Karoo boy : Troy Blacklaws

Titre : Karoo boy

Auteur : Troy Blacklaws
Édition : Points (2008)
Édition Originale : Karoo boy (2004)
Traduction : Pierre Guglielmina

Résumé :
Noël 1976. Le frère jumeau de Douglas meurt accidentellement. Fils désormais unique d’une famille blanche et aisée, Douglas doit quitter le paradis du Cap pour s’installer avec sa mère dans la région aride de Karoo.

Il se retrouve brutalement plongé dans une communauté où l’apartheid est présent au quotidien. Au cœur des ténèbres, il trouvera pourtant un peu de réconfort entre la radieuse Marika et le vieux Moses, un Noir qui rêve de terre promise…

Critique :
Puisque j’avais bouffé de la ségrégation à la sauce américaine, je me suis dit qu’il était temps de prendre l’air et d’aller faire un tour ailleurs, en Afrique du Sud, là où l’apartheid règne encore et toujours (nous sommes en 1976).

Le Cap. Là où vivent les jumeaux, Douglas et Marsden, c’est la belle vie : plages, océan, écoles privées, quartiers résidentiels et personnel Noir pour faire les sales besognes.

Leur plage est White Only, bien entendu. Les enfants n’en ont pas vraiment conscience. Leur père n’est pas un raciste pourtant, il a même donné une trempe à ses gamins qui s’étaient moqué de leur jardinier Noir. Mais ils sont les complices de ce système.

Un accident, une perte terrible, va faire basculer la famille, la faire exploser de l’intérieur et Douglas va se retrouver, avec sa mère et leur bonne, dans le quartier de Karoo, loin du Cap et de ses plages, dans une région aride de l’Afrique du sud profonde, là où l’apartheid est bien plus visible.

C’est un roman sur l’apprentissage, sur le deuil impossible à faire : des parents qui perdent un enfant, un enfant qui perd son jumeau, une partie entière de lui-même.

C’est aussi l’apprentissage de la vie dans un autre quartier, où l’on devient tête de Turc des autres, parce que l’on vient d’une belle ville, qu’on était surfeur. Pour les gamins de son école, il est une tapette, un pédé. Pour les profs, il faut être capable de tuer des animaux, de les disséquer, sinon, vous deviendrez une femmelette, un pédé, de nouveau.

C’est aussi l’apprentissage, pour Douglas, de ce qu’est le racisme, l’apartheid et c’est violent. Dans son quartier, il ne s’en rendait pas vraiment compte, là, il se heurte à ces non-droit pour les Noirs, en devenant copain avec un vieux pompiste.

Je m’attendais à un roman encore plus sombre, encore plus violent, vu les sujets traités. N’allez pas croire que c’est gentillet, non, non, loin de là, mais cela aurait pu être encore plus sombre dans le récit.

Hélas, il a manquer des émotions dans l’écriture. Nous sommes tout de même face à la perte accidentelle d’un enfant de 14 ans et d’un frère jumeau, je m’attendais donc à avoir les larmes aux yeux à un moment donné. Ben non.

Ce récit est émaillé de multiples mots en afrikaner et en xhosa, et au lieu d’en avoir la traduction en bas de page, il faut se reporter sans cesse au glossaire de fin d’ouvrage, ce qui n’est pas pratique du tout. Pas rédhibitoire, mais plus ennuyeux.

Dans l’ensemble, ma lecture fut agréable et ce roman s’est terminé trop vite, sans pour autant se terminer mal. Il permet avant tout de se faire une idée de ce qu’il se passait en Afrique du Sud à la fin des années 70, quand l’apartheid était toujours présent, mais que les Noirs commençaient à en avoir plus qu’assez des dénigrements des Blancs, d’être leurs larbins et de ne pas pouvoir se déplacer sans laisser-passer.

On sent qu’une page est en train de se tourner, qu’elle prendra du temps, mais que la révolte gronde…

Une écriture sans artifices, sans pathos, sans fioritures, sans effet de manche. Parfois, j’ai trouvé le ton assez froid, mais dans l’ensemble, ce fut une belle découverte.

Le Challenge « Le tour du monde en 80 livres chez Bidb » (Afrique du Sud).

13 réflexions au sujet de « Karoo boy : Troy Blacklaws »

  1. Ping : Bilan Mensuel Livresque : Septembre 2022 [MOIS AMÉRICAIN 2022] | The Cannibal Lecteur

    • Tu me fais penser à notre reine, Mathilde, pas Paola, qui avait fait une capsule et à la fin elle disait que « le harcèlement c’est mal », mais d’une façon telle que j’ai hurlé de rire ! Poutine l’aurait dit, je me serais pissée dessus de peur, mais la reine, là, ça ne faisait même pas peur, limite drôle ! 😆

      Heureusement, tu es plus drôle que notre reine, pas de balai brosse dans le pèt !

      J’aime

      • Ben ouais… mais moi je suis pas reine! En fait pour être reine, il faut accepter qu’on te mette un manche à balais où je pense avec obligation de le garder à vie! Juste avant ton mariage, ils se mettent à quatre ou cinq sur toi pour te tenir pendant que la reine précédente t’enfonce le manche elle-même. Une tradition cachée que j’ose enfin révéler ici (c’est pour ça que j’ai pas épousé Charles)!😱

        Et en plus tu dois t’habiller avec des fringues de vieilles! Purée regarde la pauvre Princess Katerine (ils l’appellent encore par son nom de jeune fille dans la presse française alors qu’elle est Princesse de la Gale maintenant !), comment elle est obligée de se fringuer depuis son mariage ! On a les mêmes trucs dans les catalogues Damar ou Daxxon (avec mannequins du troisième âge)! C’est cousu avec des vieux patrons des années 50 !!! 😱

        Aimé par 1 personne

        • Ah, je comprends mieux maintenant ! Un balai de brosse dans le cul… Notre reine Paola n’a pas dû recevoir le sien, elle était très libertine lorsqu’elle était encore princesse et son époux a fait un enfant dans son dos, qu’il ne voulait pas reconnaître en plus :/

          Oui, les fringues, c’est pas ça et s’ils te photographient avec un training de chez primarck, ce sera le scandale partout et conseil des ministres 🙂

          J’aime

    • Oui, je suis une sadique de la pire espèce, je laisse monter la mayo et puis hop, je te fais redescendre le tout ! 😆

      Bon, j’ai aimé, malgré le manque d’émotions, mais vu les sujets abordés, j’aurais aimé ressentir des émotions, qu’elles se trouvent dans le texte.

      Purée, j’en ai eu plus en lisant le tome 9 des maîtres inquisiteurs !

      J’aime

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.