Le dernier Loup garou : Glen Duncan [Par Dame Ida, qui n’a rien contre la disparition de certaines espèces]

Titre : Le dernier Loup garou

Auteur : Glen Duncan
Édition : Denoël Lunes d’encre (2013) / Folio SF (2014)
Édition Originale : The Last Werewolf (2011)
Traduction : Michelle Charrier

Résumé :
Jake Marlowe est le dernier de sa race.

Pourchassé par des tueurs fanatiques qui ont juré de lui trancher la tête, protégé contre son gré par une organisation secrète désireuse de vivre au grand jour, Jake a décidé d’arrêter de fuir. La prochaine pleine lune sera sa dernière.

« Va où tu peux, meurs où tu dois. »

Mais pour le vieux loup-garou suicidaire et blasé, rien ne va se dérouler comme prévu.

Par définition, l’amour est imprévisible.

L’avis de Dame Ida :
Franchement, ce livre m’a posé un gros problème. J’ai failli plusieurs fois, et dès la première dizaine de pages, refermer l’ouvrage ou lui apprendre à voler. Mais les pavés ça ne vole pas bien il paraît…

La première dizaine de pages est d’emblée difficile à suivre. L’auteur y pose le décor par petite touches, mais en vous donnant l’impression de prendre l’action en cours de route, comme si vous aviez manqué le premier chapitre, voire un volume précédent.

La lectrice a donc dû s’accrocher pour comprendre ce qu’elle lisait, relisant même certaines phrases ou paragraphes du fait du style d’écriture souvent elliptique ou vaporeux.

J’ai bien essayé de persévérer, de donner une chance à l’auteur… d’autant que les avis Babelio étaient plutôt pas mauvais, voyant même une certaine profondeur dans ce roman (lire l’avis d’Yvan).

Et puis je trouvais que l’écriture déployait un style et une certaine forme d’originalité, ce qui est de plus en plus rare et en particulier dans le genre fantastique…

C’est cette écriture qui pendant un moment m’a incitée à m’accrocher à ces pages qui me brûlaient les doigts et les yeux comme si elles déclenchaient chez moi une vive réaction allergique. Hélas ça n’a pas suffi. Même si l’action débute à Londres et qu’on aime Londres.

Non. Trop c’est trop ! A la page 100, n’étant toujours pas rassurée sur une évolution favorable de mes premières impressions, et au contraire, ne cessant de ressentir une profonde irritation allant crescendo à chaque page… J’ai abandonné.

L’auteur serait-il parvenu à redresser la barre et à me rendre son héros plus sympathique pendant les 400 pages suivantes ? Je n’en saurais probablement jamais rien…

Mais je me dis qu’après tout c’est plus sa faute que la mienne. Il n’avait qu’à pas le rendre aussi antipathique dès le départ. Il m’aurait donné envie d’en lire davantage. 100 pages c’est tout de même censé donner assez d’indices sur ce que sera la lecture d’un livre, non ?

Anybref… Pourquoi ce livre m’est-il tombé des mains ?

Et bien… Jake Marlow n’est pas seulement le dernier loup-garou au monde (rien que ça !)… C’est aussi un sacré connard de macho de bas étage jouant les mâles alpha et prenant les femmes pour de simples objets sexuels.

Il vous dira que c’est pour ne pas s’attacher… Parce que s’attacher à une femme quand on vit cinq fois plus longtemps que les humains à moins de se faire trucider par de l’argent, c’est compliqué… Parce qu’on risque de les bouffer sans le faire exprès… Parce qu’on ne veut pas les voir vieillir (Hé connard ! tu crois que mon mari il a envie de me voir vieillir même s’il ne rajeunit pas lui-même ???)… Parce qu’il a une vie compliquée (fais des gosses tu verras ce que c’est une vie compliquée crétin !)…

Aucun des clichés du macho de base ne nous sera épargné. Marlow coche toutes les cases, même si de manière surprenante il parvient à nouer au fil des décennies une amitié avec un homme homosexuel…

Cela étant, la répétition régulière du mot « tante » pour les désigner dans les propos du héros pourra malgré tout nous crisper quelque peu, véhiculant une certaine homophobie dérangeante. On connaît aussi plein de racistes qui mettent en avant leur ami noir comme alibi, non ?

Et oui vous l’aurez compris, ce mec me sortait par les yeux dès les premières pages. Forcément ça n’aide pas quand on se rend compte qu’il va falloir se fader ses cogitations nombrilistes et pathétiques pendant 357pages (chez Denoël, 464 pages en format Folio) !

Ah oui ! Parce que le gars, il donne dans l’introspection ! En effet, le livre est rédigé comme un récit à la première personne.

Chaque geste le plus anodin de la vie quotidienne est accompagné d’un flux verbeux de pensées qui se déploie encore et encore… pour vous faire comprendre à quel point il sait tout… il a tout vu, tout lu, tout entendu…

Au point de connaître l’histoire du premier pékin qui passe rien qu’à son odeur. Ben oui en quatre cents ans on en apprend des choses !

Donc je récapitule, il est presque immortel, super fort, il est aussi pété de thunes car il est à la tête de sociétés florissantes, les femmes se pâment devant lui-même s’il préfère celles qu’on paie (rappel aux messieurs: être client de prostituées fait de vous un complice du système prostitutionnel et c’est pourquoi en France c’est devenu un délit)… Et il préfère s’envoyer en l’air dans les palaces hors de prix où il claque son pognon… Et en plus il sait tout… Et il blablate, il blablate…

De fait, on n’a pas fini de l’entendre blablater. Et puis attention ! Il ne blablate pas n’importe comment ! Non Madame ! Du vocabulaire choisi, soutenu… Du vocabulaire d’intello… Ce qui rend sa misogynie et son machisme encore plus insupportables puisqu’il théorise dessus et vous ferait presque admettre qu’il a raison d’être un gros con.

Et puis excusez-moi… Sans vouloir jouer les prudes coincées, mais quand ce genre de type vous explique comment il pratique la sodomie avec une call-girl avant d’arriver à la page 50, c’est un peu too much à mon goût. Ah ben oui, sa sexualité est digne d’un film porno.

De l’oral, du vaginal et on finit par de l’enculage en position d’offrande… Aucun détail ne vous sera épargné. Pitié !!!! Si je voulais du porno, je sais où en trouver sur le net… Ce déballage impudique, totalement inutile, participe un peu plus à réduire la femme à une poupée gonflable perfectionnée.

Quand un auteur charge un de ses personnages d’une quasi toute-puissance je trouve ça insupportable car souvent ce sont ses propres fantasmes de toute puissance (et sexuels) qu’il projette sur son personnage essayant de les vivre par la procuration de la fiction à défaut de les vivre en vrai.

Et quand cette toute-puissance vous tombe comme un pavé sur la tronche dès les premières pages avec une telle intensité, ça a toujours quelque chose de trop lourd à digérer, parce que ça laisse penser que ça va être comme ça, voire pire, pendant les quelques centaines de pages qui vont suivre.

Et oui, quand tu vas dans un resto qui ne paie pas de mine, et que l’entrée est lourde et dégueulasse, qui a encore envie de se hasarder à manger le plat principal pour mériter un dessert qui apparaît déjà hasardeux ??? Et ben pas moi !

Et puis le côté seul contre tous, le dernier de sa race, pourchassé parce que les autres seraient jaloux de n’être pas aussi géniaux que lui et voudraient s’attribuer une certaine forme de prestige, en ayant réussi à le dominer, en clouant sa tête au mur comme trophée… et bien, on est pas loin de la logique du délire du paranoïaque qui estime généralement être persécuté en raison de sa propre supériorité sur ses persécuteurs.

J’aime bien les histoires de vampires ou de loup-garou. C’est un thème qui permet de déployer bien des questionnements sur la fragilité de la condition humaine, sur la façon dont nous débrouillons de notre part d’animalité etc…

Mais trop souvent les auteurs font de ce thème une espèce de délire égotique, transformant ce qui est supposé être une malédiction ou un fardeau douloureux en plainte geignarde et complaisante servant d’alibi à la glorification du surhomme ou de la surfemme aux pouvoirs infinis, sur lesquels certains auteurs fantasment à fond les ballons, en espérant que leurs lecteurs suivront.

Dans ce registre pénible, Glen Duncan n’a ici pas fait mieux qu’Anne Rice qui m’avait déjà bien ennuyée!

Et les cent premières pages de ce roman n’ont pas suffisamment échappé à la règle pour retenir mes beaux yeux.

Il est loin le Dracula de Braham Stocker ! Il est loin le Loup-Garou de Londres !

En résumé, si mon frère, un brin macho, aurait certainement trouvé son compte dans ce livre, les 100 premières pages ne peuvent que heurter les femmes un peu concernées par les idées féministes…

Et les habitués du genre fantastique ne trouveront pas beaucoup d’originalité, voire un brin de médiocrité dans le traitement du thème de la lycanthropie.

Chacun appréciera donc ce livre en fonction de ce qu’il est… Mais ma notation à moi sera sans appel !

27 réflexions au sujet de « Le dernier Loup garou : Glen Duncan [Par Dame Ida, qui n’a rien contre la disparition de certaines espèces] »

  1. Ta chronique est en fait plus longue que ce que tu as lu du livre ;-).
    Dans mon souvenir (lointain), il fallait vraiment lire ce livre au second degré, ce n’est clairement pas pour s’attacher au personnage; Mais au contraire pour en critiquer le comportement.
    Mais c’est une lecture trop ancienne pour que j’en garde de vrais souvenirs 😉

    Aimé par 1 personne

    • T’as presque raison! 😆 J’ai presque atteint les 100 pages pour critiquer :D!!! Plus sérieusement, c’est surtout que je me sens toujours obligée de justifier et d’argumenter très précisément mes critiques afin de m’aider à voir jusqu’à quel point elles objectives ou subjectives. C’est que le type qui a écrit ce livre a beaucoup bossé pour ce résultat, de fait j’ai du mal à faire de la critique gratuite. 😉

      D’ailleurs je précise bien : je ne suis pas allé au-delà d’un certain stade parce que ce que je lisais jusque là me heurtait trop pour me rendre la suite intéressante, et je peux reconnaître que si on est un peu moins pointilleux sur certaines choses, on peut apprécier. Avec Belette nous avons par exemple beaucoup apprécié Anne Rice lorsque nous étions adotes, mais mes lectures plus récentes de Rice avec mes yeux de femme un peu plus mûre (pour ne pas dire carrément blette) ont été surtout marquées d’ennui… Il y a des lectures qu’on apprécie à certains âges et moins à d’autres, ou en fonction de sa sensibilité personnelle. E je préfère effectivement bien insister là-dessus : ma « critique » est le reflet de mon déplaisir face au livre mais ne se prétend pas un mètre-étalon du bon goût littéraire.

      Oui, on peut faire une lecture au second degré si on veut… Et c’est vrai en réalité pour tous les torchons heu pardon… pour n’importe quel livre. C’est un peu comme regarder des navets notoires à la télé, juste pour se moquer de ceux qui se sont pris au sérieux en le tournant… Un peu comme quand on regarde le concours Eurovision… Les Sissi avec Romy Schneider, ou la série des Angéliques… Mais quand on fait ça, c’est avec des copines en bouffant des pizzas et en se soulant aux mojtos… Quand je suis seule, en réalité lire ou regarder des films pour m’en moquer ne me paraît pas très drôle en fait.

      Et puis j’aime bien être prévenue à l’avance ou que les choses soient plus claire quand l’auteur veut être lu au second degré. Certains parviennent très bien à poser clairement au lecteur qu’on est dans ce registre. « Le Mystère Sherlock » de JM Erre est claire dès le départ par exemple. La série des « Y-a-t-il un pilote… » ou « Y-a-t-il un flic… », les Johnny English etc… c’est clairement de la parodie. Même le Loup Garou de Londres est à voir au second degré et c’est assez clair. Là pour ce livre, franchement ça m’a complètement échappé. Je n’ai pas vu que l’intention de l’auteur était de le lire au second degré. Il l’a peut-être dit dans une interview… un jour… Mais elle m’a échappée! 😉

      D’ailleurs, je serais bien curieuse d’avoir des retours de la part des courageuses et courageux qui seraient allés au bout de ce livre. Franchement ça m’intéresse. Parce que même si j’essaie de mettre de l’humour dans mes retours critiques de lectures, je ne suis pas à l’aise quand je dois faire un retour aussi acide, notamment quand j’ai renoncé à aller au bout du livre (ce qui est assez rare en ce qui me concerne). Avis aux amateurs et aux amatrices! 🙂

      Aimé par 2 personnes

      • Ben je n’aurais rien contre le fait que tu le lise pour avis! 😁

        J’ai lu des critiques sur le net qui laissent justement penser que j’ai abandonné juste avant que ça ne devienne intéressant ! 🤔

        Et d’autres qui regrettent des longueurs (les 100 premières pages évidemment!) alternant avec des passages au rythme trop précipité ce qui donnerait un résultat pas équilibré… 🤨

        Et une autre critique qui confirme que Marlowe est un obsédé du début à la fin… et ça je trouve ça lourd…☹️

        Anybref, il y a beaucoup de retours différents et aucun n’a été aussi dur que le mien. De fait… il n’est pas impossible que tu y trouves ton bonheur quand même ! 😉

        Aimé par 1 personne

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.