Orcs & Gobelins- Tome 16 – Morogg : Sylvain Cordurié et Stéphane Créty

Titre : Orcs & Gobelins- Tome 16 – Morogg

Scénariste : Sylvain Cordurié
Dessinateur : Stéphane Créty

Édition : Soleil (20/04/2022)

Résumé :
Arrachés à l’Est de la Birkanie par des marchands d’esclaves, Morogg et des dizaines d’Orcs sont conduits en Ourann. Avec un compagnon de cellule, il profite de l’étroitesse des lacets montagneux que le convoi emprunte pour provoquer la chute de son fourgon.

Les survivants doivent alors traverser des marais qu’on dit habités par une créature légendaire. Ils n’ont d’autre choix que s’y enfoncer.

Critique :
Dans les peuplades Orcs, toutes ne sont pas des tribus composées de guerriers assoiffés de batailles, de violences, de sang ou d’étripaillements en tout genre. Non, certaines vivent tranquillement leur petite vie d’Orcs.

Puis vinrent les esclavagistes… Ce n’étaient pas des Hommes, pas des Elfes, même pas des Nains non plus, juste des Orcs, mais des bagarreurs, cette fois.

Moroog n’est pas un guerrier, sa famille s’est faite assassiner par les esclavagistes et il a réussi à leur fausser compagnie, avec quatre compagnons d’infortune et leur fuite se déroulera au milieu d’un marais où, paraît-il, rôde une bête qui a réussi à foutre les chocottes à Ayraak, le redoutable capitaine de la compagnie du Croc de Fer (personnage du tome 6).

Pour une fois, nous sommes loin des clichés habituels avec les Orcs. Le scénario tourne autour du survivalisme, mais pas dans une arène avec des guerriers balèzes, juste dans un marais des plus inquiétant, donnant lieu à un huis-clos vaseux, qui ne s’enlisera jamais tant il est bien pensé.

C’est une chasse à l’Orc ou chasseurs et proies appartiennent au même peuple. Juste que les poursuivants sont des guerriers et les poursuivis des non-guerriers, épuisés, blessés… Chances de survie des fugitifs en cas d’affrontement avec les chasseurs ? Zéro !

Les dessins sont superbes, les couleurs tout autant et le tout donne une vie propre au marais, sans que l’on ait besoin d’en dire trop. Il est présent, on ne sait pas ce que cache ses eaux boueuses, mais on n’est pas pressé de le découvrir. D’ailleurs, qui a envie de croiser le truc horrible qui vit dans un marais ??

Moroog est un Orc comme je n’en ai pas encore croisé dans la saga : il est proche de la nature, il connaît les plantes qui soignent, il se dévoue pour ses compagnons qui se sont enfuis avec lui.

La saloperie qui hante les marais n’est pas un monstre ordinaire, ce que j’ai apprécié. Il y avait une véritable recherche dans le truc. Pas dans le côté horrible, mais dans le côté « nature ». Je n’en dirai pas plus.

Le scénario de la chasse à l’homme, même si ce sont des Orcs, semble convenu, trop vu, mais les auteurs ne se sont pas contentés de nous servir un truc réchauffé en copiant les recettes connues. Ils ont mis leur grain de sel à eux, le petit truc en plus, notamment dans les personnages, dont Moroog, Orc qui n’est pas guerrier, qui rêve d’une autre vie, de passer à autre chose.

Ils n’étaient pas des guerriers, mais leur union a fait leur force face à la Nature qui ne rigolait pas !

Un album qui nous propose autre chose que les Orcs habituels, un peuple de l’Est qui n’a pas la violence chevillée au corps, qui n’appartiennent pas à des compagnies de guerres, qui ont d’autre objectifs de vie.

C’est tout aussi appréciable que de mettre en scène des guerrières Orcs. Et comme les scénarios sont bien foutus, moi je signe pour en avoir encore d’autres ainsi !

Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 56 pages).