Le serpent et la lance – Tome 1 – Ombre-Montagne : Hub

Titre : Le serpent et la lance – Tome 1 – Ombre-Montagne

Scénariste : Hub
Dessinateur : Hub

Édition : Delcourt (24/11/2021)

Résumé :
Depuis plusieurs mois, certains paysans découvrent les cadavres momifiés de jeunes femmes assassinées. Afin d’éviter tout trouble, les autorités tentent de dissimuler ces horribles meurtres à leur peuple.

L’enquête est discrètement confiée à Serpent, un haut fonctionnaire cruel privé de ses deux bras. De son côté, le prêtre Cozatl tente de s’adjoindre les services de son ami d’enfance, OEil-Lance…

Critique :
Cette bédé ayant pour univers les Aztèques m’intriguait, j’ai donc saisi l’opportunité lorsqu’on m’a proposé de ma la prêter.

J’allais pouvoir lire ces 180 pages…

Oui, c’est l’équivalent de 4 tomes d’un coup, au moins, il ne faut pas attendre 36 ans entre deux albums. Et puisque tout à été écrit à l’avance, on évitera les erreurs entre deux albums.

J’avoue avoir eu bien du mal à comprendre le début et ce n’est qu’en allant lire le résumé ailleurs que j’ai capté : trois enfants sont nés, leurs origines sociales sont différentes, mais le destin va les réunir plusieurs fois.

La première, dans leur enfance, dans une école et ensuite, lorsque Oeil-Lance et Serpent seront chargés, chacun par une personne différente (l’empereur pour Serpent, Cozatl pour Oeil-Lance), d’enquêter sur ces momies que l’on retrouve un peu partout, comme si quelqu’un se vengeait. Serpent est surtout missionné pour étouffer cette affaire et faire taire les témoins…

L’univers des Aztèques n’est pas celui de Pat Patrouille (on voit que j’ai dû me farcir des épisodes avec ma nièce). Il y a des sacrifices et vu la famine qui a frappé l’empire, celui-ci contrattaque avec encore plus de sacrifices. Le sang coule, âmes sensibles, fermez les yeux pour ces passages.

L’avantage de cet album, c’est qu’avec 180 pages, l’auteur peut prendre le temps de nous présenter la civilisation Aztèque, ses différents personnages, ainsi que de faire des flash-back pour nous parler de leur jeunesse, lorsqu’ils étaient condisciples.

Mélangeant les passages réels avec ceux qui ont lieu dans des rêves, l’auteur peut nous présenter aussi des apparitions fantomatiques qui serviront à Oeil-Lance de mener son enquête et de trouver le coupable qui sème les cadavres momifiés et énucléés des jeunes filles enlevées, se rapprochant de plus en plus de la ville où se tient le pouvoir central.

Ne vous attendez pas à une enquête trépidante, on est plus dans un récit qui prend son temps, que dans un Jack Bauer survitaminé. Surtout que Oeil-Lance traîne les pieds, tandis que son ancien condisciple détesté se retrouve à devoir gérer un peu trop de momies et à faire taire un peu trop de monde.

Ce n’est pas un album que l’on dévore en une seule fois, j’ai dû moi-même recommencer quelques fois afin de tout bien comprendre, de tout bien avoir en tête les différents protagonistes, ceux que nous voyons naître en début d’album.

Mon père l’a trouvée trop compliquée et à arrêté sa lecture, de mon côté, je l’ai poursuivie, parce je sentais qu’il y avait du bon dans ces pages et je ne me suis pas trompée. En fait, il faut être concentré durant sa lecture, les noms des personnages sont compliqués, ils ne portent pas des noms du calendrier, n’en déplaise à certains.

Si les graphismes m’ont un peu déroutés au départ, je m’y suis habituée. Maintenant que j’ai découvert le style de Hub, j’ai bien envie de me faire sa série dans le Japon médiéval.

La suite sera dans le prochain album (ce sera une trilogie) et je serai au rendez-vous.

En fait, cette bédé, elle se mérite, elle ne nivèle pas par le bas, mais vous tire par le haut. Hub s’est donné les moyens de ses ambitions et il n’a pas fait dans la demi-mesure.

#Challenge Halloween 2022

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2022 au 11 Juillet 2023) [Lecture N°73]et et Le Challenge Halloween 2022 chez Lou & Hilde (Du 26 septembre au 31 octobre) – Thriller & Momies.

Publicité

L’homme peuplé : Franck Bouysse

Titre : L’homme peuplé

Auteur : Franck Bouysse
Édition : Albin Michel (17/08/2022)

Résumé :
Harry, écrivain à succès en panne d’inspiration, achète sur un coup de tête une ferme isolée, à l’écart d’un village inhospitalier. C’est l’hiver. La neige et le silence recouvrent tout. Ce pourrait être idéal pour se remettre au travail…

Mais Harry se sent vite épié, insidieusement envahi.

Serait-ce lié à son énigmatique voisin, Caleb, guérisseur et sourcier – et entre sourcier et sorcier, il n’y a qu’une infime différence…?

Et quels secrets cache la belle Sofia qui tient l’épicerie du village, de quels forfaitures le maire s’est-il rendu coupable, quelle malédiction pèse donc sur la lignée de Caleb?

Franck Bouysse nous invite dans une stupéfiante histoire de fantômes à la construction parfaite, où les fatalités familiales croisent les chimères d’un grand écrivain.

Critique :
Franck Bouysse sait parler de la ruralité, il a un don pour nous transporter dans des régions paumées, où le temps n’est qu’à la neige, au froid, à la brume et nous offrir des habitants taiseux, renfermés sur eux-mêmes, parlant par énigmes, de légendes, de malédictions, vous mettant en garde devant trop de curiosité, comme si au lieu d’être en 2022, le narrateur se trouvait projeté en 1722…

La ruralité dans toute sa splendeur, celle où les portes ne sont pas fermées à clé, celle qui vous aurait laissé tranquille lors d’un confinement, mais tout de même vachement démuni !

Quand Harry rencontre Sarah, ça donne ça : un écrivain qui n’arrive pas à pondre son second roman, son envie de calme, un achat d’une ancienne ferme paumée dans un bled paumé, un voisin qu’il ne voit jamais et Sarah, la tenancière de la petite épicerie, qui sert du café et est aussi taiseuse que si vous étiez un contrôleur fiscal à la recherche de marchandises vendues au noir.

Non, ce n’est pas la ruralité que j’ai connue lorsque j’étais jeune : ces campagnes dépeuplées, ces villages où tout le monde a rejoué l’exode… Mais l’étranger que l’on regarde de travers, ça oui !

Les dialogues sont peu nombreux, les mystères sont épais et la vie de Caleb, le fameux voisin que l’on ne voit jamais, si ce n’est une silhouette lointaine, a tout d’une tragédie antique.

Les récits de Harry et Caleb s’alternent, celui de Caleb étant plus intéressant que l’auteur en mal d’inspiration. Le fait que l’on décrive Caleb comme un bel homme, version Alain Delon (et pas Deloin) dans Plein Soleil, a sans doute fait qu’ensuite, j’avais envie d’aller élever les moutons dans la cabane de ce Caleb, même perdue dans la campagne !

Le roman et moi nous nous sommes installé dans le divan, je l’ai lu en une seule journée, mais finalement, nous nous sommes quittés sans que l’on ait envie de se revoir.

Il n’a pas éveillé des échos en moi, il ne m’a pas vraiment parlé, même si je l’ai écouté parler, sans jamais ressentir l’étincelle, celle qui met le feu aux poudres et fait décoller le récit. Zéro émotions.

Pourtant, que sa prose est belle…, comment peut-on s’imaginer, en lisant les mots sortis de son escarcelle, que la déception va arriver ? Impensable, mais vrai.

L’intrigue manque de corps, il m’a fallu attendre d’avoir passé la page 200 pour que je trouve enfin du corps au récit, jusqu’au final, qui lui, m’a laissé comme deux ronds de flamby, tant il était inattendu. C’est lui qui relèvera le tout. Mais si je n’avais pas poursuivi ma route, je ne l’aurais jamais découvert.

Ma chronique va à l’encontre de la majorité sur Babelio, n’en tenez pas compte, faites-vous votre propre avis, comme on dit toujours.

En résumé, je n’a pas détesté cette lecture, je l’ai lue sans y trouver mon compte, sans éprouver un réel plaisir, comme on écoute une personne nous parler, se demandant quand dans son récit, on va être catapulté dans les émotions.

Une lecture en demi-teinte, ce qui est dommage, car l’écriture de l’auteur est belle, poétique, mais cette fois-ci, la sauce n’a pas pris.

#Challenge Halloween 2022

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2022 au 11 Juillet 2023) [Lecture N°72]et et Le Challenge Halloween 2022 chez Lou & Hilde (Du 26 septembre au 31 octobre) – Fantômes.