Tu mourras moins bête – Tome 1 – La science, c’est pas du cinéma ! : Marion Montaigne

Titre : Tu mourras moins bête – Tome 1 – La science, c’est pas du cinéma !

Scénariste : Marion Montaigne
Dessinateur : Marion Montaigne

Édition : Ankama (2011)

Résumé :
Si vous avez toujours rêvé de manier le sabre laser ou de rétrécir vos gosses, réveillez-vous : le cinéma, c’est pipeau et compagnie !

Si vous aussi vous ne voulez pas mourir bête, découvrez le blog de vulgarisation scientifique en BD de Marion Montaigne : la célèbre Professeure Moustache y épluche les aberrations scientifiques qui peuplent vos films et séries préférées.

La science, ce n’est peut-être pas du cinéma, mais avec la Prof Moustache, c’est terriblement drôle !

Critique :
N’ayant pas encore eu l’opportunité de lire le premier tome de vulgarisation scientifique de Marion Montaigne, je l’ai commandé à la librairie et j’ai pris le temps de le déguster pour faire durer le plaisir le plus longtemps possible.

Mais c’est comme des bonbons, on se dit que c’est le dernier, puis on en ajoute un autre, puis un autre et au final, alors qu’on s’était promis de lire une historiette chaque soir, on dévore les 3/4 de l’album d’un coup avant d’arriver à le poser.

Le Professeur Monstache s’attaque aux conneries que le cinéma peut nous offrir et je ne parle pas des scénarios sur la moitié d’un ticket de métro, mais des choses toutes simples comme les armes à feu : blessures par balles, manière dont les héros du cinéma utilise les armes à feu et les incohérences innombrables (moins évidentes à repérer que le fait qu’ils tirent à tire-larigot sans jamais recharger).

Le cinéma de SF y passera aussi, ainsi que les séries, avec nos chers Experts et autres séries télés qui ne s’embarrassent pas du réalisme.

Marion Montaigne répond à bien des questions, toujours avec humour, toujours en vulgarisant la science et même une brêle dans le domaine sera capable de comprendre que les sabres lasers dans Star Wars, c’est matériellement impossible !

Les dessins sont dans un style épuré, par trop de décors, les visages ne sont pas les mieux faits, mais avec l’auteure, ça passe tout seul car ils sont drôles, amusants et j’adore ce côté minimaliste de l’album.

À ne pas lire si vous n’avez pas envie de vous gâcher vos soirées télés en repérant tout ce qui est impossible, dorénavant… Moi, c’est une de mes petites marottes devant la télé et je m’extasie toujours avec ironie devant ces femmes qui se réveillent coiffées et maquillées ou ces gens qui dorment avec les rideaux et tentures grands ouverts !

Ben maintenant, je pourrai étaler ma science au lieu de repérer des petits détails insignifiants et pourrir les soirées télés de tout le monde ! Mhouhahahaha !

Ah merde, avec la covid, le confinement, le déconfinement, bref, avec ce brol de merde, je ne pourrai pourrir les soirées télé que de mon homme… Là, c’est moins drôle…

Tu mourras moins bête – Tome 2 – Quoi de neuf docteur Moustache ? : Marion Montaigne

Titre : Tu mourras moins bête – Tome 2 – Quoi de neuf docteur Moustache ?

Auteur : Marion Montaigne
Édition : Ankama (13/09/2012)

Résumé :
Après avoir brillamment démystifié la science au cinéma, le Professeur Moustache s’attaque à… votre corps ! Si vous croyez que l’apoptose est une maladie des pieds ou si pour vous le “stade anal” est un lieu de concert de 100 000 personnes, alors ce livre est fait pour vous !

Méchants virus et vilaines bactéries, psychologie et scientifiques un peu cinglés : pour passer son doctorat les doigts dans le nez ou simplement pour briller en société, Tu mourras moins bête, c’est excellent pour la santé !

Grâce à son programme « cinq rires et légumes par jour », le Professeur Moustache vous promet un esprit sain dans un cornichon !

Critique :
♫ Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le zizi ♪

De la fracture du zizi (ben oui, là j’ai appris un truc !), à ceux qui en ont un petit mais que c’est pas grave, car voyez le gorille, si bien chanté par Brassens, et bien, il en a une toute petite de 3,2cm !!

M’est avis que le jeune juge en bois brut, que le gorille avait entraîné dans un maquis, n’a pas crié tant que ça maman, ni pleuré beaucoup…

Mais non, je vous jure… C’est pas la taille qui compte! Paraît même que si les hommes montrent leur sexe à tout va, c’est pour provoquer la jalousie, chez les autres mâles…

Une fois de plus, je viens de me culturer (si, le mot existe, je l’ai inventé il a longtemps) et de me bidonner un bon coup en apprenant des tas de trucs intéressants sur le corps humain.

Comment cette formidable machine traque-t-elle les virus ? Non, pas de Corona, à ce moment-là, on n’en parlait pas… Mais vous saurez tout sur votre système de défense, sur ces gros enfoirés de virus qui vous visitent, sans oublier vos cellules, qui crèvent dans votre indifférence générale, bande de sans-coeur !

Depuis peu, je suis contente que mes ovulations ne soient pas visibles, comme celles de la guenon et je me suis surprise à recracher mon café de rire en voyant l’ovulation de madame Pichon (sacrée madame Pichon, va).

J’ai retrouvé des vieilles connaissances, une fois de plus, comme Jérôme Kerviel, madame Pichon, Nico le nabot (oups), Carla, Horatio Caine…

C’est toujours instructif, documenté, les dessins ne s’embarrassent pas de grands décors, ils sont simples, dans une ligne très claire, ils sont amusants, drôles et on comprend tout.

De l’humour, corrosif, noir, avec de la dérision, bref, tout ce qu’il faut pour passer un après-midi maussade en écoutant la pluie tomber continuellement.

En plus, on a du sexe dans les albums, sans pour autant que ça vire au porno, au sexisme et on laisse toujours le politiquement correct au vestiaire, donc, what else ?

Une fois de plus, je suis allée au lit en étant moins bête et en cherchant comment diable j’allais pouvoir introduire tout ce nouveau savoir dans les conversations à table, sans dégoûter tout le monde !

 

À la recherche de Dracula – Carnet de voyage de Jonathan Harker : Pascal Croci et Françoise-Sylvie Pauly

Titre : À la recherche de Dracula – Carnet de voyage de Jonathan Harker

Scénariste : Françoise-Sylvie Pauly
Dessinateur : Pascal Croci

Édition : Le Pré aux Clercs (2008)

Résumé :
En 1999, le jeune Miles Alastair James effectue un remplacement à la bibliothèque d’Exeter, dans le Devon.

Il passe ses journées aux archives, où il a la charge de trier les ouvrages les plus détériorés. Au cours d’une séance de « dépoussiérage », il découvre un singulier journal, celui d’un certain Jonathan Harker, lequel inspira l’écrivain Bram Stoker pour l’écriture de son roman Dracula, publié en 1897.

La lecture de ce carnet nous plonge au cœur du mythe du vampire ; jour après jour, sans le savoir, Jonathan s’enfonce un peu plus dans les ténèbres…

Critique :
En cherchant de quoi lire pour m’occuper, mes yeux sont tombés sur cet ouvrage, publié au format dit « à l’italienne » et j’ai eu envie de me replonger dans ce livre graphique qui m’avait fait de l’oeil en bouquinerie, il y a longtemps.

Cela faisait 8 ans que je l’avais lu et mes souvenirs étant réduit à néant, le moment était idéal pour se replonger dans du vampire comme je l’aime.

La première fois que l’on prend cette bédé graphique dans les mains, on ne peut s’empêcher de la feuilleter, de l’admirer, de piocher des images de-ci de-là. C’est un très bel ouvrage et des années après, la magie opère toujours.

L’auteure s’affranchi ici de l’histoire conventionnelle telle que nous la connaissons dans le roman de Bram Stoker, même si elle reprend tous les personnages connus (hormis Arthur). Elle développe une toute autre aventure, nous la présentant sous la forme du récit de Jonathan Harker qui nous conte son voyage jusqu’au château de Dracula.

Oubliez le roman de Stoker et voyez celui-ci comme un récit de voyage fait par Jonathan et donné ensuite à Bram Stoker.

Il y a là, dans son carnet, la matière pour faire un livre sur les vampires, même si jamais le mot n’est prononcé. L’atmosphère fantastique est présente, le mystère aussi et si nous ne connaissions pas l’existence des suceurs de sang, nous serions perplexes, comme ce pauvre Jonathan.

Agrémentant son carnet de croquis, de recettes de cuisine, de cartes géographique qui nous montre le voyage, la topographie des lieux, le tout dans des tons sépias ou gris, donnent, à ce livre, des airs de carnet de voyage où le possesseur aurait ajouté des tas d’annotations.

Vu la manière dont on nous présente ce carnet (une trouvaille du jeune Miles Alastair James effectue un remplacement à la bibliothèque d’Exeter, section archives), on a vraiment l’impression d’être face à ce qui a servi de base pour le roman de Stoker, comme une mise en abyme qui nous prouverait, noir sur blanc, que tout n’est pas sorti de l’imagination de Stoker mais d’une histoire vraie.

Sans jamais parler de vampirisme, l’auteure arrive à nous les faire sentir, à nous les présenter sans que l’on sache jamais si nous sommes bien en présence des vampires (parce que nous les connaissons, nous) ou si nous sommes face à des phénomènes bizarres, étranges, oniriques et que c’est nous qui nous faisons un film.

Sans notre connaissance de l’existence des vampires, nous penserions comme Jonathan être face à des êtres étranges, bizarres, excentriques ou que nous avons bu un coup de trop…

Un beau roman/bédé graphique, qui est du plus bel effet dans une biblio et qui est à réserver aux amateurs de suceurs de sang.

Ma relecture fut un plaisir pour les yeux.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°206.

Tu mourras moins bête – Tome 3 – Science un jour, science toujours ! : Marion Montaigne

Titre : Tu mourras moins bête – Tome 3 – Science un jour, science toujours !

Auteur : Marion Montaigne
Édition : Delcourt (17/09/2014)

Résumé :
Enfin ! Le Prof Moustache revient pour nous expliquer les affres de la science que nous subissons au quotidien. Comment comprendre le Big Bang quand on ignore que mettre du papier toilette sur la lunette des toilettes est inutile ?!

De l’hygiène aux araignées en passant par les régimes, les poneys ou les testicules, Marion Montaigne donne les réponses essentielles à toutes nos questions existentielles !

Critique :
Le professeur Moustache a l’art et la manière de m’apprendre des choses intéressantes tout en me faisant pouffer de rire.

Mais le fait de vulgariser la science et de nous la présenter en dessins, avec humour, contribue à faire en sorte que je retienne plus facilement les choses.

Maintenant, je sais pourquoi un coup dans les roubignoles fait si mal aux mecs, le fonctionnement des règles, comment perdre mon gras sans perdre trop de fric et sur le fait que les planches des WC sont plus propres que les sacs à main des femmes…

Ce n’était pas un soucis pour moi, je n’ai jamais emballé ma planche de WC d’une tonne de PQ !

Maintenant, je sais tout du poux, les morpions, les myiases et autres saloperies dont il ne faut pas aller voir la tronche sur Google Image ! Pire que le plus terrible des films d’horreur.

C’est fortement documenté, le Professeur Moustache, alias Marion Montaigne, sait de quoi elle nous cause et elle va droit au but, sélectionnant le plus important, le plus drôle, bref, ce que nous pouvons retenir sans problèmes.

Last but not least, si les dessins ne sont pas les plus beaux, ils sont rigolos, ont le soucis du détail et me donnent un sourire jusqu’au oreilles, ce qui m’évitera de perdre de l’argent pour me faire tirer les plis.

Un excellent moment de lecture, de culture, de rire et si on n’a pas trop envie d’aller se rouler dans nos draps bourrés d’acariens dont on respire les déjections en tout genre… Beurk, âmes sensibles, s’abstenir !

En tout cas, lorsqu’on s’endort dans tous ces cadavres d’acariens, c’est moins bête qu’avant !

Tu mourras moins bête – Tome 4 – Professeur Moustache étale sa science ! : Marion Montaigne

Titre : Tu mourras moins bête – Tome 4 – Professeur Moustache étale sa science !

Scénariste : Marion Montaigne
Dessinateur : Marion Montaigne

Édition : Delcourt (09/09/2015)

Résumé :
Des sujets aussi variés que l’espace, la pâtée pour chien ou la vitesse de chute de Gandalf ! Mais aussi, des notes made in prof Moustache sur les absurdités cinématographiques ou bibliques.

À quoi ressemblerait Interstellar si c’était un film réaliste ? Peut-on survivre comme Jonas, dans un estomac géant ?

Pourquoi Dark Vador est-il si méchant ?! Réponses dans ce tome 4 explosif !

Critique :
Monsieur le Juge, je vous le jure, je me suis couchée moins bête et je mourrai moins bête aussi, sauf si j’ai Alzheimer et que j’oublie tout au moment de casser ma pipe.

Dommage, j’aurais eu de quoi faire rire les occupants du boulevard des allongés (©Frédéric Dard).

M’en fiche, tiens, je viens de me marrer un bon coup en découvrant pour la première fois cette bédé de vulgarisation scientifique.

Mais pas que de la science !

Le livre nous parle aussi des films et de leurs incohérences (je ne verrai plus la scène avec le Balrog de la même manière), des dinosaures et j’en passe (mon dieu, déjà Alzheimer !).

Deveniez ce qui m’a fait le plus rire ? Les pages sur les flatulences (j’ai 6 ans d’âge mental, moi) et celle sur la reproduction des dinosaures. Le scatologique et le phallique. Je n’ai pas dépassé ces stades là. Freud, si tu m’entends, reste où tu es !

Attention, je me suis bien amusée aussi avec la vie de merde de Darth Vader, avec la rentabilité des vols spatiaux, le film Interstellar, le voyage temporel, les pâtées pour chiens et Jonas dans le ventre de la baleine.

C’est bien fichu, c’est drôle, amusant, même si les dessins ne sont pas des œuvres d’art, mais ils ne m’ont pas fait pleurer les yeux.

Quand aux dialogues, je me suis bidonnée avec les petits détails, les répliques ou les pensées des autres personnages qui gravitent autour du professeur Moustache.

Une tablette de chocolat à savourer sans modération car ça ne fait pas grossir et le rire est bon pour la santé.