Happy New Year – Bonne Année 2020

Comme chaque année, on va sacrifier à la tradition des souhaits, même si on sait que ce que l’on souhaite aux gens ne se réalisera pas à 100%.

Moi aussi j’ai souhaité une bonne santé à des gens qui se sont chopés ensuite le cancer et des bonne année à des gens qui sont morts au cours de cette année… À croire que je porte la poisse…

Un homme se trouvait dans le coma depuis un certain temps. Son épouse était à son chevet jour et nuit. Un jour, l’homme se réveilla. Il fit signe à son épouse de s’approcher et lui chuchota :
— Durant tous les malheurs que j’ai subi, tu as toujours été à mes côtés.
— Oui mon amour.
— Lorsque j’ai été licencié, tu étais là pour moi.
— Oui mon amour.
— Lorsque mon entreprise a fait faillite, tu m’as soutenu.
— Oui mon amour.
— Lorsque nous avons perdu la maison, tu es restée près de moi.
— Oui mon amour.
— Et lorsque j’ai eu des problèmes de santé, tu étais encore à mes côtés.
— Oui mon amour.
— Tu sais quoi ?
Les yeux de la femme s’emplirent de larmes d’émotion.
— Quoi donc, mon chéri ? chuchota-t-elle.
— Je crois que tu me portes la poisse…

Après cette petite blague destinée à vous faire supporter le réveillon ou le Nouvel An si vous avez la malchance de le passer avec des gens chiants, il me reste à vous souhaiter le meilleur, sans passer par le pire.

  • La santé et pas la maladie (bon, on n’évitera pas une grippe ou une bonne chiasse, faut que les médecins fassent leur beurre et les pharmaceutiques aussi)
  • Le fric et pas les impôts (bossez aux impôts, vous pourrez frauder ! Je vous jure, ils le font ! Merci au Canard Enchaîné !)
  • Justement… Qu’une personne intelligente vous abonne au Canard Enchaîné ! Autant avoir des lectures saines
  • Les vacances deux fois par an et pendant 6 mois chaque fois (ben quoi, je vous ai souhaité le fric)
  • Du café toujours chaud pour ceux et celles qui aiment ça ou du Lapsang Souchon ou du Jack’s pour les autres (ou ce que vous voulez pour boire)
  • Un patron sympa et pas un chieur
  • Des collègues géniaux et pas des casse-couilles de première
  • Une PAL qui augmente autant qu’elle diminue ! Parce qu’il faut toujours un certains équilibre et qu’une PAL zéro est une horreur
  • Des lectures émotionnantes, pleines de découvertes, de coups de coeur, qui font rire… Bref, que vous preniez votre pied
  • Pour les filles : des mecs qui ne vous la joue pas « 3 minutes, douche et préliminaires comprises » – Ouf, j’ai pas épousé un clone de Chirac !
  • Pour les mecs : des femmes qui avalent ! (moi je dis non à la fumée de la pipe)
  • Pour ceux et celles qui possèdent des animaux : une bonne santé à eux aussi !
  • Pour ceux qui possèdent des gosses : condoléances s’ils sont dans la période de l’adolescence… Je vous la souhaite douce et courte, cette affreuse période (même si ailleurs vous la préférez longue et dure)
  • Anybref, je vous souhaite tout le bonheur du monde et afin de ne pas gâcher mes voeux, je vais éviter de le faire en chantant… Même si je vous ai collé la chanson dans la tête pour toute la soirée ! Mhouhahahaha

La Bûche de Noël de Dame Ida

Et oui, cette année-là comme pour celles qui avaient précédé, Noël tombait encore avec une régularité déconcertante un 25 décembre.

Et si Dame Ida avait été stupide, amnésique ou précocement draguée par Al Zheimer (un fieffé salaud celui-là à son humble avis), les programmes télé qui diffusaient des niaiseries sentimentales en boucle sur l’esprit de Noël depuis la Toussaint, les illuminations aggravant le réchauffement climatique depuis le 15 Novembre, et l’incitation à consommer et à acheter tout un tas de trucs dont personne n’a besoin via à un matraquage publicitaire qui n’émeut aucune association de lutte contre le harcèlement, étaient là pour le lui rappeler.

Dame Ida avait dû quasiment se prostituer auprès du directeur de son supermarché pour dégoter des foies gras de canard frais à transformer en terrine, qu’elle stockait au congélateur en attendant la date fatidique, et braver les manifestations anti-Black-Friday pour se faire offrir un nouvel ordinateur en vue de remplacer celui qui après six ans de bons et loyaux services commençait à émettre des signes de grosse fatigue.

Dame Ida craignais d’ailleurs le pire… Si les associations d’activistes écolo-décroissant-anticapitalistes hurlaient à la sur consommation avec le Black Friday, qu’allait-il se passer dans les centres commerciaux pendant les weekends de décembre ?

Si on ajoutait à cela les grèves et manifestations que le président avait déclenchées en voulant réformer les retraites et rogner sur celles des fonctionnaires qui avaient soudainement très mal à l’anus puisque depuis des décennies on leur faisait avaler leurs salaires nettement inférieurs à ceux du privés et jamais revalorisés depuis les années 1980 en leur disant qu’ils seraient compensés par les meilleures retraites qu’on ne voulait plus leur laisser…

Heureusement Dame Ida était trop vieille (pour une fois que ça sert !) et trop proche de sa retraite pour être concernée par cette réforme léonine… Oui… Mais les zôtres ?

Bref… Décembre promettait de se transformer en guerre civile et l’esprit de Noël avec lequel les films américains nous gavent dès qu’on allume le poste semblait bien lointain.

D’autant que comme tous les ans Dame Ida devait secouer ses parents et sa belle-famille par les pieds pour savoir quand ils seraient disponibles pour fêter soit le réveillon, soit le 25 décembre avec les uns ou les autres, ce qui supposait un peu d’organisation car les indisponibilités respectives avaient toujours des effets domino se transformant en casse-têtes insolubles, même à l’acide sulfurique ou avec l’acidité gastrique que le stress de cette période ne manquait jamais d’occasionner dans les tripes de votre critique Agathesque préférée.

Au moins la question du qui veut quoi sous le sapin était-elle en train de se résoudre…

Toqué avait déjà eu sa nouvelle voiture de gros crâneur, l’exposant au risque de se faire poignarder dans le dos par Greta Thunberg… et qui de toute façon ne pouvait pas entrer dans le salon pour être mise sous le sapin du 25 décembre…

Choupinou allait avoir pour sa console la version 2020 de Mégamutilations, « Le jeu dont vous êtes le Bourreau », un nouvel écran pour son téléphone (qui avait mal résisté à un choc frontal avec le nez de sa sœur)…

La Pioupioute allait avoir elle aussi un nouvel écran pour son téléphone (qui avait mal supporté de se heurter avec le crâne de Choupinou), et une selle pour la licorne qu’elle envisageait de se faire offrir l’année suivante (si elle arrivait à faire expulser la voiture de son père du garage pour y caser sa licorne)…

Dame Ida avait trouvé un restau pour inviter Papy et Mamie à aller manger en amoureux en janvier en se partageant leur unique dentier (ben oui, on attend toujours que le président tienne ses promesses pour des prothèses dentaires accessibles à ceux qui sont trop vieux pour revendre leurs reins)…

Et trouvé sur le net des gélules amincissantes aux œufs de vers solitaires ainsi qu’un cactus bien piquant parfaits pour sa belle-mère… le cyanure n’étant hélas toujours pas en vente libre.

Alors c’est quoi Noël pour vous ? Des films cul-culs à la télé ? Une communion dans la foule qui se presse dans les Grands Temples de la Surconsommation, avec ses mythes illusoires (comme celui des bonnes affaires sachant que quoi qu’il arrive on se fait toujours enfler), ses rites (le boniment du vendeur, le produit qu’on emballe pendant que vous faites le code de la carte-bleue), sa musique assourdissante… etc ?

Une grosse bouffe avec des produits qu’on mange rarement et des gens qu’on n’est pas toujours si heureux de voir ? Ou le souvenir de la naissance d’un petit garçon dans une étable parce que personne ne voulait d’une femme enceinte dans son auberge, et promis à un avenir divin et terrible ?

Chacun voit minuit à sa porte comme il l’entend le 25 décembre ! N’étant pas adepte du culte de la consommation, ni du prosélytisme religieux sur le net, et préférant vous préserver de ses histoires de famille alambiquées, Dame Ida se bornera à ce qu’elle préfère dans la vie : la bouffe.

Si Molière faisait dire à son Avare qu’il faut manger pour vivre et non vivre pour manger… Soyez assurés que Dame Ida a appris à voler à son exemplaire de cette pièce, qui a dû atterrir dans une poubelle et dont plus personne n’a jamais entendu parler depuis.

Les foies gras étaient au frais… Prêts à cuire au bain-marie après un éveinage en règle et 24h de marinade au porto… Il ne restait donc plus qu’à faire le dessert !

La dinde ? Non… Dame Ida était trop grosse pour rentrer dans le four, et elle laissait à une autre convive le soin de se charger de trouver une autre grosse pièce à rôtir. Non mais ! Elle ne s’occuperait que du foie et du dessert !

Evidemment, Dame Ida avait longuement regardé la recette du Christmas Pudding maison mis à l’honneur par Agatha Raisin lors d’une de ses fêtes de Noël…

Mais eu égard au résultat et aux catastrophes répétitives de ses tentatives d’obtenir des scones dignes de ce nom, Dame Ida avait renoncé aux pâtisseries exotiques d’outre-manche… Surtout depuis qu’elle avait lu la composition de la fameuse Jelly qui lui donnait l’écœurante impression de bouger de la même façon que ses petits bourrelets quand elle enlevait ses sous-vêtements.

Or donc, elle referait son dessert fétiche des fêtes de Noël : sa bûche au chocolat hypercalorique qui après le foie gras, le saumon fumé et la dinde aux marrons vous colle au fond de votre lit pour une longue sieste digestive jusqu’au réveillon de la Saint Sylvestre.

Cette recette est tellement simple que si la Pioupioute et le Choupinou n’étaient pas des grosses feignasses, ils auraient pu la faire eux-mêmes !

Une recette tellement simple que la Mère Cocotte la méprise, vu qu’elle ne pourra humilier aucun concurrent du meilleur pâtisser avec, même si Sir Illignak serait tout à fait en droit de la trouver fondante et gourmande.

On est prête à pâtisser ? On s’est lavé les mains et on a enfilé le tablier ? C’est parfait ! Au boulot !

Pulvérisez 250g de boudoirs ou biscuits à la cuillère, et incorporez 250g de beurre fondu, ainsi que 5cl de rhum dans lequel vous avez délayé une dosette de café soluble. Jusque-là, ça va ? Vous suivez ? Oui… Vous suivez. Oui je sais… Le mélange à un aspect un peu chiasseux… Peu ragoutant… Mais ça va s’arranger…

Séparer les blancs et les jaunes de six œufs. Là… C’est plus technique, n’est-ce pas… Mais pas insurmontable n’est-ce pas ?

Au bain-marie, fondre 250g de chocolat à pâtisser et hors du feu, incorporer très vite les jaunes d’œufs petit à petit en faisant en sorte qu’ils ne cuisent pas… Et ajouter ça à la préparation précédente avec les boudoirs. C’est l’étape la plus risquée… mais… promis… on s’en sort. Là encore, c’est pas joli-joli… et avec le beurre qui a du mal à se mélanger au reste on se dit qu’on a tout foiré… Mais non… Ne vous laissez pas dégoûter par l’aspect du mélange… c’est normal… ça sera plus joli avec les étapes qui suivent.

Ensuite, montez les blancs en neige (même dans le meilleur pâtissier ils ne le font pas à la main, hein… alors pas de complexe, utilisez votre batteur et ça marchera tout seul). 

Incorporez délicatement les blancs au reste et verser la préparation dans un moule à cake. Mettez le moule une nuit au réfrigérateur pour que la bûche fige. Vous voyez ? C’est déjà plus joli, non ?

Pour faciliter le démoulage tapissez le fond du moule avec une bande de papier aluminium. Sinon… c’est galère.

Une fois démoulée vous constaterez qu’elle est irrégulière… donc faites des stries toutes aussi irrégulières  à la fourchette pour lui donner l’aspect du bois et saupoudrez là de cacao noir en poudre.

Vous pouvez la décorer avec les petits champignons au sucre du commerce, de la feuille d’or si vous êtes riches, voire avec un peu (pas trop) de sucre glace (avec une petite passette) pour faire croire qu’il a neigé… Laissez libre cours à votre imagination.

En fait… Cette bûche… Et bien c’est une grosse truffe géante au chocolat… Une version de Noël du 4 quarts (un quart boudoir, un quart beurre, un quart chocolat, un quart œuf), bien grasse et bien sucrée…

Et si vous n’avez pas bu tout le Sauterne avec le foie-gras… et bien il accompagnera parfaitement ce dessert.

Toquéfada aime bien noyer sa part de bûche de crème anglaise maison (c’est l’un des rare trucs qu’il fait avec son moelleux au chocolat appris de sa grand-mère)… Moi je trouve que ça rajoute trop de sucre… et que ça gâche la force du cacao… Chacun son goût.

En général personne n’en veut beaucoup après le repas de Noël… Et il en reste toujours pour le lendemain… Youpeeeee ! Pour le petit déjeuner ou le goûter ça marche très bien aussi… Avec une tasse de Lapsang-Souchong évidemment (Héhéhé… J’ai refait le plein…)!

Joyeux Noël et bonnes fêtes de fin d’année à toutes et à tous !

Mon Wild Cat est de droite…. [Des nouvelles de mon challenge « J’apprivoise un chat »]

Noël, c’est aussi les petites contes, les belles histoires, celles qui font sourire, les bonnes actions… Et Minou le chat (oui, je ne me suis pas foulée sur ce coup là pour son nom, je vous jure que j’ai déjà fait bien mieux) est le candidat parfait puisque son histoire est jolie et qu’il est en progrès constant (autre chose que moi à l’école, tiens).

Non, pas de panique, je ne parlerai pas de politique ! Juste de mon chat dont ça fait longtemps que je n’ai plus donné de nouvelles et qui a bien progressé ces derniers temps.

On avait stagné durant un long moment, rien n’avançait, rien ne reculait (comment veux-tu que je t’en…?), mais on était à zéro progressions.

Nous restions sur nos acquis, c’est-à-dire un chat qui court derrière ses croquettes que je lançais dans la pièce (les canicules sont finies depuis longtemps, ses boiteries aussi, donc, on fait du sport !) et qui reste près de moi pour se faire câliner après avoir mangé.

Et puis, tout à coup, boum, on avance un coussinet.

Ces dernières semaines, je suis arrivée à le caresser alors que j’étais debout. Il sortait du dessous du lit lorsque je préparais sa mesurette avec les croquettes (ah, le bruit des croquettes deux fois par jour) et soit il se tenait derrière moi ou alors, sur le côté.

Délicatement, j’avançais doucement et après avoir reniflé mes doigts (il se shoote à l’odeur de croquettes), je pouvais le caresser et il se trémoussait, avant de me faire comprendre que bon, là, il voudrait bouffer, alors, hein, si tu pouvais lancer la croquette…

Le coup du chat qui est de droite vient du fait que depuis que j’arrive à caresser mon wild cat (et à le faire ronronner, surtout), il se tient toujours à ma droite !!!

De là à penser qu’il voterait à droite si tous les cons ne se trouvaient plus à gauche… Oups, pardon !

Allez, de temps en temps, il passe au-dessus de mes jambes étendues (je suis assise par terre, comme le chantait Zaz) et va s’asseoir à ma gauche, mais il n’y reste jamais longtemps et se remet à ma droite où là, il se fout par terre pour mieux se faire tripoter les poils du dos.

De plus en plus souvent, il a aussi commencé à se placer au centre, entre mes jambes étendues, il s’y est même couché quelques minutes. Quand je vous dit qu’on avance lentement mais sûrement !

Sa folie ? Mes pieds !! Qu’ils soient nus ou en chaussettes (il fait froid, maintenant), ce chat adore frotter sa tête contre mes pieds (droit, souvent, gauche, parfois). Pire, il les renifle et à même tenté, à quelques reprises, à me les lécher ! Non, pitié, pas ça !

On a consulté chez des vétos pour moins que ça…

La dernière avancée est qu’il est moins couillon qu’on le pensait et qu’après plusieurs essais infructueux et des essais réussis grâce à sa gourmandise, je suis enfin arrivée à le faire sortir de ses pièces de vie !

Une patte et puis les autres dans le couloir du premier étage… Un petit pas pour le chat, mais un grand pas vers un plus grand espace territorial puisque le but est qu’il circule dans toute la maison (hors cave et véranda) en tout liberté.

Jouant au Petit Poucet qui sème les friandises, tel un Saint-Nicolas, dans les escaliers, je suis arrivée à le faire monter jusqu’à notre étage et lui faire passer la porte, juste quelques centimètres, mais purée, quelle avancée !

Pour lui, la trouille… Le regard halluciné, les yeux qui vont dans tous les sens, la tête qui bouge comme celle d’un Sarko sur la plage arrière d’une voiture…

Puis de nouveau on est resté en stagnation, il ne sortait plus de ses pièces, alors que sa porte était ouverte toute la journée. Donc, je suis passée à porte ouverte la nuit aussi et il a circulé ! Les lumières s’allument dans le couloir dès qu’il y a un mouvement, on peut donc suivre la progression du chat, la nuit !

De nouveau on est resté les jours suivants sur ses acquis, il ne bougeait plus… Et puis, boum, après les câlins du soir (et les croquettes), la porte étant restée ouverte, le chat est parti en exploration, me laissant dans sa pièce et est revenu au bout de 20 minutes, me regardant comme s’il ne m’avait jamais vu…

Rebelote le lendemain matin ! Il se casse, se promène et puis revient tranquille chez lui.

La nuit, ça se promène aussi, jusque devant la porte de notre chambre où il a fait jour/nuit/jour/nuit plusieurs fois, vers 5h du mat’ (merci le chat !).

Prenant du courage, l’animal me suit maintenant après la bouffe du soir (mais loin derrière, hein, pas de miracle) et monte chez nous pour explorer toutes les pièces, les derrières de porte, les dessous de meuble, les derrières de TV, mon bureau, la cuisine, les chiottes…

Il en est toujours ressorti sans toiles d’araignées sur la tronche, donc… mdr

Si au départ il était tendu et en alerte, le second soir, il était plus détendu et n’a pas laissé un recoin inexploré, mais il n’a sauté sur aucun meuble.

Par contre, je ne sais pas ce qu’il a voulu faire dans notre chambre, mais deux livre de poche étaient par terre (Paul Cleave), comme s’il avait voulu sauter sur la biblio et avait loupé son coup avant de se prendre deux romans sur la tronche…

Depuis, il évite de chipoter à mes biblios (dans celle d’en bas, il s’était pris un Fred Vargas sur la tête).

Il y a quelques temps déjà, il est venu me retrouver au lever, à 6h du matin, et je l’ai caressé durant 30 minutes, alors que ce sacripant ne m’avait même pas laissé le temps de me faire mon café (et surtout de le boire).

Il m’a fait le coup quelques fois, puis a arrêté. Mais il me laissait faire mon café, m’asseoir dans le divan avant de venir me retrouver pour une séance de câlinages.

Depuis, il a pris le pli, après sa bouffe du matin et du soir, il monte nous retrouver à l’étage, ce qui est plus embêtant pour lui au matin car je dois partir bosser… Les grands mouvements lui font toujours peur et il détale maintenant sous la table de la salle à manger, sous la chaise contre le mur, celle qui ne bougera jamais car coincée. Avant, il sortait par la porte…

Malgré tout, il est plus du soir… La journée, il pieute sur son coussin, dans l’ancienne chambre d’ami et la soirée, il l’a passe à nos côtés, montant sur le gros coussin du canapé pour y dormir pendant que je lis, ses fesses appuyées sur le haut de mon bras, ou se couchant dans le divan, à ma place (quand je n’y suis pas), gardant ses distances avec mon homme tout de même.

La télé lui faisait peur, ça va mieux, il a même regardé deux films (les hommes, ça zappe) assis sur le divan… Il vient aussi me retrouver dans mon bureau, où se trouve mon PC, admire ma grande biblio, mes bibelots et il se laisse caresser dans mon antre, tout en restant sur ses gardes car il n’y a qu’une porte de sortie !

Par contre, il adore fouiner partout dans mon bureau et à trouvé une place bien cachée sous l’ancien fauteuil de bureau, dans un coin sombre. Voir sans être vu, il adore.

On lui a installé une chatière à sa porte à lui, pour ne plus laisser la porte entrouverte mais ce diablotin n’a pas compris le truc de pousser la porte de la chatière, donc, on maintient le système ouvert avec un fil… Pas moyen de lui faire comprendre, dès qu’il sent la résistance (même faible) de l’aimant, il recule.

Il y a encore du boulot, mais je suis aux anges car depuis qu’il vient nous retrouver, on progresse à grands pas (tout est relatif, mais pour un chat non apprivoisé au départ, les pas sont grands) et toujours dans le bon sens.

Il est zen, calme (sauf quand il joue avec sa souris, maintenant j’ai compris pourquoi j’ai dû la recoudre), me regarde avec ses grands yeux aimants (j’espère) et est toujours en demande de caresses. Il devient même parfois foufou et j’ai eu quelques coups de griffes.

Ces derniers jours, il s’incruste tellement qu’on va arriver t-plus vite que je ne le pensais à devoir le mettre dehors (dans le couloir) quand on montera se coucher. Le vendredi 13, il était toujours là lorsque j’enfilais ma robe de nuit et c’est mon mari qui, sans le faire exprès, lui a fait peur en sortant de la salle de bain. Il a quitté son poste d’observation et a filé chez lui…

Par contre, autant où le soir il va et il vient, franchissant notre porte d’entrée (entrouverte) moult fois, me foutant la trouille souvent, car je ne l’entends pas arriver et je le retrouve assis, l’observant, et bien, il ne vient jamais en journée.

Maintenant, je vous souhaite un Joyeux Noël, qu’il soit commercial ou religieux (c’est votre choix à vous), familial ou entre potes, avec ou sans sapin.

N’oubliez pas de mettre le petit Jésus dans la crèche… ;-))

Ce wild cat va me coller un tennis-elbow ! Chouette !

Ouf, Minou a récupéré, repris du poil de la bête, il ne boite plus, il mange bien, il boit, il fait tout ce qu’il doit faire dans son bac à litière, rejoue avec un des ses jouets, sa souris (elle a changé de place, hors, ça faisait depuis qu’il était malade qu’elle ne bougeait pas d’un millimètre), ce soir, il m’attendait sous le lit de son autre pièce, bref, il est de nouveau au top de sa forme.

Depuis hier, il est de nouveau le CR7 de la croquette. Enfin, on me signale que CR7 est un attaquant qui fait aussi de la pub pour des slips et que mon chat serait plus le Gigi Buffon de la croquette puisqu’il les arrête d’un coup de patte bien senti lorsque je les fait glisser sur le parquet vinyle imitation chêne (il est sans dessins, donc, glissant pour les croquettes).

Il est de nouveau au taquet, prêt à stopper la croquette dans sa course ou à lui courir après si je parviens à déjouer sa vigilance et ses réflexes.

Ces derniers jours, il marchait vers les croquettes et les arrêtait mollement, je les lui envoyais aussi sans force pour ne pas qu’il se refasse mal à sa patte qu’il avait mal.

Il a faim, il mange bien, mais jamais voracement, contrairement au Simon’s Cat.

J’avais peur aussi d’avoir perdu sa confiance après l’épisode de la mise en boite, enfin, de sa mise en caisse de transport et sa visite chez la véto…

Après une semaine difficile et une reprise version moteur diesel, je peux dire que maintenant il est revenu à son niveau d’il y a 15 jours et que la confiance est toujours là, la complicité aussi.

Toujours assise au sol (autrement, il a peur), je le caresse toujours durant le temps qu’il mange à mes côtés (ben oui, toute la gamelle ne passe pas en croquettes de foot !) et maintenant, il fait des pauses pour ronronner sous ma main, puis il remange, puis de nouveau une pause…

Il apprécie de plus en plus, même s’il se tient parfois un peu loin de moi et mon bras n’est pas extensible, mon épaule souffre aussi parce que caresser un chat durant 30 minutes, en position assise sur le sol, bras tendu, je vous jure que ça vous fait découvrir des muscles à des endroits insoupçonnés ! mdr

Ce soir, c’était Byzance ! Il s’est couché en sphinx, presque vautré par terre totalement sous mes grattouilles puis, monsieur s’est rapproché de moi pour se coucher près de ma jambe étendue, nue (je suis en short), bronzée et franchement épilée.

Il a même vérifié la douceur de la peau avec son petit museau humide et froid. De plus, il me regarde souvent dans les yeux et je peux lui retourner le regard aussi, maintenant (au début, je baissais les yeux, conseil lu sur le Net).

Ensuite, quand il en a eu marre, il est reparti dans son autre pièce (la s.d.b) puis est revenu près de moi, toujours assise le cul par terre et c’était reparti pour une séance de 30 minutes de ronrons et de caresses sur tout le corps (la désensibilisation, ça paie, je vous l’expliquerai).

De nouveau a vérifier que ma jambe épilée est bien douce, puis, plus grave, il a reniflé mon pied (il adore ça, faudrait que je consulte) et a frotté sa tête dessus. Il marque sa propriété sur moi. Alléluia !

Alors que je suis cette semaine en congé et que l’on fait des transformations dans la maison, que j’ai mal au dos d’avoir soulevé des caisses de livres à donner, d’avoir enlevé un balatum et remis un autre, ce chat met mes muscles à mal et le pire, c’est que je souris comme une demeurée !

Prochaine étape, le faire venir sur mes jambes. On a déjà bien avancé et je sens qu’il est à deux pattes de craquer et de s’y installer, ça va mettre un peu de temps mais je ne désespère pas.

Ce soir, on a de nouveau fait une belle avancée car c’est la première qu’il revient vers moi pour recommencer une séance de câlins alors qu’il était reparti faire son tour de propriétaire.

Sacré Minou ! En plus, maintenant, son poil est tout doux partout.

Le pauvre va râler, on part deux jours, donc, pas de câlins et mon beau-frère pour lui déposer sa bouffe et nettoyer ses bacs à litière.

Et ron et ron comme un p’tit chaton

Je ne sais pas si c’est le bout du tunnel, mais Minou a bien mangé ce matin (dans sa gamelle, à mes côtés) et mieux, il s’est laissé caressé et a ronronné sous mes mains durant 20 minutes au moins. J’en étais à la limite de la crampe (hé, pour ne pas lui faire peur, je dois m’asseoir au sol et pas encore réussi à le faire assise).

Que ça fait du bien de le voir aller un peu mieux ! De le voir bouger un peu, de le voir venir vers moi au matin (pas au soir par contre).

Cette semaine de « je bouffe un peu, je bouffe pas du tout » ne l’a pas fait grossir…

De fait, il n’a jamais été un grand gourmand, c’est le genre de chat qui en laisse dans la gamelle. Va falloir l’étoffer un peu, le Minou.

Je croise les doigts que ce mieux ne soit pas pour aller vers un mal après (comme on a déjà eu le cas avec les animaux ou les humains).

 

Een kat in de zak ? Nee ! Where is the cat ? The cat is in the kitchen… No, the cat is in the bathroom ! [Mon Challenge perso]

Where is the cat ? The cat is in the kitchen… No, sorry, the cat is in the bathroom !

Je vous rassure de suite, l’Esprit Saint ne m’est pas tombé sur le crâne, me permettant de parler toutes les langues, flamand et anglais (je comprends celle de bois, par contre). Dommage, j’aurais pu négocier un salaire plus important.

Si je vous ai proposé un titre moitié en flamand, moitié en anglais, c’est parce qu’il allait bien à ce petit article qui fait suite à mon gros challenge de folie que je me suis mise sur les épaules et dont l’issue ne dépendait pas que de moi.

Celui sur lequel vous avez séché, mais séché ! Mais où vous m’avez fait rigoler, mais rigoler ! Merci pour toutes vos propositions loufoques.

Avant de venir au sujet et mettre fin au suspense, sachez juste que la première partie de la phrase est tirée d’une expression que nous connaissons tous « Acheter un chat dans un sac » (Een kat in de zak kopen – en flamand dans le texte).

L’expression vient du fait qu’un chat « dépiauté » ressemble à s’y méprendre à un lapin dans la même tenue (à poil) et que pour éviter de se faire rouler dans la farine en ramenant un futur civet de minou en lieu et place d’un de rabbit, on a exigé des bouchers (ou des vendeurs) qu’ils laissent les pattes « habillées » afin d’être sûr qu’on ne nous vendait pas des vessies pour des lanternes ou des chats pour des lapins.

Quant au « Where is the cat ? » il vient de la célèbre phrase « Where is Brian » qui se trouvait dans le bouquin Speak English qui, comme son nom ne le laisse pas deviner, était là pour apprendre aux élèves à apprendre l’anglais.

La phrase fut aussi popularisée par un sketch de Gad Elmaleh mais nous n’allons pas entrer dans ce sujet là car, moi aussi, en classe, j’ai copié sur ma voisine pour obtenir de plus beaux points…

En fait, le kat in en zak est celui qui se trouve maintenant dans ma bathroom !

Oui, j’ai un chat dans ma salle de bain et je précise que nous avons deux salles de bain dans la maison puisque le rez-de-chaussée et le premier ne sont plus occupés par ma belle-mère (décédée) et ma belle-soeur (déménagé). Mais chuuut, faut pas le dire, ce pourrait être un signe de richesse pour le 16 (là où mon gouvernement crèche, à la rue de la Loi).

Un chat dans une salle de bain (maintenant, il a la chambre d’ami en plus avec deux lits et 3 biblios), voilà l’énigme éventée, mais ce n’est pas un simple chat non plus !

Il était « errant », autrement dit il n’avait jamais connu la main de l’Homme alors qu’il a au moins 5 ans. Ce qui rend les choses beaucoup plus difficile, vous conviendrez… 

Un chat « sauvage », d’où le danger pour les mains et pour tout le reste du corps car on ne sait jamais les réactions que l’animal pourrait avoir.

Un challenge où il valait mieux aller doucement pour ne pas braquer l’animal, ou se faire griffer, ou tout foutre en l’air. Un challenge où les progrès n’étaient pas fulgurants, mais lents, où tout s’est fait doucement, lentement, avec patience, sans brusquer les choses.

Le but étant, bien entendu, de l’apprivoiser afin de pouvoir le caresser sans se faire feuler dessus, sans se faire cracher dessus…

On ne peut pas dire que des personnes m’ont donné des conseils pour ce challenge. Ni que le Net m’ait été d’une grande utilité pour cette opération !

Pas de « trucs et astuces », pas de tuto You Tube, juste quelques conseils péchés sur le Net et mis à profit :

  • Le toucher pour le désensibiliser avec un bois imprégné de notre odeur (j’ai ajouté celle d’un stikx à la viande)
  • Ne jamais le regarder dans les yeux.
  • Rester accroupi ou assis au sol car on est moins impressionnant
  • Ne pas l’acculer dans un coin
  • L’installer dans une grande cage au milieu de la maison pour qu’il s’acclimate (là, impossible)
  • Aller lentement et ne pas brûler les étapes (ma propre expérience avec les chevaux, les chiens) et ne pas brusquer les choses (confirmé par Sharon, celle qui savait tout depuis le début et qui n’a pas vendu la mèche, participant même aux propositions et me faisant bien rire aussi).
  • Appâter le chat avec des sardines et le caresser lorsqu’il mange (mon véto)

D’où le fait que j’y suis allée au feeling, partant d’une feuille presque blanche, selon les réactions du chat, appliquant des règles qui fonctionnent avec les chiens (récompenses, utilisation du « pchiiit » ou du « non » quand on veut punir), d’autres trucs qu’on utilise avec les jeunes poulains (l’imprégnation).

Et là, alléluia, c’est un miracle Salomon, un vrai miracle car après 4 mois de travail intensif (moins 15 jours de vacances), je peux vous dire que je le caresse, qu’il ronronne sous ma main mais qu’on a encore du boulot car une fois que je me remet debout, il fiche le camp doucement, alors qu’avant, c’était la fuite ventre à terre.

D’où vient cette folie de prendre un chat « sauvage » chez soi et d’avoir envie de l’apprivoiser alors qu’il y a tellement de jolis chatons qui me donneraient des câlins tout plein ?

Parce que ce chat a une histoire et que c’est aussi une bonne action que j’ai accompli afin de le sauver d’une mort certaine.

Ce chat, c’est le fils de notre Pupuce (celle qui se trouve chez nos parents), enfin, un de ses nombreux fils qu’elle a eu, mais un des rares survivants de l’hécatombe faite par le scrogneugneu de Parson Russel tueur de jolis chatons mignons ou de tous les chats qui fuient devant lui (ces derniers temps, il s’est pris des coups de griffes dans la truffe et fiche la paix aux chats adultes, errants ou apprivoisés, qui sont chez mes parents).

Folie pure ? Sans doute, mais je l’ai fait pour que ce chat survive, comme je vous l’ai dit, et pour que de toutes les portées qu’a eu notre Pupuce, il en reste au moins quelques uns de vivants parce que TOUS les autres sont tombés comme des mouches, hormis une de ses filles, Bagheera (inapprochable à moins de 10 mètres, elle !). Et c’est tout….

Là où il se trouvait jusqu’il y a peu, ce chat était bien.

Depuis sa naissance, il est était resté dans l’ancien grenier à foin de mon grand-père, incapable d’utiliser l’échelle (qui se trouve pourtant appuyée devant depuis la nuit des temps et en parfait état) pour descendre dans la cour.

Le minou y vivait tranquille, à l’abri de tout prédateurs (dont cet enculé de chien qui tua toute sa fratrie) et on montait à manger (croquettes) et à boire (lait) à Sa Majesté Monsieur Chat. Ben oui, chez nous, on ne laisse pas un animal crever de faim.

Puis dernièrement, il est descendu, ou est tombé du toit où il se promenait, ou il a trouvé le truc de l’échelle, mais si c’était le cas, il serait remonté en découvrant l’animosité des autres chats de la maison, hormis celle de la Pupuce mais bon, elle, elle se fout de tout le reste, elle a 15 ans et elle la doyenne.

J’ai même eu peur de l’avoir perdu tout à fait quand ma mère m’avait dit que mon Minou n’était plus dans son grenier à foin depuis quelques jours…

QUOI ?? 5 ans qu’il squatte (ou plus ? ou moins ? On ne sait plus) son fenil et boum, il disparaît du jour au lendemain ?? Ma mère avait retrouvé le lait non bu et les croquettes non mangées…

Effroi chez moi et vérification de suite en montant à cette échelle. Ben oui, hormis le brol de poutres en bois et autres anciens appareils de mon papy, plus de traces du chat dans le fenil, même pas une crotte apparente ! Comme s’il n’avait jamais été là…

Puis, au soir, que vois-je passer ? Un chat gris… Oui mais il y a une femelle qui lui ressemble aussi… Mais la femelle a sa queue posée presque sur sa tête quand elle court, donc, c’était mon chat couillon de l’échelle ! Miracle !

Et en le voyant raser les murs et aller se planquer dans la réserve de ballots de paille et foin pour les dadas (elle est au sol, elle, on ne met pas des gros ballots dans les vieux fenils, on bousillerait les plafonds fait pour supporter des petits), j’avais compris : Il était toujours vivant et amateur de trou perdu !

Bagarres dans la cour avec les autres car c’était un mâle encore pourvu de sa paire de couilles et qu’à ce moment là, trois autres mâles se trouvaient dans les parages, dont les deux frères roux (l’un est mort écrasé depuis, hélas), un abandonné et un autre qui se terrait dans l’entrepôt de mon padre (et qu’on ne voit plus, tiens).

Bref, le pauvre Minou rasait les murs et se planquait de nouveau dans un trou, trouillant devant le chien tueur qui, ne le connaissant pas, avait tendance à vouloir courir après… Cavalant devant le regard de tueur du Roucky, fuyant devant l’agressivité d’un gris blanc qui ne nous appartient pas.

Le laisser là était signer son arrêt de mort car c’était un chat qui avait vécu protégé toute sa life, à l’abri de toutes les menaces et non sociabilisé mais tout à fait capable de vivre dans une maison puisqu’il avait vécu des années durant dans un 80m carré !

Premier challenge, faire accepter à Chouchou l’arrivée d’un chat… Il a dit oui assez vite parce qu’il a toujours aimé ce chat gris qui est plutôt bô gosse, style chat de la pub Sheba mais en plus « agricole » ou « brut de décoffrage ». Un vrai chat, quoi.

Non, ce n’est pas lui, même si ça lui ressemble très fort ! Vous pensez bien que pour le prendre en photo avant, c’était mission impossible !

Deuxième challenge : le piéger pour le castrer… Je m’arrachais les cheveux, n’arrivant même pas à attraper mon Roucky que je sais pourtant caresser quand il bouffe (alors qu’il avait plus d’un an et sauvage aussi quand on a commencé à le grattouiller lorsqu’il bouffait ses croquettes dehors).

Génial, mon futur chat est un con ! Il s’est fait piéger alors qu’il n’y avait même plus de bouffe dans la cage-trappe ! Ok, ça devait encore sentir la sardine à l’huile mais là, j’ai rien capté ! Mais il était là, dans la trappe.

Juste avant lui, j’avais attrapé la femelle qui lui ressemblait (une arrivée de je ne sais où) et je râlais d’avoir cru que c’était lui (essayez un peu de voir si le chat attrapé a des couilles, dans une cage et vous verrez que c’est impossible à voir !)…

Heureusement que cette chatte a les yeux qui pleurent un peu, c’est ce qui m’a fait comprendre que c’était pas le bon.

J’avais le chat, j’avais le rendez-vous chez le véto pour couper les couilles et le Troisième challenge était de m’assurer que ce chat était propre… Puisque je n’avais marché dans aucune crottes en cherchant après lui dans le fenil, je me doutais qu’il l’était.

Laissé deux jours après son opération dans la grande cage-trappe, avec un vieux plat en métal du four en guise de litière, ce chat a réussi à aller faire ses besoins dedans, malgré l’exiguïté de la cage. Là, je savais que je pouvais le prendre car il était propre.

Pourquoi le mettre dans une salle de bain ? Parce que tout était carrelé, il ne pouvait rien abîmer, rien renverser et il pouvait y être tranquille en attendant que je réussisse le plus gros challenge qui était de l’apprivoiser et ensuite, de le prendre avec nous, à notre étage (tout en lui laissant ouvert son étage à lui).

Adaptation ? Réussie assez vite. La chat, habitué aux lieux clos et tranquilles s’est assez vite acclimaté à la pièce et à son armoire où il a pu aller se percher, pour mon plus grand malheur car un chat en hauteur, c’est aussi dangereux qu’au sol.

Le travail pouvait commencer et il sera l’objet d’un autre article, en accéléré, bien entendu car j’ai avancé à pas de poussin mais jamais jamais je ne suis repartie en arrière.

Là, il a dû aller chez le véto car pas en forme, ne mangeait pas bien, ne buvait pas, n’urinait pas. On a éliminé l’infection urinaire mais il reste des tas de trucs pas sympas du tout qu’il pourrait avoir et donc, il est sous ma surveillance.

Le traumatisme que je lui ai fait subir pour le mettre dans sa cage de transport, plus la visite chez le véto, anesthésié directement et là, il fait la gueule, mais j’ai tout de même pu lui foutre de la pâtée protéinée dans sa gueule sans me faire mordre, griffer, ou autre.

Je croise les doigts pour que le Minou ne nous quitte pas alors qu’il est entré dans nos vies il y a à peine 4 mois et qu’on s’y est attaché comme pas possible, surtout moi qui l’ai travaillé pour arriver à un tel résultat (il ne se laisse pas caresser par mon mari, sauf quand il a la tête dans la gamelle).

Oui, ça c’est lui durant son premier jour… Le regard amoureux… MDR

Mon challenge personnel : mais qu’est-il ? [INDICES]

Bon, on patauge, c’est drôle de lire vos propositions – mention spéciale à Dame Ida – mais on est loin de s’approcher de la solution.

Oubliez les changements de travail, je l’ai déjà fait, pour le moment, je ne bouge pas, oubliez aussi Sherlock Holmes, il n’intervient pas du tout dans mon challenge.

Oubliez aussi l’écriture d’un roman ou d’une fanfiction (ça, c’est déjà fait, mais hem, je suis ma première critique et je ne suis pas tendre avec moi), mon challenge ne concerne pas les livres ni l’écriture.

Indices supplémentaires en bas de votre écran :

  • Sachez que mon challenge se déroule chez moi, dans ma maison. Oubliez les rénovations, c’est trop facile.
  • Mon challenge se déroule depuis presque 4 mois, ce qui veut dire que non, je ne suis pas partie ailleurs.
  • Internet ne m’a pas été d’un grand secours pour mon challenge car je n’ai pas trouvé grand-choses comme pistes ou trucs et astuces pour le réussir, ce challenge qui avait tout de même un parfum de danger. Y’en a qui l’ont déjà fait et qui ont testé la moellosité des lits d’hosto.
  • Internet m’a juste donné une bonne idée pour le départ, il y en avait une autre mais elle n’était pas facile à mettre en oeuvre et je me suis concentrée sur mon idée générale.
  • Je suis partie de zéro, tout au feeling, à l’impro, suivant ce qui se déroulait devant moi. Un peu comme si lorsque je tentais de reprendre les postérieurs de ma jument, si je voyais qu’une chose ne fonctionnait pas, je changeais de tactique.
  • Une copinaute l’avait déjà fait, je m’en doutais un peu, mais elle n’a pas osé me donner de conseils, vu les possibilités de foirer l’affaire et de se faire mal. Mais elle a été mise au courant des progressions et son seul mot d’ordre fut « ne pas brûler les étapes » et c’était la voix de la raison.
  • Ce fut les seuls conseils que je reçus car PERSONNE n’avait une foutue idée sur comment arriver à pareil résultat !
  • C’est un challenge où les progrès se font à petits pas, un peu comme après Noël on a les jours qui rallongent mais on ne le remarque pas encore. Des progressions lentes, donc, dont j’ai dû me contenter parce que si je voulais aller trop vite, j’aurais fait tout foirer.  Et non, ça ne concerne pas le fait d’apprendre à un mec de faire la lessive !
  • Je pouvais rester des jours sans rien voir bouger et puis, tout d’un coup, hop, déblocage et avancée, fulgurante ou pas.
  • Un travail de patience où les mains sont exposées à recevoir des blessures qui font mal et sont dangereuses.
  • Un challenge où je ne maîtrisais rien mais où je m’en suis sortie avec brio. Avec qui ? mdr

Propositions loufoques et drôles reçues : 

  • Valentyne : Un roman autour de Sherlock / Tu élèves des vers à soie ?
  • Dionysos : Cela ne peut pas être « ne lire aucun livre pendant un mois », ça c’est sûr. « Vider ta PAL » ?? Ah non, mission impossible. Challenge non livresque donc… « Passer un mois sans allumer la télé » ? Ce n’est pas cinématographique… « Arrêtez de manger de la viande » ? Ce n’est pas politique, mais possiblement dangereux… « Enfiler un justaucorps et devenir Super Belette » ?
  • LydiaB : Tu veux devenir détective comme Sherlock ? / Tu joues de la flûte !!! 
  • Rachelrénover une maison ?
  • Racheltu vas vendre des assurances…
  • Dame Ida : 🤔 Yen a qu’on essayé et ils ont eu des problèmes ? Moi j’ai essayé et maintenant j’en ai deux gros des problèmes : un de 16 et un de 15 ans… Non… ne me dis pas que… t’as pas fait ça malheureuse???!!!😱 Tu n’as pas songé à te répliquer ??? Tu t’es lancée dans ton propre pastiche holmesien? Publié sous forme de blog ? 
  • Dame Ida : Si tu n’écris pas un roman-blog… Que tu ne te reproduis pas… Peut être que tu entres dans la police scientifique ?
  • Dame Ida :Tu as décidé de ranger ta bibliothèque avant qu’elle ne t’écrase en te tombant dessus? 🤔 Tu ouvres une librairie consacrée au polars? 🤔 et tu en profites pour faire du vide sur tes étagères ? Tu deviens lectrice professionnelle pour une maison d’édition ?🤔
  • Dame Ida : Tu as contacté les agents de Benedict pour avoir un date avec lui? 😳 ou le harceler sur les rézossossios jusqu’à ce qu’il demande grâce deux fois?
  • Dame Ida : Tu te prépares pour le marathon de Nouilles-Orques?🤔
    Tu veux intégrer l’équipe olympique Belge de Dada?🤨
    Tu vas enregistrer une lecture intégrale du canon pour l’assos des donneurs de voix qui fournissent des livres audio aux non-voyants?🧐
    Tu vas tenter le record du monde du château de cartes faits en livres ? 🤭
    Tu vas te mettre à la cuisine moléculaire ? 🤤
    Tu vas te laisser pousser les cheveux? 🙄
    Tu vas prendre rdv avec Cristina Cordula pour te relooker?
  • Dame Ida : Tu t’es inscrite pour être à bord du prochain voyage sur la lune? Ou sur mars? 🤓
    Tu reprends des études d’ingénieur en mécanique des fluides?🤪
  • Dame Ida : Tu vas faire le tour du monde à cheval, mais assise à l’envers?🙃
    Tu es dans l’équipe Nationale de mangeuse de frites ? De chocolat? De Saut à l’élastique? 😣
  • Dame Ida : Tu prépares ta première expo d’art moderne avec des tableaux peints exclusivement avec tes excréments ? 🤭
    Tu participes à un numéro de contorsionniste funambule dans un cirque? 🤪
  • Dame Ida : Tu ouvres ton cabinet de voyante-dominatrice? 😳
    Tu te mets au strip-tease burlesque et à la pole-dance?😳
    Tu déménages en Terre Adelie pour i server les pingouins??? 🥶
    Tu te mets au régime ? 😱 Ma pôvre!
    Tu fais les championnats de natation synchronisée ? 🤔
  • Dame Ida : Tu vas faire route 66 à dos de mulet ou sur une Harley-Davidson ? 🤨
    Passer un an dans une tribu indienne? 🙂
    Participer à un spectacle de danse country ?😁
    Tu vas devenir championne de rodéo? 😁
    Tu vas passer à la télé dans la France a un incroyable talent?🙄
    Tu vas participer à The Voice ?🙄
    Tu vas te faire tatouer et aller dans les anges de la télé-réalité ? 🤢
    Tu va à Kolontha? 🤮
    Tu es inscrite au Paris-Dakar à dos de dromadaire? 🤔
    Tu as juré de me rendre folle? Ou paranoïaque ?
  • Dame Ida : Tu vas devenir SuperNanny-GrandeSoeur et remettre mes mioches au pas et leur faire ranger leur chambre!!!!! T’es trooooOoop gentille! C’est le truc le plus impossible de l’univers…donc c’est ça!!!
  • brindille3317 : Te mettre à faire du jogging, ou dans le même style…..avec la loupe de Sherlock ?
  • Collectif Polar : Tu écrits une nouvelle pour moi. Chouette. Non tu écrits un bouquin que je vais être obligée de lire. Tu pars vivre au 221
  • Bianca : Tu ouvres une agence de détectives ?
  • Dealerdelignes : Tu vas tenter de rencontrer le Sherlock de tes rêves ?
  • Ju lit les mots : Un nouveau challenge ! Mais tu les pulvérise déjà tous 😛 Tu lance un prix littéraire ?
  • Ju lit les mots : Tu vas organiser un salon littéraire ?
  • Ju lit les mots : tu te lance dans l’élevage intensif de mouches tueuses pour le meurtre parfait
  • Dame Ida (des nouvelles propositions) : Tu fabriques de la drogue? 🤔Tu fabriques des bombes artisanales?🤔Tu vide les truites ? Des poulets? Des souris ? Les chats du quartier ?🤨Tu fais de l’abattage et de l’équarrissage de bestioles? 🤮Tu fais de la confiture de taupes? 😉Tu t’es mise à la cuisine maison (trois fois par jours…) et tu fais des vrais légumes qui ne sortent pas de la conserve?🤔Tu as installé une baraque à frites dans ton jardin et tu vends ça aux passants?🤤Tu t’es mise aux danses de salon avec ton chéri ? 🤭Vous pratiquez un marathon de masturbation réciproque ? 😳Tu apprends à jouer aux fléchettes? 🤔Tu t’es mise au tir à l’arc (vachement pratique pour éteindre la télé… définitivement!)? 🙄 Tu gaves des pythons avec des souris?🤨
  • Dame Ida toujours (imagination au top) : Tu fais un élevage de zanimaux potentiellement féroces ? 🤔 Tu t’entraînes pour devenir majorette (le lancer de bâton c’est pas facile!)?🙄 Tu fais du yoga et le poirier pour faire circuler tes idées dans tes chakras ?🤔 Tu as installé un pont de singe pour circuler dans ta maison sans poser Le pieds par terre? 😬 Tu épluches des noix à la main pour une chaîne de fruits secs bios en complément de ton boulot ?🤔 Tu t’es mise à la restauration de fauteuils anciens?🤔 Tu prends des cours d’ikebana (art floral japonais) inspirée par les manges que tu lis? 🤔Tu cherches juste à gagner ton paris d’un euros avec ton chéri consistant à me faire perdre la boule en moins de trois jours?🤪
  • Dame Ida (toujours en verve) : Tu t’es lancée dans la pratique du massage à l’huile sur ton homme?😳 Tu es devenue maréchale ferrant (ou Maréchale Fernande) amatrice parce qu’il n’y en a pas dans ton coin?🤔 Tu fais des sabots artisanaux toi-même même si c’est pas les biquettes qui les portent?🤔Tu es devenue soigneuse pour zanimaux… et spécialiste de l’hygiène bucco-dentaire des crocodiles, Caïmans et autres sauriens… 🤔… Ou tu couds des sacs à main en croco ou en peau de vache (si tu veux leur faire la peau j’en ai quelques unes à te présenter…)?😬
  • Dame Ida (après d’autres indices qui parlent d’un animal) : Bon… vous faites ça à trois (c’est du joli!) et avec des animaux (de mieux en mieux…)… Donc c’est un élevage?
    Tu élèves des poules en plein air pour avoir tes œufs bios? 🤔
    Tu élèves des furets parce que c’est cool et que tu aimes chanter « il cout il cout le furet »?🤔
    Tu gaves des oies pour faire du foie gras ?🤔
    T’as pris des chèvres et tu les traies à la main 3xjour pour leur lait?🤔
    Tu as appris à toiletter les chiens pour dépanner les voisins?🤔
    Bon… il faut trouver la bébête avec qui vous faites des trucs à trois (pouah!)…🙄
  • Dame Ida (après d’autres indices qui parlent d’un animal) :Tu fais du braconnage en forêt pour te nourrir (c’est la crise!) et poser et relever les pièges c’est difficile…🤔
    Tu es devenue bergère et quand il pleut il pleut bergère tu rentres tes moutons et tu les tonds toi-même comme Manu et Brigitte 🤔
    Tu exploites tes propres ruches et l’apiculture… apique les mains 🤔
    Tu fais un élevage d’huitres perlières dans ta baignoire pour te faire ton propre collier à moindre frais 🤔
    Tu t’es lancée dans la fauconnerie et en fait tu trouves que c’est une vraie connerie pour tes mains (entre les serres qui se referment dessus et les coups de bec) 🤔
  • Dame Ida m’aura bien faire rire ! : Toqué me rejoints dans mes réflexions parce qu’il a peur de me voir devenir aussi folle que lui (ben oui la robe de bure ça monte à la tête!) et il suggère que tu aurais pu créer une « clinique » pour hérissons en détresse… afin de soigner les blessés et de les réhydrater à cause de la canicule… 🤔 c’est dangereux pour les mains ça !
    À moins que tu n’aies fait un élevage d’oursins?😉
    Ou alors… tu cultives ta propre roseraie bio et tu élèves des coccinelles pour bouffer les pucerons sans utiliser d’insecticides? 🤔
    C’est pas encore la saison des châtaignes alors on oublie…😬
  • Lord Arsenik :  Un sudoku difficulté max avec un bandeau sur les yeux et les mains attachées.
  • Lord Arsenik (que je vais frapper) : Oh putain, j’ai trouvé : accoucher ! Non me frappe pas, aïeee ! Non mais grave AÏEEE !

Mon challenge personnel : mais qu’est-il ?

Veuillez ne pas lire « mais quette-t-il ? »

Je vous avais parlé quelques fois, dans mes Bilans Livresques, d’un challenge que je m’étais fixée, sans jamais vous en dire plus. 

Si, si, ceux et celles qui suivent ont dû le lire, les cancres du fond de la classe n’ont rien vu, bien entendu.

Je me suis dit que c’était le bon moment pour vous en parler…

Les vacances sont là, tout le monde est détendu, et mon challenge perso est bien avancé et je suis satisfaite de moi.

Mais qu’est-il, ce mystérieux challenge ?? Mystère, mystère !

Ce challenge, sachez tout de même qu’il est assez énorme ! Je me le suis mise sur les épaules, en doutant tout de même d’y arriver, mais en espérant tout de même, sans trop y croire mais en me disant qu’avec beaucoup de *******, ça pourrait marcher.

Un peu comme lorsque j’ai décidé de reprendre les pieds arrières de ma jument (qui ne voulait plus les donner pour cause de peur d’avoir mal – arthrose) afin de la faire referrer des postérieurs et de pouvoir repartir en rando avec elle.

Ce fut laborieux, casse-gueule, difficile, épuisant, dangereux (parfois), personne n’y croyait (même pas moi) mais putain, j’y suis arrivée ! Ce ne sera jamais la gloire, mais le maréchal-ferrant la ferre sans trop de problèmes.

YES I’m the best (ça fait du bien de se le dire).

Anybref, à vous de deviner quelle folie j’ai tenté de réaliser ces derniers mois et de me faire des propositions dans les commentaires.

Une personne de ma connaissance qui se reconnaîtra n’a pas le droit de faire des propositions (sauf des propositions débiles et drôles) puisqu’elle sait ce dont il s’agit (je ne nommerai pas cette personne pour ne pas que vous trichiez).

Je précise qu’il n’y a rien à gagner… Sinon mon estime.

Indices en bas de votre écran :

Sachez juste que le challenge n’est pas Livresque, donc, pas la peine de me sortir que j’ai décidé de faire fondre ma PAL, c’est tout simplement mission impossible.

Je n’ai pas décidé non plus de me lancer dans une carrière cinématographique à la Jacquie et Michel. Ça aurait pu être drôle, mais non, ma souplesse est loin derrière moi.

Il ne s’agit pas non plus d’entre en politique, je ne suis pas folle !

Indice supplémentaire de ce soir : Internet ne m’a pas été d’un grand secours pour mon challenge car je n’ai pas trouvé grand-choses comme pistes ou trucs et astuces pour le réussir, ce challenge qui avait tout de même un parfum de danger. Y’en a qui l’ont déjà fait et qui ont testé la moellosité des lits d’hosto.

Je suis partie de zéro, tout au feeling, à l’impro, suivant ce qui se déroulait devant moi.

Un peu comme si lorsque je tentais de reprendre les postérieurs de ma jument, si je voyais qu’une chose ne fonctionnait pas, je changeais de tactique.

Alors, trouverez-vous ma dernière folie ?? Ce truc de malade qui paraît impossible quand on y réfléchit bien ? Ce challenge dont on pourrait dire « Y’en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes ».

À vos propositions qu’on rigole un coup ou que, malins comme vous êtes, bande de petits Sherlock Holmes, vous trouviez tout de suite.

 

 

Bonne Année pour 2019 et mes vieux les plus sincères !

Tradition oblige et plaisir de le faire aussi, je sacrifie donc aux bons voeux en tout genre pour cette nouvelle année 2019 qui arrive à grands pas.

Pour les filles, je vous la souhaiterais bien longue et dure (et aux mecs aussi, tiens), mais ça ne serait pas politiquement correct et vous savez que je suis attentive aux règles de bienséance… Arrêtez de tousser !

Je pourrais vous la souhaiter encore meilleure que 2018 mais on ne va pas rêver, il est impossible que les 365 jours de 2019 soient tous super géniaux et que personne ne nous quitte durant l’année qui vient.

Arrêtons donc de rêver, même si j’aimerais que ça arrive vraiment. Et vous aussi, bien que je suppute que vous ayez envie (comme moi) que certains politiciens boivent le bouillon de onze heures… Suivez mon regard !

Je pourrais vous souhaiter des PAL qui n’augmentent pas et qui arrivent à diminuer fortement, mais nous savons que cela aussi c’est une utopie. Pourtant, dieu sait qu’on lit comme des dingues (enfin, la dingue, c’est surtout moi)

Dans la catégorie de souhaits réalisables, je peux vous souhaiter des coups de coeur livresque, des beaux romans à lire, ceux qui n’attendaient que vous, des achats compulsifs, de malade, des bibliothèques surchargées, à agrandir, des découvertes étonnantes, des folies, des mojitos, du sexe (ou pas, c’est vous qui voyez), une excellente santé, pour vous et vos proches (aie, on tire vers la SF) et de chouettes articles livresques qui vont, une fois de plus, me tenter !

Prenez pas trop de bonnes résolutions, nous savons tous que nous n’arrivons jamais à les tenir !

Allez, bonne année et bonne santé !

Ou Bonne à nez et Bonne sans thé…. 

Le soir du réveillon du 31 décembre, une grand-mère est mourante dans son lit.
Le docteur du village lui rend une dernière visite pour accompagner ses derniers moments.

Le grand-père, son mari anxieux attend dans la cuisine.

 

Le médecin sort de la chambre de la mémé et vient voir le pépé :

– Monsieur, votre épouse va mourir ce soir, elle est dans un état comateux.

Le Papi qui n’entend plus très bien va voir sa femme dans la chambre.

La mémé lui demande :
– Qu’est qu’il a dit le toubib mon chéri ?
– Ma chérie, j’ai pas trop compris… il a dit que t’étais dans un état comme ma queue.
– Nom de Dieu Marie Joseph ?!? s’écrit la mamie… Et bien je ne suis pas prête de me lever alors !!!

Pour la Messe de Noël , le Curé à invité deux amis : Un Imam et un Rabbin

Le Prêtre qui compte l’argent de la quête de la messe de Noël explique comment il gère l’argent de son lieu de Culte

– Moi pour l’Église dit le Curé , pour calculer la part d’argent qui me revient et celle que je donne à Jésus-Christ, je dessine un cercle sur le sol et je jette les pièces de monnaie en l’air. L’argent qui tombe dans le cercle me revient, celui qui tombe en dehors du cercle est pour mon Seigneur.

– Moi pour la Mosquée dit l’Imam , je dessine un carré sur le sol, l’argent qui tombe dans le carré est pour moi, les sous qui tombent en dehors sont pour Allah.

– Moi pour le Temple, dit le Rabbin, je lance les pièces au ciel, si Dieu en veut il les prend et moi je me contente de l’argent qui retombe !

 

 

 

 

Joyeux Noël 2018 !!

Ah, tiens, je vous retrouve tous et toutes fidèle au poste, la langue pendante, la main déposée ailleurs que sur votre souris (oups), vérifiant que monsieur ou madame votre moitié ne passe pas derrière vous…

Pour faire honneur à Holmes, je l’ai posté en tête d’affiche, ainsi, vous pourrez faire l’innocent(e).