Bilan Livresque Mensuel : Juillet 2022

Quoi de neuf, en Juillet ? Rien de bien terrible, la vie continue de suivre son cours et après un deuil, il faut du temps au temps, beaucoup de temps. J’ai fait du classement de livres possédés, de mes wish romans, bédés, comics, mangas (sur tableur OpenOffice – c’est comme du Excel, mais gratos). Les lignes de textes, sur tableur, ma foi, ça remplit la tête et ça évite de penser.

La lecture a été un bon dérivatif aussi, j’ai enchaîné les pavés littéraires, profitant du challenge de l’été sur les lectures de plus de 550 pages. Je me suis reposée aussi sur les fiches critiques envoyées par mon employée sans contrat de travail et non rémunérée, je veux parler de Dame Ida.

Pour ce mois de Juillet, 16 romans lus (dont 7 pavés de plus de 550 pages), 9 bédés et 3 mangas, ce qui nous fait 28 lectures.

Mon Bilan Annuel, ce 31 juillet, s’élève à 244 lectures, tout genre confondus (romans, bédés, comics, mangas). Non, ça n’a même pas fait bouger ma PAL ! Enfin, ça a fait bouger une partie sans toucher l’autre…

Les mois les plus productifs furent (pour le moment) février, mars, mai et juin.

 

Lorsque les températures sont montées très haut, je me suis terrée à la maison, privilégiant le boulot au frais dans ma cuisine, plutôt que de devoir prendre les métros et aller au boulot. Il faisait tellement chaud sur la terrasse que j’aurais pu y faire cuire de la viande, mais j’ai préféré manger froid (pâtes ou fruits) et mon homme n’a pas fait mieux.

Le chat m’a fait énormément de bien, durant cette période où la tristesse et la colère sont omniprésentes. Ses câlins m’ont apaisés, ont enlevé aussi une partie du stress. Un animal, ça ne parle pas et c’est ce qui est bien. Ses pitreries nous ont aussi fait sourire. Quant il fait le fou et qu’il court partout, jetant ses souris en l’air, les attaquant, leur sautant dessus, ça reste toujours des moments où l’on se concentre sur la bête et sur rien d’autre.

Durant les fortes chaleurs, le chat est resté vautré dans son canapé ou dans la véranda, changeant de place pour retrouver du carrelage plus frais. C’est plus facile pour les chats, les chaleurs, que pour les chiens. La chienne chez mes parents a profité de tous les coins frais de la propriété pour aller s’y planquer. Et il y en a ! Hélas, n’aimant pas l’eau, on ne peut même pas dire qu’on va l’emmener au ruisseau pour y prendre un bain, comme on faisait avec les autres chiens.

Ma nièce a réussi à me changer les idées et j’ai pris plaisir à l’écouter papoter, me raconter sans cesse les mêmes choses (bonne nouvelle, ma sœur a un bébé dans son bidou et on l’appellera petit frère). Mortecouille, j’ai perdu un neveu et voilà que je vais en avoir un nouveau. La vie est ironique, je l’ai toujours dit. Faut se réjouir dans toute cette morosité ambiante.

Je suis allée la promener, avec le chien, bien entendu, j’ai joué dans le bac à sable avec elle, j’ai tenté d’arracher des crasses dans le jardin de ma frangine, avec la petiote dans mes pieds, qui m’aidait… Elle va faire, elle veut faire et ça prend plus de temps. Mais elle est drôle, avec ses réflexions telles que « c’est compliqué » ou « pourtant ». De plus, c’est une petite tête de mule et il faut parfois expliquer beaucoup et longtemps pour que mademoiselle daigne changer son fusil d’épaule.

La petite voulait venir avec moi pour la dernière promenade du chien. J’avais déjà dépassé l’heure et la chienne était en train de faire la tepu pour m’indiquer son désir d’aller arroser les herbes et de déposer son écot odorant dans un talus. Les chats se rassemblaient aussi, parce que l’on arrivait à l’heure des croquettes pour les non domestiqués et la gourmande Arya.

Et choupinette, elle traînait pour enfiler ses sandales, s’extasiant devant tous les chats, surtout les chatons, papotant, devisant tranquillement, sans se douter un seul instant tous ces animaux attendaient quelque chose de moi. Les pauvres bêtes ! Bon, la chienne a pu aller faire son dernier tour, payer ses impôts, la petite a causé durant tout le trajet, m’a demander de courir avec elle et lorsque nous sommes revenues, tout le troupeau des chats attendaient que je me transforme en bénévole des restos du cœur. 7 chats qui vous attendent, c’est flippant, parfois !

J’ai aussi eu le temps de monter ma jument et d’aller faire 17km en sa compagnie, ce qui m’a cassé en deux, vu que je n’ai plus l’habitude. La souplesse est un truc lointain que je possédais… Les crèmes musculaires sont mes meilleures amies depuis quelques années… Il est loin le temps où je me retournais sur ma selle pour lier ma veste de pluie… Lorsque j’ai dû le faire, après une mini ondée, j’ai ressenti des douleurs dans tout le haut de mon corps.

Je n’aurais pas voulu manquer le grand retour du commandant Coste, exilé sur l’île de Saint-Pierre. Avec Dans les brumes de Capelans, Olivier Norek signe un thriller policier ou le suspense est distillé au goutte-à-goutte et le récit maîtrisé du début à la fin. Dommage pour moi, j’ai vu le truc et l’auteur n’a pas réussi à me piéger.

Puisque j’aime lorsque Franck Thilliez me fait turbiner les neurones, Labyrinthes était le bon roman à lire. Bien que moins poussé sur les énigmes comme les précédents, il a tout de même réussi à me faire tomber de haut. L’auteur m’a foutu quelques torgnoles, je l’avoue. Un véritable labyrinthe où il est bon de se perdre, de suivre le fil rouge de l’auteur, de se laisser enfumer, entuber, de se prendre des claques, des coups de pieds au cul, tout en faisant abstraction de certains passages très/trop violents, de scènes difficiles, gore…

Et si plein de James Bond possédant des pouvoirs surnaturels, travaillaient Au service surnaturel de sa majesté – 02 – Agent double ? Daniel O’Malley nous offre un second opus plein d’humour, de suspense, de mystères… C’est burlesque, oui, mais sans jamais virer au grand n’importe quoi. Une lecture qui fait du bien, qui rafraîchit et qui m’a souvent fait sourire avec ses dialogues.

Mettant en scène une policière antipathique au possible et imbuvable, La capture – Yvonne Chen 02 de Nicolas Lebel reste néanmoins un thriller efficace qui laisse peu de place à l’ennui. Une fois de plus, je ne me suis pas laissée piéger par l’auteur, mais heureusement, il restait des surprises pour me laisser la bouche ouverte.

Voulant me la couleur douce, j’ai ouvert Les chroniques de St Mary’s – 05 – Hier ou jamais de Jodi Taylor et cela m’a fait vivre des aventures trépidantes, sans une once de repos. L’écriture de l’autrice est jubilatoire, drôle, ne manquant jamais de piquant, ni dans les dialogues, ni dans les situations cocasses. Une chouette lecture, même si je reprocherai l’utilisation des mêmes méchants, encore et toujours…

Se promener durant la semaine sanglante de la Commune de Paris est dangereux, sauf en littérature. Pourtant, un danger nous guettait, Bianca et moi : l’ennui !!! Catastrophe, Dans l’ombre du brasier de‬ Hervé Le Corre [LC avec Bianca] ne sait pas vraiment s’il sera un polar historique ou un roman historique. Il ne sera que peu « polar » et surtout historique. Trop, même. Le manichéisme dont l’auteur fait preuve avec les communards et les versaillais a achevé de me décrocher de cette lecture, dont j’ai sauté des passages entier.

Puisque j’aime le risque, aller faire un tour à Prypiat, lors de l’accident de la centrale nucléaire. Une fois de plus, Franck Thilliez a appliqué sa bonne vieille recette qui marche afin de faire de Atmom[ka] – Franck Sharko et Lucie Hennebelle 03, un roman addictif, bourré d’action et de supers prédateurs tueurs (il devait y avoir un casting du genre Incroyable Talent).

N’ayant rien contre le fait que l’on romance l’Histoire ou l’Ancien Testament, appréciant les grands récits d’aventures à la Dumas, ayant apprécié le premier tome, c’est tout naturellement que je suis jetée (en retard) sur La Traversée des Temps – 02 – La Porte du ciel d’Eric-Emmanuel Schmitt. À la fois récit initiatique, quête, roman d’aventure, d’amour, roman historique, biblique, politique, religieux, polar, ce deuxième tome confirme tout le plaisir ressenti dans le premier, malgré mes bémols sur l’utilisation du même Méchant à travers les âges.

Un récit tout en émotion, tout en finesse, c’est S’adapter de Clara Dupont-Monod, mettant en scène un récit autobiographique avec la naissance et la vie de son petit frère, inadapté, puisqu’il ne savait rien faire et même pas tenir sa tête droite. Un récit tout en puissance, tout en douceur et en violence (putain, les administrations !!). Une naissance qui a marqué durablement une famille et qui a laissé des traces dans les différentes personnes qui la composent. Un coup de coeur ! ♥♥♥♥♥

Nous sommes loin de « La croisière s’amuse » avec L’étrange traversée du Saardam de Stuart Turton. Qualifier ce roman d’aventures, mi-polar, mi-historique, mi-fantastique, de spécial serait réducteur et pourtant, c’est le mot qui le qualifiera le mieux. Sans les explications finales, je n’aurais jamais trouvé et si j’ai apprécié me faire balader de la sorte, avec 100 pages de moins, le rythme aurait été plus soutenu (la palissade, je sais). le début fastidieux m’a fait boire la tasse.

Composé de trois récits se déroulant à des époques différentes, Te tenir la main pendant que tout brûle ‭de‬ Johanna Gustawsson [LC avec Bianca] intrigue dès le départ pour plusieurs raisons. Le mystère tourne autour de ces trois récits dont on ne connaît pas encore le lien et aussi par l’étrangeté du couple qui semblait bien sous tout rapport et qui pourtant, cachent bien des trucs pas nets. Brouillant les pistes, l’autrice nous entraîne dans son récit et si je le pensais basique, je me suis bien fourvoyée avec ce final explosif.

Avec Le grand monde de Pierre Lemaitre, tout avait bien commencé et puis, j’ai décroché à certains moments, ce qui a rendu ma lecture assez pénible. Ce fut comme sur les montagnes russes : une montée en puissance de mon plaisir de lecture avant une redescente vertigineuse et l’ennui. Malgré tout, ma découverte ne fut pas si laborieuse que ça, j’ai tout de mis pris du plaisir avec une bonne moitié du roman (on se console comme on peut). J’ai particulièrement apprécié le contexte historique, bien mis en scène.

Un retour aux sources avec Lontano – Famille Morvan 01 de Jean-Christophe Grangé, auteur que j’avais abandonné suite à quelques déconvenues littéraires. J’ai bien fait de reprendre les affaires avec ce thriller ! Il est addictif, bien pensé, avec les personnages détestables de la famille Morvan auxquels on s’attache assez vite. Un thriller addictif, maîtrisé du début à la fin et que dont j’ai hâte de connaître la suite.

Jussi Adler-Olsen m’a de nouveau offert un chouette cold case en compagnie de mes copains du Département V – 09 – Sel. Et son roman n’en manquait pas… de sel ! Résoudre des cold case n’est pas la chose la plus facile, les pistes sont froides, les témoins vieillissants. Après avoir expliqué le passé d’Assad, un membre du Département V, l’auteur revient maintenant sur l’affaire du pistolet à clou avant de clore le tout dans le dernier tome, le suivant. Moins d’émotions que dans certaines autres affaire du Département, mais une excellente enquête tout de même.

Pour finir le mois en beauté, j’ai sorti Les enquêtes de Frère Athelstan – 08 – La Chambre du diable de Paul C. Doherty. Me chaussant de grandes bottes, j’ai à nouveau arpenté les ruelles sales et dangereuses du Londres de 1380 à la recherche d’un empoisonneur en chambre close. Une fois de plus, l’enquête est parfaite, les décors aussi, l’Histoire est insérée adroitement dans le scénario, sans oublier les malheurs des petites gens et de leur haine des puissants et des riches.

Pour terminer le mois en beauté, un petit Commissaire Montalbano – 07 – L’excursion à Tindari d’Andrea Camilleri comme lecture doudou. Avec Montalbano, on prend le temps, on mange bien, on interroge, on se pose des questions, on prend le tout par en-dessous de la jambe et puis, paf, on se rend compte que tout cela est bien plus important, bien plus grave que ce qu’on avait pensé au départ. Dommage que la trattoria San Calogero n’existe pas, j’y aurais bien mangé un bout avec le commissaire, moi.

Bilan Mensuel : 16 Romans (dont 7 pavés)

  1. Dans les brumes de Capelans : Olivier Norek
  2. Labyrinthes : Franck Thilliez
  3. Au service surnaturel de sa majesté – 02 – Agent double : Daniel O’Malley [Pavé de l’été – 864 pages]
  4. La capture – Yvonne Chen 02 : Nicolas Lebel
  5. Les chroniques de St Mary’s – 05 – Hier ou jamais : Jodi Taylor
  6. Dans l’ombre du brasier ‭:‬ Hervé Le Corre [LC avec Bianca] [Pavé de l’été – 558 pages]
  7. Atmom[ka] – Franck Sharko et Lucie Hennebelle 03 : Franck Thilliez [Pavé de l’été – 604 pages]
  8. La Traversée des Temps – 02 – La Porte du ciel : Eric-Emmanuel Schmitt  [Pavé de l’été – 581 pages]
  9. S’adapter : Clara Dupont-Monod ♥♥♥♥
  10. L’étrange traversée du Saardam : Stuart Turton [Pavé de l’été – 592 pages]
  11. Te tenir la main pendant que tout brûle ‭:‬ Johanna Gustawsson [LC avec Bianca]
  12. Le grand monde : Pierre Lemaitre [Pavé de l’été – 592 pages]
  13. Lontano – Famille Morvan 01 : Jean-Christophe Grangé [Pavé de l’été – 953 pages]
  14. Département V – 09 – Sel : Jussi Adler-Olsen
  15. Enquêtes de Frère Athelstan – 08 – La Chambre du diable : Paul C. Doherty
  16. Commissaire Montalbano – 07 – L’excursion à Tindari : Andrea Camilleri

Bilan Mensuel : 9 Bédés / 3 Mangas = 12 lectures

  1. Orcs & Gobelins- Tome 16 – Morogg : Sylvain Cordurié et Stéphane Créty
  2. Le Scorpion – Tome 14 – La tombe d’un dieu : Stephen Desberg et Luigi Critone
  3. Miss Endicott – Tome 2 : Jean-Christophe Derrien et Xavier Fourquemin
  4. Marshal Bass – Tome 6 – Los Lobos : Darko Macan et Igor Kordey
  5. Marc Dacier – Tome 1 – Aventures autour du monde : Jean-Michel Charlier et Eddy Paape ‬[BABELIO]
  6. Alix – Tome 31 – L’ombre de Sarapis : François Corteggiani, Mathieu Barthélemy, Marco Venanzi et Jacques Martin ‬[BABELIO]
  7. Alix – Tome 32 – La dernière conquête : Géraldine Ranouil, Marc Jailloux et Jacques Martin ‭ ‬[BABELIO]
  8. Calvin et Hobbes – Tome 08 – Elle est pas belle, la vie ? : Bill Watterson  ‬[BABELIO]
  9. Je suis un assassin (et je surpasse le héros) – Tome 2 : Hiroyuki Aigamo, Matsuri Akai et Tozai [MANGA] ‬[BABELIO]
  10. Je suis un assassin (et je surpasse le héros) – Tome 3 : Hiroyuki Aigamo, Matsuri Akai et Tozai [MANGA] ‬[BABELIO]
  11. Vinland Saga – Tome 24 : Makoto Yukimura [MANGA] ‬[BABELIO]
  12. Ils ont fait l’Histoire – Tome 12 – Saladin : Mathieu Mariolle et Roberto Meli ‬[BABELIO]

Bilan des publications de Dame Ida :

  1. Les Thés Meurtriers d’Oxford – 01 – Chou à la Crim’ : H.Y. Hanna
  2. Les Thés meurtriers d’Oxford – 02 – Beau Thé Fatal : H.Y Hanna
  3. Bureau des Affaires Occultes – 02 – Le Fantôme du Vicaire : Éric Fouassier
  4. WHITECHAPEL – Série Britannique en 4 saisons
  5. DOWNTON ABBEY – Le Film (1) : M.Engler & J.Felows
  6. DOWNTON ABBEY – Le Film (2) : S.Curtis & J.Felows
  7. Le dernier Loup garou : Glen Duncan
  8. La Conspiration des Fantômes – David Ash 02 : James Herbert

Département V – 09 – Sel : Jussi Adler-Olsen

Titre : Département V – 09 – Sel

Auteur : Jussi Adler-Olsen
Édition : Albin Michel (25/05/2022)
Édition Originale : Natrium Chlorid (2021)
Traduction : Caroline Berg

Résumé :
En replongeant dans une affaire non résolue datant des années 1980, Carl Mørk et l’équipe du Département V découvrent avec stupeur que depuis trente ans, un tueur particulièrement rusé choisit avec une régularité effrayante une victime et l’élimine en déguisant ce meurtre en accident ou en suicide.

À chaque fois, sur le lieu du crime, un petit tas de sel.

Sur fond de restrictions sanitaires dues au Covid-19, Mørk et ses acolytes se lancent dans une enquête dont ils n’imaginent pas l’ampleur.

Critique :
Il m’est arrivé de me plaindre que certains récits manquaient de piment… Ici, je ne pourrai pas dire que ça manquait de sel.

Jusqu’à présent, les enquêtes cold-case du Département V n’ont jamais manqué de piment, d’équilibre, de sel,…

Par contre, comparé à ses prédécesseurs tels que « Miséricorde » ; « Profanation » ; « Dossier 64 » ou « L’effet papillon », il manquait d’émotions.

Rassurez-vous, ce n’est pas un obstacle, mais j’apprécie lorsque l’auteur traite de sujets de société dans ses enquêtes.

Ceci étant dit, ce fut un véritable plaisir de retrouver ma fine équipe du Département V, aux prises avec… Oh non, pas la putain de pandémie Covid et son confinement pour les fêtes de fin d’année 2020 ! Je voulais y échapper, j’ai râlé de me retrouver plonger dedans, et pourtant, l’utilisation de cette merde était utile pour le déroulement de l’enquête, puisqu’elle l’a entravée.

Si dans le tome précédent, nous apprenions ce qui était arrivé à notre ami des chameaux, Assad, dans celui-ci, l’affaire du pistolet à clou revient sur le devant de la table et sans la résoudre (dans le dernier tome, le 10), l’auteur a épaissi le mystère.

Sherlock Holmes disait « Le crime est banal, la logique est rare ». Il aurait adoré ce mystère qui ne manquait pas de logique, de mystère et les crimes n’avaient rien de banal puisqu’ils étaient déguisés en accident. Putain, c’était presque des crimes parfaits.

Une fois de plus, en alternance avec les chapitres consacrés à notre fini équipe enquêtant sur des morts accidentelles qui ne le sont sans doute pas, il y a ceux consacrés à des personnages féminins un peu inquiétant : une équipe de femmes dont deux portraits nous serons narrés plus en détails.

Si le rythme est plus lent au départ, puisqu’il faut le temps de rassembler les faits, de les analyser, de les comprendre, une fois que le nom du coupable sera connu, le rythme va s’accélérer, l’équipe de Carl Mørk bossant contre la montre.

Lecture addictive, cette 9ème enquête du Département V reste dans les bonnes affaires, même si un cran en-dessous des autres. Juste un cran, le manque d’émotions a joué aussi, ce récit étant plus dans un policier classique, bien que les crimes n’aient rien de classique, leur auteur non plus.

Une excellente enquête, qui prend son temps, qui ne résout pas avec l’aide du Saint-Esprit, mais moyennant des réflexions, des recherches dans les archives, un petit coup de pouce d’une personne qui fera une réflexion qui les mettra sur la piste, ainsi que de la sueur, des coups de téléphone et bien des jurons et des proverbes sur les chameaux.

Vivement le dernier tome que nous ayons le dernier mot sur l’affaire du pistolet à clou et sur la valise dans le grenier. Suspense, suspense. En effet, je ne voudrais pas que le dernier tome soit bâclé et que ça foute en l’air toute cette excellente série dont la moitié des romans sont dans mes coups de coeur !

4 Sherlock tout de même, car si les émotions étaient absentes, l’enquête était excellente et bien trouvée.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2022 au 11 Juillet 2023) [Lecture N°011] et Le Challenge « Le tour du monde en 80 livres chez Bidb » (Danemark).

La Conspiration des Fantômes – David Ash 02 : James Herbert [Par Dame Ida, Tourneuse de Tables, de Têtes et de Serviettes]

Titre : La Conspiration des Fantômes – David Ash 02

Auteur : James Herbert
Édition : Milady (2010)
Édition Originale : The ghosts of sleath (1994)
Traduction : Thierry Arson

Présentation Babelio :
Rien ne semblait pouvoir troubler la tranquillité de Sleath, un petit village paisible au cœur de la campagne anglaise… jusqu’à ce que les fantômes apparaissent et une succession d’événements aussi bizarres que terrifiants.

David Ash, enquêteur spécialisé dans les phénomènes, paranormaux, tourmenté par les sombres secrets de son propre passé, est appelé pour élucider la situation, et ce qu’il découvre va le conduire au bord de la folie. Car Sleath est loin d’être le paradis auquel voudraient croire ses habitants, et si les morts sont revenus pour l’anéantir, ce n’est pas par hasard !

L’avis de Dame Ida :
Je n’avais pas vraiment eu de chances dernièrement dans ma quête du grand frisson fantastique…

Une histoire de loup-garou machiste que j’ai abandonnée pour éviter d’exploser le tensiomètre tant le personnage principal était parfaitement imbuvable…

Une série sur un ersatz de monstre du loch Ness qui s’est transformée en histoire sentimentale (sympathique certes, mais ce n’était pas ce que je recherchais alors)…

Il fallait d’urgence que je me refasse !

Je partais donc sur une très classique histoire de fantômes pour me remettre de ces émotions inattendues et enfin claquer des dents à m’en faire péter toutes mes couronnes, pour la plus grande joie de mon dentiste.

Et ben chuis ben aise à m’boudène ! Ou autrement dit, je suis heureuse de n’être pas fâchée de me pâmer de satisfaction, parce que ça déchirait délicatement sa race.

Non seulement les fantômes s’en prennent aux vivants… Mais en plus ils s’en prennent même à d’autres fantômes ! Et pas à n’importe quels fantômes !!! Non Madame ! Ils s’en prennent aux fantômes des gens qu’ils sont conduits eux-mêmes de vie à trépas !

Et oui, leur sadisme peut vous suivre au-delà de votre mort !!!

Bref, vous m’avez comprise : mieux vaut éviter de décéder dans le bucolique village de Sleath !

Enfin une histoire avec des vrais fantômes animés de mauvaises intentions !

Enfin des personnages principaux sympathiques même si chacun à leurs manière ils ont quelque peu morflé ! Et oui, notre enquêteur du paranormal qui ne croit pas trop au paranormal mais un peu quand même parce que… je ne vais pas non plus spoiler… a un peu tendance à lever le coude plus qu’il ne le faudrait.

Mais bon l’alcool est le partenaire séculaire des enquêteurs cabossés n’est-il pas vrai (même s’il est recommandé par les professionnels de santé de modérer sa consommation et, par la police, de n’avoir pas bu avant de prendre le volant!) ? C’est un cliché un peu malheureux. J’aurais préféré notre enquêteur dépendant au Xanax ou affecté de ne je sais quel équivalent de trouble anxieux.

Et ce qui ne gâche rien, c’est que l’auteur nous distille un savant suspens qui monte crescendo, et des rebondissements scénaristiques auxquels je ne m’attendais pas trop, suivant sagement et passivement ma lecture.

L’écriture est cependant assez standard. C’est vrai qu’avec les traductions (traduire c’est trahir un peu, dit-on) ont toujours un peu tendance à éroder les éventuelles originalités stylistiques des auteurs étrangers, et que peu de livres parviennent à se distinguer sur ce registre.

Cela étant cette écriture plutôt simple a un côté « cinématographique ». Disons qu’en suivant cette narration d’une grande précision, les informations et détails amenés par l’auteur m’ont conduite assez facilement à visualiser les lieux et les scènes.

Pourtant, le texte n’est pas réduit à du factuel descriptif, loin s’en faut. Sans que cela ne se transforme en roman psychologique, les mouvements introspectifs des personnages principaux voire secondaires dans une moindre mesure, se déploient de manière suffisante pour les rendre vivant, et palpables.

Ai-je trouvé quelques longueurs parfois ? Humm… Joker ! Je vous laisserai vous faire votre avis sur la question parce qu’en ce moment où je suis un peu surmenée, j’ai un peu tendance à piquer facilement du nez quand je lis. Forcément, quand on relis quatre fois la même page, ça paraît un peu long, non ?

Alors…  Qu’est-ce qui vient du livre ? Qu’est-ce qui vient de moi ? Soyons honnêtes, c’est certainement à 70 % de mon fait.

Et puis dans beaucoup de romans, la progression de l’action n’est pas homogène, s’emballant dans certains passages et se ralentissant dans d’autres. Alors faut-il vraiment parler de longueur ? Je laisserai à vos éminentes sagacités la responsabilité d’un avis à ce propos.

Bref, c’est le genre de romans que j’aimerais bien voir adapté en film, et de préférence un soir Halloween, ou par une nuit d’orage.

Bon… Ce n’est pas du Stephen King non plus… Mais c’est très très très correct du début à la fin.

Lontano – Famille Morvan 01 : Jean-Christophe Grangé

Titre : Lontano – Famille Morvan 01

Auteur : Jean-Christophe Grangé
Édition : Livre de Poche Thriller (2017) – 953 pages !

Résumé :
Éminence grise du pouvoir, Grégoire Morvan a connu ses heures de gloire en Afrique dans les années 80, en arrêtant au Zaïre « l’Homme clou », tueur en série au rituel atroce, inspiré des plus violents fétiches africains.

Quarante ans plus tard, en France, les cadavres mutilés, criblés de ferraille et de tessons s’accumulent : la marque de « l’Homme clou », totem de la folie meurtrière née au plus profond de l’Afrique. Le passé trouble de son père – fantôme menaçant de sales affaires enterrées – rattrape alors Erwan Morvan, le meilleur flic de la crim’.

Saga familiale, roman psychologique et roman noir, Lontano est une plongée verticale dans les ténèbres de l’âme, roman paroxystique et vertigineux, dérangeant comme ces rites primitifs qui nous fascinent et nous effarent.

Critique :
Hé oui, je suis revenue vers Jean-Christophe Grangé, après des années d’abandons, suite à quelques lectures de ses romans qui ne m’avaient pas transporté, l’un d’eux ayant même failli apprendre à voler…

Comme je ne retrouvais plus le coup de foudre de départ, avec « Les Rivières pourpres », j’étais passée à autre chose, me promettant un jour de revenir, mais sans y croire vraiment.

Qu’est-ce qui m’a décidé ? Une critique sur Babelio où la personne (purée, je ne sais plus qui, ni sur quel roman) disait qu’il avait préféré Lontano. Bon, je m’en vais voir ce qu’on l’on dit sur le Grangé et là, bingo, l’envie m’a pris et comme je ne le possédais pas, je suis allée le quérir en bouquinerie. Il ne m’a fallu que 3 jours pour dévorer les 953 pages.

La famille Morvan, tu n’as pas envie d’en faire partie. Le père est  ancien flic, barbouze de la République, qui joue au nettoyeur pour ramasser la merde des autres, qui ment pire qu’un arracheur de dent qui ferait de la politique (c’est vous dire le niveau des mensonges), son épouse soumise à son autorité et qui se fait taper dessus, trouvant des excuses à son époux… Lui, son principal fait d’armes est d’avoir mis fin aux assassinats, au Congo, de l’Homme-Clou.

Ses enfants, pas mieux. Un trader drogué qui était déjà alcoolo à 12 ans, l’aîné qui est flic et qui a des méthodes d’interrogatoires musclées et la fille qui joue à la tepu (la péripatéticienne) et qui accepterait qu’on lui fourre un hamster dans la techa (la chatte, merde, causez verlan) du moment qu’on y met le prix.

Non, mais je te jure, l’auteur n’a pas choisi une famille honorable, chez eux, tu ouvres un placard et des squelettes en tombent. Ce n’est pas la famille Ingalls, croyez-moi.

Pourtant, l’auteur a réussi à équilibrer les personnages, leur donnant aussi des fêlures, des blessures, des petits traits qui fait que même si le père est un salopard de première, on n’a pas envie de le voir tomber.

Pas moyen de s’emmerder durant les 950 pages de ce thriller, mené tambour battant, sans pour autant sacrifier la forme, le fond, l’écriture ou les personnage. On prend aussi le temps de faire connaissance avec la famille Morvan. Erwan, l’aîné qui bosse au 36 quai des Orfèvres, n’a rien d’un commissaire Maigret ou Navarro. La violence est chevillée dans son corps et est coutumier des violences policières envers les suspects.

Les meurtres n’ont rien à envier au plus déséquilibré des psychopathes. C’est horrible, dégueulasse, bref, si vous aimez les crimes propres des romans d’Agatha Christie (ou des cosy), ici, nous en sommes loin, très loin. On devine déjà que le tueur appartient à la crème de la crème et qu’il a du remporter la grande finale du « Top chef du Meilleur criminel ». À vos marques, pâtissez !

Les ramifications de ces crimes iront jusqu’au Congo, la période coloniale est toujours tapie dans l’ombre, les magouilles sont toujours légion et la Belgique sera souvent citée dans le roman, et pas en bien, je le conçois… La période où Popol II était propriétaire du Congo « Belge » (1885) n’est guère reluisante.

D’ailleurs, j’ai apprécié que Erwan aille faire un tour à Namur et à Louvain… Attention, en Belgique, il y a deux villes portant le nom de Louvain, il faut bien préciser celle que l’on veut visiter. Si la France a connu des crises religieuses (catho/protestants), la Belgique a eu sa crise linguistique. Vous, c’était la foi, nous, c’est la langue.

Anybref, tout ces blablas pour vous dire que ce roman de Grangé est un véritable shoot d’adrénaline, de suspense, de drogues, de violences, d’enquêtes, de meurtres rituels, de tueur en série, de magouilles financières, de vengeance, de complots politiques, de magie noir, de relents de colonialisme, de sang, de tripes… Sans que jamais la soupe devienne aigre, infâme ou imbuvable.

Un thriller addictif, maîtrisé du début à la fin et que dont j’ai hâte de connaître la suite. Oui, il y a une seconde partie, avec des secrets non révélés, même si, dans ce premier tome, l’affaire des meurtres rituels contemporains a été résolue, me foutant un coup de pied au cul monumental.

Je suis contente d’avoir eu cette envie de me pencher à nouveau sur un roman de Grangé, de retrouver tout le sel qui m’avait fait kiffer grave ma race son « Rivières pourpres » (pas le film, il est à chier, oups). Là, après avoir lu la suite, je vais me pencher sur ses autres romans, des fois que je tomberais à nouveau sur une pépite.

PS : Lorsqu’Erwan mènera son enquête au royaume de Belgique, j’ai repéré une grosse faute d’orthographe dans le panneau indicateur : Louvain, en flamand, c’est « Leuven » et non « Leuwen » (là, çq signifie « Lion » au pluriel), sauf si un petit malin de flamingant s’est amusé à faire un jeu de mot entre la ville et le drapeau flamand (un lion).

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2022 au 11 Juillet 2023) [Lecture N°010] et Le pavé de l’été 2022 (Sur mes Brizées).

Le grand monde : Pierre Lemaitre

Titre : Le grand monde

Auteur : Pierre Lemaitre
Édition : Calmann-Lévy (25/01/2022) – 592 pages

Résumé :
La famille Pelletier.
Trois histoires d’amour, un lanceur d’alerte, une adolescente égarée, deux processions, Bouddha et Confucius, un journaliste ambitieux, une mort tragique, le chat Joseph, une épouse impossible, un sale trafic, une actrice incognito, une descente aux enfers, cet imbécile de Doueiri, un accent mystérieux, la postière de Lamberghem, grosse promotion sur le linge de maison, le retour du passé, un parfum d’exotisme, une passion soudaine et irrésistible. Et quelques meurtres.

Critique :
Pierre Lemaître est un formidable conteur, comme certains, je me disais qu’il pourrait écrire l’annuaire téléphonique et que ça fonctionnerait toujours.

Ben non… Autant où sa trilogie précédente, sur l’entre deux guerres, m’avait emporté très loin, autant le premier tome de cette nouvelle trilogie, consacrée à l’après Seconde Guerre Mondiale, m’a fait l’effet de montagnes russes.

Après des ascensions qui m’emportaient dans un plaisir livresque, je subissais des descentes où le plaisir de lecture n’y était plus.

Durant certains passages, j’en suis même venue à penser aux courses à faire, au ménage qu’il me restait et à l’unique t-shirt qui je n’avais pas repassé, prête à tout lâcher pour aller le faire, alors qu’il faisait encore lourd dehors et que je déteste repasser.

Oui, c’est vous dire que durant ma lecture, toutes les émotions y sont passées : du plaisir à l’ennui. Pourtant, Pierre Lemaître, je connais, j’avais déjà vécu quelques expériences livresques avec lui, ne connaissant que le plaisir pur et dur. Qu’est-ce qui se passait, alors ? Aurait-il oublié quelques chose ou n’étais-je pas dans mon état normal ?

Le début du roman avant bien commencé, j’avais fait connaissance de la famille Pelletier, français expatriés à Beyrouth, les parents propriétaires d’une savonnerie, possédant 4 enfants, tous différents les uns des autres.

Si j’ai accroché assez vite avec Etienne, le plus sensible, si j’ai aimé le François, futur journaliste, j’ai un peu bugué avec les autres, sauf avec Joseph, qui n’a pas de dialogues puisque c’est un chat.

Mince alors, où étaient les portraits flamboyants de la précédente trilogie ? Les femmes m’ont semblées stéréotypées, caricaturales (bon, nous sommes dans les années 50, d’accord, mais tout de même), la matriarche me semblant juste un poil moins chiante et insipide que sa bru (qui est à assassiner, elle). La mère s’est bien rattrapée sur la fin, je l’ai approuvée à cent pour cent…

Quant à leurs histoires, leur vie, si une partie m’a conquise, notamment en Indochine, avec les trafics d’argent, ou en France, avec notre journaliste en herbe, le reste m’a semblé sans saveur.

Pire, à un moment donné, ce qu’il se passait en Indochine a commencer par ne plus avoir de goût… C’est terrible quand même d’éprouver de tels sentiments, avec un roman de monsieur Lemaître.

Ma lecture m’a semblée longue, à un moment donné, comme si le tout manquait de cohésion, notamment avec un des personnages de la fratrie, assassin à ses heures perdues.

Malgré tout, ma découverte ne fut pas si laborieuse que ça, j’ai tout de mis pris du plaisir avec une bonne moitié du roman (on se console comme on peut), j’ai appris des choses (j’adore quand il nous cause de magouilles) et eu un grand éclat de rire lorsque j’ai croisé un des personnages de « Au revoir là-haut », ainsi qu’un du « Miroir de nos peines » et cela m’a fait plaisir.

Le côté historique est très bien rendu, sans pour autant en devenir indigeste. Lemaître nous plonge dans le Paris d’après-guerre, avec ses restrictions alimentaires, ses pénuries, ses grèves, ses flics qui tabassent…

Idem pour Saigon, en Indochine, avec le conflit, les Viêt-minh, la ville, la moiteur du climat. Les atmosphères étaient parfaitement bien rendues et j’ai voyagé, grâce à cette lecture. Au sens propre comme au figuré, avec ce voyage dans le temps et l’Histoire peu glorieuse, bien entendu. Les placards sont remplis de squelettes à déterrer.

Hélas, j’ai un peu foiré ma lecture. Malgré tout, j’ai bien envie d’être au rendez-vous suivant afin de poursuivre ma visite des Trente Glorieuses et de connaître le cheminement de la famille Pelletier. Et puis, je pourrais trouver du plaisir dans les suivants… Qui sait ?

PS : Pierre Lemaître a du avoir peur de se retrouver sur ma kill-list car il n’arrive rien de grave à Joseph, le chat. Ou alors, l’auteur n’a rien contre les chats… Et c’est tant mieux.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2022 au 11 Juillet 2023) [Lecture N°009] et Le pavé de l’été 2022 (Sur mes Brizées).

L’étrange traversée du Saardam : Stuart Turton

Titre : L’étrange traversée du Saardam

Auteur : Stuart Turton
Édition : Sonatine (03/03/2022) – 592 pages
Édition Originale : The Devil and the Dark Water (2020)
Traduction : Fabrice Pointeau

Résumé :
1634. Le Saardam quitte les Indes orientales pour Amsterdam. À son bord : le gouverneur de l’île de Batavia, sa femme et sa fille. Au fond de la cale, un prisonnier : le célèbre détective Samuel Pipps, victime d’une sombre affaire.

Alors que la traversée s’avère difficile et périlleuse, les voyageurs doivent faire face à d’étranges événements.

Un symbole de cendres apparaît sur la grand-voile, une voix terrifiante se fait entendre dans la nuit, et les phénomènes surnaturels se multiplient. Le bateau serait-il hanté, ses occupants maudits ?

Aucune explication rationnelle ne semble possible. Et l’enquête s’avère particulièrement délicate, entre les superstitions des uns et les secrets des autres.

Critique :
Le Saardam n’est pas un désert qu’il faut traverser, non, c’est juste le nom d’un bateau, un indiaman, pour être précise et sa traversée va être des plus étranges…

Qualifier ce roman d’aventures, mi-polar, mi-historique, mi-fantastique, de spécial serait réducteur et pourtant, c’est le mot qui le qualifiera le mieux.

1634… Nous embarquons sur un indiaman de la compagnie néerlandaise des Indes orientales, partant de Batavia (pour les GPS contemporains, inscrivez Jakarta), les cales remplies d’épices et d’une cargaison mystérieuse, secrète.

Nous partîmes 300 (marins, mousquetaires, capitaine, passagers, nobles) et par de promptes emmerdes, décès, assassinats, disparitions, nous terminâmes cette traversée étrange avec beaucoup moins de monde.

Ce roman pourra sa classer dans la catégorie des inclassables ou de ceux difficiles à cataloguer, en raison des nombreuses étiquettes qu’il coche, bien que le roman policier historique soit le plus prégnant.

Le personnage de Sammuel Pipps a tout d’un Sherlock Holmes et son acolyte, Arent Hayes, a tout d’un Watson bodybuildé et bagarreur.

Inconvénient de l’affaire, notre enquêteur chevronné est aux fers, avec interdiction de sortir et donc, impossible pour lui d’enquêter sur les évènements étranges qui frappent le Saardam, comme s’il était victime d’une malédiction, celle de Old Tom.

Les meurtres en huis-clos sont les plus étranges, ici, navigant sur l’océan, nous entrons dans une autre dimension : personne n’a pu monter à bord ou s’en échapper et lorsqu’un meurtre aura lieu dans un cabine hermétiquement fermée, le huis-clos prendra encore plus d’ampleur, surtout qu’il a un arrière-goût de fantastique, de sorcellerie, de malédiction…

Possédant le pied marin, c’est avec enthousiasme que je suis montée sur le pont du Saardam et le mal de mer m’a pris par surprise, alors que tout le monde embarquait et que ça n’en finissait pas…

La mise en place traîne en longueur et il faut attendre encore d’être arrivé à la moitié pour que tout bouge enfin un peu plus. Il y a une profusion de personnages et s’ils sont bien tous décrits et reconnaissables, j’ai réussi à en confondre deux, malgré l’index dans les premières pages (le Chambellan Cornelius Vos et le Marchand-chef Reynier van Schooten).

L’auteur a réussi à me faire perdre le Nord, mélanger bâbord et tribord, confondu la proue et la poupe, tant son récit était mystérieux et que je ne parvenais pas à trouver les solutions à tous ces phénomènes étranges qui arrivaient aux passagers du Saardam.

D’où proviennent les voix qui parlent aux gens durant leur sommeil, qui a peint les signes sur la grande voile et gravé dans les caisses ? Qui est ce huitième bateau qui n’apparaît que la nuit ?

Sans les explications finales, je n’aurais jamais trouvé et si j’ai apprécié me faire balader de la sorte, avec 100 pages de moins, le rythme aurait été plus soutenu (la palissade, je sais). Le début fastidieux m’a fait boire la tasse.

Oui, la résolution était bien trouvée, digne d’un grand roman policier. Elle était inattendue, sans pour autant égaler le truc de ouf qu’il y avait dans le premier roman (Les sept morts d’Evelyn Hardcastle).

Attention, la résolution comportait une sacrée touche d’originalité que je n’ai pas vu venir. Le fantastique est expliqué, on reste dans le rationnel, alors que dans le premier roman, nous étions sans contestation aucune dans du fantastique.

Si j’avais lu les romans dans le désordre, j’aurais sans doute au plus de plaisir, puisque j’aurais monté de niveau. Ici, par rapport au précédent, cela fait un peu pâle figure, tout en restant un formidable roman d’aventures en mer.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2022 au 11 Juillet 2023) [Lecture N°008] et Le pavé de l’été 2022 (Sur mes Brizées).

Te tenir la main pendant que tout brûle ‭:‬ Johanna Gustawsson [LC avec Bianca]

Titre : Te tenir la main pendant que tout brûle

Auteur : Johanna Gustawsson
Édition : Calmann-Lévy Noir (06/10/2021)

Résumé :
Lac-Clarence, Québec, 2002. Maxine Grant, inspectrice et mère célibataire dépassée, est appelée sur une scène de crime affreuse. L’ancienne institutrice du village, appréciée de tous, a massacré son mari, le lardant de coups de couteau.

Paris, 1899. Lucienne Lelanger refuse d’admettre la mort de ses filles dans un incendie. Elle intègre une société secrète dans l’espoir que le spiritisme et la magie noire l’aideront à les retrouver.

Lac-Clarence, 1949. La jeune Lina vit une adolescence mouvementée. Pour la canaliser après l’école, sa mère lui impose de la rejoindre à la Mad House, la maison de repos où elle travaille. Lina y rencontre une étrange patiente, qui lui procure des conseils pour le moins dangereux…

Un thriller psychologique sombre et passionnant autour du destin de trois femmes, trois mères éprouvées ou dépassées par la maternité.

Critique :
Blanche-Neige et les 7 Nains, je connaissais, maintenant, je connaîtrai aussi « L’institutrice et les 7 mains ».

Non, ce n’est pas le titre d’un film porno, les 7 mains étant détachées de leurs propriétaires.

Non, ce n’était pas non plus des membres de la famille de La Chose (Addams Family, pour les incultes) que nous aurions retrouvé au Québec… Ma foi, on a les objets de décoration que l’on veut, chez soi, mais il vaut mieux les garder caché lorsqu’on reçoit des invités.

Notre brave institutrice retraitée vient de poignarder 31 fois son époux. Le gars avait du marcher sur le sol encore mouillé, entraînant le courroux de sa blonde. Ou bien il avait oublié une chaussette rouge dans le linge blanc de madame… Bref, sa faute devait être grave pour mériter un tel châtiment.

Ce thriller psychologique est composé de trois récits se déroulant à des époques différentes. L’enquête de police contemporaine (en 2002), un récit se déroulant à Paris en 1899 et un autre avec une jeune gamine, victime de brimades, en 1949.

Quel est le lien entre eux trois hormis qu’elles ont souffert ? Il faudra attendre les trois quarts du roman pour le savoir et comprendre ce qu’ils venaient faire au milieu d’un meurtre violent commis par une paisible retraitée (on ne s’en méfie jamais assez, des p’tites vieilles).

L’autrice a fait en sorte que vous ne compreniez pas trop vite ce qui lie ces trois femmes, les pistes sont brouillées, les cartes bien mélangées et c’est comme avancer dans la purée de pois. On ne sait pas où l’on va, mais l’on a hâte de comprendre où on nous emmène.

L’enquête va avoir des ramifications inattendues, allant au-delà de ce que j’aurais pu penser au départ. Heureusement que les policiers connaissent toujours quelqu’un dans leur entourage qui peut leur expliquer ce qui est hermétique pour eux (et pour les lecteurs aussi).

Cette lecture est addictive, profitant des températures caniculaires de la soirée, j’ai lu jusque bien tard et la chaleur me poussant à me lever tôt, j’ai continué ma lecture, dévorant totalement ce polar, même si, de prime abord, il semblait être un thriller normal, avec des mystères, du suspense et quelques ajouts inhabituels (putain, ces retraités !!).

Non, jusqu’à un certain point, je me trouvais en train de lire un thriller bien fichu, mais sans rien de transcendantal. Les personnages des policiers étaient sympas, amusants, possédaient de l’humour, sans que pour autant je me sois attachée à eux.

Et puis, tel un plat habituel que vous appréciez mais que vous connaissez par coeur, vous vous faites surprendre par la cuisinière autrice qui y a ajouté du piment, vous faisant bondir sur votre sofa, vous redressant devant le truc inattendu que votre palais vient de détecter et qui réveille vos papilles polardesques.

Oh putain de putain ! Ça a dépassé tout ce à quoi je m’étais attendue, je me suis prise un coup de pied au cul et l’autrice a remis ça ensuite, me donnant envie de hurler « Non, non, non… ». Ben si… Violent, horrible. Magnifique aussi, mais dans l’horreur. J’en suis restée muette, la bouche grande ouverte.

Si je ne me suis pas attachée aux portraits des personnages, l’autrice a su néanmoins nous mettre face à des femmes troublantes, blessées, seules, victimes du patriarcat, des préjugés, de la maternité, de la société…

J’ai été bluffée et ma copinaute Bianca aussi. Si notre précédente LC avait été un flop, celle-ci est un top et lorsque je lisais les lignes les plus violentes dans ce qu’elles impliquaient, je me disais que ma copinaute allait souffrir autant que moi en les lisant.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2022 au 11 Juillet 2023) [Lecture N°007].

S’adapter : Clara Dupont-Monod

Titre : S’adapter

Auteur : Clara Dupont-Monod
Édition : Stock (25/08/2021)

Résumé :
C’est l’histoire d’un enfant aux yeux noirs qui flottent, et s’échappent dans le vague, un enfant toujours allongé, aux joues douces et rebondies, aux jambes translucides et veinées de bleu, au filet de voix haut, aux pieds recourbés et au palais creux, un bébé éternel, un enfant inadapté qui trace une frontière invisible entre sa famille et les autres.

C’est l’histoire de sa place dans la maison cévenole où il naît, au milieu de la nature puissante et des montagnes protectrices ; de sa place dans la fratrie et dans les enfances bouleversées.

Celle de l’aîné qui fusionne avec l’enfant, qui, joue contre joue, attentionné et presque siamois, s’y attache, s’y abandonne et s’y perd.

Celle de la cadette, en qui s’implante le dégoût et la colère, le rejet de l’enfant qui aspire la joie de ses parents et l’énergie de l’aîné.

Celle du petit dernier qui vit dans l’ombre des fantômes familiaux tout en portant la renaissance d’un présent hors de la mémoire.

Critique :
Il est dit que l’on ne peut pas faire saigner des pierres, mais on peut les faire parler et il aurait été dommage de ne pas les écouter nous raconter cette histoire remplie d’émotions d’une fratrie dans les Cévennes.

Dans notre société actuelle, il faut être souple, polyvalent, s’adapter à toutes les situations. Ce n’est déjà pas facile à réaliser en temps normal, alors, lorsque l’on nait avec un lourd handicap, il est impossible de trouver sa place et encore plus difficile pour la famille de s’en sortir, face aux administrations et autres services sociaux.

Une telle naissance met à mal une famille, autant les parents, débordés, ne sachant plus à quel saint se vouer, que les deux enfants déjà présent.

L’aîné, qui se verra conter son histoire en premier, sera celui qui prendra son rôle de grand frère le plus à cœur, protégeant et aimant plus que tout son petit frère qui est incapable de parler, de marcher, de saisir… Bref, un petit frère inadapté, en quelque sorte.

La cadette, elle, évitera tant que possible cet enfant qui lui a ravi son grand frère et l’attention de ses parents. Elle est là, mais est invisible, quasi. Tous les regards sont tournés vers l’enfant inadapté et elle n’existe plus aux yeux des autres. Terrible aussi.

L’émotion se trouvera au fil des pages, à différents moments du récit, autant avec celui consacré à l’aîné, qu’à la cadette et qu’au tout dernier, celui venu après. Chacun avait des choses à raconter, même si ce sont les pierres de la maison qui vont tout nous raconter, elles qui furent les témoins de plusieurs générations.

De cet enfant inadapté, inachevé, nous ne connaîtrons jamais le prénom (ni ceux des autres), il n’a que peu d’action, vu qu’il est limité en tout et pourtant, sa présence pèsera sur le roman, lui donnera une force, une épaisseur, car ce personnage à part entière a un poids énorme dans le récit, c’est lui qui lui donnera toute sa puissance, aidé par son aîné et sa sœur, même si elle ne le regardera presque jamais.

Des dialogues, il y en a peu, très très peu, et pourtant, cela ne gêne en rien le récit, cette absence. Pas de prénoms, pas de dialogues, et une puissance narrative qui m’a emporté, m’a souvent mis les larmes aux yeux, sans que jamais l’autrice ne sombre dans le pathos ou le larmoyant.

Un récit tout en finesse, tout en émotions, tout en puissance, tout en douceur et en violence (putain, les administrations !!). Une naissance qui a marqué durablement une famille et qui a laissé des traces dans les différentes personnes qui la composent.

Un roman coup de cœur…

La Traversée des Temps – 02 – La Porte du ciel : Eric-Emmanuel Schmitt

Titre : La Traversée des Temps – 02 – La Porte du ciel

Auteur : Eric-Emmanuel Schmitt
Édition : Albin Michel (03/11/2021) – 581 pages

Résumé :
L’éternité n’empêche pas l’impatience : Noam cherche fougueusement celle qu’il aime, enlevée dans de mystérieuses conditions.

L’enquête le mène au Pays des Eaux douces la Mésopotamie où se produisent des événements inouïs, rien de moins que la domestication des fleuves, l’irrigation des terres, la création des premières villes, l’invention de l’écriture, de l’astronomie.

Noam débarque à Babel où le tyran Nemrod, en recourant à l’esclavage, construit la plus haute tour jamais conçue. Tout en symbolisant la grandeur de la cité, cette Tour permettra de découvrir les astres et d’accéder aux Dieux, offrant une véritable « porte du ciel ».

Grâce à sa fonction de guérisseur, Noam s’introduit dans tous les milieux, auprès des ouvriers, chez la reine Kubaba, le roi Nemrod et son architecte, son astrologue, jusqu’aux pasteurs nomades qui dénoncent et fuient ce monde en train de s’édifier.

Que choisira Noam ? Son bonheur personnel ou les conquêtes de la civilisation ?

Dans ce deuxième tome de la saga La Traversée des Temps, Eric-Emmanuel Schmitt met en jeu les dernières découvertes historiques sur l’Orient ancien, pour nous plonger dans une époque bouillonnante, exaltante, prodigieuse, à laquelle nous devons tant.

Critique :
Le premier tome m’avait emporté au néolithique, m’avait fait vivre un déluge, devenu ensuite, au fil des récits, LE Déluge biblique.

J’avais fait la connaissance de Noam, devenu Noé pour les récits, de Noura, la femme qu’il aime plus que tout et de Derek, celui qui était devenu un sale type.

C’est donc avec grand plaisir que j’ai replongé dans cette folle aventure qui décortique l’Ancien Testament, qui nous fait vivre une partie de ses grands épisodes, nous le montrant sous un autre jour et qui nous fait vivre aussi les débuts de l’Humanité.

Le côté Historique est bien rendu, on sent le travail de l’auteur derrière son récit, qu’il nous conte avec une facilité déconcertante, même si, le début de ce deuxième tome est un peu long et répétitif.

Noam, toujours amoureux de sa Noura, la cherche partout, marche énormément, découvre le Monde après un long sommeil réparateur (dans le sens premier du terme) et à un moment donné, j’ai eu l’impression que l’on tournait un peu en rond, tel un chien après sa queue.

Heureusement, une fois arrivé à Babel, le récit va redevenir intéressant, bouger, nous apprendre des choses, nous présenter des personnages intéressants et hautement attachants, tel la reine Kubaba et Gawan le sorcier (qui n’en est pas vraiment un, vous connaîtrez son truc si vous lisez le roman).

La tour de Babel, celle qui va s’écrouler… Je ne divulgâche pas, tout le monde connaît l’Histoire, le récit, la légende (biffez les mentions que vous ne gardez pas), de plus, la tour est représentée sur la couverture.

Par contre, je resterai muette sur l’autre épisode important de l’Ancien Testament dans lequel Noura aura une importance capitale, bien que je n’aie pas aimé son comportement de manipulatrice.

Dans ce récit, une fois de plus, la fiction se mêle habillement et intelligemment avec l’Histoire de l’Humanité et l’Ancien Testament. L’imaginaire est au pouvoir, le fantastique aussi (immortalité), sans jamais que cela devienne trop lourd.

La politique est bien présente, avec ses jeux de pouvoirs, ses guerres, ses ruses pour en éviter une, les débuts de l’espionnage, de l’écriture et la mégalomanie d’un roi qui ne se sent plus péter et se fait construire un immense phallus pour causer avec les Dieux. Faut de viagra©, sa tour débandera…

Le reproche que je ferai à cet opus, c’est le Grand Méchant, Nemrod. Oui, je sais, il existe des dictateurs, des tyrans encore pire que lui, plus sadiques, plus meurtriers, plus mégalos, bref des salopards qui n’auront aucunes circonstances atténuantes. Dans le rôle de l’ordure de service, il est parfait : seul, parano, violent, toujours à la recherche de plus de richesses…

Ce n’est pas le personnage de Nemrod que je remets en question, c’est l’homme qui se cache derrière le roi. Ceux et celles qui l’ont lus savent de qui je veux parler.

S’il y a bien un truc que je n’aime pas, en littérature, ce sont les méchants récurrents. Si Joe Dalton me fait rire, j’apprécie quand l’auteur crée d’autres méchants, au lieu de prendre toujours le même. D’accord, le méchant de ce roman est immortel aussi, mais j’espère qu’il ne va pas s’introduire dans toutes les peaux de tous les salopards de l’Histoire, sinon, je vais faire un malheur. De la diversité, que diable !

Hormis ce bémol, le récit m’a captivé et j’ai dévoré les 580 pages sur deux jours. Le projet de l’auteur est ambitieux : raconter, en 8 volumes, l’Histoire de l’Humanité. Mais le raconter à la manière de Dumas, avec des aventures, de la flamboyance, des amitiés (et sans ghost writer j’espère).

À la fois récit initiatique, quête, roman d’aventure, d’amour, roman historique, biblique, politique, religieux, polar, ce deuxième tome confirme tout le plaisir ressenti dans le premier, malgré mes bémols. Schmitt est un formidable conteur et je serai au rendez-vous pour la partie Égyptienne.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2022 au 11 Juillet 2023) [Lecture N°006] et Le pavé de l’été 2022 (Sur mes Brizées).

Marshal Bass – Tome 6 – Los Lobos : Darko Macan et Igor Kordey

Titre : Marshal Bass – Tome 6 – Los Lobos

Scénariste : Darko Macan
Dessinateur : Igor Kordey

Édition : Delcourt (31/03/2021)

Résumé :
Lorsque Bass arrive à la Hacienda où Don Vega a recueilli sa famille, il réalise que le sauvage gang de Los Lobos occupe les lieux.

Leur chef, Joaquin, le frère de Don Vega, convoite même l’une des filles de Bass.

Alors que la cérémonie de mariage se profile, pas moyen de prédire qui sortira vivant de la bataille qui se prépare entre les bandits et la famille de Bass.

Critique :
Désolée, Los Lobos n’est pas le groupe de chanteurs à la mode qui a fait trémousser des gens sur un l’air entraînant de ♫ La Bamba ♪

Non, dans cet album, c’est un gang de bandits sans scrupules, qui en ont marre de leur liberté faite de jours sans manger, de nuits à la belle étoile, alors, ils décident d’aller crécher chez le frangin de leur chef, Don Vega (qui n’est pas apparenté à Zorro).

Pas de bol, c’est ce fameux Don Vega qui poursuivait de ses assiduités la femme de River Bass et c’est dans son hacienda qu’elle est partie vivre, emmenant toute sa marmaille, moins un fils assassiné, moins une fille de 15 ans presque mariée.

Une fois de plus, nous sommes dans un scénario violent. Oubliez le far-west de Lucky Luke, ici, le méchant n’hésitera pas une seconde à flinguer un gamin qui ne lui a rien fait et un gosse pourrait aussi égorger un homme… Il n’y a plus de jeunesse, ma bonne dame !

River Bass est un personnage étrange, on ne sait jamais trop de quel côté il va pencher. Il dit qu’il se fiche de sa femme (Bathsheba), il se trompe dans le nom de ses gosses, il n’est jamais là, mais il est prêt à tout pour défendre les siens et les siens aussi.

Mettant en avant la petite famille de Bass, ce tome ne fait pas dans la dentelle, tout en restant dans l’ultra classique : un homme qui tente de sauver sa famille des bandits assassins, sa famille qui tente de résister, le reste du personnel qui manque de courage pour résister.

Si le scénario est classique, les personnages qui composent la famille Bass le sont moins et ce sont eux qui poussent l’album vers le haut, ainsi que les dessins Igor Kordey. Ils sont spéciaux, j’ai dû m’habituer à eux, mais au moins, sous son crayon, les personnages ne sont pas statiques, comme dans d’autres bédés.

Les dessins sont vivants, l’action est bien rendue et les doubles pages sont toujours époustouflantes.

Les méchants sont des salopards, bien entendu, mais ils ont été travaillés, ils ont leur faiblesses, leurs blessures et l’un d’entre eux ne manquera pas de couilles, entre nous, face à la gamine de Bass, Ruth.

Un western noir (sans mauvais jeu de mot), violent, sans concession, ultra réaliste et tirant plus vers le Tarantino que le Tchoupi. Le far-west n’était pas le pays des Bisounours, que du contraire.

Malgré la violence et les situations dramatiques, la bédé ne devient jamais larmoyante, se permettant même quelques traits d’humour.

Un 6ème album qui continue dans la bonne lignée des premiers et des personnages que l’on continue de découvrir, qui n’ont pas fini de nous surprendre.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2022 au 11 Juillet 2023) [Lecture N°005] et Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 56 pages).