Tous les démons sont ici – Walt Longmire 07 : Craig Johnson

Titre : Tous les démons sont ici – Walt Longmire 07

Auteur : Craig Johnson
Édition : Gallmeister (2015) / Points Policier (2017)
Édition Originale : Hell is empty (2011)
Traduction : Sophie Aslanides

Résumé :
Indien Crow d’adoption, Raynaud Shade est considéré comme le plus dangereux sociopathe des États-Unis et représente le cauchemar de tout policier.

Finalement interpellé, il avoue avoir enterré un cadavre au beau milieu des Bighorn Mountains, dans le Wyoming, et c’est à Walt Longmire que revient la tâche d’escorter Shade, en plein blizzard, jusqu’au corps. Mais le shérif sous-estime peut-être les dangers d’une telle expédition.

Car pour tenter de rétablir la justice, il va devoir braver l’enfer glacial des montagnes et tromper la mort avec, pour seul soutien, un vieil exemplaire de La Divine Comédie de Dante.

Critique :
Ces derniers temps, j’ai fait des choix de lecture qui m’ont entraîné dans le froid, la neige, les montagnes, bref, je me les suis gelé ! Quelle idée, vu que les températures se sont refroidies (et sont un peu plus de saison).

Dans ce polar, pas de criminel à rechercher, car nous ne sommes pas devant un meurtre et une enquête à mener, mais dans tout autre chose : une chasse à l’homme.

Lors d’un transfert de prisonniers, ils se sont évadés et c’est Walt Longmire, n’écoutant personne, qui va se lancer à leur poursuite, dans la neige, dans une tempête qui se prépare et dans des températures négatives qui donnent plus envie de se vautrer devant le feu, que de courir dehors.

Le roman se lit très vite, il est bourré d’adrénaline, d’action, de suspense et la traque au sommet, bien qu’elle ne ressemble pas à celle d’un Stallone, est tout de même un exercice à ne pas réaliser sans préparation physique préalable.

Mais le shérif Walt Longmire est un homme résistant et increvable. Parfois, l’auteur pousse un peu le bouchon trop loin, notamment avec l’incendie…

L’humour est toujours présent, dans les réparties que notre shérif aura au téléphone, avec un des malfrats et surtout avec Virgil White Buffalo, un Indien solitaire qui vit dans la montagne et dont il avait déjà croisé la route auparavant.

Mon seul bémol sera pour le fait que dans ce huis-clos entre Longmire, les fugitifs et la nature immense et enneigée des Bighorn mountains, il a manqué la nation Cheyenne, je veux parler de Henry Standing Bear… J’aurais préféré une traque en duo, aidé de son ami de toujours, plutôt que cet exercice en solo. Heureusement qu’il y avait Virgil, à défaut d’un Cheyenne, j’avais un Crow.

Dans les aventures du shérif, le mysticisme n’est jamais loin et dans celui-ci, les esprits dont on avait déjà eu vent de leur présence (dans un précédent roman), auront leur rôle à jouer… Oui, en haute montagne, dans des températures négatives, en hypothermie, déshydraté, on ne sait plus trop où est la réalité et où se situe les hallucinations.

Un bon roman de notre shérif Longmire, différent des autres, puisque pas d’enquêtes, bourré d’adrénaline, ainsi que quelques surprises.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2022 au 11 Juillet 2023) [Lecture N°84].

Publicité