey Julien et Nadar
  43. Les guerres silencieuses : Martin Jaime
  44. Gardiens de la Galaxie – 02 – C’est là qu’on tiendra : Ewing Al, Takara Marcio (Brésil) et Cabal Juann
  45. Maxence – 01 – La sédition Nika : Sardou Romain et Duarte (Espagne)
  46. Reines de sang – Isabelle – La Louve de France 01/02 : Gloris et Calderón (Espagne)
  47. Reines de sang – Catherine de Médicis – La reine maudite 01 : Delalande, Mogavino et Gomez (Argentine)
  48. Les Voies du Seigneur – 02 – 1119 – Miles Christi : David, Lassablière et Jaime Calderón (Espagne)
  49. Z comme Don Diego – 02 – La loi du marché : Fabcaro et Erre Fabrice
  50. Printemps noir, d’après le témoignage d’Alejandro Gonzalez Raga :  Humeau, Emery et Alejandro González Raga (Cuba)
  51. Roi des Mapuche – 01 – La traversée des vastes pampas : Dabitch  et Dumontheuil (Patagonie)
  52. Roi des Mapuche – 02 – Au royaume de Wallmapu : Dabitch Christophe et Dumontheuil Nicolas (Patagonie)
  53. Howard P. Lovecraft – Celui qui écrivait dans les ténèbres : Nikolavitch, Benitez Gervasio (Argentine), Aon Carlos et Lee Lara
  54. Cauchemars de Lovecraft – L’Appel de Cthulhu et autres récits de terreur : Lalia Horacio (Argentine) et Lovecraft H. P.
  55. Avengers – La Rage d’Ultron : Remender, Pepe Larraz (Espagne) et Opeña
  56. La vampire de Barcelone : Parra Angel (Chili), Gonzalez Jandro et Ledesma Ivan (Espagne)
  57. Les guerres silencieuses : Martin Jaime (Espagne)
  58. Deadpool – 01 : Longue vie au roi : Thompson, Sandoval (Mexique) et Libranda
  59. Malgré tout : Lafebre Jordi (Espagne)
  60. Civil War II Extra – 01 : Abnett, Laiso Emilio et Romero Leonardo (Brésil)
  61. Civil War II Extra – 02 : Ortiz Ricardo Lopez (Porto-Rico) et Marzán Jr. José
  62. Civil War II Extra – 03 : Soule, Pacheco Carlos (Espagne) et Jacinto
  63. Carnets de Darwin – 01 – L’oeil des Celtes : Runberg et Ocaña (Espagne)
  64. Loup de Pluie – 01 / 02 : Dufaux et Pellejero Rubén (Espagne)
  65. Ils ont fait l’Histoire – 06 – Gengis Khan : Filippi, Garcia Manuel (Espagne) et Favereau Marie
  66. Le choix du Roi – 01 – Première trahison : Bartoll (Espagne) et Marinière
  67. Choix du Roi – 02 – Manipulation de boudoir : Bartoll (Espagne) et Marinière
  68. Amargo – 01 – Le bal des vautours : Victor de La Fuente (Espagne)
  69. Barrio : Giménez Carlos (Espagne)
  70. Ramiro – 01 – Le Bâtard : Stoquart Jacques et Vance William (Castille)
  71. Le temps des humbles – Chili 1970/1973 : Frappier Désirée et Alain (Chili)

Trilogie d’une Nuit d’Hiver – 03 – L’hiver de la sorcière : Katherine Arden [LC avec Bianca]

Titre : Trilogie d’une Nuit d’Hiver – 03 – L’hiver de la sorcière

Auteur : Katherine Arden
Éditions : Denoël Lunes d’encre (2020) / Folio SF (2021)
Édition Originale : Winternight, book 3: The Winter of the Witch (2019)
Traduction : Jacques Collin

Résumé :
Moscou se relève difficilement d’un terrible incendie. Le grand-prince est fou de rage et les habitants exigent des explications. Ils cherchent, surtout, quelqu’un sur qui rejeter la faute. Vassia, avec ses étranges pouvoirs, fait une coupable idéale.

Parviendra-t-elle à échapper à la fureur populaire, aiguillonnée par père Konstantin ? Saura-t-elle prévenir les conflits qui s’annoncent ?

Arrivera-t-elle à réconcilier le monde des humains et celui des créatures magiques ? Les défis qui attendent la jeune fille sont nombreux, d’autant qu’une autre menace, bien plus inquiétante, se profile aux frontières de la Rus’.

Critique :
J’attendais avec impatience que l’on termine la lecture de cette trilogie, tant je voulais connaître la suite des mésaventures de la jeune Vassia.

Dans le tome deux, nous l’avions laissée en fâcheuse position. Le suspense était présent et il est toujours préférable de ne pas traîner dans la lecture des trilogies dont l’histoire se suit.

Je ne ferai pas durer le suspense plus longtemps : je n’ai pas été déçue de ma lecture, ni du final gigantesque que nous a offert l’autrice.

J’avais apprécié le folklore Rus’, ses légendes, ses contes, ses tchiorti, ses démons et regretté qu’ils soient moins présent dans le deuxième tome. Chouette, ils étaient de retour, en force, dans le dernier tome, qui se trouve être aussi le plus mature, le plus sombre.

Vassia n’est plus la petite fille que nous avons rencontré dans le premier tome, ni la jeune fille rebelle du deuxième, qui était encore un peu capricieuse, un peu gamine, qui manquait de maturité. Ici, elle a grandi dans sa tête, elle sait ce qu’elle veut, elle sait ce qu’il faut faire, sera moins téméraire, réfléchira un peu plus aux conséquences de ses actes, même si elle aura de nombreux doutes et se demandera si la voie qu’elle est en train de suivre ne causera pas sa perte.

L’autrice a bien mené sa barque, en tout cas, et le niveau n’a pas baissé au fil des tomes, que du contraire, les personnages ont grandi, pris de l’ampleur, ont changé, nous ont montré une facette inattendue de leur personnalité profonde. Deux personnages surtout m’ont surpris là où je ne les attendais pas.

J’avoue avoir eu peur à un moment donné, quand Vassia affrontera l’Ours une nouvelle fois, car cela se terminait un peu trop vite à mon goût. Femme de peu de foi, que j’étais (chat souvent échaudé craint l’eau froide, en même temps) : le final sera vraiment à la hauteur de toute la trilogie !

En plus d’être addictif, de posséder des personnages intéressants, ni tout à fait blancs, ni tout à fait noirs (pour certains, ont hésitera jusqu’au bout), de parler de religion sans rien oublier de tout ce qu’elle peut impliquer (apaisement, haine, domination, pouvoir, superstitions), le récit se base aussi sur des le folklore Rus’ et sur des faits historiques. La bataille qui a lieu est véridique.

Certains des personnages évoluant dans ce récit ont existé. Voilà de quoi ajouter de la valeur à cette trilogie qui n’en manquait pas.

Une trilogie fantastique qui met bien en valeur le folklore de la Rus’, ses démons, ses croyances, la nouvelle foi qui progresse rapidement et qui relègue les anciennes croyances, celles du monde de l’invisible, aux rangs des fadaises à ne plus pratiquer. Le récit n’est jamais ennuyant, toujours intéressant et les personnages prendront de l’épaisseur en évoluant dans l’histoire.

Avec un final plus que réussi, qui amène les personnages là où ils le souhaitaient (et qui est leur place légitime), on peut classer cette saga dans les réussies et dans celles que je ne regrette pas d’avoir lues. Je suis même un peu triste de laisser les personnages poursuivre leur vie sans moi.

Merci à ma copinaute Bianca de m’avoir proposé cette trilogie en LC. Elle non plus n’est absolument pas déçue de cette découverte.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°199].

Les Mots immigrés : Erik Orsenna et Bernard Cerquiglini

Titre : Les Mots immigrés

Auteurs : Erik Orsenna et Bernard Cerquiglini
Édition : Stock (02/02/2022)

Résumé :
À l’heure où revient le débat sur l’identité, avec des opinons opposées de plus en en plus violentes, Erik Orsenna a voulu, par la voie du conte commencée avec sa Grammaire est une chanson douce, raconter l’histoire de la langue française.

Pour une telle ambition, le savoir lui manquait. Bernard Cerquiglini, l’un de nos plus grands linguistes et son ami de longue date, a bien voulu lui apporter ses lumières aussi incontestées que malicieuses.

Et nous voilà partis, deux millénaires en arrière, chez nos ancêtres les Gaulois dont les mots sont bientôt mêlés de latin, puis de germain. Avant l’arrivée de mots arabes, italiens, anglais… Un métissage permanent où chaque langue s’enrichit d’apports mutuels.

Jusqu’à ce que déferle une vague de vocables dominateurs nés de la mondialisation économique et inventés pour son service. Ce globish aura-t-il raison de la diversité linguistique, aussi nécessaire à nos vies que cette biodiversité dont nous avons appris à reconnaître l’importance capitale, et la fragilité ?

Et si les mots immigrés, c’est-à-dire la quasi-totalité des mots de notre langue, s’ils décidaient de se mettre un beau jour en grève ? Ce jour-là, les apôtres de cette illusoire pureté nationale deviendraient muets. Il n’est pas interdit d’en rêver…

Critique :
Lorsque ma nièce (2 ans même pas et demi), me parlera de son « bogan » (comprendre « toboggan »), je pourrai lui glisser que le mot est d’origine algonquine (en espérant qu’elle n’entende pas kikine).

Bon, pas sûre que ça l’intéresse grandement, mais ce n’est pas grave, j’aurais enrichi son petit cerveau à ma manière, comme j’ai enrichi le mien en lisant ce drôle de petit livre.

Imaginez, à l’heure où des candidats à l’élection présidentielle ont fait leur campagne sur le rejet des autres, sur l’exclusion des étrangers, sur le fait qu’il fallait revenir à nos origines gauloises (purée, quel retour en arrière), imaginez que tous les mots d’origine étrangère se mettent en grève et que ces gens ne puissent plus les employer. Les voici muets ! On peut rêver, non ?

Je me suis vraiment amusée à lire ce petit livre, qui a égayé ma journée et rempli un peu plus mon petit cerveau. Je connaissais l’étymologie de certains mots, car c’est un plaisir de découvrir l’origine des mots, mais j’en ai appris bien d’autres.

La fable des auteurs est gentille, ça pique un peu, mais pas trop. Ils auraient pu être plus cyniques, plus caustiques, mais ils sont resté dans le registre du conte amusant et c’était une bonne idée.

Les mots deviennent des personnages c’est Indigo qui va convoquer les mots purement gaulois en entrée de débat, nous expliquant l’origine de certains mots, nous rappelant que les Celtes n’étaient pas les premiers sur ce territoire qui n’était pas encore la France que l’on connait.

Transformer des mots en personnages étaient une bonne idée et Indigo poursuivra l’Histoire de la langue française, qui a emprunté bien des mots aux autres, les transformant un peu, qui en a donné (aux Anglais, par exemple), qui les a vu revenir transformé, les adoptant ensuite.

Les mots sont voyageurs, ils bougent, ils se transforment dans les bouches de ceux qui s’en accaparent, puis poursuivent leur route. Il est dit, dans le roman, qu’entre la France et l’Angleterre, c’était un véritable ping-pong des mots.

Les langues ne sont pas appelées à être figées, des mots nouveaux doivent venir l’enrichir, d’autres disparaissent, changent de signification, c’est ce qui en fait une langue vivante. Il n’est rien de pire qu’une langue qui se meurt faute d’avoir des gens pour la parler, la comprendre.

Après cette lecture, je me suis couchée moins bête. Tiens, j’ai même appris, dans la partie consacrée aux patois locaux, que les Français ne connaissaient pas le terme « pause carrière », très utilisé chez nous, en Belgique (vous devriez l’adopter !).

Voilà donc un petit roman bien fait, drôle, sympathique, qui rend plus intelligent (ou plus cultivé) et qui, au travers d’une fable avec les mots, aborde un sujet important : la xénophobie, le rejet de l’autre, le racisme.

Un ami m’avait dit un jour que ceux qui voulaient mettre dehors les étrangers oubliaient une chose importante : que c’était avant tout des consommateurs ! Ben oui, ils travaillent et quand bien même ils toucheraient de l’argent à ne rien faire, cet argent repasse illico presto dans le système, puisque tout est dépensé dans le coin, faisant vivre des commerçants. L’argent doit circuler pour faire de la richesse.

Autre chose, ici, ce sont les mots d’origine étrangère qui se mettent en grève, mais que se passerait-il, demain, si toutes les personnes d’origine étrangère, se mettaient en grève du travail ? Plus de métros circulant à Bruxelles (à Paris, je ne sais pas), plus de poubelles ramassées, plus de taxis (ou si peu), plus de livraisons, plus d’épiceries ouvertes, et j’en passe… Ce serait une catastrophe sans nom.

Faudrait peut-être que certains y pensent, avant de parler à tort et à travers… La crise de la covid nous a démontré que nous avions besoin de gens qui livrent les marchandises, des caissières, de ceux qui s’occupent des déchets, du personnel de soin (hôpitaux comme dans les homes – EHPAD chez vous)…

Bref, de ceux qui bossent dans des fonctions qui ne sont pas mises en valeur, mal rémunérées. Des types comme les Carlos Ghosn ne nous ont servi à rien, dans cette pandémie. Pensons-y…

 

Abîmes : Sonja Delzongle

Titre : Abîmes

Auteur : Sonja Delzongle
Édition : Denoël – Sueurs froides (09/02/2022)

Résumé :
Janvier 1999. Viktor Mendi, un homme d’affaires, et son épouse s’écrasent avec leur avion de tourisme dans le massif pyrénéen du Mont-Perdu, à la frontière franco-espagnole.

Vingt-quatre ans plus tard, leur fils, Antoine, arrive dans la région. Auparavant en fonction chez les chasseurs alpins, il vient d’obtenir sa mutation dans la gendarmerie du village natal de son père.

Très vite, sa supérieure, la redoutable capitaine Elda Flores, comprend que sa nouvelle recrue lui cache quelque chose. Quel secret obsède Antoine ? D’où lui vient cette défiance envers les habitants du village ?

Quels liens entretient-il avec la communauté qui vit en autarcie dans la forêt voisine, et notamment avec la mystérieuse Miren ?

Lorsqu’un berger découvre dans son pré sept bonhommes de neige disposés autour du message « Ont vous auras », tracé dans la poudreuse, le village est saisi d’effroi.

Critique :
Sur le bandeau-titre, il est écrit « Sonja Delzongle au sommet ». Oui, au sommet de la montagne.

Une fois de plus, je ressort mitigée de ma lecture d’un roman de cette autrice, comme c’est souvent le cas (hormis avec Boréal). Il y a du bon, mais aussi des choses qui m’ont un peu écorchés au passage.

Passons en revue ce qui a moins bien été avant de passer à ce que j’ai apprécié, me laissant le cul entre deux chaises sur mon ressenti.

Tout d’abord, les personnages qui habitent dans un village retiré, près de Bagnères-de-Bigorre, dans les Hautes-Pyrénées, non loin de la frontière espagnole. Les portraits sont brut de décoffrage, sans nuances.

Cela m’a donné l’impression que le berger Mathias était un gros rustre (notamment dans sa manière de prendre son épouse, par devant, par derrière, sans demander si elle a envie), assez violent, n’hésitant pas à assommer une jeune fille et à l’abandonner dans la neige…

La ruralité en prend plein la gueule, comme si nous avions affaire à des Cro-Magnon. Notamment avec cet autre berger qui, découvrant une jeune fille endormie dans sa grande, baisse déjà son froc pour la violer, bâton de berger pointé en avant. Hé ben…

N’oublions pas un homme qui a tout du pédophile, une communauté qui vit à l’écart, tel des Hommes des bois, un adulte qui a encore son ami imaginaire et une personne qui, sous le coup de la culpabilité, se flagelle tous les soirs. Heu ? Pas de soucis le lendemain pour s’habiller, s’appuyer sur un chaise, sur le siège de la voiture, pour se mouvoir ? Ben non.

Les portraits étaient sans concession aucune, trop chargés, comme si tous les tarés s’étaient donné rendez-vous dans ce petit village et comme si le malheur avait installé une succursale dans ce petit village, tellement on va y mourir. Les personnages de Game Of Thrones ont de la concurrence.

Certaines choses s’éclairciront ensuite dans mon esprit, au fil du récit, malgré tout, trop de morts, trop de malheur, trop de violences, trop de personnages vils, ça flingue un récit. Trop est l’ennemi du mieux.

L’autrice sait pourtant y faire pour décrire les lieux, les atmosphères : dans ce roman, la montagne, elle vous gagne vraiment ! J’avais beau lire au soleil, je marchais dans la neige, chaussée de raquettes. C’est une des raisons pour laquelle j’apprécie les romans de cette autrice : les atmosphères ont de la gueule !

Ce thriller est addictif, en plus. Bourré de mystères, bourré de suspense, sans vraiment de temps morts, il se dévore plus qu’il ne se lit, tant on a envie de connaître le fin mot de l’histoire qui a commencé avec un suicide en avion et s’est poursuivit, 20 ans après, avec des bonhommes de neige inquiétant (qui ne feront pas flipper le village).

Si certains portraits s’éclairciront au fil du récit, d’autres s’obscurciront, entraînant les lecteurs (et les enquêteurs) dans un maelstrom de confessions, de témoignages, de fausses-pistes, d’erreurs, d’aventures un peu folles et de nombreux twist. Ça twiste beaucoup et pourtant, on n’est pas à Saint-Tropez.

Et la bât a de nouveau blessé. Trop c’est trop. Si comme moi, vous en déduisez un premier, puis que vous aussi, vous rectifiez votre tir avant la gendarme enquêtrice, pas de panique, il restera encore assez de twist que pour vous étourdir, et ce, jusqu’au dernier moment.

Trop de rebondissements tuent les rebondissements. Il y a tellement de fausses pistes, avant d’arriver à la solution finale, qu’il y a moyen de perdre le fil des infos. Tout le monde sera suspecté, tout le monde passera sur la sellette, à tel point qu’à la fin, le nom du coupable d’imposera facilement puisque ce sera le seul à ne pas avoir été soumis aux interrogatoires : le chien !

Malgré tout, il faut reconnaître (et rendre à César) que Sonja Delzongle maîtrise de bout en bout son récit, qu’elle sait tenir le public en haleine, distiller des infos (fausses ou vraies) afin de maintenir la pression sous la bouilloire du suspense, transformant le lecteur en une boule de flipper qui va aller se cogner dans tous les sens.

Ai-je aimé ma lecture ? Oui, absolument, elle était addictive, intrigante, intéressante, mouvementée et ne m’a pas laissé beaucoup de répit. Mais…

J’ai eu l’impression de déguster un dessert, qui aurait été excellent, si on ne l’avait pas recouvert de toute cette chantilly, de sucre, de chocolat, le rendant un peu lourd et indigeste, finalement, tant les retournements de situation sont nombreux. À la fin de ce roman, j’ai dû réfléchir, afin d’être sûre d’avoir tout bien compris qui était qui, qui avait quoi, comment et pourquoi.

Un thriller original, avec du potentiel, un suspense de dingue, des révélations en cascade, où le mystère est épais comme un smog londonien, mais un super récit caché sous de trop nombreuses couches.

Dommage, mais cela ne m’empêchera pas de lire les prochains romans de l’autrice afin d’y trouver ce que j’aime et de soupirer sur ce qui lme plaît moins.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°198].

Vivre avec nos morts : Delphine Horvilleur

Titre : Vivre avec nos morts

Auteur : Delphine Horvilleur
Édition : Grasset (03/03/2021)

Résumé :
À travers onze chapitres, Delphine Horvilleur superpose trois dimensions, comme trois fils étroitement tressés : le récit, la réflexion et la confession.

Le récit d’ une vie interrompue (célèbre ou anonyme), la manière de donner sens à cette mort à travers telle ou telle exégèse des textes sacrés, et l’évocation d’une blessure intime ou la remémoration d’un épisode autobiographique dont elle a réveillé le souvenir enseveli.

Nous vivons tous avec des fantômes : « Ceux de nos histoires personnelles, familiales ou collectives, ceux des nations qui nous ont vu naître, des cultures qui nous abritent, des histoires qu’on nous a racontées ou tues, et parfois des langues que nous parlons. »

Les récits sacrés ouvrent un passage entre les vivants et les morts. « Le rôle d’un conteur est de se tenir à la porte pour s’assurer qu’elle reste ouverte » et de permettre à chacun de faire la paix avec ses fantômes…

Critique :
Lorsque l’autrice était venue parler de son livre, à La Grande Librairie, j’avais eu l’envie de le lire. Puis, les romans se sont accumulés sur la pile et il était passé à l’as…

Heureusement, ce mercredi 13 mars, Delphine Horvilleur était invitée sur le plateau et elle m’a rappelé cette lecture à mon bon souvenir.

Leïla Slimani avait raison : dans ce livre, on rit et l’on est parfois submergé par l’émotion.

Ces 11 histoires où madame Horvilleur, rabbin, a accompagné les familles endeuillées, sont toutes différentes, bien qu’elles tournent autour de ce grand mystère qu’est la mort et de ce qui pourrait y avoir ensuite et dont personne n’a de certitudes (je me méfie de ceux/celles qui me certifient que…).

Cet ouvrage est pour tout le monde, que l’on soit croyant, pratiquant, athée, agnostique, le cul entre deux chaises. De toute façon, la mort passera pour chacun d’entre nous et tout le monde l’a déjà vue emporter des êtres chers.

L’autrice commence par présenter la personne dont elle va parler, que ce soit des personnalités connue comme Elsa Cayat, la psy de Charlie Hebdo, victime de la fusillade, de Simone Veil et de son amie Marceline Loridan, des plus anciennes comme Moïse ou Abel…

Ou bien des inconnus, comme Sarah, vieille dame qui n’aura que son fils à ses funérailles, la meilleure amie de l’autrice, décédée trop tôt, ou bien ce garçon qui se demande où va aller son petit frère.

On a beau avoir officier à bien des enterrements, réconforté bien des familles, ce n’est pas pour autant que l’on arrive à se blinder totalement. En plus de nous expliquer son métier, ses difficultés, des anecdotes et des blagues juives, l’autrice nous parle aussi de sa vie, de sa famille, de ces survivants qui se taisent, qui ne parleront jamais de ce qu’ils ont vécu.

Le texte est toujours intéressant, quelque soit votre position avec les religions ou les croyances, son but n’étant pas de vous dire que sa vérité est plus grande que la vôtre, loin de là. Le but est plus de nous parler du judaïsme, de la mort, de la vie, de leur ironie, le tout avec des anecdotes fort intéressantes.

Cette lecture m’a envoyé moins bête au lit.

Un roman sans langueurs, où les talents de conteuse de madame Horvilleur font merveille, nous contant les légendes du judaïsme, nous instruisant sur certaines choses (sans jamais faire de prosélytisme), nous faisant rire (Marceline qui voulait fumer un joint pendant le discours de Macron), nous faisant sourire, nous racontant de belles histoires, sans jamais verser dans le pathos ou le trop intellectuel qui nous perdrait.

L’équilibre parfait.

Une belle lecture humaniste et j’avais eu tort de laisser d’autres romans s’empiler dessus.

La renaissance des héros Marvel – Tome 9 – Wolverine : Mark Millar, John Romita Jr et Jason Aaron

Titre : La renaissance des héros Marvel – Tome 9 – Wolverine

Scénaristes : Mark Millar et Jason Aaron
Dessinateur : John Romita Jr

Édition : Panini Comics – Panini Family (2019)

Résumé :
Cet album présente deux sagas d’exception mettant en scène le mutant griffu. Dans Ennemi d’Etat, écrite par Mark Millar, le scénariste de Civil War et de Kick-Ass), Wolverine devient le redoutable adversaire des super-héros Marvel.

Sous l’emprise de la Main, Wolverine accomplit sa mission à coups de griffes… Un X-Man y laissera même la vie ! Une saga menée tambour battant.

Puis Logan fait face à la terrible Mystique dans une course poursuite impitoyable.

Contient les albums US Wolverine (2003) 20 à 25: « Enemy of State », Wolverine (2003) 62 à 65: « Get Mystique ! ».

Critique :
Une fois de plus, j’ai fait une bonne pioche dans cet album de la collection « Marvel – La Renaissance », acheté 2,99€, pour plus de 200 pages d’action rythmée.

Wolverine, je l’avais surtout découvert dans les films et depuis le début, j’ai eu un faible pour ce personnage (pas que pour lui) qui n’est pas lisse, qui possède des zones d’ombres et qui n’a rien d’un boy-scout.

Moins causant et moins blagueur que Deadpool, ces deux super-héros possèdent pourtant tous les deux un facteur auto-guérisseur important.

Dans cet album, en voulant aider une personne dont le fils à été enlevé par erreur, Logan se fait piéger et après un lavage de cerveau (plus fort que de lui faire visionner la saga des anges de la télé), le voici devenu l’ennemi numéro Un !

Ce n’est pas la première fois que des scénaristes nous pondent ce genre de récit : un super-héros qui se trouve du côté des gentils, se fait retourner et le voici passé du côté des méchants, s’attaquant à tout le monde, tuant des super-héros, des civils, des innocents…

Dans le cas de Wolverine, cela donne un récit qui se déroule pied au plancher et durant tout cet épisode, le suspense sera toujours présent et le rythme ne diminuera jamais.

Le dessinateur offre aux lecteurs des planches agréables à regarder, assez sombres, et les scènes de combats sont très bien exécutées. Et des combats, il va y en avoir beaucoup.

La seconde histoire concerne Wolverine et la Schtroumpfette : Mystique ! On va apprendre où ils se sont connus, comment, ainsi que la traque de Logan afin de retrouver la belle bleue et de mettre fin à ses jours. Amusant et violent, tout de même.

En bref, un bon album pour ceux et celles qui aiment l’homme aux griffes en adamantium, son caractère irascible, qui veulent le découvrir en grand méchant, mettant toute sa violence pour contrer les autres super-héros (les bons), lui qui est tout de même une arme et le meilleur dans sa partie.

Parfois, on retourne votre arme contre vous et c’est un autre que votre doigt qui presse la gâchette…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°197].