Gil Jourdan – Tome 2 – Popaïne et vieux tableaux : Maurice Tillieux

Titre : Gil Jourdan – Tome 2 – Popaïne et vieux tableaux

Scénariste : Maurice Tillieux
Dessinateur : Maurice Tillieux

Édition : Dupuis (1959)

Résumé :
Après avoir découvert à Gênes le point de départ du trafic de Popaïne vers la France, Gil Jourdan aidé par sa fidèle secrétaire Queue-de-Cerise, fait suivre la cargaison pour connaître leur destination exacte.

S’engage alors une infiltration dans un château de la banlieue parisienne où Gil et Libellule vont tenter de mettre la main sur le livre de comptes du chef de ce réseau de trafiquants.

Critique :
Comme je vous l’avais appris dans la chronique de l’album précédent, en ce temps là (années 50-60), la censure était sévère et il était malvenu de parler de cocaïne aux jeunes lecteurs de l’hebdomadaire Spirou et donc, Tillieux dut changer le nom de cette drogue en popaïne, ce qui fait moins sérieux, je vous l’avoue.

Malgré tout, cette enquête a du peps, de l’humour, du mystère et de l’action. What’else, je vous le demande ?

Voilà nos deux amis, Jourdan et Libellule, s’embarquant pour Gênes afin de trouver comment la popaïne entre en France.

Mais, n’oublions pas que l’inspecteur Croûton est toujours vachement fâché de s’être fait doubler par Jourdan déguisé en taximan et qu’il a été la risée de la police de s’être fait souffler son prisonnier de la sorte.

Le voici donc muté aux stupéfiants (lui qui ne l’est pas, stupéfiant) et envoyé en mission à Gênes aussi. Où il y a Gênes, il y a du plaisir et cela va donner quelques bons gags lorsque nos deux amis croiseront la route de l’inspecteur sur les quais d’embarquement.

C’est une véritable enquête doublée d’une filature en bonne et due forme qui se trouvera au cœur de cet album, le second des aventures de Gil Jourdan et de sa fine équipe.

Une fois de plus, les dialogues sont savoureux, aux petits oignons, Libellule a toujours un rire aussi bête que bruyant et notre inspecteur va encore s’en prendre plein la gueule pour pas un balle.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018) et le Mois Belge chez Mina et Anna (Avril 2018).

Publicités

Gil Jourdan – Tome 1 – Libellule s’évade : Maurice Tillieux

Titre : Gil Jourdan – Tome 1 – Libellule s’évade

Scénariste : Maurice Tillieux
Dessinateur : Maurice Tillieux

Édition : Dupuis (1959)

Résumé :
Gil Jourdan, tout jeune licencié en droit et travaillant pour son propre compte se donne six mois pour mettre la main sur une bande de trafiquants de popaïne.

Pour cela, il organise l’évasion d’André Papignolles dit « Libellule » dont il souhaite s’adjoindre les talents de serrurier. Mais la tâche ne s’annonce pas pas facile avec l’inspecteur Crouton qui ne les lâchera pas d’une semelle…

Critique :
Les enquêtes de Gil Jourdan sont, pour moi, un régal à lire ! Un plaisir de fin gourmet pour qui aime les ambiances à la Maigret, le tout avec des dialogues n’ayant rien à envier à Audiard, sans oublier une sacrée dose d’humour.

Gil Jourdan est un détective assez froid, méticuleux, précis, n’hésitant pas à se rendre complice de l’évasion du cambrioleur aux doigts de fée surnommé Libellule et, pour cela, à défier l’inspecteur Croûton, le flic le plus bête de France, mais aussi tenace qu’une tique sur le dos d’un chien.

— A la moindre velléité de fuite, je tire !
— Si c’est moi que vous visez, je ne risque rien !

Ayant toujours apprécié ce détective découvert dans des vieux Spirou, je m’étais offerte, il y a de ça un certain temps, les intégrales de ses aventures. Il n’y a jamais de mal à se faire du bien, je trouve, et donc, pour me continuer à éprouver du plaisir, je me  les relis toutes les 6 régulièrement.

Dans cette première intégrale intitulée « Premières aventures », juste avant l’album de « Libellule s’évade », nous avons « La poursuite » qui, en quelques pages, nous met déjà en présence de l’inspecteur à la grosse moustache rousse, ainsi qu’au talentueux Libellule, ouvreur de coffre-fort de son état.

— Dites, inspecteur ? Il y a un taxi qui nous suit depuis un petit moment… Si vos pieds ont un cœur, ils auront pitié des miens.

L’ambiance est donné d’entrée de jeu, niveau scénario, Tillieux n’est pas un manche et niveau dialogues percutants, il sait y faire, un peu à la manière d’un Goscinny, il dégaine les répliques et truffe ses dialogues de bons mots, sans oublier de parsemer le tout du rire horrible de Libellule.

(L’inspecteur Crouton remercie chaleureusement le détective du « Splendid Hotel » qui vient de le renseigner sur le cambrioleur nommé Libellule) :
— Merci, mon vieux ! Payez-vous un verre à ma santé, vous l’avez mérité ! Et vous ne le boirez pas seul… Antoine, deux calvas sur le compte de monsieur, et le téléphone.
(Le détective, estomaqué que l’inspecteur lui offre un verre sur son compte et s’en offre un lui-même) :
— Prends un aussi, Antoine, comme ça nous serons deux à subir la générosité de monsieur !!!

Des bons mots, donc, une enquête, une évasion, un jeune licencié en droit qui se donne 6 mois pour se faire un nom et qui commence déjà sa carrière par une folie en faisant évader Libellule, au nez à la grosse moustache de l’inspecteur Croûton.

— Et cette moustache ! On devrait faire des lois qui interdisent des moustaches pareilles ! 

Lire un Gil Jourdan, c’est plonger dans des ambiances rétros, qui fleurent bon les vieux polars de papa, le tout avec des dialogues savoureux, drôles, hilarants, et des situations cocasses, le tout sans violence, puisqu’à cette époque, l’éditeur Charles Dupuis veillait et la censure aussi.

Ce qui donne une secrétaire avec les cheveux courts, pas féminine pour un sous, sans poitrine et sans sex-appeal. De plus, jamais l’auteur ne pourra pas parler de trafiquant de « cocaïne », et devra donc inventer un autre mot et voilà pourquoi nos deux amis, le détective et le cambrioleur, se mettront sur les traces de trafiquants de popaïne dans l’album suivant.

Moi, Gil Jourdan, j’adore ! En plus, son auteur est Belge, une fois.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018) et le Mois Belge chez Mina et Anna (Avril 2018).

 

La faucheuse – Tome 1 : Neal Shusterman

Titre : La faucheuse – Tome 1

Auteur : Neal Shusterman
Édition : Robert Laffont (16/02/2017)
Édition Originale : Arc of the Scythe – Book 1 – Scythe (2016)
Traducteur : Éditions Robert Laffont, S.A., Paris, 2017

Résumé :
Les commandements du Faucheur : Tu tueras. Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation. Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue. Tu tueras la famille de ceux qui t’ont résisté. « MidAmérique, milieu du 3e millénaire.

Dans un monde où la maladie a été éradiquée, on ne peut plus guère mourir qu’en étant tué aléatoirement (« glané ») par un faucheur professionnel.

Citra et Rowan sont deux adolescents qui ont été sélectionnés pour devenir apprentis-Faucheurs ; et, bien qu’ils aient cette vocation en horreur, ils vont devoir apprendre l’art de tuer et comprendre en quoi cette mission est bel et bien une nécessité.

Critique :
Imaginez un monde où plus personne ne meurt… Les maladies n’existent plus, les crimes non plus.

Et si par le plus grand des malheurs, vous passiez sous les roues d’un trente tonnes, des ambudrones (les robots ambulanciers) vous enverront de suite en résurrection !

Comptez 4 jours si l’accident était grave.

Ben comment on va mourir, alors ?? Tout simplement grâce aux Faucheurs qui, sans l’aide d’une faux, vous glaneront et vous enverront, pour de bon, six pieds sous terre.

Aucune arme ou manière n’est prohibée pour vous glaner (tuer). On leur demande juste de respecter des quotas, de ne pas cibler des groupes particuliers, d’avoir de l’empathie et de ne pas vous faire souffrir.

Vous voulez savoir ? C’était jubilatoire cette lecture où la Mort n’existe plus, où des êtres supérieurs doivent la donner et où les gens, alors qu’ils ont accès au Thunderhead (sorte de Wiki puissance 1.000 avec une A.I), préfèrent regarder des hologrammes de chats. Tiens, on dirait notre société !

Les personnages sont bien traités, travaillés, ambigus, même si certains méchants sont vraiment des méchants et que rien ne pourra plaider en leur faveur.

Malgré ce petit manichéisme, j’ai apprécié que nos deux ados soient des jeunes pleins de perspicacités, de ruses, sachant jouer avec les règles et les retourner dans la figure de certains. Ils m’ont été sympathique tout de suite.

L’auteur nous dépeint une société qui a tout de la société parfaite : plus de guerres, plus de chômage, plus de maladies graves, l’immortalité (quasi) et pourtant, on dirait que sous le vernis de la perfection se dissimule quelques imperfections.

En effet, comment arriver à jouir pleinement de la vie quand la mort est quasi inexistante et que vous pouvez rajeunir si vous en avez marre de vos soixante ans ?

De plus, comment être sûr que certains Faucheurs ne prennent pas leur pied en donnant la mort et n’abusent pas de leurs prérogatives, façon petit tyran ?

Pas de temps mort dans ce roman qui ne conviendra peut-être pas au plus jeunes car certaines scènes de massacres sont assez violentes, du suspense, du mystère, de la compétition, un suicide suspect et une société de faucheurs gangrénée par l’envie de pouvoir de certains.

Un roman difficile à lâcher, une véritable tuerie au niveau du scénario que de ses personnages, ainsi que dans la structure et l’élaboration de son récit avec le poil à gratter qui parsème la description de la nouvelle société.

Un final super qui vous laisse devant deux choix : poursuivre l’aventure avec le tome 2 ou vous arrêter là.

Moi je continue, en espérant que le deuxième tome soit aussi brillant que le premier.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018) et Le Challenge « Les Irréguliers de Baker Street » repris par Belette [The Cannibal Lecteur] et sur le forum de Livraddict (N°31 – Les Hommes Dansants – lire un livre appartenant au genre « Jeunesse »).

Les étoiles s’éteignent à l’aube : Richard Wagamese

Titre : Les étoiles s’éteignent à l’aube

Auteur : Richard Wagamese
Édition : Zoe – Écrits d’Ailleurs (2016)
Édition Originale : Medicine Walk (2014)
Traducteur : Christine Raguet

Résumé :
Lorsque Franklin Starlight, âgé de seize ans, est appelé au chevet de son père Eldon, il découvre un homme détruit par des années d’alcoolisme.

Eldon sent sa fin proche et demande à son fils de l’accompagner jusqu’à la montagne pour y être enterré comme un guerrier.

S’ensuit un rude voyage à travers l’arrière-pays magnifique et sauvage de la Colombie britannique, mais aussi un saisissant périple à la rencontre du passé et des origines indiennes des deux hommes.

Eldon raconte à Frank les moments sombres de sa vie aussi bien que les périodes de joie et d’espoir, et lui parle des sacrifices qu’il a concédés au nom de l’amour.

Il fait ainsi découvrir à son fils un monde que le garçon n’avait jamais vu, une histoire qu’il n’avait jamais entendue.

Critique :
Mais quel beau voyage je viens de faire, les amis ! Un beau mais un dur voyage. Un voyage éprouvant, émouvant, un voyage qui se veut une sorte de rédemption.

Franklin Starlight a 16 ans, il travaille dur à la ferme du vieil homme.

Cet homme n’est pas son père et niveau paternel, Franck est le fils d’une éponge imbibée d’alcool, incapable de rester sobre plus de quelques heures, incapable de parler à son fils, incapable de lui apprendre des choses, comme le vieil homme l’a fait.

Pourtant, Eldon Starlight, ce père qui a tout d’un père indigne, appelle son fils car il se sent mourir. Il lui demande de l’emmener dans un endroit pour y mourir comme un guerrier, lui qui est un indien sang-mêlé.

Durant ce voyage éprouvant, on va faire la connaissance d’un homme que l’on a pas envie d’apprécier, un homme dont on aimerait lui botter le cul. Non, rien de rien, Eldon n’a rien pour le sauver.

Et pourtant… Pourtant (♫) on va commencer à apprécier le personnage au fil des histoires qu’il va raconter à Franck, durant leur périple dans la forêt profonde où il y a des grosses bêtes sauvages et pas de téléphone.

Eldon va raconter une partie de sa vie à son fils, Franck va se souvenir de tous les rendez-vous manqué avec son père, quant à nous, et bien, on va les écouter avec attention car ici, la terre est rude et ses habitants aussi.

Le travail ne court pas les rues, on est mal payé, on doit suer toute la journée, alors les hommes boivent et reboivent encore, ils boivent à la santé de la Colombie britannique (Canada, on est loin d’Amsterdam, je sais).

L’histoire d’Eldon est touchante, âpre, il lui faudra du courage pour la raconter à ce fils qu’il n’a pas voulu, à ce fils à qui il a promis des tas de choses, mais qu’une bouteille a fait tout oublier.

J’ai vu venir le pourquoi du comment, et j’avais bien trouvé, mais cela n’a pas empêché l’émotion de monter, même si le récit est tout en pudeur, porté par une écriture tout en sobriété (le contraire d’Eldon), tout en finesse, tout en poésie et en récit de survie dans ses montagnes hostiles.

Un très beau roman dont j’aimerais vous en dire plus mais que je ne peux pas, et que je ne saurai pas, car tout est à l’intérieur de mon cœur.

 

Parmi les loups et les bandits : Atticus Lish

Titre : Parmi les loups et les bandits

Auteur : Atticus Lish
Édition : Buchet-Chastel (18/08/2016)
Édition Originale : Preparation for the next life (2014)
Traducteur : Céline Leroy

Résumé :
C’est dans un New York spectral, encore en proie aux secousses de l’après-11 Septembre, que s’amorce l’improbable histoire de Zou Lei, une clandestine chinoise d’origine ouïghoure errant de petits boulots en rafles, et de Brad Skinner, un vétéran de la guerre d’Irak meurtri par les vicissitudes des combats.

Ensemble, ils arpentent le Queens et cherchent un refuge, un havre, au sens propre comme figuré. L’amour fou de ses outlaws modernes les mènera au pire, mais avant, Lish prend le soin de nous décrire magistralement cette Amérique d’en bas, aliénée, sans cesse confinée alors même qu’elle est condamnée à errer dans les rues.

Il nous livre l’histoire de ces hommes et de ces femmes qui font le corps organique de la grande ville : clandestins, main-d’œuvre sous-payée, chair à canon, achevant sous nos yeux les derniers vestiges du rêve américain.

Critique :
Vu son résumé, vu ses prix gagnés, vu ce que j’en avais lu sur certains blogs, ce livre partait favori dès le départ.

L’auteur allait nous parler de l’Amérique d’en bas, des clandestins, des gens exploités, des immigrés clandestins prêts à tout pour avoir un peu de sous.

Les premières foulées de ce jeune cheval furent excellentes, la misère décrite était d’un réalisme confondant.

Hélas, au bout de quelques pages magnifiques, il a commencé à boiter.

De mon côté, je renâclais, et ce qui nous pendait au nez arriva à la page 120 : le cheval ne franchi jamais la ligne d’arrivée et termina sa course dans ma pile « à donner » plus vite qu’il n’était sorti de ma pile à lire.

La raison de cette course inachevée et de la mise au rebut ? Le style brouillon du récit et la sensation de cacophonie, notamment par le non usage des guillemets ou des tirets cadratins lors des dialogues.

Je ne sais pas si c’est un nouveau genre, si c’est une ancienne mode qui revient au galop, mais j’ai énormément de mal avec ce genre de narration qui me donne l’impression de ne rien suivre, d’être perdue et donne au récit l’impression qu’il est brut de décoffrage, comme si on lisait un brouillon, une ébauche à corriger.

Et là, ça fait un peu trop souvent que je tombe sur ces absences de signes distincts pour les dialogues, la coupe déborde et ça me donne envie de ruer dans les brancards.

Quand au récit brouillon, il s’est fait ressentir lorsque Brad Skinner, vétéran de la guerre d’Irak, revenu avec des troubles post-traumatique, commence à nous raconter ce qu’il a vécu en Irak.

C’est le genre de récit qui me fait saliver, non pas que j’aime les guerres, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, mais voulant toujours en apprendre un peu plus, je suis souvent à l’affut de récits fait par des vétérans, par des troufions, des petits, ceux qu’on envoie au casse-pipe, ceux qui peuvent nous la raconter de l’intérieur.

Là, ce fut la cata du à cette narration qui donne au récit une sensation de foutoir immense et au lieu de me gorger de ses souvenirs d’Irak, je m’y suis emmerdée profond. J’ai même sauté des lignes !

Ensuite, le coeur n’y était plus et vu ma pile à lire himalayesque  (néologisme gratos), je n’ai plus envie de perdre mon temps dans des livres auxquels je n’accroche pas (sauf en cas de Lecture Commune). Je passe donc mon tour et j’en prends un autre de suite.

Quand on tombe de cheval, faut remonter de suite, alors, je remonte toujours en selle avec un autre mustang et celui que je viens de prendre est bien mieux que celui-ci.

Maintenant, ce n’est que mon avis personnel, d’autres l’ont aimé, et tant mieux pour eux.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018).

 

Sauf : Hervé Commère

Titre : Sauf

Auteur : Hervé Commère
Édition : Fleuve Editions (08/03/2018)

Résumé :
L’année de ses six ans, à l’été 1976, Mathieu a perdu ses parents dans l’incendie de leur manoir en Bretagne. Rien n’a survécu aux flammes, pas le moindre objet.

Mathieu est aujourd’hui propriétaire d’un dépôt-vente. Comme à chaque retour de congés, il passe en revue les dernières acquisitions.

La veille, ses employés ont récupéré un album photos à couverture de velours. Sur chaque page de cet album, des photos de lui enfant. Sauf que cet album ne devrait plus exister. Il ne peut pas exister. Et pourtant…

Mathieu a toujours aimé se raconter des histoires, mais à quarante ans passés, il semblerait que la sienne lui ait échappé.

De Montreuil à la pointe du Finistère, cherchant à comprendre quel message la vie veut lui adresser, il traquera les vérités, ses vérités, celles que recèle un album de famille resurgi brutalement des décombres.

Critique :
Mais il est fou, dis ! Dingue ! (comme le disait Jacquouille). Oui, il est dingue, cet auteur, moi je te le dis !

Hervé Commère m’avait déjà époustouflé avec « Ce qu’il nous faut c’est un mort » et là, il m’a décoiffé.

Pire, je pourrais même dire qu’il m’a troué le c** mais je ne voudrais pas qu’il ait des problèmes et qu’on l’accuse d’abus textuel sur la pauvre lectrice que je suis.

Oui, ce roman est un truc de ouf (pour parler djeuns), tout en étant réaliste. C’est court, c’est intense, sans que l’auteur ait bradé la qualité de son histoire, de ses personnages ou de son écriture.

Au départ, tu te poses moult questions sur le pourquoi du comment un album photo, censé avoir brûlé avec le manoir, se retrouve dans les mains de Mathieu, propriétaire d’un dépôt-vente et, accessoirement, fils de ses parents qui sont mort dans l’incendie dudit manoir. Tu m’suis ?

Il y a du mystère, qui, tel un brouillard léger, entoure cet album photo. Ensuite, le brouillard s’épaissi, tout comme le mystère et les questions affluent dans ta tête, sans que tu puisses trouver la solution de l’affaire. Je pensais l’avoir trouvé et je me suis plantée. Et royalement !

Avançant à vitesse élevée dans ta lecture, malgré la purée de pois, tu la vois se lever vers la moitié du roman et là, tu as la trouille : si l’auteur nous raconte tout, qu’est-ce qu’on va faire le reste du roman ? Se gratter les cou…des ??

Si le brouillard s’est levé en partie, l’auteur sort ensuite le canon à smog et t’enfumes un peu plus, te faisant tourner en bourrique au niveau cérébral car tu cherches le fin mot de l’histoire, mais aucun des scénarios échafaudés dans ta tête ne sera plausible.

D’ailleurs, la tête, je me la suis prise, éliminant l’impossible pour que, ce qui me reste, si improbable soit-il, devienne nécessairement la vérité. Et je me suis plantée…

Punaise, quel roman ! Je suis essoufflée par l’enquête menée par Mathieu et sa femme, Anna, aidé tout deux par les employés de Mathieu : Gary, le gitan (♫ que tu ne connais pas ♪) et la vendeuse, Mylène (pas Farmer).

Du rythme, du mystère, du suspense, de l’action, des personnages intéressants, sympathiques, avec leur part d’ombre, une enquête qui ne sera pas pépère, sorte de chasse à la vérité, une chasse au présent pour éclairer le passé et ce qui est arrivé dans ce putain de manoir, la nuit 6 au 7 août 1976.

Un truc de fou, je vous le dis ! Et comme le disait si bien Jeanne D’Arc alors que les flammes dansaient autour d’elle « Vous ne m’avez pas crue, et bien, vous m’aurez cuite ».

Faites fumer vos méninges sur ce roman de fou et, comme moi, perdez le sens du temps, oubliez ses heures (Qui tuaient parfois À coups de pourquoi ♫), oubliez de manger, de boire et lancez-vous comme un affamé sur ce roman qui vous enfumera plus que si vous étiez une noix de jambon dans un fumoir.

Son précédent roman avait placé la barre très haute au niveau émotions et profondeur.

Celui-ci ne le dépassera pas, ne l’égalera pas, mais ce n’est pas grave car les histoires ne sont pas les mêmes. En tout cas, il le talonne de près.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018).

 

Fantazmë : Nicolas Tackian [Saga Tomar Khan 2]

Titre : Fantazmë [Saga Tomar Khan 2]

Auteur : Nicolas Tackian
Édition : Calmann-Lévy (03/01/2018)

Résumé :
Comment être un bon flic quand les victimes sont aussi des bourreaux ?

Janvier 2017. Dans une cave du 18e arrondissement de Paris, un homme est retrouvé, battu à mort. Sur place, beaucoup d’empreintes et un ADN ne correspondant à rien dans les fichiers de police.

Le commandant Tomar Khan pense à un règlement de compte. Le genre d’enquête qui restera en suspens des années, se dit-il.

Mais voilà, l’ADN relevé sur les lieux a déjà été découvert sur le corps d’un dealer albanais, battu à mort dans une cave lui aussi.

Et bientôt la rumeur court dans les quartiers chauds de Paris, celle d’un tueur insaisissable, un Fantazmë, le « spectre » en albanais.

Critique :
Vous voulez connaître mon fantasme ? Vous voulez vraiment le connaître ?

Approchez-vous de l’écran que je vous le chuchote à l’oreille car il ne faudrait pas que d’autres l’apprennent : n’avoir rien d’autre à faire dans ma vie que lire et monter à cheval !

Oh, je vous sens déçus ? What did you expect ? Bande d’obsédés, va !

Si le titre « Fantazmë » ressemble phonétiquement à la définition de la représentation imaginaire suggérée par l’inconscient, la définition n’est pas la même puisque dans notre roman, il s’agit d’un mot albanais qui veut dire « spectre ». Déjà là, je me suis couchée moins bête.

Au 36 quai des Orfèvres, on est en émoi pour plusieurs choses : le déménagement prochain et quelques crimes bizarres, sans aucun rapport entre eux, si ce n’est l’extrême violence dans lesquels ils ont eu lieu.

N’ayant jamais lu le premier tome, j’ai donc fait connaissance avec ce drôle de flic, le commandant Tomar Khan, chef de groupe de la section 3. D’origine kurde, on apprend que son enfance ne fut pas celle joyeuse de l’île aux enfants et que ses placards sont bourrés de squelettes en tout genre.

Un flic écorché, une fois de plus, me direz-vous… Oui, mais le portrait de l’homme est bien réalisé, bien travaillé, et ses blessures ne ressemblent pas à celles des autres flics torturés que nous connaissons.

Sans en faire des tonnes, l’auteur plante son décor, ses personnages, son intrigue et le déroulement des meurtres, dont les âmes sensibles devraient pouvoir s’en remettre… Quoique, vu la situation de misère des migrants (et des SDF) décrite dans la ville des Lumières, on ne devrait pas avoir le droit de s’en remettre.

Sous le couvert d’une enquête qui pue le classement vertical, faute de preuve, l’auteur nous plante le décor de la ville de Paris (loin de ses lumières) avec, à ma droite, ses chancres, ses camps de migrants vidés, ses pauvres hères qui errent sans but dans une ville où la loi ne fait rien pour les aider et à ma gauche, ses réseaux de prostitution mis en place grâce aux trafics de femmes, le tout sous l’égide de la mafia albanaise.

C’est rythmé, c’est couillu, c’est musclé, sanglant, violent, servi avec de la profondeur et des émotions, sans oublier le suspense, mon vieux complice (oups, je sors), un bœuf-carottes que l’on aimerait foutre en boite, le tout étant relié à des faits réels puisque l’auteur fait allusions aux terribles faits du vendredi 13 novembre.

Faut pas avoir fait littérature supérieure pour comprendre le roman, c’est à la portée de tous et il n’y a rien de péjoratif dans cette phrase, juste une conclusion, un constat.

Ici, les flics sont des flics, ils ne parlent pas comme dans La princesse de Clèves et se comportent comme des policiers qui n’ont plus de vie de famille, qui sont crevés, mal aimés, mal achalandés car jamais assez de budget et toujours une guerre de retard sur les truands.

Réaliste, donc…

Ça te déchire ta race sans révolutionner le roman policier, mais ça va quand même plus loin que le polar habituel puisqu’il n’est pas question, ici, du colonel Moutarde ayant tué dans la bibliothèque avec le révolver.

Allez, vite la suite que je sache ce qui va arriver ensuite !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018)et Le Challenge « Les Irréguliers de Baker Street » repris par Belette [The Cannibal Lecteur] et sur le forum de Livraddict (N°41 – La Deuxième Tache – Lire le deuxième tome d’une saga).

La Jeunesse de Sherlock Holmes à Pau – Tome 4 : François Pardeilhan

Titre : La Jeunesse de Sherlock Holmes à Pau – Tome 4

Auteur : François Pardeilhan
Édition: Pin a Crochets (2006)

Résumé :
Le passage du jeune Sherlock Holmes à Pau durant les années 1868 à 1871 a suscité de nombreux commentaires.

Au travers de témoignages recueillis par ceux qui, le temps d’une aventure, ont côtoyé ce personnage de légende, des éléments supplémentaires viennent grossir les preuves déjà nombreuses de l’œuvre accomplie par le futur détective londonien dans la cité paloise.

Son influence déterminante dans un événement qui fit scandale à l’Hôtel de France, son intervention fort à propos suite à une menace qui planait sur la mairie de Pau, sa contribution dans une sale affaire aux côtés du curé de l’église Saint-Jacques et sa rencontre insolite avec l’entrepreneur d’une brasserie au sud de la ville constituent des circonstances extraordinaires dans une cité de vingt-cinq mille âmes.

Comment ces témoignages auraient-ils pu arriver jusqu’à nous si un auteur béarnais, qui fréquenta le même lycée que cet Anglais aux étranges méthodes, n’avait pris la peine de rassembler ces informations ?

Ce tome retrace de manière fictive la vie de Sherlock Holmes et les affaires sur lesquelles il a enquêtées à travers des témoignages de personnes qui auraient fait sa connaissance au cours de son séjour à Pau.

Il relate son influence déterminante dans un évènement qui fit scandale à l’Hôtel de France, son intervention suite à une menace contre la mairie de Pau…

Critique :
C’est toujours un plaisir de retrouver mon détective consultant préféré, surtout dans sa jeunesse.

Bon, d’accord, rien n’est canonique, mais malgré tout, pourquoi bouderai-je mon plaisir ?

Comme dans le tome précédent (le « Tome 3 » pour ceux qui viennent d’arriver), ce sont les habitants de Pau qui, aux travers de leurs souvenirs, nous parlent de Sherlock Holmes.

Que ce soit un de ses anciens professeurs de philosophie, monsieur Marion, ou l’abbé Cazaux qui racontera à son ami le cardinal Marcini comment il a fait connaissance avec Sherlock Holmes, suite au fait que Marcini lui parlera de la mort du cardinal Tosca (une Untold Story bien connue des holmésiens).

Que ce soit en reprenant d’anciens personnages du tome 2 qu’étaient monsieur Barrère et sa nièce ou une histoire racontée par un couple, amis de Henry Baskerville, tous ces gens nous parleront de ce grand échalas portant un manteau gris et qui traînait un peu partout : Sherlock Holmes !

À chaque fois, c’est une lettre ou un événement (la mort du cardinal Tosca dont parlera le cardinal Marcini) qui leur referont penser à leur rencontre avec Holmes, jeune, à Pau.

Notre jeune ami n’a pas chômé durant son séjour et les quatre enquêtes qui nous sont narrées sont fraiches et agréables à lire.

De plus, ce fut un réel plaisir de retrouver monsieur Barrère et sa nièce, Claire, celle qui donna quelques émois à Sherlock (émois partagés, en plus).

Pas de doute, on comprend que l’auteur a bel et bien fait ressentir à Holmes des sentiments voisins de l’amour pour cette jeune fille.

Si jamais dans le tome 2 vous aviez eu un doute sur le fait que Sherlock appréciait très fort Claire (mais pour cela, il fallait être lent à la comprenette), l’auteur nous fait comprendre qu’il ne fallait pas en avoir, (de doutes) même si rien ne fut consommé entre les deux jeunes gens. Eh, remisez vos espoirs au placard…

Le seul bémol dans ce tome 4, c’est que les aventures ne sont plus racontées du point de vue de Sherlock Holmes, comme cela avait lieu dans le tome 2, mais par d’autres, comme dans le tome 3.

Sinon, hormis ce petit détail, les enquêtes sont très agréables à lire et on a l’impression de découvrir le détective dans ses débuts, ceux que Conan Doyle ne nous a jamais racontés.

La cinquième et dernière aventure n’en est pas vraiment une, juste un clin d’oeil à Oscar Wilde et Conan Doyle et sur le fait que tout le monde autour d’un certain Charles de Bordeu parlait de Sherlock Holmes comme d’un personnage de fiction.

« Erreur », leur apprend ce dernier. « J’ai été en classe avec lui ! » et de rassembler les preuves pour ses amis plus que sceptiques.

Avec une visite à la clé…

Boréal : Sonja Delzongle

Titre : Boréal

Auteur : Sonja Delzongle
Édition : Denoël (08/03/2018)

Résumé :
Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un oeil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C’est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un boeuf musqué pris dans la glace.

Puis un autre, et encore un autre. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière.

Pour comprendre l’origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes.

Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s’envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire.

Le lendemain a lieu la première disparition.

Critique :
♫ Je reviendrai à Boréal ♪ Dans cet enfer blanc de neige ♫ Où règne un perpétuel hiver ♪ Et ses nuits noires qui te ruinent le moral ♪

« Dix Petits Nègres » dans l’enfer blanc du Groenland… En plus violent, en plus trash…

Une équipe de huit scientifiques disparue sur l’inlandsis groenlandais…

Six petits scientifiques dans une station, Plus Lupin, Le beau loup-chien, L’un d’eux s’égorgea dans le sauna, N’en resta plus que cinq.

Cinq petits scientifiques se couchèrent à minuit, Le chien loup s’enfuit, N’en resta plus que… cinq humains.

Cinq petits scientifiques, par un prompt renfort se retrouvèrent à sept, Grâce à l’arrivée d’une biologiste norvégienne et d’un reporter.

Sept petits scientifiques dans la nuit noire se sont retrouvés, L’un d’eux voulu son chien retrouver, N’en resta plus que six.

Six petits scientifiques voulaient l’égaré retrouver, Sur l’Inlandsis l’un d’eux disparu dans la nuit glacée, N’en resta plus que cinq…

7 habitants dans la Base Arctica : 6 scientifiques de tout bord, de toutes nationalités et un loup tchèque. Dehors, il gèle à -30° et c’est la nuit perpétuelle.

Tout baigne dans la base, jusqu’à ce qu’ils trouvent un truc qu’ils n’auraient pas du trouver et à ce moment là, on va basculer dans un scénario à la Dix Petits Nègres, mais en version plus gore, plus angoissante, plus horrible.

Prévoyez votre doudoune, votre combi spéciale car dans le dernier roman de Sonja Delzongle, on se les gèle ! Pour plus de réalisme, évitez de le lire, comme moi, quand le soleil fait des montées en températures de plus de 20°.

Si j’avais coincé sur « Dust », j’ai adoré Boréal, ses personnages, son histoire, son scénario un peu gore à certains moments (mais rien d’insurmontable), ses situations frôlant l’horreur totale et le côté écologique qui se trouve au cœur du roman.

Les abeilles disparaissent à un rythme effrayant et effréné depuis 2006. Pourtant, aucun cadavre n’est retrouvé et leur disparition n’a pas été élucidée. Les spécialistes appellent ce phénomène « le syndrome d’effondrement des colonies ». Un tiers des abeilles disparaît chaque année. C’est une menace directe qui pèse sur l’alimentation. Avec la diminution du nombre d’abeilles, le monde n’est pas loin de connaître une crise de la pollinisation. Dans un tel contexte, les chances de survie humaine s’affaibliraient considérablement…

Déjà dans « Dust », l’auteure dénonçait une partie des travers humains, dont la cupidité sans bornes et ici, c’est pareil. Business is business et si, pour ça, il faut passer sur des corps, et bien, on passera sur des corps ! On niquera la nature, les gens et tant pis, si, par nos comportement aberrants et m’en-foutistes, on creuse notre tombe.

Un rythme qui alterne la vie dans la base avec la présentation de l’équipe des Sept et d’autres qui nous présentent Luv Svendsen, la biologiste norvégienne qui va vivre des moments que l’on ne souhaiterait même pas à son pire ennemi.

Impossible de s’emmerder dans ce roman, on se cultive, on rentre dans la vie des scientifiques, isolés sur l’inlandsis groenlandais, par des températures à vous congeler de suite, dans une nuit noire et obscure et qui vont devoir faire face à la disparition mystérieuses de leur équipe.

Du suspense, du mystère, des secrets bien gardés, bien enterrés sous la glace, des Humains qui foutent tout en l’air et une grosse question à laquelle je ne puis répondre : qu’aurais-je fait à la place de certains personnages ? Aurais-je aussi brisé un tabou pour survivre ou pas ?

D’autres avant eux l’ont fait, parce que l’instinct de survie est là… Ils furent jugés durement. Et on ne devrait pas les juger d’avoir commis l’indicible car ils n’ont pas eu le choix.

Anybref… Lisez Boréal, parce qu’il le vaut bien !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018).

Agatha Raisin – Tome 9 – Sale Temps pour les sorcières : M.C. Beaton [par Dame Ida]

Titre : Agatha Raisin – Tome 9 – Sale Temps pour les sorcières – Mystère et boule de cristal

Auteur : M.C. Beaton
Édition : Albin Michel (2018)
Édition Originale : Agatha Raisin – Book 09 – And the Witch of Wyckhadden (2000)
Traducteur : Amélie Thomas

Résumé :
Traumatisée après qu’une coiffeuse rancunière l’a shampouinée à la crème dépilatoire, Agatha Raisin se réfugie incognito dans un hôtel de la côte en attendant que sa chevelure repousse.

N’ayant plus rien à perdre, elle consulte également une sorcière réputée pour ses talents. Miracle, la magie opère, mais pour peu de temps, car la sorcière est retrouvée assassinée… Agatha renoue aussitôt avec ses réflexes de détective, aidée par l’inspecteur Jimmy Jessop, ensorcelé par ses charmes. À moins que ce ne soient les effets du philtre d’amour qu’Agatha a acheté à la pauvre sorcière ?

Critique :
Agatha ne s’étant pas fait que des amies lors de sa précédente aventure, elle n’a pas achevé celle-ci indemne, et porte encore sur le crâne les traces d’un sabotage capillaire à la crème dépilatoire.

Ce n’est pas ainsi qu’elle va reconquérir le beau James ! Aussi préfère-t-elle se retirer sur la côte, dans une ville touristique choisie au hasard, afin de se faire oublier le temps de retrouver toute sa flamboyante splendeur de quinqua triomphante et prête à mettre la gente masculine à ses genoux.

Dissimulant sa disgrâce sous une coûteuse perruque (Agatha n’a pas les moyens d’acheter bon marché !), elle-même dissimulée par une collection impressionnante de turbans et de foulards, Agatha traîne comme une âme en peine dans un hôtel me faisant vaguement penser au film Shinning, peuplé essentiellement de retraités que le directeur a décidé de gaver comme s’il envisager de les revendre au kilo sur le marché.

Les soirées sont formidables… Vous avez le choix entre le Scrabble, les comédies musicales ringardes du théâtre ou les soirées « danse de salon » de la salle des fêtes ! Et je ne vous parle même pas de la météo très… britannique, c’est-à-dire calamiteuse.

Et comme si ça ne suffisait pas, la voilà harcelée par les écologistes qui en veulent à son superbe vison !

Notre Agatha effrayée par les perspectives son propre vieillissement que ce séjour s’acharne à lui faire entrevoir, se jette donc comme une désespérée dans une aventure avec un bel inspecteur de police, veuf qui plus est (ce qui garantit que son célibat n’est pas la conséquence de son incapacité à plaire, à garder une femme, ou à s’en contenter d’une seule).

Par désœuvrement et surtout parce qu’elle est pressée de retrouver sa crinière de lionne au regard d’ourse pour rentrer chez elle au plus vite, Agatha se laisse tenter par une petite consultation chez la sorcière du coin qui paraît-il a le secret de multiples philtres et sortilèges susceptibles de faire repousser ses cheveux…

Un petit filtre d’amour au passage ? Oui ? Inutile ce l’emballer, c’est pour consommer tout de suite ! Qu’est-ce que ça casserait bien les pieds de James si elle pouvait se trouver enfin un homme qui veuille d’elle ! N’est-ce pas étrange que chaque homme qu’Agatha rencontre ne soit là que pour essayer de lui faire oublier James ? Et que plus elle s’acharne à essayer de l’oublier, plus elle se retrouve en train de penser à lui ?

Il s’avère que la sorcière sera retrouvée assassinée quelque temps après, par notre Agatha elle-même qui une fois de plus sait faire ce qu’il faut pour se mettre dans les ennuis où qu’elle passe ! Rassurez-vous ! Il y aura quelques morts supplémentaires, chacun d’entre eux rapprochant davantage Agatha de la prison à vie.

Agatha ne change pas ! Mais le fait d’être allée chercher l’aventure un peu plus loin que dans son village des Cotswolds, l’air marin, cette station balnéaire surannée peuplée de dames aux cheveux violine en perles et carrés de soie, et de messieurs portant blazer, moustache et cannes à pommeaux donne à ce nouveau volet de ses aventures la bouffée d’oxygène et de renouveau qu’avait tant manquée dans le tome précédent.

James Lacey et être aimée restent ses obsessions habituelles, sans qu’Agatha ne se rende compte qu’il s’agit en réalité de la même obsession et pas de deux obsessions différentes dont elle préfère refouler à quelle point elles sont indissociables. C’est être aimée de James qu’elle veut ! Rien d’autre ! Pas besoin de la faire allonger sur un divan et de se laisser pousser la barbe comme Freud pour le comprendre !

Mais les circonvolutions que son esprit tortueux continue à emprunter pour éviter de voir la vérité en face, restent d’une mauvaise fois toujours aussi délicieuse et comique que d’habitude puisqu’elles la conduisent à des situations cocasses dignes d’un vaudeville !

Et puis, dans cet hôtel/maison de retraite, Agatha croise de nouveaux personnages aussi bizarres les uns que les autres…

Qui de façon surprenante, viennent l’aider à révéler certains de ses traits les plus humains. Mais… Chut ! On frise le spoiler là !

Du grand Agatha !