Les amis de Pancho villa : Léonard Chemineau & James Carlos Blake

Titre : Les amis de Pancho villa

Scénariste : Léonard Chemineau (d’après le roman de James Carlos Blake)
Dessinateur : Léonard Chemineau

Édition : Rivages/Casterman/Noir (14/03/2012)

Résumé :
Quoi de mieux pour narrer l’épopée de la révolution mexicaine que de se mettre dans la peau de Rodolfo Fierro, le plus fidèle et irréductible compagnon de Pancho Villa ?

À travers son récit, c’est l’histoire chaotique du Mexique au début du XXe siècle qui défile. L’odyssée grandiose et pitoyable de ces révolutionnaires à la fois idéalistes et cruels.

Entre faits et fiction, une vision très noire, d’où émergent des moments d’authentique grandeur, le dévouement et le courage d’hommes sans mesure, qui embrassent la vie et la mort avec la même fougue. Une réflexion sur le sens de l’action révolutionnaire.

Critique :
Dans des mots croisés sadiques, à la définition de « Villa célèbre », il fallait répondre « Pancho »… Oui, c’étaient des mots croisés de sadiques.

Pancho Villa, cet homme que je ne connais pas. C’était donc l’occasion d’aller me coucher moins bête, tout en fournissant une chronique de plus pour le Mois Espagnol où je n’ai guère brillé, cette année.

— La révolution, c’est comme une bicyclette, quand elle n’avance plus, elle tombe.
— Eddy Merck ?
— Non, Che Guevara !

Ah ça, pour faire la évolution, ils l’ont faite… Mais à quel prix ? Celui de la barbarie, celui où l’on tue tout ce qui ne nous plait pas, tout ce qui nous gêne, ou juste pour prouver qu’on est un homme et donc, un tue le premier type qui passe, même si c’est une connaissance.

Je le dis d’emblée, je n’ai pas aimé les dessins de cette bédé, ni les couleurs, pourtant dans les tons chauds. Encore moins les personnages, mais c’est accessoire, vu les actes qu’ils commettent (pillages, vols, viols, assassinats,…).

Évidemment, le récit est cru, sans fard, sans édulcorants. La révolution passera aussi par des magouilles, par des alliances, par des traîtrises.

Moi, je me méfie toujours des personnes qui veulent délivrer des populations opprimées… Au départ, on tue des méchants, comme le fit Daenerys dans GOT et puis ensuite, à force de traquer des monstres, on court toujours le risque d’en devenir un sois-même et de tout faire pour que l’état de guerre ou de révolution continue.

C’est bien démontré dans ces pages. Et puis, lorsque le chaos règne, la loi est absente, la loi, c’est eux, c’est moi. No rules, autrement dit, pas de règles, si ce n’est celle du plus fort.

La révolution nous a donné des armes, les meilleurs chevaux, des bottes, des vêtements et des chapeaux texans. A manger et à boire autant que nous voulions. Elle nous a fait voir du pays, elle nous a donné de l’or et des femmes, partout… Mais surtout elle nous a donné la liberté.

Si c’est vraiment fini, ça va être le retour de la loi, du papier, des directeurs, des tribunaux, des prisons, de toute cette merde.

Pour cela, je dois dire que l’auteur le retranscrit bien dans ses dessins, dans les dialogues, dans les actions des révolutionnaires. Mais il faut dire aussi qu’il met en scène un roman de James Carlos Black…

Tant pis pour moi, je n’ai pas adhéré, pas aimé, mais c’est ainsi. Les dessins, c’est une histoire de goûts et de couleurs. On aime ou on n’aime pas. Il m’est déjà arrivé de détester des dessins mais d’apprécier le récit, le scénario, mais dans ce cas-ci, je suis passée à côté de tout.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et Le moi espagnol 2019 chez Sharon (Mai 2019).

Mois Espagnol chez Sharon – Mai 2018 : Bilan Final

Sharon peut être fière de ma participation, même si je ne lui ai pas fait frôler le burn-out comme si c’était un Mois Anglais, mais j’ai tout de même dépassé mon score de 9 fiches produites pour Mai 2017.

  • Bilan Mois Espagnol Mai : 13 fiches

Niveau déceptions, j’en ai eu plusieurs, mais qui ne lit rien n’a rien…

Au moins, j’ai essayé, je suis sortie de mes sentiers battus, j’ai tenté d’autres auteurs polars et j’ai quitté le continent européen en donnant la voix à des portugais, cubain, brésilien ou argentin.

J’ai lu aussi un auteur espagnol qui avait placé son action en Irlande et un auteur anglais qui avait placé le sien en Espagne…

Bilan Mois Espagnol Mai : 12 livres et 1 film

  1. Avaler du sable : Antônio Xerxenesky (Brésil)
  2. Far West Gitano : Ramon Erra (Espagne)
  3. Patagonia Tchou Tchou : Raúl Argemi (Argentine)
  4. Satanas : Mendoza Mario (Colombie)
  5. La dernière nuit à Tremore Beach : Mikel Santiago (Espagne)
  6. La Ballade des misérables : Anibal Malvar (Espagne)
  7. Meurtre au comité central : Manuel Vázquez Montalbán (Espagne)
  8. Les rues de Barcelone : Francisco González Ledesma (Espagne)
  9. Les hommes n’appartiennent pas au ciel : Nuno Camarneiro (Portugal)
  10. La vie est un tango : Lorenzo Lunar (Cuba)
  11. [FILMS] Coco : Studios Disney & Pixar (2017)
  12. Enquêtes d’Alfred et Agatha – 2 – Qu’est-il arrivé à Snouty Jones ? : Anna Campoy (Espagne) – à venir
  13. Les diables de Cardona : Matthew Carr (Anglais) – lecture en cours

Gil Jourdan – Tome 5 – L’enfer de Xique-Xique : Maurice Tillieux

Titre : Gil Jourdan – Tome 5 – L’enfer de Xique-Xique

Scénariste : Maurice Tillieux
Dessinateur : Maurice Tillieux

Édition : Dupuis (1962)

Résumé :
René Cambon se présente à l’agence Gil Jourdan, persuadé que son frère Jean, chercheur dans l’armement aurait été enlevé par la république sud-américaine de Massacara pour le forcer à mettre au point une arme nouvelle.

Sachant que son frère refusera de collaborer, René craint qu’il ne soit en grand danger. Gil accepte de l’aider.

Ils se rendent dans ce pays, mais espionnés depuis Paris, leur arrivée est attendue et un piège leur est tendu pour les condamner au bagne pour espionnage.

Mais Gil Jourdan est déterminé à s’évader, d’autant plus qu’au bagne, il retrouve le fameux Jean Cambon.

Critique :
Si je ne devais garder qu’un seul album de la collection, c’est celui-ci qui aurait tous les honneurs tant il est excellentissime au niveau des dialogues, des jeux de mots, des situations absurdes.

De plus, niveau dépaysement, on est servi puisque Jourdan et Libellule vont aller enquêter dans une petite république bananière d’Amérique du Sud, qui a tout de la dictature.

Évidemment, puisque nous sommes dans de la bédé et que la censure censurait, la dictature est présentée de manière drôle, à la limite de la bouffonnerie, mais si on gratte un peu sous le vernis des éclats de rire et des imbécilités de l’armée, on retrouve ce qui fait la signature d’une dictature.

Fausses preuves, prison au milieu du désert dont on ne s’évade jamais, prisonniers qui sont plus politiques que criminels, gardiens de prison bêtes et méchants, bouffe infâme, travail à la chaine dans des conditions de travail indigne et inhumaine.

Mais pas de panique, les petits enfants peuvent la lire, puisqu’ils la verront au premier degré, eux.

Moi, je ne me suis toujours pas remise du dialogue entre son excellence et son sous-fifre :

— Puisqu’ils savent que nous savons qu’ils savent que nous savons, nous pourrions…
— Ouvrir une savonnerie.
— Une savonnerie, excellence ?
— Avec tous vos savons, ça doit être facile.
— Ahaha, c’est la meilleure de la république !

À chaque relecture, je savoure une fois de plus les bons mots, je les fais rouler sur ma langue, je les déguste lentement et je me marre, une fois de plus !

Bon, les puristes diront que ce que fera Jourdan est impossible, qu’il a eu trop de veine, que tout ça était un peu trop bien goupillé pour être réaliste, mais on s’en fout ! Nous sommes dans de la bédé et les héros ne meurent pas.

Tillieux au sommet de son art niveau dialogues, mais pas de panique, il en gardera sous le coude pour les prochaines, dont « Le gant à trois doigts » et « Le Chinois à deux roues ».

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018) et le Mois Belge chez Mina et Anna (Avril 2018).

Tango – Tome 1 – Un océan de pierre : Matz & Philippe Xavier

Titre : Tango – Tome 1 – Un océan de pierre

Scénariste : Matz
Dessinateur : Philippe Xavier

Édition : Le Lombard (03/11/2017)

Résumé :
John Tango se croit à l’abri, dans son coin perdu de la Cordillère des Andes. Il a refait sa vie. Mais là comme ailleurs, tout le monde a ses secrets.

Quand des hommes armés viennent agresser ses voisins et amis, Tango intervient et déclenche une succession d’événements imprévisibles. Après tout, quatre ans de tranquillité, c’était déjà pas mal…

Critique :
En Belgique, un Tango n’est pas qu’une danse, c’est aussi un mélange grenadine/bière.

On a aussi une chanson du Grand Jojo, mais rassurez-vous, je ne vous casserai pas les oreilles en vous chantant « Le Tango du Congo »…  ♫

Quoique, je pourrais…

Non, restez, faut pas avoir peur !

Les éditions du Lombard n’apprécieraient pas que tout les lecteurs potentiels fuient ma chronique, surtout qu’elle ne va que dire du bien de ce nouvel album que le facteur a gentiment déposé dans ma boite aux lettres.

Déjà la prise en main était bonne : j’avais dans mes petites menottes douces et délicates un album bien lourd. Putain, un 66 pages ?? Ça existe encore, parait ? D’habitude, on radine un peu sur les pages.

J’ouvre… Waw, la première image m’en met plein les mirettes !

Un dessin réaliste, des couleurs chaudes, des paysages à me couper le souffle et mon imagination est déjà au travail, m’imaginant en train de chevaucher dans ces contrées de rêves (si Le Lombard et Babelio veulent me payer le voyage… Je suis partante).

Je suis arrivé dans la région plus ou moins par hasard. J’en avais entendu parler. j’avais lu quelque part que c’était un pays presque vide. Ça m’allait très bien. moins il y a de gens au kilomètre carré, et moins il y a de cons et de nuisibles… c’est mécanique…

Et le fameux Tango ? Qu’en est-il ? Ni un mélange à boire, ni une chanson, ni une danse, mais un homme qui est allé se perdre dans le trou du cul de la Cordillère des Andes, et sûrement pas pour éluder ses impôts, mais pour fuir quelque chose, ou quelqu’un ou se faire oublier.

Ce qu’il y a de bien avec le désert, c’est qu’il n’y a personne…Exactement ce que je cherchais : des paysages magnifiques, de l’espace, un climat agréable , et surtout la paix . la tranquillité, la solitude, le vide. on peut rouler des heures sans croiser personne, ici. C’est presque comme sur l’océan…

— Non mais c’est pas vrai, ça ! Pas vu âme qui vive depuis 2 heures, je m’arrête pour pisser un coup, et un bon dieu d’indien sort de derrière un cactus ! Où est-ce qu’il faut aller pour avoir la paix, bordel ? En Antarctique ? 

Ma foi, le Tango, je le croiserais au coin d’un cactus dans la pampa, je lui demanderais l’heure et même plus.

Il a la beauté troublante d’un beau brun ténébreux, un corps avec les tablettes de chocolat non fondues et selon Agustina, il n’a pas l’air d’être un branleur au lit.

Bref, il avait une petite vie tranquille, peinard, sans se prendre la tête, intégré dans le paysage et dans la populace, et puis, bardaf, l’embardée, il a aidé ses voisins et amis lorsque le père s’est fait agresser et le passé, tel Zorro, a surgit hors de la nuit.

Avant de s’enfoncer tête baissée dans les ennuis, il faut toujours tourner son flingue sept fois dans sa ceinture. Et si c’est trop tard, alors il faut essayer de comprendre comment ne pas s’enfoncer encore plus profondément dans le merde.

J’ai lu quelque part que même quand on s’installe dans un bled ou on ne connait personne, on finit par se créer des devoirs et des obligations envers les gens exactement comme avec ses proches. On dirait que ça se vérifie pour moi…

Si le scénario a des airs de grand classique avec des personnages aux passés troubles, renfermant des secrets pas nets, sordides, se cachant du monde après l’avoir fui (parce qu’ils ont fait des grosses bêtises), je dois avouer que la manière de nous le présenter et de nous le conter est des plus intrigantes.

Il faut croire que les choses ne sont jamais aussi simples qu’elles en ont l’air, même dans les petits bleds. On pense que c’est différent de la grande ville, où on sait que c’est trouble, emberlificoté, que les gens sont perfides et tordus, impatients et impitoyables, et en fait, là aussi, les gens y ont leurs petits et grands secrets, leurs petits et grands mensonges…

Ici, personne n’est tout blanc ou tout noir, chacun a ses secrets, son passé, ses emmerdes, ses erreurs de jeunesse, avec ou sans circonstances atténuantes. Vous serez seul juge.

Comme je le disais, tout le monde ment tout le temps à tout le monde à tous propos, et chacun a ses raisons pour le faire…

— Je ne te juge pas, Anselmo. D’abord parce que rares sont ceux qui n’ont pas fait de choses dont ils n’ont pas honte ou qu’ils ne regrettent pas, et parce que tu es un ami et qu’on ne juge pas ses amis. On les aide. 

On se laisse porter par l’histoire, on s’attache à Tango et à son jeune aidant, Diego, on tremble pour eux, on cravache nos montures pour échapper aux méchants, tout en se disant que la nuque brisée, pour certains, c’est encore trop gentil.

Tiens, vu la qualité du dessin et des paysages, j’aurais vu surgir Blondin entre deux cactus que je n’aurais pas été étonnée. Niveau musique, celle, magique, d’Ennio Morricone, aurait donné un trip d’enfer à certains passages.

Je n’espère qu’une chose, c’est que les aventures de notre Tango ne soient pas la seule et l’unique et que, si suite il y a, elle soit d’aussi bonne qualité littéraire que celle que je viens de dévorer.

Pour ceux qui voudraient la découvrir – l’album vaut la peine qu’on l’achète – cette histoire se suffit aussi à elle-même puisqu’elle a un début, un milieu et une fin, sans cliffhanger.

Le tout servi par un bon scénario, un ton incisif, des personnages attachants (pas tout, hein !) et une bonne dose d’humour, ce qui ne gâche rien.

Mon avenir proche était une équation à plusieurs inconnues et je n’ai jamais été très bon en maths…

Tiens, niveau Tango, on a aussi une réplique dans « Garde à vue » avec Ventura, Serrault, Guy Marchand et Romy :
— Tango, ça s’écrit comme un tango ?
— Oui. Comment voulez-vous que ça s’écrive ? Comme paso doble ?

Allez, je ne résiste pas à vous chanter du Grand Jojo pour fêter ce 4 Sherlock !

♫ J’suis amoureux d’une congolaise
C’est une belle noire
Et elle s’appelle Thérèse
Et sa mère est Madame Caca
Dans un snack-bar
Au Katanga
C’est le tango, le tango, le tango
Du Congo
C’est le tango, tango d’amour
Je t’aimerai toujours
Non, ce n’est pas du Mozart, ni du Bach
C’est pas une valse anglaise
C’est le tango, le tango, le tango
De ma congolaise
Un jour j’étais sous son balcon
Avec une boite de macarons
Un ptit bouquet de pissenlits
Et un disque de Tino Rossi
Elle m’a dit: « Viens, tu peux monter »
Au parlophone, j’ai répondu O.K
Jusqu’au 20ème j’ai mis une heure
Je savais pas qu’y avait un ascenseur ♪

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018).

Été rouge : Daniel Quiròs

Été rouge - Daniel Quiros

Titre : Été rouge

Auteur : Daniel Quiròs
Édition : Nouvelles éditions de l’Aube (2015)

Résumé :
Côte du Pacifique, Costa Rica. Un Éden où les pinèdes sont massacrées afin de permettre la construction de villas luxueuses pour des investisseurs étrangers… et des caïds de la drogue. Un Éden où il fait terriblement chaud, où l’alcool ne peut faire oublier le sable, la poussière et le vent.

C’est là, dans un tranquille village de pêcheurs, qu’est découvert sur la plage le cadavre d’une femme, surnommée l’Argentine.

Don Chepe, ancien guérillero qui a lutté aux côtés des sandinistes, décide de retrouver l’assassin de son amie. Une enquête qui le conduit à découvrir les liens obscurs entre passé et présent, utopie et désenchantement… et à revisiter l’histoire de son pays.

Entre torpeur et violence, ce livre nous colle à la peau.

Petit Plus : Été rouge a reçu le prix national de Littérature Aquileo J. Echeverría, la plus haute distinction littéraire du Costa Rica.

image003Critique :
Direction le Costa Rica, les p’tit gars, pour enquêter au côté de Don Chepe, ancien sandiniste et ancien de la Compagnie Nationale d’Assurances qui a décidé de se retirer dans un petit coin tranquille, Paraiso, paisible petite bourgade de pêcheurs.

Il n’entre pas grand monde dans ce bar. Il n’y a pas grand-chose à attendre d’un village de pêcheurs où vivent à peine trois cents personnes, et qu’un quelconque farceur a eu la riche idée de baptiser Paraiso (Paradis).

Don Chepe est un enquêteur du dimanche, un gars qui donne un coup de main aux policiers locaux pour résoudre des affaires de drogues, de meurtres, de vol.

Sinon, il passe son temps à siroter des bières dans le bar de Doña Eulalia, fumant ses cigarettes tout en regardant la mer, pestant sur la poussière qui lui colle à la peau moite.

La poussière. Je déteste la poussière. A cette époque de l’année, elle recouvre tout, comme une toile d’araignée omniprésente. Elle se mélange à la sueur et transforme la peau du visage en masque noirâtre.

Autre variante, il peut aussi être tranquillement à déguster dans le bar librairie de la ville voisine de Tamarindo, chez Ilana Etcheverri (surnommée l’Argentine), qui fait aussi dans le prêt de livres, ce qui occupe les looongues journées de tranquillité de notre homme.

La tranquillité s’est terminée lorsqu’on a retrouvé le corps de son amie, Ilana, une balle dans la tête et le portefeuille rempli. Ça pue le règlement de compte.

Don Chepe va enquêter et suivre le jeu de piste que Ilana a mis en place pour lui, en lui léguant des photos, une clé, une lettre.

L’enquête pourrait être accessoire, dans ce roman car la partie politique du pays est fort importante et l’auteur nous en parle au travers de son personnage atypique de Don Chepe.

Sans que cela devienne indigeste, durant sa remontée de piste au sujet du meurtre, Don Chepe se remémorera l’attentat à la bombe, commis à La Penca en 1984 et qui fit 7 morts et de nombreux blessés, dont les journalistes qui couvraient le conflit entre les sandinistes et les Contras.

Ici, bien entendu, se basant sur du vrai, le reste ne sera que fiction, notamment dans l’identité du poseur de bombe ou de ceux qui auraient pu le commanditer.

Roman assez court, mais tout est dit… L’atmosphère de chaleur moite est plantée et bien rendue, les tensions qui existent encore dans le pays sont esquissées, il nous parle aussi des autochtones qui ont du mal à s’y retrouver avec tous ces complexes hôteliers qui poussent comme des champignons le long des plages et le côté politique n’est pas indigeste, même pour ceux qui n’aiment pas. J’ai eu l’impression de me cultiver en suivant l’enquête avec Don Chepe.

Notre personnage principal oscille un peu entre flic et voyou et sans être un foudre de guerre, peut devenir dangereux quand il pète un câble car il a failli nous refaire le coup de la cuisson à la Jeanne d’Arc, à un moment donné. Le bûcher en moins, l’essence en plus.

Au final, notre enquêteur aura résolu deux affaires, une fraiche et un cold-case, tout en nous expliquant son pays, une partie de sa politique, même si nous ne savons pas encore tout du Costa Rica.

Un roman qui a le cul entre deux chaises : policier et roman noir, empruntant aux deux. Ni trop long, ni trop court, avec des personnages bien sympathiques, ni tout blanc, ni tout noir et qui nous fait découvrir un pays que nous ne connaissons que peu ou pas du tout.

Une belle découverte, je dois dire ! Et loin de l’image de la « Suisse américaine » comme le pays se dit…

Étoile 3,5

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge Lire « À Tous Prix » chez Asphodèle (prix national de Littérature Aquileo J. Echeverría – Costa Rica) et le Challenge « Le mois Espagnol » chez Sharon.

Mois espagnol