Le choix du Roi – T01 – Première trahison : Jean-Claude Bartoll et Aurélien Morinière

Titre : Le choix du Roi – T01 – Première trahison

Scénariste : Jean-Claude Bartoll 🇪🇸
Dessinateur : Aurélien Morinière

Édition : Glénat (2017)

Résumé :
Janvier 1936. Alors que Georges V vient de mourir, son fils Édouard, prince de Galles, s’apprête à devenir le prochain roi d’Angleterre.

Le premier réflexe, inattendu, du futur souverain est d’appeler sa maîtresse : Wallis Simpson, une nord-américaine à la réputation sulfureuse qui ne cache pas sa sympathie pour le régime nazi en Allemagne…

Après seulement 8 mois, Édouard abdiquera pour épouser Wallis, laissant derrière lui le règne le plus court et le plus controversé de l’histoire du trône d’Angleterre.

Wallis Simpson était-elle une espionne à la solde des Allemands ? Édouard VIII a-t-il trahi des secrets d’état ? Que cache cette abdication soudaine ?

À travers les yeux de la jeune Nadège, domestique au service de Wallis Simpson, Jean-Claude Bartoll et Aurélien Morinière nous plongent dans les coulisses du pouvoir, à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale.

Un thriller d’espionnage, historique et politique, qui nous fait découvrir un pan méconnu de l’histoire et révèle l’intimité du roi Édouard VIII, oncle de l’actuelle reine d’Angleterre.

Critique :
Édouard VIII qui abdiqua pour épouser la femme qu’il aime, Wallis Simpson…

Bon sang, lorsque j’étais gamine, je trouvais ça tellement beau. Magnifique !

Une bêêêlle histoire d’amoûûûr, en quelques sorte. Allez, laissons couler une larmiche d’émotion.

Il faut dire que, comme pour JFK, les émissions de télés des années 80 avaient l’art et la manière de nous présenter la chose sous le côté glamour, sans jamais parler des squelettes dans les placards ou des casseroles au cul.

Ben non, fallait faire rêver les ménagères de moins de 50 ans (et celle de plus de 50 ans) dans le magazine Point de Vue, ainsi que les petites filles rêveuses devant l’écran bombé de la téloche (durant ma jeunesse, pas d’écran plat !). Vite, des sels pour réanimer les plus jeunes !

Les temps changent, on sort les poubelles, on fouille dedans, on creuse pour chercher les cadavres enterrés sous les tapis et une fois que la merde est de sortie, fini les présentations sous les plus beaux atours : on nous balance l’horrible vérité et terminé les rêves d’amûûûr pur et dur.

Ayant envie d’en savoir un peu plus sur ce couple détonnant, et à mon rythme (dans les émissions de télés, ça va trop vite), j’ai attaqué ce diptyque. Bien sûr, nous ne savons pas tout sur cette affaire, on ne nous a pas tout dit, on ne nous dit pas tout, donc, la bédé pouvait prendre certaines libertés avec le récit.

Premières impressions ? Les dessins ne sont pas géniaux, les traits sont épais, les regards un peu bizarre. Les couleurs, dans des tons sombres, vont bien avec les ambiances de cet album.

Les squelettes sont sortis des placards et tout ce que je pourrai vous dire, sans rien divulgâcher, c’est qu’il y a beaucoup de casseroles dans la famille de Saxe-Cobourg-Gotha (la reine Victoria avait épousée Albert et portait donc son nom).

Août 1945… Deux espions anglais interrogent un officier SS, qui n’est rien de moins qu’un petit-fils de la reine Victoria : Charles-Édouard qui avait un duché en Bavière.

Flash-back sur la vie d’Édouard, le Prince de Galles… 10 ans auparavant, lorsque son père décède et qu’il peut accéder au trône.

Édouard VIII était germanophile. Non, non, ce n’est pas une pratique sexuelle douteuse, mais dans les années 30, on peut dire que c’est une maladie grave.

Une chose ressort de ce premier tome : la personnalité d’Édouard n’est pas jolie jolie. On dirait plus un gamin capricieux qui fait la gueule parce qu’il n’a pas eu son camion de pognon au décès de son père, alors qu’il a des revenus de ses différents duchés, plus tous les domaines…

Purée, on pourrait vivre plus que décemment avec le simple revenu du duché de Cornouailles, même à l’heure actuelle. Le nouveau roi est capricieux, ne pense qu’à sa Wallis, bref, il semble plus guidé par son zob que par son cerveau.

Le portrait de Wallis n’est guère flatteur non plus : caractère exécrable, odieuse, sans éducation et, en plus de cocufier son mari, monsieur Simpson, à l’insu de son plein gré (avec son consentement, donc), elle ne se prive pas de faire pousser les cornes à son Édouard en s’envoyant en l’air avec Joachim Von Ribbentrop, un bon à rien, heu, un bon aryen (un S.A, l’ambassadeur d’Allemagne au Royaume-Uni).

Oufti, on est loin du glamour que l’on nous lançait à la gueule, dans les années 80. Très très loin ! Un type pareil à la tête du pays et vous me verrez crier vive la république !

Ça manipule sec, dans les boudoirs et les nursery, quand les lumières s’éteignent… La Wallis devient une agent du renseignements allemand et le Édouard se fait entuber purement et simplement, sans avoir le moindre soupçon à l’égard de celle qu’il culbute.

Nadège de Pontlevoy, la dame de compagnie de Wallis va devenir, quant à elle, agent de renseignement pour la couronne.

C’est instructif, cette bédé, mais je ne sais pas si tout ce que j’y ai lu et vu, était la vérité vraie, ou romancée, imaginée… Il y a sans doute eu des libertés prises avec l’Histoire.

Pour certains faits, il y a des certitudes, mais pour d’autres… Je ne le sais pas. Il ne faudra donc pas pour argent comptant tout ce qui est raconté dans ce premier tome.

Adios le glamour de ce couple mythique, de ce roi qui abdiqua par amour (mon cul, oui!) pour sa belle divorcée (dont son mari, Simpson, était juif, ce qu’elle n’hésitera pas à confirmer à l’ambassadeur Joachim, celui qui joue à la bête à deux dos avec elle).

Instructif, cette bédé et je m’en vais lire la suite, afin de me coucher moins bête.

#MoisAnglais2022

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°216], Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 46 pages), Le Mois Espagnol (et Sud-Américain) chez Sharon – Mai 2022 (Fiche N°40) et Le Mois Anglais – Juin 2022.

Le Méridien des brumes – T01 – Aubes pourpres : Antonio Parras et Erik Juszezak

Titre : Le Méridien des brumes – T01 – Aubes pourpres

Scénariste : Erik Juszezak 🇨🇲
Dessinateur : Antonio Parras 🇪🇸

Édition : Dargaud (2003)

Résumé :
Fin du XIXe, Londres, un tueur sanguinaire terrorise la ville. Afrique Noire, même époque, un chasseur anglais devient un héros en sauvant un photographe, et se voit proposer de traquer le meurtrier.

Sur ce canevas classique, Juszezak, pour son premier scénario, tisse sa toile et multiplie les fausses pistes.

Antonio Parras, quant à lui, démontre une fois de plus son immense génie dans un diptyque qui s’annonce somptueux. Tout commence à Londres, un homme est retrouvé égorgé de façon sordide sur les docks.

La Police est sur les dents. Qui est ce serial-killer qui les nargue, signe “L’Équarrisseur” et demande une énorme rançon à la ville ?

Critique :
Londres, mais un Londres qui n’existe pas, puisqu’il est uchronique et steampunk. Malgré tout, les codes sont bien là, pas de doute, nous sommes à Londres. Et nous avons déjà un type pendu par tous les membres de son corps (assassiné sans aucun doute).

L’Équarrisseur a encore frappé. Il demande une rançon pour s’arrêter. Dans le but de le traquer, on fait appel à un chasseur anglais, expatrié en Afrique.

Les dessins d’Antonio Parras ont un petit air de famille avec ceux de Jean Giraud, pour peu, je me serais crue dans une sorte de planche de Blueberry ! Même si certains personnages ont des sales gueules…

Et le steampunk, dans tout cela ? Je vais le signaler pour les allergiques au genre ou pour les débutant(e)s qui auraient peur que ce genre ne leur saute à la figure, sans prévenir. Normal, on parle de machines à vapeur et d’un monde où ce n’est pas la fée électricité qui fait la loi.

Pas de stress, hormis quelques machines (comme dans des grandes cases montrant la ville de Londres), un superbe dirigeable, des fiacres à vapeur, bref, rien de rébarbatif pour un/une novice/allergique en la matière. Le genre permet de s’exonérer d’une partie de ce qui était l’époque victorienne, sans faire d’anachronisme.

John Cole, le chasseur, est aussi un bon enquêteur, à la Sherlock Holmes, faisant des déductions, d’après une chaussure (et son pied dedans), montant des pièges.

Cette bédé ne va pas révolutionner le genre, mais elle possède quelques mystères non encore résolus après ce premier tome, des fausses-pistes, du suspense, de l’action et un duo qui marche bien entre John Cole et la jolie aliéniste, miss Harriet Butten, puisqu’ils enquêtent à deux et que la dame n’est pas une imbécile.

Cette bédé n’est pas une mauvaise découverte et j’ai hâte d’aller lire la suite afin de comprendre les tenants et aboutissants de tous ces meurtres.

#MoisAnglais2022

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°215] Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 46 pages), et Le Challenge « Le tour du monde en 80 livres chez Bidb » (Cameroun), Le Mois Espagnol (et Sud-Américain) chez Sharon – Mai 2022 (Fiche N°39) et Le Mois Anglais – Juin 2022 (Chez Titine et My Lou Book).

Bilan Mensuel Livresque : Mai 2022 + Bilan MOIS ESPAGNOL

Le Mois Español chez Sharon esta terminado ¡Olé!

Merde, Le Mois Espagnol, c’est fini ! Merde, le moi de Mai aussi ! Un mois que j’ai toujours apprécié, comme le mois de Juin, et cela n’avait rien à voir avec les challenges littéraires, puisque depuis toute petite, je suis amoureuse de ces deux mois, ceux qui précédaient les grandes vacances.

Comme d’habitude, j’ai fait honneur au Mois Espagnol chez Sharon, puisque, hormis mes deux LC avec Bianca, j’ai entièrement lu de la littérature lusophone.

C’est avec tristesse que je quitte les terres chaudes de l’Espagne et de l’Amérique du Sud (une littérature que j’apprécie, même si je lis plus d’auteurs francophones ou anglo-saxons) pour entrer dans le climat moins agréable de l’Angleterre (vive le Mois Anglais qui commence).

Mon Bilan du Mois de Mai est presque l’équivalent du Mois Espagnol, hormis deux lectures qui n’entreront pas dans la catégorie Lusophone (celles lues en LC avec Bianca).

Le Bilan Mensuel du Mois de Mai est de 19 Romans, 18 Bédés et 4 Comics, ce qui me fait un total de 41 Lectures.

Mon Bilan Annuel sur Babelio m’indique que j’en suis à 174 Lectures (tous genres confondus).

J’ai fixé la barre à 300 lectures pour 2022, j’ai donc dépassé la moitié des lectures, alors que nous n’en sommes qu’à 150 jours de passé. Excellent, il ne faudra pas diminuer le rythme et le défi pourra être, une nouvelle fois, atteint, et, avec un peu de folie, dépassé, comme les autres années.

Bilan Mois Espagnol : 17 Romans / 18 Bédés / 4 Comics / 1 Série Télé = 40 fiches

Comme j’ai lu beaucoup trop, je ne vous ferai pas un résumé de chaque roman (il en sera sans doute de même pour le Bilan Mois Anglais du mois prochain). Tous les liens se trouvent dans les chroniques et toutes ont été publiées sur le blog, hormis une bédé avec Wolverine (Babelio, lien dans la chronique).

Du côté des infos non littéraires, ma nièce continue de pousser et de dire de nouveaux mots, de répéter ce que l’on dit (on évite de dire des gros mots) et de faire sa mauvaise tête lorsqu’elle n’est pas d’accord.

Maintenant, elle dit « ouste » au chien lorsqu’elle veut descendre les marches et que cette dernière y est assise (mais la chienne ne bouge pas une moustache si ce n’est pas un adulte alpha qui donne l’ordre), elle lui montre le doigt en lui disant qu’elle ne peut pas (la chienne ne pourrait plus rien faire, avec la petite) et heureusement, la bête s’en contre-fou et elle continue sa route lorsque nous promenons la choupinette, marchant à côté d’elle, ce qui ne plait pas à la gosse, qui a peur du chien…

Un comble, alors qu’elle voit la chienne depuis sa naissance, la bête l’adore, mais la petite en a peur. Idem avec les chevaux, qu’elle veut aller voir, mais qui hurle quand la jument vient vers elle, dans sa loge (pourvue de barrière en galva, rien à craindre).

Elle voulait me voir soigner le bobo de la plus jeune des jument (elle a regardé à 10m), elle voulait me voir laver les deux juments plus âgées (pour éliminer les reste de mue et de pellicules), puis elle a pleurniché qu’elle ne voulait pas et ma mère est restée à plus de 10 mètres. Nous espérons tous que ce sera une passe.

Sinon, elle reste choupi avec ses petits sourires, ses ordres, du style : « tata, chante » pour que j’invente des chansons durant sa promenade, sans oublier les « tata, vite » pour que j’aille plus vite avec la poussette (elle veut me tuer ?). J’ai au moins au l’opportunité de la voir durant les week-end, m’occupant des chevaux durant sa sieste.

Le chat, lui, continue sa vie de pèpère, sauf quand il court partout en faisant le fou, le matin et le soir, ou alors, lorsque je reviens après l’avoir honteusement abandonné à mon homme, durant presque 48h. Lors de mon retour, pas question de boire une tasse de café à son aise, il est déjà à mes côtés, miaulant pour que j’aille lui prodiguer des câlins ou que je le brosse.

Je suis partie le jour de l’ascension et revenue le vendredi après-midi, il m’a imploré des câlins, a dormi sur moi dans le canapé, a passé sa soirée non loin de moi et pour le moment, il est assis à côté de ma jambe pendant que je finalise ce bilan. Il ne m’a pas lâché depuis le matin… Sauf lorsque j’ai passé l’aspirateur.

Bizarrement, lorsque je ne suis pas là, mon mari le voit à peine. La dernière fois, mon mari a oublié de mettre à manger au chat… La ration du soir est, en principe, à 17h, mais bien souvent, la bête vient la réclamer en avance, me faisant bien comprendre qu’il est en dénutrition, souffrant de la faim (oui, tu parles !).

Il était 19h30 lorsque mon mari s’est souvenu du chat (rhôôô, honte à lui) et qu’il est monté lui mettre à manger. Le fauve n’était même pas descendu pour réclamer sa pitance, alors que si j’avais eu l’impudence d’être en retard, le chat serait venu avec sa réclamation en trois exemplaires ! mdr

La pauvre bête continue de se retrouver seule l’après-midi et de se voir sucrer son câlin d’après dîner (repas de midi, chez nous) pour cause de visite à l’hôpital (oui, on y est toujours et on n’est pas sorti de l’auberge, entre nous).

Les jours où je n’y vais pas, le petit poilu en profite à fond et ne quitte pas mes genoux ! Il scie des bûches sur mes genoux pendant que je lis. Bref, la vie est belle !

Bilan Livresque Mai : 19 romans (17 pour Mois Espagnol)

  1. Haine : Fajardo José Manuel
  2. Tapas nocturnes – Diego Martín 00 : Marc Fernandez
  3. La Révolte du Sonora : Pierre Pelot
  4. La Villa des mystères : Federico Andahazi
  5. Les Tourments : Rodrigo Hasbún
  6. Aurel le consul – 05 – Notre otage à Acapulco : Jean-Christophe Rufin
  7. 1977 : Guillermo Saccomanno
  8. Le cycliste de Tchernobyl : Javier Sebastian
  9. Indomptable : Vladimir Hernández Pacín
  10. Je suis l’hiver : Ricardo Romero
  11. La vierge du mal : Edmundo Paz Soldan
  12. Nous, les vivants : Olivier Bleys
  13. Bandidos – Diego Martín 03 : Marc Fernandez
  14. Trois vautours : Henry Trujillo
  15. Immortel – Tomás Noronha 10 : José Rodrigues dos Santos
  16. Le fourgon des fous : Carlos Liscano
  17. Condor : Caryl Ferey
  18. Enquêtes de Lady Hardcastle – 02 – Meurtres dans un village anglais : T. E. Kinsey [LC avec Bianca] 🇬🇧
  19. Tranchecaille :‬ Patrick Pécherot [LC avec Bianca]

Bilan Livresque Mai : 18 Bédés / 4 Comics / 1 Série Télé = 23 (Mois Espagnol)

  1. [SÉRIES] Columbo – Saison 5 – Épisode 4 : Question d’honneur
  2. [‬REC‭] ‬Histoires inédites :‭ ‬Jaume Balaguero,‭ ‬Paco Plaza et Hernàn Migoya
  3. Mafalda – 04 – La bande à Mafalda : Quino
  4. Gengis Khan – Ils ont fait l’Histoire 06 : Filippi, Garcia Manuel et Favereau
  5. Les dragons de la frontière – T01 – La piste de Santa Fe : G. Muro Harriet et Iván Gil
  6. Les dragons de la frontière – T02 – Cuerno verde : G. Muro Harriet et Iván Gil
  7. Elfes – Tome 31 – Ylanoon : Jean-Luc Istin et Kyko Duarte
  8. Captain America – Steve Rogers – T02 – Le procès de Maria Hill : Spencer, Jesús Saiz, Javier Piña et Szymon Kudranski
  9. Le convoi‭ ‬- Tome 1/2 : Denis Lapière et Eduard Torrents
  10. Le convoi‭ – Tome 2/2 : Denis Lapière et Eduard Torrents
  11. Waluk‭ – T02 – La Route du Grand Chien : Emilio Ruiz et Ana Miralles
  12. Batman – Année 100 : Paul Pope et Jose Villarrubia
  13. Hombre : Peter Wiechmann et Rafael Ménde
  14. La véritable Histoire vraie / Les méchants de l’Histoire – T03 – Torquemada : Bernard Swysen et Marco Paulo
  15. Le sixième soleil – Tome 1 – Tezcatlipoca : Laurent Moënard et Nicolas Otéro
  16. Z comme Don Diégo – Tome 2 – La loi du marché : Fabcaro et Fabrice Erre
  17. À l’ombre du convoi – T01 – Le poids du passé : Toussaint et José-Maria Beroy
  18. À l’ombre du convoi – T02 – L’espoir d’un lendemain : Toussaint et Beroy
  19. Helldorado – Tome 01 – Santa Maladria : Morvan, Ignacio Noé et Miroslav Dragan
  20. Les croix de bois (BD) : Morvan, Percio Facundo et Roland Dorgelès
  21. Wolverine‭ ‬-‭ ‬Saudade : Jean-David Morvan et Philippe Buchet [BABELIO]
  22. Méridien des brumes – T01 – Aubes pourpres : Parras et Juszezak 🇬🇧
  23. Le choix du Roi – T01 – Première trahison : Bartoll et Morinière 🇬🇧

Go vers le Mois Anglais !

Condor : Caryl Ferey

Titre : Condor

Auteur : Caryl Ferey
Édition : Gallimard Série noire (2016) / Folio Policier (2018)

Résumé :
Condor, c’est l’histoire d’une enquête qui commence dans les bas-fonds de Santiago, submergés par la pauvreté et la drogue, pour s’achever dans le désert minéral d’Atacama…

Condor, c’est une plongé dans l’histoire du Chili, de la dictature répressive des années 1970 au retour d’une démocratie plombée par l’héritage politique et économique de Pinochet…

Condor, c’est surtout une histoire d’amour entre Gabriela, jeune vidéaste mapuche qui porte l’héritage mystique de son peuple, et Esteban, avocat spécialisé dans les causes perdues, portant comme une croix d’être issu d’une grande famille à la fortune controversée…

Critique :
Avec l’agence de voyage « Caryl Férey », je suis allée en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud, en Argentine, en Colombie, en Sibérie et maintenant, je suis allée au Chili.

Tous ces voyages ont été éprouvants pour le cœur, épuisants pour les tripes, violents…

Je suis toujours sortie lessivée de ces lectures et malgré l’âme en berne, j’y reviens à chaque fois (en laissant passer un délai afin de me remettre de mes émotions).

Le Chili ne fera pas partie de ma destination de vacances (pardon, ma Rachel), car ce que j’en ai vu, heu, lu, m’a vacciné pour le restant de mes jours.

Le condor n’est pas un titre décerné au type le plus con du mois, mais à un prédateur des Andes, une sorte de charognard qui n’hésite pas à s’attaquer au plus faible, n’attendant pas qu’il soit trépassé, comme tout bon charognard. En toute impunité, bien entendu.

Le condor reste un animal, incapable de faire la différence entre le Bien et le Mal. La Nature est cruelle, ou pas puisqu’elle est incapable d’avoir connaissance de sa cruauté.

L’Homme oui ! Lorsque des puissants mangent sur le dos des plus faibles, le prenant le peu qu’ils ont, faisant tout pour qu’ils restent dans leur misère, traficotant de la drogue et autres saloperies afin de devenir encore plus riches, assassinant les gêneurs, les opposants, ceux qui ne se laissent pas faire, léchant le cul du dictateur afin d’avoir encore plus de puissance, de fric…

Eux ce sont pires que des charognards, ce sont des assassins et nommer leur plan « Condor » était une belle référence à l’animal, même si lui est innocent dans l’affaire. Les sales bestioles que sont la NSA, la CIA et la DEA ne sont pas innocentes, elles, que du contraire.

L’auteur frappe fort, sous la ceinture, là où ça fait mal et il pourrait encore taper plus fort, le crier plus fort, parce que personne n’écoute, personne ne veut entendre, tant que c’est loin de son jardin.

Attention, les sales idées, les plans merdiques, les dictatures, ce sont des concepts et des idées qui s’exportent bien. Et certains sont prêts à tout afin de rester là où ils sont, c’est-à-dire au sommet de la pyramide, là où le fric coule à flot, où la corruption n’est pas un gros mot et où les emmerdeurs finissent au terminus de Saint-Pierre (ou au terminus tout court).

Le récit est porté par des personnages que j’ai apprécié, qui étaient travaillés, pas des anges, ni des redresseurs de torts à la super-héros, mais des gens qui se bougent le cul, qui essaient.

Stefano, le projectionniste (ancien du MIR), Gabriella, la Mapuche, vidéaste passionnée et Estebàn (sans Tao, ni Zia), le fils de famille riche, avocat des causes perdues ont ajouté leur part à ce récit déjà flamboyant. C’est terrible, on n’en sort pas indemne, comme toujours avec ce diable de Caryl.

C’est documenté (l’auteur passe toujours du temps sur place et y revient ensuite, une fois la trame rédigée (merci Le 1 Spécial Polars Étrangers).

On commence doucement, lentement, sans avoir l’air d’y toucher et puis, successivement, l’auteur ajoute ses ingrédients (pimentés, ne manquant jamais de sel, de goût), ouvre les placards de l’Histoire et en sort une partie de ses squelettes.

La dictature, les Chicago Boys, les privatisations à tout va, le libéralisme effréné, l’assassinat d’Allende (coup d’état du 11 septembre 1973), la surexploitation des sous-sols, même dans les zones protégées, les trafics de drogues, Nixon…

Bref, le plat est copieux, bien servi, mais nous n’auriez pas eu envie de faire partie des gens qui ont vécus ces années horribles. Ni d’y vivre maintenant, dans des bidonvilles ou autre endroits où règne la misère, pendant que d’autres nagent dans le fric.

Les romans de Caryl Férey sont souvent brutaux, ils envoient du lourd, du très lourd et ils sont toujours bien fait (jusqu’à présent), car la violence n’est pas gratuite, juste pour faire bien, elle est juste celle qui existe (ou à existé), qui est la triste réalité de certains pays où l’on peut se faire assassiner en toute impunité et où personne n’a envie d’aller déposer plainte chez les poulets du coin.

Encore un roman coup de poing… Mais c’est un coup de poing comme je les aime.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°214] et Le Mois Espagnol (et Sud-Américain) chez Sharon – Mai 2022 (Fiche N°38).

Les croix de bois (BD) : Jean-David Morvan, Percio Facundo et Roland Dorgelès

Titre : Les croix de bois (BD

Scénaristes : Jean-David Morvan & Roland Dorgelès
Dessinateur : Percio Facundo 🇦🇷

Édition : Albin Michel (2020)

Résumé :
Ils venaient de l’arrière, ils venaient des villes. La veille encore ils marchaient dans les rues, ils voyaient des femmes, des tramways, des boutiques ; hier encore ils vivaient comme des hommes.

Et nous les examinions émerveillés, envieux, comme des voyageurs débarquant des pays fabuleux. Eux aussi nous dévisageaient, comme s’ils étaient tombés chez les sauvages.

Un roman adapté en bande dessinée qui décrit, à travers le quotidien de Gilbert Demachy, un jeune soldat, le réalisme de ce que fut la Grande Guerre, son âpreté quotidienne dans la boue et les tranchées, sa tragédie parfois misérable, parfois grandiose, le combat de tous les jours non seulement avec l’ennemi mais aussi avec la misère et la peur, le face-à-face avec la mort.

Critique :
Possédant le roman de Roland Dorgelès, qui prend les poussières sur mes étagères (il n’est pas le seul), j’ai décidé de le découvrir au travers de l’adaptation en bande dessinée.

Ma première impression ne fut pas bonne, tant les dessins me déplurent d’emblée.

Les couleurs des uniformes français, presque blancs, les tons brunâtres des décors, passant ensuite sur les uniformes des soldats… bref, les dessins et moi n’allions pas être des grands copains. Il ne me restait plus que le scénario.

Mais que venaient-ils faire dans cette galère ?

Le jeune Dorgelès avait été réformé deux fois pour raison de santé, mais il voulait aller à la guerre, alors il demanda à Clemenceau une lettre de recommandation. Tout le monde, à ce moment-là, la pense courte… La guerre ne sera pas courte et ça, ils ne le savent pas encore.

Lorsque nous arrivons à la partie consacrée au souvenirs d’enrôlement du journaliste Dorgelès (son nom de plume), les dessins sont différents, plus agréables à regarder, mais une fois que l’on repasse avec son héros, Gilbert Demachy, les dessins redeviennent ceux du début.

Durant tout l’album, il y aura des alternances entre les couleurs brunes et celles qui tireront plus vers le bleu/gris.

N’ayant pas lu le roman, je ne peux pas dire si l’adaptation est fidèle ou pas (*). Hormis les graphismes qui m’ont déplu, j’ai apprécié le reste.

L’adaptation n’est pas faite que de combats, mais d’un habille mélange de ce que fut la vie de milliers de Poilus durant cette guerre : disputes, rires, abattement, moral à zéro, gouaille entre les soldats, les plus anciens qui mettent les plus jeunes au parfum, latrines communes, bouffe de merde, la boue, les poux, les erreurs qui coûtent en vie, les marches harassantes, les vivants qui se protègent derrière des morts…

Pas de censure dans cette bédé, comme il y en avait à l’époque et après la fin de la guerre.

La couverture en dit déjà long : ce n’est pas un soldat super-héros et digne de la propagande qui est représenté, mais un soldat recroquevillé sur lui-même, tentant d’échapper à la Mort, le tout sur un fond de ciel rouge sang, avec des croix de bois brisées et une explosion en arrière-plan.

Si les politiciens (et les galonnés) de l’époque voyaient ça, ils hurleraient, eux qui voulaient montrer le soldat français en vainqueur de l’infâme soldat teuton. Au moins, ceci est plus réaliste que ce qui était imprimé et publié dans les feuilles de choux de l’époque.

Dorgelès dû censurer son roman avant sa publication chez Albin Michel.

Il y a assez bien de texte, la lecture ne se fait pas en une seule fois, il a de quoi nourrir son esprit et j’ai pris mon temps pour la découvrir, tout en sachant que je louperais malgré tout des détails. Puis, il y aura des cases sans texte, parce que les mots ne serviraient à rien.

Une adaptation fort poignante.

(*) Ce n’est qu’arrivé à la fin de la bédé que j’ai appris que celle-ci comportait des scènes qui avaient été coupées lors de sa parution en roman, ainsi que des scènes de vie de l’auteur, Roland Dorgelès.

Le Mois Espagnol (et Sud-Américain) chez Sharon – Mai 2022 (Fiche N°36).

Helldorado – Tome 01 – Santa Maladria : Jean-David Morvan, Ignacio Noé et Miroslav Dragan

Titre : Helldorado – Tome 01 – Santa Maladria

Scénariste : Jean-David Morvan & Miroslav Dragan
Dessinateur : Ignacio Noé 🇦🇷

Édition : Casterman Ligne d’horizon (2006)

Résumé :
Quelque part sur une île tropicale, un village indien s’éveille dans la douceur de l’aube.

Mais l’enfer se déchaîne bientôt : un escadron de conquistadors a cerné les lieux, et massacre jusqu’au dernier tous les habitants, femmes et enfants compris. Toutes les apparences d’un crime gratuit, impardonnable.

Mais peut-être la réalité est-elle plus complexe qu’il n’y paraît. Car ce n’est pas une « simple » guerre conventionnelle qui oppose les Espagnols aux indigènes, les Indiens Syyanas.

Un troisième belligérant parcourt le théâtre des opérations, frappant indistinctement dans les deux camps sans jamais faire de quartier : une maladie mortelle foudroyante, si effrayante qu’on s’est même refusé à la nommer.

Critique :
Les premières pages sont sans paroles, mais le poids des images donne le ton : une femme découvre les soldats espagnols dans son village, ils vont charger… Ils chargent…

Pleurs, cris muets, fosses communes creusées, habitants du village entassé dans les tranchées creusées et abattus par balles puis on incendiera les cadavres.

Il faut attendre la page 10 pour avoir du dialogue. Le récit commence dans la violence gratuite et le sang.

Les Conquistadors tuent ainsi chaque fois, mais ils ne pillent rien, ne volent rien (si ce n’est la vie des habitants), n’emportent rien. Bizarre.

Hutatsu et Dathcino sont 2 jeunes Syyanas qui passent après les massacres et ne se privent pas pour prendre les affaires ou la nourriture des assassinés. Vous me direz qu’elle ne servira à personne et qu’ils n’ont pas de sang sur les mains, ces deux gamins.

De plus, si les autochtones de l’île se serrent les coudes, c’est depuis que l’Homme Blanc massacre des villages entiers, avant, durant l’épidémie, les riches se soignaient et laissaient crever les pauvres.

Les Conquistadors sont bien entendu guidés par la main de Dieu, qui leur donne une mission, comme une rédemption, et blablabla…

Le capitaine des Conquistadors a une sale gueule (on comprendra ensuite pourquoi) et est très croyant (sa casa est remplie de crucifix de toutes tailles), comme tout le monde à cette époque, pensant que la maladie qui a touché les Indiens a été envoyée par le Diable.

Si les dessins ne m’ont pas trop emballés, ils ne m’ont pas trop perturbés non plus. Les couleurs sont dans des tons pastels, douces, lumineuses. Agréables pour les yeux.

Pour l’instant, je ne sais pas trop où cette série va m’emmener. Les thèmes abordés sont connus, on sait que les Espagnols n’ont pas été des gentils lors de leur conquête des Amériques, que ce furent des bains de sang, des massacres, des génocides…

Nous avons beau le savoir, les 7 premières planches, muettes et extrêmement violentes, mettent déjà au tapis le pauvre lecteur qui ne s’attendait pas à un tel déchaînement de violence dès le départ.

D’habitude, les auteurs prennent le temps de présenter leur univers, là, on envoie du lourd directement. Ça déstabilise, mais ça remet les idées en place.

Du côté des Indiens Syyanas, ce n’est pas mieux. Les gens accusés sont divisés en trois catégories et seule l’une d’entre elles est passable (défendre la cité), les autres, ont les plaint, dont nos deux gamins pilleurs du début.

Ce premier tome me laisse un peu sur ma faim, mais j’ai au moins l’envie de poursuivre la série afin de savoir où les auteurs veulent en venir. Sur des scénarios convenus ou intéressants ? Je ne le saurai qu’en découvrant les deux tomes suivants.

Contrairement à d’autres séries, je vais poursuivre.

Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 48 pages) et Le Mois Espagnol (et Sud-Américain) chez Sharon – Mai 2022 (Fiche N°35).

 

Le fourgon des fous : Carlos Liscano

Titre : Le fourgon des fous

Auteur : Carlos Liscano 🇺🇾
Édition : 10/18 Domaine étranger (2008)
Édition Originale : El furgon de los locos (2001)
Traduction : Jean-Marie Saint-Lu

Résumé :
Uruguay, 1973. Carlos Liscano a 23 ans quand les soldats viennent l’arrêter. Condamné pour raisons politiques par le régime militaire, il va passer treize ans à l’ombre des cachots. Treize ans d’enfer, d’humiliations et de torture avant d’être relâché avec d’autres compagnons de cellule par le ‘fourgon des fous’.

Des années après l’horreur, Carlos Liscano se raconte, sans cri, sans fureur : le retour jour après jour de la souffrance physique et du combat mental pour survivre, la solitude, la peur, la nécessité de comprendre l’inimaginable. Ni voyeurisme, ni sensationnalisme.

Juste les souvenirs crus, épars, d’un homme en lutte pour conserver ce qu’il a de plus précieux : sa dignité.

Critique :
Une fois de plus, me voici plongée en milieu carcéral.

Pas avec des prisonniers de droit commun, mais avec des prisonniers politiques, en Uruguay. Croyez-moi, vous n’avez pas envie de vous  retrouver dans leurs prisons.

Au menu : tortures, brimades, privations, tortures, perte de sa liberté, de ses droits, de tous ses droits, tortures et, pour ceux qui n’auraient pas encore compris : TORTURES !

Ce roman autobiographique commence par un chapitre dédié à son enfance, puis par quelques instants de prison, avant de passer à la libération et ensuite, de revenir vers ces douze années que l’auteur, Carlos Liscano, passa enfermé au Pénitencier de Libertad, à subir les tortures du grand baril de deux cents litres, en métal, coupé en deux et rempli d’eau.

Le texte est intense, sans pour autant sombrer dans le pathos ou la violence gratuite. À la manière d’un Soljenitsyne, l’auteur nous raconte les comportements de ses tortionnaires, mais sans les charger, en se mettant à leur place, sachant que de toute façon, ils n’ont pas vraiment le choix.

Oui, il parlera des souffrances physiques, des souffrances morales, de l’absence de contacts avec la famille, des infos qu’il faut lâcher avec précision, pour éviter de trop grandes douleurs, du fait qu’il faut crier plus fort que ce que l’on ressent vraiment, pour ne pas leur donner l’impression que l’on s’en fout, que l’on ne ressent rien… Il vaut mieux ne pas jouer à la forte-tête.

Bref, tout est affaire de subtil dosage et son roman pourrait être un guide de « Comment survivre dans une prison en tant que prisonnier politique : trucs et astuces ».

Dans ce roman autobiographique, les hommes, les vrais, sont les prisonniers que l’on torture, tandis que les tortionnaires se sont abaissés tellement bas qu’ils ont perdu leur humanité, dans tous les sens du terme.

L’auteur se demande même ce qu’ils racontent à leurs femmes, leurs enfants, lorsqu’ils rentrent à la maison, après leur sale boulot.

Un roman poignant, qui ne sombre jamais dans le pathos ou le larmoyant. L’auteur parle aussi de la reconstruction, une fois libre et de ce grand choc qu’est la remise en liberté, après autant d’années de réclusion.

Un récit humain, jamais à charge.

Le Mois Espagnol (et Sud-Américain) chez Sharon – Mai 2022 (Fiche N°34).

 

Immortel – Tomás Noronha 10 : José Rodrigues dos Santos

Titre : Immortel – Tomás Noronha 10

Auteur : José Rodrigues dos Santos 🇵🇹
Édition : HC (2020) / Pocket (2021)
Édition Originale : Imortal (2019)
Traduction : Adelino Pereira

Résumé :
L’un des plus grands scientifiques chinois vient d’annoncer la naissance de deux bébés génétiquement modifiés, il disparaît juste après sa conférence.

La presse internationale commence à poser des questions, les services secrets tentent de trouver des réponses, un Américain contacte Tomás Noronha à Lisbonne.

Celui qui se présente comme un scientifique travaillant pour la DARPA, l’agence de recherche avancée de la Défense américaine, est à la recherche du savant disparu. Tomás découvre alors les véritables enjeux du projet chinois…

Critique :
J’ai longuement hésité et puis que je me suis dit que non je ne commencerais pas cette chronique en vous chantant « Immortelle » de Lara Fabian. Ce n’est pas l’envie qui m’a manqué…

Si je n’avais pas lu une critique de Geneviève, jamais je n’aurais ouvert ce roman qui me faisait un peu trop penser à ce qui s’est fait il y a des années, du temps du Da Vinci Code (que j’ai lu et apprécié pour le divertissement qu’il m’avait offert).

Non, non, rien à voir avec le Da Vinci Code où l’on court partout, dans tous les sens, avec la moitié du monde à son cul.

D’ailleurs, durant plus de la moitié du roman, nous avalerons les conversations intéressantes qui ont lieu entre Tomás Noronha (historien et cryptologue) et un scientifique américain de la DARPA, l’agence de recherche avancée de la Défense américaine, au sujet d’un scientifique chinois disparu (le professeur Yao Bai), le tout en alternance avec ce qui se déroule dans le labo de ce scientifique.

Durant tout ce bla-bla, on pourrait penser que l’on va se faire chier, s’ennuyer ferme, et bien non ! J’étais immergé dans leurs conversations et j’ai oublié le temps qui passait, ne ronchonnant que pour le fait que l’Américain foutait le mot « man » toutes les dix phrases (c’était redondant).

Certes, cela pourrait faire un peu cliché que tout ce dont Tomás Noronha a mis en garde le scientifique, fan de nouvelles technologies et d’intelligence artificielle générale, se déroule justement ensuite et donne raison à notre historien.

Oui, si l’on n’y prend pas garde, ce thriller de vulgarisation scientifique pourrait faire penser à un mauvais film de Hollywood où, après avoir causé durant plus de la moitié du film, nos deux protagonistes se mettent tout d’un coup à courir pour sauver leur peau plus de fois que ce pauvre John McClane dans ses films (Die Hard).

En fait, ce roman aurait dû m’horripiler grandement, notamment avec les dialogues qui semblent nous mâcher tout ce qui arrivera ensuite, nous mettant en garde contre la science sans conscience, les technologies nouvelles et leurs dangers, notamment le Net et tous les GAFAM qui nous contrôlent (Google, si tu me lis…).

Oui, il y avait moyen de me perdre, de m’énerver dans cette construction de roman, avec les dialogues entre une personne pro-technologies et une qui s’en méfie, le tout faisant un peu manichéen, durant plus d’une moitié de ce pavé, avant que tout ne s’accélère.

Et pourtant, j’ai apprécié ma lecture, j’ai été plus qu’intéressée par leurs discussions, des plus instructives, qui ne m’a jamais donné la sensation d’être dans un café du commerce en compagnie de types bas de plafond. J’ai même eu la sensation d’aller me coucher moins bête qu’avant.

La partie consacrée à la Chine et à ses millions de caméras permettant de surveiller toute la population m’a fait froid dans le dos, une fois de plus. Le contrôle est total, les chinois possédant un crédit social (système carotte/bâton) dont ils ne peuvent descendre en dessous d’un certain score, sinon ils perdent le droit de prendre le train, de faire des emprunts,…

Orwell nous avait mis en garde, nous ne l’avons pas écouté. Moi, des caméras de sécurité dans les villes, je préfère qu’il y en ai un strict minimum, ça peut toujours être mal utilisé ensuite… 

Il y avait moyen de m’énerver aussi avec la partie course pour rester en vie, où nos deux protagonistes vont devoir échapper à un truc plus fort que tout, capable de tout, juste pour assurer sa survie, ne faisant pas plus attention aux vies humaines que nous n’en aurions pour une colonie de fourmis écrasées par mégarde.

Anybref, ce roman aurait pu finir balancé au milieu de la pièce et pourtant, je l’ai dévoré, ayant bien du mal à la lâcher, malgré ses défauts, comme ce scientifique américain un peu stéréotypé, cette manière de nous prémâcher la seconde partie du roman avec les mises en garde de Tomás et cette sensation d’être dans un mauvais film hollywoodien dans la partie « adrénaline, faut courir pour sauver notre peau ».

À réserver aux lecteurs et lectrices avides d’en savoir plus sur les avancées médicales et technologiques, afin de briller au prochain repas de famille, à la machine à café ou au barbec avec les voisins.

Le récit est fort riche d’apprentissages technologiques, médicales, de morale, de sciences, de conscience et cela pourrait vite devenir indigeste pour ceux ou celles qui préfèrent en manger à petite dose.

À noter aussi que l’épilogue, assez long, concernera la philosophie, l’eugénisme et ce qui est permis ou non, ce qui est moral ou qui ressemble à des pratiques nazies et que les dialogues entre les différents protagonistes pourraient, eux aussi, lasser une partie des lecteurs/trices.

J’ai aimé le fait que tout, dans ces questionnements, ne soient ni tout à fait blancs, ni tout à fait noirs, mais mis en balance avec ce qui se fait déjà et qui aurait sans doute crispé bien des gens il y a quelques années. Ce sera aux lecteurs de se faire leur opinion, la mienne n’étant pas tranchée sur ses sujets hautement sensibles et éthiques.

Une lecture très divertissante, très instructive, un thriller qui reste calme durant plus de la moitié de ses 654 pages (pocket) avant de nous précipiter dans une course-poursuite haletante, digne d’un grand blockbuster. Les chapitres sont courts et nous laisse souvent sur un cliffhanger.

Il faudrait que je me penche sur les autres romans mettant en scène le personnage de Tomás Noronha, car il m’a semblé un peu fade, manquant de profondeur et j’aimerais en savoir plus sur lui.

À noter que les romans peuvent se lire de manière indépendante l’un de l’autre puisque leur parution en français ne suit pas l’ordre de parution portugaise.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°212] et Le Mois Espagnol (et Sud-Américain) chez Sharon – Mai 2022 (Fiche N°33).

À l’ombre du convoi – Tome 2 – L’espoir d’un lendemain : Kid Toussaint et José-Maria Beroy

Titre : À l’ombre du convoi – Tome 2 – L’espoir d’un lendemain

Scénariste : Kid Toussaint
Dessinateur : José-Maria Beroy

Édition : Casterman – Univers d’auteurs (2013)

Résumé :
Destins croisés d’un membre de la Schutzpolizei, de la résistance belge et d’une déportée juive allemande qui se retrouvent tous les trois au même endroit la nuit du 12 au 13 novembre 1943 : une voie ferrée entre Malines et Louvain sur laquelle se trouve un convoi de déportés bientôt attaqué par trois jeunes audacieux.

Critique :
Dans ce dernier album, on va en apprendre un peu plus sur Théo, celui qui avait séduit Olya dans le premier tome.

Il ne m’avait pas laissé une bonne impression, en apprendre un peu plus sur sa jeunesse et sur la participation de son père à la Première Guerre Mondiale allait peut-être éclairer un peu plus ce personnage.

Effectivement, dans cet album, on comprend que tous les personnages ont leur destin lié, que ce soit dans les années 30 et 40, ou bien durant la Première Guerre Mondiale. Tout se tient, tout est relié.

Le scénariste continuera aussi de nous donner un cours accéléré sur ce qui précéda la Seconde Guerre Mondiale, notamment avec la guerre civile en Espagne, le bombardement de Guernica par des avions allemands (Hitler voulait tester ses nouvelles armes), ainsi que sur ce que fit le moustachu après son accession au trône, dont la Shoah par balle et ensuite, les camps…

Une fois de plus, c’est un bref résumé, juste les grandes lignes et, pour plagier le slogan d’un grand hebdomadaire français : « le poids des mots et le chocs des dessins ». Comme quoi, avec peu de mots et quelques dessins, on peut faire passer plus qu’avec de grands discours.

Cet album prend aux tripes aussi. On a beau ne donner que les grandes lignes, elles font mal au coeur, elles sont meurtrières, assassines, génocidaires, ces putains de grandes lignes… Hélas, elles ne toucheront jamais le coeur ou le cerveau de ceux qui pratiquent le négationnisme.

Lorsque je lis une bande dessinée, j’apprécie toujours de voir comment était Bruxelles dans le temps, mais ici, voir la Grand Place envahie de casques allemands et leurs drapeaux au mur de l’hôtel de ville, ça la fout mal. Bravo à Jean de Selys Longchamps qui mitrailla, avenue Louise, l’immeuble de la Gestapo (c’était l’oncle paternel de Sybille, la maman de Delphine – les Belges comprendront).

Je suis contente d’avoir découvert (tardivement), ce diptyque consacré à la Seconde Guerre Mondiale et aux déportations. Il y a toujours à apprendre, afin de ne pas refaire les mêmes horreurs (l’Homme apprend-t-il vraiment de ses erreurs ? J’ai un gros doute). Le personnage de Théo est vu sous un autre éclairage et je suis contente que les auteurs aient répondu aux questions muettes que je me posais.

C’est le coeur en vrac que je termine ce dernier album qui était d’une grande intensité et qui a bouclé la boucle de manière fort tragique.

Ce diptyque va directement dans mes coups de coeur.

Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 48 pages) et Le Mois Espagnol (et Sud-Américain) chez Sharon – Mai 2022 (Fiche N°32).

À l’ombre du convoi – Tome 1 – Le poids du passé : Kid Toussaint et José-Maria Beroy

Titre : À l’ombre du convoi – Tome 1 – Le poids du passé

Scénariste : Kid Toussaint
Dessinateur : José-Maria Beroy 🇪🇸

Édition : Casterman – Univers d’auteurs (2012)

Résumé :
Belgique, nuit du 12 au 13 novembre 1943, quelque part entre Malines et Louvain. Un convoi de wagons plombés s’est immobilisé sur la voie ferrée. Il vient de quitter Bruxelles, direction Auschwitz.

À son bord, parmi des milliers d’autres, une jeune femme, Olya Van Horn, juive allemande jusqu’alors réfugiée en Belgique.

Elle se remémore la longue suite d’événements tragiques qui, depuis sa ville natale d’Hambourg, dix ans auparavant, l’a finalement conduite dans ce sinistre convoi…

Critique :
Bien des gens pensent encore que les bédés, ce ne sont que des petits Mickeys, du divertissement pour les enfants, mais en aucun cas des lectures pour adultes.

Si vous saviez le nombre de gens qui m’ont seriné cela, durant ma vie d’adulte (dans ma vie réelle, pas sur le Net)…

Heureusement, certains comprennent un jour que non, les bédés ne sont pas que des trucs avec des dessins pour divertir, mais qu’elles peuvent aussi instruire, parler de choses on ne peut plus sérieuses, comme l’Histoire et quelques unes de ses pages les plus sombres.

Ce premier tome du diptyque est horriblement sombre, non pas à cause de sa palette de couleurs (bien qu’aucune ne soit joyeuse), mais en raison du comportement inhumain de l’Homme.

L’histoire commence dans un train, un convoi de prisonniers, coincé entre Malines et Louvain (Leuven, pour parler correctement).

Ce train, muni de barbelés aux ouvertures d’aération, vient de quitter Bruxelles et sa direction est Auschwitz. Le genre de voyage que personne ne voudrait faire. Hélas, la plupart des occupants ne savent pas ce qu’il va se passer. Le lecteur oui et le cœur se serre.

Ensuite, délaissant le train sur ses rails, le scénariste va faire quelques bons en arrière, remontant le fil du temps, donnant à ses lecteurs les quelques grandes lignes de ce qui eut lieu après 1933, revenant un bref instant sur la Première Guerre Mondiale où bien des Allemands Juifs tombèrent pour la patrie et pour rien puisque ensuite, on effaça leur nom des monuments, on leur retira leurs droits de citoyens allemands, on les brima, on brisa leurs commerces, leurs familles, leurs vies…

L’antisémitisme monte chaque jour dans la population allemande, la répression devient de plus en plus terrible et la population allemande (non juive) a le droit de tout faire aux Juifs, rien n’est sanctionné.

L’État, lui, ne se privera pas de confisquer tous les biens, ainsi que l’argent, aux Juifs qu’il déporte. Comme l’Espagne l’avait déjà fait du temps de Torquemada, s’appauvrissant de la sorte, puisqu’elle envoyait ailleurs des travailleurs, des commerçants, des gens prospères qui enrichissait le trésor de la royauté.

La population change très vite de comportement et ne se prive pas de participer aux pogroms, de vandaliser les établissements juifs, leurs maisons… L’effet de meute est présent et même un modéré comme Wilhem, l’ami d’Olya, frappera son père, à terre.

Les dessins des visages sont fort expressifs. Le scénario prend déjà aux tripes, les dessins achèvent de nous les serrer.

Plusieurs personnages vont se croiser, dans ce premier tome, qu’ils soient juifs allemands, soldats ou sale type habillé de noir avec tête de mort sur le képi, ou gamin dans les jeunesses de qui vous savez.

Les destins se recoupent, se rejoignent, s’entremêlent et on se doute que dans le second album, nous connaîtrons le rôle que chacun jouera dans cette abjection génocidaire.

Un premier album qui m’a mise à terre. Et pourtant, je sais ce qu’il s’est passé, j’ai lu beaucoup, j’ai eu souvent mal au bide et malgré tout, ça me fait toujours le même effet : peine, tristesse, incompréhension.

Je respire un grand coup et je vais de suite lire le second…

Chronique du tome 2 publiée à 14h.

Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 48 pages) et Le Mois Espagnol (et Sud-Américain) chez Sharon – Mai 2022 (Fiche N°31).