Durango : La jeunesse – Tome 1 – Le premier homme que tu tueras : Yves Swolfs et Roman Surzhenko

Titre : Durango : La jeunesse – Tome 1 – Le premier homme que tu tueras

Scénariste : Yves Swolfs
Dessinateur : Roman Surzhenko

Édition : Soleil (10/11/2022)

Résumé :
Texas 1882. Témoin de l’assassinat de trois cowboys , un jeune vagabond échappe lui-même de justesse au tueur, un professionnel armé d’une carabine équipée d’une lunette.

Le jeune homme est bientôt engagé comme apprenti par le propriétaire du plus grand ranch de la région et pour qui travaillaient les trois victime mais ignore qu’en acceptant cet emploi, il deviendra témoin actif d’une sanglante guerre entre éleveurs.

Critique :
Ah, la jeunesse des héros de bandes dessinées… Du pain béni, une manière de continuer les aventures des héros, d’une autre manière, avec des autres scénaristes aux manettes, de donner un nouveau souffle à une série qui tourne en rond, ou de se faire plus d’argent… Biffez les mentions inutiles.

Blueberry est passé à la casserole (avant que ça ne devienne nullissime, ses aventures de jeunesse), Spirou aussi, Lucky Luke et même à une époque, je me souviens que les Donald, Mickey et consorts y étaient passés aussi.

Alors, le verdict de cette série dérivée consacrée à la jeunesse de celui qui ne se nomme pas en Durango, gadget ou vraie bonne idée ?

Le dessinateur a mieux repris l’univers de Swolfs que Giuseppe Ricciardi (Iko) sur la série mère. Un bon point déjà pour cette nouvelle bédé. Durango est jeune, encore frêle et n’a jamais tiré sur un homme. On apprendra qu’il s’est enfui de chez lui, mais nous n’en saurons pas encore la raison.

Cette jeunesse sera composée de trois albums, autre bon point : elle ne risque pas d’aller se perdre comme la jeunesse de Blueberry.

Et le scénario dans tout cela ? Il prend le temps de se mettre en place, le jeune Durango est un peu effacé dans ce premier album, il vient d’arriver dans un ranch et reste à sa place. Ce qui ne l’empêche pas de voir et de comprendre certaines choses.

Si le récit prend du temps à se mettre en place, c’est qu’il faut construire le triangle (qui ne sera pas amoureux) entre les trois éleveurs, faire monter la pression et les emmener vers le point de rupture. Il faut magouiller, mentir, manipuler les différents clans d’éleveurs et le faire plus rapidement n’aurait pas été réaliste, bien que le feu couve depuis longtemps.

Oui, le scénario est intéressant, il est riche, même si vieux comme le monde. Pourtant, toujours d’actualité : je commets une exaction et je fais accuser un autre à ma place, afin de mettre le feux aux poudres… Vieux truc qui marche toujours !

Les dernières cases de cet album préparent déjà le Durango du futur, avec ces réflexions qu’il se fait en lui-même et qui seront la base de ce qu’il sera plus tard.

Bref, un très bon album, pas un gadget. En espérant qu’il ne faille pas attendre autant entre deux albums que pour la série mère et que la suite soit du même tonneau (c’est-à-dire de bonne facture et pas partir en eau de boudin).

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2022 au 11 Juillet 2023) [Lecture N°91], Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 48 pages).

Publicité