‭[‬REC‭] ‬Histoires inédites :‭ ‬Jaume Balaguero,‭ ‬Paco Plaza et Hernàn Migoya

Titre : [‬REC‭] ‬Histoires inédites

Scénaristes : Jaume Balaguero & Hernàn Migoya  🇪🇸
Dessinateur : ‬Paco Plaza 🇪🇸

Édition : Glénat Comics (2014)

Résumé :
[REC], le phénomène espagnol du film d’horreur a engendré une série de quatre films qui ont terrorisé le monde entier. Mais leurs concepteurs avaient encore bien d’autres idées, qu’ils n’ont pu inclure à l’écran, pour développer leur épouvantable série.

Ce volume rassemble donc cinq histoires originales effrayantes – dont le prologue inédit de [REC] 3 – écrites et réalisées par de jeunes talents de la bande dessinée hispanophone sous la direction des deux cinéastes.

Critique :
Bon, les histoire de zombies et moi, ça fait deux. Les films d’horreur aussi. Je déteste ce genre de film, ce qui fait que la saga [REC], je ne la connaissais même pas.

Le mix « Zombies qui puent / film d’horreur » était le combo idéal pour que jamais de ma vie je ne lise ce comics qui est une sorte d’extension de la saga, les auteurs l’ayant fait afin d’utiliser leurs bonnes histoires qu’ils avaient gardé dans leurs tiroirs.

Oui, mais… C’était sans compter la curiosité qui m’habite (le doute m’habite aussi).

Le dessin de la couverture était superbe, alors, puisque je pouvais l’emprunter, je ne me suis pas gênée. Ça ne devait pas faire aussi peur que dans un film…

On ne va pas se mentir, c’est glauque, dégueulasse, horrible, bref, le programme annoncé est respecté.

Les différents récits sont entrecoupés d’articles de journaux, parlant de cette affaire de disparition, de fantômes ou autres légendes urbaines, comme si nous suivions une véritable affaire.

Les dessins de la première histoire étaient agréables, en couleur et j’ai adoré ce récit qui m’a collé des frissons de dégoûts (pas au point de fuir ou de fermer le comics, je vous rassure). Chouette, ça commençait bien, cette lecture !

Le désenchantement à commencé au deuxième récit : j’ai moins aimé les dessins. Pas parce qu’ils étaient en noir et blanc, mais parce qu’ils semblaient plus enfantins.

Cette histoire concernera l’enfance de Medeiros (Tristana et non Glen), celle qui semble être la créature maléfique qui hante l’immeuble. Une gamine au milieu des prêtres, on se doutait que ça allait mal se terminer. Mais pas à ce point là tout de même. C’est glauque, mais ça ne fout pas la pétoche.

La troisième concerne un zoo. Elle est censée faire peur. Hélas, même moi qui ne suis pas fan du genre, je n’ai pas encore vraiment frémi. L’arrivée de la feuille d’imposition est plus effrayante, je trouve.

La quatrième nous montre une partie du comment et du pourquoi la créature qu’est devenue la petite Medeiros s’est retrouvée en liberté.

Je m’arrêterai là, pas de quoi avoir des sueurs froides ou flipper durant sa lecture. Ma foi, si c’était ça les trucs géniaux qui dormaient dans leurs tiroirs, pas de quoi pavoiser.

Une lecture qui avait bien commencé, qui m’avait plu et qui, rapidement, c’est changé en lecture insipide, qui m’a fait soupirer d’ennui et même pas avoir la trouille. Scream m’avait fait flipper, à l’époque. Là, rien, que dalle.

Au suivant !

Le Mois Espagnol (et Sud-Américain) chez Sharon – Mai 2022 (Fiche N°02) et Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 96 pages).