Bilan Mensuel Livresque : Juillet 2019

Le Mois de Juillet a été chaud, très chaud… J’ai transpiré, j’ai sué, j’ai mouillé (honni soit qui mal y pense), je me suis liquéfiée, mais j’ai survécu.

Cela n’a pas fait fondre ma PAL pour autant, il en faut plus pour transformer cet Himalaya À Lire (non pollué, lui) en petit glaçon pour mojito. Non, impossible de venir à bout de cette PAL, donc, je n’essaie même plus.

Pourtant, chaque mois j’en sors quelques uns de ce gros tas, mais c’est jamais assez et ce n’est pas mes 12 romans lus qui y changeront quelque chose.

Ajoutons à cela 2 mangas et 6 bédés (6 relectures) lues et vous comprendrez que la canicule n’a pas aidé pour lire plus.

Bilan total : 20 lectures.

À ce jour, mon objectif de 200 lectures pour 2019 est presque atteint (198/200). Je vais devoir le revoir à la hausse.

Au rayon des empêcheurs de faire descendre sa PAL un peu plus, on a les quelques travaux commencés à la maison, ce qui me fait travailler plus mais lire moins et monter moins à cheval… Oui, je vais me plaindre à mon syndicat !

Le chat, lui, est revenu à son niveau normal, ouf. Ça ronronne toujours et on a encore du travail devant nous.

Le nouveau chien de mon père est obéissante et je suis toujours en joie d’entendre le bruit de ses griffes dans mon sillage ou devant moi.

Trois vies fracassées pour un fusil non cassé après la chasse. Histoire de vengeance mais aussi de rédemption, Canyons de Samuel Western (ICI) va plus loin, il explore la pshyché des gens, leurs pensées, leurs douleurs, leurs non-dits. Un roman noir sombre, beau, violent et doux aussi.

Le beau dieu grec Olivier Norek a l’art de surprendre ses lecteurs et son dernier opus, Surface (ICI) m’a plongé dans la perplexité car je me trouvais face à un whodunit dans sa plus simple expression. Oui, mais c’est Norek à la barre, ce qui veut dire que si je pensais la traversée pliée, j’en ai été pour mes frais car il m’a surprise, différemment des autres romans, mais il a réussi à me bluffer.

Kermit la grenouille est de retour ! Pardon, je voulais dire que le capitaine Daniel Mehrlicht, flic imbuvable, était de retour en grande forme pour une enquête aux relents de souffre et de fantastique. Dans la brume écarlate de Nicolas Lebel (ICI) reste dans la lignée des précédents, c’est-à-dire que l’auteur envoie du lourd, une fois de plus.

Les nouvelles, un genre peu apprécié dans nos contrées, plus mises en valeur chez les Américains ou les Anglais. Pourtant, lorsque les nouvelles sont percutantes, c’est un vrai plaisir d’en lire. Il est rare de tomber sur un recueil où toutes les histoires sont excellentes, mais avec Écouter le noir de Yvan Fauth & Collectif (ICI), on frôle la totale car il n’y en a qu’une seule que j’ai moins aimé. Purée de sa mère, il a fait fort, le barbu Yvan, en réunissant toutes ces belles plumes pour nous donner un régal à lire, à défaut de l’écouter.

Il est des jours ainsi où on a beau avoir inscrit le tome 2 au programme de la LC, on se retrouve à lire erronément le tome précédent. Donc, pendant que Biance s’emmerdait ferme dans le tome 2, moi je m’emmerdais à mourir dans  Les mystères de Honeychurch – Tome 1 – Petits meurtres en héritage d’Hannah Dennison [LC avec Bianca] (ICI). J’ai été dispensée de lire en vitesse le tome 2.

Puisque je l’avais sélectionné pour le Mois Anglais de Juin 2019 mais pas lu et qu’il me fallait un pavé, c’est avec délectation que j’ai ouvert L’esprit des morts d’Andrew Taylor (ICI) dont le pitch était intriguant et prometteur de belles heures de lecture. Il était très bien fait dans le portrait de ses personnages, dans l’analyse et la mise en scène des différentes classes sociales anglaises, mais purée, vu qu’il ne se passe pas grand-chose durant 450 pages, les 600 furent longues à avaler !

Paraît qu’en Angleterre, on a commencé à faire l’amour en 1963, entre la fin de la « censure Chatterley » et le premier disque des Beatles. Ils savent s’amuser, les anglais ! Sulfureux et limite pornographique lorsqu’il est paru, L’Amant de lady Chatterley de D.H. Lawrence (ICI) ne sent plus le souffre, ni le foutre car personne de nos jours ne trouverait le texte osé et excitant. Par contre, la diatribe contre l’Angleterre fait toujours mal sous la ceinture et l’analyse de l’auteur est perspicace. C’était sans doute plus cela que les scènes de sexe que certains eurent du mal à avaler…

Pas besoin d’être américain pour parler aussi bien de l’Amérique, la preuve avec Hunter – Tome 2 – Crow de Roy Braverman (ICI), auteur frenchie. Ce thriller, c’est l’univers impitoyable de la Nature (l’Alaska), des Hommes, des animaux, c’est une histoire de vengeance jusqu’au boutisme, jusqu’à la connerie, jusqu’à plonger dans l’abîme, celui qui regarde aussi en nous. Addictif, bourré d’adrénaline, de testostérone et de phéromones.

J’ai dû prendre un abonnement ce mois-ci car me revoici avec des nouvelles. L’art de la nouvelle est d’aller à l’essentiel sans s’embarrasser des détails, de plonger le lecteur dans l’action directement, si possible de manière brutale afin de le secouer et de capter son attention directement. L’amour et autres blessures de Jordan Harper (ICI) le fait bien, c’est court, c’est intense, pas le temps de respirer. Un joli recueil qui prouve que les nouvelles savent aussi être aussi bonnes que des romans.

En ces moments où tout le monde parle d’écologie sans vraiment trop savoir de quoi ils parlent et sans vouloir se défaire de certaines manies polluantes, un auteur avait déjà tiré la sonnette d’alarme afin que l’on préserve la vallée du Yaak, dans le Montana. Rick Bass, dans Le livre de Yaak – Chronique du Montana (ICI) nous parle de son amour pour cet endroit perdu aux hivers rudes et longs ainsi que des coupes d’arbres faites à la porte nawak, sans rien préserver, comme si tout allait repousser tout seul et directement. Un livre pour un plaidoyer ou du moins, un coup de pied au cul pour réveiller certains.

Le thriller psychologique n’est pas facile à écrire, on nous promet souvent monts et merveilles et bizarrement, j’en baille toujours d’ennui. Ce ne fut pas le cas avec Juste avant de mourir de S. K. Tremayne [LC avec Bianca] (ICI) qui a su parfaitement doser tous les ingrédients afin de nous ménager du mystère, du suspense, une intrigue inquiétante, des fausses-pistes et une enquête pas évidente lorsqu’on souffre de pertes de mémoire. J’ai bien aimé.

Portraits de femmes différentes, saga familiale sur trois générations, Les femmes de Heart Spring Mountain de Robin MacArthur (ICI) se déroule lentement sur fond de désastre climatique, alternant les passages entre le passé et le présent. Ici, on a envie de chanter ♫ Où sont les hommes ? ♪ car ils sont absents. Quelques longueurs tout de même… À tel point que j’ai eu du mal à revenir vers le roman…

Bilan Mensuel Livresque : 12 romans lus

  1. Canyons : Samuel Western
  2. Surface : Olivier Norek
  3. Dans la brume écarlate : Nicolas Lebel
  4. Écouter le noir : Yvan Fauth & Collectif
  5. L’esprit des morts : Andrew Taylor
  6. Les mystères de Honeychurch – Tome 1 – Petits meurtres en héritage : Hannah Dennison [LC avec Bianca – Fait erreur sur le tome]
  7. L’Amant de lady Chatterley : D.H. Lawrence
  8. Hunter – Tome 2 – Crow : Roy Braverman
  9. L’amour et autres blessures : Jordan Harper
  10. Le livre de Yaak – Chronique du Montana : Rick Bass
  11. Juste avant de mourir : S. K. Tremayne [LC avec Bianca]
  12. Les femmes de Heart Spring Mountain : Robin MacArthur

Bilan Mensuel Livresque : 2 mangas et 6 bédés (6 relectures)

  1. Moriarty – Tome 5 : Ryôsuke Takeuchi & Hikaru Miyoshi
  2. Vinland Saga – Tome 21 : Makoto Yukimura
  3. Basil, détective privé : Emmanuel Baudry & Alain Royer
  4. Tif et Tondu – Tome 19 – Sorti des Abîmes : Maurice Tillieux & Will
  5. Gaston – Tome 10 – Le géant de la gaffe : Franquin
  6. Gaston – Tome 9 – Le cas Lagaffe : Franquin
  7. Gaston – Tome 8 – Lagaffe nous gâte : Franquin
  8. Valhardi – Tome 6 – Valhardi contre le Soleil Noir : Jijé

Publicités

Bilan Mensuel Livresque : Juin 2019 [MOIS ANGLAIS]

Comme d’habitude, mon Bilan Livresque du Mois de Juin est gargantuesque puisque c’est le mois de mes vacances annuelles (je les commence déjà fin mai, en général à l’Ascension) et celui du Mois Anglais !

D’office, le Bilan est toujours copieux, exceptionnel, fou, dantesque, amazing, fabuleux.

J’ai réussi à lire (heureusement que j’étais en vacances) 27 romans (dont 2 relectures), 18 Bédés, 3 Mangas et à voir 5 Films et 4 Séries !!

48 lectures au compteur, donc. Ne me demandez pas de faire pareil les autres mois, Juin est comme certains cols lors du Tour de France : Hors-catégorie !

Pour vous donner une idée, en Juin 2018, j’avais établi un record avec 21 romans lus + 13 relectures (= 34 romans lus) et 4 mangas (et zéro bédés). Je vous avoue qu’il ne me sera jamais possible de dépasser ou d’égaler, ni même de m’approcher de ce score stakhanoviste (je parle pour les romans).

Certes, lire autant, ça ne changera rien à ma PAL, on ne voit même pas qu’elle a descendu, mais au moins, j’ai réussi à sortir des vieux romans qui trainaient depuis un peu trop longtemps dans mes étagères.

Une fois de plus, j’ai noté des livres au programme, et je ne les ai pas lu… ♫ Comme d’habitude  ♪

Cela ne fait que la 3ème ou 4ème fois que je les note au programme du Mois Anglais et pas moyen de les sortir de la PAL (Bas-Fonds Londres – Crime et prostitution sous règne de Victoria de Chesney / L’Amant de lady Chatterley de D.H. Lawrence / Moriarty – Le chien des d’Urberville de Newman / La Rose pourpre et le Lys – Tome 1 de Michel Faber).

Certaines lectures furent bonnes, d’autres géniales et vu la quantité, il était normal de tomber sur des daubes premier prix, de celles qui devront caler des meubles ou qui finiront dans des boites à livres parce que sinon, je vais être obligée de détruire des pieds de meuble pour mettre les romans daube dessous.

Pour une fois, les romans ne sont pas toujours classés par ordre de lecture.

Pour ceux ou celles qui chercheraient une saga qui se met en place à son aise, sans pour autant lasser le lecteur, avec une résolution de meurtres, basique mais réaliste, se trouver en compagnie de personnages attachants, qui évoluent, je leur propose Les détectives du Yorkshire – Tome 1 – Rendez-vous avec le crime de Julia Chapman (ICI). Ambiance so britsih garantie.

Un peu de fantastique, dans un Mois Anglais, ça ne fait jamais de tort et avec Les Attracteurs de Rose Street de Lucius Shepard (ICI), j’ai fait irruption dans un Londres qui avait des airs de steampunk. La psychologie des personnages est poussée et ce fut aussi une découverte agréable qui m’a sorti de mes sentiers plus que battus.

Dans ce futur peut-être pas si éloigné que ça, l’écologie en a pris la gueule, l’Homme a continué de polluer à mort et c’est un monde post-apocalypse qui est décrit dans Le Choix de Paul J. McAuley (ICI). Si j’ai aimé le récit, la manière dont il est écrit, je me suis retrouvée à la fin de cette histoire de manière un peu abrupte car je n’aurais pas craché sur quelques pages en plus. Malgré tout, une belle découverte.

Voilà ma lecture chiante du mois ! Littérature jeunesse ne veut pas dire non plus qu’il faut prendre les jeunes lectures pour des quiches… Jack l’éventreur – Le retour de Gilles Vincent (ICI) fait enquêter des jeunes gamins à qui tout est toujours tombé tout cuit dans le bec, au niveau de leur enquête, sans oublier un chat qui… parle ! Non, on oublie au plus vite.

Le problème avec les lectures daubes, c’est qu’elles attirent les autres… J’étais Jack l’Éventreur de Claude Ferny (ICI) finira lui aussi aux oubliettes de ma littérature. D’ailleurs, ne me demandez pas la référence à Jack The Ripper, son nom se trouve dans le titre mais ça s’arrête là. Rien de cohérent, rien de concret, des mobiles bancals, un médecin qui trucide et ses pensées qui ne m’ont fait que soupirer et bailler.

J’ai cru que ce roman finirait dans les abandons mais Les Sept morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton (ICI) a commencé à m’intéresser beaucoup plus après la page 200. C’est un OLNI avec une construction bien à lui mais réussie, ce qui fait que l’on comprend tout, que tout se met en place au fur et à mesure pour donner un final en bouquet final.

La littérature jeunesse ne m’a pas porté chance, ce mois-ci ! Dans Les Naufrageurs de Iain Lawrence (ICI), les événements s’enchainent un peu trop vite, un peu trop bien, les personnages ne sont pas assez travaillés. Tout à l’air d’être un peu trop beau pour être vrai, un peu comme les romans jeunesse que nous lisions jeune (Club Des Cinq et autres). Mais ici, ça ne passe pas ! Ça se lit, sans plus ou ça se lit, à la rigueur.

Mon livre préféré dans la saga qui est repassé haut la main au jeu cruel de la relecture.  Oui, Harry Potter – Tome 3 – Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban de J. K. Rowling [LC Bianca] (ICI) est toujours mon préféré de la saga ! L’auteure nous mystifie habillement, on se laisse avoir facilement, et boum, dans le final, quand on le découvre pour la première fois, on se prend un coup de poing dans le coeur. J’adore !

Si j’ai eu du mal à venir à bout de Mary Jane Kelly – La dernière victime de Didier Chauvet (ICI), ce n’est pas parce que le roman était mal écrit, juste parce qu’il était mal fichu en raison de son format PDF au lieu d’un Epub. J’ai ruiné mes yeux à le lire et il en valait la peine car l’auteur colle aux faits et nous offre une belle analyse brute des crimes de 1888 et plus particulièrement celui de MJK.

Vous voudriez en savoir un peu plus sur les crimes de 1888 sans pour autant entrer dans tous les détails ? Alors, L’Affaire Jack L’Éventreur de Christian Coudurier (ICI) vous conviendra. Voilà un petit livre qui, sans trop entrer dans les détails, donne une vue d’ensemble de l’affaire Jack The Ripper. C’est court, c’est bref, l’essentiel est dit. Pour les lecteurs pressés, ce petit livre est parfait, il fait le job, mais rien de plus.

Comment mettre en scène les inégalités sociales qui gangrénaient l’Angleterre victorienne sans que cela soit flagrant ? H.G. Wells a eu un coup de génie en envoyant un homme dans le futur, en 802.701 avec La Machine à explorer le temps (ICI). Dommage que j’aie découvert ce roman si tard dans ma vie car je l’aurais plus apprécié dans ma jeunesse que dans mon âge d’adulte.

Une nouvelle qui concerne un fantôme terrifiant qui donne envie de rire et ensuite qui donne des émotions ? Lisez Le fantôme de Canterville et autres contes d’Oscar Wilde (ICI) afin de ressentir ce mélange d’émotions. Le Crime de Lord Arthur Savile est aussi une excellente nouvelle du grand Wilde.

Roulements de tambour pour un vampire exceptionnel, un vrai : Dracula de Bram Stoker (ICI) est passé lui aussi sur le grill de la relecture. Le charme s’est accompli une nouvelle foi, Dracula m’a emporté, j’ai vibré durant tout le récit, marmonnant des inutiles « fuyez, pauvres fous » puisque le récit ne pouvait pas changer en mûrissant 26 ans de plus dans mes étagères. Mais il avait acquis un bon goût de fut de cercueil grand cru !

London nocturne de Cathi Unsworth (ICI) avait tout pour lui mais il lui a manqué un peu pour arriver dans les grands romans. La première partie est prenante, le Londres sous les bombes est réaliste, les bas-fonds bien décrits et j’ai aimé la seconde partie, celle avec les procès, même si pour moi, on attrape un peu trop facilement l’éventreur. Le problème, c’est que les personnages manquaient de profondeur et un meilleur traitement leur auraient donné plu d’épaisseur. Dommage. Demi-teinte.

Un Anglais qui parle aussi bien de l’Amérique, c’est pas possible ! Je parie que dans une vie antérieur, R.J Ellory était Américain ! Une fois de plus, il nous monte un roman exceptionnel avec Le chant de l’assassin (ICI) où on se dit que si les hommes avaient porté des capotes, ils auraient eu moins d’emmerdes, mais nous aurions eu un roman insipide ! Ellory, c’est le type qui te plonge dans l’Amérique profonde, dans le trou du cul du Texas et tu en redemandes.

À table ! de John Wainwrigh (ICI) n’est pas un livre de cuisine, bien que les flics disent toujours qu’ils vont cuisiner un suspect lorsqu’ils l’interrogent pour le faire craquer. Véritable huis-clos étouffant, ce roman est à l’origine du film « Garde à vue » où Lino Ventura, en inspecteur, affronte Michel Serrault, le suspect. Les dialogues sont ciselés, aux petits oignons et on se délecte de la joute verbale.

J’avais vraiment envie de me faire peur, ce mois-ci car un 3ème roman est repassé au jeu de la relecture. J’avais adoré Le Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde (ICI) et je me demandais si lui aussi réussirait l’examen avec Grande Distinction. Une fois de plus, la réussite est totale, mais bon, c’est du Wilde mon pote ! Cynique, pince-sans-rire, les répliques sont cinglantes, elles fusent de toutes part, c’est savoureux, ça se déguste. On ne lit pas le Portrait pour le côté thriller mais pour l’écriture de Wilde qui est magnifique. Dernièrement, j’ai trouvé la version non censurée et bardaf, ce sera une 3ème lecture !

Ici, au moins, le 4ème de couverture n’en disait pas trop, ne spoliaiy rien, mais attisait la curiosité du lecteur avec ces règles bizarres qui sont imposées à Molly. J’ai pris plaisir à découvrir Les meurtres de Molly Southbourne de Tade Thompson (ICI), novellas qui oscille entre le fantastique, la SF et la dystopie. Un récit court, bon et intense !

Vous partez en vacances et n’avez pas envie de vous emmerder avec de la grande littérature sans pour autant donner du temps de cerveau à une boisson ? Alors, Les chroniques de St Mary – Tome 1 – Un monde après l’autre de Jodi Taylor (ICI) est fait pour vous car il est jubilatoire, simple mais pas simpliste, disons simplement qu’elle n’est pas là pour faire dans le registre sérieux. Drôle, amusant, ludique. What’else ?

Je ne l’aurais jamais cru mais il est revenu ! Quelle joie de retrouver mon Oscar Wilde enquêtant avec ce cher Conan Doyle sur les crimes de Whitechapel ! Oscar Wilde et les crimes de la Tamise de Gyles Brandreth (ICI) est jubilatoire, amusant, sérieux, intelligent, joyeux, sombre… Ce récit est comme la personnalité d’Oscar Wilde : flamboyante ! Non seulement nos deux protagonistes sont réalistes, mais ceux qui les entourent aussi et le scénario est tissé d’un fil qui, au final, donnera une trame qui aurait pu être celle de 1888.

J’ai visité le Londres contemporain, le Londres victorien et de temps en temps, je retourne au Londres moyenâgeux avec le Coroner John Cranston et son acolyte, le Frère Athelstan – Tome 5 – Le Fanal de la mort de Paul Doherty (ICI). Ça se lit tout seul, facilement, assez rapidement, un sourire venant égayer ces turpitudes dans les tavernes glauques car Cranston est l’élément comique du duo tandis que Athelstan est bien sûr l’élément posé, celui qui joue à Sherlock Holmes.

Et allez une daube de plus ! Pire, on a même un abandon dans le cas de ma copinaute et une lecture en diagonale pour moi. L’échange de‬ Rebecca Fleet [LC Bianca] (ICI) ne nous a pas marqué, sauf le fait de se faire chier durant une lecture compte. Alors, rien que pour ce degré de platitude offert dans ces pages, le roman mériterai 5 étoiles car je n’ai pas lu en diagonale mes autres lectures pas terribles et daubinettes de ce mois-ci.

Quand Oscar Wilde prend la plume, ça perfore, ça attaque, ça reproche, ça mord. Écrivant feuillets par feuillets (le feuillet était repris au soir et il ne pouvait plus y avoir accès pour se relire), censurée durant des années, ayant failli disparaître définitivement, on peut dire qu’on a du bol de pouvoir lire De Profundis (suivi de La Ballade de la geôle de Reading) (ICI) et de voir combien Wilde a souffert de sa relation avec Bosie.

Oui, je l’ai vraiment mis à l’honneur en juin ! L’Éventail de Lady Windermere de Oscar Wilde (ICI), c’est une pièce de théâtre, mise en roman dans ce cas-ci. Des quiproquos, des bons mots, des chassés-croisés, des secrets parsèment cette pièce qui se déroule, en même pas 24h. Une critique acerbe de la haute société victorienne qui, affichant une façade lisse, masquait en fait une vie pas toujours si puritaine que ça.

Dans les collèges huppés, réputés, tout n’est pas toujours rose. Parfois, on a envie de taper #balancetonporc et ce qui arrive dans Des garçons bien élevés de Tony Parsons (ICI) où des anciens d’un collège réputés vont se faire assassiner l’un après l’autre. Dommage que l’on soit face à un policier cassé, une fois de plus.

Envie d’un roman noir inconnu mais petite pépite ? Absolution de Anthony Shaffer (ICI) rentre dans le glauque, sans jamais pourtant franchir de lignes rouges ou virer dans la violence gratuite. Ici, tout est psychologique, on joue avec vos nerfs et le jeu est oppressant. Là aussi il s’en passe des belles dans ce collège…

Je n’ai jamais été fan du mélange entre le fantastique et Holmes, pour moi, les deux doivent être séparés, ou alors, ça doit être léger… Le premier tome ne m’avait pas convaincu en raison d’une explication trop rapide, mais je ne suis pas rancunière et puisque Dame Ida avait que Holmes et les Monstruosités du Miskatonic – Dossiers Cthulhu – Tome 2 de James Lovegrove (ICI) n’était pas si mal que ça, hormis le fait que Holmes avait bien changé et qu’on ne savait pas trop si c’était un pastiche holmésien ou un pastiche lovecraftien… Je me devais de vérifier ! Mais je n’aurai pas le temps de vous le dire maintenant, faudra attendre la chronique.

Bilan Livresque Juin : 27 Romans

  1. Les Sept Morts D’Evelyn Hardcastle : Stuart Turton [ROMAN]
  2. J’étais Jack L’Éventreur : Claude Ferny [ROMAN]
  3. Jack L’Éventreur – Le retour : Gilles Vincent [ROMAN]
  4. L’Affaire Jack L’Éventreur : Christian Coudurier [ROMAN]
  5. Mary Jane Kelly – La dernière victime : Didier Chauvet [ROMAN]
  6. Le Portrait de Dorian Gray : Oscar Wilde [ROMAN – Relecture]
  7. Dracula : Bram Stoker [ROMAN – Relecture]
  8. London nocturne : Cathi Unsworth [ROMAN]
  9. Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban ‭: J.K. Rowling [ROMAN] [LC Bianca]
  10. L’échange ‭:‬ Rebecca Fleet [ROMAN] [LC Bianca]
  11. Détectives Yorkshire – T1 – Rendez-vous avec crime : Chapman [ROMAN]
  12. Les Attracteurs de Rose Street : Lucius Shepard [ROMAN]
  13. Le choix : Paul J. McAulay [ROMAN]
  14. Le fantôme de Canterville : Oscar Wilde [ROMAN]
  15. La Machine à explorer le temps : H.G. Wells [ROMAN] 
  16. Les meurtres de Molly Southbourne : Tade Thompson [ROMAN]
  17. Les Naufrageurs : Iain Lawrence [ROMAN]
  18. Le Chant De L’Assassin : R.J. Ellory [ROMAN]
  19. À table ! : John Wainwrigh [ROMAN]
  20. Chroniques de St Mary – T1 – Un monde après l’autre : Taylor [ROMAN]
  21. Oscar Wilde et les crimes de la Tamise : Gyles Brandreth [ROMAN]
  22. Frère Athelstan – Tome 5 – Le Fanal de la mort : Paul Doherty [ROMAN]
  23. De Profundis / La Ballade de la geôle de Reading : Oscar Wilde [ROMAN]
  24. L’Éventail de Lady Windermere : Oscar Wilde [ROMAN]
  25. Des garçons bien élevés : Tony Parsons [ROMAN]
  26. Absolution : Anthony Shaffer [ROMAN]
  27. Holmes et les Monstruosités du Miskatonic – Dossiers Cthulhu 2 : Lovegrove [ROMAN]

Bilan Livresque Juin : 18 Bédés et 3 Mangas

  1. Harrison & Holmes – Tome 01 – L’œil de fer : Arnü West [BD]
  2. Harrison et Holmes – Tome 2 – Pièces détachées : Arnü West [BD]
  3. Détectives – T 1 – Miss Crumble, Le monstre botté : Hanna & Guinebaud [BD]
  4. Détectives – T 5 – Frédérick Abstraight, A cat in the barrel : Hanna [BD]
  5. Détectives – T 6 – John Eaton, Eaton in love : Herik Hanna & Mara [BD]
  6.  Détectives – T7 – Nathan Else – Else et la mort : Hanna & Guinebaud [BD]
  7. Clues – Tome 01 – Sur les traces du passé : Mara [BD]
  8. Clues – Tome 02 – Dans l’Ombre de l’Ennemi : Mara [BD]
  9. Clues – Tome 03 – Cicatrices : Mara [BD]
  10. Clues – Tome 04 – À la croisée des chemins : Mara [BD]
  11. Jour J – Tome 18 – Opération Charlemagne : Fred Duva & J-P Pécau [BD]
  12. Holmes – BD dont vous êtes héros – Ombre de Jack l’éventreur : CED [BD]
  13. L’Homme de l’année – Tome 13 – 1888 : Benjamin Blasco-Martinez & Céka [BD]
  14. Dans tête S. Holmes – T1 – L’Affaire Ticket Scandaleux : Lieron & Dahan [BD]
  15. Le Magicien de Whitechapel – Tome 01 – Jerrold Piccobello : Benn [BD]
  16. Choc – Tome 3 – Les fantômes de Knightgrave : Colman et Maltaite [BD]
  17. Barracuda – Tome 1 – Esclaves : Jean Dufaux et Jérémy [BD]
  18. Barracuda – Tome 2 – Cicatrices : Jean Dufaux et Jérémy [BD]
  19. Sherlock Holmes – Tome 2 : Ishinomori, Ishikawa & Conan Doyle [MANGA]
  20. Black Butler – Tome 27 : Yana Toboso [MANGA]
  21. Moriarty – Tome 04 : Ryôsuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi [MANGA]

Bilan Filmesque Juin : 5 Films et 4 Séries

  1. Harry Potter à l’école des sorciers de Chris Columbus (2001) [FILMS]
  2. Harry Potter et la chambre des secrets de Chris Columbus (2002) [FILMS]
  3. Robin des Bois de Ridley Scott (2010) [FILMS]
  4. Les Douze Salopards (The Dirty Dozen) de Robert Aldrich (1967) [FILMS]
  5. Brexit de Toby Haynes (2019) [TÉLÉFILMS]
  6. Ordeal by innocence – Témoin indésirable (2017) [SÉRIES]
  7. Witness for the Prosecution – Témoin à charge (2016) [SÉRIES]
  8. A very english scandal (2018) [SÉRIES]
  9. Gunpowder (2017) [SÉRIES]

Bilan Livresque Mensuel : Mai 2019 [Mois Espagnol chez Sharon]

J’adore le Mois de Mai il fait partie de mes préférés, avec Juin, pourtant, cette année, il fut en demi-teinte.

Au bilan livresque, je peux tout de même accrocher au palmarès de mes lectures : 11 romans, 8 bédés (19 lectures), 1 film et la dernière saison de GOT (6 épisodes).

Le début du Mois de Mai fut lui aussi une catastrophe sans nom puisque le frère de mon Chouchou a perdu son combat – combat perdu d’avance – contre le crabe vicieux.

Une fois les funérailles terminées, une fois la plupart des membres de la famille parti (nous recevions chez nous, ma belle-soeur veuve ayant deux mains gauches), mon corps me lâchait (fièvre, frissons), laissant place à une pharyngite et une hausse de tension carabinée.

Parce que même malade, même à terre, il faut rire !

Verdict du médecin ? Fallait du repos ! Pour moi et Chouchou. On a pris une semaine, repos total, même pas trop envie de lire, juste envie de manger des plats qui remontent le moral…

Puis ça a été mieux et j’ai eu l’occasion d’aller me ressourcer à la campagne en écoutant les hirondelles causer sur les fils, en jouant avec le chien, en me promenant dans la campagne avec Chouchou (et les chiens), en caressant les chats et en faisant du grooming avec mes juments, car la trotteuse ressemblait à un ours des cavernes en pleine mue (une horreur) et après hibernation (fonte de la graisse qu’elle n’a jamais eu et hanches plus que minces).

Le nouveau chien est plus calme, elle ne court plus comme une tarée sur la piste avec les chevaux, elle n’entre plus dans les box comme une furie, mais si quelqu’un pouvait m’expliquer comment discipliner un chat qui lui, s’affale sur le rond de longe quand le cheval y tourne ou court comme un dératé dans le box d’une des juments ou dans leur prairie ?? Cet Hannibal est un vrai chat dingo ! mdr

Avec tout ça, le plaisir de lire est revenu et cela m’a permis de faire bonne figure au Mois Espagnol chez Sharon avec 12 fiches (15 chroniques en 2018).

Envie de rire jaune ? Le triomphe de la bêtise d’Armand Farrachi (ICI) tombera à pic. Tenant plus du pamphlet que de l’essai, ce petit livre se lit en plusieurs morceaux, comme un dessert exquis que l’on ne voudrait pas finir trop vite. Je l’ai dégusté sur plusieurs jours, m’en gardant des petits passages rien que mon plaisir personnel. Le pire, c’est que l’auteur a parfaitement raison ! La bêtise (pas celle de Cambrai) a de beaux jours devant elle…

La claque dans ma gueule avec Nymphéas noirs de Michel Bussi (ICI) [LC avec Bianca] ! Voilà un roman policier comme j’aime car on est surpris à la fin, on est taclé violemment et ce genre de sensations, j’en voudrais plus ! Un coup de coeur et une lecture à laquelle j’ai pris plaisir.

Véritable road-movie déjanté, sanglant, la vengeance étant un plat qui peut se savourer chaud, Chamamé de Leonardo Oyola (ICI) [MOIS ESPAGNOL] est un roman noir violent que j’ai moyennement apprécié, trouvant qu’il manquait de l’épaisseur dans les personnages.

La déception dans ma gueule avec Ayacucho d’Alfredo Pita (ICI) [MOIS ESPAGNOL] ! J’attendais beaucoup de ce roman, ma copinaute Stelphique la fée en ayant parlé en bien… Moi, de mon côté, j’ai trouvé le tout brouillon.

Retourner dans l’obscure vallée de Santiago Gamboa (ICI) [MOIS ESPAGNOL] faisait, lui aussi, partie des livres que je voulais découvrir. Si la première moitié du livre m’a enchanté, la seconde a un peu plombé mon enthousiasme du départ et j’ai terminé ma lecture avec la tête ailleurs. Ça a plombé la cotation pour cette lecture en demi-teinte.

Varions les plaisirs et allons au Groenland. Qaanaaq de Mo Malø [LC avec Bianca] (ICI) ne sera le polar du siècle, mais un bon divertissement et un final inattendu, ce qui me fait remonter la cote car j’adore être surprise lors d’une lecture. Par contre, 100 pages de moins lui aurait donné plus de rythme, ce qui n’aurait pas été une mauvaise chose.

Je pensais parfaire mon bronzage avec Les fleurs ne saignent pas de Alexis Ravelo (ICI) [MOIS ESPAGNOL] puisque j’allais passer 400 pages sur l’ile de Grand Canarie mais l’auteur nous montre une ile qui n’a rien de paradisiaque pour ceux qui se trouve dans l’Espagne d’en bas. Un roman noir drôle, bourré de piments, bien écrit, qui met en scène des anti-héros, mais qui parle aussi d’amitié, d’amour, de conditions sociales, de fric et de gens qui ne veulent pas toujours savoir l’origine de l’argent qu’on leur verse dans le portefeuille.

Histoire d’amour non conventionnelle, La forme de l’eau de Guillermo Del Toro & Daniel Kraus (ICI) [MOIS ESPAGNOL] est un récit fantastique que l’on repose sur la table avec une pointe de nostalgie à l’idée de devoir remonter à la surface. Le tout est de se laisser entraîner par les auteurs et de vibrer pour cette histoire d’amour entre une jeune fille muette et une créature des profondeurs, sorte de dieu à branchies.

Avec cet auteur, c’est gagné ou perdu. Pas de bol, je ne doublerai pas la mise car Le Gros, le Français et la Souris de Raúl Argemi (ICI) [MOIS ESPAGNOL] n’a pas la magnificence de « Patagonia Tchou-Tchou ». Malgré un final sous haute tension au vu des retournements de situation, mon impression générale est restée la même : bof.

Santiago Quiñones est un flic borderline, qui aime boire, baiser, sniffer de la blanche et se regarder le nombril. Avec Les rues de Santiago de Boris Quercia (ICI) [MOIS ESPAGNOL], je clos cette trilogie que j’avais commencé par le deuxième tome. Une fois de plus, Santiago va se foutre dans les emmerdes jusqu’au coup et franchir la ligne rouge. Un roman noir désabusé.

Bilan Livresque Mensuel : 11 romans

  1. Le triomphe de la bêtise : Armand Farrachi
  2. Nymphéas noirs : Michel Bussi [LC avec Bianca]
  3. Chamamé : Leonardo Oyola [MOIS ESPAGNOL]
  4. Ayacucho : Alfredo Pita [MOIS ESPAGNOL]
  5. Retourner dans l’obscure vallée : Santiago Gamboa [MOIS ESPAGNOL]
  6. Qaanaaq : Mo Malø [LC avec Bianca]
  7. Les fleurs ne saignent pas : Alexis Ravelo [MOIS ESPAGNOL]
  8. Le Crime de l’Orient Express ‭:‬ Agatha Christie
  9. La forme de l’eau : Guillermo Del Toro & Daniel Kraus [MOIS ESPAGNOL]
  10. Le Gros, le Français et la Souris : Raúl Argemi [MOIS ESPAGNOL]
  11. Les rues de Santiago : Boris Quercia [MOIS ESPAGNOL]

Bilan Livresque Mensuel : 8 bédés

  1. Astérix – T14 – Astérix en Hispanie : Goscinny &Uderzo [MOIS ESPAGNOL]
  2. Kid Paddle – Tome 6 – Rodéo blork : Midam
  3. Notre mère la guerre – Tome 4 – Requiem : Kriss & Maël
  4. Les amis de Pancho villa : Chemineau & J. Carlos Blake [MOIS ESPAGNOL]
  5. Orcs & Gobelins – Tome 6 – Ayraak : Nicolas Jarry & Jesús Hervàs Millàn [MOIS ESPAGNOL]
  6. Détectives – Tome 3 – Ernest Patisson – Hantée : Herik Hanna & Ceyles
  7. Dr Watson – Tome 2 – Le grand hiatus (Partie 2) : Stéphane Betbeder & Darko Perovic
  8. Jack l’Éventreur : José Ortiz & Antonio Segura [MOIS ESPAGNOL] [MOIS ANGLAIS]

Bilan Livresque Mensuel : 1 film et 6 épisodes de GOT

  1. [FILMS] Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban de Alfonso Cuarón (2004) [MOIS ESPAGNOL] [MOIS ANGLAIS]
  2. Game of Thrones – Saison 8 : 6 épisodes (c’est fini – bhouhouhou)

Bilan Mensuel Livresque : Avril 2019

Quel Bilan Littéraire pour Avril ? Ai-je lu autant que je l’eusse voulu ? Y a-t-il des coups de cœur livresque et des abandons au menu ? Des LC de folie ou des livres qui finissent dans la case « pertes et profits » ?

Oui, il y a eu de ça au menu d’Avril qui ne compte que 12 romans lus car le 13ème qui aurait pu s’y retrouver est aux abandons, 3 mangas et 5 bédés (20 lectures).

Niveau LC, heureusement que nous avions un Harry Potter, parce qu’entre un report pour cause indépendante de ma volonté et un abandon des deux côtés pour un livre qui ne nous emballait pas, le bilan LC est maigre.

Avril, ne te découvre pas d’un fil… Pourtant, le Mois d’Avril fut ensoleillé au niveau de la météo mais il fut pluvieux dans mon coeur ainsi que dans celui de mes proches.

À croire qu’on n’avait pas assez trinqué déjà avec un décès en octobre d’une personne chère à mon coeur, il a fallu que ma mémé (grand-mère paternelle) décide, elle aussi, d’aller voir ailleurs. Et bien que son âge fusse canonique, bien que ce soit dans l’ordre logique des choses, ça fait tout de même mal à la gueule car c’est tout un pan de notre enfance qui est foutu le camp avec elle.

Une parole de la chanson de Goldman « Puisque tu pars » a d’ailleurs une parole qui résume bien ces deux décès : « Et loin de nos villes, Comme octobre l’est d’avril » (un décès en octobre et un en avril, bien visé, JJG) et puis, comme un malheur n’arrive jamais seul, le frère de mon Chouchou est en phase terminale de son putain de cancer (2,5 ans de lutte), dont, rebelote, on va remettre ça. Faut être solide.

Sans drame, sans larme
Pauvres et dérisoires armes
Parce qu’il est des douleurs qui ne pleurent qu’à
l’intérieur

EDIT du 1er mai : le combat est terminé pour mon beauf’, le cancer l’a vaincu. Il partait gagnant, ce putain de cancer mais il a bien lutté mon beauf’. Salutations à lui.

Plus joyeux, parce qu’il le faut sinon on ne tient pas le coup, le nouveau chien de mes parents apprend tout doucement, elle progresse au niveau écoute, mais un simple papillon lui fait tourner la tête et là, on a encore du dressage à faire.

Sans compter qu’elle a toujours envie de faire des câlins aux chats qui n’apprécient pas trop ça et que dès qu’un fiche le camp en courant, elle le poursuit pour jouer… En ce qui concerne les chats, deux nouveaux sont arrivés, on ne sait pas d’où (abandons ? perdus ?) et pour une fois, on sait les caresser !

Celle que je nommais La Grise (oui, je sais, je suis fortiche dans les noms) s’est laissé caresser durant la bouffe et maintenant, elle vient près de moi se frotter, sans doute une qui était restée un certain temps sans voir des Humains.

Maintenant, elle se nomme Arya et un autre chat, fraichement débarqué lui aussi, a tout d’un grand conquérant mâtiné de postures à la Alain Delon, un vrai pot de colle que j’ai nommé Hannibal car je vous jure qu’il marche comme s’il avait déjà acheté la moitié de la propriété. Il adore jouer à l’ombre de ma mère (qui n’aime pas trop les chats) et la suivre comme un petit chien, déboulant toujours d’on ne sait où (le chat, pas ma mère)…

Quant au Challenge personnel que je me suis mise sur le dos, il avance lentement mais sûrement, mais il est encore trop tôt pour vous en parler, ça pourrait encore foirer et finir en eau de boudin.

Bon, revenons au Bilan Livresque, maintenant.

Retenez bien ceci : Tous les péchés sont capitaux de Daria Desombre (ICI) et pour expier tout cela, vous me ferez 4 paté (de sable) et 3 avé (Caesar morituri te salutant) ainsi que trois tours d’égile, ou, plus simplement, vous me lirez cette enquête bien torchée, palpitante, amusante, fraiche, gore mais qui ne sombre jamais dans le voyeurisme et les détails horribles. Voilà un roman policier whodunit « classique » tout en étant différent car ici, on ne rassemblera pas tout le monde dans le salon pour proclamer que c’était le colonel Moutarde dans la biblio avec la clé anglaise.

Comment ça ? Le coupable désigné par Hercule Poirot, et donc par Agatha Christie ne serait pas le bon ?? Qui a tué Roger Ackroyd ? de Pierre Bayard (ICI) remet les pendules à l’heure. Qu’on soit ou non d’accord avec la théorie de l’auteur, force est de reconnaître qu’il a tout pris en compte pour étayer sa théorie et qu’elle se tient.

S’il y a bien une saga que j’ai adorée, qui a évolué avec l’âge de ses lecteurs et qui est toujours aussi bien à tel point que j’ai eu envie de le relire, c’est bien les aventures du sorcier de Poudlard, Harry Potter ! Harry Potter et la chambre des secrets – Tome 2 ‭de‬ J.K. Rowling [LC avec Bianca] (ICI).

Certains reprochent aux romans noirs d’être trop noirs, mais en voici un qui tout en étant sombre possède une once de clarté dans sa noircitude ! Comme les lions – Bull Mountain 2 de Brian Panowich (ICI) est moins sombre que le premier tome mais l’auteur a réussi le pari de continuer l’histoire sans l’affaiblir. Il avait la maîtrise de son scénario et nous a même réservé un final qui en mettra sur le cul plus d’un.

Voilà un roman qui parle d’une des nombreuses batailles de la Guerre de Sécession moins connue mais tout aussi mortelle que les autres. La force de Shiloh de Shelby Foote (ICI) est que ce récit choral donnera la parole autant à des confédérés qu’à des fédérés et quel que soit le camp choisi, les peurs sont les mêmes. Un récit glaçant sur la folie humaine, sur l’inutilité des guerres voulues par des bureaucrates qui ne la feront jamais, un récit qui n’hésite pas non plus à parler des peurs ressenties par les soldats, lorsqu’ils sentent que tout est perdu, leur honte avouée pour certains, ou le déni, pour d’autres.

Quelle merde ces 4ème de couverture qui, pour vendre un livre, nous font des comparaisons plus que limite ! Malgré son flic borderline, Lune noire [Billy Lafitte – Tome 1] d’Anthony Neil Smith (ICI) n’a pas tenu ses promesses ! Les allusions à Jim Thompson et James Crumley, étaient une erreur ou un leurre du marketing, car nous sommes loin d’un flamboyant Nick Corey, d’un Lou Ford et même d’un Milo Milodragovitch et d’un C.W. Sughrue. Au suivant !

Si vous avez trop chaud ou si vous voulez aller en Alaska à moindre frais et éviter les engelures, plongez-vous dans Sauvage de Jamey Bradbury (ICI) et vous découvrirez un récit dur, âpre, magnifique, servi par une plume alerte qui sait bien décrire les émotions ou l’implacabilité, la rudesse de l’Alaska et la solidité des gens qui y vivent. Un coup de cœur.

Longue nouvelle ou court roman, je ne sais pas, mais malgré un air de déjà-lu, Élévation de Stephen King (ICI) s’affranchi très vite de « La peau sur les os » pour partir dans une toute autre direction et baffer les biens pensants de l’Amérique homophobe ou tout simplement les biens pensants qui n’aiment pas que les autres suivent une autre route qu’eux. Une lecture qui, sans être exceptionnelle m’a fait fondre de plaisir durant quelques heures et m’a élevé un peu au-dessus de la mêlée de tous ces bas de plafond que je n’apprécie pas.

On devrait mettre un bandeau-titre pour prévenir les lecteurs que Nuits Appalaches de Chris Offutt (ICI) procure des émotions violentes et rend ceux qui le lise accro aux personnages et à l’histoire. Ça, c’était un sacré putain de roman noir comme la nuit, mais une nuit pourvue d’étoiles qui brillent au firmament et qui vont me hanter longtemps tant le récit était magnifique, la plume portant son récit d’une manière acérée. Gallmeister, mon fournisseur de coups de coeur…

Punaise, à chaque roman, il m’emballe, il m’emporte et Manhattan Chaos ne fera pas l’exception ! Michaël Mention (ICI) a du talent et il sait le transcender dans ses romans qui sont tous différents car l’auteur ne se cantonne pas dans un seul genre. Je vous le dis, si ce type mettait son talent littéraire à la cuisine, il me ferait bouffer n’importe quoi tellement il le sublimerait ! Chapeau bas et Merci. Pour. Ce. Moment. Littéraire.

Comment arriver à rendre une enquête sur une chute qui a tout de l’accident en roman impossible à lâcher ? Comment, sans rebondissements à gogo maintenir le lecteur en éveil ? Faut demander à John Wainwright car dans Une confession (ICI) il est arrivé à ma scotcher plus facilement qu’avec de la SuperGlue©. Le fait qu’il soit Anglais y est sans doute pour quelque chose, ils savent créer des ambiances, eux. Un roman policier qui joue avec nos nerfs, nos certitudes, nos pensées, pour mieux les chambouler et nous étourdir à la fin. Des comme lui, moi, j’en redemande !

Pour le Pique-Nique des orphelins de Louise Erdrich, qui devait constituer notre autre LC du mois avec Bianca, ce fut un échec total. Impossible pour moi de me concentrer dans le roman, vous me direz que c’était normal, vu les mauvaises nouvelles qui nous tombaient sur le dos mais bizarrement, à la maison, j’en ai pris un autre et là, ça passait comme une lettre à la poste. Donc le problème venait du roman et comme nous étions sur la même longueur d’ondes avec Bianca, allez hop, aux oubliettes !

Je n’ose imaginer le travail de titan qu’il a fallu à l’auteur afin de pondre un roman qui a tout de l’exactitude historique. 1793 de Niklas Natt och Dag (ICI) m’a plongé dans la Suède de 1793 aux côtés de deux enquêteurs atypiques qui avaient tout d’un Holmes & Watson en situation de handicap (physique, pas mental) sans oublier de nous dévoiler un pan de la vie d’autres personnages qui étaient des plus intéressants.

Bilan Livresque : 12 romans lus + 1 abandon

  1. Tous les péchés sont capitaux : Daria Desombre
  2. Qui a tué Roger Ackroyd ? : Pierre Bayard
  3. Harry Potter – Tome 2 – Harry Potter et la chambre des secrets ‭:‬ J.K. Rowling [LC avec Bianca]
  4. Comme les lions – Bull Mountain 2 : Brian Panowich
  5. Shiloh : Shelby Foote
  6. Lune noire [Billy Lafitte – Tome 1] : Anthony Neil Smith
  7. Sauvage : Jamey Bradbury
  8. Élévation : Stephen King
  9. Nuits Appalaches : Chris Offutt
  10. Manhattan Chaos : Michaël Mention
  11. Une confession : John Wainwright
  12. Le pique-nique des orphelins ‭: Louise Erdrich [LC avec Bianca] (ABANDON)
  13. 1793 : Niklas Natt och Dag

Bilan Livresque : 3 Mangas lus + 5 bédés (8 lectures)

  1. Choc – Tome 01 – Les fantômes de Knightgrave : Colman & Maltaite
  2. Choc – Tome 02 – Les fantômes de Knightgrave : Colman & Maltaite
  3. Moi René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag IIB – Tome 03 – Après la guerre : Jacques Tardi
  4. Dent d’ours – Tome 05 – Eva : Alain Henriet & Yann
  5. Kid Paddle – Tome 05 – Alien Chantilly : Midam
  6. Vinland Saga – Tome 18 : Makoto Yukimura
  7. Vinland Saga – Tome 19 : Makoto Yukimura
  8. Vinland Saga – Tome 20 : Makoto Yukimura

 

Bilan Livresque Mensuel : Mars 2019

Mars, le mois du Printemps, de la montée de la sève, du renouveau, des repiquages de ses plantes aromatiques… Le Mois où les jours s’allongent plus vite que si on leur avait donné du Viagra© !

Mars, un mois que j’aime bien. Les chevaux vont quitter les box, ils restent plus longtemps dehors, ils perdent une tonne de poils chacun et c’est affreux.

Mars sera aussi un mois où je me suis ajoutée un challenge, non littéraire cette fois et je vous en parlerai plus tard, lorsqu’il sera arrivé à son aboutissement, même si en 3 semaines on a déjà une belle avancée, elle est encore trop légère que pour que je vous en cause.

Et niveau lectures, on en est où ? Si je ne faisait pas monter ma PAL de plus de livres que je ne la fait descendre, on avancerait mais ce n’est pas la cas, alors, malgré mes 12 romans lus, mes 6 mangas et mes 8 bédés, je suis toujours avec une PAL à envoyer des gens en clinique vu son chiffre.

26 lectures, tout confondu, et je dois tout de même acheter une nouvelle biblio pour caser tout le monde.

EDIT : acheté deux nouvelles biblios Billy chêne clair (voir image) et une étagère Kallax 8 casiers pour caser les romans et surtout mes nouvelles bédés !

Si votre boulot vous fait chier, je vous conseille de lire À la ligne – Feuillets d’usine de Joseph Ponthus (ICI) afin de vous faire relativiser les choses. Ça ne changera rien à votre boulot de merde ou à votre patron casse-burnes, mais au moins, vous saurez qu’il existe bien plus mal loti (Helmut ?) que vous. Le récit prend aux tripes car il ne reflète pas les conditions de travail sous un Victor Hugo ou un Émile Zola, ni celles dans un goulag en Sibérie, mais dans la France d’aujourd’hui, celle qui nous est contemporaine.

L’émission La Grande Librairie a encore frappé et voilà pourquoi j’ai lu un roman aux antipodes de mes habitudes littéraires et c’est no regret car Au-delà des frontières d’Andreï Makine (ICI) est un roman dérangeant, interpelant et qu’il vaut mieux déguster avec sagesse, car il a été brassé avec un savoir dont il m’a fallu plusieurs jours pour arriver à le digérer.  Un roman très copieux !

Puisque j’avais commencé le mois avec des lectures fortes, fallait continuer et je me doutais bien que Le Pays des oubliés de Michael Farris Smith (ICI) était un roman noir très serré. Serré ce petit noir, mais aussi violent, sombre, avec très peu de sucre, profond, âpre, mais juste. La plume de l’auteur se plante dans ton cœur car ses personnages sont puissants, même dans leur détresse ou dans leur loositude.

Impossible de revenir à une lecture plan-plan… Donc, j’enchaine avec Franck Bouysse, un auteur que j’apprécie pour ses romans noirs ruraux et bingo, la bonne pioche car Né d’aucune femme (ICI) m’a pris à la gorge, même si au départ je le pensais classique et simple. Si vous aimez les belles plumes, que vous voulez lire autre chose que de la littérature fast-food et si vous aimez qu’on vous retourne les tripes avec des mots et des personnages qui marquent, je ne dirai qu’une seule chose : lisez-le, nom de Dieu !

Bien lancée, je voulais continuer sur ma lignée et bardaf, ce fut l’embardée avec Un poisson sur la lune de David Vann (ICI) où je suis passé totalement à côté, lisant juste la fin pour savoir comment il se terminait et puis, basta, on oublie.

Heureusement que le roman suivant m’a entrainé dans un truc de fou ! Se basant sur des faits réels et les mêlant avec de la fiction, J’irai tuer pour vous de Henri Loevenbruck (ICI) est une réussite. Voilà un thriller qu’on a du mal à lâcher et qui fait plus que de nous divertir : il nous instruit aussi !

Réchauffée par ma précédente lecture, je m’attendais à passer un bon moment, perdue avec 5 naufragés et un chien sur L’île mystérieuse de Jules Verne [LC avec Bianca] (ICI) mais au final, on s’est emmerdée à deux sur le roman et la diagonalisation fut la seule solution pour en venir à bout. Au suivant !

Il est des crimes qui appellent la peine capitale, pourtant, dans L’Empreinte d’Alexandria Marzano-Lesnevich (ICI), on fini le roman partagé car bien que le criminel ait commis le pire crime qui soit, sa vie merdique et le fait qu’il ait essayé de se faire soigner plaide en sa faveur.

Un ancien junkie reconverti en perceur de coffres-fort pour le compte des agences américaines, ça pourrait faire sourire mais En lieu sûr de Ryan Gattis (ICI) est un roman noir qui aurait gagné si les nombreux mots d’argot américain avaient été traduits. Hormis ce bémol, le roman est rythmé et sans édulcorants.

Après quelques LC loupées, on est tombée d’accord avec Le Meurtre de Roger Ackroyd d’Agatha Christie (ICI). Bon, l’ayant déjà lu il y a looongtemps, j’étais déjà d’accord avant de commencer et la relecture fut un réel plaisir et un nettoyage de mes petites cellules grises car bien que je me souvenais toujours du coupable, j’avais oublié le modus operandi.

Après un début peu accrocheur, Killarney 1976 de Joël Macron (ICI) s’est révélé ensuite un bon roman sur l’amitié, le nucléaire, les phénomènes inexpliqués (nous ne sommes pas seuls) et c’est avec une pointe de regret que j’ai quitté la bande d’ami et l’Irlande.

Lui, lorsque je l’ai vu sur NetGalley, j’ai su qu’il était fait pour moi : une femme enlevée par des Indiens et qui découvre que ceux qu’elle prenait pour des sauvages sont en fait des gens doués de sentiments « chrétiens ». L’envol du moineau d’Amy Belding Brown (ICI) est un roman bourré d’émotions, de massacres et on a beau être une Blanche, on a le cœur serré en voyant les Rouges mourir de faim. Magnifique récit.

Bilan Livresque Mensuel : 12 romans lus

  1. À la ligne – Feuillets d’usine : Joseph Ponthus
  2. Au-delà des frontières : Andreï Makine
  3. Le Pays des oubliés : Michael Farris Smith
  4. Né d’aucune femme : Franck Bouysse
  5. Un poisson sur la lune : David Vann
  6. J’irai tuer pour vous : Henri Loevenbruck
  7. L’île mystérieuse : Jules Verne [LC avec Bianca]
  8. L’Empreinte : Alexandria Marzano-Lesnevich
  9. En lieu sûr : Ryan Gattis
  10. Le Meurtre de Roger Ackroyd : Agatha Christie
  11. Killarney 1976 : Joël Macron
  12. L’envol du moineau : Amy Belding Brown

Bilan Livresque Mensuel : 6 mangas et 8 bédés

  1. Vinland Saga – Tome 12 : Makoto Yukimura
  2. Vinland Saga – Tome 13 : Makoto Yukimura
  3. Vinland Saga – Tome 14 : Makoto Yukimura
  4. Vinland Saga – Tome 15 : Makoto Yukimura
  5. Vinland Saga – Tome 16 : Makoto Yukimura
  6. Vinland Saga – Tome 17 : Makoto Yukimura
  7. Les Aventures de Lucky Luke (d’après Morris) – Tome 7 – La Terre promise : Jul & Achdé
  8. Dent d’ours – Tome 1 – Max : Alain Henriet & Yann
  9. Dent d’ours – Tome 2 – Hanna : Alain Henriet & Yann
  10. Dent d’ours – Tome 3 – Werner : Alain Henriet & Yann
  11. Dent d’ours – Tome 4 – Amerika bomber : Alain Henriet & Yann
  12. L’Expédition – Tome 2 – La révolte de Niangara : Marcelo Frusin & Richard Marazano
  13. L’Expédition – Tome 3 – Sous les larmes sacrées de Nyabarongo : Frusin & Richard Marazano
  14. Roma – Tome 1 – La malédiction : Éric Adam

 

Bilan Livresque Mensuel : Février 2019 [Mois du Polar chez Sharon]

Quoi de neuf, docteur, en ce mois le plus court de l’année ?? Et bien, on fait péter les records puisque j’ai lu 15 romans sur 28 jours ainsi que 22 Bédés et 3 mangas !! (40 lectures, tout confondu)

Non, je vous jure que je n’ai pas délégué mes lectures ni l’écriture de mes billets ! Pourtant, j’y suis arrivée, en mettant des gaz, bien entendu, et en ne lésinant pas sur les quantités industrielles de café.

J’ai réussi aussi à m’occuper de mes dadas et, roulement de tambour, je sens bien que le nouveau chien arrivé chez mes parents va être de la même veine que la précédente, c’est-à-dire, venir me faire des câlins lorsque je nettoie les box !

Pour le moment, on la lie, car elle a 10 mois et elle découvre un nouvel environnement, mais je vous dis déjà que ça fait un bien fou d’entendre le cliquetis de ses griffes dans mon dos.

En plus, elle est amitieuse à mort et n’est pas la dernière pour obéir ou apprendre des choses. Un nouveau chien avec son caractère qui vient s’ajouter sans évincer tout ceux qu’on a déjà eu et qu’on n’a jamais oublié tant ils nous ont marqué.

On commence le mois en force avec un rural noir qui nous entrainera dans le 19ème siècle, dans un petit village non loin d’un bagne pour garçons délinquants. Avec Les mal-aimés, Jean-Christophe Tixier (ICI) frappe un grand coup en nous mettant face à du glauque, des personnages à l’esprit étroit, des petitesses des actes humains.

Pas de pitié pour les banquiers dans Liquidations à la grecque [Trilogie de la crise 1] de Pétros Márkaris (ICI) où des banquiers sont assassinés… La crise de 2008 est passée par-là et la Grèce crève à petit feu, ce que l’auteur nous décrira bien, sans pour autant exonérer ses compatriotes de toute faute. Un roman noir éclairant la lanterne sur la crise financière, une enquête captivante, des assassinés peu sympathiques et une foultitude de personnages désabusés, bougons, fâchés, râleurs et qui paient les conneries de leurs gouvernements et les leurs aussi.

Un roman noir hindou âpre, violent, dénonçant les injustices et le sex-ratio inégalitaire, Témoin de la nuit de Kishwar Desai (ICI) est assez dérangeant et l’enquête n’est qu’un prétexte pour parler des incohérences et des inégalités de la société hindoue. Un roman noir qui laisse le lecteur groggy, pantelant, en proie à de multiples émotions qui ne sont pas celle de la joie.

Un roman noir glaçant, voilà comment on pourrait résumer La Nuit divisée [Yudel Gordon 02] de Wessel Ebersohn (ICI) car il nous décrit une société pourrie de l’intérieur et un système inégalitaire qui n’a que trop duré. Tout à son enquête, Yudel Gordon nous laisse entrevoir la vie et le mode de raisonnement de certains de ses compatriotes, qu’ils soient Blancs tout puissant ou Noir et sans droits. Un roman noir percutant et pour l’instant, le meilleur de la saga.

Un tome bien plus sombre que les premiers, bien plus mature aussi… Sherlock Lupin & moi – Tome 6 – Les ombres de la Seine de Irene Adler (ICI) est peut-être un roman jeunesse, mais il ne faut pas croire qu’il épargne les jeunes ! Le final m’a laissé sur le cul tant il était inattendu dans tous les sens du terme : même s’il y avait des indices dans le texte d’Irene, j’étais loin de m’imaginer pareille fin du roman. Violent mais excellent.

Un roman noir puissant, qui prend à la gorge, émouvant, touchant, voilà en quelques mots ce qu’est Le chant des revenants de Jesmyn Ward (ICI) qui nous dresse un portrait d’une Amérique au vitriol, où la drogue fait marcher les gens à son pas et détruit des enfances, ces enfants qu’on a eu par accident, qu’on a voulu garder ensuite mais dont on ne s’occupe que de temps en temps. Un roman noir magnifique et des personnages forts bien campés.

Un roman de cape et d’épées, d’aventures, d’amitié, de folles aventures, Les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas [LC avec Bianca] (ICI) est un classique qui donne envie de courir l’épée au clair et de trucider Milady. Il était temps que je le lise enfin !

Si ça ne fait pas très réaliste de faire parler un gamin de 5 ans comme s’il en avait plus, le résultat donne tout de même quelque chose d’atypique et de très amusant. L’assassinat d’Hicabi Bey [Alper Kamu 01] d’Alper Canigüz (ICI) est à lire sans trop faire attention à l’âge du gamin qui enquête car il nous fait aussi découvrir la société turque corrompue à tous les étages. Une lecture rafraichissante.

Véritable immersion dans la vie roumaine de cette fin de 19ème siècle, La vie commence vendredi d’Ioana Pârvulescu (ICI) avait tout pour me plaire mais me laisse dubitative, le cul entre deux chaises. Le récit est lent, l’enquête n’avance pas, l’auteure préférant nous parler, aux travers de ses multiples personnages, de la vie en Roumanie. La plume est très belle mais on s’ennuie par moment.

Un roman policier en Israël, ce n’est pas courant… Malgré un rythme non trépidant, Une disparition inquiétante [Commandant Avraham Avraham 01] de Dror Mishani [LC avec Rachel] (ICI) m’a tenu en haleine tout en me plongeant doucement dans la société israélienne et dans une enquête que le commandant Avraham a commencé piano. Avec un final inattendu qui possèdait un double effet, un double uppercut, cette lecture m’a bien plu, par contre, ma binôme n’a pas aimé.

Un roman noir qui avait aussi tout pour me plaire et pourtant, je me suis embête en lisant Crepple Creek [John Turner 02] de James Sallis (ICI) où les digressions de John Turner m’ont fait soupirer d’ennui.

Un roman policier qui fleure bon la cuisine sicilienne et l’art de vivre sans trop en faire. Dans Le voleur de goûter [commissaire Montalbano 03] d’Andrea Camilleri (ICI), on entre dans du sombre, même si l’auteur fait en sorte d’ensoleiller son récit avec ses personnages atypiques, leurs situations privées et sans se priver de tirer à boulets rouges sur son pays, la Sicile et sa corruption.

Un roman noir qui attendait sur mes étagères depuis tellement longtemps et dont j’étais si contente de le sortir enfin… Bardaf, ma lecture du roman Les lieux sombres de Gillian Flynn [LC avec Bianca] (ICI) s’est faite dans la douleur et l’ennui profond, me faisant passer à la lecture en diagonale avant de filer à la fin pour savoir ce qu’il en était de la solution et puis basta, il finira dans une boite à livre, avec celui de ma copinaute de LC aussi.

Un polar médiéval se passant en Estonie, on voyage ! Se déroulant à Tallin en 1419, Le Spectre de la rue du Puits [Melchior l’Apothicaire 02] d’Indrek Hargla (ICI) est un polar qui prend son temps, où les croyances sont importantes, qu’elles concernent Dieu ou le Diable. L’auteur connait son sujet, il nous décrit avec passion la vie en cette époque là, tout en faisant avancer son enquête à son rythme. Un final plus glauque qu’exceptionnel dans son inventivité.

Un polar ethnique ? J’avais déjà tenté cet auteur et je n’avais pas réussi à m’impliquer dans ma lecture, abandonnant même toute idée de le découvrir. C’est donc une seconde tentative avec Tony Hillerman, ayant choisi cette fois-ci Le voleur de temps [Enquêtes de Leaphorn et Chee 02] (ICI) dont Sharon m’a dit le plus grand bien et vous savez quoi ? Elle avait raison ! J’ai adoré Jim Chee et Leaphron, les deux enquêteurs de la police tribale Navajo qui se retrouvent pour enquêter sur une disparition et deux crimes. Maintenant, je suis sûre que j’y reviendrai.

Bilan Livresque Mensuel : 15 Romans lus

  1. Les mal-aimés : Jean-Christophe Tixier
  2. Liquidations à la grecque [Trilogie de la crise 1] : Pétros Márkaris
  3. Témoin de la nuit : Kishwar Desai
  4. La Nuit divisée [Yudel Gordon – 2] : Wessel Ebersohn
  5. Sherlock Lupin & moi – Tome 6 – Les ombres de la Seine : Irene Adler
  6. Le chant des revenants : Jesmyn Ward
  7. Les trois mousquetaires : Alexandre Dumas [LC avec Bianca]
  8. L’assassinat d’Hicabi Bey [Alper Kamu 01] : Alper Canigüz
  9. La vie commence vendredi : Ioana Pârvulescu
  10. Une disparition inquiétante [Commandant Avraham 01] : Dror Mishani [LC avec Rachel]
  11. Crepple Creek [John Turner 02] : James Sallis
  12. Le voleur de goûter [Commissaire Montalbano 03] : Andrea Camilleri
  13. Les lieux sombres : Gillian Flynn [LC avec Bianca]
  14. Le Spectre de la rue du Puits [Melchior l’Apothicaire 02] : Indrek Hargla
  15. Le voleur de temps [Enquêtes de Leaphorn et Chee 02] : Tony Hillerman

Bilan Livresque Mensuel : 22 Bédés et 3 mangas lus = 25

  1. Tif et Tondu – Tome 26 – Le gouffre interdit : Maurice Tillieux & Will
  2. L’homme de l’année – Tome 10 – 1666, l’homme à l’origine du grand incendie de Londres : Fred Duval & Studio Sept Epées
  3. Moriarty – Tome 3 : Ryosuke Takeuchi & Hikaru Miyoshi [Manga]
  4. De Capes et de Crocs – Intégrale 06 – Actes XI – XII : Alain Ayroles & Jean-Luc Masbou
  5. Bruno Brazil – Tome 1 – Le Requin qui mourut deux fois : Greg & William Vance
  6. Bernard Prince – Tome 01 – Le général Satan : Hermann & Greg
  7. Gil Jourdan – Tome 09 – Le gant à trois doigts : Maurice Tillieux
  8. Mycroft Inquisitor – Tome 1 – Une fragrance de cadavre : Arleston, Latil & Manini
  9. Mycroft Inquisitor – Tome 2 – La Bête d’écume : Arleston, Latil & Manini
  10. Mycroft Inquisitor – Tome 03 – Neiges Sanglantes : Arleston, Latil & Manini
  11. Sept – Tome 19 – Sept Cannibales : Sylvain Runberg & Tirso Cons
  12. Trolls de Troy – Tome 09 – Les prisonniers du Darshan : Christophe Arleston & Jean-Louis Mourier
  13. Trolls de Troy – Tome 10 – Les enragés du Darshan : Christophe Arleston & Jean-Louis Mourier
  14. Bernard Prince – Tome 06 – La loi de l’ouragan : Hermann & Greg
  15. Bernard Prince – Tome 07 – La fournaise des damnés : Hermann & Greg
  16. Bernard Prince- Tome 8 – La flamme verte du conquistador : Hermann & Greg
  17. Bernard Prince- Tome 10 – Le souffle de Moloch : Hermann & Greg
  18. Vinland Saga – Tome 10 : Makoto Yukimura [Manga]
  19. Vinland Saga – Tome 11 : Makoto Yukimura [Manga]
  20. Camargue rouge : Michel Faure
  21. Notre Mère la Guerre – Tome 01 – Première complainte : Maël & Kris
  22. Notre Mère la Guerre – Tome 02 – Deuxième complainte : Maël & Kris
  23. Bruno Brazil – Tome 2 : Commando Caïman : William Vance & Greg
  24. Le loup en slip – Tome 1 : Wilfrid Lupano & Paul Cauuet
  25. Le loup en slip se les gèle méchamment : Wilfrid Lupano & Paul Cauuet

Bilan Livresque Mensuel : Janvier 2019

Si je veux battre le record de 2018 qui était de 148 romans lus (250 lectures toutes confondues) ou du moins, ne pas descendre sous le record de 2017 qui était de 140 romans lus, je dois me bouger les fesses et y aller à fond.

Chaud boulette ! Chaud patate !

Pour Janvier, mois de l’année où on décompresse après les fêtes mais où on peut se fatiguer à faire les soldes (moi je ne les fais pas), mois assez froid ou du moins, sans trop de lumière, ça donne envie de bouquiner sous un plaid chaud avec un mug de café (ou de ce que vous voulez).

Pas moins de 10 romans ont été lus pour Janvier 2019 (on attaque l’année en force) ainsi que 7 bédés, 4 mangas et 3 comics (24 lectures tout compris, TVA en prime).

Une envie de se coucher moins bête ? Game of Thrones décrypté d’Antoine Lucciardi (ICI) est un guide à réserver pour les fans de la série télé car c’est elle qu’il met en valeur, plus que les romans, même si vous serez incollable sur les faits Historiques qui ont inspirés George R.R. Martin pour sa saga.

Un roman noir ? Dans les angles morts d’Elizabeth Brundage (ICI) avait tous les ingrédients pour me plaire, mais au final, je m’y suis embêtée et je n’ai pas eu mon plaisir livresque. Ou comment passer à côté d’un roman qui avait tout pour lui.

Un roman sur ceux qui ne rentrent pas dans le moule et se font broyer ? Inexorable de Claire Favan (ICI) est parti dans une direction inattendue et j’ai eu du mal à m’attacher au jeune personnage principal, Milo, mais sa mère m’a glacée dans les derniers chapitres. Jusqu’où est-on prête à aller par amour pour son fils ? Aussi loin que possible.

Une envie de voyage ? Heimaey de Ian Manook (ICI) ne vous propose pas qu’un road-trip en Islande, il vous plonge aussi dans une enquête policière, du mystère, des fausses pistes. Tout en visitant le pays, vous ne vous ennuierez pas car l’auteur vous a concocté un programme de première catégorie polardeuse !

Un thriller traumatisant ? Alex de Pierre Lemaitre [LC avec Bianca] (ICI) l’est sans doute de par certaines scènes choquantes, violentes, horribles, stressantes,… Thriller atypique aussi avec un inspecteur de police de petite taille. Tout y est travaillé et le final hitchockien est pervers et sinistre, mais c’est tellement bon qu’on termine sa lecture avec un sourire narquois sur le visage.

Un roman noir dans un abattoir ? Jusqu’à la bête de Timothée Demeillers (ICI) ne fera pas de vous des végétariens convaincus, mais il ouvre des portes souvent fermées et nous offre une réflexion sur cette surconsommation de viande ainsi que sur les conditions de travail des plus fragilisés d’entre nous, les sans diplômes.

Un thriller glaçant ? La nuit de l’ogre de Patrick Bauwen [Saga Chris Kovak – 2] (ICI) est un thriller qu’on a du mal à lâcher ! Le scénario est bien ficelé, les personnages réalistes, le mystère est opaque et on en redemande.

Une aventure fantastique ? Michel Strogoff de Jules Verne [LC avec Bianca] (ICI) est à lire un soir de grand froid, bien au chaud sous un plaid, pour vivre une aventure un peu folle, en apprendre un peu plus sur la Russie et, si les blablas ne vous dérangent pas trop, vous pourriez l’apprécier, comme je le fis. Une belle découverte.

Un livre qui tue ? Lectio Letalis de Laurent Philipparie (ICI) avait un pitch des plus prometteurs, mais le traitement des personnages (sans reliefs), un méchant de pacotille et mal réalisé, un scénario qui partait sur du fantastique mal fagoté à foutu une grande partie du début en l’air, avec des répercussions sur mon plaisir livresque qui est descendu en flèche.

Une envie de voyeurisme glauque ? Dans la neige de Danya Kukafka (ICI) explore les pensées les plus profondes de trois personnages après l’assassinat d’une jeune fille : deux condisciples de son école et un des policiers chargé de l’enquête. Une introspection profonde, dérangeante et un premier roman qui place la barre assez haut.

Bilan Livresque Mensuel : 10 romans lus

  1. Game of Thrones décrypté : Antoine Lucciardi
  2. Dans les angles morts : Elizabeth Brundage
  3. Inexorable : Claire Favan
  4. Heimaey : Ian Manook
  5. Alex : Pierre Lemaitre [LC avec Bianca]
  6. Jusqu’à la bête : Timothée Demeillers
  7. La nuit de l’ogre : Patrick Bauwen [Saga Chris Kovak – 2]
  8. Michel Strogoff : Jules Verne [LC avec Bianca]
  9. Lectio Letalis : Laurent Philipparie
  10. Dans la neige : Danya Kukafka

Bilan Livresque Mensuel : 7 bédés + 4 mangas + 3 comics

  1. Champignac – Tome 1 – Enigma : Béka & David Etien
  2. Sherlock Holmes (BéDétectives) – Tome 8 – La vieille Russe : André-Paul Duchâteau & Guy Clair
  3. Sherlock Holmes Society – Tome 5 – Les Péchés du fils : Sylvain Cordurié & Fabio Detullio
  4. Sherlock Holmes Society – Tome 6 – Le champ des possibles : Sylvain Cordurié & Andrea Fattori
  5. Lanfeust Odyssey – Tome 9 – Le Stratège ingénu : Arleston
  6. Lanfeust Odyssey – Tome 10 – Un destin Karaxastin : Arleston
  7. Sonora – Tome 2 : Lola Montez : Jean-Pierre Pécau
  8. Vinland Saga – Tome 6 : Makoto Yukimura
  9. Vinland Saga – Tome 7 : Makoto Yukimura
  10. Vinland Saga – Tome 8 : Makoto Yukimura
  11. Vinland Saga – Tome 9 : Makoto Yukimura
  12. Southern Bastards – Tome 1 – Ici repose un homme : Aaron & Latour
  13. Southern Bastards – Tome 2 – Sang et sueur : Aaron & Latour
  14. Southern Bastards – Tome 3 – Retour au bercail : Aaron & Latour

Bilan Livresque Mensuel – Intro (2019)

Une nouvelle année commence, on remet les compteurs à zéro et on repart au pied de la montagne, en essayant de faire aussi bien que les autres années, niveau score (surtout dépasser 2018 et 2017 niveaux lectures, donc, plus de 140 romans).

Sans compter que toutes lectures confondues, j’en étais à 250 en 2018 et que je ne peux pas faire moins, sinon, ma réputation de Cannibal Lecteur en pâtira.

L’objectif de 2019, donc, sera d’égaler (ou d’approcher) mon record de lecture de 2017 (140 romans lus) ou celui de 2018 (148 romans lus)…

Niveau résolutions, j’en avais pris quelques unes pour l’année 2018, mais tel les politiciens, je n’ai pas tenu mes belles promesses, qui n’engageaient que moi, bien entendu (tandis que chez les politiciens, elles n’engagent que ceux qui y croient).

J’avais parlé de sortir des auteurs de Romans Noirs moins « connus » et pas toujours mis à l’honneur, les oubliés, les relégués dans les tréfonds des blogs, ou de mettre en avant des auteurs provenant des autres pays habituels (et pas des anglais, américains ou français), comme des auteurs sud-américain afin de découvrir le Noir et savoir si la misère est vraiment moins pénible au soleil.

À ce niveau-là, je n’ai pas trop à rougir, mon Mois du Polar en Février 2018 (chez Sharon, off course) m’avait fait sortir des auteurs des tréfonds de ma PAL et pour le Mois Espagnol de Mai 2018 (toujours chez Sharon), j’avais aussi fait quelques découvertes, des bonnes et des moins bonnes.

Par contre, ces dernières années, j’ai un peu oublié de diminuer ma PAL Noire (celle des origines), j’avais dit l’année dernière qu’il était plus que temps que je m’y remette ou que j’abandonne définitivement l’idée de lire certains livres y figurant.

Et bien, malgré un écrémage plus que sévère (j’en ai gardé 18), je n’en ai sorti aucun de cette maudire PAL Noire !!

Le but de 2019 est donc de lire autant de romans qu’en 2017 et 2018, c’est-à-dire plus que 140 (au minimum) et 150, si possible, même si ça ne fera pas diminuer ma PAL d’un iota.

Statistiquement parlant, lors de mes derniers bilans livresques, j’ai passablement augmenté mon volume de livres lus (et achetés aussi) et même si en 2012 et en 2015 j’avais un peu baissé mon rythme stakhanoviste, ces dernières années, je carbure à fond.

Malgré tout, hormis en 2012, j’ai souvent été au-dessus de la barre des 100 romans lus, ce qui n’est pas si mal, je trouve, mais indigne d’un Cannibal Lecteur.

  • 2012 – 96 romans lus
  • 2013 – 116 romans lus
  • 2014 – 112 romans lus (15 en numérique)
  • 2015 – 109 romans lus (68 en numérique)
  • 2016 – 134 romans lus (100 en numérique)
  • 2017 – 140 romans lus (74 en numérique)
  • 2018 – 148 romans lus (91 en numérique)

Et si je n’arrive pas à égaler ou dépasser mes plus gros score ?? Ben, ce sera la fessée !

Mon challenge Goodreads 2018 plus que réussi : 250 lectures officielles !

Puisque je suis aussi sur Goodreads et qu’ils nous donnent les statistiques de l’année de lecture, j’en ai profité pour faire quelques captures d’écran parce que c’est toujours amusant de voir ce qu’on a lu, le roman le plus gros, le plus populaire, le moins populaire…

Les chiffres de lectures ne correspondant pas au départ, j’en ai déduit que j’avais dû en oublier dans l’encodage puisque j’ai lu 250 ouvrages (romans, bédés, mangas et comics confondus) et le système ne m’en retournait que 239 ce 07 janvier…

Pas de doute, certaines lectures n’ont pas été introduites dans le système. Des recueils de bédés dont j’avais divisé les histoires pour mon bilan lecture annuel et encodé en recueil dans le Goodreads ??

Des oublis ?

Ce n’est pas faute, pourtant, d’en avoir ajouté, des romans, des bédés et toussa toussa…

Mon côté comptable en prendrait-il donc un coup ??

Que nenni ! N’aimant pas les bilans dont je n’ai pas l’équilibre (on ne se refait pas), j’ai passé le tout au crible et trouvé les oublis, omissions, un titre non présent sur Goodreads et des oublis de date de fin de lecture !

Pas mal ! Je suis donc passée de 239 à 250 rien qu’avec ces oublis d’encodage et ces date de fin de lecture non ajoutées !

Le compte est donc bon 😉  Ce qui nous donne aussi 56.870 pages lues en 2018 !

Pour le Challenge 2019 ? 200 livres, toujours ! Que j’espère dépasser

Bilan Livresque Annuel 2018 et Coups de cœur Livresque 2018 [PART 1/2]

Mon objectif, en 2018, était était au moins d’approcher le millésime de 2017 (140 romans lus, donc) ou de dépasser au moins celui de 2013 (116 romans lus)…

Ceux qui suivent mes Bilans Livresques Mensuels régulièrement et qui ont lu celui du mois de Novembre savent bien que le suspense est mort puisqu’ils ont vu mon chiffre du mois dernier.

Pour rappel, les autres années :

  • 2012 – 96 romans lus (pitoyable, je sais, shame on me)
  • 2013 – 116 romans lus (je remonte avant de redescendre)
  • 2014 – 112 romans lus (15 en numérique)
  • 2015 – 109 romans lus (68 en numérique)
  • 2016 – 134 romans lus (100 en numérique)
  • 2017 – 140 lus (74 en numérique)
  • 2018 – ???

Objectif atteint ?? Oui ! Score déjà égalisé le 30 novembre, en plus !! 

  • 148 romans lus (91 en numérique) le 28/12
  • 85 bédés lues (112 en 2017)
  • 17 mangas lus (23 en 2017) et 1 comics
  • 66 films vus (à 3 près je faisais 69 !)

Passons maintenant aux Livres Marquants et Coups de Cœur Livresque de l’Année 2018… Du moins, la première partie.

Vous trouverez ci-dessous les livres qui m’ont marqué ou que j’ai super bien aimé, en 2018.

Ceci est une première sélection, autrement dit, ceux qui m’ont apporté des tas d’émotions diverses, qu’elles soient amusantes, drôles, plaisantes, tristes, violentes, que ce soit des page-turner qui m’aient fait oublier le temps, oublier le Monde, des policiers qui sortaient du lot, qui avaient de l’humour ou tout simplement des bouquins que j’ai aimé…

Du moins, je vous propose ceux dont j’ai gardé un souvenir parce que le plus terrible, c’est ça : avoir aimé un livre et ne plus s’en souvenir à la fin de l’année, se dire « Tiens, j’en avais dit quoi, moi, de ce titre » et être obligée d’aller vérifier…

J’ai déjà sabré très fort afin de ne pas en avoir plus que 50, ce fut plus serré, comme de bien entendu et j’ai dû me résigner à en supprimer pour ne pas dépasser la limite.

Comme j’ai dû me faire violence pour n’en sélectionner que 30 pour la seconde partie du bilan, celle des coups de cœur ultimes, qui paraîtra le 4 janvier.

Première pression à froid et à chaud :

  1. Une assemblée de chacals : S. Craig Zahler
  2. Le diable en personne : Peter Farris
  3. Oscar Wilde et le mystère de Reading : Gyles Brandreth
  4. Les chiens de Détroit : Jérôme Loubry
  5. Le Siècle -Tome 1 – La chute des géants : Ken Follett [LC avec Bianca]
  6. The Rook – Au service surnaturel de sa majesté : Daniel O’Malley
  7. Retour à Duncan’s Creek : Nicolas Zeimet
  8. Jake : Bryan Reardon
  9. Iboga : Christian Blanchard
  10. Sauf : Hervé Commère
  11. La colline aux esclaves : Kathleen Grissom [LC avec Bianca]
  12. Les étoiles s’éteignent à l’aube : Richard Wagamese
  13. Mon désir le plus ardent : Pete Fromm
  14. La Ballade des misérables : Aníbal Malvar
  15. Patagonia tchou tchou : Raúl Argemi
  16. L’Affaire Léon Sadorski : Romain Slocombe [LC avec Bianca]
  17. Le manuscrit inachevé : Franck Thilliez
  18. Les âges sombres : Karen Maitland [LC avec Bianca]
  19. Les diables de Cardona : Matthew Carr
  20. Cheval de guerre : Michael Morpurgo
  21. Ma cousine Rachel : Daphné Du Maurier [LC avec Bianca]
  22. Hunter : Roy Braverman
  23. Jesse le héros : Lawrence Millman
  24. Là où vivent les loups : Laurent Guillaume
  25. Quelques minutes après minuit : Patrick Ness
  26. Power : Michaël Mention
  27. Le Bikini de diamants [Sagamore Noonan – Tome 1] : Charles Williams
  28. Le vent de la plaine : Alan Le May
  29. La dernière frontière : Howard Fast
  30. Femme de feu : Luke Short
  31. L’étrange incident : Walter Van Tilburg Clark
  32. Les larmes de la liberté : Kathleen Grissom [LC avec Bianca]
  33. Les spectres de la terre brisée : S. Craig Zahler
  34. Au loin : Hernan Diaz
  35. Un Gentleman à Moscou : Amor Towles
  36. Dreamcatcher : Stephen King [Défi CannibElphique]
  37. Comme ton ombre : Elizabeth Haynes [LC avec Bianca]
  38. Dies irae – Les larmes de sang : Marie Nocenti
  39. La Mort selon Turner : Tim Willocks
  40. Allez tous vous faire foutre : Aidan Truhen
  41. Le Poids du monde : David Joy
  42. Golem – Le tueur de Londres : Peter Ackroyd [LC avec Bianca]
  43. Des nouvelles du monde : Paulette Jiles
  44. La vraie vie : Adeline Dieudonné
  45. Apocryphe : René Manzor
  46. Évasion : Benjamin Whitmer
  47. My absolute darling : Gabriel Tallent
  48. Corruption : Don Winslow
  49. Population 48 : Adam Sternbergh
  50. La note Américaine : David Grann