Le Bureau des Affaires Occultes – 02 – Le Fantôme du Vicaire : Éric Fouassier [Par Dame Ida, créature inquiétante qui hante les coins sombres des bibliothèques]

Titre : Le Bureau des Affaires Occultes – 02 – Le Fantôme du Vicaire

Auteur : Éric Fouassier
Édition : Albin Michel (22/04/2022)

Résumé :
Valentin Verne, inspecteur en charge du Bureau des Affaires Occultes, doit résoudre une nouvelle affaire : un médium aurait recours au spiritisme et à de mystérieux pouvoirs extralucides pour ramener à la vie de la fille de Ferdinand d’Orval, un noble très fortuné. Tables tournantes, étranges apparitions, incarnations inexplicables… Mystification ou réalité ?

Des bas-fonds parisiens aux salons de la haute société, des espions de Vidocq aux troublants mystères du spiritisme, l’auteur nous entraîne dans un polar crépusculaire et addictif.

L’avis de Dame Ida :
Un peu lapidaire le résumé Babelio, non ? Oui, Valentin est appelé par une jolie aristobourge qui s’inquiète de voir son mari tomber sous la coupe d’un médium prétendant le mettre en contact avec sa fille défunte qu’il avait eu d’un précédent mariage…

Oui Valentin ne croit pas plus que cette dame à ces âneries et est prêt à venir démontrer l’escroquerie…

D’autant qu’en ces périodes de changements politiques instables, les préfets de police changent tous les quatre matins et qu’à chaque fois c’est la pérennité du bureau des affaires occultes qui se trouve menacée si Valentin de montre pas d’édifiants résultats.

Qui plus est, ce bureau serait d’autant plus facile à fermer qu’il en est le seul inspecteur, et que l’adjoint qu’on vient de lui donner, malgré son implication, ne représente pas une équipe pléthorique difficile à réaffecter en cas de fermeture du service.

Cette nouvelle affaire est donc cruciale, mais… Elle n’est pas la seule qui occupera Valentin, toujours décidé à retrouver le Vicaire, religieux dévoyé machiavélique à l’âme noire et nauséabonde avec qui il a quelques comptes personnels à régler depuis le volume précédent. Et croyez-moi, ça le préoccupera bien plus que son affaire de médium, tout au long du livre.

Ben oui ! D’où vient le titre du roman à votre avis ? Aucun rapport avec ce qui semble à première vue n’être qu’ un abus de faiblesse et de crédulité de la part d’un médium supposé escroc.

Dame Belette ne vous l’avait-elle pas dit dans son billet concernant le premier Opus des Enquêtes de Valentin Verne ?

Ne vous avait-elle pas fait part de ses regrets de ne pas avoir eu d’éclaircissements sur ce fameux Vicaire dont l’ombre planait déjà dans le premier volume, mais qui n’avait pas été récompensé selon ses mérites par la fraîche caresse de sa nuque par le couperet de la Veuve au petit matin en place publique comme on le faisait à l’époque?

Une belle époque où l’on savait vivre et où faute de télévision et d’internet, on savait proposer d’édifiants spectacles pour distraire la population qui se levait tôt ; ou surtout qui se couchait plus que tard puisque le public des exécutions capitales était surtout composé de fêtards noctambules qui après une nuit blanche venaient terminer « joyeusement » leur fiesta par une petite décapitation avant d’aller se coucher… on savait s’amuser y a pas à dire !

Et ben voilà ! Vous saurez tout ! Enfin presque… Car si vous vous êtes déjà approprié l’atmosphère du premier volet, vous vous doutez bien que le monstrueux homme d’Eglise pour à qui la soutane ne sert que de raison sociale et de couverture à défaut d’être une véritable vocation, gardera une petite part de mystère.

Je ne peux hélas vous en dire trop à ce sujet car il me faudrait cruellement spoiler et ôter à ce roman toute sa substantifique moelle. On dira juste qu’avec toutes les affaires qui agite l’Église Catholique en ce moment… ce vicaire là en rajoute une sacrée couche.

Je souscris aux bémols jadis posés par Belette, et je commencerai par eux pour pouvoir en terminer sur la note très positive que ce roman mérite.

Oui, on va finir par le savoir que Valentin est beau, bien fichu et pété de thunes… Et on le saura aussi que sa copine Aglaé, actrice (qui manque toutefois d’un peu de profondeur psychologique, je trouve) est également trèèèèès belle… Et qu’elle est étrangement vertueuse si l’on considère la vie des actrices de l’époque qui en réalité n’étaient pas autre chose que des cocottes (prostituées de luxe ayant un métier officiel à côté pour donner le change) …

Si le personnage d’Aglaé n’a pas beaucoup de profondeur psychologique, pour celui de Valentin c’est autre chose. Déjà il s’appelle Verne. Comme Jules. L’auteur a décidé d’en faire un adepte des vérités scientifiques bien décidées à faire sortir le monde d’une vision enchantée où l’occulte flirte avec l’obscurantisme.

Car oui, tandis que le positivisme de la fin du XIXe siècle et la science mettaient la religion à mal, les « brillants esprits » de l’époque se cherchaient des théories fantastiques alternatives pour offrir un peu de sursis à l’âme et aux forces de l’esprit.

Valentin est l’incarnation des idéaux de son époque qui voyait en la science la clé de l’édification universelle… Et l’affaire de spiritisme sur laquelle il devra travailler est quant à elle l’expression des résistance des vestiges de la « pensée magique » de cette époque face à la science.

Et puis sans vouloir spoiler pour celles et ceux qui auraient manqué le premier volume (je recommande fortement de lire les livres dans l’ordre !!!), Valentin a bien morflé dans sa jeunesse et il en paye encore lourdement le prix… Et sa chérie aussi indirectement.

Cela étant… j’ajouterais volontiers un petit bémol supplémentaire, lorsqu’il est question des difficultés que rencontrent les tourtereaux qui se tournent autour en peinant à conclure.

OK, repousser le moment de conclure est aussi un artifice très pratique pour l’écrivain qui veut bien faire monter le désir chez ses lecteurs en même temps qu’il diffère la satisfaction de celui pouvant exister entre ses personnages…

OK, avec ce que Valentin a vécu on peut comprendre que ce soit un peu compliqué…

OK, cette complication est parfaitement crédible… Mais… elle aurait pu être un peu mieux décrite ou développée sur le plan psychologique.

Le voile de pudeur qui permet de ne pas entrer dans les détails peut certes rester crédible vu l’époque dans laquelle l’action se déroule, mais peut-être l’auteur aurait-il pu aller plus loin ?

Mais on ne se crispera pas là-dessus car le mieux est parfois l’ennemi du bien et se hasarder sur les sables mouvants de la psychologie est souvent très casse-gueule pour les auteurs car c’est un sujet difficile à maîtriser assez pour être crédible et éviter le ridicule.

Je reconnais aussi que ce bémol dans le bémol devient carrément sibyllin pour qui n’a pas lu le livre. Donc lisez-le et vous comprendrez. En dire plus serait du divulgâchage en règle. Notamment pour celles et ceux qui n’auraient pas encore lu le premier opus.

Et loin de moi l’intention de gâcher la lecture de ce roman bien écrit, bien construit, divertissant et très bien documenté. L’intrigue s’enracine dans l’Histoire avec beaucoup d’adresse et de talent, nous faisant rencontrer au passage quelques personnages ayant réellement existé et ce, sans jamais faire outrage à ce que l’Histoire nous a transmis d’eux.

Les explications contextuelles sont amenées sans pesanteur aucune, sans jamais paraître artificielle, les scènes de la vie quotidienne se mêlent aux passages descriptifs et aux intrigues de manière vivante et authentique.

Faire du polar historique est un art difficile. Il faut maîtriser divers sujets : l’organisation de la police à l’époque, les mœurs de l’époque, le langage populaire des brigands de l’époque, le contexte politique, économique, les courants artistiques, culturels etc.

Et Monsieur Fouassier a manifestement très très très bien travaillé son sujet. On le sent tout au long de ce livre qui devient une véritable machine à remonter le temps, et les notes de bas-de-page et les références annoncées en fin de livre viennent compléter ce constat.

Les deux intrigues traitées en parallèle sont glauques et retorses. L’auteur cherche à les rendre complexe évidemment, mais les habitués des romans policiers pourront cependant voir parfois vers où il nous conduit quant à la résolution des intrigues.

D’ailleurs je dois avouer que mon intuition m’avait déjà permis d’anticiper quelques coups de théâtres dans l’affaire du Vicaire, et de deviner dès les premiers chapitres, voire dès sa présentation initiale, l’identité de la personne responsable des drames accompagnant l’intrigue du médium.

À moins que je ne sois médium moi-même ? Je vais songer à une reconversion professionnelle un de ces jours… Il paraît que ça gagne bien…

Le jeu de piste angoissant que le Vicaire « proposera » (lui laissait il le choix ?) à Valentin nous demandera en revanche d’être plus patients puisque les éléments nous seront distillés qu’au fur et à mesure de la progression de notre héros dans sa quête (à ce niveau là ce n’est plus une simple enquête) où les découvertes macabres et douloureuses se suivent, faisant monter le niveau d’angoisse peu à peu.

Le suspense est bien ménagé, chaque fin de chapitre nous laissant sur notre faim et nous encourageant à lire le suivant, le degré d’action et de tension montant crescendo lors de la lecture.

Résultat… Je me suis couchée toujours plus tard que prévu pendant les quelques jours qu’a duré ma lecture…

Voilà pourquoi je n’étais pas en forme au boulot ces derniers jours ! C’est à cause du Sieur Fouassier Madame la Cheffe de Sévice !

Et si le Sieur Fouassier finit par nous laisser un peu sur notre faim lors des dernières pages, c’est je l’espère pour nous éprouver notre désir de retrouver ses personnages pour un troisième volume qui est déjà virtuellement dans ma PAL avant même qu’il ne paraisse.

Il ne nous reste plus qu’à espérer que l’auteur projette de reprendre sa plume…